DISCUSSIONS CLIMATO-FESTIVES

Publié: 16 décembre 2019 dans Uncategorized

dinnerargument

 

On me demande parfois pourquoi je ne regarde et écoute que presque exclusivement des radios et télés françaises et très peu de québécoises. On aime les débats en France tandis qu’ici « on n’aime pas la chicane », ce qui fait des discussions ternes car les opposants ou adversaires partagent souvent le même avis. Avec une population de 65 millions, la France peut puiser dans un réservoir d’experts et d’analystes beaucoup plus riche que celui des titulaires de chaires de l’UQAM qui viennent régulièrement déverser maladroitement leur fiel anti-Trump aux journaux télévisés de Radio-Canada et de TVA.

On n’offre aux Québécois que deux principales chaînes tandis que nos cousins peuvent naviguer sur une vaste palette comprenant des chaînes d’état, toutes évidemment de gauche (comme France Culture ou France Inter) et d’autres plus équilibrées comme BFM, C News, LCI, Sud Radio… et ils ont même une télé privée (TV Liberté) qui se dit contre le politiquement correct. Il est dommage que TV5 ne présente aux Québécois comme « débats » que des émissions comme « On n’est pas couché » où, comme à « Tout le monde en parle » ,  des artistes incultes en science mais qui veulent sauver une planète dont ils ignorent presque tout, lancent de la désinformation qu’ils croient cependant vraie et percutante,  devant une galerie de gauchistes qui s’émoustillent en applaudissements, à chaque anathème lancé contre Donald Trump ou le capitalisme « sauvage ».

Les débats sont tellement peu présents dans la culture québécoise , qu’aux réunions de famille, on interdit souvent les discussions sur la politique ou la religion. Le climato-réalisme comptant de plus en plus d’adhérents, au détriment du climato-alarmisme, il faut s’attendre à des discussions sur le changement climatique aux Fêtes qui approchent.  J’offre donc quelques conseils aux climato-réalistes qui risquent de faire face à des tis-clins du climat ou pire, à des Claire Nouvian climato-enragées.

Sondez l’opinion mais aussi les connaissances de votre adversaire. Il est sage que vous établissiez d’abord les points sur lesquels vous vous accordez comme l’existence d’un réchauffement climatique et le rôle du CO2 comme gaz à effet de serre.

J’ai toujours eu comme règle, autant comme professeur, chercheur ou chroniqueur, que celui qui pose des questions a toujours l’avantage sur celui qui fait des affirmations, surtout si ce dernier est incapable de les prouver. Posez-donc des questions claires comme « quel est le pourcentage de CO2 dans l’atmosphère? » Si vous avez affaire à un ti-clin, il y a de fortes chances qu’il l’évalue à 30% ou 40%. Révélez-lui ensuite la réponse (0,04%) , mais avec ménagement, sans triomphalisme, car vous ne voulez pas l’humilier, mais seulement lui faire prendre conscience de la limite de ses connaissances.

Exemples de questions à poser à votre climato-adversaire :

Quel est le principal gaz à effet de serre (GES) ? Il vous répondra probablement que c’est le CO2, mais c’est H2O, la vapeur d’eau,  et de loin !

Y-a-il consensus parmi la communauté scientifique ? Aucune étude, aucun sondage n’a permis d’établir de consensus.

La question qui tue : Si tu prétends que les GES d’origine humaine sont le facteur principal qui crée le réchauffement, comment expliques-tu que la température stagne ou augmente à peine depuis les 20 dernières années, en dépit du fait que nous ayons émis plus de 40% de toutes nos émissions de CO2 durant ces mêmes 20 années ?

Qu’est-ce que la sensibilité climatique ? C’est l’augmentation de température pour un doublement de la quantité de CO2 atmosphérique. Les scientifiques ne s’entendent pas sur sa valeur, cela allant du simple au double.

Une autre question qui tue : Si les modèles sont corrects, comment se fait-il qu’ils donnent tous des températures bien au-dessus de celles observées par satellites et ballons sondes ?

Y a-t-il accélération de la hausse du niveau des océans ? Non.

Les événements météorologiques dits extrêmes sont-ils de plus en plus fréquents et sévères? Non.

Vous trouverez sur plusieurs sites climato-réalistes comme celui de notre Association des climato-réalistes, les détails vous permettant de nuancer vos réponses.

Le dernier livre de mon collègue François Gervais « L’urgence climatique est un leurre »est aussi une excellente référence.

Si vous jouez vos cartes adroitement, il y a de bonnes chances que vous convainquiez votre adversaire de cesser de prendre comme vérité, la désinformation et la propagande propagées quotidiennement par les médias, qui sont le plus souvent sa seule source d’information. Vous l’aurez alors aidé à développer la seule attitude noble en science, le doute.

 

commentaires
  1. Reynald Du Berger dit :

    Je note que les rtremblay, Guillaume et On jase là sont déjà passés et m’ont accordé une étoile à défaut de ne pouvoir me donner 5 anti-étoiles… répondez donc plutôt à mes questions messieurs … et heureux réveillon !

  2. rtremblay dit :

    Q Y-a-il consensus parmi la communauté scientifique ? Aucune étude, aucun sondage n’a permis d’établir de consensus.

    R: Faux. Il y a plusieurs études sur le consensus.

    vous devriez consulter AGU !

    https://agupubs.onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1029/2009EO030002

    Q: La question qui tue : Si tu prétends que les GES d’origine humaine sont le facteur principal qui crée le réchauffement, comment expliques-tu que la température stagne ou augmente à peine depuis les 20 dernières années, en dépit du fait que nous ayons émis plus de 40% de toutes nos émissions de CO2 durant ces mêmes 20 années ?

    R: Faux. Direct dans le bac à recyclage votre question traficoté. la théorie du plateau ça fait au moins 5 ans que ce n’est plus évoqué, sauf par les climato-septiques qui ne se mette pas à jour.

    2019 sera probablement déclaré année la plus chaude

    https://www.accuweather.com/en/weather-news/2019-may-be-the-warmest-year-on-record-as-a-result-of-an-el-nino-event-exacerbated-by-global-warming/70006943

    Q: Qu’est-ce que la sensibilité climatique ? C’est l’augmentation de température pour un doublement de la quantité de CO2 atmosphérique. Les scientifiques ne s’entendent pas sur sa valeur, cela allant du simple au double.

    R: mais tous s’entende que ça va juste augmenté. Et de plus en plus de scientifique penses que ça augmente plus vite.

    Q: Une autre question qui tue : Si les modèles sont corrects, comment se fait-il qu’ils donnent tous des températures bien au-dessus de celles observées par satellites et ballons sondes ?

    R: il n’y a qu’un seul groupe UAH qui va dans votre sens ! Faite vos recherches. Le site de Tamino l’explique bien votre supposé argument !

    Q: Y a-t-il accélération de la hausse du niveau des océans ? Non.

    R: Faux. On est plus à 2 mm/an. Votre histoire du capitaine Morgan aussi est à mettre au bac à recyclage. La redondance n’est pas une réponse.

    Q: Les événements météorologiques dits extrêmes sont-ils de plus en plus fréquents et sévères? Non.

    R et Q de RT : comment faites vous pour affirmer une question en dehors de votre champ de compétence ? allez voir l’avis de météorologue professionnel avant de vous prononcer !

    Il y une liste de 1500 scientifiques (que vous n’avez pas publié) qui affirme le contraire des climato-septiques. Il y a des spécialistes, des gens qui publient dans cette liste.

    https://www.lesoleil.com/actualite/science/consensus-scientifique-et-climat-ce-quil-faut-savoir-0b705a2610d13363dac308504812313b

    En résumé vous affirmez plein de trucs qui sont moins bon que le breuvage du bol à punch.

    • Reynald Du Berger dit :

      rtremblay vous avez échoué. Vous n’avez répondu à aucune de mes questions . Vous êtes par exemple incapable de produire un graphique de données TMAG vs CO2 qui montre un lien de causalité. Incapable aussi de démontrer une accélération dans la hausse du niveau des océans. Incapable de produire une étude ou un sondage qui démontre un quelconque consensus. Incapable de démontrer une relation entre votre supposé RCA et les événements météo « extrêmes » . Et surtout, incapable de prouver votre supposé RCA. Vous avez donc échoué… mais vous avez droit à un autre morceau de dinde… Joyeux Nöel !

    • Paul dit :

      D’un côté, dans son billet, le prof renégat offre à ses troupes les conseils de climato-agitation en un français impeccable.

      De l’autre, R. Tremblay s’épanche en petit-nègre : “ mais tous s’entende que ça va juste augmenté. Et de plus en plus de scientifique penses que ça augmente plus vite.”

      Qu’il s’agisse d’un ingénieur agroalimentaire ou d’un agronome, pour être pris au sérieux il faut bien s’exprimer.
      C’est aussi un signe de politesse que de parler correctement. Autrement, l’interlocuteur s’épuise à vouloir déchiffrer correctement le message du climato-activiste.

      À moins que M. Tremblay nous vienne du corps illustre de tirailleurs sénégalais, où il aurait été formé à communiquer en petit-nègre …

  3. On jase là ! dit :

    « Comment expliques-tu que la température stagne ou augmente à peine depuis les 20 dernières années » Quel énorme mensonge ! Vous nous prenez vraiment pour des imbéciles. Et, cela va de soit avec vous, vous affirmez cela sans la moindre preuve.

    Vous dite que rtremblay est incapable de démontrer ce qu’il avance. Pourtant son commentaire est très instructif, il nous donne ses sources, contrairement à vous, et quand vous nous en donnez ce ne sont, je n’en doute point, que des sources provenant des climato-sceptiques qui croient qu’on a affaire à un vaste complot planétaire pour détruire le capitalisme. Donc des pseudo-scientifiques, probablement financés par les pétrolières. Les gens peuvent bien douter de la science au point de dire que la terre est plate et que les vaccins causent l’autiste !

    Mais M. Duberger, vous-même ne démontrez jamais quoi que ce soit, vous ne faites qu’affirmer sans preuve. Et à vos yeux tous les scientifiques qui ne sont pas sceptiques sont ou bien des fraudeurs à la solde des méchants écologistes ou tout simplement, comme vous aimez tant le dire, des nuls en science. Désolé mais vous avez échoué. Je ne peux vous donner la note de passage.

    • Reynald Du Berger dit :

      On jase là: « il nous donne ses sources »

      Ce n’est pas des « sources  » que je vous demande … ya autant de « sources » pourries que bonnes.. et en climat, beaucoup plus de pourries que de bonnes.

      Je vous demande des DONNÉES, des OBSERVATIONS, non traitées, tripotées, filtrées ou corrigées qui démontrent que j’ai tort.

      Je vous demande de produire ces données sous forme de texte ou de tableaux ou graphiques clairs . comme par exemple TMAG vs CO2 avec pour ces données la méthodologie d’obtention , la précision, le nombre, la répartition .

      alors à votre google et revenez-moi avec des preuves… et non pas des « sources ». Aucun de vous n’avez répondu à AUCUNE de mes questions.

      • On jase là ! dit :

        « Je vous demande des DONNÉES, des OBSERVATIONS, non traitées, tripotées, filtrées ou corrigées qui démontrent que j’ai tort. » Alors faites de même en ce qui concerne vos affirmations. Vous ne l’avez jamais fait ! Et de plus, les données des climato-sceptiques sont par définition : traités, tripotés ou corrigés et cela en fonction des buts idéologique des climato-sceptiques. Ces buts n’ont bien sûr rien à voir avec la recherche de la vérité. Le but : faire croire aux « nuls en science » que le réchauffement climatique est un « leurre ». Alors à votre google et revenez-nous avec des preuves, pas des affirmations idéologiques. On risque d’attendre longtemps !

      • Reynald Du Berger dit :

        On ja là: Alors faites de même en ce qui concerne vos affirmations. »

        Non j’ai des chiffres et des arguments mais n’ai PAS à les produire car c’est VOUS qui affirmez RCA , accélération de la hausse… etc.. moi je DOUTE de VOS affirmations jusqu’à ce que vous les prouviez. Vos affirmations sont donc toutes fausses jusqu à ce que vous les démontriez vraies et pas avec des « sources » qui ne démontrent rein mais avec des chiffres, données observations. Vous devez aussi fournir la méthodologie, la qualité, la quantité, la distribution des mesures dans le temps et espace. Vous n’avez donc encore répondu à aucune des questions que je pose. Celui qui affirme l existence de qq chose doit pouvoir démontrer l existence de cette chose, tandis qu’il est IMPOSSIBLE de démontrer la non existence de qq chose qui n’existe pas.

  4. On jase là ! dit :

    Donc, vous refusez de répondre, je m’y attendais. Vous dites que vous n’avez pas à produire des données parce que c’est moi qui affirme. Vous vous mentez à vous-même ! C’est vous qui affirmez et non pas doutez, c’est vous qui dites que, et je cite : « la température stagne ou augmente à peine depuis les 20 dernières années ». Comme je suis nul en science selon vos dires, force est de constater que je suis nul également en lecture. car à moins de ne savoir lire, ce que vous dites n’est pas un doute mais une affirmation que vous faites sans preuves, et même à l’encontre de ce que nous savons, nous les nuls en science, sur le réchauffement climatique. Votre affirmation est donc fausse jusqu’à ce que vous nous démontriez que ce que vous dites est la vérité, ce qui est demandez la lune, un idéologue ne répond jamais aux questions.

    « Celui qui affirme l’existence de qq chose doit pouvoir démontrer l’existence de cette chose. » Vous sortez vos vieux arguments ! J’affirme l’existence de votre mauvaise foi et rien d’autre. Et c’est facile à prouver, on n’a qu’à lire vos chroniques. Vous ajoutez : il est IMPOSSIBLE de démontrer la non existence de qq chose qui n’existe pas.

    Si je vous suis, il serait donc impossible de démontrer l’existence ou le non existence du réchauffement climatique puisque celui-ci n’existe pas !!! Vous affirmez donc, au départ, ce que vous devriez d’abord démontrer. Inutile de faire de la recherche, la science est inutile, on n’a qu’à demander à M. Duberger et on va ainsi sauver temps et argent, ce dernier connaît la réponse sans faire ni études ou recherches. Pas besoin de science pour savoir s’il pleut, demandez à M. Duberger ou regarder par la fenêtre est bien suffisant.

    Donc si l’on ne peut prouver la non existence de quelque chose qui n’existe pas, comment pourrait-on démontrer également l’existence que quelque chose qui n’existe pas !!!

    Plutôt alambiqués vos arguments. En bon français, c’est de la bullshit ! des sophismes pour éviter de répondre aux questions. Vous ne faite que tripoter, filtrer, désinformer, c’est votre job d’idéologue, et non pas la recherche de la vérité.

    • Reynald Du Berger dit :

      On jase là : Je répète puisque vous n’avez pas compris. VOUS affirmez qq chose (RCA, accélération de la montée des océans, événements météo extrême de plus en plus bla bla bla…) , MOI je doute de votre affirmation d’accord ? Alors je VOUS demande de prouver votre affirmation, ce dont VOUS avez été incapable, d’accord ? VOUS devez prouver ce que VOUS affirmez, d’accord ? VOS affirmations seront toutes considérées comme fausses jusqu’à PREUVE du contraire, i.e. jusqu’à ce que VOUS démontriez qu’elles sont vraies. D’accord ? Je répète aussi : On doit pouvoir prouver l’existence de quelque chose qu’on affirme exister, par contre il est impossible de prouver la non existence de quelque chose qui n’existe pas. Avez-vous enfin compris ?

      • On jase là ! dit :

        Un vrai dialogue de sourd ! « VOUS devez prouver ce que VOUS affirmez » La seule chose que j’affirme c’est que vous dites que « la température stagne ou augmente à peine depuis les 20 dernières années », sans aucune démonstration, preuves ou données. Je ne dit rien d’autre. Ensuite je déconstruit votre argumentation, dont vous ne faites aucun cas, car on ne s’occupe pas des affirmations d’un nul en science, n’est-ce pas ?

        Il me semble que c’est assez clair. Je vous demande d’apporter des preuves de ce que vous affirmez. Où voyez-vous dans mon commentaire que j’affirme quoi que ce soit sur les dérèglements climatiques !!! C’est vous qui dite, entre autres affirmations saugrenues, qu’il n’y a pas, par exemple, de montée des océans, et cela sans preuves. Vous sortez cela de votre chapeau. Un vrai magicien ce Duberger. Pourquoi vous vous considérez vous-même comme exempté de l’obligation de fournir les preuves de ce que vous avancez.

      • Reynald Du Berger dit :

        On jase là: je vois que vous n’avez toujours pas compris alors on va y aller par étapes, comme je faisais avec mes élèves ingénieurs à Nancy dans les grandes écoles… et je vais vous poser des questions claires , sans bavures, et vous demanderai de répondre oui ou non, pas de bla bla bla , juste oui ou non.

        1- affirmez-vous que l’activité humaine (émissions de GES) est la cause principale des changements climatiques ? – j’attends votre réponse , ensuite nous passerons aux questions suivantes. Ces questions s’adressent aussi à Guillaume et à rtremblay.

    • agirard dit :

      Pas fort comme argument. La faiblesse d’esprit de vos répliques montre que vous êtes complètement bouché et sans formation scientifique. Allez faire vos classes et revenez-nous…

  5. On jase là ! dit :

    M. Duberger me demande : Affirmez-vous que l’activité humaine (émissions de GES) est la cause principale des changements climatiques ? Je n’affirme rien du tout. Je vous demande tout simplement de nous donner des preuves de ce que vous nous dites lorsque vous affirmez que la température stagne ou augmente à peine depuis les 20 dernières années. Donc je vous demanderais de répondre par oui ou non, avez-vous des preuves, pouvez-vous faire la démonstration de ce que vous affirmez. Bien sûr que non, puisque vous n’avez jamais daignez répondre. On peut donc conclure que vous n’en avez pas de preuves et que vous faites de la désinformation.

    En ce qui me concerne, mon opinion à savoir si l’activité humaine (émissions de GES) est la cause principale des changements climatiques, mon opinion dis-je n’a strictement aucune importance. Je ne publie pas de textes pour défendre cette question. Ça c’est la job de ceux qui font des recherches et des mesures sur ce phénomène. C’est à eux qu’il faut poser la question.

    La stratégie de M. Duberger est plutôt enfantine. Il pose dès le départ, avant toute recherche, que le RCA n’existe pas. C’est un postulat de base. Un esprit de l’au-delà lui est apparu pour lui annoncer que le RCA n’existait pas et il a pour mission de sauver le monde. Donc, étant de donné ce fait évident – le RCA n’existe pas – il n’est donc nullement besoin de faire de la science sur ce sujet. M. Duberger le dis lui-même, ce qui n’existe pas, n’existe pas, point final. Pas besoin d’en faire la démonstration. La science n’a pas à s’en mêler. On laisse cela à des nuls en science comme Hubert Reeve.

    Pour éviter de me faire insulter, je donne la définition du mot postulat, parce que ça ne me tente pas de me faire traiter de nul, d’idiot et autres insultes favorisées par les génies climato-sceptiques, et je refuse aussi de subir son examen du secondaire.

    Postulat : Proposition que l’on demande d’admettre avant un raisonnement, que l’on ne peut démontrer et qui ne saurait être mise en doute; principe de base, qui ne peut être mis en discussion.

    • Reynald Du Berger dit :

      On jase là : « M. Duberger me demande : Affirmez-vous que l’activité humaine (émissions de GES) est la cause principale des changements climatiques ? Je n’affirme rien du tout. »
      Je vois que vous tentez une pirouette afin d’éluder la question. je vais donc vous la poser autrement.

      1- Les émissions anthropiques de GES sont-elles le facteur principal affectant la TMAG (ou ce que vous appelez le climat) ?

      • On jase là ! dit :

        Un spécialiste des pirouettes et de l’art de se défiler et de ne jamais répondre aux questions et qui en plus est incapable de prouver ce qu’il avance, et qui m’accuse de faire ce qu’il fait lui-même (faites ce que je dit, ne faites pas ce que je fait) ça c’est la meilleure.

        Les émissions anthropiques de GES sont-elles le facteur principal affectant la TMAG ? J’ai déjà répondu, mais il est évident que vous ne lisez pas mes commentaires : « Ça c’est la job de ceux qui font des recherches et des mesures sur ce phénomène. C’est à eux qu’il faut poser la question. » Clairement, vous êtes de mauvaise foi. Une discussion c’est censée être un échange, un dialogue, ce que vous ne faites pas.

      • Reynald Du Berger dit :

        @ On jase là : vous me répondez  » Les émissions anthropiques de GES sont-elles le facteur principal affectant la TMAG ? J’ai déjà répondu, mais il est évident que vous ne lisez pas mes commentaires : « Ça c’est la job de ceux qui font des recherches et des mesures sur ce phénomène. C’est à eux qu’il faut poser la question. »

        Je connais leur réponse, du moins celle des climato-alarmistes et climato crédules et c’est OUI. celle des climato-réalistes est NON.

        Je vous demande votre réponse à vous est-ce oui ou non ? vous pouvez aussi répondre « je ne sais pas ». et ensuite on passera à la question 2.

  6. rtremblay dit :

    J’affirme que vous avez tort , que le plateau de 20 ans est faux.

    si vous affirmez que le plateau existe vous devez publier vos sources, votre méthode pour la démontrer.

    de mon côté : Je n’ai pas a montrer mes sources puisque votre plateau n’existe pas.

    • Reynald Du Berger dit :

      rtremblay vous dites « J’affirme que vous avez tort , que le plateau de 20 ans est faux.. »

      Montrez-moi, avec un graphique à l’appui, que les émissions anthropiques de CO2 s’harmonisent parfaitement avec la TMAG, avant la pause et durant la pause des 20 dernières années. Montrez-moi clairement que TMAG augmente de façon très importante au moment même où les émissions de CO2 ont elles aussi augmenté de façon importante. 40% de TOUTES les émissions sont au cours de la pause ! Montrez nous que TMAG reflète cela . TMAG stagne ou augmente À PEINE pendant la pause. Prouvez-moi que j’ai tort.

      Regardez la fig 2a du document de notre déclaration mondiale sur le climat . https://clintel.org/wp-content/uploads/2019/11/Science-behind-the-World-Climate-Declaration.pdf

      • rtremblay dit :

        le climat de la terre n’est pas un modèle à deux variables uniquement et vous le savez bien ou devez le savoir ?

        votre question est rejetée ! il n’y a pas de pause. SVP SOYEZ LOGIQUE…

        « Montrez-moi, avec un graphique à l’appui, que les émissions anthropiques de CO2 s’harmonisent parfaitement avec la TMAG, avant la pause et durant la pause des 20 dernières années. « 

  7. rtremblay dit :

    Tiré de votre document : « Figure 2a shows that the influence of anthropogenic CO2 emissions on global warming is very questionable. In the left graph the CO2 emissions were small (about 10 ppm) but on the right graph they were much larger (about 70 ppm), as can be seen in Figure 2b. However, warming rates in the two records are similar.  »

    vraisemblablement ces auteurs ne savent pas de quoi il parle :
    CO2 emissions (about 10 ppm) : les émissions se mesurent en Gigatonne pas en ppm !

    le graphique n’a pas d’unité pour les températures, aucune référence d’ou provient ce graphique. L’échelle de temps n’est pas défini.

    depuis 60 ans le TMAG augmente à un rythme assez constant de 0,16 à 0,17 C/décennie

    si 2019 bat 2016 et de beaucoup 1998 sans que 2019 ne soit une année El-Nino vous allez dire quoi ?

    • Reynald Du Berger dit :

      rtremblay avant de poursuivre je vous demande à vous,, à Guillaume et à On jase là, une question simple et claire et qui se répond seulement par oui, non ou je ne sais pas.. surtout pas de bla bla bla
      1- L’homme est-il , et de loin, le facteur principal influençant les changements climatiques ?

  8. On jase là ! dit :

    À la question : Les émissions anthropiques de GES sont-elles le facteur principal affectant la TMAG ? Vous dites : Je connais leur réponse, du moins celle des climato-alarmistes et climato crédules et c’est OUI. celle des climato-réalistes est NON. »

    De votre réponse on peut dire que, selon vous, les personnes qui connaissent la réalité, qui possèdent le savoir, sont les gens de votre camp, les soit-disant réalistes, alors qu’en fait ce sont des illuminés qui croient que l’hypothèse du RCA est un complot ourdi par des irresponsables pour détruire le monde, alors le qualificatif de « réaliste » est un non sens. Alors que ceux qui répondent oui à la question, sont des idiots, des alarmiste, des imbéciles qui croient ce que les scientifiques disent alors que nous savons tous que ces scientifiques sont des fraudeurs, des nuls en science, car seuls ceux qui nient la réalités (les réalistes) sont des gens honnêtes qui possèdent le savoir absolu.

    Donc, des fanatiques comme Trump, Bolsonaro, Bernier, Brassard, Gervais et autres grands génies, ces gens sont donc des réalistes, de grands scientifiques qui savent la différence entre le vrai et le faux, alors que des minus, des handicapés mentaux comme Hubert Reeve sont eux des crédules, des alarmistes, des fous furieux qui mentent à la population et aux dirigeants parce que ce sont de méchants communistes qui veulent détruire le merveilleux système capitaliste.

    C’est cela votre vision du monde et celle de vos disciples de la sectes religieuse des fanatiques de la droite. Un monde divisé en deux : les bons, vous bien sûr, (les « réalistes » qui sont en fait des irréalistes) et les méchants (ceux qui font de la science et non pas de la petite politique).

    • Reynald Du Berger dit :

      On ja là : vous dites « De votre réponse on peut dire que, selon vous, … »

      Je ne vous demande pas une interprétation de ma réponse, je vous demande à vous, à rtremblay et à Guillaume une question simple et claire et qui se répond seulement par oui, non ou je ne sais pas.. surtout pas de bla bla bla
      1- L’homme est-il , et de loin, le facteur principal influençant les changements climatiques ?

      • rtremblay dit :

        Les émissions anthropiques de GES sont la principale source de l’augmentation du TMAG et des changements climatiques qui s’en suivent !

        OUI

      • Reynald Du Berger dit :

        rtremblay dit  » OUI… Les émissions anthropiques de GES sont la principale source de l’augmentation du TMAG et des changements climatiques qui s’en suivent !

        Question 2 : Étant donné que vous affirmez que les émissions anthropiques de GES sont la principale source de l’augmentation du TMAG et des changements climatiques qui s’en suivent, expliquez comment TMAG augmente au MÊME rythme durant les périodes de faibles et fortes émissions de GES tel qu’illustré à la figure 2a ci-dessous https://clintel.org/wp-content/uploads/2019/11/Science-behind-the-World-Climate-Declaration.pdf

  9. rtremblay dit :

    je vous ai donné une réponse claire, sans bavures, je dirais même plus limpide comme de l’eau !!

    MAIS votre question elle n’est pas sans bavure, claire et bien formulée !

    « Montrez-moi clairement que TMAG augmente de façon très importante au moment même où les émissions de CO2 ont elles aussi augmenté de façon importante. 40% de TOUTES les émissions sont au cours de la pause  » : Comme question c’est une question que je qualifie de pleine de bavure.

    • Reynald Du Berger dit :

      rtremblay vous dites  » MAIS votre question elle n’est pas sans bavure, claire et bien formulée !  »

      ma question claire, simple et sans bavure, et si vous ne la comprenez pas, je pourrai tenter de la reformuler:

      Question 2 : Étant donné que vous affirmez que les émissions anthropiques de GES sont la principale source de l’augmentation du TMAG et des changements climatiques qui s’en suivent, expliquez comment TMAG augmente au MÊME rythme durant les périodes de faibles et fortes émissions de GES tel qu’illustré à la figure 2a ci-dessous https://clintel.org/wp-content/uploads/2019/11/Science-behind-the-World-Climate-Declaration.pdf

  10. rtremblay dit :

    tel qu’illustré : je ne commenterai pas des illustrations ! seulement des faits scientifiques.

    et oui votre question est mal formulée mais surtout elle contient des biais importants (réponses souhaitées dans la question)

    • Reynald Du Berger dit :

      rtremblay dit  » je ne commenterai pas des illustrations ! seulement des faits scientifiques. »

      Ce ne sont pas des « illustrations » mais des DONNÉES SCIENTIFIQUES rigoureusement obtenues et présentées sous forme de figures.

      Ce sont des FAITS !

      On vous demande donc de répondre à cette question :

      Étant donné que vous, rtremblay, affirmez que les émissions anthropiques de GES sont la principale source de l’augmentation du TMAG et des changements climatiques qui s’en suivent, expliquez comment TMAG augmente au MÊME rythme durant les périodes de faibles et fortes émissions de GES tel qu’illustré à la figure 2a ci-dessous https://clintel.org/wp-content/uploads/2019/11/Science-behind-the-World-Climate-Declaration.pdf

      • rtremblay dit :

        figure sans unité de température , ni d’échelle (de combien à combien). Les deux figures sont côtes à côtes mais n’ont vraisemblement pas les même températures…. grosse bavures qui me saute aux yeux. Grosse et faible émissions sans aucune précision de quantifications. Passer de 300 ppm à 350 ppm ce n’est pas pareil que de passer de 350 ppm à 400 ppm, C’est la concentration qui est encore plus important. En plus on sait tous qu’au début du 20e siècle il y avait plus d’émission de poussière (aérosols) créant une rétroaction négative (moins réchauffante).

        Donc quelqu’un qui publie deux figures (2a) comme c’est montré dans votre document ne connais pas beaucoup la science du climat. Et non ce n’est pas de la grande science ce pamphlet.

      • Reynald Du Berger dit :

        rtremblay dit « figure sans unité de température , ni d’échelle (de combien à combien). Les deux figures sont côtes à côtes mais n’ont vraisemblement pas les même températures…. »

        qui vous a enseigné les maths ? pas besoin de préciser les unités, on sait bien que ce sont des degrés celsius et ils ont la même échelle donc MÊME PENTE… vous saisissez ?… ou faut-il vous expliquer davantage que cela démontre qu’il n’y a AUCUNE relation entre le taux d’émission et la TMAG. Donc votre affirmation d’un RCA significatif est fausse! Ne soyez pas de mauvaise foi et avouez que vous avez erré.

  11. On jase là ! dit :

     » expliquez comment TMAG augmente au MÊME rythme durant les périodes de faibles et fortes émissions de GES  » Vous devriez savoir, M. Duberger. que le phénomène du RCA est multifactoriel. D’autres facteurs entrent en ligne de compte et vous n’en tenez pas compte. Pour un scientifique, supposer qu’un phénomène aussi complexe puisse s’expliquer par une seule cause, force est de constater que ce n’est pas bien sérieux.

    • Reynald Du Berger dit :

      On jase là: Vous dites « » expliquez comment TMAG augmente au MÊME rythme durant les périodes de faibles et fortes émissions de GES » Vous devriez savoir, M. Duberger. que le phénomène du RCA est multifactoriel. D’autres facteurs entrent en ligne de compte et vous n’en tenez pas compte.  »

      Non seulement je le sais mais je m’évertue à le crier. J’affirme que ces facteurs comme les oscillations océaniques et cycles des taches solaires etc… sont des facteurs beaucoup plus importants que le CO2 anthropique. Je repose donc ma question :

      L’homme est-il le facteur principal et de loin , qui affecte les changements climatiques ? oui ou non ou je ne sais pas.

  12. On jase là ! dit :

    Je ne sais pas si l’homme est le facteur principal mais il est une cause importante. Et si ce n’est déjà fait il deviendra sous peu le facteur principale. Les facteurs comme les oscillations océaniques et cycles des taches solaires peuvent avoir une influence, mais le facteur humain ne peut être rejeté du revers de la main parce que ça ne fait pas l’affaire des investisseurs. Comme le disait Nietzsche : l’homme est la maladie de peau de la terre. L’autre grand mythe des négateurs du RCA est que l’humain est trop insignifiant pour changer le climat. Dire cela est une absurdité totale.

  13. rtremblay dit :

    cycle solaire : qu’elle est le pourcentage de son impact sur le réchauffement. Veuillez le chiffrer si vous l’affirmer

    • Reynald Du Berger dit :

      rtremblay dit « cycle solaire : qu’elle est le pourcentage de son impact sur le réchauffement. Veuillez le chiffrer si vous l’affirmer »

      Comme je disais jadis à mes élèves fouillez (googlez) ya plein de graphes cycle solaires TMAG…. vous verrez… pour le % je ne sais pas mais je vous réfère à l’expérience CLOUD (googlez encore) . Notez que je peux vous fournir tout ça mais comme je faisais avec mes élèves , le fait de fouiller et découvrir soi même est doublement éducatif… à votre google, je ne vous fournis même pas de mots clés…

  14. rtremblay dit :

    cloud et cycle solaire fouillez vous même .

    wikipedia ne dit pas que Cloud a démontré un importance de la nucléation sur les changements climatiques.

    le livre : « Changements climatiques pour les nuls » dit que les cycles solaires ont un impact sur les changements climatiques beaucoup moindre que les GES.

    Il y a d’autres sources que les vôtres (climato-septiques).

    • Reynald Du Berger dit :

      rtremblay dit .  » wikipedia ne dit pas que Cloud a démontré un importance de la nucléation sur les changements climatiques. »

      On se fout de wikipedia… c’est Svensmark qui est à l’origine de cette hypothèse, confirmée par CLOUD et j’ai vu Svensmark à une conférence à Dusseldorf il y a 2 ans… vous devriez assister comme moi a des conférences sur le climat. Donc vous admettez qu’il n’est PAS prouvé que l’homme soit le facteur principal influençant le climat. Je vous déconseille aussi de lire des livres qui s’adressent aux nuls…

  15. On jase là ! dit :

    Pour un homme qui dit qu’il y a les méchants d’un côté et les bons de l’autre (dont vous faites partie, cela va de soit) et dire que j’ai une vision manichéenne, c’est plutôt risible.

    « L’ingéniosité et la capacité d’adaptation de l’homme à un environnement toujours changeant. » Cette vision n’est peut-être pas manichéenne mais elle est sûrement jovialiste. Votre texte ne montre que le bon côté des choses, force est de constater que c’est biaisé pas à peu près.

    Dire que l’activité humaine n’a pas d’influence sur le climat c’est exactement la même chose que de dire que l’accumulation de CO2 dans l’atmosphère n’a pas d’effet sur le réchauffement climatique.

    Poutine a affirmé hier que l’activité humaine n’a pas d’influence sur le climat. Est-ce à dire que ce bandit de grand chemin, comme Trump ou Bolsonaro, est un scientifique qui sait lui, qui connaît la vérité lui, alors que les chercheurs, dont les résultats de leurs études sont résumés dans les rapports du GIEC, sont par contre des fraudeurs, des idiots, des criminels qui font peur aux enfants par pur plaisir ! Poutine, humaniste, protecteur de l’enfance ! Êtes-vous fier d’être du même côté de la barrière que ces dangereux personnages !

