DR FACEBOOK, INFECTIOLOGUE, ÉPIDÉMIOLOGISTE

Publié: 15 juillet 2020 dans Uncategorized

facebook univ.

J’ai déjà exprimé publiquement dans mes chroniques radiophoniques, sur mon blog et sur les réseaux sociaux,  la nécessité du port du masque en milieu clos où la distanciation physique n’est pas toujours possible.

J’ai reçu des messages d’approbation, mais aussi des injures du genre « t’es pas un spécialiste des virus, t’es rien qu’un sismologue… mets-le donc ton estie d’masque pis sacre nous patience !… » appuyées maladroitement de vidéos  youtube et de publications à la qualité scientifique douteuse péniblement googlées  par ces intectiologues auto-proclamés.

Quand on attaque le messager plutôt que le message, je réplique en leur envoyant dans les dents ce message d’ACADEMIA indiquant que parmi les quelque 189 (maintenant 196) citations de mes publications dans des revues à comités de lecture, il y en a même une en santé publique ! En général cela leur « en bouche un coin » et ils n’en redemandent plus.

ACADEMIA JUILLET 2020

Mais comment les blâmer ? La plupart n’ont pas de formation scientifique et croient que « la » science a réponse à tout, que les scientifiques forment un consensus sur la santé comme sur le climat, et surtout,  que le gouvernement est responsable de tout. On ne comprend pas que le scientifique que je suis, et qui exprime des doutes sur l’origine anthropique des changements climatiques,  n’en ait aucun sur l’efficacité du masque. J’ai aussi blâmé l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour son laxisme, voire sa complicité avec les Chinois au début de la pandémie, mais je salue maintenant avec bienveillance certains de ses avis.

Les données techniques, statistiques,  ainsi que les études cliniques et en laboratoire sur le masque ne manquent pourtant pas. Encore faut-il les chercher aux bons endroits comme dans les publications scientifiques arbitrées. À ceux qui ne se sont pas donné cette peine, et qui prétendent que leur opinion vaut bien la mienne, je réponds comme jadis à mes très rares mauvais élèves «  Non !… allez à la bibliothèque consulter tel , tel et tel ouvrage,  allez lire tel, tel et tel article, puis allez sur le terrain voir tel et tel affleurement rocheux,  ensuite revenez me voir… nous serons peut-être alors à égalité pour en discuter ». C’est le mythe à la mode en ce moment de l’égalité des opinions, des œuvres, des gens, et… des genres.

Contrairement à ces infectiologues amateurs (il y a même parmi eux des médecins généralistes) qui inondent les réseaux sociaux de leurs avis péremptoires et indiscutables, je pose beaucoup plus de questions que d’affirmations et bien malin serait celui qui pourrait prédire l’issue de la pandémie. On n’en connait même pas l’origine. Est-ce une chauve-souris, un pangolin, une mauvaise manip dans un labo de Wuhan?  Même le célèbre Pr. Didier Raoult nuance maintenant ses opinions et répond souvent comme moi, par un modeste et prudent « je ne sais pas ».

On parle du vaccin Moderna qui pourrait être disponible en octobre mais à quoi servira-t-il si le virus est en mutation? Au début, on pensait que les enfants étaient rarement affectés mais qu’ils étaient des vecteurs de transmission aussi efficaces que les adultes, or on pense maintenant le contraire.  Cette nouvelle donnée a été un des facteurs motivant la réouverture des écoles françaises le 22 juin. On croyait aussi que le virus avait la chaleur en horreur et que seules les personnes âgées étaient vulnérables et on s’est trompé. Des pays comme Madagascar,  relativement épargnés au début,  sont maintenant touchés sévèrement. En Amazonie , on enterre les victimes aux cinq minutes et les âges écrits sur les tombes sont souvent 30, 35 ans… En Floride, où il n’y a pas eu de confinement, et où l’âge moyen des cas est passé en quelques mois de 65 à 33 ans, les jeunes du Spring Break ont répandu allègrement le covid dans les bars, les discothèques et l’on y organise maintenant des covid parties où l’on joue à la roulette russe avec le virus en dépit du fait que 52 hôpitaux floridiens débordent et ne disposent plus de lits de réanimation.

J’appartiens au groupe d’âge vulnérable, aussi je respecte la consigne du lavage des mains et de distanciation non pas sociale, mais physique. Je limite mes sorties à l’essentiel et je porte le masque dans les magasins et boutiques, par pour me protéger, mais par simple respect des autres. J’attends le même respect de mes concitoyens.  Cela s’appelle le civisme, et c’est cela le vrai « vivre ensemble » qui n’a rien de commun avec la doctrine communautariste et islamo-gauchiste qu’on veut imposer aux Européens.

Plusieurs ours mal léchés* sont sortis de leur terrier de confinement imposé par le gouvernement,  furieux et « les maillets en l’air » en accusant ce même gouvernement de vouloir brimer leurs libertés fondamentales en leur imposant le port du masque en milieux clos. Ont-ils déjà seulement réalisé que ces libertés n’ont de sens que si elles sont assorties de responsabilités et donc de devoirs ? Quand ça va mal, c’est toujours la faute du gouvernement. Je n’aime pas les gouvernements interventionnistes dans le domaine économique, mais quand il s’agit de santé publique, c’est plus sérieux. Si la carotte ne marche pas, il reste le bâton. Le gros bon sens (GBS) doit cependant primer. Le confinement sélectif (selon les régions et la vulnérabilité) aurait peut-être été préférable au confinement général. Je m’explique mal qu’Emmanuel Macron et François Legault aient autorisé des manifs pro-Traore et pro-Floyd en même temps qu’ils interdisaient les rassemblements de plus de 10 personnes. Il est évident qu’un match de foot qui regroupe 5 000 spectateurs dans un stade en plein air qui peut en accueillir 30 000 présente peu de risques comparé au party des 5 000 jeunes sans masques j’ai vus hier à la télé,  se trémoussant  les uns contre les autres sur la Promenade des Anglais à Nice.

Un ami et ingénieur polytechnicien** à qui le président Georges Pompidou avait confié la sécurité routière de la France me disait hier qu’il avait eu des problèmes analogues lors de l’apparition des premières ceintures de sécurité dans les automobiles. Seulement 15 % des automobilistes la bouclaient. Un sondage montra ensuite que 80% des Français avouaient qu’ils l’utiliseraient si le gouvernement les y obligeait. Et le tour fut joué ! Va-t-il falloir une loi ou un décret pour responsabiliser les récalcitrants ?

* Ours mal léché est une expression populaire datant du XVIIᵉ siècle. Elle est employée pour désigner une personne faisant preuve d’un comportement social bourru, grossier, désagréable, rustre, qui n’est ni poli, ni convenable, et ne sait que peu de choses des usages du monde. Wikipédia

**un polytechnicien est un diplômé de la prestigieuse École Polytechnique de Paris

commentaires
    • Reynald Du Berger dit :

      Real , l’article que vous m ‘envoyez commence par « La » science est concluante… je ne suis pas allé plus loin que le mot concluante … et si vous relisez mon billet j’ai écrit « La plupart n’ont pas de formation scientifique et croient que « la » science a réponse à tout,..  » dois-je poursuivre ?

      • Real Roch dit :

        Bravo c’était une attrape, ne lisez surtout pas l’argumentation et les références. Ce qui est important ici c’est surtout le titre qui révèle tout. Vous êtes très perspicace.👍

      • Real dit :

        Je suis de votre avis, le masque nous protègera tous et surtout là où il n’y a pas de virus.

        C’est seulement dans les CHSLD et les RPA que ça ne pouvait pas fonctionner. Bande de COVIDIOTS mécréants.

