CORONAVIRUS, L’EXEMPLE TCHÈQUE

Publié: 15 août 2020 dans Uncategorized

vue-de-la-place-du-marche-dans-la-vieille-ville-prague-republique-tcheque-463472-1440x720

On a cité en exemple la Suède comme modèle de gestion de la crise sanitaire de la covid-19. Pourtant c’est le pays nordique qui a le pire bilan (572) en termes de morts par million d’habitants, pire que les USA (518) et la France (466). Le « modèle » québécois fait aussi piètre figure (672).

On a peu parlé des pays d’Europe centrale parmi lesquels la Pologne (48), La Hongrie (63) et la République tchèque (37).  Ils sont aussi les mal aimés de l’Union Européenne surtout à cause de leurs politiques d’immigration très sévères. Ils ont donc fermé très tôt leurs frontières, facteur clé du contrôle de l’épidémie. Aussi, on a  imposé très tôt le port du masque.

Le texte qui suit date de la fin de mai dernier et est extrait de France Culture.

Sur les cartes de progression de la Covid-19, la République tchèque apparaît particulièrement vertueuse. Un confinement décidé très tôt, un déconfinement déjà presque achevé, très peu de victimes. Pourquoi une telle réussite ? Quelles leçons en tirer ? Direction Prague, pour tenter de comprendre.

01

Peu de cas rapportés à la population, encore moins de victimes, 15 fois moins de morts par million d’habitant qu’en France par exemple… Nous avons souhaité humer l’atmosphère dans cette Europe qui s’est très tôt murée et semble avoir contenu la pandémie bien mieux que les pays de la vieille Europe.

Nous étions mi-mai, le pays venait de rouvrir ses terrasses, musées et cinémas. Nous sommes allés voir ce qui nous attendait peut-être demain puisque Prague, en avance sur Paris dans son déconfinement, pourrait nous montrer la voie à suivre, pourrait aussi nous inspirer pour nous préparer à affronter une éventuelle deuxième vague à l’automne.

Une véritable expédition

Mais déjà faut-il entrer en République tchèque. Et en ce printemps la libre circulation n’est pas encore redevenue la règle. D’abord, le pays reste hermétiquement fermé aux touristes étrangers. Depuis fin avril, les Européens en voyage d’affaires peuvent venir mais pour 72h maximum, avec une invitation officielle et un test Covid négatif vieux de moins de 4 jours.

02

Toute une expédition, un peu un voyage dans le temps, on avait un peu oublié les frontières au sein Europe, les formalités à la douane, le frisson qui vous parcourt quand le douanier regarde votre passeport et vous scrute… Le soulagement quand il vous ouvre le passage…

Tout ce qui était simple, anodin, presque imperceptible est redevenu barrière mais nous avons donc pu la franchir l’espace de 72h…

Ici comme ailleurs, la Covid-19 a fermé les frontières, vidé les places et ruelles, imposé le monolinguisme… Sur le pont Charles reliant la vieille ville au quartier du Château, on parlait chinois, italien, russe, ukrainien, allemand, espagnol, anglais… tout sauf la langue tchèque… On ne pouvait s’y frayer un chemin… Il n’appartenait plus à ses habitants… Et voilà qu’aujourd’hui, il est désert. Les Praguois se le réapproprient progressivement.

03

En ce 16 mai, nous retrouvons des Tchèques qui profitent de leur récente liberté d’aller en terrasse, au cinéma ou au musée. Un petit air de liberté souffle sur la capitale, même si le port du masque dans l’espace public est encore obligatoire pour quelques jours. Ils sont en avance sur nous. Tout comme ils l’ont été pour fermer leurs frontières.

04

De bonnes décisions au bon moment

C’est sans doute l’explication majeure, la République tchèque a fermé ses frontières dès le mois de mars, avant même d’enregistrer une première victime du Covid. Prague a aussi adopté des mesures strictes de confinement et de distanciation. Tout cela a joué, le pays est également comme ses voisins sans doute un peu moins globalisé, donc moins au cœur des échanges mondiaux qui ont contribué à la propagation du virus Mais il dispose aussi d’atouts bien spécifiques que nous explique le biochimiste Jan Konvalinka, également vice recteur de la prestigieuse université Charles. En premier lieu, une population qui s’est montrée à la hauteur.

05

 

« Les Tchèques, et sans doute d’autres nations dans cette partie de l’Europe, sont culturellement habitués à suivre les règles, c’est peut-être aussi le cas des Allemands et des Autrichiens. Même si nous n’apprécions pas les décisions qui sont prises, globalement nous les respectons, nous obéissons.

C’est assez étrange, poursuit-il, ici, d’un côté les gens sont donc habitués à obéir aux règles mais dans le même temps ils ne font pas confiance aux autorités, et ils savent qu’au bout du compte ils ne pourront compter que sur eux-mêmes. »

Une société civile mobilisée, une réinvention permanente

Il y a donc eu de nombreuses initiatives privées. Du jour au lendemain, le gouvernement a rendu les masques obligatoires. il n’y en avait pourtant pas de disponible… Qu’à cela ne tienne, les Tchèques ont retrouvé les réflexes d’antan, lorsque sous le communisme ils avaient appris à se débrouiller en cas de pénurie, et ont ressorti leurs machines à coudre. Par millions des masques « faits maison » sont apparus sur les visages. Initiatives privées, dans les familles mais aussi les entreprises. Ce fut la même chose sur le plan clinique. laboratoires et instituts de recherche, notamment à l’initiative de M. Konvalinka, ont mis leurs efforts en commun pour réaliser un nombre de plus en plus importants de tests, pour trouver une solution 100% à la pénurie de réactifs, de respirateurs ou de masques FFP3, les plus protecteurs

06

« Tout cela, insiste Jan Konvalinka, n’a pas été organisé d’en haut. Ce sont les gens qui s’y sont mis eux-mêmes. Et maintenant c’est très utile au gouvernement. Mais il faut bien comprendre qu’au départ ce sont des volontaires qui ont décidé d’aider bénévolement leur pays alors qu’il était dans une situation critique.« 

07

Chacun se réinvente. Durant le confinement les artistes ont multiplié les interventions sur les réseaux sociaux, les chaînes Youtube. C’est le cas notamment d’Igor Orozvic, acteur du théâtre national. Il a aussi monté un groupe de musique Cabaret Calembour. dans ce pays aux centaines de scènes, il a été particulièrement sensible à une initiative du Théâtre national. Le Théâtre national a initié une grande discussion avec tous les théâtres du pays pour voir comment aider financièrement les autres salles dont certaines pourraient disparaître. Cette pandémie, espère-t-il, pourrait voir la coopération entre les théâtres remplacer l’affrontement habituel.

08

Nous sommes aussi allés entendre les inquiétudes des offices de tourisme, du secteur de la restauration, tellement dépendants des visiteurs étrangers et aujourd’hui bien désertés.

Chacun tente d’anticiper la rentrée et une éventuelle deuxième vague. C’est notamment le cas de Tomas Portlik, maire adjoint du 9e arrondissement de Prague qui entend développer les centres de tests pour toute la population afin à l’avenir d’éviter un deuxième confinement aussi drastique qui paralyse le pays et mettrait son économie à genoux.

09

Le virus, nous dit-il, il va falloir apprendre à vivre avec.

10

Echo d’un autre temps

Nous avons parfois retrouvé l’écho d’un autre temps pas si lointain, celui de l’occupation soviétique, synonyme aussi de fermeture des frontières. Le claveciniste Filip Dvorak s’est souvenu de ces rues vides lorsqu’il était enfant quand passaient les soldats, de la peur aussi, des scènes de l’époque se rappellent au souvenir des plus anciens comme Eva. Mais bien sûr tous en conviennent : si les signes extérieurs, la fermeture des frontières, le repli sur soi, la méfiance vis-à-vis de son voisin rappellent une autre époque, cette fois ci, tous en conviennent c’était la bonne décision pour lutter contre la pandémie. Et d’ailleurs le Premier ministre Babis, conspué il y a un an, soupçonné de détournement de fonds européens, est aujourd’hui au faîte de sa popularité.

11

Si personne aujourd’hui ne remet en cause la fermeture des frontières contre le virus, des inquiétudes pointent cependant. Quand se lèveront-elles ?, s’inquiète l’historien Jan Rychlik, et certains dirigeants ne vont-ils pas profiter de la pandémie pour maintenir un état d’exception et des pouvoirs étendus? Cette Europe enfin sortira-t-elle profondément modifiée de la pandémie? Déjà la carte semble se redessiner. Les égoïsmes nationaux révélés par la crise, notamment en Europe de l’Ouest ne sont pas de nature à rassurer les populations d’Europe centrale. Une Europe qui a aussi montré ses faiblesses face à la domination chinoise.

 

 

commentaires
  1. Paul S. dit :

    La France Culture avait forcément jeté un regard français sur la réussite tchèque contre le Covid.

    Fixés sur le port du masque et la fermeture de frontières (certes, deux mesures adéquates), ils ont ignoré, jusqu’à son existence, le facteur “ Prazdroj / Plzeň ”.

    Or les tchèques sont et de loin, les plus grands buveurs au monde de bonnes bières, non-pasteurisées.

    Cette boisson “booste” le système immunitaire, possiblement grâce aux réactions chimiques lors de la fermentation (zinc est très présent dans les enzymes utilisés par les maîtres brasseurs tchèques).

    Faisons parler la science :
    Les deux autres réussites citées dans l’article du prof, la Pologne et la Hongrie, se classent aussi en haut du palmarès “bièrophile”.

    Facteur A : Pologne / Hongrie = 48 mpm / 63 mpm = 0.762
    Facteur B : Pologne / Hongrie = 98.2 lpa / 76.8 lpa = 1.279

    Si l’on fait : 1 / Facteur A = 1.312 on conclut que la mortalité covidique est inversement proportionnelle à la consommation de la bière.

    mpm : mortalité par million
    lpa : litres de bière par an par habitant.

  2. Paul S. dit :

    Une vue partielle, composite de la morbidité covidique, ailleurs qu’en Europe centrale.

    Il y a 5 mois, l’académiologue André Piette prophétisait ( https://duberger.me/2020/03/24/covid-19-medias-et-gouvernements/#comment-112487 ) : “.. lorsque nous verrons chez nos voisins du sud, leur système de santé englouti par le tsunamis de patients à soigner et le chaos que leurs professionnels de la santé devra affronter ..”.

    Il avait exprimé aussi l’opinion qu’un système de santé privé ne pouvait pas faire face à la pandémie.

    Les difficultés américaines n’étaient pas uniques et les autorités politiques, fédérales et locales, n’ont pas fait aussi mal dans la situation là-bas, que le prétendent les merdias gauchistes mondiaux.

    Voici le bilan comparatif, partiel et en progression, au chapitre de la morbidité covidique, celui qui compte vraiment (car plus objectif que le nombre de cas ou l’achalandage d’hôpitaux) :

    Andorre – Système de santé à financement mixte – état / employeurs : 1,243.2 morts par million;

    Belgique – Système de santé financé publiquement : 870.2 morts par million;

    Grande Bretagne – Système de santé financé publiquement : 703.7 morts par million;

    Québec – Système de santé financé publiquement : 673.3 morts par million;

    Espagne – Système de santé financé publiquement : 612.5 morts par million;

    Italie – Système de santé financé publiquement : 585.7 morts par million;

    Suède – Système de santé financé publiquement : 567.9 morts par million;

    USA – Système de santé privé avec l’aide d’état aux démunis : 558.1 morts par million;

    France – Système de santé financé publiquement : 454.0 morts par million;

    Canada (incluant le sous-performant Québec) – Système de santé financé publiquement : 244.9 morts par million;

    Haiti – Système de santé absent : 17.6 morts par million.

    Source (vers 18h30 / 17 août 2020) John Hopkins University : https://coronavirus.jhu.edu/data/mortality

    Le système public n’a pas fait mieux, pour le moment, que le système privé ou pas de système du tout.

    Par ailleurs, la Suède a fait aussi bien que l’Italie (considérée comme le deuxième pays, après la France, ayant le meilleur système de santé au monde), sans suicider son économie et sans imposer des mesures aussi strictes qu’ailleurs à ses citoyens.

    Au grand plaisir de Mr. Piette, malgré la performance adéquate de son administration, le président américain paiera le prix aux urnes, tel que souhaité par les stratèges chinois.

    Une prédiction : la pandémie disparaîtra, comme par enchantement, entre le moment de la victoire en novembre et l’intronisation en janvier de J. Robinette Biden, un grand redevable aux camarades chinois, directement et par l’entremise de son fils Hunter.