    Les idéologues climato-sceptiques perdent complètement les pédales et vont tous nous entraîner dans le chaos le plus total, pour le grand bien de l’humanité selon les maniaques de la consommation et de la production à l’infini, pour faire de l’argent.

    Mais dans le fond, la planète iraient beaucoup mieux sans la présence de cette humanité qui laisse trainer ses cochonneries, ses saletés et qui ne s’en préoccupent pas. Un gros cochon puant cet homme fait à l’image de Dieu.

    • Reynald Du Berger dit :

      On jase là vous dites « Dire que l’activité humaine n’a pas d’influence sur le climat  » qui a dit cela ? pas moi !

      Savez pas lire ? je dis que l’homme n’a pas d’influence SIGNIFICATIVE sur le climat ! Et merci d’avoir admis que c’est vrai … il m’en a fallu des questions pour en arriver à ce que vous l’admettiez.

    • Normand dit :

      On jase Là !, vous dites « les maniaques de la consommation et de la production à l’infini, pour faire de l’argent »…

      Selon vous, avec la taxe carbone, les éco-taxes, les budgets de recherches, les sommes colossales investies dans le solaire et les éoliennes, les subventions aux groupes de pressions, le 12$ millions de Couillard à Ouranos, etc, etc, etc… la manne pour faire de l’argent facile s’est déplacé de quel côté en occident ?

    • Paul S. dit :

      Mr. OJL rapporte et postillonne : “Poutine a affirmé hier que l’activité humaine n’a pas d’influence sur le climat. Est-ce à dire que ce bandit de grand chemin, comme Trump ou Bolsonaro, est un scientifique qui sait lui, qui connaît la vérité lui, ..”

      Justement, peut-être que le président Poutine est mieux conseillé sur le climat que ses vis-à-vis occidentaux : “.. all of those models, except for the Russian model, are predicting far, far too much warming. The Russian model pretty much matches reality.”

      https://wattsupwiththat.com/2019/07/02/climate-models-are-fudged-says-climatologist-video/

      Le climato-alarmisme repose lourdement sur la modélisation informatique.

      Or : « Because they are “parameterized” (fudged), says Michaels. “We put in code steps that give us what we think it ‘should’ be.” The models were ‘tuned.’ “We forced the computer models to say, aha! human influence, CO2 and other stuff.” »

      Invective multidirectionnelle d’OJL, basée sur quoi ? La probité intellectuelle de ses maîtres à penser ? Ou la sienne ?

  16. GH Larouche dit :

    « On doit pouvoir prouver l’existence de quelque chose qu’on affirme exister, par contre il est impossible de prouver la non existence de quelque chose qui n’existe pas. »

    C’est une de vos affirmations. Prouvez-la si vous voulez qu’on l’accepte comme vraie.

    Mais surtout pas de référence extérieure à quelqu’auteur obscur ou décédé.

    Votre explication S.V.P… :

    • Reynald Du Berger dit :

      GH Larouche qui dit « « On doit pouvoir prouver l’existence de quelque chose qu’on affirme exister, par contre il est impossible de prouver la non existence de quelque chose qui n’existe pas.
      C’est une de vos affirmations. Prouvez-la si vous voulez qu’on l’accepte comme vraie.
      Mais surtout pas de référence extérieure à quelqu’auteur obscur ou décédé.
      Votre explication S.V.P… :

      Explication : VOUS affirmez qu’il existe une Tour de Pise sur la planète Gilles Larouche située à 300 millions d’années lumière de la Terre.

      VOUS devez prouver votre affirmation ! La balle est dans VOTRE camp… VOUS avez le fardeau de la preuve de VOTRE affirmation.

      MOI je doute, je ne nie pas, je DOUTE de VOTRE affirmation. Je dispose peut-être d’arguments mais je n’ai pas à vous les produire , je n’ai AUCUN fardeau de preuve car je n’affirme rien, je DOUTE.

      Mais à moins de pouvoir y avoir accès direct par satellite ou vaisseau spatial, je ne pourrai JAMAIS prouver qu’il n’y a PAS de Tour de Pise sur cette planète.

      S’il vous faut d’autres exemples afin que vous compreniez, ne vous gênez pas pour me demander!

    • Reynald Du Berger dit :

      GH Larouche .. voici une excellente référence sur l’impossibilité de prouver la non-existence, c’est la méthode scientifique. Bonne lecture !https://assohum.org/wp-content/uploads/2012/01/Pamphlet-03-M%C3%A9thode-scientifique-et-fardeau-5.pdf

  17. Jacques dit :

    Est-ce que les émissions anthropiques de CO2 (causées principalement par l’utilisation des combustibles fossiles) sont la principale cause du réchauffement climatique ?

    Selon le Giec, la réponse est un oui catégorique.

    Une autre réponse serait: on ne sait pas.

    Une autre réponse serait celle-ci:

    Il y a des évidences empiriques qui montrent que les activités humaines (énergies fossiles, industrie, agriculture, déboisement) ont une influence sur réchauffement climatique (ou sur les changements climatiques), mais que cette influence est minime et difficilement mesurable (high confidence, pour employer les termes du Giec).

    Finalement, malgré les sommes colossales (et scandaleuses) dépensées pour la recherche climatique, on sait peu de choses sur les forces et les phénomènes physiques qui contrôlent l’évolution des climats de notre planète. J’ai bien écrit ‘des climats’, car la Terre n’a pas de climat global comme on veut nous faire croire.

    Mais une chose est certaine et bien connue: la psychose du ‘carbone’ est une réalité. Et le mot ‘carbone’ est tout à fait inapproprié ici. On devrait toujours utiliser le terme ‘dioxyde de carbone’, un gaz essentiel à toute forme de vie et présent dans l’atmosphère en très faibles quantités.

    Il est possible que ce gaz soit la cause d’un réchauffement catastrophique à mesure que sa concentration augmente ( very low confidence …).

    J’ai récemment lu dans un article de la Presse que ‘l’effort climatique’ du Québec est nettement insuffisant. Vraiment! Voyons voir un peu.

    En arrondissant, les émissions du Québec sont de 80 MT (millions de tonnes), principalement du CO2.

    Je me rappelle aussi que Maxime Bernier avait bien fait rire de lui lors des dernières élections, quand il avait affirmé que le CO2, c’est ce qui sort de notre respiration. En fait M. Bernier avait tout à fait raison et les journalistes qui se sont payé sa tête étaient (et sont encore) des ignares.

    Chaque être humain émet en moyenne 1 Kg de CO2 par jour en respirant. La population du globe approche les 7.5 Milliards de personnes. Un simple calcul nous donne le résultat suivant:

    Les humains émettent environ 2,7 Gigatonnes de CO2 par années en respirant, soit 2 700 Millions de tonnes. Cette quantité correspond donc à près de 34 fois les émissions annuelles de CO2 du Québec. Je vous annonce ici que ma prochaine voiture sera un VUS (un Mazda CX5 avec moteur 2,4 L Turbo) et que je ne chercherai même pas à m’informer de sa consommation…

    Et j’ai plutôt tendance à penser comme Patrick Moore qui affirme que la planète est en déficit de CO2. Et dire que des idiots finis parlent de techniques de séquestration du CO2. J’emploie le terme ‘idiots finis’ pour rester poli …

    • Paul S. dit :

      séquestration du CO2 = désir de Greta & d’autres idiots finis

      séquestration du CO2 = crime contre l’humanité & contre la Vie

  18. Jacques dit :

    En rapport avec la thèse du réchauffemenmt anthropogénique, je soumet ici quelques questions et remarques.

    1- Selon le Giec, la sensibilité climatique est estimée avec une marge d’incertitude considérable, soit quelque part entre 2 C et 6C. Cependant, le Giec est en mesure de de calculer avec une grande précision quelle sera le ‘budget carbone’ qui permettrait de limiter la hausse des températures à 2 C ou mieux 1,5 C (par rapport aux valeurs préindustrielles). Le Giec peut même prédire de façon précise la hausse de la TMAG en 2030, 2050 et même 2100 selon tel ou tel pourcentage des réductions de GES anthropiques. Il y a là une contradiction sérieuse, c’est le moins qu’on puisse dire.

    2- Comment peut-on comparer la TMAG actuelle avec l’ère préindustrielle ? C’est rigoureusement impossible pour des raisons évidentes. Par conséquent, affirmer qu’il faut limiter la hausse des températures à 1,5 C par rapport à l’ére préindustrielle n’a aucun sens. Pourtant c’est ce qu’on répète à l’infini dans tous les médias.

    3- La notion même de TMAG n’a pas de sens. Il peut être utile de calculer la température moyenne d’une région donnée sur une période de temps donnée, mais faire de même pour toute la planète est un exercice futile dont la valeur scientifique est pour le moins très incertaine. Et la raison en est très simple: il y a théoriquement une infinité de façons de calculer cette TMAG. Le résultat obtenu dépend de la nature des instruments de mesure, des méthodes de cueillette des données, de la répartition spatiale des instruments, du niveau d’entretien des équipements, etc. Par exemple, si on modifie la fréquence d’enregistrement des données et/ou le nombre de stations de mesure, on change forcément la moyenne qu’on obtiendra. Et si on mélange des données de stations terrestres avec des données satellitaires, on obtient quoi au juste ? Probablement rien de significatif.

    4- L’urgence climatique maintenant. Qu’y a t-il de si urgent avec le climat? Le climat est ce qu’il est et tout ce qu’on pourra entreprendre pour modifier son évolution est totalement futile et inutile. On parle d’évènements climatiques extrêmes, mais extrêmes par rapport à quoi? On nous répète que le climat est déréglé. Déréglé par rapport à quoi? On nous dit que qu’une diminution drastique des émissions de GES anthropiques pourra ramener le climat à un niveau normal. Normal par rapport à quoi?

    La réalité est que dans son ensemble, les conditions climatiques actuelles de la planète n’ont rien d’excecptionnel et sont même plutôt favorables à notre existence. L’urgence climatique est une fiction, ce qui devrait être évident pour tout être humain muni d’au moins trois neurones fonctionnels.
    Pour ceux qui persistent à penser que les conditions climatiques actuelles sont catastrophiques, je suggère une petite lecture ici:

    https://belgotopia.com/author/belgotopia/

    Et je rappelle que lors de la dernière COP 25, Antonio Guterres, dans sons minable et insignifiant discours d’introduction, a réussi l’exploit de faire trois affirmations fausses dans une seule phrase:

    https://wattsupwiththat.com/2019/12/08/craig-kelly-mp-on-cop25/

    Comment peut-on accorder une quelconque crédibilité à un pareil bouffon?

    La seule chose que Guterres veut c’est de l’argent, beaucoup d’argent pour faire prospérer la gigantesque bureaucratie de l’ONU et ‘aider’ les pays les plus pauvres à affronter ces terribles changements climatiques. Cette aide se fera évidemment sous forme de corruption des dirigeants politiques, de telle sorte que la population ne verra jamais la couleur de l’argent, sauf peut-être sous forme d’éoliennes et de panneaux solaires inutiles…

    5- Le Giec et surtout les innombrables ONG environnementales (Greenpeace, WWF, 350.org, etc) dépensent beaucoup d’argent et d’énergie pour nous fair croire que nous n’avons plus le choix de laisser les hydrocarbures là où ils sont (keep it in the ground).

    Mais ces guignols oublent un certains nombre de faits concernant les bienfaits de ces hydrocarbures.

    -C’est l’avènement du charbon qui a évité aux forêts européennes d’être complètement rasées.

    -C’est encore le charbon qui a permis l’avènement de la révolution industrielle, laquelle a fait en sorte de sortir graduellement des millions de personnes de la terrible misère qu’était leur existence.

    -C’est le pétrole et l’invention de l’automobile qui a évité aux grandes villes d’être littéralement englouties par le crottin de cheval. Un exemple: au début des années 1900, il y avait à New-York quelque 100 000 chevaux qui assuraient le transport des personnes et des marchandises. Ces chevaux laissaient dans les rues de la ville environ 2,5 MT (millions de tonnes) de crottin par JOUR, sans parler des milliers de litres d’urine. La durée de vie moyenne des chevaux de trait était d’environ trois ans, de sorte que quotidiennement , de nombreuses bêtes s’écroulaient raides mortes dans les rues et que les carcasses pouvaient pourrir plusieurs jours avant d’être récupérées. On imagine sans peine ce que pouvait donner cette situation durant les chaleurs d’été…

    -C’est encore le charbon qui permet à des centaines de millions de personnes d’avoir accès à de l’énergie électrique abordable, condition essentielle pour les sortir de la pauvreté et de la précarité.

    Alors pourquoi faudrait-il laisser dans le sol des ressources aussi précieuses que les hydrocarbures ? Pour satisfaire l’idéologie socialiste d’une bande d’illuminés aussi stupides que nuisibles !

    Et pour terminer, comment expliquer que presque tous les médias présentent Trump comme un des pires présidents américains, comme un personnage corrompu et sans morale qui conduit son pays à la ruine. C’est en fait une question qui n’est pas sans avoir de liens avec la croisade climatique de l’ONU. En fait, Trump dérange beaucoup de beau monde qui gravite autour du Giec et de la lutte aux changements climatiques. Trump est le seul dirigeant occidental à ne pas croire à la fable des changements climatiques, le seul à sortir du ridicule accord de Paris (qui vient d’agoniser définitivement avec la COP 25), le seul à ne pas se prosterner devant Greta et le seul à ne pas croire aux énergies renouvelables. Bref, le seul personnage politique occidental doté d’une intelligence certaine. J’ai récemment écouté un discours récent de Trump devant l’ONU. Un discours posé, réfléchih et intelligent qui contraste grandement avec les discours insipides et insignifiants de Macron et de plusieurs autres dirigeants occidentaux. Et je n’ose pas parler de cette Pelosi, une femme particulièrement stupide et idiote devant laquelle Trump fait figure de génie…

  19. SJH dit :

    Ça ne changera pas. Déja que les plus gros industrie polluante au monde ont des lobbys. Les climatoalarmiste utilise un argument homme de paille pour dire que la plupart des climato-réalistes sont payés par des compagnies pétrolière pour les défendre par celle-ci alors que je doute qui ait des  »Souris » climatoalarmiste ayant signé l’urgence climatique soit pour la plupart payé par les industries non polluante comme les compagnies de panneau solaire.

    Il existe aucune solution pour éviter les changements climatiques. Les énergies renouveable ne sont pas mieux car par exemple l’énergie solaire est une énergie propre. Elle n’émet pas de GES en produisant de l’électricité mais il a fallu polluer pour fabriquer ce panneau solaire dans l’Empire du Milieu puis le ramener en Occident par bateau et par camion. Même chose avec l’énergie éolienne et notre hydroélectricité. Chaque production émet des GES. Ils veulent qu’on retourne quasiment au Moyen Âge alors que dans cette époque la température était beaucoup plus élevé qu’aujourd’hui et personne a cette époque ne s’inquiétait. Bien sûre il existe les particules fines qui causes des problèmes comme en Chine et en Inde.

    Et de toute façon il y a toujours eu des changements climatique sur Terre qu’on le veulent ou non. Quand je voient des riches et des artistes dirent de faire attention a la Terre alors qu’il se tapent plusieurs voyages en avion par année. Même chose pour les chercheurs qui vont en Arctique pour nous sensibiliser sur le climat alors qui aurait pu se rendre en Arctique dans une chaloupe en bois. Au moins ça aurait été zéro émission.

    De toute façon le Québec représente même pas 1% des émissions globales et le Canada a peine 2%. Quand on atteindra les 60% des émissions globales qui sont la Chine et l’Inde. La je me commencerai a poser des questions! Dans ces 2 pays du tiers monde vu la population c’est impossible qui diminue leur émission comme nous. Au moins au Canada on a l’avantage de polluer moins car on est une toute petite population d’environ 35 millions d’habitant.

    Rendut la il ne faut pas être climatoréaliste pour constater que le climat changera toujours et qu’il aura toujours des inactions contre le climat et les propos des  »Souris » ayant appuyé sur le bouton rouge d’urgence. Il faut être climatologique pour constater que l’inaction contre le climat continuera.

  20. Jacques dit :

    Tous les grands pontes des sciences économiques nous affirment que les taxes sur le carbone (sur l’essence essentiellement) et la bourse du carbone sont le moyen le plus efficace pour réduire les émissions de GES. De toute évidence, ces huluberlus nous mentent effrontément et ignorent une réalité pourtant très simple, à savoir que la consommation d’hydrocarbures est proportionnelle à l’activité économique. La seule façon de réduire la consommation d’énergies fossiles est l’avènement d’une récession économique significative, comme celle qui a prévalu en 2008. Et il est évident que les taxes, à moins d’atteindre un niveau économiquement insoutenable, n’ont que peu d’effet sur les émissions de CO2. Les taxes sur le carbone et la bourse du carbone constituent une des grandes arnaques des temps modernes. Mais la plus colossale des arnaques est évidemment celle des énergies renouvelables Les boursicoteurs du carbone n’ont évidemment aucun intérêt à ce que les émissions diminuent et les ‘peddlers’ d’énergies renouvelables ont tout intérêt à entretenir la fable du réchauffement anthropogénique.

    J’ai récemment appris que le Québec avait réussi un exploit digne de figurer dans le livre des records Guiness. En effet: entre 2013 et 2018, des dépenses de 2 Milliards $ du fonds vert (taxes sur le pétrole et bourse du carbone) ont eu pour effet de réduire les émissions de CO2 de 1,8 MT (millions de tonnes).

    1,8 MT est une masse considérable en soi, mais tout dépend à quoi on la compare. Voyons voir de quoi il en retourne.

    – En 2018, les émissions de la Chine totalisaient 10 065 MT. On peut alors en déduire par simple calcul que ce pays émet 1,8 MT de CO2 en un peu moins de deux heures. Intéressant n’est-ce pas ?
    – La population du Québec est d’environ 8 M de personnes. Chaque personne émet environ 1 Kg de CO2 par jour en respirant, ce qui donne 2,9 MT de CO2 par année, simplement pour accomplir cet acte essentiel qu’est la respiration. Que peut-on en conclure ?

    Simplement ceci: la stupidité n’a vraiment pas de limites et les ‘profiteurs climatiques’ ont de beaux jours devant eux. Mais ils auraient intérêt à faire vite, car l’arnaque va finir par apparaître au grand jour…

    L’édifice patiemment construit par l’ONU avec le mise en place du Giec commence à se lézarder sérieusement, comme on a pu le constater avec la Cop 25. Lorsque les populations sont durement touchées dans leurs besoins fondamentaux, le bon sens se réveille, c’est inévitable.

  21. On jase là ! dit :

    Jim Breyer, le milliardaire américain qui co-dirige l’entreprise de gaz naturel liquéfié (GNL) Énergie Saguenay, a donné avec sa femme Angela Chao des dizaines de milliers de dollars à des têtes d’affiche du Parti républicain qui nient le consensus scientifique sur le réchauffement du climat.

    Breyer siège sur le conseil d’administration d’un grand fonds d’investissement impliqué dans la destruction en cours de la forêt amazonienne, responsable des incendies qui émettent des quantités phénoménales de gaz à effet de serre.

    En 2015, Breyer et son entreprise ont donné 100 000 $ au Right to Rise PAC, le comité d’action politique créé pour soutenir Jeb Bush dans les primaires du Parti républicain. Celui-ci disait : «Pour être honnête avec vous, quand des gens disent que la science est formelle à cet égard (RCA), c’est juste vraiment arrogant. C’est ce type d’arrogance intellectuelle qui vous empêche même d’avoir une discussion sur le sujet.»

    Breyer et Chao ont fait des contributions de plusieurs milliers de dollars aux fonds électoraux de Mitch McConnell. McConnell soutient qu’il n’y a pas de consensus scientifique sur le réchauffement du climat. Rand Paul estime que le réchauffement ne mérite pas qu’on s’y attaque, car le taux de carbone dans l’atmosphère aurait déjà été plus élevé.

    En 2018, Angela Chao a versé une contribution au sénateur Ted Cruz, selon qui il n’y a même pas de réchauffement.

    Alors, M. Duberger, vous êtes en bonne compagnie !

    • Reynald Du Berger dit :

      On jase là: et que dites vous de la crédibilité des Ouranos et autres « climatologues » auto-proclamés dont les subventions et surtout les JOBS dépendent du fait que VOUS continuiez à croire au RCA ? vous êtes la parfaite illustration du pauvre climato-crédule qui êtes tombé – comme les 160 000 marcheurs montréalais pour « sauver le climat » dans leur piège propagandiste mais néanmoins très efficace …

  22. On jase là ! dit :

    Croire au RCA ! Ce n’est pas une question de croyance mais de science. Vous dites que l’homme n’a pas d’influence SIGNIFICATIVE sur le climat ! Quels sont les données qui vous permettent d’affirmer cela, alors que d’autres scientifiques disent le contraire. Et la signification est-elle statistique ? Et quels sont les chiffres qui vous obligeraient à dire que l’influence est significative ? Il me semble que votre niveau de signification est très subjectif. Faudra-t-il attendre que M. Duberger annonce au monde entier que oui, maintenant vous pouvez commencer à agir, j’ai déterminé que l’influence est significative. Hegel définissait le scepticisme comme le négateur de toute connaissance.

    • Reynald Du Berger dit :

      On ja se là : vous me dites ceci « Vous dites que l’homme n’a pas d’influence SIGNIFICATIVE sur le climat ! »

      Je DOUTE en effet qu’il en ait une SIGNIFICATIVE et VOUS affirmez qu’il en a une ! VOUS avez le fardeau de la preuve !

      Alors… elle vient cette preuve ?

      • rtremblay dit :

        Elle sont existantes les preuves, mais voulez vous en prendre connaissance R. Duberger ?

        Même que dernièrement, sans vous en rendre compte, vous m’avez appris un élément de preuve supplémentaire.

        Comprenez vous de quel élément il s’agit ?

        Je vous laisse quelques jours pour y réfléchir ! peut-être le devinerez vous vous même ?

        Avez vous besoin d’indices ?

  23. On jase là ! dit :

    Je vous cite : je dis que l’homme n’a pas d’influence SIGNIFICATIVE sur le climat ! Où est le doute dans cette affirmation ? C’est vous qui affirmez cela, donc c’est vous qui avez le fardeau de la preuve. Et même si, contrairement à votre affirmation, vous doutiez (ce qui n’est pas le cas, car vous savez que votre affirmation est fausse, mais que voulez-vous, faut bien être populaire), vous auriez quand même le fardeau de la preuve. C’est vous qui dites qu’on ne doit pas agir, « ne rien faire », et sur la base d’un « doute » ! Et si vous aviez tort et que le RCA était significatif !! Peut-on se fier à la seule affirmation douteuse d’un climato-sceptique pour décider si l’on doit agir ou non !!!

    • Reynald Du Berger dit :

      On jase là : vous me reprochez d’avoir écrit  » l’homme n’a pas d’influence SIGNIFICATIVE sur le climat !  » Je persiste et signe . Et je l’affirme jusqu’à PREUVE DU CONTRAIRE que VOUS devez fournir cette preuve car c’est VOUS qui affirmez l existence de ce RCA qui n’existe PAS jusqu’ à preuve du contraire. Avez-vous enfin compris ? Tout ce que VOUS affirmez exister n’existe PAS à moins que VOUS en prouviez l’existence ! Est-ce clair ? … Un enfant de 7 ans comprend cela. PROUVEZ ce que VOUS affirmez et je retirerai mon affirmation.

      • On jase là ! dit :

        Une nouvelle évaluation parue dans le Bulletin of Science, Technology & Society le 20 novembre dernier vient apporter une réponse. Au total, ce sont plus de 11 600 papiers publiés sur le sujet entre le 1 janvier et début août 2019 qui ont été examinés. Or, il apparaît que 100 % des articles soutiennent l’idée d’une cause anthropique au réchauffement global actuel.

        Déjà en 2004, Naomi Oreskes avait trouvé une concordance remarquable dans son analyse couvrant 928 papiers publiés entre 1993 et 2003. En particulier, aucun n’était opposé à la position consensuelle. Il s’agissait de la première analyse de ce type, indépendante de structures telles que le GIEC. Tous les travaux analogues qui ont été opérés depuis n’ont fait que renforcer cette vision.

      • Reynald Du Berger dit :

        On jase là: C’est FAUX – jusqu’à preuve du contraire- . AUCUNE étude , (la plus connue étant celle australienne de Cook et. al. sur 11 499 résumés) ) n’a démontré de consensus . Le nombre des scientifiques alarmistes diminue et celui des réalistes augmente et la COP25 est un échec total. La « baloune » se dégonfle. Et vous n’avez toujours apporté aucune preuve à votre affirmation.

      • rtremblay dit :

        Celui qui fait une affirmation doit dire pourquoi il fait cette affirmation. Sur quelle base il fait cette affirmation. Vous allez sur les médias publiques pour faire des affirmations. Comme professionnels vous êtes tenus de le faire et de dire sur quelle base il s’appuie !

        La phrase suivante que vous avez écrite est une affirmation
        » l’homme n’a pas d’influence SIGNIFICATIVE sur le climat ! »

      • Reynald Du Berger dit :

        rtremblay je vois qu’il faut aussi vous expliquer « ’homme n’a pas d’influence SIGNIFICATIVE sur le climat jusqu’à preuve du contraire » ça va comme ça ? On peut ajouter « l’homme n’est jamais allé sur Mars ni sur Jupiter, jusqu’à preuve du contraire « . On VOUS demande une preuve de VOTRE affirmation laquelle demeure FAUSSE jsuqu’à ce que vous la prouviez ! Comment puis-je être plus clair ?

      • Reynald Du Berger dit :

        rtremblay et On jase là Voici un texte sur la méthode scientifique et le fardeau de la preuve qui VOUS incombe sur ce que VOUS affirmez et qui sera faux jusqu’à preuve du contraire.https://assohum.org/wp-content/uploads/2012/01/Pamphlet-03-M%C3%A9thode-scientifique-et-fardeau-5.pdf

      • Paul S. dit :

        Monsieur OJL,

        Pourquoi toujours répéter, comme un cacatoès, des ouï-dires de la propagande officielle concernant le prétendu consensus scientifique à propos du RCA, plutôt que de vérifier à la source ?

        Le prof dit vrai quand il nomme John Cook en tant qu’auteur original de cette thèse, mais maintenant elle est basée sur 12,464 études sur le climat, classées selon le niveau / degré, perçu par les auteurs, d’endossement du RCA.

        Vous pouvez évaluer le manque de rigueur du “Consensus Project” par vous même sur le site de John Cook, l’auteur du mythe de 97 % : https://skepticalscience.com/tcp.php?t=search
        Allez-y avec un terme de recherche quelconque et vous verrez qu’il est très facile d’invoquer un consensus avec n’importe quoi.

        Chacun choisit ce qu’il veut parmi les affirmations à conditionnel variable. En y regardant de plus près, on constate que l’attribution de niveaux d’endossement élevés n’a rien à voir avec le contenu (non éditorialisé) d’études.

        Après avoir constaté et compris la manipulation, peut-être que vous iriez au lit moins bête en ce premier jour de la nouvelle décennie.

        Remerciez le prof pour cette occasion de vous instruire sur son site.

        Paul

  24. Jacques dit :

    @ On jase là:

    ‘Hegel définissait le scepticisme comme le négateur de toute connaissance.’

    Une déclaration pour le moins surprenante.
    Je ne suis pas un grand connaisseur de la philosophie Hégélienne, mais j’aimerais bien avoir une référence de la part de M. On Jase là sur cette citation. Je reste un peu perplexe devant une telle citation.

    Il se trouve cependant que Richard Feynman, prix nobel de physique 1965, une des grands physiciens du 20e siècle, avait une autre vision au sujet du scepticisme. M. Feynman a en particulier déclaré ceci:

    ‘Don’t pay attention to « authorities, » think for yourself.’

    Oui, une excellente idée que celle de penser par soi-même. Avec un peu d’efforts, c’est accessible à n’importe qui. Sauf peut-être aux authentiques ‘croyants’ qui ont une foi absolue au dieu Giec…

    ‘Religion is a culture of faith; science is a culture of doubt.’

    C’est déjà un bon début, mais il a aussi déclaré ceci:

    ‘We absolutely must leave room for doubt or there is no progress and no learning. There is no learning without having to pose a question. And a question requires doubt. People search for certainty. But there is no certainty.’

    ‘Philosophy of science is about as useful to scientists as ornithology is to birds.’

    ‘I think it’s much more interesting to live not knowing than to have answers which might be wrong..’

    ‘Experiment is the sole judge of the validity of any idea: observation, reason, and experiment make up what we call the scientific method.’

    ‘If you thought that science was certain – well, that is just an error on your part.’

    Et pour terminer, un court vidéo qui résume assez bien la position de Feynman:

    Si Feynman était encore vivant, je serais curieux de connaître sa position sur la théorie du réchauffement global anthropogénique. Je suis certain que ses propos seraient considérés comme hérétiques par les l’Inquisition climatique et qu’il serait condamné sans appel à être brûlé vif avec toutes ses publications…Et on exigerait que son prix nobel lui soit retiré pour être attribué à Antonio Guterres par exemple, ou à James Hansen pour avoir prédit depuis 3 décennies des catastrophes climatiques qui ne se sont jamais réalisées ! Mais Hansen est tenace, il continue à faires des prédictions qui, bien sûr, ne se réaliseront pas. M. Hansen est un authentique croyant et sa foi en la science du Giec est absolue.
    Le problème est que la ‘science’ du Giec relève plus du vaudou ou de l’astrologie. Mais chacun est évidemment libre de croire ce qu’il veut…

  25. lucbmenard dit :

    Bravo M. Jacques!
    Voilà un commentaire des plus intéressants et susceptible de clore cette partie de la discussion sur l’ignorance ou la culture du doute. Ce serait pour les religions le fait d’être agnostique (je ne nie pas ni n’affirme l’existence de Dieu.
    Pour l’instant, je ne sais pas. Je n’ai pas de preuve). Du doute méthodique, du questionnement, du choc des idées, naît la connaissance scientifique.
    À opposer à la pensée unique et dicotomique (c’est noir ou c’est blanc), l’hypothèse (voire la théorie), la réponse potentielle à la question, prend-elle en compte l’ensemble des possibilités, toutes les nuances, toutes les couleurs (p. ex. l’existence possible de Dieu ou la contribution de l’Homme au réchauffement), et, cela, malgré la contribution aussi infime de cette possibilité.
    Merci encore messieurs le professeur Duberger et M. Jacques!
    Une VRAIE joie de vous lire!
    Un plaisir des plus éclairant!

  26. On jase là ! dit :

    « C’est FAUX – jusqu’à preuve du contraire- . AUCUNE étude , (la plus connue étant celle australienne de Cook et. al. sur 11 499 résumés) ) n’a démontré de consensus, Le nombre des scientifiques alarmistes diminue et celui des réalistes augmente et la COP25 est un échec total. »

    Il ne vous manque plus, M. Duberger, que de vous faire mini-trump et de vociférer : « fake news ». C’est un peu facile de dénoncer comme fake news toutes les études qui vous contredisent dans vos affirmations.

    La COP25, oh ! joie immense pour les pollueurs, est un échec total. Que c’est donc merveilleux, on s’en va directement dans le mur. Pour les idéologues climato-sceptiques, c’est-à-dire les anti-science, on peut dire que tout est inversé, le vrai est faux, le faux est vrai, les bons sont les méchants et les méchants sont les bons, la science est devenu religion et la religion science, l’échec un succès et le succès un échec.

    Cela vous ferait le plus grand bien de lire la Phénoménologie de l’Esprit de Hegel.

    • Reynald Du Berger dit :

      On jase là :  » C’est un peu facile de dénoncer comme fake news toutes les études qui vous contredisent dans vos affirmations. »

      Alors je vous demande M. On jase là de me prouver votre affirmation d’un consensus parmi la communauté scientifique .

      Tout ce que VOUS affirmez sans produire de preuve , est un fake news . Je dénonce donc votre affirmation de consensus comme un fake news.

  27. On jase là ! dit :

    Je cite le document : L’effort requis est donc fortement biaisé en faveur de celui qui avance un nouveau concept et contre celui qui prétend le contraire. Celui qui affirme doit démontrer de façon convaincante l’existence de la chose.

    Je citerais ici Kant : la raison ne voit que ce qu’elle produit elle-même selon son projet.

    Vous vous défilez, comme vous le faite toujours, en prétendant que votre affirmation « l’homme n’a pas d’influence SIGNIFICATIVE sur le climat !  » n’est pas une affirmation. L’inversion comme le définit Hegel : une affirmation devient une négation et une négation une affirmation. Vous nous prenez vraiment pour des idiots. Vous pensez qu’on ne s’en aperçoit pas ?

    Mais le travail des scientifiques ici n’est pas d’inventer un nouveau concept mais de mesurer l’influence sur le climat de l’émission de millions de tonnes de GES dans l’atmosphère. Votre méthode c’est l’axiome suivant : le RCA n’existe pas, donc à quoi bon chercher à mesurer l’influence de l’homme, puisque celui-ci n’a aucune influence. Normalement votre affirmation devrait être dite après les études pour déterminer s’il y a influence ou non, pas avant.

    Mais comme c’est un dialogue de sourd, vous allez répéter encore les mêmes affirmations, les mêmes questions comme si nous n’avions jamais tenter de participer à, il faut bien le dire, une fausse discussion.

  28. Jacques dit :

    Je vois que quelques personnes sur ce blog n’apprécient pas mes propos. C’est leur droit et c’est bon signe…

    Pour cette année qui s’achève, avec l’échec retentissant de cette ridicule COP25 , je voudrais dire un mot sur la propagande climatique qui semble s’accentuer dans le milieu éducatif et particulièrement chez les plus jeunes.

    D’abord cet article de la Pesse qui m’a interpellé:

    https://www.lapresse.ca/actualites/environnement/201912/21/01-5254636-un-ecologiste-sous-la-loupe-de-lalberta.php

    Ce Chinetoque (pour utiliser une expression de feu Pierre Falardeau à propos de David Suzuki) est à la solde d’une organisation qui pratique la propagande climatique dans le milieu scolaire, avec la complicité de directeurs (trices) très complaisant(e)s et très ignares également:

    https://3percentproject.com/acceuil/

    Personnellement (et ceci n’engage que moi), je suggérerais à ce personnage (M. Lee) d’acheter un billet d’avion aller seulement (que je serais prêt à lui payer) pour s’exiler dans ce paradis socialiste qu’est la Corée du Nord, où tous subissent de terribles pénuries de nourriture et d’énergie (sauf l’élite politique bien entendu).