      • Reynald Du Berger dit :

        Real  » le masque nous protègera tous et surtout là où il n’y a pas de virus. »
        Expliquez-nous le dispositif, la technologie , la « machine » qui vous permet de déterminer que dans tel magasin « ya du virus.. pis dans celui d’à côté yen n’a pas » …

      • Real dit :

        Ben voyons, par la méthode empirique que je vous ai écrit.

        La majorité des morts (84%) au Qc ont été là où ils portaient le masque, les gants et les jaquettes avec une formation pour les manipuler soit dans les CHSLD et RPA. L’expérience démontre donc que le fabricant avait raison d’indiquer l’avertissement sur l’emballage. Il ont seulement omis de spécifier dans les CHSLD, RPA, nursing home,…partout ailleurs ça se doit de fonctionner nous assurent les ‘spéchialishtes’.

        Alors logiquement, là où il y a eu peu de contamination, et si les gens formés et professionels qui travaillaient aux endroits ci-haut mentionnés ne rapportent pas de virus, on devrait tous être protégé avec nos masques. Si vous n’habitez pas près de ces personnes ou de ces endroits alors le masque vous protègera aussi. Cqfd, Il n’y a seulement que la méthode empirique pour prouver une théorie. Et il faut garder la foi parce que le doute risque d’affaiblir votre système immunitaire, et on ne veut pas ça. Un masque pour tous, et tous pour le masque. Gardons la foi, Zorro n’a jamais attrapé la Covid! 😉

        Bonne soirée

      • Reynald Du Berger dit :

        Real « Alors logiquement, là où il y a eu peu de contamination, » oups ! .. . alors là on vient de baisser d’un cran (une coche en québécois) on est passé de là où ya pas de virus à là où il y a peu de contamination… est-ce toujours la même machine qui qui indique quand on pése su l’piton qu’y a rien là ou qu’y a juste 1 ou 2 p’tis covids au mètre cube ? expliquez-nous…

      • Real dit :

        J’ai fais de l’ironie. Mon point était uniquement pour vous faire comprendre que le masque a été porté, en plus de gants et de jaquettes avec des formations dans les CHSLD et RPA avec les résultats qu’on a vu.

        Le masque donne l’impression de sécurité. Le virus se mesure en millionième de millimètre. Il lui sera aussi facile de passer au travers d’un masque qu’une balle de golf au travers d’un porte de garage ouverte.

        Bonne soirée

      • Reynald Du Berger dit :

        Real vous dites « pour vous faire comprendre » il y aurait des choses que je ne comprendrais pas ?
        « avec les résultats qu’on a vu. » vus.. et quels résultats ? 1- décrivez ces résultats et 2- quelles données possédez-vous pour attribuer ces résultas à vos masques gants et jaquettes portées ou non portées ?
        « Le virus se mesure en millionième de millimètre. Il lui sera aussi facile de passer au travers d’un masque qu’une balle de golf au travers d’un porte de garage ouverte. » Ben oui le virus yé tout petit, tout petit , puis les mailles du masque sont grosses grosses et espacées ? ah ouain? sérieux ? Ça vous vient pas à l’esprit que les gouttelettes de salive, les postillons, que vous émettez en respirant et parlant, et qui transportent le petit virus, tout petit, elles , elles peuvent être bloquées par le masque ?

      • Réal dit :

        M du berger,

        Les grosses goutelettes tombent d’elles même. D’ailleurs c’est ce arriverait au virus actuellenent avec l’humidité ambiant qui aiderait ce processus. Capter les virus dans les masques plutôt que de les laisser tomber serait plus risqué.

        Je le répèterai une 3iem fois, les CHSLD, RPA! Ils portaient non seulement des masques, mais des gants, des jaquettes et avaient une formation pour les manipuler. Et voyez vous même les résultats affreux.

        Savez-vous qu’il y a plusieurs grandeur de n95? Il faut en essayer plusieurs et bien l’ajuster pour qu’il soit efficace. Ca prends du temps.. Et ceux qui travaille dans l’industrie porteront des masques encore plus efficace p100. Alors vous ne réussirez jamais à me faire croire à l’efficacité des masques maison acheté sur l’internet et mal posé, porté trop longtemps et contaminés. Ils sont même plus dangereux que rien que disais candidement Arruda il y a quelque temps.

        Tous les spécialistes depuis des années nous disais la meme chose avec une grande persuasion, s’ils ont tous changé d’avis a 180 degres c’est cela qui est plutôt suspect.

        Alors portez votre masque, ajoutez y de l’eau bénite et quelques chapelets si ca vous convient. Moi, ce qui m’inquiète est la facilité avec laquelle on peut utiliser la peur jouer dans la tête des gens. 5700 morts au qc et 189 en C-B pour le même virus.

        Histoire vraie et pas unique, la mère d’une voisine 95ans a eu la covid et a guérie sabs trop de peine, elle habitait un chsld. La famille l’a sorti dès que possible la voyant dépérir pas du virus mais des conditions. Ils l’ont sorti avec du caca plein le dos. elle va beaucoup mieux aujourd’hui ayant repris le gout de vivre.

        Bonne journée.

      • Reynald Du Berger dit :

        Real vous dites « Les grosses goutelettes tombent d’elles même. »…. que dites-vous des aérosols ? https://theconversation.com/covid-19-la-diffusion-par-aerosol-une-menace-plus-grande-que-loms-ne-le-supposait-142592

      • Réal dit :

        Voilà, les aérosol seraient responsables de la contamination en milieu fermé parce qu’elles peuvent demeurer en suspension longtemps. Ces particules sont très fines et passeront facilement aux travers des masques dans un sens comme dans l’autre, autour des masques mal ajustés. Voilà pourquoi les masques n’ont jamais été recommandés auparavant.
        De plus les plus grosses particules capturées colleront aux masques plutôt que de se retrouver au sol et risqueront de contaminer au toucher, au dépôt de ces masques dans vos poches, vos mains, votre automobile,…
        Voilà pourquoi MOI, je ne crois pas à l’avantage des masques. C mon opinion.

        Bonne journée

      • Reynald Du Berger dit :

        Réal « sont très fines et passeront facilement aux travers des masques dans un sens comme dans l’autre »
        Faux ! le FFP2 ou N95 les bloquera à 95% et le simple coton variable selon la fibre… aucun masque = aucun blocage et virus entre dans vos poumons à 100% garanti.

  1. Isabelle Farand dit :

    allez vous accepter le vaccin quand il sera disponible? celui du Big Pharma de Bill Gates le prendriez vous?

    • Reynald Du Berger dit :

      Isabelle, si vous êtes infirmière et que vous avez la voix aussi douce que l’aiguille, je l’accepterai de vous volontiers …

      • Isabelle Farand dit :

        c’est une réponse toute jolie qui fuit la question. je doutes qu’un scientifique comme vous laisserait de coté son jugement par rapport au type de personne qui lui administre le vaccin.

  2. PAPY 27 dit :

    Comme tu as bien raison Reynald. Même notre sommité Didier Raoult reste très prudent sur ce virus .En matière de recherches , les chinois sont certainement les plus avancés . En France il n’y a pas tout ce battage fait autour du port du masque . Au Québec une pétition circule contre le port du masque , une procédure a été engagé pour faire respecter vos droits constitutionnels . En tant que citoyen , je souhaite avant tout que nos médecins de ville puissent soigner en prescrivant Plaquénil + Zitromax ( seul traitement ayant fait ses preuves selon l’ IHU Marseille Infection ) afin de ne pas revivre l’épisode douloureux de nos hôpitaux au bord de l’implosion . Le masque n’est peut-être pas la panacée , il ne protège pas à 100 % certes ,moi je le porte et le porterai dans des endroits clos ou si la distanciation physique n’est pas possible , en particulier si il m’évite un nouveau confinement . D’ailleurs le port du masque sera obligatoire , en France ,dans les lieux clos à partir du 1 er août . Bien cordialement. Patrick Dzus.

