UN HOMME POLITIQUE DIT NON AUX CLIMATO-ALARMISTES

Publié: 7 février 2019 dans Uncategorized

7771-jacques-brassard-ancien-ministre-pequiste

 

Au cours de sa longue carrière politique, Jacques Brassard a été à la tête de  plusieurs ministères du gouvernement québécois, dont celui très important de l’Environnement. C’est à ce titre que des juristes ont récemment sollicité son appui dans le cadre d’une proposition de loi « sur le climat » (sic).

Pour ma part, j’ai déjà exprimé mon avis aux juristes à l’origine de cette proposition. Avec sa permission, je rends publique la réponse qu’il a adressée à ces juristes et qu’il a nuancée ce matin dans sa chronique à la radio de CHOI Radio-X. Voici donc sa réponse à ces juristes, claire et non équivoque.

MA RÉPONSE EST NON

Je vous le dis sans détour : ne comptez pas sur moi. Assujettir l’État à des obligations coûteuses visant à combattre le «réchauffement climatique» d’origine anthropique, c’est pour moi «Non merci!». Je suis ce qu’on appelle un climato-sceptique.

Ce qui signifie que je n’adhère pas à la thèse ou à la théorie selon laquelle l’humanité serait responsable du réchauffement climatique. D’autant plus qu’elle a muté pour devenir une vérité indiscutable et un dogme incontestable. Dès les années 90, le monde occidental a quitté le domaine de la science pour s’assujettir à une nouvelle religion avec son clergé, son credo, ses prêcheurs et sa procédure d’excommunication. Ce nouveau culte est ardemment soutenu par les diverses congrégations verdoyantes, l’ensemble (ou presque) de la classe politique (quasi unanime) des divers pays occidentaux, l’ensemble (ou presque) des médias, les zartistes et une proportion non négligeable de scientifiques alléchés par les généreux subsides des États (particulièrement dans le lucratif secteur des modèles informatiques visant à prophétiser le climat de l’avenir).

Cette religion a un catéchisme qui est martelé sans arrêt pour contraindre le peuple à y adhérer sans réserve. Les politiciens quant à eux se sont empressés de revêtir la défroque de «Sauveur de la planète». Avec un si prestigieux statut, la classe politique peut ainsi se permettre, sans vergogne, de vider les poches des contribuables. Tout ça pour de nobles motifs : taxe carbone, parcs éoliens, subventions pour l’achat de voitures électriques, diabolisation des énergies fossiles etc

Si, par malheur, un politicien hésite ou rechigne à se soumettre à la sainte doctrine, il risque d’être cloué au pilori.

Car pour cette nouvelle religion le mécréant risque, non pas le goulag bien sûr, mais l’effacement. Son droit de parole est anéanti. Le géophysicien Reynald Du Berger en sait quelque chose. Vous pouvez au moins visiter son blog : il décoiffe et il déniaise!

Dans mon cas, j’ai été chroniqueur pour deux journaux (le Quotidien et le Journal de Québec) et de temps à autre je traitais de la question climatique, osant remettre en question le dogme du péché carbonique de l’humanité. J’étais le seul à le faire. J’ai été finalement viré par les deux journaux. Vous remarquerez d’ailleurs qu’il n’y a pas un seul chroniqueur, dans les divers journaux québécois, qui s’aventure à émettre quelques doutes sur le petit catéchisme écolo-réchauffiste.

Même l’iconoclaste Richard Martineau n’ose pas traiter de ce sujet. Lui qui prend plaisir à malmener toutes les religions ne touche pas du tout à celle de l’imposture climatique.

Ne serait-ce que pour mettre en évidence l’absurdité de la diabolisation d’un gaz (le dioxyde de carbone) non toxique qui est indispensable à la vie des plantes et qui ne constitue que 0,04% de la composition de l’atmosphère.

En terminant, savez-vous ce qui me dégoûte dans cette nouvelle religion? C’est le comportement d’automates de ses fidèles qui ne font que rabâcher le credo sans la plus petite lueur de réflexion qui pourrait conduire à confronter l’idéologie aux faits.

Inutile de vous dire que j’espère que le nouveau Premier Ministre ne donnera pas suite à votre proposition.

Jacques Brassard

commentaires
  1. Paul S. dit :

    J’étais un visiteur fréquent du blog de monsieur Brassard, avant sa disparition.

    Tout en étant depuis toujours un contre-péquiste, j’appréciais la clarté du propos de ce proéminent souverainiste et son bon jugement.

    Content de lire ses propos pleins de bon sens adressés aux deux avocaillons opportunistes, sans envergure aucune.

    Je me demande si monsieur Brassard connait la forte possibilité que cette arnaque climatique globaliste repose sur une coïncidence à rebours.

    Dans les faits : l’augmentation de la température précède toujours l’augmentation de la concentration du CO2 atmosphérique. Pas le contraire !
    Autant à court, qu’à long terme.

    • mario dit :

      Bravo M. Brassard !
      Un texte bien ficelé. Je vais écrire à M. Martineau à ce sujet.
      Je me demande bien la raison pour laquelle il a peur ?
      Je suis enseignant au secondaire en math et en sciences et je suis le seul à informer mes élèves de cette arnaque climatique. Même mes collègues me regardent d’une drôle de manière…
      Je fais ressortir, chiffres à l’appui (merci M. Du Berger !), les enjeux politiques et économiques de ces arnaqueurs.
      Mario

  2. rtremblay dit :

    RELIGION BRUNE QUE VOUS APPLIQUEZ LES CLIMATO-SEPTIQUES !

    VOUS ÊTES PLEINs DE CONTRADICTION DONT CELLE CI:

    VOUS CONSTATEZ QUE LE CO2 AUGMENTE MAIS AFFIRMEZ QUE LE TMAG EST SUR UN PLATEAU (C’EST BIEN ÉVIDEMMENT FAUX)… eh eh ! voilà Paul S. qui va nous présenter un tricotage intellectuelle présenter dans un langage digne des grands poètes.

    M. Jacques Brassard aussi manipule le phrasé qui vole haut. Malheureusement, cet ancien prof d’histoire ne nous apprends rien sur la science du climat en bon ancien politicien qu’il est !

    • Fernand Trudel dit :

      Le CO2 ne dirige pas le climat et c’est prouvé. Mais les gouvernements entretiennent la polémique qui leur permet de lever des taxes à la crédulité. Pour cet intervenant il démontre sa foi inébranlable dans la religion verte.

      https://journals.lib.unb.ca/index.php/gc/article/view/2691/3113

    • Paul S. dit :

      Cher Rejean,

      Selon quel principe agronomique, l’accès au Gros bon sens, serait-il interdit aux professeurs d’histoire et aux poètes ?

      D’autant plus que de nombreux scientifigues et ingénieurs agroalimentaires ont laissé ce champs libre, préférant de planer dans la stratosphère intellectuelle de la rétroaction radiative imaginaire.

      Merci du compliment.
      Me qualifier plutôt d’un pouët-pouët (préférablement petit au grand) serait plus juste.

      Paul

  3. Gérald Riverin dit :

    Quelle belle lettre lucide et qui résume si bien la situation. Une telle connivence entre activistes, médias et politiciens opportunistes a été rarement vue et fait peur!!! La clé cependant sont les médias qui se nourrissent de spectaculaire, mais qui ont entraîné dans leur sillage les politiciens qui sont de facto muselés par le système! Quant aux scientifiques, dont je suis (!), j’ai honte de ceux qui se nourrissent de cette arnaque.

    • mario dit :

      Bonjour M. Riverin, bien dit !
      vous savez, de tous temps, la «peur» a souvent été employée comme instrument de contrôle sur les gens ou les peuples. Souvenons-nous, lorsque nous étions petits : le «bonhomme sept heure» est dans les environs…
      Notons aussi le contrôle suprême des sorciers dans les tribus.
      La Science a le dos large; on peut l’employer de la bonne manière mais on peut aussi s’en servir de façon malveillante afin que ces gens mal intentionnés puissent nous enfoncer dans le cerveau toutes sortes de sornettes ! Pour plusieurs, la Science ne se trompe pas, elle est un absolu. Il est donc facile (et rusé…) de s’en servir afin d’appuyer ses arguments.
      Mario

      • Paul S. dit :

        Jadis, jusqu’au début des années ‘60, rien n’était acquis. Il fallait conquérir la nature pour, d’abord survivre, ensuite pour progresser.
        Il en était ainsi aussi de l’autre côté du Rideau de Fer.
        On vivait dans des sociétés de conquête, régies par des valeurs masculines. On était fiers de nos progrès.
        Pour le constater, il suffit d’écouter le ton triomphaliste des films documentaires que l’on projetait dans ce temps avant les films de fiction dans les cinémas.