    Récemment, un père de famille Albertain a eu la lucidité et le courage de s’objecter à cette scandaleuse propagande :

    https://www.canadianenergycentre.ca/alberta-father-irked-by-charity-group-that-targets-fossil-fuel-industry/

    Ce père mérite toute mon admiration pour sa prise de position.

    Toute cette propagande grossière a pour but de détruire l’industrie des énergies fossiles, sous prétexte de sauver la planète d’un désastre climatique imaginé par les (pseudo) scientifiques du Giec.

    Je pense qu’il serait utile de rappeler à ce stupide Chinetoque (M. Lee) que la Canada est un pays nordique au climat particulièrement rigoureux, avec des écarts de températures spectaculaires. L’utilisation des énergies fossiles est indispensable et irremplaçable pour assurer la survie des citoyens Canadiens.

    Il n’y a pas de remplacement, dans l’état actuel de la science, pour les énergies fossiles. Et je défie quiconque de me démontrer le contraire,

    Mon espoir pour 2020:

    Que toute cette colossale arnaque climatique avec ses coûts démentiels prenne fin dans un immense bûcher où on brûlerait Antonio Guterres et tous les intervenants du Giec et de l’Onu pour bien faire. Et qu’on consacre les ressources financières de la planète à améliorer le bien-être de ses habitants, soit les nourrir et leur fournir l’énergie nécessaire à leur survie.

  29. Jacques dit :

    @ M. On jase là

    Que diriez-vous si je vous offrait un billet d’avion aller seulement vers la Corée du Nord, pour un séjour illimité vers ce pays très sobre en carbone (CO2) et où tous les habitants subissent de terribles pénuries de nourriture et d’énergie (sauf les dirigeants politiques bien sûr).

    Mon offre est sérieuse, bien que je sois certain que vous allez la refuser.

  30. Jacques dit :

    @ M. On jase là

    Que diriez-vous , si je vous offrait un billet d’avion ( aller seulement) vers la Corée du Nord, pour un séjour illimité vers ce pays socialiste très sobre en carbone (CO2) et où tous les habitants subissent de terribles pénuries de nourriture et d’énergie (sauf les dirigeants politiques bien sûr).

    Mon offre est sérieuse, bien que je sois certain que vous allez la refuser…pour des raisons bien évidentes!

    • Paul dit :

      Je parie que tous les auteurs du “pollice verso” concernant l’offre généreuse de M. Jacques sont des fiers membre du Québec solidaire.
      Le pétrophobe R. Tremblay l’est et le cégépiste philosopheux OJL probablement aussi.

  31. rtremblay dit :

    je dénonce de tels propos qui ne sont pas contrôlé par le dirigeant de ce blogue

    « Que toute cette colossale arnaque climatique avec ses coûts démentiels prenne fin dans un immense bûcher où on brûlerait Antonio Guterres et tous les intervenants du Giec et de l’Onu pour bien faire. Et qu’on consacre les ressources financières de la planète à améliorer le bien-être de ses habitants, soit les nourrir et leur fournir l’énergie nécessaire à leur survie. »

    Pourquoi je les dénonce ? parce qu’il utilise dans un même paragraphe des mots qui ne sont qu’au niveau de l’émotion et non de la science.

    voici la liste :
    colossale !!
    arnaque,
    démentiels.
    immense bûcher,

    on brûle un personnage publique sans avoir réalisé son procès en plus !!
    et tout les intervenants du GIEC… en plus (l’auteur semble oublié que certains font parties de sa gang puisqu’une personne peut faire des commentaires sans être un auteur d’une section).

    en plus on associe protection de l’environnement à la malnutrition dans le monde, c’est trop !

    M. Jacques semble oublié que ceux qui sont et seront le plus affectés par les changements climatiques sont justement ceux qui sont dans les pays chauds et pauvres.

    Oxygénez vous l’esprit M. Jacques !

  32. Jacques dit :

    Pour compléter mon post du 26 dec (3:51)(*), voici un petit document fort intéressant que je soumet ici. Ce document devrait intéresser en particulier les parents qui ont des enfants d’âge scolaire.

    Cliquer pour accéder à 3-Project-Handbook.pdf

    Ce document montre l’ampleur de la propagande qui envahit de plus en plus nos établissements scolaires.

    En particulier, les lecteurs apprécieront les références de ce M. Lee : il a été formé par nul autre que le grand gourou Al Gore! Toute une référence. Et c’est cet individu douteux que des directeurs d’école complaisants et crédules (pour ne pas dire ignorants) accueillent pour polluer l’esprit des enfants avec des faussetés grossières sur la (supposée) crise climatique.

    Entre autres énormités, il est affirmé (p.14) que le Canada a accordé des subventions de 46 Milliards $ par année (depuis quand ??) à l’industrie des énergies fossiles, selon une étude totalement bidon du FMI . Ces guignols ont ajouté les dommages environnementaux (estimés comment ??) aux montants des subventions! Cela se passe de commentaires . J’aimerais bien qu’on me parle des subventions scandaleuses accordées aux énergies renouvelables et qu’on ajoute les énormes dommages environnementaux causés par l’industrie éolienne, tout ça pour une énergie inutile et sans aucune valeur commerciale..

    Si j’étais directeur d’une école, j’expulserais cet huluberlu (M. Lee) cul par dessus tête sur le trottoir, sans autre explication.

    (*) Je vois que M. Tremblay n’a pas apprécié mon post, ce qui est évidemment son droit. Imaginez: proposer de brûler son idole sur un bûcher ! Bien sûr, le bûcher est une image ici. M. Guterres est du même acabit que Al Gore, mais en pire: il est plus menteur et socialiste.

    Il serait si simple de se débarrasser de Guterres et de toute sa clique, simplement en supprimant le financement de ses activités nuisibles et parasitocratiques.

    Je suis personnellement scandalisé qu’une partie de mes impôts serve à financer cette imposture qu’est le Giec et toutes le politiques insensées et anti-humaines qui en découlent.

    • mario dit :

      M. Jacques,
      Bravo pour vos posts détaillés et vulgarisés !
      En 2020, ce sera le début de la « mass extinction » à la sauce Greta !
      Je ne peux pas croire que des gens comme rtremblay ou onjaselà croient en la phrase précédente…
      Et si oui, je crois fermement qu ils ont obtenu un diplôme universitaire dans une boîte de Corn Flakes !
      75% du vivant disparaîtra,…, à cause du CO2…? Allo, allo, wake up please !
      Quand on a rien à faire, on s invente des problèmes !
      L’art de contrôler par la peur, rien de moins.
      Je regrette, le bonhomme sept heure n’existe pas !
      Prévoir le futur est-il une science ? Si oui, laquelle ?
      La seule façon de ne plus entendre parler d’urgence climatique ce sera de confronter un vrai problème à l’échelle planétaire. À moins que le chat ne sorte du sac avec l’ONU et le GIEC…

  33. rtremblay dit :

    Voir budget du Canada pour l’ONU

    https://www.un.org/en/ga/contributions/honourroll.shtml

    avec 2 $/individus vous vous octroyez le droit de brûler des gens … qu’elle grand démocrate vous êtes FP !

    • Paul S. dit :

      Une fois de plus : peut-on penser clairement, quand on écrit n’importe comment ?

      Un budget ≠ une contribution.

      Pour ma part je saurai mieux investir mon 2 $, plutôt que de contribuer au maintien d’un organisme corrompu.
      Mais, le brave Justin veut toujours s’acheter une place au Conseil de sécurité.

      Je note que la Fédération de Russie, peuplée de 144.5 millions d’individus et membre permanent du Conseil de sécurité, paye 9.17 millions $ de moins que le puissant Canada.
      Nous devrions commencer à cotiser pour un bon brise-glaces lourd requis pour contrer les ambitions russes en Arctique, plutôt que de payer pour l’ONU, où l’intérêt de la Russie prévaudra.

      La Chine, la deuxième puissance économique et le membre permanent du Conseil de sécurité, avec sa contribution (en souffrance, comme celle de la Russie) de 334,726,585 $ .. On rit de qui ? Pour une population de 1,386,000,000, ça fait 24 ¢ / chinois !

      Je demande un remboursement !!!
      Et l’abolition de l’ONU, avec la réinstauration de la Société des Nations, son précurseur habilité à arbitrer les disputes, au lieu de vouloir gérer le globe.

  34. Jacques dit :

    ‘La seule façon de ne plus entendre parler d’urgence climatique ce sera de confronter un vrai problème à l’échelle planétaire. À moins que le chat ne sorte du sac avec l’ONU et le GIEC…’

    L’édifice du Giec se fissure de plus en plus. L’effondrement total de l’édifice surviendrait à coup sûr si on constatait que les températures commençaient à diminuer au lieu d’augmenter comme le prédit le Giec…Déjà que les alarmistes travaillent très fort pour tenter de d’occulter la stagnation des températures depuis presque deux décennies, telle que constaté par les données satellitaires. Et sans oublier qu’on cherche encore à localiser le fameux ‘hot spot’ au dessus des tropiques et prédit par les modèles du Giec!

    Un important sondage de l’ONU (MyWorld) concernant une liste de 16 préoccupations, a clairement montré que la question climatique vient en toute dernière position:

    http://data.myworld2015.org/

    La nouvelle présidente de la Commission Européenne, Ursula von der Leyen, a récemment prononcé un beau discours pour présenter son plan vert pour l’Europe, lequel plan prévoit des réductions de 55% des émissions de CO2 (par rapport à 1990) d’ici 2030 et la neutralité carbone d’ici 2050. Le coût est à la hauteur des ambitions: 1 000 milliards d’euros d’ici 2030. Mme Leyen a reçu de nombreux applaudissements de l’assemblée. Les maigres émissions de l’Europe ne totalisent que 10% des émissions mondiales à l’heure actuelle.

    Mais lorsque les populations verront leu niveau de vie drastiquement réduit si ce plan est mis en oeuvre, Ursula recevra plutôt quelques bons coups de matraque en pleine gueule…

    https://www.contrepoints.org/2019/12/12/360145-green-deal-europeen-la-politique-a-1000-milliards-dursula-von-der-leyen

    Des projections, dont on n’a pas de raison de douter, montrent qu’en 2030 la seule Chine émettra autant de CO2 que tous les autres pays de la planète réunis:

    https://notrickszone.com/2019/12/19/china-burns-over-half-of-the-worlds-coal-and-will-account-for-50-of-global-co2-emissions-by-2030/

    On peut alors en conclure deux choses:

    1- Les Chinois ne croient visiblement pas à la théorie du réchauffement anthropogénique global.

    https://www.scmp.com/news/china/science/article/3022136/china-scientists-warn-global-cooling-trick-natures-sleeve

    2- Les Européens non plus en fait, puisqu’il est très évident que leur coûteux plan vert ne changera strictement rien au niveau des émissions mondiales, qui vont de toute façon continuer à augmenter. Il y a donc d’autres motivations à ces politiques et ce 1 000 milliards d’euros explique sans doute bien des choses…

    • Paul S. dit :

      Monsieur Jacques,

      L’assaut sur la raison par les climato-alarmistes est exaspérant.
      Surtout en constatant que de nombreux concitoyens sont perméables aux bêtises ridicules dont on nous abreuve.

      Mais, ne devrions nous pas modérer un peu nos réactions ?

      Au lieu de voir brisées (figurativement) ses dents à la matraque, ne serait-il pas plus juste d’user tout au plus un coquin martinet rose sur le joufflu de la politicienne égarée ?

      Oui, l’Europe (et l’Occident en entier le ferait, si Trump n’était pas là) se saborde face à la Chine conquérante.

      C’est le président Obama qui était tout fier de négocier avec la Chine ses engagement pour la COP21 de Paris : soit la permission de continuer à augmenter les émissions de GES chinois jusqu’à 2030 – ensuite l’on avisera, pendant que les pays industrialisés occidentaux devaient se désindustrialiser.

      Si quelqu’un dans vos écrits méritait un châtiment corporel, c’était bien le 44ème président des USA, mais là on vous qualifierait de suprématiste blanc raciste.

      Souvenez vous, les grands naïfs vous prennent au mot et au premier degré.

      Belle écriture, fouillée et édifiante – persévérez,
      Paul

    • On jase là ! dit :

      Il n’y a plus de débat quant à la réalité du réchauffement : plus précisément, il n’y a plus de débat dans la communauté scientifique (avec seulement 0,6 % des publications scientifiques qui vont dans le sens d’un avis contraire). Trump va nous vociférer un tonitruant « fake news ».

      Voici quelques explications pourquoi les températures stagnent depuis 15 ans.

      Bien sûr les anti-science vont rejeter ces explications comme étant des « fake news » On les connaît.

      1. L’activité de notre étoile est à un niveau très bas depuis le début des années 2000. Sur notre planète, cela signifie une baisse de l’intensité des radiations que nous recevons.

      2. À cause du phénomène Nina, les océans absorbent plus de chaleur que d’habitude.
      Le phénomène de la Nina a pour conséquence de favoriser l’absorption de chaleur par l’océan Pacifique par le biais des vents qu’il génère. Ce surcroit de chaleur se stocke au fond des océans en attendant d’être libéré à nouveau dans l’atmosphère quand le phénomène s’inversera. D’une certaine manière on peut dire que le réchauffement n’a pas disparu mais s’est réfugié au fond des mers, dans les grandes profondeurs.

      3.Des poussières dans l’atmosphère font écran aux rayons solaires :
      A cause de nombre d’éruptions volcaniques majeures depuis le début 2005, des milliards de tonnes de poussières qui forment des aérosols dans la stratosphère.

      Si le réchauffement stagne, ce n’est qu’une question de temps avant que le climat ne se réchauffe de nouveau. Mais ça, les incrédules anti-science ne vous le dirons pas.

      • Reynald Du Berger dit :

        On jase là : Vous affirmez des choses et j’ai des questions sur vos affirmations
         » Il n’y a plus de débat quant à la réalité du réchauffement »
        Quel réchauffement ? quelle est son importance (degrés / siècle) et si réchauffement , quelle est LA cause ?
        Plus de débat ? lisez mon blog… fouillez la littérature scientifique ! les médias ! ALLEZ .. ! À VOTRE GOOGLE !!! et références svp.

        « avec seulement 0,6 % des publications scientifiques qui vont dans le sens d’un avis contraire »

        où avez-vous dégoté ce 0,6 ? dans une boîte de cracker jack ? références svp !

      • Normand dit :

        M. On jase là…
        Vous affirmez que le climat est influencé par 1. Le soleil… 2. El Nina… 3. Le volcanisme…
        Est-ce que je suis le seul à avoir l’impression que vous venez de compter dans votre but ?
        Bienvenue dans le Club !

      • rtremblay dit :

        OJL

        la stagnation du TMAG n’est que dans la tête des climato-septiques car le coefficient de corrélation d’une régression linéaire sur une période de 10 ans ainsi que de 30 ans est beaucoup plus élevé que le coefficient de corrélation sur 15 ou 20 ans.

        l’hypothèse du plateau est rejetée. TMAG de 2019 va à nouveau confirmer la hausse…

        Note : Je ne sortirai de mon mutisme que pour amener et discuter de faits scientifiques.

        Tous le reste du bla bla inutile ici présent sur ce blog m’emmerde au plus au point.

      • Reynald Du Berger dit :

        rtremblay écrit « l’hypothèse du plateau est rejetée »

        Ce n’est pas une hypothèse , c’est un FAIT et il n’est pas rejeté, il est RECONNU comme tel par tous ceux qui ont compétence.

      • Paul dit :

        Après avoir menacé : “je ne participe plus à ce blog !”

        Rejean dit : “Je ne sortirai de mon mutisme que pour amener et discuter de faits scientifiques.
        Tous le reste du bla bla inutile ici présent sur ce blog m’emmerde au plus au point.”.

        Rejean, vous partagez avec Guillaume la propension à la condescendance et vous vous croyez important / indispensable pour vos interlocuteurs.
        Le contraire d’un homme humble, qui remercie les autres pour leur temps et l’attention qu’ils accordent à son intervention.

        Attention : si votre m.rde vole “au plus au point”, vous risquez de la recevoir sur votre coco.

        Comment voulez vous imposer vos “faits scientifiques”, quand vous le faites en un français approximatif ?
        La science ne peut pas se passer de la rigueur et la présentation en termes clairs et non-ambigus en fait partie.

        La science de Jacques est exprimée clairement et sans fautes de syntaxe.

        À propos du “bla bla inutile”, voici le label de présentation du blog de Tamino, votre source de science principale : “KIDS’ LIVES MATTER so let’s stop climate change”.
        Le statisticien Tamino, serait-il un autre inconditionnel de Greta ?

  35. rtremblay dit :

    Donc Jacques, Paul S., R. Duberger et Mario sont pour brûler des gens parce qu’ils ont opinions différentes des vôtres ? Vous endossez les propos de Jacques ?

    à moins d’un NON claire : je ne participe plus à ce blog !

    • Reynald Du Berger dit :

      rtremblay : NON Claire ! la question de Claire était « croyez-vous à la fin du monde à cause d’un réchauffement anthropique prédite pour 2050 par Greta et ses disciples comme rtremblay ?  »

    • Paul S. dit :

      Cher ami Rejean,

      Vous m’interpellez, bien que je ne m’appelle pas Claire : “à moins d’un NON claire : je ne participe plus à ce blog !”

      Vous partiriez en tant que R. Tremblay, mais vous nous reviendriez sous un autre pseudonyme, dans l’espoir de redresser les torts que le blog pourrait causer à la pensée unique climatiste politico-correcte, mais aussi et cela vous ne le savez pas, pour combattre vos propres doutes refoulés quant au RCA.

      Après tout, vous vous êtes déjà morphé à partir d’autres illustres pétrophobes qui nous ont abreuvé de leur savoir en climatologie, soient : Jeanrevienspas – Youppi – Jean Luc.

      Je croyais que la mise au point de monsieur Jacques (https://duberger.me/2019/12/16/discussions-climato-festives/#comment-99072) était suffisante : “.. proposer de brûler son idole sur un bûcher ! Bien sûr, le bûcher est une image ici.”

      La propagande climato-alarmiste, omniprésente et sans opposition officielle et de force égale, est exaspérante et enrageante.
      Un intellectuel, comme M. Jacques, se défoule en écrivant, pas en posant des gestes violents.

      Les gauchistes prennent les interventions de ceux qui les dérangent au premier degré.
      À preuve la boutade, devant les caméras, du candidat Trump, invitant la Russie à donner aux journalistes les 30,000 courriels manquants de Hilary, lui a valu la FBI obamiste au derrière et des tracasseries d’enquête Mueller pendant deux ans.

      Pour être aussi clair que votre Claire : NON, je n’approuve pas la violence sous aucune forme, que ce soit l’autodafé ou la fessée (figurative) que le brillant éditorialiste Jacques préconisait pour la Greta l’été dernier.

      Quant à l’ONU, par qui le malheur arrive, je suis pour une réforme profonde, sinon l’abolition / remplacement par un organisme plus pondéré et moins tentaculaire, ex. : la défunte Société des Nations.

      Bonne année à vous Rejean et à tous les vôtres,
      Paul S.

  36. rtremblay dit :

    Expliquez nous R. Duberger comment est-ce possible d’avoir un plateau sur 15 ans , 20 ans ?? on ne sait plus vous le changer tout le temps ce plateau…

    Comment est-ce possible d’avoir un plateau alors que la hausse du TMAG sur 10 ans (2010 à aujourd’hui) est marquante ainsi que la hausse sur 30 ans (1990 à aujourd’hui’hui).

    pas de bavures, des explications claires :), limpide, pas de MAJUSCULE (ce n’est pas une explication et on n’est pas des enfants de 5 ans)

    …. jusqu’à preuve du contraire il n’y a pas de plateau… à part dans le monde des champions cueilleur de cerise….

    • Reynald Du Berger dit :

      rtremblay, comment voulez-vous que l’on vous prenne au sérieux quand vous niez l’existence de ce plateau pourtant ÉVIDENT dans un français aussi pitoyable ? et j’imagine ce que ce serait sans le correcteur automatique qui redresse votre orthographe en soulignant vos fautes en rouge… mais laisse passer votre pauvre grammaire et syntaxe.

      • rtremblay dit :

        Il n’y a pas de plateau Évident comme vous dites. Mais pour ma part votre commentaire est plutôt

        Ehhhhh…..- VIDENT.

        Par chance vous n’avez pas utilisé le terme E-VIDE-MENT 🙂

        Voyez par vous même ce qui se passe en terme d’évolution du TMAG depuis 2010

        0,17 C/décennie de taux d’augmentation

        http://www.woodfortrees.org/plot/hadcrut4gl/last:120/trend/plot/hadcrut4gl/from:2010/to:2020

        Ensuite regardez la figure suivante pour la période 1990 à aujourd’hui

        http://www.woodfortrees.org/plot/hadcrut4gl/last:360/trend/plot/hadcrut4gl/from:1990/to:2020

        Toujours le même taux d’augmentation.

        Alors je répète ma question démontrez moi avec le même outil votre plateau (période et pente).
        Sous quelle logique il y aurait un plateau sur 15 ou 20 ans alors qu’il y en a pas sur 10 NI sur 30 ans ?

        Depuis 60 ans l’évolution est sous la forme d’une progression constante du TMAG ou d’un escalier quand les périodes sont bien « cherry pickées ».

        Même Roy Spencer sur UAH constate un taux de progression avec ces donnés satellites et il va publier dans les prochains jours que 2019 est la première, 2e ou 3e année la plus chaude….ce qui vient en complète contradiction avec votre plateau.

      • Reynald Du Berger dit :

        rtremblay On vous a demandé de démontrer que depuis 20 ans qu,on a émis plus de 40% de TOUT le CO2 anthropique, cela se reflète sur la TMAG. Vous n’avez rien démontré. TMAG stagne ou augmente à peine depuis 20 ans ! CQFD.

      • rtremblay dit :

        Svp définissez : « À peine  »

        Pour moi un plateau aurait une anomalie du TMAG inférieure à 0,05 C/décennie. Peut-être que d’autres chercheurs ont définies ce qu’était un plateau.

        Mais ce qui est certain c’est que depuis 2015, l’histoire du plateau des années 2000 est morte. Depuis l’année 2016 le TMAG a monté sur une autre marche.

        Le TMAG est important pour définir la chaleur qui s’accumule dans l’atmosphère. Réfléchissez bien à cette question !

        Étant donné que le TMAG continue d’augmenter en même temps que :
        La chaleur des océans,
        La fonte des glaciers
        La fonte de l’Arctique et de l’Antarctique
        de la diminution des surfaces enneigées (« qualifié de verdissement Arctique »)
        Etc…

        Ça répond à votre éternelle question (bien qu’elle soit hyper mal formulée) !

      • Reynald Du Berger dit :

        rtremblay Vous n’avez pas répondu. On se fout des glaciers et des oursons polaires.. On vous demande une courbe de TMAG vs CO2 qui PROUVE que TMAG reflète l’augmentation importante de CO2 pour les 20 dernières années ! 40% de TOUT le CO2 émis est pendant ces mêmes 20 ans ! Prouvez-nous que c’est le CO2 humain qui influence le climat ! La question est-elle assez claire ?

      • rtremblay dit :

        Voici le lien entre CO2 et TMAG représenté sur des figures qui montre la réalité (Le temps, l’augmentation de l’anomalie de Température (TMAG) et de la teneur en CO2 sont représentés sur une même figure pour différentes période de temps) . Pas de bavures, de blabla inutile juste des faits, que vous pouvez constater par vous même :

        1) Graphique pour 1960 à aujourd’hui

        http://www.woodfortrees.org/plot/esrl-co2/scale:0.08/from:1960/to/detrend:-15/plot/hadcrut4gl/scale:30/from:1960/to/plot/hadcrut4gl/last:720/trend/scale:30

        2) Période de 1990 à 2020

        http://www.woodfortrees.org/plot/esrl-co2/scale:0.08/from:1990/to/detrend:-15/plot/hadcrut4gl/scale:30/from:1990/to/plot/hadcrut4gl/last:360/trend/scale:30

        3) Période de 2010 à 2020i

        http://www.woodfortrees.org/plot/esrl-co2/scale:0.08/from:2010/to/detrend:-15/plot/hadcrut4gl/scale:30/from:2010/to/plot/hadcrut4gl/last:120/trend/scale:30

        et le clou sur cette discussion 4) Période de 2000 à 2020

        http://www.woodfortrees.org/plot/esrl-co2/scale:0.08/from:2000/to/detrend:-15/plot/hadcrut4gl/scale:30/from:2000/to/plot/hadcrut4gl/last:240/trend/scale:30

        CONSTATER par vous même !!!!

        Pour conclure, j’ai deux questions pour vous et votre groupe : Comment se fait-il que le CO2 continue d’augmenter si le phénomène du « verdissement » est vrai ? Comment se fait-il que le verdissement n’est pas égale sur la surface terrestre ?

        Pour ma part je pense que nous constatons plus le phénomène du verdissement arctique, c’est à dire que la surface enneigée (blanche) « migre » vers le nord parce que le réchauffement est CONSTATÉ.

      • Reynald Du Berger dit :

        rtremblay, élève Tremblay, aucun de ces graphiques ne démontre ce que je vous ai demandé de démontrer … 40% de TOUTES les émissions.. .. etc… TMAG… 20 dernières années etc .. refaites vos devoirs . Vous avez déjà le bonnet d’âne et vous risquez la retenue. Allez ! à votre google !

    • Paul dit :

      John Bates (“the lead scientist recently retired from NOAA”), un sonneur d’alarme, avait accusé NOAA de manipuler les données de température en prévision de la COP21.
      “NOAA accused of manipulating global warming data” : https://www.youtube.com/watch?v=RPStj82-iV4

      Et hop – plus de plateau !

  37. Jacques dit :

    @rtremblay

    Vous n’approuvez pas la violence sous aucune forme, fort bien. Mais j’aimerais bien avoir votre avis sur la violence, bien réelle celle-là, qu’on peut constater de la part du candidat démocrate Joe Biden:

    https://lidblog.com/fossil-fuel-execs-jail/

    Vouloir emprisonner des exécutifs de compagnies pétrolières sous prétexte qu’ils contribuent à dégrader l’environnement est une proposition assez extrême, c’est le moins qu’on puisse dire…

    Et Joe Biden est loin d’être le seul politicien à préconiser de pareilles mesures. A ce compte, il faudrait aussi emprisonner toutes les personnes qui utilisent les énergies fossiles, car elles profitent du crime commis par les compagnies pétrolières. Ceci conduit à un non sens assez évident … Qui peut prétendre ne pas utiliser de combustibles fossiles ?

  38. Paul S. dit :

    Monsieur OJL,

    Vous dites ( https://duberger.me/2019/12/16/discussions-climato-festives/#comment-99245 ) : “Ce surcroit de chaleur se stocke au fond des océans en attendant d’être libéré à nouveau dans l’atmosphère quand le phénomène s’inversera. D’une certaine manière on peut dire que le réchauffement n’a pas disparu mais s’est réfugié au fond des mers, dans les grandes profondeurs.”

    En d’autres mots : le réchauffement serait un réfugié climatique. Un migrant que nous nous devons d’accueillir, dans un élan merkélien, chez nous, lorsqu’il émergera de grandes profondeurs.
    Où loge-t-il là bas ? Dans les grottes ou les crevasses ? Peut-être, dans les cabines de navires perdus ?

    J’aimerai que vous nous expliquiez en détail le mécanisme de cette migration de la chaleur vers les grandes profondeurs océaniques. Ceci, afin d’aider certains, dont je suis, à mettre à niveau leurs notions primitives en thermodynamique et en mécanique de fluides.

    Merci d’avance,
    Paul S.

    • On jase là ! dit :

      M. Paul dit : « le réchauffement serait un réfugié climatique. » Quand on n’a pas d’argument on ratiocine. Les anti-sciences sont friands de ce procédé. Soyez sérieux, ce n’est qu’une figure de style, une métaphore.

      Vous me demandez d’expliquer en détail le mécanisme de cette migration de la chaleur vers les grandes profondeurs océaniques. Non mais ça va pas ! Tant qu’à y être demandez-moi d’expliquer en détail la théorie de la relativité restreinte d’Einstein dans un commentaire sur un blogue de climato-sceptique, et anti-science de surcroît. Expliquez-moi donc pourquoi on commence à dire que la terre est plate et que les vaccins causent le spectre de l’autiste. Je serais curieux de connaître votre idée. C’est sûrement de la faute des méchants scientifiques communistes.

      • Reynald Du Berger dit :

        On jase là:  » d’expliquer en détail le mécanisme de cette migration de la chaleur …  »

        non pas en détail… juste nous expliquer sommairement cette migration… est-elle comparable au « grand remplacement » ?

         » on commence à dire que la terre est plate et que les vaccins causent le spectre de l’autiste. »…. je savais que vous prétendiez cela aussi , mais pas besoin de vous en vanter… … voyez où mène le délire aveugle climato-crédule …. votre « marche pour sauver l’climat …  » … et votre p,tite idole et référence en science que vous appelez Greta, … misère ! …

      • Paul S. dit :

        Monsieur OJL,

        Merci d’avoir enrichi mon vocabulaire.
        Par contre, “raticioner” ne s’applique pas au cas présent. Il n’y avait rien de subtil dans mon raisonnement, car votre intervention ne l’imposait pas.

        D’habitude, votre argumentaire tourne autour de la probité présumée et inattaquable d’acteurs engagés dans la science officielle du climat.
        (Si vous consultiez les profils professionnels d’employés d’Ouranos, vous comprendriez, que je ne raticione pas en les qualifiant d’acteurs – mauvais et cupides, dans ce cas.)

        Dans le cas présent, vous êtes sorti de votre zone de confort en voulant expliquer la stagnation de la température globale, telle que postulée par le prof.
        Comme l’a noté M. Normand, vous admettez enfin, sans vous en rendre compte, le fait que le CO2 anthropique joue un rôle de troisième plan dans le contrôle du climat.

        Mais, savez-vous que l’ensoleillement direct, dans le spectre de rayonnement visible, n’est pas le seul mode d’intervention de l’astre ?

        Les volcans, ayant produit des projections stratosphériques récemment, quels sont-ils ? Connaissez-vous la différence entre la poussière et les aérosols ?
        Les volcans terrestres et sous-marins, ont-ils produit plus d’émissions de CO2 depuis 2005 que d’habitude, ou moins ? Quantifie-t-on correctement ou tout-court, leur contribution au réchauffement climatique ?

        Enfin, comme le prof, je vous fais grâce de détails, mais nommez donc les principes physiques sous-jacents à ce prétendu stockage de la chaleur au fond des océans.

        Vous, qui avez l’anti-science facile, vous devriez au moins savoir, que l’ignorance en sciences d’un véritable anti-science devient évidente dés qu’il ouvre la bouche.

        Sans rancune et Bonne Année,
        Paul S.

        N.B. : Pourquoi pensez-vous qu’un quidam climato-pondéré serait opposé à la vaccination ?

  39. Jacques dit :

    ‘ Dans le cas présent, vous êtes sorti de votre zone de confort en voulant expliquer la stagnation de la température globale ‘

    En fait, il n’y a rien à expliquer. En effet:

    ‘ Mais cette idée d’un ralentissement du réchauffement climatique entre 1998 et 2014, souvent appelée hiatus, est définitivement morte, souligne le directeur général d’Ouranos. ‘

    https://www.lapresse.ca/actualites/environnement/201912/30/01-5255363-la-decennie-du-rechauffement.php

    Remarque: de mauvaises langues pourraient dire que Alain Bourque a tout intérêt à ce que les températures continuent à augmenter, ce qui permettrait sans doute que sa subvention de 20 M $ du fonds vert soit reconduite…

    Pour commencer cette nouvelle année sur une note humoristique:

    http://joannenova.com.au/2019/12/what-id-really-like-for-christmas/

    • Paul S. dit :

      La transposition est pertinente et la sagesse de La Fontaine, appliquée aux fabulations climato-abusives, toujours imposante.

      Merci.

  40. On jase là ! dit :

    M. Duberger me demande d’expliquer sommairement cette migration de la chaleur. Pourquoi donc devrais-je expliquer ce phénomène. J’imagine qu’il y a des références scientifiques qui l’expliquent très bien. Pourquoi devrait-on réinventer la roue à chaque fois qu’on s’en sert. C’est ridicule. Mais l’unique but est de faire voir que je suis un ignorant.

    Tout ce que je fais c’est de vous communiquer ce que j’ai appris en lisant des textes sur la question. Vous autres, les idéologues, vous ne dites que ce qui vous conforte dans votre hypothèse (que le RCA est non significatif). Tous les autres travaux sont décrétés nuls et non avenus. Donc vous les ignorez car ils sont faux par définition (fake news). L’absence d’un RCA significatif n’est pas pour vous une hypothèse à vérifier mais un postulat, un axiome. Vous allez donc dénoncer toutes actions pour contrer le phénomène que vous refusez d’admettre. Plus, vous considérez que tenter de comprendre est une perte de temps et d’argent. Il n’y a pas de RCA, point final. À mon humble avis c’est irresponsable.

    D’ailleurs à chaque nouvelle étude qui confirme le RCA, vous accusez les chercheurs d’être ignorants. Vous énumérez la vraie méthode et vous ne discutez pas sur les données mais sur le fait que ces études sont fausses, faites par des amateurs. Un de vos arguments est de dire au bon peuple que ces scientifiques ne savent pas que les nuages ont un effet de serre, que nous expirons du CO2, que celui-ci est essentiel à la vie. C’est certains qu’Hubert Reeve ne sait pas cela.

    Les sciences ont pour finalité de formuler mathématiquement des lois qui déterminent les relations entre les phénomènes. D’un autre côté, la détermination des phénomènes au moyen des instruments mathématiques permettant la prédiction relève de la science positive, c’est-à-dire établie sur les faits et le raisonnement expérimentaux. La science n’a pas à s’interroger sur la « réalité », elle a seulement accès aux « phénomènes », et il s’agit pour elle de rendre compte, de manière toujours seulement hypothétique, EN VUE DE L’ACTION POSSIBLE, de leurs interactions.

    À partir de cette définition, on voit bien que le but des climato-sceptiques est tout le contraire. Celui-ci est de semer le doute non pas seulement sur les résultats des enquêtes et des recherches, mais sur les personnes et les institutions, et cela pour éviter à tout prix toute action possible.

    Comme le dit un de vos disciples : En fait, il n’y a rien à expliquer.

    • Reynald Du Berger dit :

      On jase là dit « D’ailleurs à chaque nouvelle étude qui confirme le RCA »

      Montrez-nous une seule étude qui confirme le RCA.

      • On jase là ! dit :

        « à chaque nouvelle étude qui confirme le RCA. » Et dire que c’est tout ce qu’il a retenu de mon commentaire. Cette toute petite phrase lui a servi d’alibi, de prétexte (comme à son habitude) pour se défiler. M. Duberger ne daigne pas discuter avec un représentant de la plèbe. D’ailleurs parler à M. Duberger c’est comme essayer de communiquer avec un cailloux.