    NOTE : Le système de santé intervient quand l’ennemi est déjà parmi nous. Le contrôle de la dissémination aux frontières est le facteur le plus important et la réfutation de cette mesure traditionnelle rend l’Organisation Mondiale de la Santé hautement suspecte, autant que le P.C. chinois, qui a effectivement exporté le virus vers les autres pays, au début de 2020, après avoir pris des mesures draconiennes à l’intérieur de la Chine.

    • Paul dit :

      Pour me racheter dans les bonnes grâces de Rejean, Guillaume et d’autres “pollice verso” distributeurs (qui maintenant tolèrent bien le prof), je leur rapporte une bonne nouvelle : leur guidesse est de retour.

       » Swedish climate worrier Greta Thunberg will meet with Chancellor Angela Merkel on Thursday, giving the German leader 90 minutes to outline Europe’s approach to the global “climate emergency.”  » : https://www.breitbart.com/politics/2020/08/18/greta-thunberg-remember-her-schedules-meeting-with-angela-merkel/
      Généreuse de son temps, la petite doctoresse honoris causa.

      La vedette verte n’apprécierait pas que les politiciens profitent de sa notoriété :  » As recently as last June, an exasperated Thunberg scolded “presidents, prime ministers, kings and princesses” she claimed only wanted to burnish their image by being photographed in her presence ..  »
      Tiens, elle oublie la mairesse V. Plante.

      Au fait, le doigt de désapprobation plus haut, pourquoi ?
      Pour les chiffres, SVP protester auprès de JHU.
      Si, en désaccord avec l’interprétation, bien vouloir élaborer, avec des arguments à l’appui.
      Si, outrés par l’opinion sur les actions de l’OMS et de la Chine, eh bien montrer que ces actions méritent des excuses ou une autre interprétation.
      La prédiction ne veut pas dire que le virus s’évaporerait, mais que l’emphase médiatique changera radicalement de place et que Mr. Robinette récoltera éventuellement le mérite quand le danger imminent se serait enfin naturellement estompé, comme par le passé.
      Merci,
      Paul

  3. Jacques dit :

    Durant les deux derniers mois (juillet-août), les Tchèques ont connu le bonheur de se promener partout dans l’espace public sans devoir se couvrir le visage de bobettes. Mais sans aucune raison, le gouvernement parle d’imposer le port du masque à partir du 1er septembre avec les mêmes règles que nous connaissons ici.

    Mais cette fois, la population Tchèque est en grande majorité (au moins 75%) opposée à l’idée de devoir remettre leurs bobettes faciales. Tout porte à croire que la population défiera cette décision si le gouvernement décide d’aller de l’avant.

    Vive la Suède où personne ne porte de masque,sauf quelques personnes ici et là. De plus, il y a une dizaine de pays européens où le masque n’est pas obligatoire, sauf dans les transports publics dans certains cas.

    Chez nous, le masque est devenu une nouvelle religion sous le prétexte que le virus circule partout et qu’il est encore très dangereux, en particulier dans les écoles. Il n’y a rien qui permet d’affirmer que les jeunes sont des ‘émetteurs’ qui peuvent contaminer les adultes et rien qui permet d’affirmer l’inverse. Pourtant, en Ontario, le masque est obligatoire (pour les 10 ans et plus) dans les écoles, y compris les classes. Les parents qui appuient une telle mesure ne se rendent pas compte des conséquences physiques et psychologiques désastreuses pour leurs enfants. Et les médecins et autres soi-disant experts qui sont en faveur d’une mesure aussi délétère devraient être congédiés pour incompétence grossière.

    • Reynald Du Berger dit :

      Jacques vous dites « vive la Suède »… Morts / million , Suède 572 , Rep. tchèque 37 ! allo la Suède (Houston) we have a problem !

      • Jacques dit :

        La Croatie a fait aussi bien que la Tchéquie avec 41 morts par million et ce, sans masque obligatoire (sauf sur les lignes aériennes croates).

        La Suède a moins de problèmes que les autres pays qui ont appliqué et qui appliquent encore des mesures draconiennes et inutiles pour combattre ce virus dont la gravité a été, c’est le moins qu’on puisse dire, très largement surestimée.

      • Reynald Du Berger dit :

        Jacques Combien de milliers de vieux les Suédois ont dû sacrifier, donc tuer afin de « sauver » leur économie ? 572/million ! Ignoble ! Norvège 47 , Danemark 107, Finlande 60… Honte à la Suède !

      • rtremblay dit :

        Jacques oublie volontairement la Norvège pays voisin. qu’elle est la discipline des suédois par rapport à ceux du Québec à respecter les consignes sanitaires ?

  4. PierreL. dit :

    Continuons la discussion.
    Se pourrait-il que les anciens pays membres du Pacte de Vasovie,qui comme par hasard on érigé
    des murailles et attirent peu de migrants ont mieux réussi les test Covid ?
    Était-ce la décision de fermer les frontières qui était LA décision à prendre ?

  5. Jacques dit :

    Selon M. Du Berger, la Suède aurait sacrifié (tué) des milliers de vieux pour sauver son économie.

    Le Québec a aussi sacrifié des milliers de vieux, le même nombre que la Suède à quelques dizaines près ( 5802 décès pour la Suède, contre 5729 pour le Québec). Cependant, le Québec a causé un cataclysme humain et économique d’une ampleur difficile à imaginer. Pas très brillant comme résultat, on en conviendra. Et le pire est que les autorités persistent dans leur entreprise de destruction. Honte au Québec et à tous les abrutis corrompus et irresponsables qui nous gouvernent et qui sont probablement trop bêtes pour se rendre compte des conséquences délétères de leurs décisions.

    Et la population a aussi ses torts. En obéissant sans protester à toutes ces injonctions et règlements absurdes et inutiles, on appuie l’État et on est d’accord avec la censure, la perte de liberté, la dégradation de nos écoles, de nos institutions, de notre qualité de vie, etc. On a oublié une chose: le bien-être public est l’alibi des tyrans.

  6. rtremblay dit :

    le M. Jacques semble oublier plusieurs choses et les mêler tellement il élève le droit individuel sur un socle doré. Le droit collectif en tenez vous compte ?

    Droit collectif à avoir droit à un système de santé sécuritaire ? autant pour le personnel qui y travaille que ceux qui ont besoin de s’en servir !

    Droit collectif à avoir droit à des lieux publics sécuritaires permettant des activités commerciales et de loisirs qui étaient faites avant le début de la pandémie ?

    Je suis parfaitement d’accord qu’il faut que l’économie tourne, mais le droit collectif est aussi important que le droit individuel dans le contexte présent.

    Présentement au Québec ou en Amérique du Nord et aussi en Europe votre histoire que des tyrans tireraient profits de la pandémie est hystérique (de qu’elles tyrans, qu’elle profit, svp des faits !!!

    Juste calculer le nombre de morts effectifs est une Hérésie totale, un manque de jugement complet.

    Le bien être des travailleurs de la santé, des citoyens vous les oubliez tous pour vos théories du complot.

    note pour Paul : je vous répondrai prochainement mais je juge vos commentaires tellement hors sujet que je me questionne sur la pertinence d’y mettre de l’effort…. un autre qui a besoin de prendre un bon bol d’air !!!!

    • Reynald Du Berger dit :

      J’ai beaucoup de difficulté à défaire l’équation fausse suivante: Du Berger est climato-réaliste DONC il doit être forcément complotiste et anti-masque obligatoire. NON! je suis un scientifique ! Je fais de la science. Je réalise que plusieurs de mes auditeurs se fichent complètement de la science, ce qui leur importe, c’est d’être automatiquement CONTRE … et contre ce que pense le gouvernement et/ou la majorité. Je déçois ces auditeurs mais eux me déçoivent encore plus. Et on ne peut pas les changer, ce sont des adultes, du moins, ils le croient…

  7. Jacques dit :

    Je suis navré de décevoir M. Du Berger parce que je ne partage pas sa perception de la ‘crise’ actuelle. Personnellement, je ne suis pas déçu par le prof, il a droit à ses idées.

    M. Du Berger affirme être un scientifique, fort bien, je n’en doute pas. Mais dans ce cas, M. Du Berger doit certainement savoir que la science n’a strictement rien à voir avec ce que ‘pense le gouvernement et/ou la majorité.’

    En ce qui concerne rtremblay, je vais bientôt tenter de lui expliquer (sans être du tout certain de réussir) pourquoi j’ai utilisé le terme ‘tyrans’. Et je ne m’intéresse absolument pas aux théories du complot. Ce sont les complots qui m’intéressent et ils sont bien réels, pour peu qu’on soit capable de relier des points pour faire apparaître une image…

  8. Paul S. dit :

    Messieurs, les lucides : Quel complot ?

    Le virus SARS-CoV2, est-il bien originaire de la Chine ?

    Quand la ville de Hunan fut bouclée et la province de Hubei isolée du reste de la Chine le 23 janvier, les autorités chinoises n’ont-elles pas insisté pour que les vols internationaux continuent sans interruption ?

    “ How China locked down internally for COVID-19, but pushed foreign travel “ : https://economictimes.indiatimes.com/blogs/Whathappensif/how-china-locked-down-internally-for-covid-19-but-pushed-foreign-travel/

    Position maintenue jusqu’à la fin de mars et ACTIVEMENT appuyée par l’OMS onusien : https://www.youtube.com/watch?v=ja1lL_f846o

    Personne ne pourrait démontrer l’intentionnalité et aucun pays n’essaiera de le faire, car cela entraînerait une guerre mondiale. On parlera de grossière négligence tout au plus.

    Mais les communistes chinois sont tout, sauf stupides.
    Ils savaient forcément que les voyageurs infectés allaient porter le virus à l’étranger.
    Aussi, dans une dictature communiste, ce genre de décision, compte tenu de conséquences, se prend au plus haut niveau.

    La crise mondiale est venue à point nommé : elle a permis de régler le problème grave de Hongkong en douce et elle écartera le président Trump qui, seul, s’opposait aux visées hégémonistes du PCC. Les USA réintégreront les l’Accord de Paris, ce qui affaiblira économiquement davantage l’Occident, gravement amoché par le Covid.

    La Chine se sort du Covid 19 avec une poignée de morts, ce qui pouvait être prévisible, compte tenu de moyens, de la discipline et de la résistance immunitaire élevée de sa population, exposée à toutes sortes de virus, en tout temps.
    En parallèle, l’économie chinoise, intégrée avec l’état, a les moyens d’attendre la reprise d’exportations et les nombreuses faillites ailleurs vont considérablement renforcer sa position.

    Comme on dit : ce Covid 19 – une belle et heureuse coïncidence pour le Parti Communiste Chinois.

    Ces messieurs les lucides, connaissent-ils la doctrine nommée “Unrestricted Warfare” du PCC ?
    Suivent-ils les agissements de la Chine en Afrique, dans la Mer de Chine méridionale, son “Belt and Road Initiative”, convergente sur l’Europe ?

    Ont-ils séché leurs cours en histoire pour ne pas voir les similitudes avec les efforts d’implantation de “comptoirs commerciaux” du colonialisme européen au début de la révolution industrielle qui en était le moteur ?
    Pourtant les analogies crèvent les yeux.

  9. lucbmenard dit :

    Dans un article du Devoir intitulé : Un couvre-visage plus symbolique que sanitaire, l’auteur, un doctorant en philosophie à l’Université de Montréal, répond à une lettre publiée pro-masque. Contrairement à la position défendue dans la lettre, l’auteur pense que le masque permet d’entretenir un état anxiogène de peur, justifiant des mesures liberticides que plusieurs jugent disproportionnées.

    https://www.ledevoir.com/opinion/idees/582987/un-couvre-visage-plus-symbolique-que-sanitaire

    Voici la réponse de son professeur au collégial dans un autre article intitulé : Pour une philosophie au service du bien commun.

    https://www.ledevoir.com/opinion/idees/583050/coronavirus-pour-une-philosophie-au-service-du-bien-commun

    « J’ai sourcillé en lisant sa lettre ouverte qui tente de déboulonner certains arguments pour le port du masque en invoquant des éléments de logique du premier cours de philosophie au collégial. Comme j’enseigne ce cours depuis huit ans, il me semble nécessaire de corriger plusieurs erreurs majeures dans son argumentation. La philosophie et la science doivent travailler ensemble. Malheureusement, ce texte à prétention philosophique s’appuie sur plusieurs affirmations scientifiquement douteuses (ci-dessous).