        Aujourd’hui, trop gâtées, les nouvelles générations (en Occident), s’excusent d’avoir trop de tout, ainsi que d’être plus fortunés que ceux nés ailleurs.
        Les valeurs femelles dictent les normes de la rectitude politique omniprésente et au lieu de nous préoccuper de l’avancement, nous privilégions la décroissance, sans nommer la chose.

        Oui, la peur motive les femellettes, mais il ne faut pas oublier l’auto-culpabilisation.

  4. Francois Gauchenot dit :

    Merci Reynald Ça fait du bien Amitiés François

    Francois Gauchenot gauchenotf@gmail.com

    >

  5. Normand dit :

    M. Brassard, je trouves nettement exagérée votre comparaison avec une religion…

    Parce que ça signifierait qu’on aurait dû
    trouver un remplaçant au diable… exemple le CO2…

    Le Vatican deviendrait le GIEC ?
    La Bible deviendrait la « science » filtrée,
    Les Cardinaux et curés deviendraient… la liste est trop longue,
    Les sermons deviendraient l’avalanche d’articles alarmistes dans les médias,
    Les pêcheurs deviendraient vous et moi (mais pas eux),
    L’excommuncation deviendrait tout questionnement au pilori,
    L’inquisition deviendrait la diffusion d’une pensée unique,
    La Dîme deviendrait la Taxe Carbone…

    Par contre, on pourrait conserver le peuple à genoux et la fin du monde…

    Euuuuuuuhhhhhhhh, ouins, finalement à bien y repenser !!!???

  6. James C. dit :

    Au Francs Tireurs, Martineau a interviewé Steven Guilbeault. Martineau avait l’air d’un «petit lapin», comme il dit, face au cardinal. Pardon, au pape. Rien de décapant. Pas de vrai questions embarrassantes. Martineau était tranquille, tranquille. On aurait dit soit qu’il le craignait, soit que le diffuseur l’avait censuré.

  7. GH Larouche dit :

    J’ai écouté la chronique de M. Brassard, et mes « pas de cheveux » me sont dressés sur la tête.

    M. Brassard a cafouillé et explicitement dit qu’il n’adhérait pas aux Climato-Septiques.

    J’ai rêvé ou quoi?

    GHL

    • Reynald Du Berger dit :

      il a fait un lapsus… et cela m’.arrive aussi.. il voulait dire climato-alarmiste… ya tellement de climato-machins que la langue nous fourche facilement.. en passant.. c est sceptique.. . et non septique (lapsus fréquent chez les ingénieurs qui font des aménagements d’installations septiques)

      • Paul S. dit :

        Tout diminué qu’il est par le syndrome de ballonnement pétrophobe, votre ingénieur agroalimentaire sait très bien ce qu’il dit en nous qualifiant de “septiques”.
        Un petit plaisir non-coupable à sa mesure.

  8. Jean Pierre dit :

    Rarement lu un texte aussi stupide ! Mais bon, celui qui l’héberge ne l’est pas moins.

  9. GH Larouche dit :

    Parlant de climato-choses, ne serait-il pas grand-temps de trouver de termes adéquats pour qualifier les opposants dans ce débat?

    Je comprends qu’il n’est pas question d’un consensus ssur la question. Mais à tous le moins, un clan donné pourrait se trouver un qualificatif descriptif non péjoratif pour l’autre.

    Par exemple : Climato-alarmiste est péjoratif.
    Et climato-sceptiques, n’est pas très informatif et à la limte ne fait pas sens.

    Peut-on douter du climat? Pas vraiment, non…

    • Reynald Du Berger dit :

      Avez-vous remarqué comment les alarmistes sont dépourvus d’humour, sont ternes, pisse-vinaigre, incapables d’ironie originale sur nous les réalistes ? à moins d’être imbécile, il est évident pour tous que l’expression climato-sceptique ne veut pas dire « qui doute de l’existence du climat »… mais vu que les climato-alarmistes sont ceux qui ont INVENTÉ « réchauffement climatique » (ils confondent « climat » avec TMAG) on a adopté leur expression… scientifiquement fausse.. relisez mes des billets 1- sur mon lexique et 2- sur les abus et erreurs du vocabulaire alarmiste. Vous allez tout comprendre.

      • GH Larouche dit :

        Réchauffiste, pourquoi ce terme a-il-été abandonné?

        Il me semble que lorsque qu’on évoque un réchauffement, il est implicite que l’on réfère à une augmentation de température. Non?

      • Reynald Du Berger dit :

        Réchauffiste est celui qui croit au RCA. Climato-alarmiste est le réchauffiste qui propage sa croyance (la majorité le fait) … et s’il en fait un dogme et une religion, comme c est souvent le cas, il est climato-prosélyte !

  10. GH Larouche dit :

    Si tu le permet, j’en appellerais aux lecteurs de ce blogue.

    Quels seraient les termes les plus appropriés pour qualifier les tenants des deux camps?

    • Reynald Du Berger dit :

      Si tu as écouté le podcast de M. Brassard , tu as entendu qu’il dit à mon propos « il a un sens de l’humour dévastateur » en parlant de mon blog… lui, il a tout compris… il a vu que je me moque des réchauffistes .. et c’est pas avec des expressions politiquement correctes qu’on peut faire de l’ironie… et se foutre de leur gueule… je vais quand même pas utiliser « propagateur de la théorie du réchauffement climatique anthropique » pour parler du climato-alarmiste pas plus que « croyant au message des propagateurs de la théorie du réchauffement climatique anthropique » pour le climato-crédule.. et crédule c’est en effet péjoratif… un crédule est le plus souvent naïf… il mord à n’importe quoi.. et c’est exactement ce qu’ils sont.

    • Normand dit :

      M. Larouche, je proposerais un 3e groupe :

      Quand un artiste, un politicien, un avocat, une coiffeuse, le pape ou moi-même, énoncent une opinion sur ce sujet, le terme « Climato-AMATEUR » convient.

      S.V.P. faire le message à M. Dominic Champagne, qui est non-élu et qui se croit investi du pouvoir de dicter au gouvernement du Québec les orientations gouvernementales pour les prochaines décennies.

      • Paul S. dit :

        À ce Dominic Champagne il faut réserver le titre exclusif de Climatotartuffe.

        Tout homme de théâtre qu’il soit, se reconnaitrait-il dans l’imposteur de Molière ?

    • Paul S. dit :

      Monsieur Larouche,

      En marge de votre initiative de normaliser la désignation des camps opposés dans le débat sur le climat.

      Le désaccord repose sur le rôle causal du carbone contenu dans la molécule CO2, pas dans la reconnaissance de l’augmentation des températures moyennes locales.

      Les tenants de la thèse du RCA : soient les “carbohypistes”
      Les tenants de la thèse de l’évolution naturelle du climat : soient les “carbonixeurs”.

      En privé je vais quand même me définir comme “carbovictime” non-consentante et les abuseurs de “carbarbares”.

      Salutations carboneutres,
      Paul S.

  11. Jean Pierre Rivest dit :

    Monsieur Du Berger je consacre ma page Facebook à promouvoir par référencement, sans prétention , une culture critique, donc développant une approche scientifique, face à ce que l’on nous impose comme credo concernant le climat (le courant idéologique climato écolo- financier qui nous propose rien de moins que de sauver le monde moyennant $$$$$ ! ). J’ai pris connaissance de votre existence comme scientifique critique du GIEC que dernièrement et vous appuis dans votre démarche d’éducation et de promotion d’un réel débat scientifique dans l’espace public ; je suis détenteur d’un Bac en géologie qui me sensibilise à cette nécessaire démarche . Cordialement Jean Pierre Rivest

  12. Auditeur Libre dit :

    Cet Hiver dans La Presse, leur article provenait pas de France-Presse ni d’AFP ou agence de presse bidon , ils se sont époumonés ! à pondre un article sur le « réchauffement de l’hiver » désormais, amène l’augmentation du nombres de rats à New-York.