  41. On jase là ! dit :

    Une étude d’InfluenceMap a révélé que, depuis la COP21, les cinq plus grandes sociétés pétrolières et gazières cotées en bourse (Exxon Mobil, Royal Dutch Shell, Chevron, BP et Total) ont investi plus d’1 milliard de dollars en lobbying afin de pouvoir continuer leurs activités liées aux énergies fossiles sans respecter l’Accord de Paris.

    Sur plus de 110 milliards de dollars d’investissement de capitaux prévu pour 2019, seuls 3,6 milliards sont destinés à des projets bas-carbone, selon le rapport d’InfluenceMap.

    ExxonMobil a ainsi fait un tapage publicitaire autour de sa R&D sur les biocarburants à base d’algues alors que les 10 000 barils de biocarburant par jour qu’il espère atteindre d’ici 2025 ne représenterait en fait que 0,2% de sa capacité actuelle de raffinerie.

    On peut donc dire que les dirigeants de ces sociétés pétrolières savent eux que le RCA est non significatif. Une chance qu’ils sont là pour nous protéger des stupides scientifiques qui ne savent même pas que nous expirons du CO2 et qu’il est essentiel à la vie sur terre, et ce qui est plus grave, ils ne savent même pas comment faire de la recherche et vous devez donc à chaque fois leur expliquer LA MÉTHODE qui convient.

    • Paul dit :

      Mr. OJL s’indigne de la duplicité de pétrolières qui continuent à nous approvisionner en hydrocarbures, que nous utilisons à notre corps défendant :
      “ExxonMobil a ainsi fait un tapage publicitaire autour de sa R&D sur les biocarburants à base d’algues alors que les 10 000 barils de biocarburant par jour qu’il espère atteindre d’ici 2025 ne représenterait en fait que 0,2% de sa capacité actuelle de raffinerie.”

      En tant que fournisseur d’équipement clé, mon employeur avait jadis participé à un projet mal ficelé par SNC Environnement. L’usine construite pour l’Électricité de France devait produire de l’électricité à partir de la biomasse en Guyane française. Au bout du compte, le surplus d’énergie électrique produite était minimissime.
      Nous avons fait avant et après bien d’autres projets directement (sans SNC) et même avec l’ingénierie compétente, l’opération de ces procédés n’était rentable que pendant la période du coût d’énergie élevé, au début des années ‘80.

      Les biocarburants, comme les biocombustibles, requièrent des usines conséquentes et beaucoup d’énergie, alors le rendement net est faible et l’investissement important.
      Il faut comprendre que l’on essaye de faire en accéléré les transformations moléculaires, que la nature a fait en millions d’années pour produire des hydrocarbures ou le charbon.

      Dans le monde réel il faut qu’il y ait un retour sur investissement positif, sinon la nouvelle technologie n’est pas pratiquée.
      À moins que l’argent public soit mis à contribution, comme c’est souvent le cas pour les énergies renouvelables, dont les virevents.

      Plus haut sur cette page, Mr. OJL se méfie quand le prof l’invite à appuyer ses affirmations sur la science élémentaire : “.. l’unique but est de faire voir que je suis un ignorant ..”

      Pourquoi “faire voir”, quand vous le montrez si bien et sans aucun encouragement, Mr. OJL ..
      Ignorant en sciences et aussi en procédés industriels qui en découlent.

  42. Jacques dit :

    Tentons d’y voir un peu plus clair avec la science du climat. Qui n’a pas entendu les énoncés suivants?

    -Il faut écouter la science
    -la science est très claire
    -la science montre clairement que…
    -etc, etc

    Alors, une question essentielle est la suivante: de quelle science parle-t-on au juste ?

    A mon avis, il n’y a qu’une réponse à cette question: on parle du GIEC et de rien d’autre.

    Ainsi, l’immense majorité de la population est persuadé en toute légitimité que le GIEC est une organisation scientifique et qu’on peut par conséquent lui faire confiance pour donner l’heure juste concernant l’état et l’évolution du climat.

    Donc, en toute logique, ce sont les scientifiques compétents dans les domaines reliés à l’étude du climat qui doivent ‘avoir le dernier mot’ sur les communications relayées par les différents médias accessibles au grand public.

    Or dans les faits, il n’en est rien. Les scientifiques n’ont pas le dernier mot, et j’en fais la démonstration ici.

    1- D’abord, allez ici pour télécharger le document officiel concernant les statuts du GIEC:

    Cliquer pour accéder à ipcc_principles_fr.pdf

    2- Quelques commentaires s’imposent:

    ARTICLE 1:
    Définitions:
    GIEC aussi appelé Groupe d’experts
    OMM: Organisation météorologique mondiale (sous contrôle de l’ONU)
    PNUE: Programme des Nations Unies pour l’Environnement (sous contrôle de l’ONU)
    Ref: https://public.wmo.int/fr/%C3%A0-propos-de-nous
    https://www.un.org/youthenvoy/fr/2013/08/pnue-programme-nations-unies-lenvironnement/

    ARTICLE 2:
    C’est fort bien et on ne peut qu’être d’accord. Mais c’est en lisant les articles suivants que les choses se gâtent sérieusement…

    ARTICLE 3:
    ‘… soumis à un contrôle scientifique par des pairs et, d’autre part, à un examen par les gouvernements ‘

    En quoi les gouvernements sont-ils habilités à examiner des rapports qui relèvent de la science? C’est un non sens.

    ARTICLE 6:
    ‘…approuvés par le Groupe d’experts.’

    Ainsi, c’est bien le GIEC (Groupe d’experts) qui décide des mandats et des programmes de travail, de sorte que les scientifiques n’ont aucun droit de regard sur ces items !

    ARTICLE 9:
    On parle bien ici de la main mise de l’ONU sur le Giec, c’est très clair. En particulier, on parle des ONG (organismes non gouvernementaux) tels que le WWF, Greenpeace, et une multitude d’autres.
    Il est dit clairement que ces ONG peuvent être invités à titre personnel à contribuer aux travaux des groupes de travail et des équipes spéciales du GIEC.

    Or, ces ONG n’ont absolument rien à voir avec la science: ce sont des organisations d’activistes et de lobbyistes.

    ARTICLE 11:
    Le plus important celui-là. Il signifie clairement que c’est le GIEC qui a le dernier mot sur les conclusions des groupes de travail, et non pas les scientifiques.

    Il est donc inutile de continuer avec les autres articles. L’article 11 à lui seul montre que le GIEC est une imposture. Ce n’est pas moi qui le dit, c’est écrit noir sur blanc dans le document dûment approuvé par les instances de l’ONU.

    L’équation GIEC = Science est fausse, point final

    Le Giec, c’est de la ‘science politisée’, c’est-à-dire de la politique, et rien d’autre. Et c’est le GIEC lui-même qui en a fait la preuve avec le document sur les statuts.

    Remarque: Drieu Godefridi avait bien raison quand il a apostrophé M. Jouzel en lui posant la question fatale:

    • Paul dit :

      Bravo Jacques !

      Voilà le GIEC et son mandat de propagande, mis à nu.

      Alors, quelle est au juste cette “science” que Dr. Greta Thunberg nous enjoint d’écouter ?

  43. rtremblay dit :

    Jouzel est pas mal plus crédible comme scientifique que Godefridi qui n’en est pas un. Votre vidéo n’apporte rien de nouveau. Je vous recommande de lire les livres de Jouzel au lieu de raisonner avec des vidéo You tube.

    Ce sont les scientifiques impliqués dans la rédaction qui ont le dernier mot sur les parties scientifiques du rapport. La théorie de la conspiration …

    • Reynald Du Berger dit :

      rtremblay : J’ai croisé Godefredi à Paris lors de ma conférence à la Contre COP22. Il est philosophe et est plus crédible que Jouzel, lequel carbure à la peur des climato-crédules comme vous, donc aucune crédibilité. . Il pose comme moi des « questions qui tuent » auxquelles Jouzel n’a pas de réponse ou s’il a une réponse, elle est gênante et va dans le sens de Godefridi.

    • Normand dit :

      M. Tremblay, vous dites : « Ce sont les scientifiques impliqués dans la rédaction qui ont le dernier mot sur les parties scientifiques du rapport. »…

      Voici ce que des scientifiques contributeurs ont dénoncé (le GIEC n’a pas nié et confirmé que des tierces parties filtraient les documents finaux):
      « A comparison between the report approved by the contributing scientists and the published version reveals that key changes were made after the scientists had met and accepted what they thought was the final peer-reviewed version. The scientists were assuming that the IPCC would obey the IPCC Rules–a body of regulations that is supposed to govern the panel’s actions. Nothing in the IPCC Rules permits anyone to change a scientific report after it has been accepted by the panel of scientific contributors and the full IPCC. »

      • Paul dit :

        M. Normand rapporte : “.. key changes were made after the scientists had met and accepted what they thought was the final peer-reviewed version.”

        Tiens, de la science évolutive et vivante.

        La Dre Greta nous dit : écoutez la science !
        Mais la quelle ?
        Celle du chercheur ou celle à effet recherché par les propagandistes onusiens ?

  44. Jacques dit :

    rtremblay dit:
    ‘Ce sont les scientifiques impliqués dans la rédaction qui ont le dernier mot sur les parties scientifiques du rapport’

    Ce devrait évidemment être le cas, mais ce n’est pas ce que dit l’article 11 des statuts du GIEC. Ou bien vous n’avez pas lu cet article, ou bien vous êtes incapable d’interpréter correctement la signification du texte.

    Drieu Godefridi n’est pas un scientifique et il ne se prononce pas sur des sujets scientifiques, ce n’est pas son domaine de compétences. Mais par contre, il sait lire et il a aussi une vaste expérience dans la lecture des textes et de leur analyse.

    M. Jouzel n’est pas le problème, il possède certainement des compétences reconnues en glaciologie. Le problème est qu’il appartient au GIEC.

    Le clip vidéo, c’était seulement pour souligner cet article 11 dont il est ici question.

  45. Normand dit :

    Plusieurs font régulièrement référence aux intérêts monétaires capitalistes obscurs qui contaminent le débat sur le RCA…

    Le Fond monétaire international (branche de l’ONU comme le GIEC) suggère une taxe carbone d’environ 75$ la tonne.
    https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1340070/fmi-lutte-rechauffement-climatique-economie-taxe-carbone

    Selon le gouvernement du Canada, les émissions de GES en 2017 étaient de 716 mégatonnes
    https://www.canada.ca/fr/environnement-changement-climatique/services/indicateurs-environnementaux/emissions-gaz-effet-serre.html

    Ce qui représenterait, au CANADA seulement, des revenus de taxes SUPPLÉMENTAIRES de 53 700 000 000 $ annuellement.

    Répartis sur les 16 595 035 travailleurs du dernier recencement, il s’agirait d’une charge de 3 236$ par travailleur… somme annuelle et récurente !

    Compte tenu de ce que l’on constate avec la gestion des fonds publics, comment expliquer qu’autant de gens soient aussi léthargiques envers ceux qui sont en voie de s’accaparer le pouvoir de COLLECTER et DISTRIBUER cette manne ?

  46. Paul S. dit :

    Et si le sujet de discussions festives était mal choisi ?

    La menace climatique hypothétique, face au dépeuplement réel au sein de nations résidentes (et l’extinction subséquente de leur culture) dans l’Occident.

    Tel que le postule le politicien et commentateur Pat Buchanan : https://buchanan.org/blog/our-real-existential-crisis-extinction-137964

    Il commence en disant : “If Western elites were asked to name the greatest crisis facing mankind, climate change would win in a walk.”

    Ensuite, le penseur paléo-conservateur stipule le vrai problème : “The Death of the West is not a prediction of what is going to happen. It is a depiction of what is happening now. First World nations are dying.”

    Pourquoi nos élites se sentent-elles interpellées par un faux problème, au lieu de s’attaquer au vrai, celui de la survie de notre civilisation ?

  47. Andre Piette dit :

    Cher M Dubergé

    Puisque vous vous inspirez de la Science pour étayer vos propos, je vous invite à consulter ce lien provenant de la célèbre Agence spatiale NASA. Il n`y a pas que le GIEC, qui publie sur le sujet.

    Espérant que vous tiendrez compte de leurs conclusions dans vos prochaines interventions pour ce qui est de l’impact des énergies fossiles sur le climat.

    Cependant, je vous donne raison que le climat n`est pas le seul enjeux qui mérite l`attention mondiale, et j`ai cette impression que nous sommes colectivement dans la posture du fumeur qui grille deux paquets de cigarettes par jour et qui se fait dire par le doc, qu’il risque de courir tout droit vers des gros problemes de santé ( On peut quand même être chanceux et battre les probabilités).

    Bof, sinon la science aura ben trouvé une solution pour tout régler ces problèmes et maudit qu`une bonne clop c`est bon !

    Pour ma part, le doc m`a averti et je ne compte pas trop sur les solutions miracles une fois au pied du mur.

    Bonne Lecture

    https://earthobservatory.nasa.gov/features/GlobalWarming/page4.php

    • Normand dit :

      Bonjour M. Piette,

      Dans la page que vous mettez en lien il est expressément précisé que : « Scientists integrate these measurements into CLIMATE MODELS to RECREATE temperatures recorded over the past 150 years. »… RECREATE !

      Peut-on vraiment parler de conclusions quand on se base sur des extrapolations devant inévitablement comporter un niveau d’incertitudes (qui aboutissent malgré tout a un hausse inférieure à 1 degré)?

      À ma connaissance, les données mondiales globales fiables des 150 dernières années n’existent tout simplement pas… ni sur terre, ni pour les océans.

      Si vous avez des doutes quand je vous dit que ces données sont des extrapolations à partir de données TRÈS incomplètes, je vous suggère le lien qui suit (archives du New York Times) :

      « International Team of Specialists Finds No End in Sight to 30‐Year Cooling Trend in Northern Hemisphere » (oui… refroidissement).

      L’article de 1978 précise que l’étude scientifique n’est valable que pour l’hémisphère nord parce que les données sont TELLEMENT MAIGRES pour l’hémisphère sud qu’aucune conclusion n’est possible…

      Les auteurs principaux étaient les Docteurs J. K. Angell and. J. Korshover de la NOAA.
      L’étude originale :
      https://journals.ametsoc.org/doi/pdf/10.1175/1520-0493%281977%29105%3C0375%3AEOTGCI%3E2.0.CO%3B2

      Le comble est que les températures des océans sont extrapolées bien davantage.

      Lecture supplémentaire :
      Si vous aimez la Nasa comme référence, je vous suggère ce lien qui, selon moi, démontre l’importance de creuser davantage pour s’y retrouver dans un débat fort complexe :
      https://www.nasa.gov/feature/goddard/nasa-study-mass-gains-of-antarctic-ice-sheet-greater-than-losses

      NASA Study: Mass Gains of Antarctic Ice Sheet Greater than Losses
      2e paragraphe : « The research challenges the conclusions of other studies, including the Intergovernmental Panel on Climate Change’s (IPCC) 2013 report, which says that Antarctica is overall losing land ice. »

  48. Andre Piette dit :

    Bonjour M Dugerber

    C`est intéressant toute cette masse d’informations disponibles sur le WEB qui vont dans toutes les directions et pour peu que l’on s`y arrète, les modèles climatiques ce sont améliorés au fur et à mesure que les paramètres se sont raffinés (les variables ne doivent pas manquer) en fonction d’ une meilleure compréhension de la dynamique de ces paramêtres.

    Je n’ai pas les ressources intellectuelles pour évaluer et mettre en perspective toute l’information disponible. Cependant, j’oriente mes lectures vers les sources scientifiques qui me semblent les plus en mesure d’effectuer ce genre de travail.

    L’Agence spatiale Américaine NASA, est pour ma part une source d’information crédible et elle publie ses données (mêmes celles qui semblent s’écarter des attentes reliées à la confirmation du réchauffement climatique) et de cet ensemble d’informations, l’agence adhère à cette thèse du réchaufffement climatique anthropique.

    Est-ce que votre contribution à ce sujet est productive dans le cadre d’un blog ou le simple quidam comme moi ne peut tout simplement pas rivaliser avec vous en terme de connaissances scientifiques ? C’est pour moi la véritable raison qui m’ont amené à lire votre blog.

    En d’autres termes, le débat sur cette question ne peut exister au niveau du simple citoyen puisque sans capacité de calculs, d’analyse de données, on ne peut se faire une opinion sur le sujet.

    Par contre, la situation amène à se poser la question suivante ? Quels processus les états nations devraient t-ils mettre en oeuvre pour faire reposer des décisions cruciales sur l’avenir de leur population sur une vision commune de la réalité. La suite serait question de diplomatie simplement.

    Churchill définissait la diplomatie comme étant l’art d’envoyer au diable son interlocuteur de telle sorte qu’il en demande le chemin….

    Je crois que l’Australie s’y trouve déja

    • mario dit :

      Bien des gens pensent (et rad-can surtout) que les feux actuels en Australie sont une des conséquences aux changements climatiques…
      Honnêtement, cette affirmation est biaisée et non fondée. Les feux de forêts ont toujours existés et existeront toujours, que Greta et al. soient présents ou non !
      Par ailleurs, M. André est humble dans ses propos. Effectivement, bien des études scientifiques se contredisent et c est le propre de la Science; jamais totalement blanc ou totalement noir, que de zones grises. Et en cas de doutes, un seul même, on ne peux rien conclure. C est ce que je mentionne à mes élèves depuis que j enseigne au secondaire ! Je l’ai appris dans un cours de didactique et histoire des sciences.
      Trop de personnes aujourd hui croient que la Science est absolue et ne peut se tromper.
      D’autre part, la Science peut être malhonnête en raison d’humains malhonnêtes !…
      Je regrette mais la majorité des projets scientifiques, universitaires, corporatifs n’aboutissent pas et sont un échec. La Science est ébranlable et les théories sont souvent sujettes à être modifiées. Cherchons plutôt à savoir à qui le crime profite !

      • Paul S. dit :

        Bonjour professeur Mario,

        Vous affirmez : “Les feux de forêts ont toujours existés et existeront toujours, que Greta et al. soient présents ou non !”

        Les arbres sont ma passion, spécialement les très vieux, qui sont les témoins du temps qui passe.

        En Californie, il y a des vestiges de forêts de séquoias géants millénaires (jusqu’à 3,266 ans).
        Plusieurs de ces arbres sont creux ou partiellement, de longue date, car grandement endommagés par les incendies au cours du temps passé. Ils ont survécu, car, prévoyante, la nature les a dotés d’écorce très épaisse, résistante au feu.

        Les périodes de sécheresse existeront toujours, ainsi que la foudre et les campeurs imprudents, changements climatiques ou pas.

        Bonne Année,
        Paul S.

        N.B. : Il se pourrait aussi que l’enfer en Australie ait d’autres causes que naturelles : https://www.theepochtimes.com/nearly-200-people-arrested-in-australia-for-deliberately-lighting-bushfires_3195827.html
        Il faut toutefois attendre la conclusion d’enquêtes, avant de tirer des conclusions.

  49. Jacques dit :

    M. Piette

    Dabord une petite correction, c’est Du Berger….

    Puis-je me permettre une petite question:
    Que voulez-vous dire au juste en écrivant: ‘Je crois que l’Australie s’y trouve déjà’ ?

  50. Andre Piette dit :

    Monsieur Du Berger

    Aucune discussion ne peut évoluer vers une compréhension de la position de notre interlocuteur en présumant sa mauvaise foie. Vous l’aurez sûrement deviné, j’ai un penchant pour la thèse du réchauffement climatique anthropique.

    Alors, j’accepte que des gens comme vous, qui semblent bien maitriser les concepts reliés à la démarche scientifique puissent mettre en doute les conclusions mises de l’avant par la NASA et bien d’autres académie des sciences sur la base de désaccords méthodologiques que vous amenez dans vos interventions.

    Cependant de tabler sur la malhonneteté des scientifiques de la NASA pour sous-entendre un quelconque complot ne peut permettre d’aboutir sur une possible vision commune dans l’explication des phénomènes que l’on observe en Australie en autres.

    Bien sur, un peu par boutade, j’ai inféré que l’Austraiie,par sa position diplomatique concernant le réchauffement du climet , se trouvait aujourd’hui lui-même en ENFER. et j’admets que ce que les australiens vivent en ce moment isolément ne constitue d’aucune façon une preuve de quoique ce-soit.

    Cependant, l’interprétation statistique de l’ensemble des observations hors normes des dernières années en matiêre de climat relève d’une expertise qui je laisse par exemple à la NASA. Je me contente de leur conclusion en la matière.

    Mais pour revenir à ma question, quels processus les états nations peuvent-ils mettre en place pour aboutir à une compréhension commune des consensus scientifiques de tout ordre.

    • Reynald Du Berger dit :

      André Piette, la NASA n’est pas un bloc monolithique. Il y existe des climato-réalistes comme des climato-alarmistes. La NASA a attribué sa prestigieuse médaille à John Christy, qui est climato-réaliste et que j’ai eu le bonheur de rencontrer. Même chose pour la NOAA et le GIEC. Aucun de ces organismes n’a publié de « conclusion » sur la responsabilité humaine principale dans les changements climatiques. Autrement dit, le supposé RCA n’est pas prouvé. Un scientifique dont les subventions et la job dépendent de la croyance du public en ce RCA n’a AUCUNE crédibilité. C’est comme demander à un renard comment protéger un poulailler contre les prédateurs.

  51. rtremblay dit :

    R. Duberger dit :

    « aucun de ces graphiques ne démontre ce que je vous ai demandé de démontrer … 40% de TOUTES les émissions.. .. etc… TMAG… 20 dernières années etc .. refaites vos devoirs .

    R1: Votre question est mal formulée. Ces prémisses sont biaisées. Nous n’avons pas à répondre à pareille question.

    R2: J’ai fournie de l’information pour montrer le lien entre CO2 et TMAG ainsi que pour démontrer qu’il n’y a pas de plateau du TMAG. Je peux vous fournir les taux d’augmentation du TMAG pour les quatre périodes choisies (1960 à 2020, 1990 à 2020, 2000 à 2020 ainsi que 2010 à 2020).

    R3: Pour ce qui est de votre ton hautain d’un autre siècle, il ne change rien aux informations que j’ai exposé. Un argument d’autorité n’a pas de valeur dans le domaine scientifique. Ce type d’argument est utilisé dans le domaine juridique seulement. svp ne mêlez pas les choses !

    • Reynald Du Berger dit :

      rtremblay je répète : aucun de ces graphiques ne démontre ce que je vous ai demandé de démontrer … 40% de TOUTES les émissions.. .. etc… TMAG… 20 dernières années etc .. refaites vos devoirs .

      • rtremblay dit :

        Je vous l’ai mentionné à plusieurs reprises et je l’ai décortiqué votre question pour vous montrer ces lacunes.

        La section de votre question qui présente le plus de lacune est justement ce 40 %. Parlez nous de GT de GES mais svp pas de %.

        De plus les figures que je vous ai transmis montrent clairement qu’il n’y a pas de plateau et elles montrent que malgré une plus faible augmentation du TMAG dans les années 2000, il y a depuis 2010 une augmentation du TMAG plus importante.

        Même les données satellitaires montrent une augmentation du TMAG, qu’il n’y a pas de plateau.

        Regardez cela comme vous voulez mais il n’y a pas de plateau au moins 5 à 10 ans !!

      • Reynald Du Berger dit :

        rtremblay : Question 1 : 40% de TOUTES les émissions humaines de CO2 l’ont été pendant le 20 dernières années, or ces même années montrent une pause dans la TMAG. Si vous affirmez un RCA, EXPLIQUEZ cette pause. Définition de pause: La montée de TMAG ne reflète pas l’augmentation FULGURANTE (40% du total, c’est fulgurant) du CO2. Un enfant de 7 ans comprend ma question. On attend votre réponse!

        question 2: Affirmez-vous toujours le RCA ?

      • rtremblay dit :

        Note : J’utilise le même ton que vous utilisez !!

        Un enfant de 3 ans sait la différence entre un plancher (horizontale) et un escalier (qui monte bien que chacune des marches soit à l’horizontale).

        Mais vous n’êtes pas sans savoir que les émissions de GES de la dernière année ont un effet sur plus d’un an, beaucoup plus qu’un an ! On peut ne pas être d’accord sur la durée de cet effet, mais vous êtes très certainement au courant que c’est plus qu’un an…?

        Je vous ai démontré clairement que depuis 10 ans nous avons changé « de marche » (en fait devrait plutôt dire monter d’une ou deux marches). De la figure que je vous ai référé j’ai calculé 0,27 C / 10 ans depuis 2010.

        Pour moi parler de plateau : c’est un peu beaucoup de l’histoire ancienne de parler de plateau de 20 ans.

      • Reynald Du Berger dit :

        rtremblay : Question 1 : 40% de TOUTES les émissions humaines de CO2 l’ont été pendant le 20 dernières années, or ces même années montrent une pause dans la TMAG. Si vous affirmez un RCA, EXPLIQUEZ cette pause. Définition de pause: La montée de TMAG ne reflète pas l’augmentation FULGURANTE (40% du total, c’est fulgurant) du CO2. Un enfant de 7 ans comprend ma question. On attend votre réponse!

        question 2: Affirmez-vous toujours le RCA ?

      • rtremblay dit :

        Je trouve désolant que ni Jacques, ni Paul n’est évalué mes figures d’évolution du TMAG et du CO2. Je m’attendais « au pas de réponse de R. Duberger ».

  52. Jacques dit :

    La NASA possède des équipements et une expertise uniques en ce qui concerne le programme spatial civil, l’observation par satellites, etc

    En particulier, le GISS (Goddard Instutute for Space Studies), effectue de nombreuses observations de la Terre et fournit des renseignements précieux pour les scientifiques dans plusieurs domaines.

    Cependant, quand le GISS intervient dans les questions concernant la théorie du réchauffement global anthropogénique, les choses se gâtent, surtout en ce qui concerne son directeur Gavin Schmidt. Ce dernier joue le rôle d’un activiste climatique qui défend les mêmes positions que le GIEC.

    https://wattsupwiththat.com/2012/04/10/hansen-and-schmidt-of-nasa-giss-under-fire-engineers-scientists-astronauts-ask-nasa-administration-to-look-at-emprical-evidence-rather-than-climate-models/

    En fait, la partie ‘recherche climatique de la NASA nous présente, à quelques détails près, les mêmes conclusions que le GIEC.

    Donc, en ce qui concerne la question climatique, la NASA est aussi crédible que le GIEC …
    Ainsi on peut poser l’équation NASA = GIEC en ce qui concerne la théorie du RCA

    https://climate.nasa.gov/evidence/

    • mario dit :

      Journal de québec, 5 janvier 2020, page 5 :
      « Ce n est qu un début , croit un expert » !
      « …on ne peut pas nier qu’ils (les changements climatiques) ont un impact direct sur la situation actuelle en Australie. »
      « Les changements climatiques provoquent un assèchement, ce qui crée des conditions propices à l’éclosion du feu », soutient Stéphane Caron.
      M. Caron est le coordonnateur à la prévention et aux communications de la SOPFEU.
      Comme un illustre participant de ce blogue le mentionne souvent, voici un bel exemple de cherry picking !
      Ainsi donc, ce M. Caron est un expert. Expert en quoi ? En changement climatique ou en climatolologie ?
      On se croirait en plein phénomène apocalyptique…

      • Normand dit :

        Bonjour Mario,

        Le responsable de la SOPFEU a une formation en science politique et la journaliste-pigiste qui a écrit l’article a une formation à la faculté d’éducation de l’UQAM…

        … donc le choix du mot « expert » dans le titre de l’article est discutable.

    • Paul dit :

      Rejean invoque : “La théorie de la conspiration …”.
      Soit la pirouette classique du déni par les détenteurs de vérités officielles.

      Pourtant, Jacques a déposé les documents officiels de l’organisation onusienne, pas des ragots anonymes.
      Du noir sur blanc.

      On connait maintenant votre écriture alambiquée Rejean et on parvient à l’interpréter.
      Mais comment se porte donc votre aptitude à la lecture ?

  53. Andre Piette dit :

    Bonjour M Du Berger

    J’aime bien votre analogie du renard gardien du poulailler ! Mon problème c’est de concevoir difficilement que le renard rode autour du poulailler.

    En premier lieu, permettez-moi de partager ce lien de l’agence américaine qui traite du consensus concernant le réchauffement climatique Anthropique :

    https://climate.nasa.gov/scientific-consensus/

    Comme vous pouvez le constater l’agence s’est prononcée sur la question et j’imagine que certains scientifiques parmis ceux-ci ne partagaient pas ce point de vue. À cet égard il s’agit de s’être interessé au travail des concepteurs du programme Apollo pour comprendre que deux écoles de pensée s’affrontaient pour déterminer de quelle manière on enverrait Neil poser son gros orteil sur la Lune. Ce processus entraine inévitablement une confrontation d’idées.

    Cependant, lorsqu’est venu le temps de trancher, tout le monde s’est rallié à la méthode de l’orbiteur et du module lunaire pour faire de la mission un succès. J’imagine que dans cet optique on peut s’imaginer un processus similaire pour la question du climat.

    J’ai compris votre malaise vis à vis les positions de l’agence et je n’essaie pas de vous convaincre de la justesse de leur position.

    Mais, à l’instar du programme Apollo, je me pose toujours cette lancinante question, comment peut-on faire pour finalement donner un cap au navire et que, nous ramions tous dans la même direction ?

  54. Jacques dit :

    M. Piette dit:
    ‘Vous l’aurez sûrement deviné, j’ai un penchant pour la thèse du réchauffement climatique anthropique.’

    C’est votre droit et d’innombrables personnes partagent votre point de vue.

    Personnellement, cette position ne me dérange en rien, je me fous des croyances de quiconque.
    Ce qui me dérange par contre, ce sont les conséquences qui découlent de ces théories sur le réchauffement global anthropogénique. La conséquence majeure étant bien sûr cette croisade contre le carbone et toutes les politiques énergétiques désastreuses qui en découlent.

    Ces politiques affectent déjà durement plusieurs pays européens: Allemagne, Royaume-Uni, France, Danemark, et dans une moindre mesure (du moins pour l’instant) notre pays, le Canada.
    Tout ça pour mener le combat contre les changements climatiques et maintenir l’augmentation des températures en deçà de 2 C et de préférence en deçà de 1,5 C.

    Changements climatiques, mais par rapport à quoi? On ne sait pas trop. Tout ce qu’on nous dit, c’est que le climat change et se dérègle pour le pire ! Quelles seraient alors les caractéristiques d’un climat non déréglé? Quelqu’un peut-il répondre à cette question ? J’en doute.

    1,5 C par rapport à quoi ? Là on nous dit: par rapport aux valeurs pré-industrielles. Fort bien, mais quelle est la définition de cette ère pré-industrielle? Ce n’est pas très clair, mais il semblerait qu’on parle de la période 1850-1900.
    Comment pourra-t-on déterminer que la température globale moyenne de la Terre (en autant que cette notion ait un sens) a augmenté de 1,5 C par rapport à la température moyenne de la période 1850-1900? En fait, il n’y a aucun moyen de le savoir.

    Cet objectif de 1,5 C dont on entend parler continuellement n’a donc aucun sens, et aucune valeur scientifique. Et voici pourquoi.

    1- D’abord, il est important de mentionner ceci: la notion même de température de la surface terrestre n’est pas définie ou est mal définie. Et ce n’est pas une appréciation personnelle: le GISS lui même l’a admis:

    https://data.giss.nasa.gov/gistemp/faq/abs_temp.html

    Il faut bien lire l’avant dernier paragraphe de cette page…
    Déjà la notion de température globale moyenne annuelle (TMAG) prend du plomb dans l’aile…

    2- Avant 1980, les températures terrestres étaient mesurées seulement à partir de stations terrestres (thermomètres conventionnels). Sauf erreur de ma part, les relevés systématiques ont commencé en 1880.

    Il est par conséquent impossible de comparer les températures récentes avec celles qui prévalaient durant la fin du 19e siècle ou le début du 20e siècle, et ce pour des raisons évidentes. Et pourtant, c’est ce que le GISS (et le GIEC également) fait. Les courbes qui en découlent n’ont aucune valeur scientifique. Ces courbes ne sont qu’un outil de propagande (dixit prof Mototaka Nakamura).

    Pour plus de détails significatifs, voir ici:

    https://notrickszone.com/2019/07/16/nasa-giss-surface-station-temperature-trends-based-on-sheer-guess-work-made-up-data-says-japanese-climate-expert/

    https://notrickszone.com/2019/06/21/mit-doctorate-climate-scientist-slams-gw-claims-based-on-untrustworthy-falsified-data-no-scientific-value/

    On pourrait penser que le prof Nakamura est un vilain garnement qui défie l’autorité du GIEC, mais on pourrait aussi penser que le GIEC dit des bêtises, ce qui me semble plus conforme à la réalité…

  55. Andre Piette dit :

    Bonjour Jacques

    Merci pour les liens que vous avez partagé, Vous avez sûrement les connaissances et les capacités intellectuelles pour les interpréter et arriver à des conclusions qui vous permettent de douter du RCA. Vous faites référence au professeur Nakamura et il n est surement pas un vilain garnement qui défie le GIEC.

    Je faisais référence dans mon post précédent au programme Apollo et comme Monsieur Du Berger le faisait remarquer, la NASA n’est pas un groupe monolithique, Même constat dans les annees 60. Deux groupes de scientifiques réputés et respectés, ne voyaient pas de la même manière la méthode à employer afin de poser des astronautes sur la lune.

    Imaginez un instant le choc des idées et des discussions. La plupart devaient avoir des égo à la dimension de leur talent. Pourtant il a fallu trancher. le reste de l’histoire vous la connaissez.

    C’est pourquoi je parle d’avantage du processus de décision.

    Je vous resoument respectueusement ce lien:

    https://climate.nasa.gov/scientific-consensus/

    prenez le temps de le consulter jusqu’au bout. Lisez bien et remarquez les INSTITUTIONS qui appuient la thèse du RCA. Notez les académies des sciences.

    Vous parlez de croyances au sujet des RCA vraiement ? ….Académie des sciences, American Physical Society, American Meteorological Society,
    ,
    Je vous resoumet donc la même lancinante interrogation qui porte sur le processus de décision

    Comment peut-on faire pour finalement donner un cap au navire et que, nous ramions tous dans la même direction ?

    • Paul S. dit :

      Monsieur Piette,

      Dans votre référence chez la NASA sur le consensus scientifique, il y a deux renvois à noter.

      Sous le titre de “US Government Agencies” : le “U.S. Global Change Research Program”, dont fait partie la NASA, est le pendant américain du GIEC (pas la NASA toute seule).