  3. Daniel Bélanger dit :

    Monsieur Du Berger… je respecte le fait que vous vouliez porter un masque. Par contre m’obliger à le porter et me faire menacer par le PM et sa gang est une autre histoire. Véhiculer la peur est néfaste et très dangereux pour l’avenir… Vive le Québec Libre 🙂 monsieur Berger.

  4. Jacques dit :

    M. Duberger
    ‘Isabelle, si vous êtes infirmière et que vous avez la voix aussi douce que l’aiguille, je l’accepterai de vous volontiers …’

    Cette réponse qui n’en est pas une montre qu’il y a une certaine hésitation en ce qui concerne le vaccin qui arrive à grands pas. Il serait en effet plus sage d’attendre que l’OMS déclare que les vaccins qui seront retenus seront efficaces et surtout sans danger.

    Ce vaccin sera-il obligatoire comme le masque, ou facultatif avec la mention suivante: le refus du vaccin pourrait restreindre certaines libertés ?

  5. rtremblay dit :

    à tous ceux qui sont contre le port du masque dans les lieux publics :

    Vous brimez mon droit et ma liberté de circuler plus sécuritairement dans les lieux publics.

    Peut-être serrez vous le vecteur qui me transmettra à moi ou à vos proches le covid ?
    Vous voulez prendre cette responsabilité d’être un vecteur de la propagation ?

    Agissez avec civisme svp

    Autre réflexion. Vous n’avez jamais eu à aller visiter un parent malade à l’hôpital et être obliger de porter le masque, les gants et plus pour éviter la propagation de l’influenza ou autre virus pour les autres malades de la même chambre ou pour protéger votre proche. C’est une pratique courante dans les hôpitaux d’appliquer des protocoles qui limite la diffusion de germe. Je vous jure que ce n’est pas plaisant de voir sa mère sortir d’une opération à la hanche en période de rétablissement et être infecté de l’influenza parce qu’une autre personne lui a transmise durant son séjour à l’hôpital.

    Le covid-19 continue de circuler dans la population. Ce n’est pas une question de peur, mais simplement un fait. Le Québec compte encore 25 000 personnes encore infectés et combien d’autres qui sont porteurs sans le savoir, sans avoir de symptôme ?

    De mon point de vue ceux qui refusent le port du masque sont soit irresponsable ou inconscient : tout simplement.

    Le port du masque est une contrainte de moindre ampleur que tout autre mesure de limitation de la propagation du Covid-19 mais pour qu’elle fonctionne il faut que la très grande majorité le fasse sinon l’effort collectif peut-être gâché par un petit nombre obnubilé par leurs libertés…

    • Real dit :

      Premièrement en calculant le temps de guérison et des dates de contamination, les chiffres de la santé publique sont gonflé.

      Il y a plus de 500 virus connus qui circulent sans compter les bactéries. A vous écouter faudrait demeurer isolé et masqué le restant de nos jours.

      Vous avez été contaminé par la phobie. Voilà ce qui est entrain de se passer.

    • lucbmenard dit :

      Je suis totalement d’accord avec vous.
      Jamais si bien dit.
      Bravo!

    • rtremblay dit :

      Les Japonais, les allemands, les Norvégiens aussi ont très bien contrôlés les problèmes liés à la covid 19. Prenons exemple sur leurs pratiques dont le port du masque lors du déconfinement.

      Pour tout ceux qui nient le problème de la propagation de la covid 19. Mais pourquoi restez vous au Québec ou au Canada si vous pensez que les mesures imposées ici ne sont pas les bonnes ?

      Seriez vous prêts à aller vivre dans des endroits ou les mesures sont moins sévères et ou le risque est plus grand ? par exemple la Floride en ce moment ? Est-ce que vos bottines vont suivre vos babines ?

      Si je porte le masque c’est pour éviter le risque que je sois un vecteur et que je le transmette à d’autres personnes. C’est une règle de civisme élémentaire. J’accepte de porter le masque pour éviter une remontée brusque du nombre de cas. Même chose pour la désinfection à l’entrée des commerce. J’accepte le port du masque parce que c’est beaucoup moins contraignant que le confinement mur à mur.

      Je doute que vous ayez une seule BONNE raison de ne pas porter le masque dans vos sorties en publique ?

  6. Jean Mathieu dit :

    Comme on aime tous wiki:
    Peur:
     »Contrôle des foules
    La peur a un effet très fort sur les foules et ainsi est utilisée afin de contrôler les foules et les peuples. Dans les systèmes totalitaires ou dans l’esclavage traditionnel, l’objet de la peur est clairement identifié, il s’agit d’une menace de punition ou de mort en cas de désobéissance. Dans les systèmes dits démocratiques où une telle menace n’est pas explicite, il importe plus de contrôler ce que pensent les gens, en déformant les informations des médias et avec des menaces plus abstraites ou même virtuelles. »
    Vous avez le droit d’avoir peur étant donné que vous faites parti de cette strate de la population à risque mais partager et propager la peur, je ne pense pas.
    Il y a environ 5 à 800,000 qui décèdent annuellement du VIH plutôt que les millions au début de cette épidémie, a-t-on fermé le Monde et pourtant c’est mondiale. La grippe saisonnière cause 650,000 décès annuellement (dans le monde)! Combien cette année sont passés en Covid-19 plutôt que notre bonne vieille grippe du Temps des Fêtes? En passant ceux qui trépassent dû à la grippe saisonnière sont dans la plupart des cas aussi mal en point que ceux qui trépassent du Covid-19, n’est-ce-pas?
    Et qu’en sera-t-il si on lâche un Covid-20 pis un 21 pis un 22??? On se creuse un bunker?
    Comme la science n’a pas réponse à tout, ni les Gouvernements, ni les Religions, j’en déduit que même vous, en tant que scientifique, ne l’avez pas.
    Bien à vous
    P.S. Ça n’ira pas bien, je vous jure. Ça n’ira qu’en empirant, les gens deviendront de plus en plus agressifs les uns envers les autres et les claques su à yeule vont r’voler envers ceux qui seront les récalcitrants et gros ours mal léchés, comme vous devez le savoir, y en a des deux bords!

  7. Jacques dit :

    Ces experts ont certainement réfléchi longuement, puisqu’ils ont mis trois mois avant de décréter que le masque devait être obligatoire.

    Ainsi les dés sont jetés: il faudra porter nos muselières dans tous les endroits publics fermés, y compris dans les restaurants. Mais soyons reconnaissants envers les autorités: il sera permis d’enlever son masque pour consommer nourriture et breuvages !

    Et pour les rebelles, je vous conseille d’y penser avant de refuser le port du masque:

    https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1720022/haliburton-ues-fusillade-ppo-opp

  8. rtremblay dit :

    à Jacques qui écrit le plus sérieusement du monde et probablement en se bombant le torse :

    « Je le répèterai une 3iem fois, les CHSLD, RPA! Ils portaient non seulement des masques, mais des gants, des jaquettes et avaient une formation pour les manipuler. Et voyez vous même les résultats affreux. »

    réponse : Mais quelle raisonnement boiteux que vous nous apportez !

    le masque n’est pas parfait, les humains qui le portent ne le sont pas plus parfaits, mais imaginez vous pas que sans port de masque le résultat aurait meilleur dans les CHSLD !!!

    Les travailleurs de la santé travaillaient en zone chaude sans nécessairement avoir toutes l’expérience pour offrir un plein rendement sur leur quart de travail. Mais ils méritent tous de souligner leurs travails et notre admiration !

    🙂 je crois que vous devez y réfléchir une 4e fois !!!

  9. James C. dit :

    J’ai une solution assez barbare et certains diront inhumaine.