  13. Paul Munger dit :

    WoW, ça faisait longtemps qu’un de vos post n’avait pas fait aussi sensation!
    Je vous lis « non stop » , mais là!
    Bon, maintenant il faut faire attention ( vous le savez très bien, à l’autocorrecteur qui nous fait souvent chi…….) ( voire sceptique et septique) , et j’espere qu’un jour nous arrêterons de faire des remarques sur toutes ces erreurs , ma foi, pas toujours anodines, mais oui! Quelquefois cocasses j’en convient.
    La popularité de ce post, indépendamment de ces  « verboprotocolaires » et « pluriverbalistes » qui se targuent de bien connaître la langue française et de montrer qu’ils la tournent dans tous les sens pour montrer leur érudition, se tient seulement au fait qu’on parle d’un politicien qui soutien votre hypothèse.
    Je ne suis pas de ces « orateurs du clavier » mais je crois que ce débat n’est pas politique, il est humaniste!
    En tant qu’humain, pouvons-nous accepter de se faire dicter des comportements extrêmes en vue de résoudre une situation qui demeure essentiellement «  dans la continuité d’une planète vivante »?
    Posons-nous cette question! Ne faisons nous pas notre opinion sur SEULEMENT ce que l’on entend autour de nous ( politiciens, journalistes)??? Alors que nous ne cessons de dire que ce sont tous de viels menteurs?

  14. rtremblay dit :

    M Brassard se retrouve seul dans son camp comme ancien ministre de l’environnement.

    Est-ce qu’il est le ‘cancre’ ou le « génie » de l’histoire ?

    d’après moi c’est le dernier de sa classe car il reviens encore avec une énoncé usé à la corde

    « Ne serait-ce que pour mettre en évidence l’absurdité de la diabolisation d’un gaz (le dioxyde de carbone) non toxique qui est indispensable à la vie des plantes et qui ne constitue que 0,04% de la composition de l’atmosphère. »

    ce point (0,04 % : 400 ppm de CO2 dans l’atmosphère) ne repose aucunement sur la science.

    les molécules dans l’environnement qui causent des problèmes de santé à des concentrations beaucoup plus faibles sont nombreuses.

    faites une recherche sur le H2S ou le CO et vous allez vous rendre compte qu’ils ont des effets toxiques à des concentrations beaucoup plus faible que le CO2. Vous allez vous rendre compte que le CO est dégagé dans les même réactions que le CO2 lors de l’utilisation de combustible fossile

    en passant je ne dis pas que le CO2 est toxique à 400 ppm, je dis juste que la concentration du CO2 dans l’atmosphère n’a jamais été un problème pour la croissance des plantes sur la terre.

    Je dis juste que 400 ppm ou 0,04 % lancer comme si c’était une faible valeur ne repose sur rien de scientifique…. que le prof Duberger endosse !!!

    Par ailleurs, il y a aussi des molécules qui absorbées à faible dose enlèvent des maux de têtes ! Mais dans le cas de ce Brassard … même à faible dose son discours est indigeste parce qu’il n’a pas évolué.

    • Reynald Du Berger dit :

      « même à faible dose son discours est indigeste parce qu’il n’a pas évolué. »…. En effet tout aussi indigeste que celui-ci par Newton « les corps s’attirent en proportion directe de leur masse et inverse du carré de la distance qui les sépare »…. les climato-alarmistes sont d’avis que c’est « … en proportion inverse du cube de la distance qui les sépare  » ! Voilà comment les alarmistes font « évoluer  » les discours de la science ! pour les réalistes 2+2 =4 mais les alarmistes vous font évoluer cela en 2+2=5 ! si c’est pas de l’évolution c’est de la révolution !

      • rtremblay dit :

        expliquez votre point : en proportion inverse du cube ???????????

        donc vous reconnaissez que Brassard n’a pas évolué depuis l’ère des fossiles puisqu’il trippe autant sur les combustibles fossiles !

      • Reynald Du Berger dit :

        Vous êtes , corrigez-moi si je me trompe, un agronome comme M Kimball des Arpents verts… vous voulez faire « évoluer » la science.. Faut-il faire « évoluer » le principe d’Archimède ? il est vieux vous savez, très vieux… et il n’a pas évolué du tout… .. … comment et dans quelle direction voulez-vous le faire « évoluer » ce principe scientifique ? les bateaux ne flotteront plus et vont désormais couler ? expliquez-nous comment , cher agronome, comment la pensée de M Brassard qui prétend comme moi, que le RCA n’est pas prouvé, et que le CO2 est un gaz bénéfique, comment et dans quelle direction nous devons « évoluer  » ?

      • rtremblay dit :

        expliquez nous ce que vous voulez dire : au Cube ??

    • Paul dit :

      Se réclamer constamment de la science, c’est une chose, posséder l’esprit scientifique, une autre.
      Pourtant, un ingénieur agroalimentaire devrait être suffisamment outillé pour ne pas se servir d’arguments fallacieux.

      Le gaz carbonique n’a pas d’effet toxique. C’est en occupant l’espace normalement pris par l’oxygène dans l’air ambiant, que le CO2 prive l’organisme de ce gaz vital et cause l’asphyxie. En cas d’asphyxie légère, il suffit de faire respirer de l’oxygène au patient pour qu’il se remette sans séquelles.

      Si le collègue ingénieur et pétrophobe du prof travaillait dans un édifice doté d’air conditionné, il pourrait être exposé quotidiennement aux concentrations élevées en CO2 (atteignant parfois 5,000 ppm, soit 12 fois la valeur à l’air libre), en raison de la recirculation de l’air dans le but d’économiser l’énergie.
      En serait-il moins sagace pour autant ?
      Serait-il la preuve de ce qu’il avance ?

      Dans un sous-marin nucléaire on respire de l’air contenant entre 8,000 et 11,000 ppm de CO2 (15,000 ppm étant considérés comme la limite). Pourtant, on confie au capitaine les codes de lancement de missiles balistiques à ogives nucléaires.

      Le monoxyde de carbone (CO) se lie à l’hémoglobine et ainsi compromet le transport d’oxygène aux cellules.
      Je sais par expérience que cet empoisonnement dure plusieurs jours (maux de tête), pendant que l’organisme remplace l’hémoglobine endommagée.

      L’hydrogène sulfuré (H2S) cause d’abord une forte irritation de voies respiratoires, ensuite des spasme aux bronches, avant de produire des œdèmes pulmonaires.

      Ces deux gaz sont bien des poisons mortels, pas le CO2 !

      Dire que “le CO est dégagé dans les même réactions que le CO2 lors de l’utilisation de combustible fossile”, c’est d’ignorer que le CO2 résulte d’une combustion parfaite, tandis que le CO provient de réactions mal gérées dans les procédés de combustion (mauvaise conception ou gestion de la réaction d’oxydation).

      Notre ingénieur agroalimentaire a le “cancre” facile à l’endroit de monsieur Jacques Brassard qui, en passant, s’est toujours comporté en homme honorable – tout un exploit pour un politicien.

      Dans les faits, l’opinion de ce professeur d’histoire, quant à la non-toxicité du CO2, est correcte, tandis que M. Rejean Tremblay, ing. ne fait que de diaboliser le gaz carbonique en répétant des insanités vertes, sans user son jugement professionnel.

  15. rtremblay dit :

    Je ne comprends pas pourquoi vous me faites dire des choses que je n’ai pas dites et pourquoi vous ne vous attardez pas à critiquer le texte de J. Brassard puisque c’est de son article qu’il s’agit ?

    Montrez moi des études qui révèlent que le CO2 atm. trop faible (sous 300 ppm) aurait un effet négatif sur la nature, la végétation s’en serait mal porté.