    « D’abord, que le taux de létalité « semble » avoir été surestimé n’est pas un argument suffisant pour le sous-estimer. Le calcul diffère d’un endroit à l’autre, mais la surmortalité demeure significative partout. Ensuite, certes, les études divergent sur le degré d’efficacité du masque, mais pas vraiment sur le fait qu’il y ait une certaine efficacité. Comme il ne peut occasionner que de rares et mineurs inconvénients, le principe de prudence s’applique. Ajoutons que la comparaison avec l’influenza a été réfutée à de nombreuses reprises, notamment à cause de l’existence de vaccins. »

    L’auteur dénonce ce qu’il croit être un sophisme ad hominem, consistant à s’en prendre aux gens qui soutiennent un argument plutôt qu’à l’argument en tant que tel. Selon lui, les experts en santé publique et autres défenseurs du masque se contenteraient d’accuser ses détracteurs de conspirationnisme au lieu d’utiliser des arguments rationnels. Or, critiquer un argument pour en conclure que ceux qui le soutiennent adhèrent à un courant de pensée inquiétant, ce n’est pas un ad hominem.

    L’argument suivant est un sophisme de la pente fatale, impliquant une conclusion désastreuse et exagérée : « Et pourquoi ne pas fermer tous les fast-foods de la planète et obliger la population à faire 30 minutes de jogging par jour ? » De plus, l’analogie ne tient même pas : les mauvaises habitudes de vie ne nuisent qu’à la personne qui les adopte, contrairement à un virus contagieux.

    Liberté

    Autre passage troublant : « La rhétorique émotivo-sentimentale de la “peur de la mort” n’est que charlatanisme et arnaque intellectuelle. » Cette caricature montre que l’auteur ne prend pas au sérieux les arguments auxquels il répond, comme on doit le faire en philosophie. Mais le plus inquiétant, c’est cette idée selon laquelle la liberté individuelle serait un principe si important qu’elle permettrait de mépriser le droit à la vie.

    On pourrait voir dans notre opposition une confrontation classique entre les deux grands courants éthiques : je défendrais une thèse utilitariste visant à minimiser le nombre de morts, alors que l’auteur défendrait une thèse déontologique valorisant la dignité humaine et la liberté. Mais aucun déontologue sérieux** ne défendra le droit de poser un geste qui pourrait menacer, directement, la vie et la liberté d’autrui. Ne pas respecter les mesures sanitaires, ce n’est pas une attitude innocente avec des externalités négatives dont on pourrait se déresponsabiliser. Contaminer quelqu’un à la COVID-19, c’est s’en prendre directement à sa vie, et donc à sa liberté. On en revient à un principe que la plupart d’entre nous avons appris non pas au cégep, mais au primaire : ma liberté s’arrête là où commence celle de l’autre.

    L’auteur soulève des questions légitimes concernant le moment et la manière d’imposer le port du masque, mais affirme qu’elles sont souvent laissées sans réponses, ce qui laisse croire qu’il n’a pas fait ses recherches avant d’écrire. Il en tire une conclusion surprenante : « Ainsi, le masque permet d’entretenir un état anxiogène de peur, justifiant des mesures liberticides. » Encore une fois, en plus d’une exagération, on a affaire à une erreur de raisonnement : parce que les justifications des experts nous semblent insuffisantes, on en conclut que la seule explication possible doit se trouver dans de noirs desseins inavouables. C’est le propre d’une logique conspirationniste.

    Le texte termine sur une envolée rhétorique qui ferait un excellent exemple à présenter à nos étudiants : « Devrons-nous porter ad vitam æternam ce satané chiffon au visage ? Est-ce vraiment ce visage glauque et sinistre que nous désirons proposer aux prochaines générations ? Bref, devons-nous réellement museler la vie pour mieux sauver la mort ? » Difficile après ce passage de prendre au sérieux la prétention d’opposer un argumentaire rationnel et critique face aux appels aux sentiments et aux autres sophismes qu’il reproche à ses adversaires.

    La science et la philosophie abordent des sujets différents, mais elles sont plus proches qu’on le pense, dans la mesure où toutes deux exigent une certaine rigueur. J’ose espérer que Le Devoir n’aurait pas publié la lettre ouverte d’un scientifique truffée d’autant d’erreurs de raisonnement. J’espère que ma réponse aura le mérite de sauver au moins un peu la face de ma discipline.

    *La locution latine ad hominem signifie « à l’homme », en latin. Le sophisme ad hominem se produit quand on affirme que les propos avancés par une personne sont faux à cause de quelque chose qui se rapporte à cette personne mais qui n’a rien à voir avec le sujet.

    **même l’avocat Julius Grey, ardent défenseur des droits et libertés individuelles s’est positionné sur la question.

    • Paul S. dit :

      J’avais, moi aussi, lu cet article du “doctorant” en philosophie (pas en facebookie) D. Vachon et je me suis fait cette note dans le contexte du billet courent en ce temps de monsieur Du Berger.

      Le doctorant avance : “.. la raison pour laquelle c’est uniquement le port du couvre-visage qui importe, et non son efficacité, est que le masque sert principalement de symbole de réminiscence constante que nous sommes en période de pandémie. Ainsi, le masque permet d’entretenir un état anxiogène de peur, justifiant des mesures liberticides que plusieurs jugent disproportionnées.”.

      La conclusion est peut-être en grande partie défendable (regardez la CNN), mais même si l’efficacité du masque pouvait être mise en doute, le rejeter en masse, là où, sans être efficace à 100 % (ou même 60 %), il peut faire la différence (même petite), serait déraisonnable.
      Une Vie sauvée n’a pas de prix !

      Les mesures liberticides les petites et les disproportionnées, il faut les anticiper et les combattre, sans pour autant devenir déraisonnable.

      Je pense que la caractérisation négative d’arguments pro-masque par le doctorant ne s’applique pas au billet du prof ( https://duberger.me/2020/07/15/dr-facebook-infectiologue-edidemiologiste/ ) qui étaie bien ses arguments, seulement à l’introduction percutante en anglais, concernant la Jos-connaissance.

      Mes remarques ne sont pas techniques d’un philosophe, mais d’un quidam usant son GBS. Contrairement à l’opinion de M. Tremblay, sans être de la Gauche, on peut et on doit, faire le pont entre les droits d’un individu et la protection des autres membres de la communauté.

      Quant à la logique conspirationniste, la mienne est plus nuancée : au delà de l’intention organisée (difficile à prouver), je me méfie de tout ce qui tente de casser (débourrer) le cheval que je suis, en vue de lui coller une selle.

      Je suis outré par les techniques muselantes de praticiens de la rectitude politique ambiante, elle même basée sur une série de valeurs / attributs absolus introduits graduellement et considérés intouchables. Depuis le début du troisième millénaire, cette aberration omniprésente devient intolérable.
      Elle tue dans l’œuf toute réflexion sortant de l’ordinaire permis : c’est ainsi que les arguments fallacieux de Dr. Greta Thunberg sont intouchables, car elle est intouchable et elle veut nous sauver, ce qui est une justification en soi.

      La gauche excelle dans ces manipulations et quand j’avais noté l’élévation graduelle de la vertu de porter un masque (une mesure sanitaire au début fortement minimisée, même désavouée, par les spécialistes) au rang de valeur différenciatrice de base, je me suis mis en garde.

      Monsieur Ménard, que devrions nous faire, M. Tremblay et moi, pour devenir des doctorants à l’École polyvalente de la Vie ?

      • Paul dit :

        J’ai commis le calque suivant :

        “Current” (en anglais) ≠ “courent” (en français).

        Dans ma première phrase, il fallait écrire : “.. billet actuel en ce temps ..”.

        Mes excuses.

  10. Paul dit :

    Voici, où se situe le déraisonnable des “masqueux” gauchisants qui veulent débourrer les citoyens américains, trop attachés à leurs libertés individuelles.

    “ Wisconsin’s state government is forcing government employees to wear masks while at home alone during Zoom meetings. ” : https://www.breitbart.com/health/2020/08/12/nolte-wisconsin-forces-employees-to-wear-masks-at-home-alone-during-zoom-meetings/

    Oui Rejean, la déraison n’a pas de camp.
    Merci d’avance pour la désapprobation.

  11. Jacques dit :

    M. Paul nous donne ici un exemple intéressant de comportement tyrannique: des petits roitelets stupides et arrogants qui imposent une contraire débile à leurs employés, uniquement parce qu’ils ont le pouvoir de le faire. Mais il y a beaucoup plus grave. Voici quelques exemples parmi bien d’autres:

    1- En Nouvelle Zélande, les personnes testées positives et en parfaite santé sont internées contre leur gré dans des camps de quarantaine qu’on pourrait tout aussi bien appeler ‘camps de concentration’, gracieuseté le la sociopathe qui dirige le pays, Jacinda Ardern. Elle a vraiment une sale gueule, cette femme.
    A date on compte 22 décès attribués à la Covid-19 en NZ…

    https://greatgameindia.com/new-zealand-quarantine-camps/

    2- En Australie du Sud, le premier ministre de l’État de Victoria, le faciste Dan Andrews, a décrété récemment un lockdown très sévère de stade 4, uniquement pour exercer son pouvoir tyrannique. Et il a déclaré l’état d’urgence pour une année complète, ce qui garantira la ruine de l’économie locale. Toute cette démesure pour quelques centaines de nouveaux cas…
    A date, on compte 525 décès attribués à la Covid-19 en Australie, dont quelques dizaines dans l’État de Victoria…

    N’est-ce pas qu’il a une sale gueule de faciste avec ses grosses oreilles de chimpanzé ?
    Et ici, on peut constater le caractère totalement démentiel de ces mesures:

    https://www.sbs.com.au/language/english/victoria-in-state-of-disaster-and-how-other-states-are-responding-to-covid-19

    3- En Grèce, les mesures sont également très sévères et les sanctions nous rappellent l’ère de la ‘dictature des ‘colonels’:

    https://greekcitytimes.com/2020/08/21/greece-announces-up-to-life-in-prison-for-violating-coronavirus-quarantine-rules/

    4- Voici la géniale suggestion d’une ‘councilwoman’ de Nashville aux EU:

    https://www.washingtonexaminer.com/news/nashville-city-councilwoman-recommends-attempted-murder-charges-for-some-not-wearing-face-masks

    Je m’arrête ici. Heureusement que le Québec n’est pas rendu à de telles dérives, mais les choses pourraient bien changer dans un avenir rapproché. C’est la raison pour laquelle il est essentiel qu’il y ait davantage de manifestations anti-confinement, anti-masques, etc. Il faut exiger avec de plus en plus de fermeté que cesse tout cette hystérie collective qui nous empoisonne l’existence et qui est en train de détruire tout ce qui fonctionnait bien ou relativement bien dans notre société.

    • Paul S. dit :

      M. Jacques déteste viscéralement les fascistes et autres dictateurs.

      Dominer son prochain, pour s’approprier les ressources ou en contrôler l’accès, est inscrit dans le code génétique, dès la séquence dite reptilienne.
      Également l’est, l’acceptation du contrôle par les individus non-dominants, pour se ménager un accès conditionnel auprès de dominateurs.

      Avec l’évolution, chez chaque individu il y a des degrés de propension à la dominance ou à la soumission.
      Les institutions démocratiques imposent des règles d’atténuation de contrôle direct et une zone tampon entre les dominants et les soumis.

      Les aspirants aux régimes de domination doivent d’abord amoindrir les institutions démocratiques et pour cela accroître l’acceptation généralisée de la soumission. On le fait subtilement et graduellement, mais visiblement (le déploiement, volontaire, puis obligatoire de masques, là où ce n’est pas requis pour des raisons valables de protection directe).

      Le “Soup Nazi” illustre la relation de dominateur compulsif avec des soumis volontaires désireux de grappiller : https://www.youtube.com/watch?v=euLQOQNVzgY

      Depuis la réouverture de commerces à Montréal, maintenant covido-règlementés, je constate des mini Soup Nazis partout, dès l’accueil / admission, jusqu’aux caisses.

  12. rtremblay dit :

    à Paul et aussi Jacques

    Pendant le temps que vous vous imaginez que les mères et les pères seraient contraint(es) de porter le masque dans leur maison en présence de leurs propres enfants (c’est de la fabulation), dans ma municipalité les jeunes continuent leurs ligues de sports estivales (soccer, baseball, etc.). Les plages sont ouvertes. Les restaurants et les commerces appliquent la désinfection des mains et le port du masque et l’accès n’est pas trop limités. C’est même plus agréable qu’avant car maintenant on s’entend parler à l’intérieur de ces endroits. Les quelques rébarbatifs finissent par comprendre le bon sens et l’intérêt de protéger leurs entourages. Même les cliniques et hôpitaux que j’ai du consulter appliquent des mesures raisonnables. Il ne faut pas oublier que ce sont les travailleurs de ces endroits qui sont les plus exposés à la COVID.

    Le port du Masque est juste une question que chacun peut limiter la diffusion. Je ne serai même pas étonné qu’on s’aperçoive dans les prochains mois que le masque permet de limiter le nombre et l’impact sur notre réseaux de la santé de la grippe saisonnière ce qui aura un impact positif sur notre économie.