    Ceux qui sont porteurs du virus et sont asymptomatiques (probablement qu’ils ne seront jamais malades), après test bien sûr à condition que tout le monde soit testé, qu’on les laisse vivre leur vie normalement. Un peu comme lors d’épidémies de grippe. Peu sont vraiment malades et nombreux sont ceux qui n’ont aucun symptômes. Mais ils sont sûrement porteurs. Fait-on des quarantaines, oblige-t-on à porter un masque? D’ailleurs il meurt, grosso modo, 3500-4000 personnes par année au Canada, de la grippe. En fait-on toute une histoire? Lors de la grippe de Hong Kong et celle dite asiatique, bien…j’ai rien eu. Je connais des gens qui n’ont jamais eu le moindre rhume. Pourtant ils ont été en contact avec des gens malades. Comme il y a de nombreuses personnes qui sont infectés du Covid et qui ne seront jamais malades. Pourtant on sait que les deux virus sont des corona virus.

    D’où nous vient ce virus Covid 19? A-t-il toujours existé et il fallait des conditions spécifiques pour qu’il se développe et contamine les humains? Ces conditions sont-elles celles présentes dans certaines régions du globe, comme en Chine par exemple, où l’hygiène est souvent déficiente? Mais pourquoi les virus viennent majoritairement de la Chine? Surpeuplée? Je pense qu’un nettoyage de la Terre par la nature est en train de commencer. Ce n’est pas le premier virus ni le dernier. Il y en a fort probablement bien d’autres aussi sinon plus mortels. Il faut un équilibre planète-population. je pense que cet équilibre est atteint et d’aller plus loin est extrêmement dangereux pour la race humaine. Je crois que tout découle de l’hygiène de vie et de la nutrition et du niveau de vie. Il faut plus d’éducation et moins de pauvreté. C’est la base de tout. Ce sont les fondations de la vie. On ne commence pas la construction d’une maison par le toit.

    Certaines cultures dans le monde sont à risque. Tout n’est pas bon pour tout le monde. Des endroits sur la Terre ne devraient pas être habités. La nature doit y être libre et vierge. Le développement, l’industrialisation doivent être limités. Les humains empiètent trop sur certains territoires qui devraient rester inhabités. Ils détruisent la nature pour s’y installer et y chassent la faune et la flore de leur habitat naturel. Mais je sais que mes réflexions sont utopiques tout en ne m’empêchant pas d’y réfléchir.

    On voit beaucoup de réflexions scientifiques mais peu de réflexions un peu philosophiques dans les débats. Je crois que le gouvernement du Québec, et d’autres aussi, vont trop loin dans les règles imposée. Je m’y conforme mais à contrecœur.

  10. Jacques dit :

    @ rtremblay

    ‘à Jacques qui écrit le plus sérieusement du monde et probablement en se bombant le torse :

    « Je le répèterai une 3iem fois, les CHSLD, RPA! Ils portaient non seulement des masques, mais des gants, des jaquettes et avaient une formation pour les manipuler. Et voyez vous même les résultats affreux. ».’

    Je constate que M. Tremblay souffre d’hallucinations visuelles: je n’ai jamais écrit ce qui est rapporté ici. Une explication de ces hallucinations est sans doute le port prolongé du masque que M. Tremblay affectionne tellement qu’il le porte probablement en prenant sa marche santé. Le port du masque sur une trop longue période provoque une diminution du taux d’oxygène qui arrive au cerveau, ce qui peut affecter le fonctionnement de celui-ci.

    Donc, M. Tremblay, cessez de porter ce masque et vous verrez que votre état s’améliorera rapidement…

    • Paul dit :

      Mr. Tremblay souffre aussi d’une pétrophobie débilitante avancée.

      La science, s’est-elle prononcée sur le port d’un masque par les pétrophobés ?

      Le GBS me chuchote aussi que chez un vert, le masque gênerait la photosynthèse à fleur de peau du nez.

    • rtremblay dit :

      Effectivement ce n’est pas Jacques mais bien Réal qui a écrit un raisonnement boiteux. Je reconnais mon erreur de citation.

      Mais bien que vous ne l’avez pas écrit vous semblez le penser Jacques ? vous n’avez pas critiqué Réal ….

      Jacques et Paul, vous faites l’erreur de mentionner que le masque filtre l’oxygène;

      C’est impossible comme phénomène chimique ou physique. Un tissu ne peut pas filtrer un gaz. Demander à n’importe qu’elle chimiste et il vous confirmera mon point. Un tissu filtre des particules, mais pas des gaz.

      D’ailleurs le Docteur Alain Vadeboncoeur (il porte bien son nom) a écrit sur ce sujet récemment (site Facebook et article dans l’actualité) et il démontre sans ambiguïté que la teneur en oxygène dans le sang n’est aucunement affecté par le port du masque. Imaginez si c’était le cas ! tout le personnel de la santé qui porte le masque plusieurs heures par jours en serait grandement affecté. Mais ne vous en faites pas pour moi ou le personnel de la santé nous sommes bien oxygénés !!

      Paul est obnubilé par le port du masque et il en oublie le GBS et les bases scientifiques.

      • Real dit :

        M.duBerger

        voici l’avis de 2 épidémiologistes d’Oxford sur la crise actuelle du coronavirus et le masque, le confinement au passage.

        https://unherd.com/thepost/oxford-epidemiologists-suppression-strategy-is-not-viable/

      • Reynald Du Berger dit :

        Real Ces avis sont des affirmations totalement gratuites qui ne sont basées sur aucun fait prouvé. Les affirmateurs n’appuient leurs affirmations sur AUCUNE donnée. Tandis que les statistiques ASIATIQUES et les tests en labo et en clinique démontrent sans aucun doute, l’efficacité (pas à 100% évidemment) du port du masque en espace clos.

      • Real dit :

        M du Berger

        Ce qui semble vous caractériser c’est la façon dont vous écartez aussi facikement l’information qui vous déplait.

        L’avis de ces experts épidémiologistes expliquent pourquoi les tests en labs n’ont aucune valeur épidémiologique.

        Mais ça vous n’intéresse pas non plus.

      • Reynald Du Berger dit :

        Real, je n’écarte aucune affirmation.. je prends acte de toutes, je les filtre selon mon expérience et ,connaissances… mais j’ai tendance a écarter comme vous dites celles du genre « moé leu zestie d’mask… y peuvent gnan gnan gnan » provenent des milliers de tis-clins québécois rtis-jos connaissants qui ont échoué 3 fois leurs maths faibles de secondaire 2. Me le reprocheriez-vous ?

      • Real dit :

        M.du Berger

        avez vous lu les journaux ce week-end.

        1. Arruda avoue que le test pour le public ne serait pas fiable. (ce qu’on a entendu avant)
        https://www.journaldemontreal.com/2020/07/19/la-sante-publique-dit-non-a-estephan

        2. L’obligation du masque est seulement pour habituer les Québécois en cas d’une réelle épidémie plus tard, le coronavirus ne circule plus ! Ses propres mots.

        https://www.lesoleil.com/actualite/covid-19/arruda-defend-lobligation-du-couvre-visage-a-lechelle-du-quebec-b9bcc34b4c5964101a5f2222ffb339b8

      • Reynald Du Berger dit :

        Real Je connais à peine cet Arruda, car je ne regarde ni écoute AUCUN média québécois, ma référence est essentiellement les très nombreux médias français sur lesquels il y a 10 fois plus de spécialistes et donc plus compétents que ce que l’on trouve au Québec. 87% de Français approuvent le masque en espace clos.

      • Real dit :

        M.duBerger,

        Je ne connais pas cet homme plus que n’importe qui. Mais vous devriez porter attention à ce qu’il dit parce que c’est lui le boss en ce moment. Votre propension à ignorer les faits est inquiétante.

        Je vous faisais part de ce qu’il a déclaré dans des journaux de week-end. Nous sommes dans un drill, c’est lui qui l’a dit. Aucune raison pour le masque autre que pour entrainer.