  16. rtremblay dit :

    il y a d’autres gaz que le CO2 qui sont aussi en augmentation dans l’atmosphère et qui sont en concentration plus faible que le CO2 mais qui sont aussi des GES.

    la problématique du CO2 en augmentation dans l’atmosphère est reliée à son effet de serre et l’effet sur la température de l’atmosphère et autres conséquences sur le ou les climats. Il n’y a pas d’alarmiste qui dit que le problème du CO2 qui augmente c’est un problème de santé humaine.

    Par ailleurs, est-ce que vous connaissez des procédés de combustion qui ne produisent aucun autres gaz que le CO2 ? Il n’y a jamais de CO de produits dans vos moteurs ? ni à la pompe

    • Paul dit :

      “.. la problématique du CO2 en augmentation dans l’atmosphère est reliée à son effet de serre et l’effet sur la température de l’atmosphère et autres conséquences sur le ou les climats. ..”

      Je dois me répéter, car vous n’avez toujours pas compris : les observations montrent que l’augmentation de la température précède toujours l’augmentation de la concentration du CO2 atmosphérique. Pas le contraire !
      Autant à court, qu’à long terme : ΔT↑ –> Δ[CO2]↑

      Plus haut sur cette page, monsieur Trudel rapporte une étude intéressante de professeur Ján Veizer qui va aussi dans ce sens en expliquant le forçage “top down”, où les organismes vivants alimentent le cycle de CO2, en l’émettant copieusement, parallèlement à sa consommation.
      https://duberger.me/2019/02/07/un-homme-politique-dit-non-aux-climato-alarmistes/#comment-71858

      Évoluez donc un peu en ouvrant votre esprit à d’autres réalités que celles propagées par ceux qui abusent de votre crédulité (le forçage “bottom –up” – RIDICULE !).

      “.. est-ce que vous connaissez des procédés de combustion qui ne produisent aucun autres gaz que le CO2 ? Il n’y a jamais de CO de produits dans vos moteurs ? ..”.

      Très peu et de moins en moins, grâce aux systèmes anti-pollution évolués (catalyseurs et recirculation des gaz), ainsi que des capteurs performants reliés aux ordinateurs de gestion du moteur. Les gaz polluants (ceci exclut le CO2 : lequel demeure toujours le produit désirable d’une combustion parfaite), pendant les régimes de transition et lorsqu’il y a malfonction.

      • rtremblay dit :

        CO émis à chaque démarrage ?

        Globalement il n’y a pas de diminution de CO émis, je n’y crois pas ! de plus en plus de combustible fossile de brûlé.

        Le CO2 dans atm. augmente : la nature ne peut toute prendre.

        Ainsi vous seriez (Paul S.) « le génie » qui est seul dans le groupe à dire que le CO2 n’est pas un GES. L’augmentation de TMAG vient de d’autres choses ? mais quell est la cause ?

        Est-ce que vous ne seriez juste pas en train de trouver une explication qui fait votre affaire ??

        Ce n’est pas exactement ce que j’appel de l’évolution votre réflexion ! ça ressemble plus à de l’entêtement ou encore de l’acharnement ?

        Mon raisonnement est basé sur 60 ans d’augmentation du TMAG ainsi que d’autant du CO2 atm.

        Faites des recherches sur google pour voir la corrélation entre CO2 atm. et TMAG…. et vous en trouverez des articles, très facilement. Vous trouverez également plein d’information sur l’augmentation de la chaleur des océans en même temps.

      • Reynald Du Berger dit :

        « CO émis à chaque démarrage ? » sais pas .. et combien de canaris ou de fraction de canari qui se trouve malencontreusement à la sortie de votre tuyau d’échappement… -oups,, désolé.. un agronome vert anti-pétrole ne conduit pas de voiture… n’est-ce pas? – vont crever à chaque démarrage ?

      • Paul S. dit :

        Monsieur Tremblay m’interpelle : “.. Ainsi vous seriez (Paul S.) « le génie » qui est seul dans le groupe à dire que le CO2 n’est pas un GES. ..”

        Le 7 décembre un autre représentant de la chapelle des climato-érudits m’avait relancé là dessus.

        J’avais répondu au sieur Guillaume ceci :

        « Vous dites : “Donc, vous affirmez que le CO2 n’est pas un gaz à effet de serre ?”

        Pas du tout, on ne peut pas contredire la science.
        Je dis seulement que son importance (primordialité) est largement exagérée au niveau zéro de la troposphère.

        C’est cela qui me fait rejeter le postulat de “fausse dichotomie” et affirmer :
        Δ[CO2]↑ => ΔT↑ { SSI } Δ[CO2]↑ –> ΔT↑.
        Soit : “On pourrait affirmer que la variation de la concentration du CO2 entraînerait l’augmentation de la TMAG, SI ET SEULEMENT SI, la mesure physique de l’augmentation de la concentration du CO2 précédait dans le temps l’augmentation de la TMAG.”

        L’effet radiatif de la molécule CO2 joue un rôle important dans les couches de l’atmosphère au delà de la troposphère. »

        Et même là (si la variable temps pointait dans la bonne direction), il pourrait y avoir d’autres causes à l’augmentation de la TMAG que l’effet de serre causé par les émissions des GES par l’homme, mais en attendant il faudrait aux verts AU MINIMUM satisfaire la condition préalable, ci-haut.

        En attendant, je persiste en rappelant que les observations montrent : ΔT↑ –> Δ[CO2]↑ et ΔT↓ –> Δ[CO2]↓. PAS LE CONTRAIRE !

        La conséquence ne peut pas précéder dans le temps la cause !

        M. Tremblay tente de me transmettre sa “googlite” aigue : “.. Faites des recherches sur google pour voir la corrélation entre CO2 atm. et TMAG…. et vous en trouverez des articles, très facilement. ..”

        Ma réponse : Il faudrait que vous fassiez d’abord votre part en m’indiquant les études dans lesquelles on avait établi au préalable, hors de tout doute (pas en affirmant cela comme un fait de facto), que l’augmentation de la concentration du CO2 précédait dans le temps l’augmentation de la température. Sans cela, ces articles sont sans valeur et je ne vais pas perdre mon temps en les étudiant.

        Le statisticien RexTerras avait dit ceci à propos des “corrélations” dont parle M. Tremblay : “Que de la corrélation simple … on pourrait dire de l’analyse de co-incidence.”

    • Normand dit :

      Le CO2 est passé de 300 ppm à 400 ppm… et la fin du monde est à nos portes.

      Pourtant entre le permien et le jurassique, le CO2 a été multiplié par 800% à 2000 ppm.
      https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0031018201002371?via%3Dihub

      Comment se fait-il que l’on retrouve tous ces fossiles preuves d’une vie foisonnante à cette époque ? De toute évidence, les dinausaures n’avaient pas reçu le mémo les informants de l’impossibilité qu’ils existent depuis des millénaires !

      • Normand dit :

        Contrairement à l’impression véhiculée par les médias à l’effet que le CO2 n’a jamais été aussi élevé, on peut voir sur le graphique en lien que les taux actuels de CO2 sont plutôt bas.

        Notre époque se situe à gauche, en bas de ce graphique.

      • rtremblay dit :

        au permien il n’y avait pas de civilisation, ni de villes.

        l’inquiétude, le souci en ce qui concerne le RCA vient du fait de ne plus avoir des conditions climatiques stables qui vont permettre l’épanouissement de chacun des peuples de la terre sans trop désavantager certains au détriment des autres.

        à quelle vitesse ces changements se sont ils produits à cette époque lointaine ?

        Vie foisonnante est synonyme pour vous d’évolution favorable du climat pour chacun partout sur la terre, que les océans n’auront pas de monté importante de leur niveau d’eau ?

        Je ne veux pas insulter personnes mais il y a un très bon livre pour les nuls qui explique tout cela.

        https://www.pourlesnuls.fr/livres/culture-generale/le-changement-climatique-pour-les-nuls-9782754038966

      • Normand dit :

        À 4:25 vous affirmez « Le CO2 dans atm. augmente : la nature ne peut toute prendre. »

        Alors, avec du CO2 à 2000 ppm au Jurassique et une vie florissante sur terre, est-ce qu’il est logique de considérer votre affirmation « fausse » ?