    Svp messieurs amenez nous des faits vérifiables au lieu de fabuler comme vous le faites. On a plus besoins présentement de faire de la vraie science que d’inventer des théories sur un possible lien entre la consommation de bières et le Covid….par exemple…

    • Paul dit :

      Monsieur Rejean admoneste : “On a plus besoins présentement de faire de la vraie science que d’inventer des théories sur un possible lien entre la consommation de bières et le Covid….”.

      Pourtant Rejean, j’ai suivi exactement la procédure de scientifiques du climat, que vous vénérez, pour établir plus haut, par la corrélation directe, “que la mortalité covidique est inversement proportionnelle à la consommation de la bière.”
      En fait je me disais, si quelqu’un allait pouvoir comprendre ma démarche SCIENTIFIQUE, ce serait bien monsieur Rejean.

      Vous souvenez-vous encore de l’argument principal sur quel s’appuie la thèse de RCA : Δ[CO2]↑ => ΔT↑ ?
      Quand en réalité, on constate toujours : ΔT↑ –> Δ[CO2]↑ …

      J’admets de ne pas avoir vérifié si ce n’était pas le virus qui causait la consommation de la bière. On en buvait bien avant de recevoir le cadeau viral de communistes chinois.

      M. Tremblay ne croit pas “.. que les mères et les pères seraient contraint(es) de porter le masque dans leur maison en présence de leurs propres enfants ..”.

      Par facétie, M. Jacques avait déjà envisagé : “.. des masques de très petite taille et adaptés aux poupons.”

      Mon esprit d’innovateur a tout de suite saisi la balle au bond et j’ai ajouté à mon cartable d’inventions : le concept de masque pour nourrisson, avec une trappe refermable pour faire passer la tétine, sans enlever le masque.

      Une variante ajoute au masque à trappe une visière verte (couleur pacifiante) pour filtrer l’image perturbante du masque porté par la nourrice et ainsi diminuer l’effet délétère au cerveau en formation du bébé de cet accoutrement épeurant.

      Courage Rejean : se dilater la rate augmente la vitalité et par rebond, la résistance aux virus.

  13. rtremblay dit :

    Δ[CO2]↑ => ΔT↑ ?
    Quand en réalité, on constate toujours : ΔT↑ –> Δ[CO2]↑ …

    Faux ça n’a jamais été démontré votre dernier énoncé ! à part dans votre tête.

    L’information que j’ai fournie à de multiple reprise montre justement le contraire de votre énoncé !
    vous vous souvenez encore des nombreux graphiques présentés à l’aide de l’outil publique qui se trouve sur le site de Woodfortrees.org ?

    • Paul dit :

      Cher ami,

      Un rappel au sujet de symboles :
      Entraînée ou causée (une conséquence par un effet / événement) : “ => “ .
      La préséance / suite dans le temps (de deux observations dépendantes ou indépendantes), indiquée par une flèche : “ → “ .

      Autant à court terme que sur des périodes plus longues, quand la température augmentait, quelques mois plus tard la concentration du CO2 dans l’atmosphère augmentait aussi (Des années plus tard, dans le cas d’évolution de régimes climatiques importants, tels que les sorties de glaciations périodiques). Pas le contraire.

      Monsieur Rodgers, que vous avez consulté, l’avait confirmé aussi.

      Comme par ailleurs, bien qu’indirectement et à son corps défendant, aussi le scientifique barbu Mr. Guillaume, tout en invoquant par la suite le concept de “fausse dichotomie”généralisée.

      La conclusion dictée par mon GBS de quidam : une conséquence ne peut pas précéder dans le temps sa cause.
      Le barbu scientifique ajouterait : le principe d’entropie ne le permettrait pas.

      Évidemment, ma conclusion quidamique rendrait l’hypothèse (toujours non-démontrée) de RCA caduque.

      Quant à vos graphiques, vous n’avez jamais établi explicitement l’arrimage précis dans le temps de T et de [CO2] dans les banques de données, que vous et les institutions pondeuses de rapports alarmistes, utilisiez dans vos exercices.

      Mais vous l’auriez compris, tout ce que je voulais dire aujourd’hui : ma conclusion sur l’effet bénéfique de la consommation de bière (non-pasteurisée – j’insiste) sur la résistance de populations au virus SARS CoV-2 est aussi et même plus, fiable que l’annonce de la fin du monde dans 12 ans, causée par le RCA, rapportée par Dr. Greta et la barmaid climato-hystérique Alexandria Ocasio-Cortez.

      Paul

  14. Jacques dit :

    Les autorités viennent de décréter l’obligation du masque à l’extérieur partout dans la ville de Paris. Je subodore que M. Tremblay rêve que madame sourire, Valérie Plante, fasse de même pour Montréal, qui deviendrait ainsi le royaume des zombies masqués à pied, en vélo, en trottinette électrique, en scooter électrique, en planche à roulettes, en patins à roulettes, etc.

    Quand je regarde ces images de la rentrée scolaire, j’ai peine à croire à la réalité de ce que je vois. J’ai dû me rendre à l’évidence: je ne suis pas victime d’hallucinations visuelles. On a transformé les écoliers en zombies masqués qui devront de plus respecter toute une panoplie de mesures sanitaires insensées. Il manque seulement le port du masque dans toutes les classes. Je l’ai déjà dit et je le répète: les médecins et autres experts (infectiologues, virologues etc,) qui appuient de telles mesures sont des incompétents qui devraient être congédiés sur le champ.

    L’opposition à toutes ces mesures commence à prendre forme. Par exemple, plusieurs manifestations importantes auront lieu samedi le 29 août dans plusieurs grandes villes: New-York, Boston, Paris, Londres, Berlin. Il y a lieu de croire que les masqués ne seront pas nombreux et que la distanciation ne fera pas partie des préoccupations des manifestants. Il est urgent de mettre fin à cette arnaque sanitaire mondiale. Cependant, la tâche sera ardue, car les autorités sanitaires, avec la complicité des médias, ont réussi à faire croire aux citoyens qu’ils sont menacés par un ennemi d’une extrême dangerosité et que seule une obéissance aveugle aux mesures décrétées pourra permettre de terrasser l’agresseur…

    Pour terminer, je suggère la lecture d’une lettre adressée aux gouvernements et aux citoyens du monde par de nombreux professionnels de la santé (aucun québécois, ce qui n’est pas surprenant):

    Cliquer pour accéder à FR-international-alert-message.pdf

    • Paul dit :

      Il y a deux semaine, on rapportait ici (https://duberger.me/2020/07/28/avis-du-dr-marc-sur-le-masque/#comment-145615) une intervention du professeur de médecine français, Jean-François Toussaint, arguant SOLIDEMENT contre l’imposition généralisée du masque pendant la phase courante de la pandémie en France.

      Ce que monsieur Jacques et Dr. Toussaint n’ont pas compris : le virus évolue et devient plus athlétique.

      Au début, quand les officiels ne voulaient pas de masque pour le peuple et les journalistes (qui avaient saisi tôt la signification politique du geste de soumission) réclamaient son imposition, notre Dr. Arruda avait répondu à peu près ceci : le virus, quand il atterrit ne se tapit pas pour sauter sur vous.

      Eh bien, probablement les autorités ont maintenant découvert que le virus chinois est passé par le gym et a fait des kilomètres sur le tapis roulant.
      Ainsi, à l’instar de puces, il peut maintenant sauter sur les passants.

      D’où le masque à l’extérieur que la ricanante mairesse montréalaise s’empressera d’imposer par solidarité vertueuse.

  15. Jacques dit :

    Pas très pratique à lire…
    Cliquez en haut à droite sur >> et cliquez ensuite sur télécharger…

  16. Citoyen Affranchi Libre dit :

    Le port du masque *suggestif* sans se faire tordre le bras par le gouvernemaman , oui 🆗.
    Bravo ! à l’organisation The Line Canada pour sa manif à Ottawa anti-masque , mais malheureusement coiffee aux téléjournaux par le déboulonnement de John A. McDonald à Mtl.
    Hormis Maxime Bernier, pas personne ni voix pour parler des de nos Droits & Libertés individuelles au Canada.
    Beaucoup d’abus des macoutes de la Santé Publique provinciale , nuire & intimider insidieusement nos entreprises, entrepreneurs d’événements … comme celui en Beauce.

  17. lucbmenard dit :

    David Saint-Jacques explique à un enfant ce qu’il est important de faire pour devenir astronaute :

    1) Être en santé physique, prendre soin de son corps : s’alimenter sainement, faire de l’exercice régulièrement et bien se reposer;
    2) Aller à l’école, poursuivre ses études : apprendre de nouvelles connaissances;
    3) Se responsabiliser : avoir un objectif et le réaliser.

    À un autre qui demande s’il a peur d’aller dans l’espace, il répond : c’est sûr que j’ai peur! Je ne suis pas nono. Mon cerveau m’informe du danger. Par contre, il existe une solution : la préparation, l’entrainement à suivre des consignes me prépare à affronter le danger et la peur.

    Bien, c’est exactement ce que nous demande de faire notre gouvernement, suivre des consignes. Ce virus est mortel. Il est encore suffisamment présent dans l’environnement pour nous attaquer à nouveau; il nous menace en tant qu’individu (s). Nous n’avons pas le choix, car tous les moyens pour nous défendre et le combattre ne sont pas disponibles. Il est méconnu et imprévisible. Nous n’avons pas toutes les connaissances des circonstances par lesquelles il pourrait se manifester. Qu’on en soit conscient ou non, le danger est bien réel et bien présent.

    Les réactions diverses qui n’ont rien à voir avec la raison n’élimineront pas le danger quoiqu’on pense ou quoi qu’on fasse pour les montrer. Au contraire, certaines actions peuvent amplifier le problème quand il n’y a pas la distanciation physique nécessaire, pas de masque, etc. Il faut des solutions pratiques telles que celles préconisées dans le contexte actuel.

    Je comprends la réaction de certains, pour eux, le seul fait d’être ensemble est bénéfique et a pour effet d’apaiser la tension face à l’inconnu et l’imprévisible virus. Le sens de perte de contrôle et la menace constante sont insupportables et probablement moins présents en groupe que seul (surtout quand on envisage une seconde vague et le confinement pour solution appréhendée…). Cela s’apparente, je pense, à l’éco-anxiété exprimée dans le cas des changements climatiques. Cependant, ce n’est pas le temps de baisser les bras et commencer à agir égoïstement en ces temps difficiles pour tous. Seulement ensemble nous vaincrons!

  18. Paul S. dit :

    Un parallèle entre les hystéries climato-réchauffiste et covido-extrémiste.

     » From Climate Change to Coronavirus, We Are All Victims of Deep State Hysteria  » : https://www.breitbart.com/europe/2020/08/23/climate-change-coronavirus-we-are-victims-of-deep-state-hysteria/

    Deux citations :

    “ Climate does change, potentially causing disruption. Covid-19 is potentially fatal. But neither problem, on the evidence we have now accumulated, has done anywhere near as much damage as the “solutions”. ”

    “.. we are at the mercy of a leftist Deep State quite incapable of reason or objectivity, let alone of subjecting the policies it inflicts on us to a cost-benefit analysis. “

    • lucbmenard dit :

      Oui, peut-être, mais je parlais du sentiment de peur.
      Je pense que l’aspect idéologique et l’affrontement sont surtout des prétextes. Ils sont utiles et utilisés, je pense, pour éviter de voir la réalité telle qu’elle est. La vraie raison des manifestations est pour se donner du courage en groupe. Vu qu’il n’y a pas de solution concrète à court terme, sinon les mesures sanitaires, ces réunions ont pour effet d’agir comme soupape à l’anxiété, de fuir les inquiétudes, la solitude et l’isolement qui viennent à peser lourd à long terme.
      Dans un cas comme dans l’autre, la stratégie de gestion du stress est la même. C’est ce que je voulais dire par s’apparente à de l’éco-anxiété.

      • Paul dit :

        La sagesse populaire est dure à battre.

        Un vieil adage dit : “la peur est mauvaise conseillère”.
        Or, le stress, l’anxiété et la peur sont étroitement liés et déclenchent les mêmes réflexes.
        L’article de Breitbart ne parlait pas de manifestations anti-masquerade , ni moi d’ailleurs.

        On a peur, alors on écoute Dr. Greta. Vous marchez avec elle et vous exigez des changements radicaux afin d’assurer votre propre survie.
        Sans savoir (car la peur entraine une réaction, pas une analyse) que dans les faits les marionnettistes de Greta, d’inspiration onusienne, veulent imposer un changement complet de régime politique dans l’Occident, tout en détruisant son infrastructure économique.