      Sans évoquer la mauvaise foi de quiconque, on peut noter que les rapports périodiques (“National Climate Assessments”) de cet organisme, émis à l’intention du président américain, sont étroitement arrimés, dans le temps et par l’emphase du contenu, aux interventions du GIEC onusien.
      Un hasard ? Facile à constater, par quiconque qui veut s’en donner la peine.

      Il faut aussi savoir que ces rapports sont assujettis à l’aval d’un “Science Steering Committee” (maintenant renommé “Subcommittee on Global Change Research”), comme c’était le cas pour la science officielle soviétique.
      ref.: https://www.globalchange.gov/about/organization-leadership

      Ensuite, la référence #1 de la page web de la NASA pointe vers John Cook, le véritable auteur de la thèse du consensus scientifique à 97%.
      Tous les activistes climato-engagés se réclament de ce consensus. Comme vous pouvez le constater, la NASA (ou plutôt ses intervenants intéressés par la question) le fait aussi.

      J’avais parlé plus haut sur cette page du “Consensus Project” de John Cook (“the Climate Communication Fellow for the Global Change Institute at The University of Queensland”) : https://duberger.me/2019/12/16/discussions-climato-festives/#comment-99405
      Note : la séparation entre la “communication” et la propagande peut être très mince ou inexistante.

      Monsieur André, je suis, moi aussi, un quidam conscient de ses limitations, mais la vie m’avait appris à être méfiant et à tout vérifier dans la mesure de mes moyens.

      Avec de nombreux termes de recherche, choisis au hasard et à de nombreuses reprises, j’ai obtenu du “Consensus Project” ( https://skepticalscience.com/tcp.php?t=search )
      des listes d’études scientifique, présumées par l’équipe de John Cook, d’affirmer le réchauffement climatique anthropique.
      Invariablement, ces études, que j’avais lues et comprises, ne faisaient pas clairement et indiscutablement de telles affirmations. Certaines et elles étaient nombreuses, étaient sans rapport ou contredisaient la thèse du RCA.

      Je vous invite de faire par vous même cet exercice révélateur.

      Respectueusement,
      Paul S.

  56. Jacques dit :

    Merci à M. Paul pour ces intéressantes précisions. Ce fameux consensus ne veut rien dire en fait. Ce qui importe, ce sont des faits expérimentaux, des observations, des mesures, etc, bref de la science.

    Or, force est de constater que la ‘science’ qui sous-tend cette théorie du RCA est passablement fragile. En fait, tout l’édifice repose sur une seule base bien instable: les activités humaines sont le principal responsable du réchauffement climatique à cause de l’effet de serre généré par les émissions de CO2 produites.

    Quelle est la preuve de cette affirmation ? Je cherche depuis longtemps et je n’ai pas trouvé grand chose, ce qui ne veut pas dire que cette preuve n’existe pas. Il y a quelque temps, j’ai pris la peine d’écouter le long et ennuyeux exposé de Valérie Masson Delmotte sur le rapport du GIEC (COP 21).

    https://www.espace-sciences.org/conferences/changements-climatiques-etat-des-lieux-et-enjeux-de-la-cop21

    Elle commence à parler de l’influence humaine vers 34 min. et à 36:39 elle nous présente le graphique qui est sensé prouver que le facteur humain (émissions de CO2) est le facteur le plus important du déséquilibre radiatif de la Terre, ce qui provoque le réchauffement de plus en plus important de la basse l’atmosphère. Je vous laisse juger par vous-même si l’exposé est convaincant. Reste à savoir comment ce graphique a été construit…

  57. Andre Piette dit :

    Bonsoir Paul

    Merci d’avoir partagé ces références du Skeptical Science qui semble pouvoir compter sur plusieurs contributeurs du domaine des sciences pour alimenter ses lecteurs dans leur réflexion sur le sujet des RCA.

    Je n’ai aucun doute sur le fait que des scientifiques émérites puissent mettre en doute les RCA. La démarche scientifique doit passer par une mise à l’épreuve des hypothèses qui peuvent expliquer les phénomènes reliés au réchauffement climatique.

    Pour ce qui est du réchauffement, je n’ai pratiquement plus de doute puisque nous en ressentons et observons déjà des effets perceptibles. Seulement des scientifiques possédant les moyens et de solides formations peuvent répondre à cette question.

    Pour ce qui est du GIEC, quoique que je ne partage pas cette perception véhiculée ici qu’ils sont completement biaisés, je tente de chercher vers des INSTITUTIONS scientifiques qui ne sont pas reliés ou financés par la GIEC.

    Puisque la NASA, est une organisation qui n’a plus de crédibilité scientifique, j’ai consulté cette liste des academies des sciences :http://www.opr.ca.gov/facts/list-of-scientific-organizations.html qui ne semble pas relié au GIEC du moins directement.

    Ci-dessous le lien de La Royal Society UK

    https://royalsociety.org/topics-policy/projects/climate-change-evidence-causes/#climate-change-questions

    Si l’ensemble des INSTITUTIONS scientifiques données en référence, basent leurs opinions sur ce sujet sur des croyances, alors il ne reste plus de discussions possibles puisque vous venez de m’apprendre qu’il faut se méfier des piliers de la connaissance et de le recherche scientifique.

    • On jase là ! dit :

      M. Piette, vous dites : Comment peut-on faire pour finalement donner un cap au navire et que, nous ramions tous dans la même direction.

      Vous faites référence au programme Apollo. Or, le but était d’amener des hommes sur la lune et de les ramener sur terre. L’objectif était le même pour tous les scientifiques qui y travaillaient, quelque soit leur différent. Mais ici, le but est différent. Les climato-sceptiques veulent empêcher que des actions soient prises pour diminuer les émissions de GES par l’activité humaine, alors que les scientifiques qui affirment le RCA veulent que nos dirigeants agissent rapidement. Donc, il est impossible de ramer dans la même direction puisque les objectifs sont contradictoires.

      Je lis présentement la Phénoménologie de l’Esprit de Hegel, une aventure fascinante. Voici une petite réflexion suite cette lecture :

      1. le mouvement de la conscience publique, « conscience naturelle », dit Hegel, vers la science, mouvement qui suppose un arrachement à la « certitude immédiate » qui est l’état « normal » de toute conscience, de toute « conscience tranquille ». Ex. ce n’est pas parce qu’il fait froid qu’il n’y a pas de réchauffement climatique.

      2. mouvement de la conscience savante pour rencontrer la conscience naturelle, et la prendre à son niveau à elle, car « l’individu a le droit d’exiger que la science lui concède du moins l’échelle qui le conduise à ce sommet. Aux yeux de la science la certitude tranquille de la conscience, certitude de l’opinion, apparaît comme « la perte de l’esprit ».

      C’est ce deuxième mouvement que les climato-sceptique refusent de faire. Ex. Lorsque j’affirme que la science nous dit que le RCA existe et est bien réel, les climato-sceptique, au lieu de nous donner une échelle pour les rejoindre, nous demande de produire une réponse scientifique (donnez-nous la définition des GES, ou expliquez en détail le mécanisme de la migration de la chaleur vers les grandes profondeurs océaniques, etc.

      Et on termine en général en me disant que je suis nul en science. Les climato-sceptiques nous regardent de haut alors que nous, pauvres citoyens ordinaire nous somme au ras des pissenlits et ne comprenons rien à rien.

      • Paul S. dit :

        Mr. OJL,

        Dans votre quête philosophique, avant Hegel, revisitez Rabelais : “Science sans conscience n’est que ruine de l’âme”.
        Pantagruel : terre à terre et porteur de l’humilité de notre état.

        Voyez-vous, la science peut aussi servir d’écran et les manipulateurs le savent.

        Ma demande d’explication de cette proposition de séquestration de la chaleur dans les grandes profondeurs océaniques, avait pour but de mettre en évidence cet écran, car la dite explication, scientifiquement satisfaisante et inattaquable, n’a pas été proposée à ma connaissance.

        Bonne Année et continuation de votre quête,
        Paul S.

        NOTE :
        Une pondération de vos propos, vous mettrait à l’abri de mises en boîte que vous déplorez.
        Pourquoi, toujours suivre la ligne de pensée radio-canadienne, elle même calquée sur celle d’élites bien-pensantes mondiales, oh tellement supérieures intellectuellement à ces “déplorables” qui pensent autrement ?
        Voici une représentante de ces élites qui veulent notre bien – Mrs. Hillary Clinton et son « basket of deplorables » : https://www.youtube.com/watch?v=OZHp4JLWjNw

  58. Jacques dit :

    M. OJL semble quelque peu obsédé par le réchauffement. Moi, c’est plutôt le froid qui m’inquiète. Ce n’est pas la chaleur qui tue, mais bien le froid. Il ne faut pas oublier que nous vivons dans une période interglaciaire, depuis la fin de la dernière glaciation il y a environ 11 700 ans (Holocène). Oubliez l’Anthropocène, c’est une grosse farce.

    La prochaine étape, c’est une autre glaciation qui devrait durer des dizaines de milliers d’années. On ne sait pas quand elle arrivera, mais elle arrivera.

    Une question intéressante ici: durant les périodes interglaciaires qui ont précédé la dernière glaciation, y a t-il des observations indiquant une hausse majeure des températures qui aurait eu pour effet de rendre la vie impossible? Pas à ma connaissance. Est-ce que les grandes extinctions de masse passées ont été causées par des températures trop élevées durant les périodes interglaciaires? Pas à ma connaissance, mais je peux faire erreur…

    En science, il n’y a jamais de certitude. Toute théorie scientifique est susceptible d’être démentie par une nouvelle observation ou une nouvelle expérience.

    Par exemple, la théorie du Big Bang pourrait bien être démentie par des observations prises par de nouveaux satellites plus puissants et équipés avec de nouveaux instrument beaucoup plus performants.

    Par exemple, si les mesures de températures satellitaires et/ou terrestres montraient clairement une stagnation ou même une baisse significative dans les prochaines décennies, cela anéantirait définitivement les théories du GIEC et le GIEC lui-même, ainsi que les innombrables organismes qui gravitent autour. Ce serait une véritable hécatombe!

    Le fait que la théorie du Big Bang soit vraie ou fausse n’a aucune incidence sur notre existence, absolument aucune.

    Mais pour la théorie du RCA, il en va autrement. Il est affirmé qu’il est possible de contrôler le réchauffement (si réchauffement il y a) en diminuant, et à terme en éliminant, nos émissions de CO2 . Ceci entraîne des conséquences incalculables dont on commence à peine à mesurer l’ampleur.

    La conséquence qui aura un impact majeur est qu’il faudra remplacer les énergies fossiles par d’autres sources d’énergie. Ces énergies dites ‘sales’ fournissent environ 80% de l’énergie consommée sur la planète par les 7,5 milliards d’humains qui la peuplent.

    L’énergie la moins dommageable pour l’environnement est l’énergie nucléaire, mais elle n’a pas très bonne presse. Quelles sont les options qui restent? Les énergies renouvelables (éolien, solaire) ? Alors, le moins qu’on puisse dire, c’est que l’avenir énergétique de la planète est bien sombre…Il faudra apprendre à moduler nos activités sur les caprices de vent et du soleil !

    Le plus sage serait donc que tous les états concernés mettent au plus tôt un terme à leurs désastreux et coûteux programmes de transition énergétique, tout poursuivant les recherches sur l’énergie. Et ce qui serait encore plus sage, ce serait de remettre en question cette croyance irrationnelle à l’effet qu’il est possible de contrôler le climat.

    • Reynald Du Berger dit :

      Je favorise l’hypothèse du froid provoqué par l’activité volcanique intensive pour les grandes extinctions. Toba il y a 74 000 ans a jeté en l’ai 1 800 km3 de cendres et poussières, 1000 millions de tonnes de H2SO4 sous forme d’aérosols , c’est resté en l’air pendant plus de 6 ans et ça a fait baisser la T dans tout l’hémisphère nord de plus de 10C pendant quelque 1 000 ans… cela a failli éteindre complètement l’espèce humaine. On pense aussi que la Révolution française aurait pu être causée par une éruption en Islande qui aurait fait baisse T donc affecté sévèrement les récoltes de céréales.

      • Normand dit :

        Bonjour M. Du Berger,

        Vous soulignez, avec justesse, la capacité d’un seul super volcan de perturber l’atmosphère de façon plus marqué que la civilisation humaine.

        Dans un passé plus récent, on entend aussi de plus en plus parler d’un cratère d’impact météorite découvert sous les glaces du Groendland qui serait lié aux importants changements climatiques survenus il y a environ 12800 ans.

        https://www.discovermagazine.com/environment/massive-impact-crater-beneath-greenland-could-explain-ice-age-climate-swing

        De nos jours, on est submergés d’informations qui tentent de nous convaincre que les humains ont déstabilisé un environnement STABLE alors que, dans les faits, notre environnement est naturellement CHAOTIQUE !

  59. On jase là ! dit :

    M. Paul me dit : Pourquoi, toujours suivre la ligne de pensée radio-canadienne. Désolé, mais contrairement aux climato-sceptiques, je suis capable de penser par moi-même. Je crois bien que M. Piette a compris que discuter avec les climato-sceptique est une mission impossible.

    M. Paul dit : Une pondération de vos propos, vous mettrait à l’abri de mises en boîte que vous déplorez. Alors là elle est bien bonne ! L’insulte fait partie de la culture climato-sceptique (lisez les anciennes chroniques de Jacques Brassard où la plus grande partie du texte est constituée d’insultes) et d’ailleurs je suis toujours poli (contrairement à M. Duberger). La rectitude politique n’est pas mon genre. La langue de bois je laisse cela aux politiciens. D’ailleurs je fais très attention car un petit mot de travers et tout mon commentaire est jeté à la poubelle sans autre forme de procès.

    M. Paul, vous auriez dû au moins réfléchir sur les idées de Hegel et, ce que vous ne faites jamais, penser par vous-même.

    M. Jacques dit que je suis quelque peu obsédé par le réchauffement. Je crois bien que les champions de l’obsession d’un vaste complot socialiste pour détruire le monde, en faisant croire que l’activité humaine a une influence sur le climat, sont bien les climato-sceptiques eux-mêmes. Une obsession qu’ils propagent à travers le monde et qui va nous mener tout droit à la catastrophe.

    M. Jacques semble dire que les énergies produites par l’exploitation des sables bitumeux sont des énergies dites ‘sales’. Avez-vous visité les sites d’exploitation, si ce n’est pas sale alors une porcherie est pur comme de l’eau de source. Elle n’est pas dites « sales », elle est sale subjectivement et objectivement. Mais on connaît la tendance des climato-sceptique à nier la réalité.

    • mario dit :

      M Onjaselà et M.Piette,
      vous devriez prendre en compte les propos de messieurs Reynald, Paul et Jacques.
      En toute objectivité et selon ma formation comme scientifique et pédagogue, je crois fermement que ces derniers voient juste. Ils savent de quoi ils parlent grâce à leur expérience.
      Ils vous mentionnent de ne pas vous faire embarquer dans la galère radio-canadienne et Gretaïenne…Soyez plus solides svp !
      De tous temps, la Science a été utilisée pour contrôler les gens.
      Libre à vous de vous faire remplir comme des valises. En ce qui me concerne, tout est ficelé et planifié en avance…La guerre aux hydrocarbures et au CO2. L avenir nous dira que les énormes piles au lithium des voitures sont très difficiles à recycler et les usines qui le feront pollueront grandement.
      Vivement les moteurs à hydrogène pour alimenter nos autobus et voitures.
      mario

      • On jase là ! dit :

        « je crois fermement que [Reynald, Paul et Jacques] voient juste. Ils savent de quoi ils parlent grâce à leur expérience. » Donc, tous les scientifiques qui soutiennent le RCA ne savent pas de quoi ils parlent parce qu’ils n’ont aucune expérience !!!!

        Je n’ai absolument rien à voir avec Radio-Canada et d’ailleurs je ne vois pas du tout qu’est-ce que cela vient faire dans la discussion. Comme je l’ai déjà dit, je suis capable de penser par moi-même. La jeune Greta a parfaitement le droit de s’exprimer aussi bien que ceux qui nient la réalité, comme Duberger et autres idéologues du genre. Je n’ai pas besoin que Greta s’exprime pour que je me décide tout à coup à réfléchir par moi-même.

        « De tous temps, la Science a été utilisée pour contrôler les gens. » Donc, les climato-sceptiques qui se disent meilleurs que ceux qui confirment le RCA en tant que scientifiques, utilisent leurs « connaissances » pour contrôler le bon peuple, qui est ignorant en soi et nul en science, selon les dires des démagogues climato-sceptiques ? Bizarre quand même ce deux poids deux mesures. Mais faut-il s’attendre à autre chose de la part de ceux qui vivent dans le déni complet de la réalité et cela au nom de la croissance et du profit des multinationales, qui s’enrichissent au dépens de la vie sur terre.

        « En ce qui me concerne, tout est ficelé et planifié en avance… » Donc vous adhérez à l’hypothèses du complot mondial pour détruire le merveilleux monde du capitalisme sauvage. Franchement, « libre à vous de vous faire remplir comme des valises. »

        Ce n’est pas de plus d’autos qu’il faut, et cela même si elles sont électriques. Ce qu’il faut faire au plus sacrant c’est d’en diminuer le nombre et de développer les transports en commun. Mais là, les alliés de l’industrie de l’auto, que sont objectivement les idéologues climato-sceptiques, vont s’offusquer et crier que l’on veut détruire l’industrie, car la survie de l’industrie est plus importante que la vie sur terre, bien sûr !

      • Reynald Du Berger dit :

        On jase là:

        Si je demande à tous ceux qui marchaient derrière Greta à Montréal « pour sauver le climat » comme ils disaient (sic) – sans savoir définir ce qu’est le climat, et qui tous les soirs écoutent les avis climato-alarmistes de Radio-Canada, pourquoi ils se basent sur Greta et Rad. Can. pour se former une idée, ils vont me répondre ce que vous venez de répondre : » Je n’ai absolument rien à voir avec Radio-Canada et d’ailleurs je ne vois pas du tout qu’est-ce que cela vient faire dans la discussion. Comme je l’ai déjà dit, je suis capable de penser par moi-même. La jeune Greta a parfaitement le droit de s’exprimer aussi bien que ceux qui nient la réalité, comme Duberger et autres idéologues du genre. Je n’ai pas besoin que Greta s’exprime pour que je me décide tout à coup à réfléchir par moi-même. » Vous êtes le « marcheur pour sauver le climat » typique.

      • Paul dit :

        Parmi beaucoup de choses que le marcheur grétin typique OJL ne comprend pas : à l’instar d’un disque dur, dès l’enfance, son cerveau fut formaté par les institutrices pleurnicheuses pour la planète. Ensuite, les pseudo-intellos de Radio Canada l’ont rempli d’informations unidirectionnelles (toute vitesse à bâbord) et biaisées.

        Enfin, aujourd’hui, après six ans d’efforts soutenus, il continue à se faire bourrer le coco par des profs gauchistes, fumeux de pipe.
        Dans dix ans, ce vaillant cégépiste pourrait espérer enfin de décrocher son DEC en sciences molles.

      • rtremblay dit :

        M. Mario,

        l’hydrogène est un vecteur de l’énergie pas une source. C’est exactement comme l’électricité.

        Ça fait plus de vingt que nous entendons parler que les automobiles à hydrogène s’en viennent. Mais malheureusement pour l’instant leur prix est élevé (trop) et le réseau de distribution n’est que très peu présent.

        L’électricité pour les voitures semble présentement en avance avec plusieurs possibilités d’améliorations des batteries (plus d’autonomie et recharge de plus en plus rapide). Le réseau électrique du Québec peut facilement supporter 1 Millions de véhicules électriques.

      • Reynald Du Berger dit :

        rtremblay… l’hydrogène, comme les hydrocarbures, l’uranium et le soleil sont toutes des sources d’énergie. La croûte terrestre aussi. On a des réserves d’hydrocarbures pour de 1 à 3 siècles selon qu on parle de pétrole, ou de charbon. Pour le gaz, c’est pas certain mais probablement pour 1/2 millénaire. Alors pas de panique , ya pas lieu de massacrer des km d’asphalte pour installer au Québec les millions de bornes inutiles pour recharger des voitures électriques couteuses et aux batteries polluantes.

  60. On jase là ! dit :

    Je n’ai jamais marché pour le climat, M. Duberger, je déteste les foules. Vous avez bien beau ne pas me croire mais, au scandale, je peux penser sans l’aide de Céline Galipeau et de la jeune Greta. D’ailleurs je n’écoute plus la nouvelles car il y a trop de pub.

    Mais vous, les négateurs de connaissance, je suppose que vous êtes en adoration devant les radiopoubellistes. C’est certain que eux sont des spécialistes de l’insulte, de la désinformation, de la propagande anti-science. Parfaitement dans le genre pour nier la réalité, car c’est beaucoup plus payant, le mensonge a la cote. Ex. plus Trump (une autre idole des climato-sceptique) ment, et plus il est populaire. Et comme les négateurs anti-science, plus ils désinforment, plus ils mentent, plus ils propagent de fausses nouvelles et plus ils sont populaires.

    Mais quand donc les climato-sceptiques vont-ils finir par entendre raison ? Jamais ! Essayez de faire entendre raison à Trump. C’est la même chose : mission impossible.

  61. Andre Piette dit :

    Bonjour Messieurs

    Difficile de comprendre ce que viennent faire Clinton,Greta et cie dans cet échange quI, j’osais l’imaginer, pouvait porter plutôt sur la démarche de reconnaissance scientifique ayant mené à la thèse du RCA.

    Dans vos interventions, vous personnalisez le débat, alors que je vous mentionnais des INSTITUTIONS scientifiques comme : The Royal Society (UK) parmis tant d’autres qui existait bien avant le GIEC.

    Le processus ayant mené à la reconnaissance du RCA par tant d’INSTITUTIONS scientifiques de par le monde pose le problème suivant : Pouvons-nous faire confiance à ces institutions pour reconnaître le caractère scientifique de la thèse du RCA. Aussi quelles sont les conséquences du duscrédit qu’entrainent une conclusion négative à cet effet.

  62. Jacques dit :

    Je crois que personne ne peut nier qu’il y a de la corruption dans l’univers politique, c’est un fait avéré.
    Ce qui ne veut pas dire que tous les politiciens sont corrompus.

    L’univers de la recherche climatique est contrôlé depuis trois décennies par l’ONU par l’intermédiaire du GIEC qui apporte une caution scientifique à l’agenda de l’ONU. C’est un fait avéré.

    Par conséquent, il n’est pas déraisonnable d’affirmer qu’il y a aussi de la corruption dans le milieu de la recherche sur le climat. Ce qui ne signifie pas que tous les chercheurs dans le domaine climatique sont des fraudeurs. Il est aussi utopique de croire qu’il n’y a pas de corruption en science que ce l’est de croire qu’il n’y en a pas en politique, surtout lorsque des enjeux économiques et financiers considérables sont en jeu.

  63. rtremblay dit :

    l’hydrogène (H2) comme source naturelle est encore très rare. La plupart du temps l’hydrogène provient de combustible fossile (gaz naturel ou hydrocarbure) ou de l’électrolyse de l’eau. L’hydrogène n’a pas fait ces preuves comme combustible propre.

    • Reynald Du Berger dit :

      Il y a trois principaux procédés de production commerciale d’hydrogène.
      1- à partir du gaz naturel (ou gaz de shale, dont les réserves sont probablement colossales) et en bonus, ça produit un peu d’engrais CO2
      2- à partir du charbon de bois
      3- par électrolyse.
      Et on en découvrira peut-être d’autres. Les verts sous-estiment l’ingéniosité humaine.
      C’est à la longue qu’on verra le procédé le plus rentable.

      • rtremblay dit :

        il n’y a pas de bonus de mettre plus de CO2 dans l’atmosphère !!
        Vous basez cette affirmation sur un seul article et exagérez les conclusions de celui-ci. De plus la recherche de la Nasa ne conclue pas la même chose que ce que vous affirmez. Dans cette recherche le verdissement est associé aux travaux de plantation de forêt importants en Chine et en Inde. Pas à l’augmentation du CO2. Je me questionne aussi sur le verdissement arctique (Moins de neige au nord étant donné le réchauffement) ce qui donne des image satellite moins blanche … donc plus verte ….

        Vous vous dites peut-être que plus vous allez répéter la même chose plus les gens vont vous croire ? Mais moi je n’adhère pas à la parole d’un perroquet !

        Par ailleurs peut-être que si on produisait l’hydrogène à partir de l’électrolyse de l’eau provenant de l’énergie des éoliennes on pourrait stocker l’énergie ? La solution 3 me semble la plus intéressante alors que la 1 et la 2 sont des approches plus polluantes.

  64. Andre Piette dit :

    Bonjour Jacques

    En lisant avec toute l’ouverture d’esprit possible vos interventions, on peut convenir que certaines organisations tel le GIEC, par le mandat qu’elles avaient initialement reçu, pouvaient finalement être biaisées dès le départ et que la conduite de leurs travaux ainsi que leurs conclusion pouvaient en être entâchées.

    Cependant, je n’adhère aucunement au concept de corruption dans le contexte d’entités comme le GIEC et la NASA dont vous doutez du travail pour expliquer leur prétendue erreur concernant la thèse du RCA.

    Ce qui m’intéresse dans le cadre de notre discussions, ce sont les académies des sciences :

    http://www.opr.ca.gov/facts/list-of-scientific-organizations.html, qui confirment la thèse du RCA.

    Je vous parle ici ni du GIEC, de l’ONU, de la NASA, de Greta, de Clinton, de Radio-Canada.

    Encore une fois, pouvons-nous faire confiance à ces institutions :

    http://www.opr.ca.gov/facts/list-of-scientific-organizations.html

    pour reconnaître le caractère scientifique de la thèse du RCA.

    Aussi quelles sont les conséquences du discrédit qu’entrainent une conclusion négative à cet effet ?. Ils est question ici d’Académies des sciences à travers le monde.

    • Reynald Du Berger dit :

      Je n’ai aucune confiance en aucune institution scientifique ou autre qui publie un manifeste AFFIRMANT que le RCA est sûr à 95 %, absolument AUCUNE confiance. Des scientifiques ont démissionné de l’institution à laquelle ils appartenaient suite à la publiation de tels manifestes, c’est le cas de physiciens, géologues et géophysiciens. Je répète et continue de la marteler : Le RCA n’est PAS prouvé.

  65. Jacques dit :

    Bonjour M. Piette

    Vous avec écrit:
    ‘Cependant, je n’adhère aucunement au concept de corruption dans le contexte d’entités comme le GIEC et la NASA dont vous doutez du travail pour expliquer leur prétendue erreur concernant la thèse du RCA.’

    Pourtant, cette corruption dont je parle n’est pas une fiction, je n’ai rien inventé.

    Ici, vous trouverez un article du magazine allemand Der Spiegel (Spiegel international) très instructif sur le sujet (une traduction anglaise):

    https://www.spiegel.de/international/world/climate-catastrophe-a-superstorm-for-global-warming-research-a-686697.html

    Vous avez aussi écrit:
    ‘Encore une fois, pouvons-nous faire confiance à ces institutions :
    http://www.opr.ca.gov/facts/list-of-scientific-organizations.html
    pour reconnaître le caractère scientifique de la thèse du RCA.’

    Je répondrais qu’on peut faire confiance à ces institutions et associations autant qu’on peut faire confiance au GIEC, du moins en ce qui concerne la théorie du RCA. Ces institutions ne sont pas tout à fait indépendantes du GIEC.

    SI une de ces organisations soutenait une position qui irait à l’encontre du ‘consensus’ dominant (celui du GIEC), elle mettrait en péril son existence même.

    La même chose s’applique aussi aux scientifiques dans les universités. En fait, mis à part quelques exceptions comme le prof Richard Lindzen du MIT, aucun chercheur universitaire ne prendrait le risque de contester la théorie du RCA, ou encore de contester des études sur les effets du RCA (événements météo extrêmes, acidification des océans, etc) .

    Quelqu’un pourrait-il identifier un chercheur ou un professeur dans une université canadienne qui serait ouvertement ‘climatosceptique’ ?

    Pour revenir à ces organisations citées dans le lien ci-haut, je retiens deux exemples (parmi bien d’autres):

    1- AGU (American Geophysical Union)

    Cette organisation s’est discréditée en adhérant à la déclaration d’urgence climatique et en faisant une large place aux pontes de l’alarmisme climatique et même à certains politiciens fanatiques comme Jerry Brown, sans parler du candidat républicain Michael Bloomberg qui rêve d’instaurer (s’il est élu, ce qui est peu probable) le Green New Deal. On parle d’activisme climatique et de science politisée ici, ce qui n’a rien à voir avec la véritable science.

    https://wattsupwiththat.com/2013/12/14/a-few-post-event-thoughts-about-the-agu-fall-meeting-the-good-the-bad-and-the-ugly/

    Et le fait que Al Gore ait déjà été invité par l’AGU à faire un discours en dit assez long sur la crédibilité de cette association…

    2- AMS (American Meteorological Society)

    Encore là. cette association marche bien droit dans les traces du GIEC:

    ‘ Findings reached independently by multiple assessments are particularly strong. Three broad conclusions follow from multiple highly credible assessments: 1) people are causing climate to change, particularly through emissions of greenhouse gases, 2) human-caused climate change poses very serious risks to humanity, and 3) there are many risk management options available that can meaningfully address climate change.’

    https://www.ametsoc.org/index.cfm/ams/policy/policy-memos/how-trustworthy-are-scientific-assessments-of-climate-change/

  66. Andre Piette dit :

    Bonjour Monsieur Du Berger

    S’il ne s’agissait que de celle-ci

    Russian Academy of Sciences,

    ou bien de celle-là

    Academy of Sciences of the Islamic Republic of Iran

    pris isolément qui appuyait cette thèse du RCA, je comprendrais sans réserve votre posture mentale

    en terme de confiance puisque la liberté d’expression pour ces deux pays peut poser probléme.

    Cependant, en parcourant cette liste, on y trouve également parmis tant d’autres,

    Australian Academy of Science
    Australian Bureau of Meteorology
    Australian Coral Reef Society
    Australian Institute of Marine Science
    Australian Institute of Physics
    Australian Marine Sciences Association
    Australian Medical Association
    Australian Meteorological and Oceanographic Society

    tirées du lien partagé plus-haut

    L’australie si je ne m’abuse est reconnu pour protéger farouchement son secteur du charbon et manifestement les INSTITUTIONS scientifiques du pays appuient malgré tout cette thèse du RCA.

    De tout horizon, des INSTITUTIONS scientifiques nationaux semblent appuyer la thèse du RCA.

    À quel moment quelqu’un de sensé, peut-il accepter que toutes ces institutions errent à l’unisson, nonobstant le fait que, comme vous, certains scientifiques n’y adhèrent pas.

    Vous arrive t-il de douter de votre point vue. Tous les grands scientifiques ont un jour errer. Tant d’institutions en bloc, je ne connais pas de précédent !

    • Reynald Du Berger dit :

      André Piette vous dites « quelqu’un de sensé, peut-il accepter que toutes ces institutions errent à l’unisson,…  »

      offrez-moi les milliard$$$$$$ de subventions et de jobs associés à la croyance au dogme, j’errerai pour vous dans la direction que vous voudrez !

      Ce n’est plus de la science, c’est question d’idéologie (à bas le capitalisme, vive le nouvel ordre mondial, à bas l’homme prédateur… etc) et de gros sou$$$$$$.

    • Paul S. dit :

      Bon matin monsieur Piette,

      Pourquoi pensez-vous que l’Académie Russe de Sciences serait moins crédible que les académies dans les autres pays de l’Occident ?

      The Royal Society, laquelle possède visiblement votre aval, est son pendant britannique : “the United Kingdom’s national academy of sciences”.

      Récemment, j’avais proposé sur le blog du prof une brève récapitulation de la propulsion au premier plan de la préoccupation climatique par Mme Margaret Thatcher, y compris son utilisation d’institutions scientifiques britanniques :
      https://duberger.me/2019/09/25/how-dare-you/#comment-87657

      Une citation mentionne spécifiquement “the UK’s National Academy of Science” et la manipulation par la politicienne : elle voulait casser les syndicats charbonniers et justifier l’investissement massif dans l’exploitation d’hydrocarbures de la Mer du Nord, plus “propres” que le charbon.

      Je vous encourage à lire et à vérifier.

      J’ajoute ici le lien au discours de Mme Thatcher devant la Société Royale, le 27 IX 1988 : https://www.margaretthatcher.org/document/107346

      La préoccupation climatique existait avant, mais en 1988 elle fut officialisée par une politicienne du premier plan.
      La même année survint le fameux discours de James Hansen de la NASA devant le Congrès américain et d’autres interventions politiques aux USA concernant l’environnement.

      À la fin de l’année 1988, le GIEC (IPCC) onusien fut mis en place.
      Un tandem de politiciens conservateurs, M. Thatcher & R. Reagan, a fait sortir de la bouteille le génie vert et gauchiste.

      Que vous l’aimiez ou pas, il existe un lien étroit entre la politique et la “science” de la lutte aux changements climatiques. Dans cet ordre.

      La Société Royale est un grand amalgame et elle peut prendre des raccourcis ou errer.
      De mémoire, n’ont-ils pas jadis statué que l’humain ne pourrait pas supporter des vitesses de train dépassant 30 mph, ou quelque chose de sorte ?

      Écolucidement,
      Paul S.

      • Reynald Du Berger dit :

        Les institutions scientifiques ne font que regrouper des scientifiques d’un même domaine. Elles ne peuvent pas prétendre parler au nom de l’ensemble de leurs membres, pas plus que prétendre avoir le dernier mot sur un sujet scientifique. Toutes les institutions que M. Piette a citées ont des membres dissidents sur l’opinion qu’on prétend majoritaire sur le RCA. La science ne marche pas par consensus. Si, avant de condamner Galilée à résidence on avait demandé le vote à l’Académie des lynx (ancêtre de l’Académie pontificale des sciences) , presque tous aurait levé la main à « quels sont ceux qui sont d’avis que la Terre est immobile ? » .

  67. Andre Piette dit :

    Bonsoir M Du Berger

    On ne parle pas ici de politique !…

    Même si les budgets de recherche peuvent faire l’objet de convoitise, c’est de pousser le bouchon un peu loin que de suggérer que toutes ces institutions scientifiques sont gangrénés au point de souscrire à des thèses qui ne rencontrent pas des critères de validation formels pour ces prises de position et ce simplement par effet de mode.

    J’ose espérer que votre affirmation est fausse que pour des $$$, vous seriez prêts à errer dans toutes les directions.

    J’aime penser que des gens intelligents savent très bien gagner leur vie avec intégrité !