  17. rtremblay dit :

    je veux faire évoluer M. Brassard ! Je veux avoir des arguments solides de leurs part. Des arguments basés sur la science pas sur des opinions !

    J’attends !

    • Reynald Du Berger dit :

      Je connais personnellement Jacques Brassard et je le crois très évolué. Il a eu une carrière politique remarquable. Il devra faire partie du prochain manuel d’histoire du Québec comme un homme politique qui a l’audace d’exprimer ses convictions, même celles qui vont à contre-courant.

    • mario dit :

      Monsieur Rtremblay,
      si vous effectuez des recherches sur votre google, vous verrez qu à l époque des romains, il y a eu un réchauffement climatique, comme à d autres moments dans l histoire de notre belle Terre.
      Et oui, il y avait de l effet de serre et du C02 en ce temps et c est un precessus normal pour notre planète.
      Alors, voici la question qui tue : comment expliquez-vous ce réchauffement authentifié par la Science ? Par les chars romains ? Par les usines ? Par l ancêtre éloignée de Catherine « la tuque » Dorion ??? Par les vapeurs de la potion de Panoramix ?
      Un peu d humour, ça fait toujours du bien !!!
      Servez-vous de votre intelligence un peu et il sera certes facile pour vous de démasquer les intérêts politiques et économiques des ces pseudo-prophètes du climat.

      • rtremblay dit :

        êtes vous certains M. Mario de ne pas faire de « cherry picking » ?

        êtes vous certains de la précision de vos donnés (le thermomètre n’était pas encore inventé voilà 2000 ans) ?

        Êtes vous conscient que vous faites l’hypothèse que le changement de température que vous supposez s’être produit partout sur toutes la terre alors que vous avez fait un raisonnement seulement basé sur des informations d’un seul endroit en particulier.

        Êtes vous conscient que pour évaluer la température voilà 2000 ans on se sert de proxie (mesure indirecte) et non pas de mesure directe de la température comme aujourd’hui… donc beaucoup moins précise !!

        Je vous propose de vous informer sur le site de Berkerley Earth pour avoir les informations sur l’évolution des températures terrestres pour les 100 dernières années pour la plupart des villes ou pays sur le globe :

        C’est le site internet le plus facile et complet à consulter pour voir l’évolution de la température.

        commentaires : vous ne fournissez pas vos références et vous me lancer un « authentifié par la science ». Qui sont les auteurs de votre source d’information.

        J’ai aussi une autre question pour vous puisque vous dites que l’humour fait du bien 🙂 :
        Combien vous a coûté votre carte de membre pour vous inscrire dans le club de cherry picking (cueilleur de cerise en français) dont le président honoraire est l’auteur de ce blog (R. Duberger) ?

  18. Jacques L dit :

    Voici quelques données et quelques calculs (simplement de l’arithmétique de base sur les proportions et pourcentages) qui pourraient peut-être apporter une certaine perspective aux discussions.

    Le poids total du CO2 dans l’atmosphère est estimé à 3 000 GT. Les émissions antropogéniques (combustibles fossiles, transport, industrie) sont estimées à 37 GT (2018). Donc une proportion de

    37 GT / 3 000 GT = 1, 2 %

    On peut donc en conclure que les émissions d’origine humaine ne sont pas si colossales qu’on le prétend, tout est une question de proportions.

    Les émissions Québécoises sont estimées à 82 MT , ce qui fait une proportion de

    82 MT / 37 GT = 0,082 GT / 37 GT = 82 / 37 000 = 0,2 %

    Ainsi, le Québec avec ses 10 T d’émissions par habitant (que Dominic Champagne trouve épouvantable) est responsable de 2 dixièmes de pourcent des émissions mondiales..

    Maintenant, on vient d’apprendre que le Québec, après des dépenses de près de 2 Milliards$, a réussi à diminuer les émissions d’un fabuleux 1,8% soit:

    1,8 % x 82 MT = 1, 5 MT

    On a donc 1,5 MT / 3 000 GT = 0, 0015 GT / 3 000 GT = 0, 00005 %

    Cela signifie qu’on a dépensé près de 2 Milliards pour réduire le poids total de CO2 atmosphérique de 5 dix-millième de pourcent, une quantité insignifiante et non mesurable. Les parasites et profiteurs climatiques ont de beaux jours devant eux…

    A moins d’erreurs de calcul de ma part, voilà où on est rendu au Québec…

    On peut alors mieux comprendre que la position de M Brassard se défend très bien !

    En fait, même si on éliminait la totalité des émissions au Québec, l’effet global serait encore impossible à mesurer. Le seul effet mesurable serait l’anéantissement de la population Québécoise. Evidemment, les verts diront qu’il faut commencer en quelque part et donner l’exemple. Ce qui est évidemment absurde: la Chine, l’Inde, l’Indonésie, le Vietnam, etc n’ont que faire du stupide accord de Paris. Tous ces pays sont en train de construire des centrales au charbon par milliers, pour la simple raison que c’est la seule façon de produire une énergie électrique abondante, fiable et bon marché, n’en déplaise aux adorateurs du vent et du soleil.

    Il y a donc lieu de s’interroger sérieusement sur la santé mentale de tous ces activistes climatiques qui s’agitent en tout sens comme des babouins en réclamant une loi d’urgence pour obliger l’Etat à respecter ses engagement de réduction des GES pour éviter l’apocalypse.

    • mario dit :

      Bravo M. Jacques L pour cette éloquente démonstration mathématique !
      Je vais la présenter à mes élèves de niveau secondaire en mathématiques😊👍
      La Chine et l Inde polluent l atmosphère à tours de bras et ce n est pas les pays occidentaux, ni québec solidaire ni l’artiste Champagne qui vont dicter leur façon de procéder en matière énergétique ou environnementale.
      De mémoire, (il faudrait valider), les pays émergents comme la Chine et l Inde ont un permis de « polluer » jusqu’en 2030 selon le protocole de Paris.
      Par ailleurs, il y a des molécules bien plus dangereuses que le CO2 qui sont expulsées de toutes ces cheminées asiatiques ! NOx, SOx, etc…

      • Paul S. dit :

        “.. De mémoire, (il faudrait valider), les pays émergents comme la Chine et l Inde ont un permis de « polluer » jusqu’en 2030 selon le protocole de Paris. ..”

        La mémoire est correcte.

        Pendant que les pays occidentaux industrialisés (aussi le Japon et la Corée du Sud) se sont engagés à réduire leurs émissions de CO2 drastiquement (jusqu’à 50% pour certains pays de l’UE), la Chine s’est négociée la permission de continuer à augmenter leurs émissions en diminuant graduellement le taux d’augmentation, pour atteindre un plateau en 2030 (et sûrement continuer à voguer sur ce plateau par la suite).

        L’engagement occidental couvre la plage de temps remontant aux accords de Kyoto, ce qui rend la tâche de réduction encore plus ardue, car des nombreux pays, dont le Canada, ont continué à faire croître leurs émissions après Kyoto.

        L’inénarrable Obama était très fier d’avoir conclu cette entente suicidaire avec la Chine pour l’amener à parapher les accords de Paris. Les merdias ont rapporté le mot “entente”, mais pas son contenu révoltant.

        Pour le plus grand plaisir de l’ONU et de la gauche internationale : pendant que l’Occident va s’appauvrir et se déconstruire, la riche Chine continuera à empocher et s’acheter encore plus d’influence.

        En même temps, l’Occident doit verser des compensations annuelles de 100 milliards US$ / an aux pays en développement. La Chine pas une cent.
        Elle préfère plutôt s’acheter carrément des pays africains pour y implanter des exploitations agricoles et des usines avec des ouvriers venus de Chine.

    • Normand dit :

      Bonjour Jacques,

      Vous dites « les émissions d’origine humaines ne sont pas si colossales qu’on le prétend »…

      On a souvent de la difficulté à se représenter des nombres élevés.

      J’ai retrouvé une vidéo fort intéressante que j’avais écouté il y a quelques années et qui nous aide à se faire une image mentale claire du CO2 versus ppm naturels et d’origine humaine… en démontrant les proportions à partir de grains de Riz.