        Mon entrée en matière ci-haut parlait de “covido-extrémisme”, pas de “covido-réalisme” (ex.: masque pour protéger les autres, là où c’est effectif).

        Quand on impose une amende parce que vous vous éloignez trop de votre domicile (un couple de mes amis français âgés, ne pouvait pas faire une promenade-santé au bord de mer, car en dehors de leur périmètre permis) ou parce que vous sortez pour faire un achat pendant un couvre-feu ridicule (ce que l’on ne fait pas pour les casseurs de Black Lives Matter), alors il s’agit de mesures “covido-extrémistes”.

        Ce weekend, il était question dans une émission de TV5 Monde d’imposition généralisée de masque dans les lieux publics à l’air libre.
        Pas de justification autre que c’est pour simplifier les choses ou pour habituer le peuple à porter l’accoutrement.

        On a peur pour notre survie, alors on accepte les excès de pouvoir sans rouspéter.

        Dans certaines situations les mesures autoritaires sont acceptables et même requises, mais chaque empiètement, même minimal, sur les libertés individuelles DOIT ABSOLUMENT être RIGOUREUSEMENT expliqué et justifié.

        Chaque quidam doit se secouer et faire un pas en arrière pour sortir du cercle de la peur et en regardant les choses de l’extérieur se poser la question (et la poser aux autres) : la mesure de privation de nos droits, est-elle raisonnable ?

  19. lucbmenard dit :

    À propos de la distanciation sociale : Est-ce que 6 pieds suffit?

    D’autres facteurs devraient être pris en considération souligne un nouveau rapport alors que des chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT) et de l’Université d’Oxford affirment que d’autres facteurs, tels que la ventilation, la taille de la foule, le temps d’exposition et si les couvre-visages sont portés, doivent également être pris en considération (un bel exemple cette semaine avec ce bar karaoké de Québec où plus de cinquante personnes ont été infectées).

    La distanciation physique ne doit être considérée que comme une partie d’une approche plus large en matière de santé publique. Cette nouvelle analyse suggère que les directives actuelles pour une distanciation sociale (physique) sûre ne suffisent peut-être pas à stopper la propagation de COVID-19.

    Rappelons que la recommandation de la distance sociale et le port du couvre-visage est particulièrement faite pour protéger les autres dans le cas où vous êtes malade et ne le savez pas. Ce n’est pas seulement pour l’autoprotection comme plusieurs le pensent.

    Informations d’origine: https://www.quora.com/q/coronavirus?__ni__=0&__nsrc__=4&__snid3__=11339786258&__tiids__=11269222

    La vidéo seule, ici: https://www.today.com/video/6-feet-of-distance-may-not-be-enough-new-coronavirus-research-says-90655813758

    • Reynald Du Berger dit :

      « À propos de la distanciation sociale : Est-ce que 6 pieds suffit? » Oui au Québec 6 pieds sous terre est la norme… mais on n’enterre pas entre décembre et mai à cause du sol gelé… on entrepose alors les sans-masques dans un charnier en attendant le dégel.

    • Paul dit :

      La trajectoire de virions expectorés dans l’air calme est à peu près parabolique et tombante.

      Les études de distanciation soociale, se sont-elles soucié de personnes de très petite taille, de bambins errants et de petits animaux, qui tous se déplacent le nez plus près du sol, dans une couche d’air beaucoup plus riche en virions chinois ?

      Quand un rase-sol nous suit, on devrait presser le pas et augmenter la distance qui nous sépare de ce malheureux que notre respiration met en danger.
      Tous les rase-sol devraient obligatoirement porter un chapeau doté d’un puissant clignotant stroboscopique pour nous aviser et responsabiliser.

      J’ai dit malheureux, car les nez des rase-sol sont également plus près d’une autre source de charge virale : l’urine covido-positive dispersée dans la rue par des vessies asymptomatiques débordantes en ces temps de toilettes publiques fermées.
      Peut-être que c’était cette considération, très présente à Paris en tous temps, qui avait motivé la masquerade généralisée récemment imposée là bas.

      En prévision de la deuxième vague, pourquoi ne pas équiper tous les rase-sol d’habits “hazemat” sur mesure ?

      Les 171.2 mm de différence (8.5 %), ce n’est pas rien, bien que le comptable premier ministre québécois croit que 6’ ou 2 m c’est pareil (espérons qu’il sait compter notre argent avec plus de précision).
      Quand une mesure est importante, on l’exprime en millimètres.

      Alors : d = 2,000 mm au minimum en général pour la population de grandeur standard.

      Pour les zones permises d’accès aux rase-sol : d = SQR(2h/g) * v * q
      (SQR: la racine carrée; h: hauteur de la bouche de l’émetteur; g: accélération gravitationnelle locale; v: vitesse d’expectoration et q: paramètre local de correction pour la viscosité de l’air et la traînée covidiques, émis par la Santé Publique).

      La “Nouvelle Normale” oblige – la population sera dorénavant requise d’exécuter ce calcul simplifié en tout temps pour tenir compte de l’essoufflement (pour chaque v, il y aura au moins un q) et ainsi protéger les rase-sol et leur éviter les charniers envisagés par le prof.

      • lucbmenard dit :

        Je suis navré de constater que vous soyez choqué de cela, mais c’est la réalité que de plus en plus de chercheurs observent. Par contre, les études s’appliquent à l’intérieur des bâtiments, des lieux exigus tels que des petits bars et restos, des logements moins bien aérés, etc., où le volume d’air (m3) est restreint et peu recirculé. Où beaucoup de monde s’entasse comme des sardines. Le fait de parler, chanter ou crier à tue-tête n’aide pas. L’air y devient rapidement vicié. C’est ce qu’on appelle le phénomène de transmission par aérosols.

      • Paul dit :

        Pas choqué du tout, car j’apprécie la qualité de l’écriture et le souci de précision.

        Ironique ?
        Un peu, car je me méfie de la quête d’absolu.
        Mon GBS craint une covido-prévention encore plus poussée, car toujours, les derniers points d’amélioration coûtent beaucoup plus (économiquement et socialement en empiètements sur les libertés individuelles) que les précédents et rapportent moins (“law of diminishing marginal returns”).

        Une petite remarque : dans le cas d’air recirculé dans un bâtiment et chargé de virions, la distanciation physique importe moins car la trajectoire de particules en suspension ne dépend pas seulement d’individus émetteurs, mais de courants d’air et du mouvement de personnes, ainsi que de l’accumulation (la teneur atmosphérique en CO2 d’environ 400 ppm à l’extérieur, dépasse souvent 1,200 ppm dans les bâtiments publics).

        Mon propos, basé sur les principes physiques, concernait le périmètre à respecter autour de petites personnes dans les lieux publics à l’air libre.
        C’est un fait, ce que les grands expectorent, les petits aspirent, bien plus que les congénères de taille équivalente.

        Il y a quelques temps j’avais illustré la quête d’absolu en résumant un reportage TV datant de quelques années :
        Un propriétaire voulait se débarrasser d’un vieux réservoir d’huile de chauffage désaffecté. On l’informa qu’il devra aussi payer 45,000 $ pour la décontamination du sol dans son jardin.
        Le réservoir avait fui et fut déconnecté, mais laissé en place, dans les années ‘60. Ensuite la maison avait changé de main plusieurs fois.
        Les normes environnementales étant récentes, il était impossible de récupérer l’argent de propriétaires antérieurs en remontant la chaîne de responsabilité.
        Or, la norme québécoise était 1,000 fois plus sévère que celle en vigueur en Ontario. Selon leur norme, la décontamination n’aurait pas été requise du tout pour notre propriétaire.
        Le fonctionnaire ontarien semblait compètent et crédible, tandis que le nôtre borné et arborant une fière queue de cheval, voulait l’élimination complète d’hydrocarbures, sans considérer le risque réel pour la santé ou l’environnement et surtout, sans se préoccuper du coût de la décontamination.
        Il ne savait probablement pas que les microbes finiront par décomposer les hydrocarbures résiduels.

        La précaution absolue coûte très, très cher et rien n’est gratuit.

        Quelqu’un devra éventuellement payer les excès de précautions covidiques.

  20. Jacques dit :

    Le prof Christian Saint-Germain a écrit aujourd’hui dans la Presse un excellent article intitulé ‘Le Confinement de la Raison’. Il est rassurant de constater que certaines personnes sont encore capables d’esprit critique et de voir les choses comme elles sont.

    J’ai été étonné de voir un article du genre dans la Presse. J’ai hâte de voir les réactions qui ne manqueront certes pas…

    https://www.lapresse.ca/debats/opinions/2020-09-05/le-confinement-de-la-raison.php

    • Paul dit :

      Une bonne réflexion de ce professeur d’éthique.

      Plus que d’autres, les Québécois ont été conditionnés à se fier à la Maman Gouvernement.
      Nous avons ainsi plus de fonctionnaires syndiqués que les autres.

      Les Québécois sont aussi de bons clients pour les vendeurs d’assurances qui savent manier la peur.
      Les journalisses nous en donnent (de la peur) pour notre argent. En effet, on a l’impression qu’on rêve d’une troisième vague.

      L’auteur souligne le silence de syndicats et de professeurs. Ceux qui émargent de l’état, ne sont-ils pas pleinement payés, pendant qu’ils travaillent moins ?
      Éventuellement, les autres salariés d’état vont être réalignés avec les “anges gardiens” de Legault, recrutés en masse et payés 49,000 $ / an. Ce brillant politicien-entrepreneur a fait faire un bond exponentiel au salaire minimum effectif québécois.

      Non, la raison de syndicats n’a pas été confinée. Bien au contraire.

      Quant à « on attend les consignes de la Santé publique », il s’agit de paresseux, qui se dispensent d’utiliser leur GBS et qui attendent après d’autres paresseux qui n’ont pas de GBS (Gros Bon Sens).
      Le renifleur de pets onusiens, Arruda ne fait rien d’autre qu’interpréter les signaux de fumée de l’OMS.

    • Paul S. dit :

      Je viens d’apprendre dans l’article de la Presse que : “ Les amphithéâtres universitaires restent fermés alors que les saunas sont rouverts. “

      Se pourrait-il que l’on a conclu qu’un quelconque visiteur assidu de saunas-gais, privé de son exutoire, risquerait de commettre l’irréparable ?

      Tandis qu’aucun professeur syndiqué, privé de son lutrin, ne se suiciderait pas, d’autant plus qu’il est toujours pleinement compensé.

      La question que je me pose : les acolytes d’Arruda à la Santé publique responsables de cette décision (que je ne remets pas en question), se sont-ils servis de leur GBS rabougri ou ont-ils cédé au Lobby LGBTQI ou interprété une directive politico-correcte (pro-LGBTQI) de l’OMS ?

  21. lucbmenard dit :

    Correction du français

    À propos de la distanciation sociale : Est-ce que 6 pieds suffit ? (mon erreur: suffisent?)

    À propos des droits et libertés : L’État d’urgence vs l’État de droit (inspiré de l’article du Devoir suivant). (https://www.ledevoir.com/opinion/idees/577076/etat-d-urgence-et-etat-de-droit

    Comme on le sait, le Gouvernement du Québec a déclaré l’état d’urgence sanitaire, le 13 Mars dernier. Le décret comporte une série de mesures sanitaires afin de traverser la crise de la pandémie. Les partis se sont entendus pour limiter son application au 1er Octobre, mais il pourrait être prolongé ou réduit.

    Les pouvoirs de l’État

    Les démocraties sont fondées sur le principe de la séparation des pouvoirs : législatif, exécutif et judiciaire. Les régimes dictatoriaux cherchent à concentrer ces pouvoirs et à éliminer les contre-pouvoirs ou oppositions. Certaines personnes dans notre société se posent la question : à quoi servent les droits et libertés s’ils sont bafoués dans les moments où on en a le plus besoin ?

    Selon l’auteur du texte, voici trois exemples de contestations judiciaires possibles eut égard au respect de la Charte canadienne des droits et libertés ¹ : 1) restreindre l’accès des régions et limiter la liberté de circulation et de mouvement : une liberté garantie par l’article 6 (cependant, il y a des conditions particulières à respecter); 2) des agents de la paix qui posent une action sans autorité : préjudiciable aux droits et libertés fondamentaux; 3) des agents de la paix agents qui pénètrent dans un lieu d’habitation sans mandat. Il semble avoir décelé un déséquilibre entre les pouvoirs de l’exécutif (le gouvernement, l’Assemblée nationale) et l’appareil judiciaire (les juges, la magistrature).

    La capacité d’établir le juste équilibre entre les exigences que posent l’état d’urgence et le respect de l’état de droit est possible. Ce serait le propre des grands leaders et des grandes démocraties libérales que d’établir ou de rétablir ce lien fragile, difficile, ambiguë et parfois tendu, entre les différents pouvoirs.