      • Paul S. dit :

        M. Réal avertit (https://duberger.me/2020/07/15/dr-facebook-infectiologue-edidemiologiste/#comment-138595) : “ .. vous devriez porter attention à ce qu’il dit parce que c’est lui le boss en ce moment. “

        Absolument, cet Arruda peut pratiquer l’intransigeance et causer des pertes de vie, suspendre nos libertés individuelles ou nous rire en pleine face, tout cela à l’abri de poursuites grâce à l’immunité qu’il s’est fait octroyer.

        Pas si mal pour un sinistre farceur gauchiste.

      • Jacques dit :

        J’ai lu cet article de l’actualité et la petite démonstration du Dr Vadeboncoeur est au plus divertissante. Ce médecin est certainement un cardiologue compétent et reconnu, mais il devrait s’en tenir à sa spécialité.

  11. Paul S. dit :

    Merci M. Réal de rapporter cet article (https://duberger.me/2020/07/15/dr-facebook-infectiologue-edidemiologiste/#comment-138472)

    En effet, c’est extrêmement inquiétant de se faire mettre ainsi au pas par ce “drill seargent” pathétique : «On est en libération conditionnelle, a-t-il imagé. On est comme des prisonniers qui ont été libérés du confinement. Si on ne fait pas les affaires qu’on doit faire, on va rentrer en dedans.»

    Ce n’est pas la première fois que cet onusiste se fait menaçant : “… Il y a même DES PAYS QUI ONT SOUDÉ DES PORTES. Juste pour vous dire à quel point on n’en est pas là. Donc je pense que l’appel du premier ministre à dire : On ne veut pas pénaliser tout le monde, parce qu’il y en a qui participent et qui le font bien, mais SI JAMAIS ON EST OBLIGÉS D’ALLER LÀ, UN MOMENT DONNÉ, ON VERRA. ..”
    ( https://guyboulianne.com/2020/04/04/le-dr-horacio-arruda-gardien-des-objectifs-de-developpement-durable-agenda-2030-onu/ )

    Dans le présent, le docteur d’opérette (en médecine communautaire) voudrait apparemment nous protéger de nous même, mais demain, rompus à sa discipline, serons nous en état de résister à l’imposition musclée d’un quelconque des 17 objectifs de développement durable dont Dr. Arruda fait en continu la publicité avec son épinglette ?

    Bien entendu, les medias vont l’aider, car ils appartiennent à la même mouvance : https://www.lapresse.ca/societe/2020-03-27/l-epinglette-d-horacio-arruda-une-roue-d-espoir

    Eh oui, l’objectif 13 concerne la lutte contre les changements climatiques, mais le reste fait aussi partie de la mantra gauchiste.

  12. lucbmenard dit :

    Une étude récente (2020-06-30) réalisée par un groupe de chercheurs américains, ici : https://www.pnas.org/content/117/26/14857, montre que la transmission aéroportée est très virulente et représente la voie dominante pour propager la maladie. L’étude est réalisée à partir des données de trois villes importantes, en Chine (Wuhan), Italie et New-York. L’hypothèse avait été avancée pour expliquer un groupe d’infections dans un restaurant chinois où les gens ont été infectés (par une personne asymptomatique) en dépit d’être à une distance de deux mètres les uns des autres.

    Pour ce chercheur biochimiste retraité (https://www.quora.com/profile/Mitchell-Tsai), il est clair que la distanciation physique de 6 pieds, c’est trop court. « Le virus flotte 30-50+ pi. Le grand débat « aérosol » à l’OMS s’en tient à la pensée de 1934. En 1946, les gens ont réalisé que les aérosols et les gouttelettes sont un continuum ».
    L’OMS semble avoir réalisé l’importance du problème puisque ses chercheurs s’intéressent maintenant à la question comment les minuscules aérosols porteurs du virus peuvent être rejetés dans l’environnement et aux résultats des recherches d’autres scientifiques mondiaux :

    « Il existe un potentiel important de risque d’inhalation de virus contenus dans des gouttelettes respiratoires microscopiques (microgouttelettes) à des distances courtes et moyennes (jusqu’à plusieurs mètres, de l’ordre de l’échelle d’une pièce), et nous prônons le recours à des mesures préventives pour empêcher cette voie de transmission aérienne.
    -Extrait de la lettre signée par les 239 scientifiques et transmise à l’OMS
    https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1717741/coronavirus-transmission-air-micro-goutelettes-oms-pandemie

    Les bars et restaurants sont respectivement dans la catégorie à haut et moyen-haut risque pour la transmission du virus par les aérosols (ci-dessous). La qualité de l’air dans les bâtiments varie en fonction du nombre de clients, taux de renouvellement de l’air (ventilation, échangeur d’air), présence ou non et qualité des systèmes filtrants, état des conduits de ventilation, etc. L’analyse de la qualité de l’air est complexe et la gestion demeure possible, mais difficile dans le contexte. On constate que le respect du deux mètres est une mesure incomplète si l’on veut éviter la propagation par les aérosols. Il serait souhaitable, à mon humble avis, de garder ces établissements fermés à l’intérieur jusqu’à nouvel ordre (sauf les terrasses, commandes à emporter et repas rapides). Les séjours dans les commerces devraient plus que jamais se limiter à l’essentiel.

    Question : est-il possible que la qualité de l’air dans les CHSLD soit part du problème de
    dissémination du virus et conséquemment du taux élevé de mortalité chez ses résidents?

    • Paul S. dit :

      M. Ménard cherche trop loin – “ Question : est-il possible que la qualité de l’air dans les CHSLD soit part du problème de dissémination du virus et conséquemment du taux élevé de mortalité chez ses résidents? “

      Faites donc un tour dans un de ces mouroirs que sont les CHSLD, avant, pendant et après la COVID.
      Même quand cette tête à claques Legault les renommera en Maison des aînés.
      Une forte partie de la clientèle, souvent très âgée, dite fragilisée (par le manque de soins adéquats, surtout en maintien de la condition physique) n’a pas de réserves vitales.

      Quand le niveau de soins baisse davantage (le personnel qui déserte son poste et les aidants naturels qui sont interdits d’accès), parfois drastiquement, la fin ne se fait pas attendre, que l’on soit atteint du virus ou pas.
      Vu que les médecins n’ont plus à se déplacer pour constater le décès et qu’ils ne le font pas pour ne pas exposer leur manque d’attention préalable, la vraie cause de la mort reste incertaine.
      Bien entendu, une personne “fragilisée”, affaiblie encore plus dans les circonstances, voit sa capacité de résistance aux virus réduite à presque rien.

      En ce qui concerne le temps de résidence dans l’air des aérosols, il y a un facteur important que l’on appelle la vitesse d’entraînement dans l’analyse de conception de systèmes anti-pollution industriels ou de convoyeurs pneumatiques.
      Une gouttelette, ou un grain de poussière vont être entrainés par le mouvement de l’air (ou autre fluide), dans n’importe quelle direction, en même temps que la force gravitationnelle les attire vers le bas. C’est l’importance relative de ces forces qui détermine le temps de résidence en suspension.
      Les facteurs relatifs à la force de traînée : la vitesse de l’air (au carré), sa densité (endroit, élévation, humidité ambiante), la forme et la taille de l’objet entrainé (la gouttelette).

      À l’exhalation, il y a l’entraînement initial, mais la suite dépend de courants d’air en présence : convectifs, d’autres causés par le déplacement de personnes ou d’objets, ceux causés par les bouches de systèmes d’aération (paradoxalement, ceux-là pourraient causer la transmission du virus en retardant l’atterrissage d’aérosols) et le vent.
      Théoriquement et probablement aussi dans les faits, des très petits aérosols pourraient vraiment aller loin du point d’émission.
      Quand un volcan explose, les aérosols se retrouvent dans la stratosphère.

      La détermination de distances parcourues par les aérosols contenus dans l’air exhalé avant leur atterrissage est du domaine du génie, pas de la biochimie.