      • Normand dit :

        Donc les émissions Québécoises, si elles étaient transposées dans cette vidéo, correspondent à UNE FRACTION minime de UN grain de Riz.

      • Paul dit :

        Merveilleux : un visionnement que l’on devrait rendre obligatoire dans nos écoles, mais aussi s’en servir pour interpeller les ingénieurs agroalimentaires et les scientifigues endoctrinés qui valident l’arnaque climatique.

        En se servant de son GBS, monsieur Brassard voit juste : “.. l’absurdité de la diabolisation d’un gaz (le dioxyde de carbone) non toxique qui est indispensable à la vie des plantes et qui ne constitue que 0,04% de la composition de l’atmosphère. ..”

    • rtremblay dit :

      vous omettez volontairement ou pas deux points importants dans votre analyse :

      1) Le passif du CO2 émis dans le passé.
      2) la quantité de CO2 par personnes. Pourquoi chacun des humains n’aurait-il pas le droit d’émettre autant de CO2 que n’importe quel citoyen peu importe son pays d’origine.

      Le fait que les Québécois produisent moins de GES que d’autres provinces canadiennes devrait être reconnue.

      Le principe de l’accord de Paris c’est que chacun contribue. Et ce n’est pas le propre d’activistes environnementaux.

      On a pas besoin de faire tout votre exercice mental pour comprendre que 7-8 millions de québécois n’a pas un poids important par rapport à la population mondiale de 7 milliards d’humains.

      En même temps qu’on recherche des solutions pour diminuer nos émissions de GES eh bien on se force à être plus efficace en terme d’utilisation de l’énergie et à développer une nouvelle expertise qu’on va pouvoir commercialiser si on est le moindrement Wise.

      Votre approche du statu quo fait montre de paresse !

      • Reynald Du Berger dit :

        la thèse de carbocentristes se heurte à d’énormes écueils… ils prétendent que le CO2 fait augmenter TMAG vrai ?

        1- expliquez comment TMAG a baissé entre 1945 rt 1970 (j’ai connu des -40C en allant à l’école dans les années 1950) tandis que les émissions de CO2 augmentaient rapidement

        2- pourquoi la PAUSE oui pause ! reconnue par le GIEC… depuis 20 ans ? 40% de TOUTES nos émissions durant ces mêmes 20 années !

        3- aucun accord sur la sensibilité climatique.. 1C ? 5C ? ça fait pas sérieux….

        4- 130 modèles qui surestiment TOUS la TMAG… vs les VRAIES observations (satellites ballons sondes) … 130 modèles TOUS différents… si cMétait vrai, y en n’aurait pas 130 y en aurait UN (1).

        Les carbocentristes s’enlisent de plus en plus dans la M… Michelle Stirling de Friends of Science (Calgary, les sales pétrolières qui paient votre santé, écoles, CPE)… a fait un video drôle avec un de mes billets … souriez et relaxez… vous comprenez l’anglais ?

      • Paul dit :

        M. Tremblay se bidonne : “.. Le principe de l’accord de Paris c’est que chacun contribue. Et ce n’est pas le propre d’activistes environnementaux. ..”

        Faux !!!
        L’Occident réduit ses émissions, la Chine augmente les siennes.
        Les merdiques Accords de Paris ont pour but, avoué candidement par la représentante de l’ONU, de déconstruire le capitalisme occidental.

        Mme Christiana Figueres, “UNFCCC Executive Secretary”, l’organisatrice principale de la COP21 de Paris en 2015 :
        “.. This is the first time in the history of mankind that we are setting ourselves the task of intentionally, within a defined period of time to change the economic development model that has been reigning for at least 150 years, since the industrial revolution. That will not happen overnight and it will not happen at a single conference on climate change, be it COP 15, 21, 40 – you choose the number. It just does not occur like that. It is a process, because of the depth of the transformation. ..”

        Auparavant, à Rio, son prédécesseur, Maurice Strong avait dit ceci : “.. We may get to the point where the only way of saving the world will be for industrial civilization to collapse. ..”

        La pensée magique de M. Rejean : “.. développer une nouvelle expertise qu’on va pouvoir commercialiser si on est le moindrement Wise. ..”.

        Nos firmes de génie continueront à être “wise” en dispensant des pots de vin ici et ailleurs pour “commercialiser” leur expertise. Pourquoi pas ?
        Les québécois vont leur accorder l’immunité contre les poursuites ou pénalités, car on ne peut pas laisser tomber nos “fleurons”.

  19. rtremblay dit :

    et pourtant Jacques le Québec a bâti un réseau hydroélectrique pas mal plus efficace et moins chère en énergie que n’importe quel source de carburant fossile. Hydro-Québec appartient à tous les québécois en plus !

    Santé mentale vous dites : vous préférez qu’on donne nos ressources énergétiques comme en russie et qu’en plus le président (Poutine) soit directement collé sur les pompes ??

    • mario dit :

      Ne savez-vous pas Rtremblay qu il y a un lien entre la précession de l axe de rotation de la Terre et la variation de la temperature sur celle-ci, au fil des siècles/millénaires ?
      En tant que professeur de secondaire, je vous donne le devoir d aller lire sur le sujet et vous y découvrirez des choses fascinantes.
      En passant, j aimerais bien savoir quel sorte d étudiant vous étiez au secondaire ?
      a) cancre b) planteur de cerisiers c) emmerdeur d) premier de classe

    • Jacques L dit :

      rtremblay dit: et pourtant Jacques le Québec a bâti un réseau hydroélectrique pas mal plus efficace et moins chère en énergie que n’importe quel source de carburant fossile. Hydro-Québec appartient à tous les québécois en plus !

      C’est tout à fait vrai et le Québec n’a aucun besoin de charbon ou de gaz pour produire son énergie électrique.

      Je n’ai pas mentionné l’énergie hydraulique parce qu’à ma connaissance, le Québec est le seul état avec la Norvège à produire la totalité (ou près de 100 %) de son électricité avec ses barrages.

      Et quand je parle de santé mentale ici, c’est pour dénoncer le fait qu’on dépense des milliards d’argent public durement gagné par l’ensemble des travailleurs pour mettre en place une transition énergétique nébuleuse et enlever quelques molécules de CO2 dans l’atmosphère…
      et ce alors qu’il y a des besoins criants: banques alimentaires qui manquent cruellement de ressources, sans-abris dont le nombre ne cesse d’augmenter, écoles délabrées en manque de personnel enseignant sans parler des CHSLD et des hôpitaux, etc, etc
      Imaginez ce qu’on pourrait faire avec les milliards du fonds vert qui seront dilapidés pour ‘combattre les changements climatiques’, tout ceci basé sur une science corrompue au service de l’idéologie climatique de l’ONU.

      Le GIEC fait des prédictions depuis 30 ans, Hanson aussi fait des prédictions depuis 30 ans et aucune d’entre elles ne s’est réalisée. Et pourtant, on continue à écouter le GIEC et Hanson continue à jouer au prophète climatque et on l’écoute encore, au lieu de le prier poliment de se taire. Toutes ces prédictions apocalyptiques sont ce que j’appellerais de ‘l’astrologie climatique’. Prédire le climat à court ou à long terme est impossible.

      • rtremblay dit :

        Je crois plus que vous faites du déni en disant aucune des prédictions ne s’est réalisé.

        de toute façon vous le dites vous même: vous êtes persuadé que faire des prédictions à court ou long terme est impossible. ce qui est juste une opinion pas une évaluation scientifique.

      • Paul S. dit :

        Rejean accuse Jacques : “.. Je crois plus que vous faites du déni en disant aucune des prédictions ne s’est réalisé. ..”

        Voici la peurologie datant de 1983 : https://realclimatescience.com/2019/02/epa-1983-ten-feet-of-sea-level-rise-in-the-next-few-decades/

        – “Ten Feet Of Sea Level Rise In The Next Few Decades”
        – “.. the climate of New York will be like Florida (which will be underwater.)”

        En 35 ans les tactiques n’ont pas changé, les idiots continuent à croire aux sornettes vertes et les journaleux ne font jamais de “fact checking”, car ils sont les complices de la fraude.