    C’est la responsabilité du (de la) citoyen (ne) éclairé(e) de connaître le système judiciaire dans lequel (laquelle) il (elle) évolue, car il protège à la fois mes droits individuels et ceux de la société. Il y a certainement des recours. Je suis d’accord, ce n’est pas évident de devoir confronter Goliath.
    Changement subit et annoncé

    Enfin, le changement est bénéfique lorsque réclamé (p.ex. un choix politique), mais qu’en est-il de celui involontaire qui affecte notre qualité de vie? Qu’il soit de courte ou longue durée, il est facteur de stress, car il comporte l’une des caractéristiques suivantes : l’inconnu, l’imprévu, le sens de perte de contrôle et l’égo menacé². Le besoin adaptatif relié à la COVID-19 (suivre des consignes) est un exemple récent. Celui des changements climatiques³, un autre, tout comme la perte d’un emploi, d’un être cher, du pouvoir économique, des problèmes de santé, familiaux, etc. Ces situations sont autant de causes susceptibles de déclencher la peur, elle-même source d’angoisse, d’anxiété, etc. L’attitude positive face à l’adversité est un facteur de protection, mais l’effet cumulatif des problèmes peut venir à impacter n’importe quelle personne saine d’esprit, qui en serait épargné ?

    • lucbmenard dit :

      Avec les références:

      1- La Charte canadienne des droits et libertés est la première partie de la Loi constitutionnelle de 1982, texte fondamental de la Constitution canadienne du 17 avril 1982. Son but est de protéger les droits des citoyens canadiens contre les actions, les politiques et les lois des gouvernements fédéraux et provinciaux, et d’unifier les Canadiens autour d’un ensemble de valeurs qui incarnent ces droits (https://fr.wikipedia.org/wiki/Charte_canadienne_des_droits_et_libert%C3%A9s)

      2- Voir l’excellent site Internet du Dr Sonia Lupien (https://www.stresshumain.ca/) pour plus d’information : Le stress chez l’humain qualifie à la fois une situation contraignante et les processus physiologiques mis en place par l’organisme pour s’y adapter. Chez l’adulte, le stress peut avoir des origines physiques, pathogéniques, socio-psychiques, médiées par divers processus hormonaux, chimiques et biochimiques de l’organisme. Ses conséquences diffèrent selon l’individu ou le groupe et selon que le stress soit temporaire ou chronique, ainsi que selon le sexe.

      3- Je parle du léger réchauffement dû à la réduction de la couche d’ozone et le volcanisme (théorie Dr Peter L. Ward). Ici, https://whyclimatechanges.com/about/

  22. rtremblay dit :

    Gros verbiage issu de la référence proposée par Jacques !

    Même s’il est un universitaire son propos est tout aussi inutile que ceux d’autres spécialistes du verbiage que sont Paul et Jacques.

    En quoi son propos nous aide à régler le problème du Covid-19. Moi qui pensais que d’être anti-vaccin était d’une autre époque comme dans le temps de l’Ile de la quarantaine (Grosse Ile) ou la théorie de la miasse était populaire.

    plus de science (médecine, virologie, etc.) serait souhaitable plutôt que des sciences sociales et politiques qui en réalité ne sont pas des sciences à mon avis car aucun propos chiffré.

    • Paul dit :

      Au risque de déplaire au praticien, que vous-êtes M. Rejean, de sciences en général et agro-alimentaires en particulier, pour “régler le problème du Covid-19” on a plus le recours à la Politique qu’à la Science.

      Idem pour l’introduction de ce problème dans l’Occident, ainsi que pour son aggravation. Regardez le rôle joué par l’OMS entre janvier et avril sur les ordres directs du Parti Communiste chinois.
      À se faire rentrer dans la pipe !!!! : https://www.youtube.com/watch?v=5DJJYeLCcz0

      Ainsi que le bâillon à l’interne du leadership communiste de l’OMS, contre les dissidents qui étaient conscients de leur responsabilité et de conséquences : https://www.youtube.com/watch?v=FIVT5sg0bfE

      Combien de millions de morts et de milliers de milliards de $ en dommages économiques, sur la conscience du camarade Tedros ?

      Comme d’habitude, vous réclamez : “plus de science (médecine, virologie, etc.) serait souhaitable plutôt que des sciences sociales et politiques qui en réalité ne sont pas des sciences à mon avis car aucun propos chiffré.”

      Par anticipation, je vous ai servi et chiffré mon propos un peu plus haut sur cette page : d = SQR(2h/g) * v * q

      Si vous êtes un Québécois de taille moyenne (174.4 cm) et votre bouche est à 150 cm au dessus du sol, en croisant un bambin errant, vous sauriez comment ajuster votre périmètre de sécurité.

      Bien plus, en tant que l’ex étudiant en génie, vous sauriez qu’il ne faut pas lever la tête, mais la baisser pour raccourcir la trajectoire de virions expectorés et qu’il faut tenir compte de la densité de l’air, ainsi que de l’humidité et de la pression atmosphérique.

      Si par contre vous êtes plutôt de petite taille, vous porterez sur la tête un gyrophare double : “little people warning” + pétrophobie avancée.

      • rtremblay dit :

        on dirait M. Paul que vous ne suivez pas l’actualité ?

        Voilà quelques semaines en France : Les représentants politiques des régions trouvaient que les gouvernements centraux prenaient trop de décisions à leur place. Les manifestations allaient en augmentant contre le port du masque. Qu’elle est le résultat ? : de 2000 nouveau cas / jour qui était le niveau voilà à peine quelques semaines eh bien dans les derniers jours il atteigne des records 8 à 10 000 nouveaux cas/jour. c’est triste de constater que la France obtient des résultats similaire à l’Espagne et qu’il perdre le contrôle de la situation parce que les consignes ne sont pas suivies.

        le politique au lieu d’écouter la science s’est trompé à nouveau !!

        en passant votre exercice de calcul est futile , puisqu’il ne tient aucunement compte de la quantité éjecté de gouttelette et de leur charge virale ni de la grosseur des gouttelettes. Vous avez tendance à ne pas emprunter le chemin direct entre deux points et mettre plein de verbiage qui ne mène pas à grand chose alors qu’il est plus important présentement de rechercher des solutions pour contrôler cette pandémie plutôt que de chercher des supposés coupables.

      • Paul dit :

        Vous avez raison, des faits d’actualité m’échappent, dont celui-ci : votre muse, Dre Greta Thunberg a ajouté le Covid-19 à ses expertises nombreuses et elle utilise, comme vous, l’argument massue du script prévu (autant pour le climat que pour le Covid) – “Écoutez la Science !”.

        Saviez-vous que la CNN avait fait appel à Dre Greta pour faire partie de leur panel d’experts sur le Covid : https://www.youtube.com/watch?v=XxDjYakRSCc ?
        Je vous laisse deviner pourquoi.

        Il y a un an, vous avez participé avec Greta dans son “Marschera för klimatet” montréalais.

        Dans un an Dre Thunberg vous conviera à sa Marche pour le Covide (“Marschera för kovidet”).
        Qui sait, peut-être que vous serrerez les rangs avec un groupe venu de Québec que vous pourrez enfin convertir à vos visions climatériques et leur faire ravaler les 7 questions qui tuent.

        Monsieur Rejean, croyez-vous vraiment que la politique n’a pas sa place dans la covido-défense et qu’il ne faut pas “chercher des supposés coupables “ ?
        Pas tellement “supposés”, les coupables. Si l’on avait fait un travail rigoureux d’analyse post-mortem après l’éclosion du SRAS chinois en 2003, on aurait pu éviter l’hécatombe d’aujourd’hui.

        Le même pays d’origine, les mêmes acteurs, les mêmes doctrines et procédures, dont la résistance fatale par l’OMS à l’embargo aérien pour accommoder la Chine.
        La seule différence : une virulence supérieure du SARS-Cov2 (Saura-t-on jamais comment et pourquoi, quand la Chine s’oppose à l’enquête internationale sur l’origine de la pandémie Covid-19 ?)
        Alors oui, les coupables bien identifiés, y compris les experts dans les agences nationales de la Santé publique qui ont choisi d’oublier et n’ont rien appris de 2003.
        Disiez-vous – écouter leur science ? Sérieusement ?

        Quant à mon calcul de quidam, merci pour votre avis d’ingénieur-expert, mais le facteur de correction q (“ q: paramètre local de correction pour la viscosité de l’air et la traînée covidiques, émis par la Santé Publique “) dans la formule d = SQR(2h/g) * v * q couvre entièrement votre objection. En effet, non seulement la taille, mais aussi la forme et la qualité du fluide (l’air ambiant) affectent la traînée et ainsi la trajectoire effective. Plus courte quand on est stationnaire, mais plus longue quand l’émetteur marche (car les gouttelettes freinées davantage descendent plus lentement).
        Donc : écoutez la science d’Arruda, qu’il inclura dans son facteur q (“cu*”, pour être précis), pour protéger les nains et les “bambins errants” que vous croiserez.

  23. Paul S. dit :

    Apparemment, le pouce de M. Tremblay n’est pas d’accord avec ma désignation de coupables pour la pandémie de Covid-19 (soient la Chine communiste et l’OMS onusien).

    Le secrétaire général socialiste de l’ONU, M. Antonio Guterres lui donne raison : « The Covid-19 pandemic is demonstrating what we all know: millennia of patriarchy have resulted in a male-dominated world with a male-dominated culture which damages everyone – women, men, girls and boys, »
    https://www.rt.com/news/500117-un-chief-covid-patriarchy/

    On constate que le grand boss onusien amplifie / cogénére les mots d’ordre pour les activistes gauchistes : blâmez, toujours et pour tout, le mâle blanc, dominateur, misogyne, raciste et anti-LQBTQ. Le méchant “prototrump” en somme.
    La pensée “vertueuse” sous-jacente : Nous serions tellement mieux dans une société régie par les valeur grétino-féministes.
    Patience, nous y sommes presque.

    Parmi les commentaires dans “Russia Today” : “ We’re undergoing a revolution of stupidity. “

    Sur le même sujet : https://www.breitbart.com/europe/2020/09/07/everything-bad-in-history-was-mens-fault-claims-the-united-nations/

    Une réaction concernant l’ONU : “ It generated and promoted the disastrously expensive, dishonest and anti-free-market global warming scare, via its offshoots UNEP (United Nations Environment Program) and the UNFCC (United Nations Framework Convention on Climate Change).
    It has made a similar hash of coronavirus via its similarly corrupt, mendacious, anti-science, China-controlled World Health Organisation (WHO). “

    Quel sinistre farceur ce Guterres.
    Tiens, l’autre comique, notre Arruda national qui arbore toujours son épinglette onusienne, serait-il de la même lignée ibérique, socialiste et jovialiste, que le grand boss ?

    Merci d’avance Rejean d’élaborer par écrit pour me contrer, au lieu de penser par le pouce seulement.

  24. Paul S. dit :

    De la science pour Mr. Tremblay : il existerait un lien entre la pollution de l’air par particules fines et la Covid-19 : https://www.bbc.com/future/article/20200427-how-air-pollution-exacerbates-covid-19 .
    Ce lien pourrait avoir du sens car les deux maux affectent les poumons.
    Une question que les journalistes de BBC n’ont pas posée : ce lien existe-t-il en Chine urbaine, beaucoup plus polluée que les villes américaines ou italiennes ?

    La science moderne fait de la politique : “In the US, some ethnic minorities are disproportionately exposed to air pollution, primarily caused by the consumption by white Americans, ..”.
    Ensuite, les media vont blâmer le président d’exacerber les divisions raciales au pays.

    L’Organisation Mondiale de la Santé qui vient de très mal performer dans sa mission première, prêche la verdasserie : “We need to avoid the temptation, in the name of the recovery of the economy, to go back to intensive use of fossil fuels or intensive use of cars,”

    Dans une ONU déjà trop investie dans la climatèrie, à quoi sert ceci : “director of environment, climate change and health at the World Health Organization.” ?

  25. Jacques dit :

    Nos vaillants experts épidémiologistes, infectiologues, virologues et autres parasites de la santé publique sont tellement occupés par les nouveaux ‘cas’ et toutes ces mesures absurdes qui se multiplient plus rapidement que n’importe quel virus, qu’ils n’ont même pas remarqué que la fameuse courbe a commencé à s’aplatir sérieusement il y a trois mois et que depuis la mi juillet, elle est tellement aplatie qu’elle se confond avec l’axe horizontal. Bref, cette ‘pandémie’ est terminée. Revenez sur terre, bande de guignols, et cessez de nous bassiner avec vos nouveaux cas!