      Ce qui serait intéressant de trouver : les facteurs affectant la tension dynamique de surface du liquide (la salive) et sa viscosité, donc la taille prédominante de gouttelettes.
      La nourriture – le poulet Général Tao et riz, causerait-il des gouttelettes plus petites que le pâté chinois québécois ?
      Le vin versus la bière ou la Coca Cola ..

      Et les baveux, comme moi ?
      Verdict de R. Tremblay : Un masque à vie, doté de cadenas ! Comme Hannibal Lecter.

      • rtremblay dit :

        Vous errez à nouveau Paul S.. Le port du masque est la troisième action à poser selon moi pour limiter la propagation du Covid-19. C’est R. Duberger qui en vente les mérites !

        Le masque, en réalité je ne le porte qu’environ 15 minutes par jours (en moyenne) lorsque je vais faire mes courses.

        Le Yoga ou la méditation vous profiterais plus que le masque pour calmer votre clavier et vous aider à préciser en moins de mot votre pensée 🙂

      • Paul dit :

        Cher Rejean,

        Quand vous avez attribué plus haut (https://duberger.me/2020/07/15/dr-facebook-infectiologue-edidemiologiste/#comment-138233) à M. Jacques le plein support d’idées de M. Réal, je me suis dit : tiens, notre bon pétrophobe est capable de lire dans les pensées.
        Mais, j’ai réfléchi et réalisé que moi aussi, je pouvais croire d’avance connaitre les positions d’un autre.

        C’est pourquoi j’étais vraiment surpris par votre manque d’enthousiasme flagrant, en juin (https://duberger.me/2020/06/07/pot-pourri-de-juin/#comment-131653), pour le port du masque, professé par le prof. C’était bien après que les médias gauchistes américains en ont fait une OBLIGATION ABSOLUE de bonne conduite citoyenne et ont politisé une mesure de santé publique.

        Depuis, vous avez compris l’importance d’imposer au peuple ce masque, qui signale l’adhésion de l’individu au mouvement professant et imposant la VERTU COLLECTIVE.
        Un bon conditionnement progressif à la soumission et à l’éradication de l’individualisme en vue d’instauration d’un nouvel ordre social.

        Le port d’un uniforme dans l’armée renforce l’esprit de corps et donne l’impression de puissance. Le port généralisé d’un symbole unifiant imposé à tous, fait la même chose pour la mouvance gauchiste.

        En échange de votre plein support au port de son masque, avez-vous songé de demander au prof plus de tolérance (l’abandon de son habituel barrage de questions infranchissable) quand vous avancerez à nouveau une de vos opinions grétines en climatérie ?

        Pourquoi, pensez-vous que j’ai erré en tentant d’expliquer le mécanisme de transport de gouttelettes par le mouvement d’air ?
        La distance de 6’, de séparation d’individus, est basée sur la trajectoire tombante dans l’air stationnaire. Or, l’air est presque toujours en mouvement, ne serait-ce que par les turbulences locales dues aux mouvements de l’individu et de ses interlocuteurs.

        C’est un fait, les aérosols très fins peuvent flotter bien au delà de la limite prescrite par les clowns Arruda / Legault et on n’a pas besoin de la bande criminelle de l’OMS pour le comprendre. Remarquez, il y a aussi la dispersion, mais c’est un autre sujet.

        Étant donné que les aérosols peuvent transporter les virus, dans les faits mon argument justifiait le port du masque, car même artisanal, il peut intercepter une partie de gouttelettes flottantes dans l’air et ainsi diminuer la charge virale transmise.
        Alors, où j’ai erré ?

        Plus haut vous m’avez attribué une position que je n’ai pas exprimée : “Jacques et Paul, vous faites l’erreur de mentionner que le masque filtre l’oxygène ..”.
        Et accusé d’anti-masquisme : “Paul est obnubilé par le port du masque et il en oublie le GBS et les bases scientifiques.”. Je n’avais pas argumenté sur ce sujet sur cette page.

        Je comprends que je puisse être votre tête de turc, mais attention aux hallucinations, causées par votre pétrophobisme.

        Le masque, je suis contre son port là où il ne sert à rien d’autre qu’ANNONCER LA VERTU BIENPENSANTE ET OBLIGATOIRE, mais je l’ai bien porté pendant plusieurs heures lors de mes deux visites cette semaines pour réparer l’ordinateur d’un ami, résidant dans un CHSLD.

        Bonne masquerade,
        Paul

        N.B. : Je constate l’amélioration de la qualité de votre écriture et je vous en félicite.

    • Paul dit :

      Merci Jacques de nous déniaiser.

      Mais, pour annoncer sa vertu, le participant, ne devrait-il pas quand-même porter un masque, quelque soit le côté du mur qu’il occupe ?

  13. Jacques dit :

    M. tremblay
    Il est vrai que porter le masque 15 minutes est un inconvénient très mineur. Mais le porter pendant 4-5 heures, c’est probablement autre chose. De nombreux travailleurs y sont contraints et je suis persuadé qu’ils n’apprécient pas l’expérience.

    J’ai lu que la mairesse de Washington DC, Muriel Bowser, a émis un arrêté qui oblige les résidents à porter le masque pratiquement partout hors de leur résidence. Mais, bonne nouvelle, les enfants de 2 ans et moins sont exemptés. Il ont assez d’avoir une couche aux fesses sans en porter une au visage, ce que cette gentille madame Bowser (une démocrate bien sûr) a réussi à comprendre, sans doute après mûre réflexion. J’espère que la mairesse de Montréal ne sera pas tenté de s’inspirer de cette madame Bowser.

    Et puisqu’on parle de masque et de covid, voici quelques considérations qui pourraient être pertinentes ou pas, selon le point de vue:

    https://www.technocracy.news/masks-are-neither-effective-nor-safe-a-summary-of-the-science/

  14. lucbmenard dit :

    Merci de votre réponse, M. Paul! J’apprécie votre sens d’autodérision, c’est hilarant. Je ne proposerais pas ce truc à quiconque, même pas à un quelconque ennemi.

    J’observe ce problème de gestion des soins et ceux en santé au Québec. Il me semble qu’on nous parle des années des CHSLD et du réseau de santé sans vraiment trouver de solution.

    Je suis intéressé par la qualité de l’air. J’en ai pris conscience à l’époque des bars enfumés et l’odeur de cigarette imprégnée dans nos vêtements (je peux presqu’encore la sentir malgré les années et de nouveaux vêtements). Une soirée passée là garantissait à coup sûr la voix rauque le lendemain, enrouée et persistante, souvent accompagnée d’une toux sèche et mal de gorges. Il n’en fallait pas plus pour déclencher mon questionnement, car ces expériences se comparent.