    • Reynald Du Berger dit :

      Andre Piette, relisez ce que j’ai écrit. Il n’y a AUCUNE preuve du RCA. Que pensez-vous d’une institution qui affirme l’existence d’une chose qui n’a pas été prouvée ? Seriez-vous fier d’en faire partie ? Ne voyez-vous pas le cercle vicieux très payant formé de scientifiques, médias et politiques presque impossible à briser ? Tous – sauf les climato-réalistes – y trouvent leur compte en $$$$$$$ et propagande idéologique! Les comités de lecture des revues publiées par ces institutions n’ont AUCUNE crédibilité….  » I dont want him on the board of referees… he’s a skeptic !  » on a vu ça combien de fois sur le climategate ?

      • On jase là ! dit :

        M. Duberger dit :  » Que pensez-vous d’une institution qui affirme l’existence d’une chose qui n’a pas été prouvée ? » Encore son gros sophisme. La preuve que ce monsieur n’écoute personne et répète toujours les mêmes « axiomes ». La science se borne à rechercher les relations entre les phénomènes et non la recherche de la « chose en soi », ou de la Chose elle-même.

    • Paul S. dit :

      La science désincarnée, objective et absolue qui surgit de nulle part, ça n’existe que dans la tête de la Dre Greta (et d’autres, qui ne se donnent pas la peine de réfléchir et de vérifier par eux-mêmes).

      La science climatique, souvent de grande valeur, est produite par les hommes.

      Il faut lire leurs études, pas seulement les résumés diffusés par les institutions.
      Parfois, même souvent, on a des surprises, tant au niveau d’interprétation, que d’emphase : les études ne disent pas nécessairement ce que l’on leur fait dire, ou ne le font pas en termes de forte certitude.

  68. Andre Piette dit :

    Bonsoir M Du Berger

    Que pensez-vous d’une institution qui affirme….l’existence d’une chose non prouvée me demandez-vous ?

    Les comités de lecture n’ont aucune crédibilité…

    Historiquement, bien avant l’existence du GIEC, ces INSTITUTIONS, qui n’ont selon vous aucune crédibilité, étaient déjà au coeur de la mise à jour des connaissances scientifiques et de l’avancement des sciences.

    Certaines peuvent faillir ?…sûrement !…, Tous à la fois ? c’est invraisemblable pour ne pas dire autre chose.

    Encore une fois en australie, le lobby du charbon est puissant et peut aisément financer $$$$ des recherches. Les institutions autraliennes doivent carburer au $$$$ tout autant et pourtant elles ont tous appuyé la thèse du RCA.

    Vraiement Monsieur Du Berger, ils sont TOUS gangrenés à la moelle ?

    Ils appuient TOUS la thèse du RCA sans preuves ?

    Votre affirmation est à mon sens dangereuse puisque elle discrédite l’ensemble du processus qui permet l’édification d’assises conceptuelles communes scientifiques.

    • Reynald Du Berger dit :

      Andre Piette, je ne dis pas qu’elles manquent totalement de crédibilité, mais sur ce point précis du RCA, toutes les institutions qui affirment le R RCA sûr à 95% comme AGU l’a affirmé dans son manifeste n’ont AUCUNE crédibilité, sur ce point. Suis-je plus clair ? J’ai été membre de l’AGU de 1970 à 2005. Plusieurs scientifiques l’ont quittée suite à ce manifeste. Il faudra encore une vingtaine d’années de donnés avant de prouver hors de tout doute la non relation entre TMAG et l’activité humaine. En science, le doute est la première qualité.

  69. Andre Piette dit :

    Bonsoir Monsieur Du berger

    Le doute en science est fondamental et vos interventions portant sur l’insuffisance de données pour, selon vous, prouver la thèse du RCA sont légitimes.

    Cependant, lorsque vous utilisez le dénigrement des institutions scientifiques comme argumentaires pour les discréditer, le procédé devient indigne d’une personne se réclamant d’une profession scientifique.

    Permettez-moi de partager une anecdote qui illustre ce processus de discidences en sciences mettant en vedette le père de la théorie de la relativité restreinte et générale. Encore aujourd’hui des phénomènes prédits par ses théories sont confirmés (Ondes gravitationnelles). Cependant, il a manqué le train de la physique quantique, ne pouvant accepter le caractère aléatoire et étrange de certaines fonctions. (Equations de Schroedinger et indétermination d’Eisenberg.

    Une remarque célèbre de sa part: Dieu ne joue pas aux dés….à Niels Bohr qui lui répond…Qui es-tu Albert pour dire à dieu ce qu’il doit faire.

    Albert n’a jamais dénigré ceux qui ne partageaient pas sa vision !.

    Paradoxalement, il a reçu son prix nobel de Physique pour ses travaux sur les effets photo-électriques. Travaux qui ont été importants pour le développement de la physique quantique. Il en a jetté les bases mais il est débarqué du train de la science qui a avancé sans lui.

    Je souhaite de tout coeur que le temps vous donne raison. C’est l’hypothèse la plus confortable de penser que le genre humain n’a aucun impact sur le climat.

    Voyez-vous, si l’autre thèse devait s’averrer, il sera écrit dans les livres d’histoire que notre génération savait et n’a rien fait.

    Enfin, pour conclure sur le doute, le train de la science avance malgré le doute. À vous de décider si vous restez sur le quai !….

    • Paul S. dit :

      Alors, Einstein serait “.. débarqué du train de la science qui a avancé sans lui.”

      Je croyais qu’il ne parvenait pas à expliquer le lien / pont entre l’aléatoire au niveau élémentaire et le macroscopique déterministe.
      D’autres, depuis, n’ont pas réussi non plus.

      Qui peut savoir combien a-t-il cherché, ce lien avec son esprit curieux, sans le trouver ?

      Son train hyper rapide imaginé, avait auparavant littéralement servi à découvrir / illustrer le concept de la relativité restreinte, mais le nouveau problème devait envisager des trains multiples, partout et nulle part en même temps.
      C’est le dispatcher qui tient le commutateur que nous ne parvenons pas à cerner. Que l’on soit un quidam ou le grand génie.

      Si le train de la science veut avancer à tout prix avec Greta aux commandes, le climato-réaliste devrait, tout au moins, avoir le droit d’encourager les passagers à rester au quai, car le train grétiste fonce sur des rails mal attachés, dans un tunnel dont la sortie est murée.

  70. Jacques dit :

    On parle de dénigrement d’institutions scientifiques. Ce que je dis du GIEC et de d’autres institutions scientifiques ne relève pas du dénigrement. Il s’agit plutôt de dénoncer la propagande de nature politique qui se cache derrière le paravent de la science.

    Voici comment je vois les choses. J’ai peut-être tort, mais encore faudrait-il des arguments et des faits pour le démontrer. Et ‘ l’argument de la majorité ‘ (argumentum ad populum) n’est pas un argument recevable.

    1- Le GIEC (donc l’ONU) a choisi arbitrairement ce que devrait être la température moyenne ou globale idéale de la planète, à savoir une température qui prévalait à l’ère pré-industrielle (*). Il est crucial de ne pas dépasser cette température idéale de plus de 2 C, faute de quoi des cataclysmes de plus en plus dévastateurs détruiront la vie telle qu’on la connaît.

    2- Cet objectif ne peut être atteint que par une réduction drastique des émissions (CO2) et à terme (en 2050 au plus tard), par l’élimination quasi totale des énergies fossiles.

    3- Pour justifier cette position pour le moins singulière et extrême, le GIEC fait appel à une équipe de ‘mercenaires’ dont la mission consiste à trouver des ‘preuves scientifiques’ qui vont dans le sens de la responsabilité humaine (RCA).

    4 -La clé de voûte de ces preuves repose sur les gaz à effet de serre, en particulier le CO2 produit par la combustion du pétrole, du gaz naturel et du charbon. En éliminant ces trois sources d’énergie, la température de la Terre reviendrait à un niveau idéal et le climat cesserait de se dérégler. Dois-je souligner que la théorie des gaz à effet de serre n’a pas de bases scientifiques solides.

    Alors on me permettra d’être ce qu’on appelle ‘climatosceptique’…

    (*) Il semble que cette période pré-industrielle soit la période 1850-1900. Sa température moyenne est inconnue, pour la simple raison que seule une infime partie de la planète (5% environ) était alors pourvu de stations de mesure, soit essentiellement les Etats-Unis et un partie de l’Europe de l’ouest. Alors, comment peut-on savoir que la température moyenne de la planète a augmenté d’environ 1 C par rapport à l’ère pré-industrielle comme le GIEC le prétend? C’est un mystère…

  71. Andre Piette dit :

    Bonjour Monsieur Paul

    Concernant la physique quantique, sa conception déterministe des lois de la physique ne lui permettait pas de suivre les pas de Scroedienger et Heisenberg. De ce fait, son opposition à la physique quantique à obliger ses collègues physiciens à travailler avec rigueur pour faire évoluer et imposer leur point de vue.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9bats_Bohr-Einstein

    Sans rien enlevé à ses réalisations, Un fait demeure, Il est demeuré sur sa position jusqu’à la fin malgré les preuves qui s’accumulaient et donnaient raison à ses collègues. (Vous comprendrez mieux l’analogie de cette manière).

    Vous me parlez de Greta (Paul) et du GIEC (Jacques), J’ai mentionné des académies de sciences à travers le monde à ce que je sache. Je cherche toujours le lien ?

    • On jase là ! dit :

      Il faudrait que M. Duberger nous explique comment cela ce peu, qu’il ne fait pas confiance aux scientifiques qui affirment que le RCA est bien réel uniquement parce qu’ils sont financés. Or, on n’est plus au temps de Galilée, personne ne peut faire de la science sans financement, à moins d’être très riche. On peut donc conclure que l’on ne peut faire confiance à aucun scientifique, dans quelque domaine que ce soit, puisque leurs recherches doivent être financées. Pourquoi les climato-sceptiques, qui sont financés eux aussi, seraient de purs esprits qui n’ont aucun intérêt pour l’argent et la gloire.

      PS En passant, le RCA n’est pas une « chose » qui n’existerait pas, le RCA une chose, vous vous rendez compte de l’absurdité de l’idée.

      • Reynald Du Berger dit :

        On jase là , Comprenez-vous enfin que si votre subvention et votre job dépendent TOTALEMENT du fait que la population CROIE au mensonge que vous propagez… VOUS avez intérêt à PROPAGER le mensonge ? Donc AUCUN crédibilité à Ouranos aux « chercheurs » climato-alarmistes. Combien de fois faudra-t-il vous le répéter ? Moi je n’ai aucun intérêt aucune job, aucune subvention, donc je suis crédible. Suis-je clair ?

      • Paul S. dit :

        Mr. OJL : “En passant, le RCA n’est pas une « chose » qui n’existerait pas, le RCA une chose, vous vous rendez compte de l’absurdité de l’idée.”

        Le RCA est une hypothèse pour le moment.

        Une chose peut avoir des divers degrés de tangibilité.
        Avant d’être vérifiée et revérifiée, une hypothèse n’est pas un fait (chose) et elle n’est pas tangible / palpable / concrète.

  72. Jacques dit :

    @ M. Tremblay
    ‘Est-ce que vous dénigrez le travail de chacune de ces équipes de scientifiques ?’

    Oui. J’ai déjà expliqué pourquoi ces courbes de températures (des anomalies en fait) n’ont aune valeur, hormis celle d’apporter de l’eau au moulin du Giec.

    ‘Un moment donné il faut comprendre ce que la science nous dit et nous démontre.’

    La science, c’est vaste. On parle ici de l’étude des phénomènes climatiques, laquelle fait appel à plusieurs disciplines: physique, chimie, géologie, astronomie, etc.
    Mais la ‘climatologie’, c’est autre chose. Depuis que le GIEC a commencé à organiser ses grand messes annuelles (COP) en 1988, le nombre de ‘climatologues’ auto proclamés a crû de façon quasi exponentielle, attirés sans doute par les énormes et scandaleux budgets alloués par les États aux recherches sur le climat.

    Il est donc facile de comprendre pourquoi tous les climatologues et toutes les organisations qui gravitent autour du Giec disent la même chose: la Terre se réchauffe depuis l’ère pré-industrielle et ce réchauffement s’accélère à cause des émissions de CO2 anthropiques.

    Pourquoi? A cause de l’effet de serre causé par ce CO2. Si quelqu’un démontrait que cet effet de serre est une fiction, tout l’édifice bâti depuis trois décennies à coup de milliards $ s’écroulerait instantanément comme un château de cartes. L’expression ‘lutte contre les changements climatiques’ disparaîtrait des médias et on pourrait investir les sommes gargantuesques dépensées pour cette lutte futile et inutile dans des projets profitables pour la société, au lieu de remplir les poches d’une clique de parasites et d’escrocs.

  73. Paul dit :

    Pour plaire aux lobbys verts, il faut taxer.

    Pour faire passer le suppositoire, il faut lubrifier : la science doit prouver l’urgence climatique.

    Pour prouver cette urgence, il faut des données probantes.

    Quand celles-ci ne prouvent pas la thèse officielle : on efface les archives et on remplace les mesures réelles par “modeled historical data” (données historiques modélisées).

    « Canadian Govt. Scrapped 100 Years Of Inconvenient Data On Climate Change » : https://climatechangedispatch.com/canada-100-years-data-climate/

    Et Rejean qui nous sermonne : “.. il faut comprendre ce que la science nous dit et nous démontre.”
    Quand va-t-il se rendre compte de la manipulation dont il est la victime consentante ?

  74. On jase là ! dit :

    « Comprenez-vous enfin que si votre subvention et votre job dépendent TOTALEMENT du fait que la population CROIE au mensonge que vous propagez… VOUS avez intérêt à PROPAGER le mensonge ?  »

    On peut appliquer le même principe avec vous. Le bon peuple est bien plus tenté de croire les climato-sceptiques que les scientifiques sérieux. Le bon peuple est crédule envers les climato-sceptiques et incrédule envers la vraie science. Et pour être populaire, les climato-sceptiques ont intérêt à propager leurs mensonges. Les radio-poubelles ont intérêt à inviter des gens comme vous car c’est super bon pour les affaires, et tous les auditeurs vont vous croire sur parole, même l’animateur. Le bon peuple ne veut rien savoir de la science et adore les gens qui leur font croire qu’il peut continuer sa petite vie tranquille comme avant.

    « Moi je n’ai aucun intérêt aucune job, aucune subvention, donc je suis crédible. Suis-je clair ? » Vous n’avez à mes yeux aucune crédibilité. C’est très claire que ce n’est pas la recherche de la vérité qui vous motive. Vous voulez être populaire et quel meilleur moyen de l’être populaire que de devenir un négateur de connaissance.

    Le hic c’est que vous ne faites pas de science. D’ailleurs vous dites toujours qu’il ne sert à rien de faire de la recherche, car il n’y a pas de lien entre les émissions de GES par l’activité humaine et le climat. Alors pourquoi perdre son temps, mieux vaut continuer comme avant.

    C’est certain que vous êtes presque un surhomme pour pouvoir faire la récension de toutes les études et recherches dans le domaine, et vous en concluez qu’il n’y a aucune preuve, quoique votre conclusion était déjà faite avant même de commencer votre immense travail de moine.

    • Reynald Du Berger dit :

      On jase là: « On peut appliquer le même principe avec vous. »

      FAUX ! Je n’ai AUCUN intérêt . Je suis un scientifique retraité ! Relisez mon commentaire.

      « Le bon peuple est bien plus tenté de croire les climato-sceptiques que les scientifiques sérieux. »

      De quelle autorité osez-vous proclamer que je ne suis pas un scientifique sérieux ? Quelles sont vos qualités pour décider de ceux qui sont sérieux et ceux qui ne le sont pas?

      Et que mépris dans votre expression « le bon peuple » comme si les gens qui écoutent mes chroniques étaient tous des abrutis ! Pour q

    • Reynald Du Berger dit :

      On jase là : « On peut appliquer le même principe avec vous. »

      Faux, Je n’ai AUCUN intérêt ! relisez mon commentaire sur les intérêts des pseudo-climatologues alarmistes et LEURS intérêts.

      « Le bon peuple est bien plus tenté de croire les climato-sceptiques que les scientifiques sérieux. »

      Quelles sont vos qualités pour que VOUS M. On jase là anonyme, puissiez proclamer qui est sérieux et qui ne l’est pas ? Qui êtes-vous? Pour qui vous prenez-vous ? Et quel mépris dans votre expression « le bon peuple  » ! Si cela se trouve, vous n »allez pas à la cheville de mes auditeurs.

      « Vous n’avez à mes yeux aucune crédibilité. »

      Vous savez où mes auditeurs et moi la mettons la crédibilité que vous m’accordez ?

      « C’est très claire que ce n’est pas la recherche de la vérité qui vous motive. Vous voulez être populaire et quel meilleur moyen de l’être populaire que de devenir un négateur de connaissance. »

      De quel droit me faites-vous ce proçes d’intention ? Que savez-vous de mes motivations ?

       » D’ailleurs vous dites toujours qu’il ne sert à rien de faire de la recherche, »

      Montrez-moi où j’ai dit cela.

      « car il n’y a pas de lien entre les émissions de GES par l’activité humaine et le climat.  »

      Je n’ai jamais dit cela . Je dis qu’elle est probablement insignifiante, mais pas inexistante. Vous êtes de mauvaise foi.

       » vous êtes presque un surhomme pour pouvoir faire la récension de toutes les études et recherches dans le domaine »

      Montrez-moi où j’aurais prétendu cela.

  75. On jase là ! dit :

    M. Paul dit : « Le RCA est une hypothèse pour le moment. » Pas pour les climato-sceptiques. Pour eux, le dossier est clos. Le RCA est une arnaque propagée par des méchants socialistes. M. Duberger dit même qu’il est inutile de faire de la recherche pour infirmer ou confirmer cette hypothèse.

     » une hypothèse n’est pas un fait (chose) »… un fait n’est pas une chose, c’est un phénomène. La chose en soi, la Chose elle-même n’est pas du ressort de la science mais de la philosophie.

    • Reynald Du Berger dit :

      On jase là: « M. Duberger dit même qu’il est inutile de faire de la recherche pour infirmer ou confirmer cette hypothèse. »

      Montrez-moi où j’ai dit cela. Je dis que si VOUS affirmez un RCAVOUSavez le fardeau de la preuve! Combien de fois devra-t-on vous le répéter ? VOUS devez prouver ce que VOUS affirmez. Moi je doute de VOTRE affirmation, alors prouvez-la.

  76. On jase là ! dit :

    « Et que mépris dans votre expression « le bon peuple » » Mais vous ne cessez de dire que les gens sont crédules envers les scientifiques, qu’ils se font manipuler par les méchants scientifiques. Vous avez même affirmé que ceux qui croient (les crédules) les climato-sceptiques sont plus intelligents que ceux qui ne les croient pas. N’est-ce pas du mépris cela ? Je dirais même que le mépris envers la population est la marque de commerce des gens comme vous.

    Je suis un scientifique retraité ! OK, je change mon expression, les scientifiques qui agissent, qui font de la recherche. Or, vous ne faites pas de recherche, vous êtes à la retraite. Mais vous prenez quand même beaucoup de temps pour éplucher toutes les recherches faites par ceux qui ne sont pas à la retraite. Je ne sais pas comment est-ce humainement possible de faire cette recension et de pouvoir affirmer qu’il n’y a aucune preuve du RCA.

    Mais je suis certain que la population est beaucoup plus disposée à croire les climato-sceptiques que ceux qui affirment le RCA. Pourquoi pensez-vous que des gens malhonnêtes comme Trump ne cessent d’insulter ceux qui font de la recherche et qui confirment le RCA ? Parce que c’est populaire de nier le RCA. La crédulité se trouve chez ceux qui vous croient. Parce que c’est beaucoup plus simple, on n’a pas besoin de rien changer. Encore une fois vous vous défilez. Je devrais savoir qu’il ne faut pas vous donner de prétexte pour ne pas discuter du fond des questions que je soulève.

    • Reynald Du Berger dit :

      On jase là: !60 000 Montréalais on suivi votre idole, votre référence la scientifique Greta « listen to science » !!! en criant « sauvons le climat » !!!! Quels sont le Q.I. et les c onnaisasances enm science de ces 160 000 sauveurs de climats ? et si on leur disait que les couchers de soleil sont menacés, ils marcheraient aussi pour sauver les couchers de soleil ! Adorez-vous toujours votre idole Greta ? la gamine qui vous enseigne la science et qui a décroché de l’école !….Listen to science ! et vous écoutez la science de Greta! et refusez de m’écouter ! How dare you !!

      • Paul dit :

        “How dare you” prof de vous attaquer à la jeunesse grétine ?

        Et à son DROIT justinien de fumer du cannabis en faisant une marche recréative.

        En attendant de foncer dans les vieux tas que nous sommes, tel que promis par Dr. Greta.

        Si par malheur Greta vous associait aux politiciens opposés à son régime, alors la fuhrie verte vous mettrait dos au mur devant son peloton d’exécution : https://www.youtube.com/watch?v=H5cPxcWHa2c

    • Paul dit :

      Mr. OJL, sur la curiosité du prof : “.. vous prenez quand même beaucoup de temps pour éplucher toutes les recherches ..”.
      Et sur sa futilité : “.. est-ce humainement possible de faire cette recension et de pouvoir affirmer qu’il n’y a aucune preuve du RCA.”

      Voilà la différence avec vous : le prof et beaucoup d’autres qui doutent, cherchent, car ils veulent savoir.

      Vous, Mr. OJL, vous savez et cela vous dispense de chercher. Vous savez, parce que d’autres savent à votre place.
      Mais, que savent-ils au juste ?
      Votre propos, c’est de pourfendre les récalcitrants.

      NOTE : Bien que nous nous informons et investissons du temps, il n’est pas nécessaire de lire toutes les études pour ne pas manquer celle, bien cachée, qui aurait établie la preuve indiscutable du RCA.
      Les scientifiques engagés du climat (et ils sont nombreux) monteraient une telle étude en épingles à coup sûr, car ils sont conscients de l’importance de cette preuve. Alors ils en parleraient sur toutes les tribunes.

  77. On jase là ! dit :

    M. Duberger vous dites : D’ailleurs vous dites toujours qu’il ne sert à rien de faire de la recherche, »
    Montrez-moi où j’ai dit cela.

    C’est simple. Vous dites que le RCA est une « chose » qui n’existe pas et que donc c’est à ceux qui pensent que cette « chose » existe à en faire la preuve. Donc, puisque cette « chose » n’existe pas pour vous, pourquoi donc tenter de la chercher, cette « chose » mystérieuse. Laissons cela aux débiles qui croient que les émissions de GES par l’activité humaine pourraient avoir une influence sur le climat.

    • Reynald Du Berger dit :

      On jase là: « Vous dites que le RCA est une « chose » qui n’existe pas »

      Montrez-moi où j’ai dit cela. Je répète: Il n’y a AUCUNE preuve d’un RCA significatif ! AUCUNE !

      VOUS affirmez que l’homme est le principal facteur qui change le climat . PROUVEZ-LE ! est-ce clair ?

      le mot chose vous choque ? relisez ce que j’ai écrit . Vous affirmez l’existence d’une chose, PROUVEZ l’existence de cette chose ! est-ce clair ? me semble qu’une enfant de 7 ans comprendrait. La « chose  » est un RCA significatif. On jase là PROUVEZ nous ce que vous affirmez.

       » Laissons cela aux débiles qui croient que les émissions de GES par l’activité humaine pourraient avoir une influence sur le climat. »

      Si c,est de vous dont vous parlez, le terme débile est bien choisi car JAMAIS je n’ai dit que l’homme n’avait AUCUNE influence, je dis que son influence est insignifiante ! Ou bien vous méritez le vocable de débile dont vous vous affublez (c,est pas moi qui le dis) ou bien vous êtes de mauvaise foi car ça fait des dizaines de fois que je vous répète que son influence est insignifiante !

  78. Paul S. dit :

    Un exposé sur la lutte aux changements climatiques et ses diverses ramifications.

    Rev. Philip Foster : https://www.youtube.com/watch?v=aJ-yCjbl2j0

    À noter, Vers 9min30, il parle du rôle de Mme Thatcher dans la mobilisation de la Royal Society pour lutter contre les changements climatiques.

  79. Andre Piette dit :

    Bonjour Paul

    Etes-vous certain que le Rev Foster ne s’est pas déguisé en Doc Mailloux sur cette vidéo ?

    En passant, nous sommes en 2020 et il en est coulé de l’eau sous les ponts depuis Mme Tatcher ne croyez vous-pas ?

    Au fait, j’ai lu un article sur les platistes en fin de semaine !

    Étonnant que des gens capables de s’exprimer de manière structurée puissent penser que la NASA n’est qu’un repaire de conspirateurs qui cachent la vérité de la platitude de la terre.

    Si je les écoute un peu trop, ils vont finir par me convaincre !

    Au fait Paul, rassurez-moi, dites-moi au moins que la terre est ronde et tourne dans le firmament sur elle-même et autour du soleil.

    Salutations

    • Reynald Du Berger dit :

      Galilée n’a jamais dit « et pourtant elle tourne » , mais il aurait dit au cardinal Robert Bellarmin « Avec tout le respect dû à l’Église et à son saint Tribunal de l’Inquisition, nous admettons que la Terre est immobile. Mais, pour des fins de simplification mathématiques, nous conduirons nos calculs comme si elle tournait » car Bellarmin l’enjoignit de travailler par hypothèses.

    • Paul S. dit :

      Qui c’était donc qui voulait connaître la raison d’adoption par les académies de science et de la plus ancienne, la Société Royale, du mythe climato-alarmiste ?
      La science limpide ou plutôt des apparatchiks dirigeants à l’oeuvre, de concert avec les politiciens, pour produire et gérer une science officielle, prête-à-porter ?

      Monsieur, est-il au courant du “climategate”, ce scandale qui a révélé les agissements de protagonistes principaux de la science du climat au sein d’une unité de la Société Royale ?
      (https://wattsupwiththat.com/category/climategate/)

      Le prestige de la NASA sert bien le GISS (Goddard Institute for Space Studies). Ce petit bureau situé à New York, sert de plate-forme pour des activistes, comme G. Schmidt et J. Hansen.

      La surface de la Terre, directement sous mes pieds, est plate ou presque, par rapport au rayon de courbure relatif à ma taille.
      En réalité, la Terre tourne autour du barycentre du système solaire, lequel évolue selon la position des planètes (et autres corps possédant une masse) et ne coïncide pas avec le centre du soleil, bien qu’il soit proche de celui-ci.

      À mon tour de demander des précisions.
      M. Piette avait mentionné que des études scientifiques ont influencé son opinion sur le réchauffement climatique.
      S’agit-il de compte-rendus par les média, de communiqués par des sociétés scientifiques ou d’études proprement dites, LUES et COMPRISES ?
      Pourrait-on savoir lesquelles ?

  80. Andre Piette dit :

    Bonsoir M Du Berger

    Vous avez tout à fait raison, on ne badinnait pas avec l’inquisition mais les calculs découlant de l’hérétique hypothèse offraient aux navigateurs des gains considérables en temps. Le pragmatisme à fait en sorte que l’hypothèse fort commode fut intégrée par les armateurs de l’époque

    Dailleurs, ce n’est que dans les années 1980, que la vatican a reconnu la justesse de la position de Gallilée…

    Le train de la science avance malgré le doute et …..l’inquisition

    Le problème est que pour certains, il faut trois-cents ans pour le constater !

    • Normand dit :

      Bonjour M. Piette,

      J’espères que vous êtes conscient qu’en essayant de faire un lien entre les croyants de la terre plate et les climato-réalistes, vous utiliser une technique d’argumentation connue sous le nom de «sophisme par association» qui vise à discréditer vos opposants par une technique relevant de la pure manipulation… Quel sera la suite ? On est jamais allé sur la lune et Elvis est toujours vivant ?

      De plus, votre argument « d’inquisition » est putôt surprenant venant de quelqu’un qui prétend qu’il y a consensus sur ce à quoi il croit.

      • Paul dit :

        M. Piette a omis de mentionner que les platistes participaient en même temps au cover-up de méfaits du tabac et qu’ils étaient tous rémunérés par les pétrolières.

        Tant qu’à suivre le script …

  81. Paul S. dit :

    Monsieur Piette,

    Votre liste d’académies, l’avez-vous interrogée avant de nous la lancer à la figure ?

    Combien d’apparatchiks qui dirigent ces académies, se sont spontanément ralliés avant la COP21 de Paris, donc pour des raisons politiques ?

    Combien de membres ont-été consultés avant les ralliements ?

    Ces apparatchiks, ont-ils LUE et COMPRISE au moins une étude scientifique affirmant le RCA, comme vous l’avez sûrement fait vous-même ?

  82. Andre Piette dit :

    Bonjour Messieurs

    Si vous suivez le fil de mes interventions, il faut retenir qu’une chose, Je fais confiance aux INSTITUTIONS. Surtout lorsque de tous horizons, ils véhiculent la même conclusion sur un sujet.

    De toutes évidences, vous semblez avoir confiancee en vos moyens pour mettre en doute leurs positions concernant le RCA. Je n’ai pas vos capacités et je m’avoue dépourvu pour argumenter sur le fond concernant ce sujet.

    J’ai reconnu également que l’histoire de la science à connu de grands débats et même les plus grands ont ramés à contre-courant des avancés scientifiques de leur époque (Einstein-Bohr). J’ai également mis en pespective que le programme Apollo avait eu aussi ses moments ou tous les experts ne s’entendaient pas. Il a pourtant fallut bien des fois trancher.

    Il doit surement arriver un moment ou l’on se doit de douter de sa position lorsque des INSTITUTIONS reconnues disent exactement le contraire. Quel est le point de bascule.

    Vous êtes climato-réalistes me ditent vous, Pour ma part, je suis institutionaliste. C’est tout.

    Votre manière de dépeindre les membres de ces académies (apparatchiks), me semble correspondre à la posture mentale des Platistes. Le complot explique pour eux la fraude intellectuelle des institutions concernant la rotondité de la terre.

    Est-ce un sophisme de ne pas trouver de distinctions entre votre prose et celle des platistes.

    Alors pour cet aspect, permettez-moi d’en douter !

    • Reynald Du Berger dit :

      Andre Piette: Aucune institution, société savante ou autre association regroupant des scientifiques ne doit prendre une position officielle au nom de ses membres sur un sujet scientifique qui ne fait PAS l’unanimité . Le RCAne fait pas l’unanimité. Je répète: des milliers de scientifiques se sont dissociés de telles prises de position et ont aussi démissionné comme membres. Toute « institution » qui déroge à ce principe perd sa crédibilité. La science est faite de débats et n’a pas de place pour les « levez la mains ceux qui pensent que bla bla bla…  » comme au temps de l’Inquisition.

    • Paul dit :

      Par définition, un apparatchik est un bureaucrate, ce qui n’est pas le cas de tous les membres d’une académie scientifique. Un apparatchik est malléable, car redevable à un membre de la nomenclature ou un politicien.

      Mr. Piette se différencie ou, plutôt pas. : “Je fais confiance aux INSTITUTIONS.”

      Dans un autre monde, il aurait été l’admirateur d’idées de Trofim Lysenko, qui comptait sur le support unanime de tous les membres de l’Académie soviétique de sciences.
      Maintenant, M. Normand va me mettre aussi dans le sac de sophistes par association.

      Mr. Piette, je ne crois pas que vous n’ ayez pas la capacité de comprendre l’argumentation scientifique déployée dans les études sur le climat. Il ne s’agit pas là de la physique quantique et dans ce domaine vous semblez pouvoir faire la part de choses.

      En évitant le fond scientifique, vous vous préservez de faux pas et réservez le rôle d’arbitre.
      Car, comme monsieur Guillaume (est-ce un hasard ?), vous voulez absolument croire au RCA et surtout ne pas risquer de perdre vos illusions.

      Quant au platisme, avouez qu’il est fonction directe du degré de courbure. Pour certains, même l’Univers serait plat.

  83. Andre Piette dit :

    Bonjour Normand

    Si vous consultez l’intervention de M Du Berger, vous devriez en principe voir le lien pour l’utilisation du terme inquisition. Pour être plus précis, malgré l’inquisition, les conclusions de Gallilée, étant justes, se sont finalement imposées.

    Ainsi va la Science.

    • Reynald Du Berger dit :

      Andre Piette: Galilée a été un incompétent prof de math, tricheur, opportuniste, usurpateur de la longue vue des Hollandais et qui n’a jamais compris le modèle de Copernic. Il n’est pas le martyr qu’on pense, il n’a pas fait un seul jour de prison et a terminé ses jours près de Florence en buvant du bon vin. Pendant tout son procès, il logeait dans les luxueux appartements du Vatican… Sa nièce religieuse a accompli sa pénitence à sa place. Il n’a jamais dit « et pourtant elle tourne » , mais il aurait dit « Avec tout le respect dû à l’Église et à son saint Tribunal de l’Inquisition, nous admettons que la Terre est immobile. Mais, pour des fins de simplification mathématiques, nous conduirons nos calculs comme si elle tournait « , d’où mon allusion au cardinal Robert Bellarmin qui lui conseilla de travailler par hypothèses. Je vous conseille vivement cet ouvrage .
      http://www.apophtegme.com/SPICILEGE/SCIENCES/galileo.htm

  84. Andre Piette dit :

    Bonjour Monsieur Du Berger

    Merci pour le lien concernant Galillée et son coté hédoniste.

    Bon vivant le bonhomme, et tant mieux si les angoisses d’être un jour soumis à la « question » n’ont pas mijotées dans son esprit. Cependant je n’avais vraiment pas saisi la subtilité de votre intervention. Je croyais que l’évocation de l’inquisition en était le propos. Néanmoins, elle permettait d’illustrer que les idées qu’il soutenait ont survécues aux dogmes catholiques de l’époque.

    Par contre, intéressante question que vous soulevez au sujet de l’unanimité en sciences.

    Voici un contexte oû la règle de l’unanimité aurait bloqué un communiqué concernant l’homeopathie en France.

    http://sante.lefigaro.fr/article/les-academies-de-medecine-et-de-pharmacie-se-prononcent-contre-l-homeopathie/

    La publication du communiqué a été adoptée par 58 pour, 16 contre et 8 abstentions.

    Je vous soumet aussi à titre d’exemple un communiqué de l’institut de France (Académie des sciences) en 2015 au sujet des changements climatiques.

    L’avis fut adopté sur la base de 78 Oui, 9 Non, 9 abstentions.

    Cliquer pour accéder à avis_031115.pdf

    Question pour vous… En supposant plutôt un communiqué réfutant la thèse du RCA, cette règle de l’unanimité que vous proposez pour en autoriser la publication, serait-elle toujours pertinente ?