      • Normand dit :

        Il y a un peu plus de deux ans, James Hansen, grand leader du mouvement alarmiste, a donné une ‘autre’ conférence de presse clamant que le réchauffement climatique était pire qu’anticipé et que New York serait SUBMERGÉE par la montée des eaux… bientôt.

        Un journaliste lui a rappelé qu’en 1988, dans une entrevue au journaliste Bob Reiss, en regardant par la fenêtre, il avait affirmé que dans 20 ans (2008) « West Side Highway [which runs along the Hudson River] will be under water »…

        ….
        bruits de crickets…


        Hansen a plutôt blamé les lacunes de connaissances scientifiques du public pour rejeter les accusations d’alarmisme ; « we have a society in which most people have become unable to understand or appreciate science, and partly that’s a communication problem which we need to try to alleviate ».

        Merci de nous éclairer, M. Hansen, une chance que vous êtes là !!! Alléluia !

  20. rtremblay dit :

    à jacques

    « Alors, avec du CO2 à 2000 ppm au Jurassique et une vie florissante sur terre, est-ce qu’il est logique de considérer votre affirmation « fausse » ? »

    comparer le jurassique avec notre époque alors que tout était différent est une analogie boiteuse vous en conviendrez !

    Pourquoi pendant 800 000 ans le CO2 est à peu près stable entre 200 et 300 ppm et qu’en moins de 100 ans on se retrouve à 400 ppm ? L’équilibre est rompu !!

    On discute juste du CO2 et autres gaz à effet de serre sur l’effet sur le climat (ou les climats) et la température et l’effet de l’augmentation du CO2 sur la stabilité du climat.

    voici une autre lecture intéressante pour qui s’intéresse à la question :

    The long thaw de Dr David Archer, climatologue de l’université de Chicago.

    https://press.princeton.edu/titles/10727.html

    • Paul dit :

      Rejean,

      Au lieu de me faire dépenser pour son livre, vous m’avez déjà fait visionner la présentation du Dr. Archer sur le sujet de cette longue fonte qu’il appréhende.

      Je l’avais trouvée intéressante.

      Cependant, le Dr. Archer avait omis d’établir la préséance de la variation du CO2 sur la température dans les événements de variation climatique du passé.

      Sans ce pré-requis obligatoire, SON ARGUMENTAIRE NE VAUT RIEN !

      Respirez à fond et profitez d’enseignement dispensés à votre intention par ces messieurs Jacques, Mario et Normand.

      Paul

      • rtremblay dit :

        la science ne s’écrit pas en MAJUSCULE mais en faits vérifiés et vérifiables

        Votre opinion est que le CO2 augmente après TMAG ne tient tout simplement pas la route puisque la variation de concentration de CO2 est sinusoïdale sur une base annuelle.

        De plus c’est farfelue votre théorie et aussi de l’avoir estimé en terme de mois est tous simplement ??? je cherche le mot pour qualifier votre affirmation…..

      • Reynald Du Berger dit :

        la sinusoïde reflète une variation saisonnière. Hiver= peu d’absorption de CO2 par la végétation été = beaucoup d’absorption. Votre diplôme d’agronome ! .. vous l’avez trouvé dans une boîte de Cracker Jack ?

      • Paul dit :

        M. Tremblay,

        “.. la science ne s’écrit pas en MAJUSCULE mais en faits vérifiés et vérifiables ..”

        Précisément, alors maîtrisez un peu votre trouble de déficit d’attention et allez chercher dans les études du Dr. Archer et dans celles d’autres vedettes scientifiques de la mouvance climato-alarmiste, la petite section qui doit vérifier la direction de la “timeline” pour la plage de temps couverte par leur étude.

        Forcez vous et faites appel à votre GBS : ne croyez-vous pas que la corrélation entre ΔT↑ et Δ[CO2]↑ doit respecter la bonne séquence (soit Δ[CO2]↑, avant ΔT↑) pour supporter l’hypothèse du RCA ?

        Et qu’il incombe à l’auteur de l’établir, pas au lecteur ?

        Nommez-nous donc les études où ce devoir de rigueur scientifique est dûment respecté !

  21. rtremblay dit :

    à normand je voulais dire

    • GH Larouche dit :

      À Youppi… je voulais dire rtremblay.

      Pour le « cherry picking » dont vous faites ma foi, pratiquement une névrose, vous pourrai repasser.

      Votre tentative de mettre sur un pied d’égalité le CO (toxique) avec le CO2 (inoffensif) n’a heureusement pas fait long feu.

      En nous titillant avec cela, vous avez simplement éludé de nous dire que le CO a une demi-vie de seulement de 3 à 5 heures dans l’athmosphère.

      Évidemment vous ne le saviez pas?

      • Paul dit :

        En effet, cet énergumène saute tout le temps de coq à l’âne et il ne manque aucune opportunité pour illustrer l’injustice commise par la Dame Nature à son endroit.

        Ce que la pétrophobie peut faire à un innocent ..

      • rtremblay dit :

        je détecte le cherry picking quand il se présente devant moi .

        il semble bien qu’il y a plusieurs individus qui continuent de le pratiquer.

  22. Daniel dit :

    Merci monsieur Duberger de nous avoir partager la réponse de monsieur Brassard aux juristes. Je suis entièrement de son avis.
    Par ailleurs, je ne suis pas étonné de lire les réactions outrées de certains qui ne sont pas d’accord avec lui. Ça vient les heurter dans leurs croyances profondes. La ferveur des croyants en leur Dieu est inébranlable, on n’a aucun pouvoir pour changer ça, tout comme on peut pas obliger quelqu’un à aimer la musique classique en arguant que la musique populaire n’est pas de la vraie musique. Les goûts sont également indiscutables.
    D’autre part, je suis réaliste et je ne me fais pas d’illusion au sujet de l’environnement, l’humain pollue les cours d’eau qui sont la vraie source de vie sur terre. Les villes polluent, les industries près des cours d’eau polluent, les agriculteurs sont de grands destructeurs de rivières. Que dire de la marine marchande et de ses gigantesques portes conteneurs ( Maersk) qui polluent plus que toutes les automobiles de la planète. À l’école, on m’a appris que la verdures, les forêts sont les poumons de la terre, est-ce qu’on en prend soin comme on le devrait ?
    Honnêtement, pourquoi le climat ?
    La pollution des eaux n’est pas aussi importante que la qualité de l’air ?
    Je crains pas d’avoir trop chaud, je crains les grands manipulateurs.

    • Reynald Du Berger dit :

      « Les goûts sont également indiscutables. ».. Cela se discute … et se développe… Tous les goûts sont dans la nature, des plus mauvais (« musique » boum boum tonitruante) aux plus nobles et sublimes (une opéra de Mozart par exemple)… le bon goût se développe, se cultive.. mais ça ne rentre pas comme du Céline Dion ! ya un effort à faire au début… ensuite ça devient un plaisir… tout élément culturel de VALEUR nécessite au début un effort intellectuel. Pas besoin d’effort cependant pour Metallica ou Ginette Reno.

  23. rtremblay dit :

    Paul dit : « En effet, cet énergumène saute tout le temps de coq à l’âne et il ne manque aucune opportunité pour illustrer l’injustice commise par la Dame Nature à son endroit. »

    R: je ne fais que répondre aux points qui me sont adressés. Je persiste à dire que le point de brassard qui dit que CO2 en faible concentration dans atmosphère veut automatiquement dire que ce n’est pas un GES important: eh bien ça ne tient pas comme argument ! C’est usé à la corde, c’est faux.

    et le fait de dire que les plantes s’alimentent de CO2 n’enlève en rien le fait que le CO2 est un GES. ça ne change rien au fait qu’il est en augmentation dans l’atmosphère le CO2. De plus il est en augmentation rapide , plus rapide que jamais vu historiquement.

  24. rtremblay dit :

    utiliser Mme Striling: reviens à faire de l’autocitation: ce qui n’a aucune valeur !