    Le phénomène de propagation des aérosols dans l’air est bien décrit dans cet article de Science, ici : https://science.sciencemag.org/content/368/6498/1422.full
    On dit (par Google traduction) : les infections respiratoires se produisent par la transmission des gouttelettes contenant des virus (5 à 10 μm) et d’aérosols (≤5 μm) exhalés par des personnes infectées pendant la respiration, la parole, la toux et les éternuements. Les mesures traditionnelles de lutte contre les maladies respiratoires sont conçues pour réduire la transmission par les gouttelettes produites dans les éternuements et la toux des personnes infectées. Cependant, une grande partie de la propagation de la maladie du coronavirus 2019 (COVIDE-19) semble se produire par la transmission aéroportée d’aérosols produits par des individus asymptomatiques pendant la respiration et la parole (réf. 1, 3). Les aérosols peuvent s’accumuler, rester infectieux dans l’air intérieur pendant des heures et être facilement inhalés profondément dans les poumons. Pour que la société reprenne, des mesures visant à réduire la transmission des aérosols doivent être mises en œuvre, y compris le masquage universel et des tests réguliers et généralisés pour identifier et isoler les personnes asymptomatiques infectées.
    On poursuit : les humains produisent des gouttelettes respiratoires allant de 0,1 à 1000 μm. Une compétition entre la taille des gouttelettes, l’inertie, la gravité et l’évaporation détermine la distance parcourue dans l’air par les gouttelettes et aérosols émis (réf. 4, 5). Les gouttelettes respiratoires plus grandes subiront la décantation gravitationnelle plus rapidement qu’elles ne s’évaporent, contaminant les surfaces et menant à la transmission de contact. De plus petites gouttelettes et aérosols s’évaporeront plus rapidement qu’ils ne peuvent se déposer, dynamiques, elles peuvent donc être affectés par les courants d’air, qui peuvent les transporter sur de plus longues distances. Ainsi, il existe deux voies principales de transmission du virus respiratoire : le contact (direct ou indirect entre les personnes et avec les surfaces contaminées) et l’inhalation en suspension dans l’air.
    En plus de contribuer à l’étendue de la dispersion et du mode de transmission, il a été démontré que la taille des gouttelettes respiratoires affecte la gravité de la maladie. Par exemple, le virus de la grippe est plus souvent contenu dans les aérosols dont la taille est inférieure à 1 μm (sous-micromètre), ce qui entraîne une infection plus grave (4). Dans le cas du coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV-2), il est possible que des aérosols contenant des virus (sous-micromètre), soient transférés profondément dans la région alvéolaire des poumons, où les réponses immunitaires semblent être temporairement contournées. Il a été démontré que le SRAS-CoV-2 se reproduit trois fois plus rapidement que le SRAS-CoV-1 et peut donc se propager rapidement au pharynx, à partir duquel il peut être versé avant que la réponse immunitaire innée ne soit activée et ne produise des symptômes (6). Au moment où les symptômes se produisent, le patient a transmis le virus sans le savoir.
    Les recommandations des Centres de prévention et du contrôle des maladies (CDC) des États-Unis pour la distanciation sociale de 6 pieds et le lavage des mains afin de réduire la propagation du SRAS-CoV-2 sont fondées sur des études sur les gouttelettes respiratoires réalisées dans les années 1930. Ces études ont montré que de grandes gouttelettes de 100 μm produites dans la toux et les éternuements ont rapidement subi une décantation gravitationnelle (1). Cependant, lorsque ces études ont été menées, la technologie n’existait pas pour détecter les aérosols sous-micrométriques. À titre de comparaison, les calculs prédisent que dans l’air calme, une gouttelette de 100 μm se déposera au sol à partir de 8 pieds en 4,6 s, tandis qu’une particule d’aérosol de 1 μm prendra 12,4 heures (4). Les mesures montrent maintenant que la toux intense et les éternuements qui propulsent de plus grandes gouttelettes à plus de 20 pieds peuvent également créer des milliers d’aérosols qui peuvent voyager encore plus loin (1). De plus en plus de preuves pour le SRAS-CoV-2 suggèrent que la recommandation de 6 pieds des CDC n’est probablement pas suffisante dans de nombreuses conditions intérieures, où les aérosols peuvent rester en suspension dans l’air pendant des heures, s’accumuler au fil du temps et suivre les flux d’air sur des distances supérieures à 6 pieds (5, 10).
    La transmission aéroportée a été déterminée jouant un rôle lors de l’éclosion du SRAS en 2003 (1, 4). Toutefois, de nombreux pays n’ont pas encore reconnu la transmission aéroportée comme voie possible pour le SRAS-CoV-2 (1). Des études récentes ont montré qu’en plus des gouttelettes, le SRAS-CoV-2 peut également être transmis par des aérosols. Une étude menée dans des hôpitaux de Wuhan, en Chine, a révélé que le SRAS-CoV-2 se trouvait dans des aérosols à plus de 6 pieds des patients, avec des concentrations plus élevées détectées dans les zones plus encombrées (8). Les estimations utilisant une charge virale moyenne de crachat pour le SRAS-CoV-2 indiquent qu’une minute de haute parole pourrait générer 1000 aérosols contenant du virion (9). En supposant que les pistes virales pour les super-émetteurs infectés (avec une charge virale 100 fois plus élevée que la moyenne) donne une augmentation à plus de 100 000 virions dans les gouttelettes émises par minute de parole.

    Le problème que je vois dans les systèmes de santé occidentaux (soi-disant plus avancés) est la façon dont on traite les cas positifs (symptomatiques et asymptomatiques) et l’isolement des cas. En contre-exemple, celui des chinois (plus avancé, à mon avis) a obtenu des résultats supérieurs, concentrant les cas positifs en gymnases ou ailleurs, au lieu de disperser (saupoudrer) le virus un peu partout (ici). De plus, des hôpitaux mobiles, ou temporaires, ont été aménagés et dédiés exclusivement aux personnes atteintes de la COVID-19, en un temps record de 10 jours (avec chambres à pression négative). On comprend cela par-après (ici), seulement lorsque le « réseau » est engorgé (non pas par manque de lits, d’équipements et ressources financières) par manque d’effectifs humains, soient tombés au combat, par retranchement ou autrement. On a dénombré 10 000 absences. On verra bien, j’espère, les résultats des efforts mis de l’avant avec la formation des milliers de nouveaux préposés.

  15. Paul dit :

    La vertu ostentatoire ou petite, tout court ?

    Un internaute a émis mardi dernier un “selfie”, le montrant porteur d’un masque en soie de glace blanc, tissé serré et un message se terminant par : “.. je porte ce masque dans les espaces publics clos, non pas pour me protéger, mais par respect pour mes congénères.”

    Donc, en apparence une affirmation de vertu citoyenne de bon aloi (“virtue signaling”).

    Un habitué du “Cabaret JR” de Jonquière croit reconnaitre sur la photo le tissu de la petite culotte d’une danseuse exotique, la capiteuse Conchita Tremblay (ils / elles sont tous de cette souche là bas) qui se produisait jadis à cet endroit et lançait, au terme de son effeuillage, aux fidèles admirateurs cet ultime rempart entre sa pilosité et leur regard concupiscent.

    Mon informateur croit que le masque fut confectionné par l’individu à partir d’une telle culotte fétiche, en souvenir du bon vieux temps, quand il était encore un fringant jeune bouc.

    Certains diraient : la petite vertu de l’individu le rattrape.
    En vérité, se pourrait-il que la petite, plus sincère, vaut bien mieux que la collective vertu vertueuse, imposée ?

    NOTE : Quand le terme précis, avancé par l’internaute, “les espaces publics clos”, est constaté, alors le port d’un masque est parfaitement justifié. Y compris pour se protéger, soi-même, pas seulement, ostentatoirement, les autres.

  16. Jacques dit :

    Pour ce qui est des masques, voici une brève réflexion (je n’ai pas de page facebook et je ne vais jamais sur facebook, sauf de rarissimes exceptions, donc je ne suis pas diplômé de l’école de médecine facebook).

    Les autorités et experts (OMS, CDC avec Fauci, (mère) Theresa Tam, Arruda chez-nous, etc) ont affirmé à plusieurs reprises, au début de cette pandémie, que le port du masque n’était pas nécessaire ni recommendé pour la population en général et qu’il pouvait même être nuisible. Maintenant, fin juillet, après un virage à 180 degrés, le masque est obligatoire presque partout et ceux qui posent des questions sont des ignorants, des irresponsables, des ti-clins facebook, etc. Le fait qu’on manquait de masques au début n’est pas une raison recevable, car cela voudrait dire que l’efficacité du masque est proportionnelle à sa disponibilité. En fait, on n’a rien justifié: on a imposé, point final. Il y a très certainement d’autres raisons que le souci de freiner cette épidémie qui ont motivé cette tardive décision. Mais il ne faut pas les invoquer, car on serait immédiatement qualifé de complotiste, de Flat Earther (théorie de la Terre plate) ou de ‘unqualified Facebook doctor’.