    Avec la règle de l’unanimité, les INSTITUTIONS ne publieraient que des voeux du nouvel an et le programme Apollo aurait abouti avec un pédalo.

    On peut par-contre trouver ici une forme d’unanimité que vous souhaitez… L’ensemble des académies de sciences en tant qu’INSTITUTIONS ont formulé la même opinion sur la question du RCA.!

    C’est quand même pas si mal !

    • Reynald Du Berger dit :

      Il n’y a jamais unanimité chez les scientifiques. Il est donc anormal qu’une société savante prétendant les regrouper, prétende en même temps émettre une opinion représentative de la majorité de ses membres. Toutes ces sociétés ayant adopté une position d’affirmation d’un RCA sûr à 95% ont erré. Le choc des idées est la base de la saine science. Le dogme comme l’AGU veut imposer est indigne de scientifiques.

    • Paul S. dit :

      L’analogie Piette : Projet Apollo vs Institutions scientifiques.

      Le projet Apollo était un défi technologique lancé par le président Kennedy pour des raisons politiques : après Spoutnik et Gagarine, battre le régime adverse sur son propre terrain.

      Les initiatives climato-alarmistes des apparatchiks au seins des institutions scientifiques, sur le mot d’ordre fédérateur du GIEC politique : accentuer la pression d’agir sur des élus en suscitant des réactions émotives.

      Il n’y avait aucune chance d’accoucher d’un pédalo-Apollo, car les décisions étaient basées sur des considérations technologiques, mais la Greta non-institutionnalisée qui se réclame de la Science, était prévisible, car on rejouait un vieux scénario écrit pour la jeune Severn Cullis-Suzuki en 1992 : https://www.rt.com/news/469720-greta-thunberg-spiritual-predecessor/

      Au risque de réaffirmer mon “platisme” éclairé : L’analogie science (technologie) vs propagande politique (pression populaire) n’a pas de sens.

  85. Andre Piette dit :

    Bonsoir Monsieur Du Berger

    Puisqu’il n’existe jamais d’unanimité chez les scientifiques, Il devient par conséquent impossible pour une société scientifique de se prononcer sur des questions qui touchent les sciences.

    Alors fermons immédiatement ces académies, puisque c’est justement leur role de se prononcer sur ces questions

    • Reynald Du Berger dit :

      Andre Piette: J’ai été membre de six sociétés savantes et non « académies » comme vous dites. Leur rôle n’est pas de se ¨prononcer » sur bla bla bla… mais de regrouper des scientifiques de même domaine et publier le résultat de leurs recherches. Et en certains cas (comme le RCA) les comités de lecture sont bidons. En AUCUN cas elle ne doit émettre une opinion officielle surtout sur un sujet aussi controversé que le RCA. C’est pas parce qu’on est une majorité à se tromper que nous détenons la vérité.

  86. Andre Piette dit :

    Bonjour M Du Berger

    Voici de qu »elle manière est définie par Catherine Bréchignac, le rôle de l »académie des sciences de France.

    http://www.leparisien.fr/societe/a-quoi-sert-l-academie-des-sciences-28-06-2016-5920011.php

    Par Propos recueillis par Michel Valentin
    Le 28 juin 2016 à 07h00
    À l’époque, le Soleil est sur le point de supplanter la Terre comme centre du monde — comme le Roi du même nom qui symbolisait la France —, l’oxygène n’avait pas été identifié en tant que tel et on croyait à la génération spontanée. Mais, à l’initiative de Colbert, en 1666, les plus grands esprits scientifiques du temps se réunissent en une prestigieuse Académie des sciences.

    Celle-ci fête cette année ses 350 ans, et l’un de ses secrétaires perpétuels depuis 2011 est une femme (inimaginable sous Louis XIV !), Catherine Bréchignac, 70 ans, qui fut présidente du CNRS entre 2006 et 2010.

    Quel est le rôle de l’Académie des sciences ?

    CATHERINE BRÉCHIGNAC. Elle en a plusieurs. Le premier, être une vitrine de la science française. La presque totalité des grands savants de notre pays en ont été membres : Lavoisier, Condorcet, Pasteur, Pierre Curie, François Jacob, Françoise Barré-Sinoussi…

    Aujourd’hui, elle est encore composée des meilleurs scientifiques, dans toutes les disciplines. Depuis une quinzaine d’années, grâce à l’arrivée de nouveaux membres — nous étions une centaine, nous sommes passés à plus de 250 –, dont la moitié ont moins de 55 ans, elle s’est considérablement étoffée et rajeunie.

    L’une des missions de l’Académie est aussi de décerner ses prix, avec des ressources provenant de mécènes, environ 2 M€ par an.

    Elle a aussi pour ambition de redonner du temps à la réflexion, ainsi que d’éviter qu’une pseudo-science ne s’installe. Condorcet disait que « les académies sont là pour combattre le charlatanisme et créer un équilibre entre les disciplines ».

    Voyez-vous, ils vous protègent du charlatanisme.\

    • Reynald Du Berger dit :

      André Piette: Vous ne lisez pas mes réponses à vos posts. Je ne parle pas d’Académies, mais de sociétés savantes. relisez ceci :J’ai été membre de six sociétés savantes et non « académies » comme vous dites. Le rôle de la société savante n’est pas de se « prononcer » sur bla bla bla… mais de regrouper des scientifiques de même domaine et publier le résultat de leurs recherches, organiser des congrès et conférences, POINT FINAL. Et en certains cas (comme le RCA) les comités de lecture de ces journaux (comme ceux de l’AGU) sont bidons. En AUCUN cas elle ne doit émettre une opinion officielle surtout sur un sujet aussi controversé que le RCA. C’est pas parce qu’on est une majorité à se tromper que nous détenons la vérité.

  87. Andre Piette dit :

    Bonsoir Monsieur Du Berger

    Les liens données en références parlent d’académie des sciences,

    Je vois bien que vous utilisez le vocable de société savante. Pour ma part, je fais référence aux académies de sciences tel que l’article sur l’académie francaise mentionnée plus haut.

    Cet article traite également du processus de sélection des membres et de son implication sur des sujets d’actualité.

    Par exemple à la question:

    L’Académie s’intéresse-t-elle aux grands sujets d’actualité, comme les OGM, les nanotechnologies, etc. ?

    Oui, elle se saisit d’elle-même de ces débats. Nous en avons eu un sur les OGM, nous allons en avoir un sur les perturbateurs endocriniens. L’Académie est un lieu de réflexion, où l’on peut réfléchir librement et où l’idéologie n’a pas sa place. Notre arbitre, c’est le temps, et celui-ci montre qu’on s’est relativement peu trompés.

    http://www.leparisien.fr/societe/a-quoi-sert-l-academie-des-sciences-28-06-2016-5920011.php

    Je comprends toujours mal, cette posture négative que vous avez devant ces INSTITUTIONS, qui traitent de la science depuis des siécles.

    Que proposez vous pour les remplacer, si elles ne peuvent émettre d’opinion ?.

    Comme vous pouvez le constater, elles le font sur une foule de sujets ?

    ,

    • Reynald Du Berger dit :

      Qu’entendez-vous par institutions ? l’Église ? une banque ‘institution financière) ?, la bourse, une école primaire ? une université ? un cercle de fermières ? ce sont toutes des institutions qui peuvent parler de RCA… si ça leur chante…

  88. Andre Piette dit :

    Bonsoir Monsieur Du Berger

    Institution, définition du Larousse:

    Norme ou pratique socialement sanctionnée, qui a valeur officielle, légale ; organisme visant à les maintenir :

    Hum ! puisque j’ai fait essentiellement référence aux académies de sciences en tant qu’institution, je laisse à votre perspicacité la réponse à la question posée.

    L’échange sur le sujet m’intéresse puisque je me demande comment une personne avec votre expérience peut parler d’unanimité pour les prises de positions par des académies de sciences.

    • Reynald Du Berger dit :

      Andre Piette: Vous ne lisez pas ce que j’écris, je répète encore :Je ne parle pas d’Académies, mais de sociétés savantes. relisez ceci :J’ai été membre de six sociétés savantes et non « académies » comme vous dites. Le rôle de la société savante n’est pas de se « prononcer » sur bla bla bla… mais de regrouper des scientifiques de même domaine et publier le résultat de leurs recherches, organiser des congrès et conférences, POINT FINAL. Et en certains cas (comme le RCA) les comités de lecture de ces journaux (comme ceux de l’AGU) sont bidons. En AUCUN cas elle ne doit émettre une opinion officielle surtout sur un sujet aussi controversé que le RCA. C’est pas parce qu’on est une majorité à se tromper que nous détenons la vérité.

    • Reynald Du Berger dit :

      Andre Piette Les académies de sciences ne peuvent se réclamer d’infaillibilité en science et proclamer un RCA comme sûr à 95%. L’Académie des sciences de France à laquelle appartient mon collègue Vincent Courtillot (climato-réaliste comme moi) n’est pas unanime, pas plus que la National Science Academy. J’ai maintes fois discuté avec Courtillot de ce « problème » et il me dit que de plus en plus de ses collègues se rangent à son avis.

  89. Paul S. dit :

    L’académophile Piette visite la Lune, pendant que ses académiciens cogitent : “.. travail des concepteurs du programme Apollo pour comprendre que deux écoles de pensée s’affrontaient … tout le monde s’est rallié à la méthode de l’orbiteur et du module lunaire pour faire de la mission un succès.”
    (re.: https://duberger.me/2019/12/16/discussions-climato-festives/#comment-99880)

    Peut-être qu’Hollywood voyait cela de cette manière, mais il se pouvait aussi que l’on étudiait formellement divers scénarios, que l’on évaluait ensuite au mérite.

    Option 1 : Ralentir, VISER JUSTE du premier coup pendant la descente rapide, avant d’alunir l’entier module Apollo (type Block 2), pesant 36,400 lb, plus une section importante additionnelle avec un propulseur plus gros et un volumineux réservoir de carburant requis pour le guidage pendant la descente, l’alunissage, le redécollage, l’accélération pour le retour et la décélération d’entrée dans l’orbite terrestre, avant le freinage aérodynamique, le tout pesant au moins 25,000 lb à 30,000 lb additionnels. Ce “payload” accru aurait nécessité, d’agrandir le Saturn V, car il aurait fallu plus de carburant pour accélérer au décollage la masse additionnelle requise sur la Lune, mais aussi pour le décollage initial.

    Option 2 : Ralentir le module Apollo seulement assez pour le garder en orbite lunaire et laisser un LEM léger faire le reste en manipulant une masse beaucoup moins importante. Outre les gains cinétiques, on pouvait corriger le tir en plusieurs séquences discrètes.

    En considérant le mérite cinétique ( m.v² ), la correction du tir (sécurité de l’équipage) et le coût, je crois que l’affrontement d’idées ne devait pas durer bien longtemps et le ralliement était très cordial.

    Aussi, les Dryden, Faget, Von Braun, etc.. de la NASA des années ‘60 étaient des professionnels – concepteurs d’un tout autre niveau que le duo activiste Hansen & Schmidt du GISS de la NASA d’aujourd’hui.

    NOTE : On avait refait le même exercice, plus tard, à la fin des années ‘60, en vue d’atterrissage des Viking sur le Mars au début des années ‘70 , avec le même résultat, prévisible d’avance. Les Américains appellent cela : “to go through the motions”.

    REMARQUE : Dure à comprendre l’analogie Piette – les climato-réalistes et les climato-alarmistes se rallier ? Autour de quoi ? La taxation et le rançonnage ne requièrent pas cela.
    La désindustrialisation, non plus.

  90. Andre Piette dit :

    Bonjour Messieurs

    L’exercice que je tente avec vous concerne d’avantage le processus de normalisation en Sciences qui incombe aux Académies de sciences que l’on retrouve autour du monde.

    L’illustration des débats en sciences rencontrés dans toutes les sphères d’activités scientifiques visait à démontrer que ce processus est sain et trouve généralement une issue dans le temps.

    En principe, lorsque des Académies des sciences se prononcent sur un sujet, C’est que l’accumulation d’informations permet des conclusions.

    Je vous resoumet aussi à titre d’exemple ce communiqué de l’institut de France (Académie des sciences) en 2015 au sujet des changements climatiques.

    L’avis fut adopté sur la base de 78 Oui, 9 Non, 9 abstentions. ( Ici votre collègue Vincent Courtillot a j’imagine voter non).

    Cliquer pour accéder à avis_031115.pdf

    Une régle d’unanimité aurait-ici bloqué la publication du communiqué.

    Mais, compte-tenu du processus existant depuis des siècles et qui semble avoir fait ses preuves, qu’elle est la probabilité que plusieurs Académies puissent faire erreur sur un meme sujet.

    Vous avez raison, l’infaillibilité n’existe pas !…

    Alors sous cette-forme, qu’elle probabilité d’erreur associez-vous pour l’ensemble de ces Académies de sciences lorsqu’elles se prononcent avec la meme conclusion sur un sujet ?.

    • Reynald Du Berger dit :

      Il suffit d’un seul NON d’un académicien pour invalider tout manifeste , peu importe l’académie.

  91. Andre Piette dit :

    Bonjour Monsieur Duberger

    C’est clair, mais un peu bref.

    Quelles seraient les conséquences de ce nouveau mode de fonctionnement ?. puisque par définition dans ce domaine, rarement l’unanimité existe.

    Certaines existent depuis les lumières…, se seraient-elles trompées à ce point qu’il faille en changer leur mode de fonctionnement ?

    et vous avez raison encore une fois, l’infaillibilité n’existe pas !…

    Alors encore une fois, qu’elle probabilité d’erreur associez-vous pour l’ensemble de ces académies de sciences lorsqu’elles se prononcent avec la meme conclusion sur un sujet ?.

    Vous avez surement un chiffre ?

    Je croyais qu’un scientifique tel que vous était pragmatique !….

  92. Andre Piette dit :

    Bonjour Monsieur Paul

    Au sujet de votre remaque :

    REMARQUE : Dure à comprendre l’analogie Piette – les climato-réalistes et les climato-alarmistes se rallier ? Autour de quoi ? La taxation et le rançonnage ne requièrent pas cela.
    La désindustrialisation, non plus.

    Votre intervention ici est probablement le noeud du problème.

    Les questions soulevées ici sont politiques et non scientifiques

    Le procédé s’apparente à tirer sur le messager. Ce faisant, on discrédite les organismes qui normalisent les connaissances pour prendre les meilleurs décisions. C’est improiductif.

    Effectivement, on peçut se RALLIER à des constatations issues d’un processus éprouvé puisque confirmée par des INSTITUTIONS reconnues.

    Ainsi les discussions pourraient porter sur les effets du RCA et l évaluation des probabilités et des coûts et avantages de la situation.

    Et vous pourriez faire valoir les avantages du statu quo qui dépassent les inconvénients anticipés.

    .
    Je vous invite à consulter l’article suivent concernant le fonds d’investissement Black Rock. Les fond d’investissement ont commencé à intégrer ces hypothèses dans leur stratégie d’investissement

    Parce que les marchés des capitaux font avancer le risque futur, nous verrons des changements dans l’allocation des capitaux plus rapidement que nous ne voyons des changements dans le climat lui-même. Dans un avenir proche – et plus tôt que la plupart ne l’anticipent –, il y aura une réaffectation importante du capital.

    Laurence Fink, PDG de BlackRock

    Au fil du temps, les entreprises et les pays qui ne répondent pas aux parties prenantes et n’abordent pas les risques de développement durable seront confrontés à un scepticisme croissant de la part des marchés et, à leur tour, à un coût du capital plus élevé.

    Laurence Fink, PDG de BlackRock

    Salutations

    • Paul dit :

      Monsieur Piette,

      Vous m’admonestez ainsi :
      « Votre intervention ici est probablement le noeud du problème.
      Les questions soulevées ici sont politiques et non scientifiques.
      Le procédé s’apparente à tirer sur le messager. »

      Bon, alors j’ai tiré sur vous, le messager ..
      Parce que j’avais mis en évidence un argument bancal, soit un supposé débat à la NASA qui n’en était sûrement pas un.

      La NASA, la Royal Society, les Académies et maintenant des fonds d’investissement, tout cela c’est du “name dropping” pour conclure : qui êtes –vous, pour douter de la bonne foi d’Institutions qui ne peuvent pas mentir ?

      Aussi, cette volonté de désarrimer la science et la politique dans la partie en cours –l’Urgence climatique pour enclaver le citoyen libre de ses choix.

      Un autre zélote, monsieur Tremblay ne veut pas non-plus que d’autres se questionnent sur la Science désincarnée, telle que proposée par la Greta.

      J’avais répondu ainsi :

      Quand un rapport “scientifique” en climatologie officielle est publié, il est rédigé en “langage d’incertitude calibré” par des rédacteurs professionnels, qui secondent les scientifiques.
      Cela permet de faire évoluer plus tard les hypothèses pures au rang de faits potentiels.
      Les commanditaires ou les comités de guidance scientifique (“Science steering committees”) ensuite résument et font converger en décalibrant, pour ensuite éditorialiser. Enfin, les médias en distillent des pseudo conclusions peurologiques, pointant vers la fin du monde.

      Cela permet aux idiots belliqueux, comme Champagne et Greta, d’interpeller les politiciens et requérir l’action radicale contre l’autonomie de citoyens et contre leur portefeuille.

      Les idiots tout-court, comme le jaseux, applaudissent car trop innocents (au sens québécois) pour percevoir l’arnaque.

      Les idiots utiles, comme Guillaume, renchérissent, car c’est pour la bonne cause et parce que ça les déculpabilise.

      En matière de lutte aux changements climatiques, le lien entre la science et la politique est évident.

      C’est l’ordre réel, soit la politique (telle que pratiquée par le GIEC) avant la science, qui l’est moins.

      Au moins, Rejean lit les rapports, tandis que vous et Mr. OJL, vous vous en dispensez, car d’autres ont tout compris à votre place.

      Vous êtes comme Madame Martin de Gilles Proulx : ON VEUT RIEN SAVOÈRE !!!

  93. Andre Piette dit :

    Bonjour Monsieur Paul

    Désolé en passant, si vous avez interpreté comme une admmonestation, mon intervention. C’était loin de mon intention.

    Je constate simplement que vous considerez les académies de sciences comme des clubs politiques. Je ne partage pas votre perception.

    Au contraire, l’expérience montre qu’au moment ou elles se prononcent sur un sujet, elles ne se trompent pas souvent.

    Je comprends toujours mal, cette posture négative que vous avez devant ces INSTITUTIONS scientifiques, qui traitent et font de la science depuis des siécles.

    Oubliez un instant tous vos ressentiments en vous posant cette seulle question, qu’elle probabilité d’erreur associez-vous pour l’ensemble de ces académies de sciences lorsqu’elles se prononcent avec la meme conclusion sur un sujet ?

    C’est tout

    Don’t worry, be happy !

    • Paul dit :

      Bon matin monsieur Piette,

      La forêt peut cacher un arbre malade ou elle peut ne compter que des arbres malades. Il faut regarder de près ces arbres, pour se faire une idée.

      Prendre toutes les académies de sciences, comme un bloc monolithique du savoir, n’a pas de sens.

      Alors, j’en prendrai une, la plus ancienne et votre préférée, la “Royal Society”, pour voir de plus près.
      Pourquoi regarder de l’extérieur, quand un “fellow of the Royal Society”, le professeur Michael Kelly de Cambridge, offre son point de vue sur “ Why my own Royal Society is wrong on climate change ” : https://www.dailymail.co.uk/news/article-2995239/Why-Royal-Society-wrong-climate-change-devastating-critique-world-s-leading-scientific-organisation-one-Fellows.html

      Je retiens ceci : “Those who fail to provide balance are not giving advice, but lobbying. It is with the deepest regret that I must now state that this is the role which has been adopted by the Royal Society. And when scientists abandon neutral inquiry for lobbying, they jeopardise their purpose and integrity.”

      Un point de vue dissident, diriez-vous ?
      Mais le manque de nuancement, reproché à l’académie britannique, est facile à constater et une conclusion s’impose d’elle même : “ The reason for this lack of nuance seems to be that policymakers say they want ‘scientific certainty’. “

      Dans votre questionnement : “Je comprends toujours mal, cette posture négative que vous avez devant ces INSTITUTIONS scientifiques ..”, je changerai “posture négative”, pour position critique.

      Sans prétention, avec mes modestes moyens, je pratique le motto de la Société Royale : ‘Nullius in verba’ – vérifie toujours ce que d’autres affirment.

      Et j’invite d’autres à le faire, s’ils veulent prendre le risque de voir leurs certitudes évoluer.

      J’espère que l’éléphant dans le magasin de porcelaine vous permet quand même de dormir du sommeil du juste.

      Paul

  94. Andre Piette dit :

    Bonjour Monsieur Paul

    Je m’intéresse ici d’avantage aux processus.

    Lorsque l’expérience montre qu’un processus a été par le passé fiable pour une organisation, on peut logiquement s’y fier.

    Lorsque je vous lis, j’ai cette sensation que vous considerez le point de vue d’un professeur concernant la Royal Society comme étant un diagnostic organisationnel à appliquer à l’ensemble des académies de sciences à travers le monde dont certaines sont séculaires.

    Votre posture remet en question les bases mêmes des processus de normalisation des assises conceptuelles communes en sciences. Ce n’est pas rien !…

    C’est faire table rase d’une tradition.

    Vous préferrez cette approche en invoquant la pratique du motto de la Société Royale : ‘Nullius in verba’ – vérifie toujours ce que d’autres affirment.

    C’est juste, puisque une à une, chaque académies des sciences à travers le monde pratiquent
    exactement ce moto avec leurs propre membres. Alors lorsqu’elles arrivent tous à un point de vue commun, elles donnent d’autant plus de force à cette conclusion commune.

    Vous me permettrez donc de vous retournez la conclusion de votre intervention… « J’espère que l’éléphant dans le magasin de porcelaine vous permet quand même de dormir du sommeil du juste ».

    Ce faisant, ma question demeure, qu’elle probabilité d’erreur associez-vous pour l’ensemble de ces académies de sciences lorsqu’elles se prononcent avec la meme conclusion sur un sujet ?

    • Reynald Du Berger dit :

      Les académies sont des institutions humaines, donc faillibles et qui ne peuvent donc pas prétendre parler avec autorité. Elles errent, surtout quand elles se laissent prendre dans le tourbillon des idéologies de gauche. La gauche a le monopole de la compassion et de la justice, c’est bien connu. Combien de gauchistes parmi les académiciens ? À bas le capitalisme, vive la distribution de la richesse ! – richesse que la gauche n’est même pas foutue de créer pour elle-même , comment peut -elle en créer pour les autres? alors pour les manifestes et autres alarmes des académies, vous repasserez! aucune crédibilité !

    • Paul dit :

      Bonjour monsieur Piette,

      Précédemment, j’avais tenté d’expliquer qu’il fallait considérer ces académies, une à une, pour comprendre leurs motivations propres (ainsi que les processus justifiant leurs prises de position).
      Il y a trop de variables et de circonstances particulières pour faire une évaluation ad hoc d’ensemble et s’entêter dans cette voie, équivaut à ne pas vouloir chercher d’explication.

      Dans une convention de jeunes scientifiques fringants, pourrait-on faire pisser tous dans un seau commun, dans le but d’établir un diagnostic individuel de diabète de chacun ? En particulier, un jeune brillant penseur barbu, père d’enfants, mais qui fume quand-même ?

      Ne serait-il pas plus productif de référer le jeune homme au Dr. Maillet pour une séance intensive d’électrochocs, restaurateurs de fonctions cognitives de base ?

      Vous dites : “ ‘Nullius in verba’ … chaque académies des sciences à travers le monde pratiquent exactement ce moto avec leurs propre membres. “

      Pourtant, le professeur Kelly affirmait le contraire et il donnait des exemples, dont “A Short Guide To Climate Science” publié par “The Royal Society”.
      (royalsociety.org › projects › climate-change-q-and-aA short guide to climate science – Royal Soc)

      La lecture de ce document, de type Questions et Réponses à l’intention de propagateurs de la bonne nouvelle, montre clairement le parti pris et l’absence totale de nuances, pourtant toujours contenues dans les nombreux rapports scientifiques sur le climat que j’avais consultés et lesquels devraient avoir formé l’opinion des académiciens.

      C’est exactement le reproche formulé par le “royal fellow” Kelly : “.. the misleading lack of qualification in the statements made by the Royal Society and others is creating policy nonsense.”
      Donc, son “diagnostic organisationnel” est vérifiable par l’application du moto ‘Nullius in verba’.

      Ainsi, va l’institution académique la plus illustre de toutes.

      Au Québec nous n’avons pas d’académie de sciences, mais nous avons un “Scientifique en chef”, avec une équipe et des ressources.
      Ici aussi, l’on a une position sans nuances, toute à gauche, sur les changements climatiques (causés par les activités humaines).

      Comment a-t-on procédé pour formuler cette opinion sur une hypothèse, trop vite passée au rang de fait établi ?
      Pouvait-elle être différente, sous peine de foudres de l’Akadémicien Champagne et de la faune journalistique praticienne à l’outrance de la rectitude politique réductrice ?

      Ici, comme ailleurs, la science (sélective) ne sert que de validation.

      Écodubitativement,
      Paul

      • Andre Piette dit :

        Bonjour Paul

        Si votre propos ici est politique et si vous voyez un biais à gauche au Québec, j’ai bien peur qu’il soit international dans ce cas.

        Je vous invite à consulter ce portrait de gauchiste notoire et probablement marxiste-léniniste dans son jeune temps. Il pourfend le capitaliste et pourtant il n’habite pas au Québec, vous devinez de qui je parle …..Laurence D.Fink, PDG de Black Rock.

        https://en.wikipedia.org/wiki/Laurence_D._Fink#cite_note-26

        Voici également son dernier manifeste de gauche: A Fundamental Reshaping of Finance

        https://www.blackrock.com/corporate/investor-relations/larry-fink-ceo-letter

        Le Capital de Karl Marx et lui…Même combat me direz-vous !….

        Ma compétence dans la vie est dans le domaine de l’efficacité organisationnelle. L’évaluation passe entre-autres par le taux de défaillance observée de leur processus.

        Pour ce qui est des académies, leurs scores sont très bons…rarement elles se trompent individuellement et je n’ai pas retracé de précédent ou elles ont du marché sur de la peinture fraiche pour reculer tous ensemble sur un même sujet. C’est purement empirique.

        Vous ne m’avez pas donner votre évaluation pour ma question….

        Qu’elle probabilité d’erreur associez-vous pour l’ensemble de ces académies de sciences lorsqu’elles se prononcent avec la meme conclusion sur un sujet ?

      • Reynald Du Berger dit :

        André Piette « Qu’elle probabilité d’erreur associez-vous pour l’ensemble de ces académies de sciences lorsqu’elles se prononcent avec la meme conclusion sur un sujet ? »

        Aucune académie ne doit trancher ni porter une opinion autoritaire sur un sujet aussi controversé dans la communauté des scientifiques et académiciens que le supposé RCA.

      • Reynald Du Berger dit :

        André Piette « Pour ce qui est des académies, leurs scores sont très bons…rarement elles se trompent »

        Je serais curieux de voir ces « scores » de la part de ces académies, les prédictions de catastrophes et recommandations qui en ont découlé au cours des disons 60 dernières années… trou d’ozone ? pluies acides ? démographie ? faim dans le monde ? pollution ? montée de la mer ? crashs boursiers ? incendies de forêts ? inondations? avez-vous des « scores » à nous montrer ?

  95. Andre Piette dit :

    Bonjour M Duberger

    Elles ne sont pas infaillibles, mais compte-tenu de la fiabilité passée de ces académies, on peut évaluer ceci….

    Ma question demeure, qu’elle probabilité d’erreur associez-vous pour l’ensemble de ces académies de sciences lorsqu’elles se prononcent avec la meme conclusion sur un sujet ?

    Vous faites de la science ou de la politique ?

    Une probabilité c’est tout… par exemple 1%.

    Le dénigrement de ces institutions est à mon sens le véritable péril auquel fait face notre civilisation.

    Des institutions fortes et crédibles sont les assises du développement de nos sociétés,

    Vous remettez en doute leur travail alors qu’elles ont une fiabilité historique remarquable !….

    • Paul S. dit :

      Monsieur Piette,

      Votre assertion : “ Le dénigrement de ces institutions est à mon sens le véritable péril auquel fait face notre civilisation. ”
      Permettez-moi de la reformuler : L’abandon de la rigueur absolue par certains, œuvrant au sein de ces institutions, est le véritable péril auquel fait face notre civilisation.

      Vous le dites, si bien : “ Des institutions fortes et crédibles sont les assises du développement de nos sociétés. “
      Le mot clé : crédibles. Ce qui est vérifiable par la pratique serrée de ‘Nullius in verba’ – vérifie toujours ce que d’autres affirment.
      Fastidieux, mais faisable. Malheureusement, le quatrième pouvoir ne le fait plus, car maintenant les médias, tous penchés à gauche, sont partie prenante, pas des arbitres impartiaux.

      Aujourd’hui, le passé n’est plus le garant de l’avenir. En rien.
      Dire : un “processus a été par le passé fiable pour une organisation, on peut logiquement s’y fier.” serait juste en autant que le processus en question soit scientifique et rigoureux.

      Par exemple, les académies peuvent-elles ouvertement ignorer le fait que la phase climatique réchauffante que nous vivons présentement a débuté vers l’an 1600, bien avant les émissions des gaz à effet de serre par la civilisation industrielle ?
      Un fait vérifiable par ‘Nullius in verba’.

      On peut quantifier les probabilités reliées à des activités objectives, pas celles requises par des professions obligatoires de la foi, assujetties à la pratique généralisée de la rectitude politique.

      Bonne cogitation écolucide,
      Paul

  96. rtremblay dit :

    Par cette discussion fort intéressante et courtoise, messieurs Duberger, Paul et Jacques et cie se sont peinturés dans le coin comme on dit.

    Si c’est un scientifique qui a le même avis qu’eux : c’est un génie qu’il faut acclamer. Si au contraire l’avis du scientifique (associations, académies, société savantes, etc..) est contraire à la leur et bien il est automatiquement louche. Chacune des cerises cueillies à gauche ou a droite du sentier est définitivement la preuve que la thèse du RCA est détruite selon eux…..

    Alors que l’année 2019 vient à nouveaux nous démontrer que le RCA est bien présent et qu’il n’y plus de plateaux depuis plusieurs années.

    Messieurs les hiatus… à vos google comme il disait ! 🙂

    Note : Tant qu’à moi le M. Michael Kelly n’est pas plus crédible malgré son pedigree fort intéressant .. en dehors du champ de l’étude du climat. regardez ces accointances avant de le mettre sur un podium.

    • Reynald Du Berger dit :

      rtremblay cale fait 100 fois qu,on vous demande de PROUVER votre affirmation d’un RCA… ça vient ? oui ou non ? vous dites non je ne peux le prouver et on passera ensuite au hiatus… alors ?

      • rtremblay dit :

        1) Tapez TMAG et 2019 sur google en premier !

        2) ensuite température des océans et 2019…. les preuves s’accumulent.

        3) Hiatus en 2019 : j’en ai discuté avec vous et montrez qu’il n’y a pas de plateau depuis 2010.
        Je n’ai pas l’intention de continuer ce dialogue de sourd en 2020. si vous ne consultez pas les informations que je vous réfère !

      • Reynald Du Berger dit :

        rtremblay On vous a demandé une preuve du RCA … une seule suffira … et foutez-nous la paix avec T océans, glaciers et ours polaires… combien de fois devra-t-on vous le répéter ? PROUVEZ-NOUS L’INFLUENCE PRÉPONDÉRANTE DE L’HOMME SUR LA TMAG !!!! EST-CE CLAIR ?

    • Paul dit :

      Bonjour Mr. Rejean,

      L’article relatant la prise de position de M. Kelly sur l’institution dont il est chargé de recherche (“fellow”) avait permis d’illustrer le manque de rigueur de la Royal Society en matière d’endossement de l’hypothèse du RCA : “Those who fail to provide balance are not giving advice, but lobbying. It is with the deepest regret that I must now state that this is the role which has been adopted by the Royal Society. And when scientists abandon neutral inquiry for lobbying, they jeopardise their purpose and integrity.”

      L’assertion concernant l’absence de nuancement et des raccourcis intellectuels en matière du RCA à la Royal Society est vérifiable.

      La distinction scientifique était octroyée au professeur Kelly par d’autres. Je ne connais pas ses travaux, ni ses accointances. En quoi, sont-elles dérangeantes ?

      La science dont se réclame M. Kelly cherche et s’interroge.

      La science de Dr. Greta affirme et contraint.

      Quand les Institutions alimentent la science grétine, elles deviennent en effet louches.

      Bonne journée,
      Paul

  97. Andre Piette dit :

    Bonsoir Monsieur Duberger

    J’ai beau cherché, hum je n’ai rien trouvé concernant les crashs boursiers, pouvez-vous m’éclairer ?

    • Reynald Du Berger dit :

      crashs boursiers, nuées de sauterelles, j aurais pu ajouter les épidémies… bref vous avez compris que je parlais de toutes ces académies prophètes de malheurs et de tous leurs malheurs prédits qui ne se sont jamais produits, pas plus que le RCA. Elles sont toutes nulles dans leurs prédictions de catastrophes.

  98. Andre Piette dit :

    Bonsoir monsieur Paul

    Je vous resoumet aussi à titre d’exemple ce communiqué de l’institut de France (Académie des sciences) en 2015 au sujet des changements climatiques.

    L’avis fut adopté sur la base de 78 Oui, 9 Non, 9 abstentions. ( Ici le de Monsieur Du Berger collègue Vincent Courtillot devait avoir voter non).

    Cliquer pour accéder à avis_031115.pdf

    En quoi, ici le processus de décision manque t’il de rigueur par rapport à la tradition de l’académie.

    Peu importe la nature d’un processus, s’il s’est averré par le passé fiable, il faut observer des défaillances pour y changer quelque chose.

    Les anglais ont une expression que j’aime bien à cet effet : if it’s not broken don’t fix it

    • Reynald Du Berger dit :

      Depuis 2015, plusieurs académiciens sont devenus climato-réalistes m’a confirmé l’an dernier Vincent Courtillot. La vérité finira pas triompher comme d’habitude.

    • Paul S. dit :

      Monsieur Piette,

      On ne peut pas manquer la date de la publication de l’Avis de l’Académie des sciences sur “Le changement climatique et la transformation du système énergétique”, soit le 3 novembre 2015.

      Un mois avant le début de la COP21, où l’on devait imposer des conditions contraignantes aux états participants. Cela, pour la gloire éternelle de la France et celle du président Hollande.

      Quiconque avait suivis les préparatifs, se souviendrait d’efforts frénétiques de monsieur Laurent Fabius et de madame Ségolène Royal pour concrétiser les conditions gagnantes. Les pressions sur les institutions françaises, pour solliciter l’endossement de l’urgence d’agir, étaient intenses et continues.