    Définition d’un ‘cas’ : personne bien portante ou avec de légers symptômes ayant subi un test PCR qui s’est avéré positif.

    Ces nouveau cas n’ont aucune importance et ne servent qu’à entretenir l’illusion que la pandémie n’est pas terminée, qu’il faut toujours se ‘protéger’ et que plus rien ne peut être comme avant.

    https://www.quebec.ca/sante/problemes-de-sante/a-z/coronavirus-2019/situation-coronavirus-quebec/#c63031

    De plus, la mortalité (toutes causes confondues) pour les mois de juin-juillet 2020 est la même que pour juin-juillet 2019. Donc, depuis juin, il n’y a aucune surmortalité au Québec. Les données pour août devraient sortir bientôt et nul doute qu’elles ne montreront rien d’anormal:

    https://www.stat.gouv.qc.ca/statistiques/population-demographie/naissance-fecondite/i210.htm

  26. rtremblay dit :

    C’est désolant de constater que M. Jacques reste dans le déni et que R. Duberger accepte ces commentaires sans répliquer !!

    C’est faux votre affirmation et elle n’est basée sur aucun fait. La pandémie n’est pas terminé et plusieurs endroits dans le monde constate une seconde vague :

    France,
    Espagne (pire que la première vague)
    Angleterre
    Japon
    Brésil,
    Afrique du Sud,
    Inde,
    .
    .
    .
    .
    .
    .
    même l’Alberta qui avait contrôlé le diffusion est repartie à la hausse.

    Au Québec ça reprend aussi après l’accalmie de l’été dernier.

    Jacques n’a pas compris le décalage dans le temps entre les cas déclarés et les hospitalisations et les décès. il n’a pas non plus compris entre ce qui est constaté en europe et ici. Il ne veut pas regarder ce qui se passe au USA car là également il n’y a pas de baisse à des taux rassurants.

    Je souhaite seulement que vous ne faites pas partie du lot de personnes qui manifestent inconsciemment. Et Paul faites vous partie des personnes qui sont allées pancartes à la main affichées leurs bêtises et qui dans quelques semaines vont réclamées l’accès gratuit à nos hôpitaux en voulant passer en avant des personnes à qui ils auraient transmis ce virus ou d’autres.

    Paul je ne réponds pas à vos points parce que vous allez dans plusieurs directions à la fois et je n’ai pas le temps, ni la patience d’argumenter avec vous. Je vous ai demandé de vous concentrer sur un seul sujet (le lag T évolution CO2) et vous êtes repartis volontairement dans tout les sens… en plus vous avez oublié la variable que notre monde n’en est pas un en 2D mais bien en 3D pour ce qui est de la projection de notre toux. De plus vous repartez sur une théorie qui s’apparente à celle de la miasse démontrée fausse voilà plus de cent ans. Le premier mode de transmission d’un virus se fait par deux être vivant, ne l’oubliez pas.

    • Reynald Du Berger dit :

      j’ai une chronique à CHOI Radio X jeudi matin a 10h et je dénoncerai le « modèle » suédois.Le « modèle » suédois 580 morts/million comparé à 50 / million pour les SEULS comparables Norvège, Finlande et Danemark. 11 fois plus de morts ! 11 fois plus de morts pour tenter de sauver une économie non menacée… on a tué des vieux dont la vie aurait pu être sauvée pour supposément sauver une économie non en danger ! et ya des gens qui citent ce pays en exemple ! Une honte ! et ya des Québécois , heureusement en minorité avec la même attitude écono-égoïste, sans aucun sens de civisme ni d’humanité, honte à eux !

      • roc dit :

        vous qui avez toujours travaillé dans des administration et qui êtes a la retraite vous vous en foutez royalement des faillites des entreprises privé !
        ayant vécu dans votre petit cocon public vous ne savez rien de la vie réelle des gens qui produisent de la valeur .
        pour nous cette propagande pro virus est une catastrophe criminel toute notre vie est foutue en l’air a cause d’irresponsable dans votre genre !

      • rtremblay dit :

        je suis d’accord avec votre comparatif Suède et ces pays voisins.

        De plus en Suède la pandémie n’est pas arrêté. La progression est toujours là.

        J’ai une question pour les anti masques : pourquoi L’Italie et l’état de New-York semble avoir contrôlé la réapparition d’une seconde vague ?

      • Paul dit :

        Moins que d’autres, l’économie suédoise a reculé aussi.

        Une économie “non-menacée”, c’est quoi ? Avoir une capacité d’endettement supérieure ?
        Où est la preuve que nous serons en mesure de rembourser les dettes énormes contractées par nos gouvernements en appui aux mesures de covido-mitigation ? Après nous, le déluge ?
        Qui détient la dette internationale ?
        La Chine serait très contente de mettre la main sur les mines canadiennes et celles ailleurs, en contrepartie.

        Au niveau micro-économique, c’est encore pire : une entreprise est toujours à la merci d’un “cash flow” négatif, jugé trop persistant par un banquier.
        Les activités du secteur public peuvent être différées, car l’état détient le monopole.
        La coupe de cheveux peut-être retardée, bien que plusieurs pourraient pratiquer l’auto-tonte.

        Mais, un contrat perdu par une PME, l’est pour toujours et il rend plus fort le concurrent qui l’a ramassé pendant notre incapacité de fonctionner.
        Un achat par défaut sur l’Amazon pendant la fermeture forcée d’un commerce de quartier peut devenir une habitude de consommation qui appauvrit l’économie locale.

        Une grosse commande chez le “copycat” chinois, pendant une fermeture forcée (hypothétique – merci les élus suédois) de SKF, aurait remplacé les “behrings” de l’axe du globe que le prof connait bien.
        Pendant une fermeture forcée (hypothétique – merci les élus suédois) de Bofors, les marchands d’armes internationaux auraient acheté leurs canons de qualité ailleurs.

        Mr. Roc a raison : quand on a travaillé pour une PME, on voit les réalités économiques telles qu’elles sont.

        N.B. : En date d’aujourd’hui.

        Suède : 87,345 cas d’infection et 5,851 morts pour une population de 10,112,400.
        Québec : 65,554 cas d’infection et 5,785 morts pour une population de 8,552,400.

        Comme en Suède, les autorités québécoises avaient complètement perdu le contrôle dans les maisons d’hébergement de personnes âgées.
        Sans cela, le comparatif serait beaucoup moins défavorable en Scandinavie.

      • Paul S. dit :

        Mr. Roc,

        Payés, même sans la prestation normale de travail, les employés du secteur public n’ont pas souffert de conséquences de la Covid, comme les entrepreneurs, empêchés de produire ou autorisés de le faire avec des coûts additionnels, trop lourds à supporter.

        Ce sont aussi ces gens, bien à l’abri, qui ne se pressent pas au portique pour reprendre la vie normale, en particulier les enseignants, ici comme ailleurs.

        Il y a toutefois une accusation indirecte, visant monsieur Du Berger, avec laquelle je suis en désaccord. Celle de n’avoir pas produit de la valeur.
        Un enseignement de qualité est une valeur intangible qui produit de la richesse collective, celle-ci tangible.
        Le prof, en particulier, avait parlé de ses anciens étudiants qui ont démarré des entreprises et d’autres qui, avec leur formation, font marcher la production ou l’exploration dans le secteur primaire.

        Aussi, quand le prof trouvait un puits d’eau pour une communauté africaine, il n’y a pas de valeur, tangible ou intangible, qui peut battre ce don.

        Paul S.

    • Paul dit :

      Mr. Tremblay,

      La “miasse” et la théorie qui en traite, c’est quoi au juste ?

      Ma bêtise je l’assume, sans pour autant l’afficher sur une pancarte et non, à la manifestation, je n’y étais pas.

      Le vrai test pour nos bêtises, même celles qui s’ignorent, viendra quand Dre Greta Thunberg, l’experte en avföring de tout genre, nous demandera de “Marcher pour le Covid” avec toutes les forces vives de la société moderne.
      Les klimatet et kovidet, la même cause et le même kombatet.
      Moi, j’y serai et je porterai fièrement mon masque préféré (“ How Dare You!!! “) : https://www.redbubble.com/i/mask/How-Dare-You-by-GrumpyDog/43757231.9G0D8

      Une petite question : si les manifestants contre la mascarade propageaient le virus, qu’en était-il de malfrats qui manifestaient en support pour les “Black Lives Matter” et détruisaient le patrimoine montréalais, avec l’accord tacite d’autorités municipales ?

      • PierreL. dit :

        Peut-être notre agronome favori voulait parler de la théorie des miasmes.Probablement l’ancêtre de la définition de pollution.

      • Paul dit :

        Merci M. Pierre.

        En voyant “miasses” j’ai d’abord cru que l’agronome faisait allusion à ma confusion générale avec l’expression américaine bien connue : “couldn’t find his ass with two hands”.

        Confus lui même, M. Rejean l’aurait déformée ainsi : “I couldn’t find mi (2) asses with my hand”.
        À sa décharge, il se pourrait qu’à l’instar de Louis XIV et de prof, le pétrophobe souffre de fistule anale, permanente dans son cas.

        Dans sa charge tous azimuts plus haut, en parlant de 3D dans les études en mécanique de fluides, l’agronome s’approche enfin de mon argument : à l’air libre les particules expectorées se dispersent dans TOUTES les directions (et ainsi la concentration virale devient rapidement insignifiante), quelque soit la trajectoire théorique ou démontrée dans un laboratoire, sans courants perturbants.
        D’où mon désaccord avec l’imposition d’un masque à l’extérieur, quand on respecte le périmètre d’exclusion obligatoire (pratiquer de nos jours les “danses latines” dans les parcs, même si ça se faisait avec un masque N95, témoigne d’un QI, encore plus bas que le mien).

        M. Rejean comprend tout au premier degré.
        Pourtant, en mentionnant des “bambins errants”, ma démonstration par l’absurde devait être évidente.

        Encore là, il faut tenir compte du cas particulier Tremblay : il m’accuse souvent d’errer en calquant l’expression anglaise “to err” (faire l’erreur).
        Alors pour lui, un bambin errant était un enfant né d’une erreur parentale malheureuse, pas un bambin vagabond impossible.

        Alors, voici le volet « éducation continue » pour notre assoiffé de sciences (autres que linguistiques) : “Le Canadien errant”, cette belle chanson pour expliquer le mot “errer”.

        Vous me remercierez plus tard Rejean. Avec le cerveau dans votre pouce, sans doute.

  27. rtremblay dit :

    https://ici.radio-canada.ca/info/2020/coronavirus-covid-19-pandemie-cas-carte-maladie-symptomes-propagation/

    même la république Tchèque semble avoir perdu le contrôle qu’elle a semblé avoir au départ

  28. Jacques dit :

    M. Paul demande :’La “miasse” et la théorie qui en traite, c’est quoi au juste ?

    M. Tremblay a remplacé un m par un s: il veut parler de la théorie des miasmes:

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie_des_miasmes

    Ainsi, en 1832, à la suite d’une sévère épidémie de choléra, les autorités d’une ville anglaise (Oxford je pense) ont fait construire un mur de maçonnerie pour se protéger des miasmes d’un cours d’eau local pollué et nauséabond. Selon les croyances de l’époque, ces miasmes propageaient des maladies, comme le choléra par exemple.

    Ceci nous fait aujourd’hui sourire, mais ce qui me fait encore davantage sourire, c’est la croyance que des écrans de plexiglas peuvent nous protéger d’un virus sub-microscopique. Et je ne parlerai pas des masques et de la panoplie de mesures de protection plus absurdes les unes que les autres pour ne pas indisposer M. Du Berger qui doit prendre la parole demain à CHOI Radio X, émission que je ne veux pas manquer.

  29. lucbmenard dit :

    Contrairement à ce qui est dit, au Québec, les chiffres de l’Institut de la statistique (ISQ) montrent une surmortalité importante par rapport aux années antérieures, la cause : la COVID-19.

    Le nombre total des décès du tableau, ici : https://www.stat.gouv.qc.ca/statistiques/population-demographie/naissance-fecondite/i210.htm d’après les chiffres disponibles, est 45100 (Jan.-Juil.). Pour extrapoler à l’année courante, on additionne le nombre de décès de 2019 (Août-Déc.), 27600, pour un total anticipé de 72700 en 2020. Donc, 4900 de plus que l’an passé (72700-67800). La surmortalité s’appliquant aux mois d’hiver¹ n’explique pas la très grande différence des cas de mortalité observés durant la période de transmission active du virus liée à la COVID-19.

    Puisque la COVID-19 n’a pas encore dit son dernier mot, la propagation du virus bien qu’en phase moins active, ici, on constate une recrudescence des cas dans le monde, il est très possible que ces chiffres très conservateurs soient revus à la hausse (nous verrons) et la mortalité plus élevée.