    Un résumé de la saga du masque ici:
    https://www.ledevoir.com/non-classe/582387/hesitations-et-decisions-au-sujet-du-port-du-masque

    • Paul dit :

      Comme vous Jacques, le Facebook, j’y suis réfractaire.

      Quand j’avais constaté il y des années la puérile chasse aux “likes” et la vanité de l’auto-promotion sur cette plateforme, je me suis tenu loin de là.
      Donc, je ne suis pas un Dr. Face Gook, non plus.

      Bien que je ne conteste pas l’utilité d’un masque dans des circonstances précises (j’avais environ quatre ans quand j’en avais vu un, pour la première fois, porté par mon père à la sortie d’une salle d’opération et de nombreuses fois par la suite), j’avais suivi de près et en direct sur CNN, l’élévation graduelle du masque au niveau d’un accessoire obligatoire attestant la probité citoyenne et l’adhésion au concept d’un “New Normal” (soit un état rétrogradé de liberté fondamentale d’un individu).
      Et oui, au début l’efficacité de cette mesure était contestée, mais plus tard affirmée, par les mêmes têtes de nœud, dont le Dr. Fauci.

      Hier, l’idiot Wolf Blitzer de CNN a déclaré que pour avoir le moindre espoir de réélection, le président Trump devrait porter un masque en tout temps.

      Non Jacques, il ne s’agit pas de théories de complot, seulement on voit la gauche qui fait feu de tout bois et l’individu libre, un obstacle, est dans sa mire.

  17. rtremblay dit :

    M. Paul voit du politique partout et tout le temps alors que la question du port du masque n’en est une seulement que de santé publique et de limitation de la propagation du virus en mode déconfinement et de réorganisation de nos activités quotidiennes et ceci en attendant d’avoir des outils plus performant (tels qu’un vaccin ou des soins mieux adaptés à combattre les maladies occasionnés par la covid-19 incluant une meilleure médication).

    Vos propos m’ont indiqué que vous êtes contre le port du masque lorsque requis. Vous êtes associés au groupe « Anti ». N’oubliez pas que dans cette position vous avez des responsabilités, pas juste de faire respecter vos droits individuels. Il y a la notion du droit collectif qui rentre en ligne de compte.

    Allez dans un CHSLD et porter un masque … hum c’est une obligation…

    Le port du masque dans un commerce c’est comprendre l’importance du droit collectif.
    C’est comprendre aussi l’importance de nos actes pour protéger les travailleurs du secteur de la santé aussi car on peut (chaque individu) ainsi limiter la propagation.

    N’oubliez pas que nos dirigeants (Legault, McCann, Arruda, Dubé, etc.) ont suggéré pour le grand public le port du masque comme mesure acceptable en mode de déconfinement, une fois que la courbe de progression a été aplatie étant donné que les autres mesures avait donné les bons résultats. Il y a aussi le fait que les masques aujourd’hui sont disponibles partout et en grande quantité. Cette mesure raisonnable du port du masque a été organisé avant de l’appliquer.

    Vos réflexions sur L’OMS et compagnie ainsi que sur le débat sur le RCA n’ont pour moi aucun lien avec cette situation présente de la lutte contre le Covid-19 et la santé publique.

    • Paul dit :

      Monsieur Rejean,

      Vous avez raison, pour entrer dans un CHSLD, il faut accepter de porter un masque et aussi des lunettes de protection.

      Une fois la porte de la chambre du résident refermée, le respect de la directive gouvernementale n’est plus assuré par le personnel.

      Je vous donne ma parole que lors de mes visites j’avais gardé le masque sur ma face en tout temps, pendant des heures et il faisait chaud dans la chambre.
      Ceci, parce que dans une pièce fermée, il eut été impensable d’agir autrement car dans le contexte que nous vivons, il faut adopter le principe de précaution pour protéger le résident.

      Qui vous a dit que j’étais associé à un groupe (que vous appelez “Anti”), dont j’ignore l’existence ?

      Alors, pour être clair : oui pour le masque quand c’est justifié pour des raisons de santé publique objectives. L’absolu est inatteignable et ne devrait pas être visé par les directives gouvernementales, mais le principe de précaution, même augmentée, peut être invoqué dans certaines circonstances.
      Si vous m’invitiez à visiter votre maman (pour échanger nos recettes de ratatouille), chez elle ou dans une résidence, je porterai un masque, mais je ne le ferai pas dans la rue, ni dans ma voiture, car je ne ressens pas le besoin d’annoncer ma vertu et surtout je ne veux pas faire plaisir à ceux qui en exigent la preuve.

      Le port du masque est malheureusement devenu un enjeu politique et vous le savez aussi.

      Maintenant, permettez moi une réflexion personnelle sur l’action subliminale, qui fait que les positions sont tellement tranchées sur le sujet d’un masque, au point de devenir déraisonnables.

      La reconnaissance faciale est un processus cognitif fondamental chez les humains et cette faculté est déjà en place chez le nourrisson.

      Il y a une région du cerveau spécialisée pour cela, mais aussi des canaux de communication privilégiés pour acheminer rapidement l’information pertinente à la perception d’un visage.
      L’image du visage est la première information traitée quand on rencontre quelqu’un et la première impression qui en résulte guide notre comportement immédiat.
      Par la suite, le visage contribue aussi à la communication non-verbale.

      La neurocognition est une science en évolution hors de portée pour ce quidam, mais je crois que ce n’est pas banal et sans importance que d’être privé de savoir à qui l’on a affaire quand on rencontre un congénère masqué.

      Si je voulais m’attaquer à l’individualisme en dépersonnalisant les citoyens pour instaurer une société-fourmilière, j’imposerai le port d’un masque à tous.

      Enfin, les mécanismes neurocognitifs innés continuent à se développer pendant toute la vie, mais surtout pendant les premiers mois.

      Ainsi, un nouveau petit-fils hypothétique du prof Du Berger, masqué en permanence en sa présence pour le protéger, se développerait différemment du petit-fils de monsieur Jacques démasqué, en déni de la covidité.
      Je penserai que le bébé sismographique aurait un comportement anormal plus tard dans sa vie, mais qui sait, si ce n’est pas justement ce que visent les promoteurs du “Nouveau Normal” ..

      Bon googlage,
      Paul

    • Paul dit :

      En passant, concernant la politisation du masque, la référence principale de R. Tremblay en climatérie, Mr. Tamino, est lui aussi pour le masquage de l’Amérique : https://tamino.wordpress.com/2020/07/17/mask-up-america/

      Le contraire aurait été surprenant.

  18. Jacques dit :

    Je pose ici deux petites questions très simples.

    1- Comment expliquer un tel revirement de la ‘science’ concernant le masque après à peine quatre mois ?

    2- Comment une personne en parfaite santé qui ne porterait pas de masque peut-elle en contaminer une autre ?

    Ce sont des questions simples et j’aimerais avoir des réponses simples si possible.

    • Reynald Du Berger dit :

      Jacques 1- on n’avait pas de masques à distribuer donc on disait « masque inutiles ou utiles seulement pour les soignants »
      2-  » en parfaite santé » oui à la condition d’être dépistée TOUS LES JOURS Vous pouvez être négatif lundi et positif mercredi…

      • Paul dit :

        1) Mais Jacques avait marqué un point brillantissime plus haut, contre ceux qui utilisent la science dans leur argumentaire : “ Le fait qu’on manquait de masques au début n’est pas une raison recevable, car cela voudrait dire que l’efficacité du masque est proportionnelle à sa disponibilité. “

        2) En effet, on peut être aussi un porteur asymptomatique.
        NOTE : Pourtant la visite bi-hebdomadaire d’un médecin dans les maisons de tolérance entretenait l’impression de sécurité chez les consommateurs de services, car la péripatéticienne était saine après l’examen.

comment éliminer un abonné indésirable ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s