      Bien entendu, il se pourrait bien que la coïncidence entre la publication de son avis par l’Académie et les pressions de pouvoirs publics, était purement fortuite.

      La controverse et donc la science, se portent toujours relativement bien à l’Académie des sciences française, par rapport aux autres européens, mieux domestiqués par le pouvoir politique :
      https://www.lemonde.fr/planete/article/2018/03/22/nouveau-couac-sur-le-climat-a-l-academie-des-sciences_5274778_3244.html

      Un endossement politique n’a rien à voir avec les processus scientifiques.

      Justement, la réticence d’académiciens français d’endosser l’hypothèse concernant la corrélation (non-démontrée) entre le RCA (non-démontré) et les événements dits extrêmes est rassurante dans un monde où la rigueur devient facultative.

      “ If it works, don’t fiddle with it ! ”

  99. rtremblay dit :

    Vous semblez oublier les regroupements de médecins qui ont établis un lien entre cigarette et cancer du poumon et après bien d’autres types de maladies. Même s’il y avait en même temps des médecins qui se prêtaient au jeu de Malboro en s’affichant sur des publicités de cette compagnie. On sait aujourd’hui qui a eu raisons ! ….

    • Reynald Du Berger dit :

      rtremblay la vieille salade tabac vs cancer usée à la corde !!! Vous en voulez une plus drôle ? Les climato-crédules vs la terre plate…. je les appelle les géo-platistes ils croient au RCA et en la Terre plate. Greta est leur référence ! Écoutez la science leur dit Greta et , comme vous, ils l’écoutent ! Alors elle vient cette PREUVE qu’on vous a demandée ? Demandez à votre idole Greta…

      • André piette dit :

        Bonjour Monsieur Du Berger

        Pouvez-vous définir ce que serait pour vous un consensus scientifique ?

        Votre réponse m’intéresse vraiement ! Et Ne parlez pas d’unanimité de grâce.

      • Reynald Du Berger dit :

        exemple de consensus: un électron a une charge négative . Levez la main ceux qui croient que sa charge est neutre ? positive ? levez la main ceux qui affirment que l’homme est le facteur principal influençant la TMAG ? On passe au vote ?

  100. Andre Piette dit :

    Bonjour Monsieur Duberger

    Quoique votre manière de définir la notion de consensus scientifique est disons divertissante, je vous avoue que je ne m’attendais à rien d’autre.

    Cette posture de votre part implique que tout se résume finalement à un jeu du chat et de la souris.

    Qui a t-il de constructif à échanger de cette manière alors que dans votre texte d’introduction vous semblez déçu de notre incapacité à débattre au Québec.

    Le débat n’a d’intérët que par l’ouverture d’esprit de notre interlocuteur.

    Tant et aussi longtemps que vos interventions se fondent dans une forme de refus d’accepter les dogmes…j’accepte sans réserve et je ne déteste pas l’attitude un peu baveuse voir anarchique devant l’autorité.

    Vous pouvez toujours affirmer qu’il n’y a pas de preuves suffisantes du RCA et comme monsieur Paul, invoquer le motto ‘Nullius in verba’. Alors à ce moment je vous suis toujours.

    Cependant nier qu’il existe un consensus scientifique sur la question du RCA, démontre que votre réalité est parallèle à la mienne.

    Vous ne faites plus confiance aux institutions soit, cependant, présenter des prises de positions officielles, ou elles auraient reconnues s’être royalement gourées auraient été digne de ce vous prétendez être….un scientifique.

    Quand le terme géo-platistes apparait dans vos interventions, il ne s’agit des-lors plus de sciences mais de dénigrement.

    Le dénigrement étant une forme de débat que vous semblez privillégier, je vous invite à consulter ce portrait de gauchiste notoire et probablement marxiste-léniniste dans son jeune temps.

    Vous verrez Il pourfend le capitaliste et pourtant il n’habite pas au Québec, Je fais référence à …..Laurence D.Fink, PDG de Black Rock.

    Échangez avec Paul sur le bonhomme….

    https://en.wikipedia.org/wiki/Laurence_D._Fink#cite_note-26

    ici, son dernier manifeste de gauche: A Fundamental Reshaping of Finance

    https://www.blackrock.com/corporate/investor-relations/larry-fink-ceo-letter

    Alors au lieu de vous en prendre à une enfant (Greta). Tapez-vous.. Laurence Fink comme bête à abattre,

    Enfin pour vous de la chasse au gros gibier …Fink le gauchiste !…

    Sans rancunes

    • Reynald Du Berger dit :

      Andre Piette vous dites « Cependant nier qu’il existe un consensus scientifique sur la question du RCA, démontre que votre réalité est parallèle à la mienne. »

      Jusqu’à ce que vous me prouviez l’existence de ce consensus, je le nierai. Même chose pour votre affirmation d’un RCA. Il vous revient de prouver vos affirmations.

    • Normand dit :

      Bonjour M. Piette,

      Bien que la notion de consensus en science soit contestable, vous semblez y référer à partir des prises de positions officielles des institutions…

      Un sondage effectué auprès des membres de l’American Meteorological Society a révélé que la thèse du RCA était TRÈS loin de faire l’unanimité malgré la position tranchée de l’institution censée les représenter…

    • Paul dit :

      Monsieur Piette,

      Je n’ai pas lu, pour le moment, les écrits de Mr. Fink.

      Je crois fermement que le régime capitaliste permet à l’individu de s’épanouir. Ceci, encore plus dans sa forme idéale, malheureusement déformée depuis quelques temps.

      Le capitalisme entrepreneurial est ce dont nous avons besoin. Malheureusement, les monopoles et les cartels sont maintenant tolérés et l’état, au lieu d’être un arbitre impartial, intervient trop souvent dans le jeu de la libre concurrence.

      Il faudrait ABSOLUMENT écarter les lobbyistes du pouvoir et chasser les politiciens qui se font manipuler.

      Suis-je trop loin des idées de Mr. Fink ?

      Le gauchisme interventionniste est international (voir les démocrates de la nouvelle mouture aux USA), mais au Québec nous essayons toujours de faire “mieux” que les autres dans ce domaine.

      Paul

      N.B. : L’urgence climatique est un moyen d’accentuer l’interventionnisme étatique aux dépens de libertés individuelles.

  101. Jacques dit :

    ‘Pouvez-vous définir ce que serait pour vous un consensus scientifique ?’

    Je me permet de compléter la réponse du prof ici.

    Les termes ‘consensus’ et ‘unanimité’ ne font pas partie du domaine de la science. Cette notion de ‘consensus scientifique’ est un non sens. Le consensus n’a absolument aucune pertinence lorsqu’il s’agit d’établir la vérité ou la fausseté d’une théorie ou d’une hypothèse en sciences (physique, chimie, biologie par exemple).

    Cependant, certains scientifiques considèrent que le consensus est essentiel en sciences. Soit ils n’ont rien compris à la méthode scientifique, soit ils ne veulent pas faire de vagues qui pourraient nuire à leur carrière. Surtout s’il s’agit du réchauffement climatique. Un exemple ici (le prof Michel Jebrak donne une définition du consensus scientifique à 7:25 min):

    Ses compétences reconnues de géologue ne l’empêchent pas de dire une bêtise.

    Un exemple pour illustrer mon propos.

    Hypothèse: le CO2 présent dans l’atmosphère cause un réchauffement de la surface terrestre par l’effet de ‘back radiation’.

    Même si 95% des scientifiques affirmaient la véracité de cette hypothèse, cela ne prouve en rien qu’elle est vraie. L’argument de la majorité (argumentum ad populum) n’a aucune pertinence scientifique.

    La réalité est que cet effet de back radiation n’a pas de bases en sciences physiques. Cela reviendrait à affirmer, entre autre, que la surface terrestre peut être réchauffée par l’atmosphère plus froide, ce qui est impossible selon la 2e loi de la thermodynamique.

    Ref: https://principia-scientific.org/publications/PSI_Miatello_Refutation_GHE.pdf

    Lorsqu’on parle de ‘consensus scientifique’ au sujet du RCA, on parle essentiellement de ‘science politisée’, c’est à dire de science au service d’idéologies politiques. Ici, un article instructif de Michael Crichton qui explique clairement les dangers de la science politisée:

    http://www.michaelcrichton.com/why-politicized-science-is-dangerous/

    Et M.Tremblay devrait lire cet article, ce qui pourrait peut-être (mais il ne faut pas rêver) lui éviter de se ‘peinturer’ continuellement dans le coin…

  102. Andre Piette dit :

    Bonjour Messieurs

    Je ne crois pas en aucun moment avoir argumenté sur les fondements de la thèse du RCA puisque je n’ai pas les qualifications pour le faire. Désolé, Monsieur Du Berger, je n’ai émis aucune opinion sur ce sujet.

    Quel quidam qui consulte le blog de Monsieur Du Berger peut prétendre avoir le profil pour soutenir des arguments scientifiques sur ce sujet ? J’ai beau aimer les échecs et en connaitre les règles, de même que je n’aurais pas parié toutes mes billes dans un match contre Kasparov, je me garde de ce genre de joute avec Monsieur Du Berger qui fait référence en tant que collégue à Vincent Courtillot, membre de l’académie des sciences de France. Je lui fait donc ma révérence.

    Monsieur Du Berger met aussi au défi le quidam d’apporter des preuves sur le consensus scientifique.

    Cette notion de consensus scientifique me permet plus de l’attitude dans mes propos, même si avec raison, Jacques nous fait part que cette affirmation en science équivaut à un argument d’autorité, qui par conséquence fait reposer notre opinion sur autrui.

    Le mot science et consensus devient donc antinomique. Pourtant l’ensemble des académies de sciences du monde ont confirmé le RCA.

    Alors comment peut-on définir une conclusion commune de toutes les académies des sciences autour du globe sur la question du RCA ?

    Si elles s’étaient prononcées sur la rotondité de la terre, comment aurions-nous appeler cet état de fait.

    Effectivement problème de sémantique ici.

    Néanmoins par commodité, peut-on s’accorder cette largesse d’appeler un constat commun d’académies de sciences un consensus, peu importe le sujet ?

    Il est intéressant de souligner que la dernière académie à se rallier fut l’académie francaise en 2015. Monsieur Du Berger, avec raison, fait valoir que des membres, dont entre-autres son collègue Monsieur Courtillot et Mme Catherine Bréchignac, secrétaire perpetuel, ont fait valoir leur désaccord. Même un rapport reflétant cette dissidence minoritaire avait été réclamé mais finalement non produit puisque les status de l’académie ne le prévoyaient pas.

    L’avis fut finalement adopté sur la base de 78 Oui, 9 Non, 9 abstentions.

    Cliquer pour accéder à avis_031115.pdf

    Difficile donc, pour le quidam comme moi de faire la part des choses mais l’histoire regorge de débats épiques dans cette auguste enceinte du savoir.

    Hum que penser !…

    A propos de l’histoire de l’académie, voici une citation intéressante et qui se vérifie empiriquement et facilement :

    « Notre arbitre, c’est le temps, et celui-ci montre qu’on s’est relativement peu trompé. » (Mme Catherine Bréchignac, secrétaire perpetuel…la même que plus haut)

    Pour peu que l’on s’y arrête, les ouvrages sur les erreurs en science ont contribuées à démontrer ceci :

    Les institutions scientifiques ne sont pas infaillibles et malgré qu’elles soient soumises aux dynamiques sociales de leur temps, elles ont été remaquablement fiables une à une… L’énoncé de Mme Bréchignac se confirme donc.

    Alors, prenez l’ensemble de ces organisations

    http://www.opr.ca.gov/facts/list-of-scientific-organizations.html

    Quelle fiabilité associez-vous à une position commune ou elles engagent leur crédibilité en tant qu’instittution ?

    C’est empirique, même si ce n’est pas un concensus me direz-vous !

    Salutations

    P.S Monsieur Paul

    Fink est aussi gauchiste…qu’un lion est végane !

    il gére un des fonds d’investissement les plus important et il fait partie du club select des participantants du forum de Davos.

    En gros, il donne cet avertissement que la business est appelé à se transformer et que le développement durable devait maintenant être considéré comme critère d’investissement. Il considère dorénavant le RCA comme une menace.

    A Fundamental Reshaping of Finance

    https://www.blackrock.com/corporate/investor-relations/larry-fink-ceo-letter

    Put your money where your mouth is…disent les anglais.

    Le bonhomme n’a pas la réputation de parler pour ne rien dire.

    • Reynald Du Berger dit :

      Andre Piette vous dites « peut-on s’accorder cette largesse d’appeler un constat commun d’académies de sciences un consensus, peu importe le sujet ? »

      On ne peut pas car aucune académie ne peut prétendre parler au nom de la majorité de ses membres, à mois de les avoir sondés. Une académie peut émettre un avis sur un sujet mais ne peut prétendre que cet avis soit partagé par l’ensemble de ses membres. Mes deux collègues Vincent Courtillot et Richard Lindzen , tous deux membres avec moi du comité scientifique de l’Association des climato-réalistes, sont membres de l’Académie des sciences pour le premier et de la National Science Academy pour le second. L’histoire est remplie d’avis d’académies qui se sont avérés faux par la suite. Tous les avis de nature apocalyptiques comme le RCA ou l’épuisement des ressources terrestre au 20 ième siècle devraient faire réfléchir sur la témérité de pareils avis. Je ne comprends pas votre acharnement à leur accorder autant de crédit et d’importance.

  103. Andre Piette dit :

    A propos de l’histoire de l’académie, voici une citation intéressante et qui se vérifie empiriquement et facilement :

    « Notre arbitre, c’est le temps, et celui-ci montre qu’on s’est relativement peu trompé. »

    Mme Catherine Bréchignac, secrétaire perpetuel…et climato-réaliste j’imagine

    Ici, je partage le point de vu de Mme Bréchignac, l’histoire des erreurs en science démontre que souvent même les meilleurs scientifiques se sont souvent trompés alors que les institutions ont été plus fiables puisque plus prudentes.

    C’est tout.

    P.S

    Je ne comprends pas votre acharnement à vouloir réécrire des processus qui ont fait leur preuve.

  104. Andre Piette dit :

    Bonsoir Monsieur Du Bergé

    J’oubliais

    J’ai beau chercher, mais je n’ai retracé aucun communiqué d’académies qui faisaient références unanimement à des fléaux ou à l’apocalypse.

    Puisque vous aimez que l’on vous apporte des preuves, la courtoisie la plus élémentaire serait d’en fournir également.

    P.S

    Exemple de communiqués officiels

    http://www.opr.ca.gov/facts/list-of-scientific-organizations.html

    • Reynald Du Berger dit :

      « je n’ai retracé aucun communiqué d’académies qui faisaient références unanimement à des fléaux ou à l’apocalypse. »

      eh ben ! si brandir un RCA qui menace la Planète et notre extinction avant 2025, n’est ni fléau ni apocalypse… qu’est-ce qu’il vous faut ?

  105. Andre Piette dit :

    Monsieur Du Berger

    Vous avez encore une foir raison :

    Une académie peut émettre un avis sur un sujet mais ne peut prétendre que cet avis soit partagé par l’ensemble de ses membres.

    L’avis fut finalement adopté sur la base de 78 Oui, 9 Non, 9 abstentions.

    Cliquer pour accéder à avis_031115.pdf

    Il n’y a aucune ambiguité, l’avis n’est évidement pas partagé par tous les membres.

  106. Andre Piette dit :

    Bonsoir Monsieur Du Bergé

    Elle est bonne.

    On se reprend, prise 2

    Communiqués d’académies qui faisaient références UNANIMEMENT à des fléaux ou à l’apocalypse.

    Pour vous faciliter la tache, seulement 10 académies sur un meme sujet.

  107. Andre Piette dit :

    Bonsoir Monsieur Du Berger

    eh ben ! si brandir un RCA qui menace la Planète et notre extinction avant 2025, n’est ni fléau ni apocalypse… qu’est-ce qu’il vous faut ?

    Seriez-vous en voie de réaliser qu’il s’agit d’un précédent ?

    Comme c’est singulier….Les physiciens diraient une singularité.

    • Reynald Du Berger dit :

      Etes-vous en train de nous dire que plus le nombre d’académies qui affirment une chose est grand, plus cette chose a de chances d’être vraie ?

  108. Andre Piette dit :

    Bonjour Monsieur Du Berger

    Pour le quidam comme moi qui veut se faire une tête dans ce genre de débat, le problème passe nécéssairement par l’évaluation de la fiabilité des processus des organisations et des acteurs.

    Votre position équivaut à mettre en doute la fiabilité des processus des académies. Ce qui revient à dire que le Professeur Du Berger fait de la science et que les institutions scientifiques qui comptent les meilleurs scientifiques de leur pays n’en font plus.

    À un moment vous écrivez, « Une académie peut émettre un avis sur un sujet mais ne peut prétendre que cet avis soit partagé par l’ensemble de ses membres.. »

    C’est pourtant ce qu’elles font sans ambiguité puisque c’est la dynamique propre du milieu des académies scientifiques que tous ne partagent pas une position dominante.

    Cet avis, comme bien d’autres, qui fut finalement adopté sur la base

    de 78 Oui, 9 Non, 9 abstentions en est l’illustration.

    Cliquer pour accéder à avis_031115.pdf

    « Notre arbitre, c’est le temps, et celui-ci montre qu’on s’est relativement peu trompé. »

    Dixit, Mme Catherine Bréchignac, secrétaire perpetuel de l’académie de France, et qui partage également votre point de vue sur le rca.

    Les académies ne sont pas fiables dites-vous, pourtant votre collègue Mme Bréchignac affirme le contraire.

    Qui voit juste ?

    En principe, une Académie de sciences, compte dans ses rangs les scientifiques réputés et reconnus de leur pays.

    Cette fois, le quidam peut facilement se plonger dans l’histoire des erreurs en science.

    Même les meilleurs scientifiques se sont souvent trompés alors que les académies des sciences quant à elles, ont été plus fiables puisque de par leur rôle elles doivent justement être prudentes.

    Elles ne sont pas infaillibles et malgré qu’elles soient soumises aux dynamiques sociales de leur temps, elles ont été remaquablement fiables une à une…

    Le quidam peut facilement valider ici l’affirmation de Mme Bréchignac.

    Je n’ai par contre aucune donnée associée au Professeur Du Berger pour évaluer un niveau de confiance à lui associer.

    L’évaluation devient mathématique !

    Vous avez identifié à la blague, une position pontificale erronée de 16.. pour documenter un taux d’erreur des académies.

    Ce faisant pour l’exercice, nous pourrions convenir un taux de défaillance de 1 %.

    Puisque que chaque académie des sciences, pour se prononcer sur une question, doit procéder à un processus de révision requis en science.

    On peut inférer que si elle partage un point de vue commun sur un sujet, la probabilité d’erreur devient la multiplication des taux de défaillance associée à chacune.
    Puisque votre hypothèse revient à dire qu’elles ont tous failli à la tâche au même moment.

    Il est vraisemblable que cette probabilité est très faible et que votre hypothèse doit être rejetté (c.q.f.d.)

    • Reynald Du Berger dit :

      Comment cqfd ? Vous n’avez absolument rien démontré… Etes-vous en train de nous dire que plus le nombre d’académies qui affirment une chose est grand, plus cette chose a de chances d’être vraie ? réponse svp.

  109. Andre Piette dit :

    Bonjour Monsieur Du Berger

    Ce que j’affirme est simple, les résultats issus de processus avérés fiables par le passé demeurent et sont présumés fiables au présent à moins d’indications contraires.

    La vérité absolue n’existe pas, même pour vous.

    Selon mes recherches, la probabilité qu’elles aient tous tort en même temps est faible.

    Simplifions, vous possédez cent montres et elles ont chacune un taux historique de défaillance de 1 %. Chacune d’elle indique midi.

    Dans ce cas,quelle probabilité d’erreur associée vous à l’énoncé….Il est midi ?

    Vous affirmez que ces académies ne sont pas fiables, je n’ai rien de concret à me mettre sous la dent pour le confirmer.

    Désolé

    • Reynald Du Berger dit :

      Rome, 1616 « levez la main ceux qui affirment que la Terre est immobile » !…. 100% de mains levées = processus par le passé qui s,est avéré fiable. Comment expliquez-vous votre obsession à croire comme vérités absolues, tous les avis émis par les académies ? Je commence à détecter chez-vous une pathologie. Et ce qui est plus grave, une absence d’esprit critique .

    • Paul S. dit :

      Le monologue circulaire rhétorique de Mr. Piette, c’est bien beau, mais peu instructif pour nous les béotiens.

      Affirmation : “.. les résultats issus de processus avérés fiables par le passé demeurent et sont présumés fiables ..”

      Alors, Mr. Piette est sûrement en mesure de nous décrire en détail le(s) processus scientifique(s) séculaire(s) pratiqué(s) par chacune des académies pour affirmer le RCA.

      Quelqu’un qui calcule la probabilité évaluant la fiabilité de dits processus, doit forcément bien les connaître.

      Monsieur Piette, pas de généralités SVP, le(s) processus en entier, avec toutes les étapes.

      • Paul S. dit :

        Bonjour monsieur Piette,

        Alors, ce fameux processus, le connaissez-vous ?
        Vous devriez, car vous avez utilisé ce terme 32 fois sur cette page du Blog de Reynald Du Berger.

        Passer de l’abstrait au concret, le pouvez-vous ?

        En toute chose concernant l’homme, ses sciences, ainsi que ses hommeries : “le diable est dans le détail”.

        Bonne journée,
        Paul S.

      • Andre Piette dit :

        Bonjour Monsieur Paul.

        Dans un premier temps, on peut évaluer empiriquement la fiabilité d’un processus sans en connaitre le moindrement le fonctionnement, simplement en mesurant son taux de fiabilité,

        Par exemple, vous pouvez évaluer la fiabilité d’un modèle de missile pour atteindre une cible à 100 Km, sans pour autant savoir comment il est guidé.

        Même principe pour une organisation, par exemple une société de transport, on peut évaluer la fiabilité de l’organisation (macro-processus) en fonction de sa capacité de respecter les horaires prévus. Si des défaillances significatives sont observées, alors, il faut faire appel à des experts pour l’évaluation des opérations défaillantes (micro-processus).

        À propos des académies, les ouvrages sur les erreurs en science ont contribué à démontrer ceci :

        Même les meilleurs scientifiques se sont souvent trompés et véhiculé des opinions erronées alors que les académies des sciences quant à elles, ont été fiables puisque de par leur rôle elles se doivent justement d’être prudentes.

        Alors pour illustrer ce mandat, voici les status de la Société Royale du Canada.

        Cliquer pour accéder à By-Laws%202018%20update.pdf

        Voir le point 2 Objectifs.

        J’imagine que chaque pays possèdant une académie des sciences digne de ce nom, utilise des processus comparables.

        C’est pourquoi lorsque l’ensemble de ces académies partagent un point de vue commun sur un sujet…il est possible que ce soit un constat scientifique….:)

        Salutation

      • Paul S. dit :

        Bonjour monsieur Piette,

        Exactement, comme je le disais.
        Vous vous complaisez toujours dans l’abstrait, mais le “reality check” ne peut se faire qu’en considérant le concret.

        Vos exemples d’évaluation empirique comportent un résultat pouvant être constaté objectivement (ex. : respect de l’horaire prévu), ce qui n’est pas le cas de l’affirmation du RCA.

        Alors, une fois de plus, ce(s) fameux processus scientifique(s) séculaire(s) pratiqué(s) par chacune des académies pour affirmer le RCA, le(s) connaissez-vous ?

        Écodubitativement,
        Paul

        N.B. – 1 :
        Vous dites : “J’imagine que chaque pays possèdant une académie des sciences digne de ce nom, utilise des processus comparables.”
        En lisant vos AFFIRMATIONS sur les processus, je me serais attendu à : “Je sais (ou j’ai la certitude) que ……… des processus comparables.”

        N.B. – 2 : Même votre renvoi aux Statuts de la Société royale du Canada est à l’image du reste de vos interventions – ABSOLUMENT RIEN sur les processus d’évaluation scientifique réputés infaillibles.

        Lisez-vous vos références ou vous adonnez-vous au “wishful thinking” à plein temps ?

      • Andre Piette dit :

        Bonjour Monsieur Paul

        Au contraire de votre appréciation, en consultant les status de l’académie Royale, on y apprend que ses membres font partie de l’élite de la communauté scientifique et de leur disciplines respectives. On peut inférer que leur profil est en phase avec une compétence certaine pour permettre à l’institution de remplir sa mission.

        Un des mandats de la société est le suivant :

        Cliquer pour accéder à By-Laws%202018%20update.pdf

        Voir le point 2 Objectifs alinéa f.

        (f) l’évaluation indépendante et savante des enjeux
        contemporains d’intérêt public et importants pour le
        Canada, offrant de ce fait une tribune publique pour
        les discussions sur ces grandes questions;

        On comprendra que le processus passe sürement par le recrutement de membres compétents.

        Vous pourrez sürement arguer qu’ils ne le sont pas et encore là, ce ne serait pas un obstacle pour autant :

        Voir mon post du 5 février ou je vous faisais mention qu’il n’était absolument pas nécessaire de connaitre les détails d’un processus pour en évaluer sa fiabilité.

        Dans le cas qui nous intéresse, vous pouvez facilement faire vous-mëme le recencement des positions défaillantes des académies de science au numérateur sur le nombre de prises de position au dénominateur pour établir un taux de défaillance associé à leur publication.

        Salutations

  110. Andre Piette dit :

    Votre position équivaut à mettre en doute la fiabilité des processus des académies. Ce qui revient à dire que le Professeur Du Berger fait de la science et que les institutions scientifiques qui comptent les meilleurs scientifiques de leur pays n’en font plus.

    Vous pouvez y croire, mais il vous manque de la matière pour l’étayer.

    Heureusement que votre esprit critique vous protège de l’égarement de vos éminents collègues !

    En passant en 1616, est-ce que les mêmes processus de validation scientifiques étaient utilisées ?

    Voyez-vous je préferre votre point de vue sur le RCA, mais je ne peux l’évaluer scientifiquement ?

    M’avez-vous ici prendre position sur le RCA…?

    Je ne crois en rien, j’évalue des risques dans la vie.

    Ce que je sais bien faire, c’est l’évaluation de la fiabilité de processus et du calcul de probabilités de défaillances…c’est tout.

    Tout ce dont je discute est la fiabilité des institutions scientifiques et par conséquent le degré de confiance que l’on peut apporter ¸aux fruits de leurs travaux.

    Au fait cette position commune n’est pas le fruit d’une soirée bien arrosée ou elles se sont tous prononcées au même moment en criant hip hip hourra.

    Est-ce manquer d’esprit critique ?

    Relisez l’affirmation de votre collègue Mme Bréchignac, elle fait confiance au processus de l’académie, et ce malgré les questions qui l’habitent toujours concernant le RCA. Cette posture est légitime et s’inscrit dans la grande tradition de l’histoire des sciences.

    Au fait, que donne votre calcul…100 montres qui indique midi ? 100 processus distincts qui arrivent au même résultat.

    Vraiement, vous y voyez un manque d’esprit critique ?

    A contrario, ce peut-il que d’en avoir trop (d’esprit critique), peut-être apparenté à un mécanisme de défense ? Beau projet de psychanalyse en vue…

    Je vous laisse en écoutant cette chanson ….Tout va très bien madame la marquise…

    ….tout va très bien….tout va très bien !….

    • rtremblay dit :

      M. Piette vous vous intéressez aux travaux de divers académies de science.

      Voici des informations que vous trouverez certainement pertinentes.

      Cliquer pour accéder à colloque_climat_0120.pdf

      M. Duberger aurait pu s’y présenter lui qui aime débattre de ces idées !

      Cette institution a quand même fait le choix de réfléchir aux moyens de faire face aux changements climatiques plutôt que de juste niez le phénomène bien réel du RCA.

  111. Jacques dit :

    L’Académie des Sciences a en effet organisé un colloque ouvert au public, les 28 et 29 janv 2020. On peut visionner les présentations ici:

    https://www.academie-sciences.fr/fr/Colloques-conferences-et-debats/changement-climatique.html

    J’ai pris le temps de visionner la majeure partie des présentations et pour résumer, je trouve incongru que ce colloque ait été organisé par l’Académie des Sciences. C’est le Giec qui aurait dû, en toute logique, organiser un tel colloque, car ce sont essentiellement les conclusions, les prévisions et les recommandations du Giec qui sont exposées. Je rappelle que Valérie Masson-Delmotte est co-présidente du groupe 1 du Giec et parle donc au nom du Giec. Que vient faire le Giec à l’Académie des sciences ? C’est ue question qui mériterait qu’on s’y intéresse.

    Doit-on comprendre que la vénérable Académie endosse de facto les positions du Giec sans autre formalité ?

    https://www.lemonde.fr/blog/huet/2020/01/31/lacademie-des-sciences-soccupe-du-climat/

    Ainsi, selon ce journaliste spécialisé en science, Sylvestre Huet: ‘ Avec ce colloque l’Académie des sciences a tourné la page d’un mauvais chapitre de son histoire’.

    De quel mauvais chapitre s’agit-il au juste? Est-ce que l’ex secrétaire perpétuel Catherine de Bréchignac a quelque chose à voir avec ce mauvais chapitre? À cause de son manque d’ouverture sur le Giec peut-être?

    Il semble que le nouveau secrétaire parpétuel Etienne Ghys (qui remplace Catherine de Bréchignac), soit plus ouvert face aux positions du Giec.

    On est en droit de le penser, car M. Huet, dans son article cité ci-haut, écrit ceci:

    ‘ Merci au mathématicien Etienne Ghys, secrétaire perpétuel et à Pierre Corvol, Président, pour avoir contribué à mettre l’Académie au diapason des autres Académies dans le monde.’

    C’est ainsi que l’Académie a fait acte d’allégeance au roi Giec, comme jadis les chevaliers faisaient allégeance à leur roi en jurant de le servir avec loyauté.

    • Andre Piette dit :

      Bonjour M Jacques

      Voyez-vous, lorsque votre esprit critique cherche des cibles à pourfendre, vous n’aviez que….Le Giec, la NASA, Radio-canada, D Champagne, Greta et les gauchistes,.

      J’accepte donc difficilement cet argument circularité que vous me servez-là.

      Pour vous aidez à élargir vos horizons, vous pouvez maintenant ajouter à votre liste toutes les académies de sciences du pays qui vous plaira.

      Le pays qui vous plaira…, presqu’une façon de voyager….

      Salutations

  112. Jacques dit :

    Même si 100 académies produisaient des avis validant le RCA en votant comme l’a déjà fait l’Académie des Sciences, cela ne prouverait en rien que cette théorie est vraie.

    Revenons un peu sur cet avis de 2015 mentionné par M. Piette (post du 29 janv):

    Cliquer pour accéder à avis_031115.pdf

    Il est mentionné que l’avis en question a été adopté : 78 pour, 9 contre et 9 abstentions.
    Ce qui m’aurait hautement intéressé, c’est de connaître les motifs des 9 membres de l’Académie qui ont voté contre l’adoption de l’avis. Par exemple, ont-ils voté contre cet énoncé inclus dans l’avis? à savoir:

    ‘ Ainsi l’Académie des sciences insiste dans cet avis sur l’urgence et l’actualité de l’action en termes de recherche et d’innovations pour faire face au changement climatique.’

    Pourtant, on peut lire ceci sur le site de l’académie (rubrique: chartre de l’expertise):

    ‘au vu de ce rapport d’expertise, l’assemblée plénière de l’Académie exprime un avis en tant que panel de scientifiques-citoyens non tous experts de la question posée, mais rompus à la méthode scientifique et garants de la qualité des méthodologies. Cet avis fait l’objet d’un vote à la majorité simple et est adjoint au rapport d’expertise. L’expression des opinions minoritaires est annexée à l’avis.’

    https://www.academie-sciences.fr/fr/Assurer-un-role-d-expertise-et-de-conseil/charte-de-l-expertise.html

    Donc, l’expression des opinions minoritaires est annexée à l’avis ! J’ai cherché partout, mais je n’ai trouvé aucune trace de ces opinions minoritaires. Serait-ce que ces dernières sont tenues secrètes, non accessibles au public ? Parce que l’Académie n’apprécie pas trop la dissidence…

    Peut-être que M. Piette, qui s’intéresse beaucoup aux académies, pourrait me renseigner à ce sujet. Mais j’ai l’impression que M. Piette non plus n’apprécie pas trop la dissidence, parce qu’il est persuadé que la majorité doit l’emporter, comme dans un vote démocratique lors d’une assemblée politique par exemple.

    Pourquoi l’Académie des Sciences se prononce t-elle sur des sujets comme les changements climatiques et la transition énergétique? Est-ce suite à une requête de l’État ou d’autres instances publiques? Ou simplement pour confirmer que les conclusions du Giec sont fiables, nonobstant certaines incertitudes ?

    Au lieu de ces avis qui entérinent les positions du Giec, j’aurais apprécié que l’auguste et vénérable Académie se penche sérieusement sur un sujet qui relève vraiment de la science physique: l’effet de serre et l’influence des gaz dits à effet de serre (CO2 en particulier).

    Cet effet de serre qui est partout proclamé mais jamais démontré, est le talon d’Achille du Giec et des climatologues qui oeuvrent dans son sillage.

    • Andre Piette dit :

      Bonsoir M Jacques

      Si 100 académies de sciences se prononcaient sur la ROTONDITÉ de la terre…sûrement que cela ne prouverait rien pour vous. Même de la bouche du cheval !….

      Elles interviennent justement pour valider sur des bases scientifiques des conclusions sur divers sujets….C’est leur raison d’être.

      Exemple , les compagnies de tabac ont fait jadis de bonnes pubs avec des docs qui vantaient les qualités de leur produit. Par contre, les académies de sciences ont mis en garde la population sur l’usage du tabac sans en avoir jamais fait la promotion.

      <>

      C’est un des mandats de ces académies

      Alors pour illustrer ce mandat, voici les status de la Société Royale du Canada à titre d’exemple.

      Cliquer pour accéder à By-Laws%202018%20update.pdf

      Voir le point 2 Objectifs alinéa f.

      (f) l’évaluation indépendante et savante des enjeux
      contemporains d’intérêt public et importants pour le
      Canada, offrant de ce fait une tribune publique pour
      les discussions sur ces grandes questions;

      <>

      Voir mon post du 28 janvier

      <>

      Si vous passez en revue les communiqués des académies, ils sont rarement adoptés à l’unanimité !
      La dissension est dans l’ADN de ces organisations. L’unanimité les paralyserait !….

      Et l’histoire encore une fois confirme la fiabilité de leurs travaux.

      Salutations

comment éliminer un abonné indésirable ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s