    Surmortalité d’autant plus évidente lorsque comptabilisée à la semaine, selon cette source (CDC²), https://www.stat.gouv.qc.ca/statistiques/population-demographie/deces-mortalite/deces-semaine-groupe-age.html#tri_gp=781 . On observe entre les semaines 14 à 22 une surmortalité supérieure encore, toujours liée à la COVID-19, 16185 /15750 (+435). Total : 5335. Des révisions sont à venir. Ce sera plus : un chiffre s’approchant des données fournies au grand public.

    En ce qui me concerne : je préfère encore porter un masque que le respirateur artificiel. Chacun ses combats : ne vaut-il pas mieux prévenir que guérir comme dit le dicton?

    ¹ Une part de la surmortalité est liée à l’effet saisonnier et de cause grippale (virus de l’influenza). Les décès des personnes âgées sont en proportion plus élevés pendant les mois d’hiver, mais comparables d’une année à l’autre.

    ²https://www.stat.gouv.qc.ca/statistiques/population-demographie/deces-mortalite/Semaines_CDC_2010-2020.pdf

  30. Paul S. dit :

    Monsieur Tremblay dit (https://duberger.me/2020/08/15/coronavirus-lexemple-tcheque/#comment-154534) : “.. en Suède la pandémie n’est pas arrêté. La progression est toujours là.”.

    Il a peut-être raison, bien que d’autres voient la performance récente de ce pays plus positivement.
    Y compris l’Organisation Mondiale de la Santé :  » “We must recognize that Sweden, at the moment, has avoided the increase that has been seen in some of the other countries in western Europe,” WHO Europe’s senior emergency officer, Catherine Smallwood, said Thursday.  »

    “Sweden spared surge of virus cases but many questions remain” : https://www.breitbart.com/news/sweden-spared-surge-of-virus-cases-but-many-questions-remain/

    Peut-être que l’acquisition d’immunité collective (“herd immunity”) préconisée par Dr. Anders Tegnell, l’épidémiologiste en chef, aura fonctionné en fin de compte.
    Attendons le bilan final.
    Si A. Tegnell avait raison, ce bilan devrait être disponible en Suède avant les autres pays.

  31. Paul S. dit :

    Nous vivons à l’ère de consignes. D’abord volontaires, ensuite fortement suggérées, avant de devenir obligatoires.

    Une consigne omniprésente : “Écoutez la science !”.
    Celle-ci ?

     » Dr Kate Marvel, associate research scientist at NASA’s Goddard Institute for Space Studies : “Climate justice and racial justice are the same thing, and we’ll never head off climate catastrophe without dismantling white supremacy”  »

     » Peter Kalmus, climate scientist at NASA jet propulsion lab : “Here’s why race justice and climate justice are one & the same: The oppressive extractive plutocracies that colonize and kill black bodies and colonize and kill our planet are one and the same.”  »

    Ref. : https://www.breitbart.com/politics/2020/06/04/delingpole-climate-catastrophe-is-white-supremacy-explains-nasa-scientist/

    Comme je l’avais dit ci-haut (https://duberger.me/2020/08/15/coronavirus-lexemple-tcheque/#comment-152930), la Gauche international (et la science qu’elle mobilise et invoque) fonctionne par des mots d’ordre, que l’on met à jour continuellement – sont à la mode aujourd’hui : la race, le privilège blanc et la domination phallocrate.

    NOTE : “dismantling white supremacy” = défaire la civilisation occidentale par le sabordage motivé par la supposée “Urgence Climatique”.
    Pour la remplacer par quoi ?

  32. lucbmenard dit :

    La qualité de l’air dans les bâtiments (traduit et inspiré du site du CDC américain, ci-dessous) (https://www.cdc.gov/coronavirus/2019-ncov/prevent-getting-sick/how-covid-spreads.html

    La transmission SARS-CoV-2 se produit davantage à l’intérieur des bâtiments, d’où les mesures drastiques misent de l’avant dans de nombreux pays dans le monde (p.ex. rassemblement autorisé de 6 personnes max. en Angleterre, amendes de 10 000 livres). La plupart par inhalation de particules en suspension dans l’air qui contiennent le coronavirus. La meilleure façon d’empêcher le virus de se propager dans une maison, une entreprise, etc., serait de garder les personnes infectées à l’écart (p.ex. dans des hôpitaux mobiles, gymnases, etc.), mais c’est difficile à faire quand on estime que 40% des cas sont asymptomatiques et que ces personnes peuvent propager le coronavirus à d’autres.

    Les masques font un travail décent pour empêcher le virus de se propager dans l’environnement, mais d’une personne infectée dans un bâtiment, inévitablement, un virus s’échappera dans l’air. Un espace intérieur sûr jouira constamment de beaucoup d’air extérieur pour remplacer l’air vicié. L’apport de cet air dilue tout contaminant du bâtiment, qu’il s’agisse d’un virus ou autre chose, et réduit l’exposition des gens à l’intérieur. L’air extérieur qui entre dans un bâtiment est quantifié en utilisant une mesure appelée taux de change d’air. Il s’agit du nombre de fois où l’air à l’intérieur d’un bâtiment est remplacé par de l’air extérieur.

    En cas de pandémie, on suggère un taux de neuf fois par heure afin de réduire la propagation du SRAS, du MERS et grippe H1N1, selon une étude datant de 2016, dans un hôpital de Hong Kong. De nombreux bâtiments aux É.-U., en particulier les écoles (probablement au Québec également souffrant déjà d’un manque de détecteur à CO) ne répondent pas aux taux recommandés.

    Circulation d’air

    Comment savoir si la classe dans laquelle vous êtes a suffisamment d’air de qualité? Chaque fois que nous expirons, nous relâchons du CO2 dans l’air. Puisque le coronavirus se propage le plus souvent par la respiration, la toux ou la conversation, nous pouvons utiliser les niveaux de CO2 pour voir si la pièce se remplit d’air potentiellement infectieuses. Le niveau de CO2 permet d’estimer si suffisamment d’air frais de l’extérieur entre à l’intérieur.

    Les niveaux de CO2 sont juste au-dessus de 400 parties par million (ppm) à l’extérieur. Une salle bien aérée aura environ 800 ppm de CO2. Un taux plus élevé est un signe que la pièce pourrait avoir besoin de plus de ventilation. L’année dernière, des chercheurs taïwanais ont fait état de l’effet de la ventilation sur une épidémie de tuberculose à l’Université de Taipei. Beaucoup de classes de l’école étaient sous-ventilées et avaient des niveaux de CO2 supérieurs à 3 000 ppm. Lorsque les ingénieurs ont amélioré la circulation de l’air et obtenu des niveaux de CO2 inférieurs à 600 ppm, l’épidémie s’est complètement arrêtée. Selon la recherche, le fait d’augmenter la ventilation a été responsable de 97% de la diminution de la transmission. Puisque le coronavirus se propage dans l’air, des niveaux plus élevés de CO2 dans une pièce signifient probablement qu’il y a plus de risque de transmission si une personne infectée est à l’intérieur. Sur la base de l’étude ci-dessus, il est recommandé d’essayer de garder les niveaux de CO2 en dessous de 600 ppm. Il est possible d’acheter de bons compteurs de CO2 pour environ 100 $ en ligne. Simplement juste s’assurer qu’ils sont précis à moins de 50 ppm.

    Nettoyeurs d’air

    Si vous êtes dans une pièce qui ne peut pas obtenir assez d’air extérieur pour la dilution, envisager un nettoyeur d’air, communément appelé purificateurs d’air. Ils éliminent les particules viciées de l’air, généralement à l’aide d’un filtre fait de fibres tissées serrées. Ils capturent des particules contenant des bactéries et des virus et peuvent aider à réduire la transmission de la maladie.

    L’agence américaine d’environnement (EPA), ici, https://www.epa.gov/coronavirus/indoor-air-homes-and-coronavirus-covid-19 affirme que les purificateurs d’air avec un bon filtre peuvent enlever les particules qui peuvent contenir le coronavirus, mais tous ne sont pas égaux en qualité. La première chose à considérer est l’efficacité du filtre. Votre meilleure option est un appareil utilisant un filtre à haute efficacité (HEPA). Ils éliminent 99,97% de toutes les tailles de particules. La deuxième chose à considérer est la puissance du nettoyeur. Plus la pièce est grande et plus il y a de personnes, plus il faut nettoyer l’air.

    Gardez l’air frais à l’intérieur ou sortez

    L’Organisation mondiale de la Santé et les CDC américains affirment qu’une mauvaise ventilation augmente le risque de transmission du coronavirus. Un moniteur de CO2 peut vous aider à vous donner un indice s’il y a suffisamment de ventilation; si les niveaux de CO2 commencent à monter, ouvrez les fenêtres et faites une pause à l’extérieur. Si vous ne pouvez pas obtenir assez d’air frais dans une pièce, un purificateur d’air peut être une bonne idée. Sachez que le purificateur d’air n’enlèvera pas le CO2, donc même si l’air pourrait être plus sûr, les niveaux de CO2 pourraient demeurer élevés dans la pièce. Si vous entrez dans un bâtiment et qu’il fait chaud, c’est étouffant et bondé, il y a des chances que ce ne soit pas assez de ventilé. Alors, retournez-vous et partez.

    Le détecteur à CO2 : un outil puissant à ajouter à votre boîte à outils anti-coronavirus.
    Si vous tapez : CO2 et COVID (en français), il y a bien des chances que vous tombiez sur des vidéos vous racontant la chute des émissions de CO2 dans l’environnement due à la pandémie (moins d’activités, moins de CO2, etc.). Cependant, en cherchant un peu, vous apprendrez qu’il existe des capteurs à CO2 pour les lieux clos. Cela permettra de savoir quand il est temps de ventiler et réduire le risque trop élevé de personnes dans un même lieu et qui sait, de sauver des vies. C’est du moins ce que M. Bertrand Waucquez, Bourgmestre de la commune de Kraainem en Belgique essaie de transmettre comme information aux gens de sa région.
    https://www.rtbf.be/info/regions/detail_le-detecteur-de-co2-la-petite-idee-du-bourgmestre-de-kraainem-pour-lutter-contre-le-covid-19?id=10555530

    Qu’est-ce que la respirer sinon expirer de grandes quantités de CO2 dans l’air?

    On accorde beaucoup d’importance à la transmission par les grosses gouttelettes, mais à cette portion exhalée en vapeur d’eau, il y a lieu de tenir compte des volumes importants de CO2 rejetés à chacune de nos expiration. Ainsi, on tiendra compte de l’ensemble des facteurs influençant la composition des aérosols. Pour le CO2, la base quotidienne de production est environ 1kg/j.
    Des informations intéressantes à ce sujet, ici : https://www.quora.com/What-is-the-mass-of-the-carbon-dioxide-exhaled-in-a-breath

    Autre lecture intéressante : du CO2 au coronavirus, dans quelle mesure l’air est-il sain en classe?
    https://www.knack.be/nieuws/gezondheid/van-co2-tot-coronavirus-hoe-gezond-is-de-lucht-in-de-klas/article-longread-764269.html?cookie_check=1600447242

    • Paul dit :

      Bonjour M. Ménard,

      Vous voilà un passionné de la ventilation.

      Il y a une raison pour recirculer l’air : l’économie d’énergie.
      En été on refroidit moins d’air chaud extérieur à introduire dans la pièce et en hiver on chauffe moins, car l’air recyclé est déjà chaud.

      On peut le faire, car l’air vicié ne contient pas de gaz empoisonné. Le CO2 expiré est toléré à des concentrations très élevées (le CO2 ne s’attache pas à l’hémoglobine, comme le fait le CO) et ce serait éventuellement le manque d’oxygène (une respiration difficile) qui rendrait l’apport d’air frais urgent. Mais on ne se rend pas à ces situations extrêmes, car il y a des considérations autres, sanitaires et l’élimination d’odeurs.

      Un cas particulier – les sous-marins où l’on tolère des concentrations en CO2 avoisinant 10,000 ppm.
      Alors, ajoutez la visite de sous-marins à votre liste de lieux covido-proscrits.

      Voici pour vous un lien entre le CO2 et la coviderie : en exigeant des taux de changement d’air plus élevés dans les systèmes de chauffage et climatisation, vous allez faire augmenter la production des gaz à l’effet de serre, partout, où l’on produit l’électricité dans des centrales thermiques non-nucléaires.

      Devons-nous choisir la mort covidaire personnelle ou planétaire commune ?

      Pour approfondir davantage vos connaissances : l’ASHRAE (American Society of Heating, Refrigerating and Air-Conditioning Engineers) et ses publications.

      Covido-solidairement,
      Paul

comment éliminer un abonné indésirable ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s