    • mario dit :

      Arrêtons de répondre à ce borné (au cube) de rtremblay; nous perdons notre temps…Même avec des arguments « béton », nous ne réussirions à le convaincre de changer de vision, de camp.
      Aucun rendement/ouverture avec ce genre d individu ayant une pensée à sens unique.
      Pourtant, en science, une des qualités est l ouverture aux idées.
      N a-t-il jamais appris cela dans ses cours de « scientifique » ? Ou bien il a obtenu son diplôme dans une boîte de cracker Jacks, comme le disait si bien M. Du Berger ! LOL !
      Et si cet individu est câdre, au grand jamais, je ne voudrais bosser pour lui car il est certes un adepte du « power tripping » , beaucoup plus pire que le « cherry picking »…
      C était ma dernière intervention p/r à ce triste individu.

      • Paul dit :

        Inutile d’essayer de convertir RTremblay, ni de le faire “évoluer”.

        Avant tout, c’est un communiste qui en veut à l’Occident capitaliste et au pétrole qui alimente son progrès et son avancement.
        Ce n’est pas par hasard que les Verts internationalistes s’attaquent à l’énergie fossile, dont nous avons besoin, par le biais du résidu de la combustion.
        La fausse science à leur service n’est qu’un moyen de validation de leur attaque idéologique.

        RTremblay est utile à la démarche pédagogique du professeur Du Berger à deux égards :

        – En tant qu’expert du climat (!), amener les meilleurs arguments de sa mouvance et enrichir / guider (“streamliner”) les recherches / interrogations des climato-réalistes, ce qu’il fait très peu (“seuls les climatologues accrédités sont habilités à parler” n’est pas un argument recevable).

        – En même temps, M. Tremblay illustre le peu de profondeur de l’argumentaire vert et les diversions contorsionnistes qu’il nous a servies sur cette page le dimanche dernier en témoignent abondamment.

        Les visiteurs occasionnels du blog peuvent facilement voir la différence entre le sérieux de vos interventions, ainsi que celles d’autres climato-réalistes, par rapport aux salades de Youppi, alias Jean-Luc, alias Rtremblay, qui pourtant se targue d’avoir étudié la question des changements climatiques depuis très longtemps.

        Les gens ordinaires, endoctrinés par les médias, mais qui ressentent la manipulation, peuvent ensuite lire un peu sur le sujet et ainsi faire évoluer un peu leur opinion. Dans un sens ou l’autre.

        Éventuellement, seule l’action à l’urne compte et les politiciens mesurent cela tout le temps.

        M. Rejean ne le réalise pas, mais il aide grandement le prof dans sa mission.

  25. Jean Paul Binet dit :

    Mon grand père qui est avide de science et de télévision mais n’a pas eu le privilège de l’école des HAUTES, me dit qu’il a écouté un  » greenpisse  » dire, à Radio can, que le climat se réchauffe constamment à cause des émissions de Gas co2, il disait que les autos et autres véhicules étaient en train de tuer la planète. Il me regarde, et je vois un immense point d’interrogation dans ses yeux, puis me déclare tout songeur « tu sais , Jean Paul, Au Lac St-Jean, là ou je suis assis, j’ai lu dans un encyclopédie qu’il y a dix mille ans le couvert de glace se retirait finalement de la région et qu’avant il avait été jusqu’à plusieurs mille pieds de hauteur alors je me demande qu’elle sorte de bagnole les esquimaux avaient pour émettre autant de gaz qui ont contribué à faire fondre la glace et réchauffer le climat»

    • Daniel dit :

      Ton grand papa était brillant …
      …et drôle !

    • rtremblay dit :

      le cycle de Mylankovitch n’est pas incompatible avec une augmentation des GES et un effet sur la température de l’atmosphère.

      • Paul dit :

        Qu’est ce que les Cycles (ils sont plusieurs) de Milankovitch ont à voir avec le grand père Binet au Lac Saint Jean ?

        Qu’est ce que le réseau d’Hydro Québec avait-il à foutre avec la démonstration brillante de Jacques L. plus haut, sur la futilité de la ruineuse lutte aux changements climatiques ?

        Souffrez-vous vraiment du Trouble de déficit d’attention pour sauter tout le temps de coq à l’âne ?

        Où en est vous rendu avec le répertoire de travaux en climatologie, lesquelles respecteraient la règle de base de rigueur scientifique, soit de confirmer EXPLICITEMENT la séquence dans le temps de données sur la température et sur la concentration de CO2, avant de les mettre en relation et interpréter les observations ?
        ( Ref. : https://duberger.me/2019/02/07/un-homme-politique-dit-non-aux-climato-alarmistes/#comment-71977 )

        Rappelez-vous, c’est vous qui vous réclamez tout le temps de la science.
        Les poulains d’écuries que vous admirez tant, la pratiquent-ils vraiment ?

  26. GH Larouche dit :

    Reynald, est-ce que tu sais, de quoi et dans quel autre univers parallèle, rtremblay est entrain de discuter, dans ses 3 derniers posts, ci-contre :

    « je détecte le cherry picking quand il se présente devant moi .

    il semble bien qu’il y a plusieurs individus qui continuent de le pratiquer »

    « utiliser Mme Striling: reviens à faire de l’autocitation: ce qui n’a aucune valeur »

    « le cycle de Mylankovitch n’est pas incompatible avec une augmentation des GES et un effet sur la température de l’atmosphère »

    • rtremblay dit :

      vous doutez de mon ouverture d’esprit en science :
      R.: qu’est-ce que je fais sur ce blog si ce n’est pas pour tenter d’en apprendre, si possible, de personnes qui n’ont pas la même opinion que moi ?

      Mais en même temps je me dois d’appliquer de la rigueur et d’apporter de l’information que vous ne semblez pas avoir. Je reste bouche béé quand je m’aperçois que l’effet des cycles de Milankovitch sur les aires glaciaires et interglaciaires ne semble pas assimilé. Je suis encore plus étonné que le prof Duberger n’en profite pas pour expliquer cela !! les cycles de Milankovitch explique la fonte des glaces , mais n’explique pas la montée récente du TMAG. Par contre les GES (CO2) l’explique. C’est un truc de base en climatologie.

      • M.Tremblay est-ce que c’est suffisant pour vous de ne pas connaitre le nombre ainsi que leurs intensités des appareils volcaniques sous-marins?

      • rtemblay dit :

        je répond à Éric Beauséjour 12:06

        Q:….le nombre ainsi que leurs intensités des appareils volcaniques sous-marins !

        ma réponse:

        1) On connaît l’intensité des volcans terrestres et par rapport aux émissions anthropiques de GES elles sont beaucoup plus faibles. Le sismologue RDB sait qu’il peut les « ressentir » quand ils s’activent plus ces volcans terrestres.

        2) En ce qui concerne les « appareils volcaniques sous marins « ne seraient-ils pas tout simplement comme une série de petite cheminée p/r aux grosses cheminées des volcans terrestres. C’est mon appréciation puisque sinon RDB les verrais sur son sismographe quand ils s’activent autant que les terrestres et en plus on verraient un effet à la surface des océans (ça brasserait en surface de l’eau). Avez vous entendu parlé de cela ? pas moi !

        3) Ça fait plusieurs années que RDB nous lancent cela comme un argument mais jamais d’étude ou de recherche pour l’appuyer

        4) De plus pourquoi les appareils volcaniques sous marins seraient la cause de l’augmentation des GES atmosphériques depuis 100 ans (pour faire passer de 280 à 400 ppm de CO2) alors que la concentration de CO2 a été très, mais très stable (entre 200 et 300 ppm) depuis des centaines de milliers d’années avant les années 1900 ? pourquoi les volcans se seraient réveillés depuis 100 ans

        5) il y a des trous dans la croûte terrestre qui sont bien plus évidents pour expliquer cela et ce sont ceux faits par l’humanité (puits de pétroles, mines de charbon, puits de gaz de shale, etc..)

        6) si vous avez des arguments claires : faites nous en part. Sinon reconnaissez que les miens font du sens ??

      • Paul dit :

        M. Rejean prêche la rigueur aux ignares que nous sommes (https://duberger.me/2019/02/07/un-homme-politique-dit-non-aux-climato-alarmistes/#comment-72042) :
        “.. je me dois d’appliquer de la rigueur et d’apporter de l’information que vous ne semblez pas avoir. Je reste bouche béé quand je m’aperçois que l’effet des cycles de Milankovitch sur les aires glaciaires et interglaciaires ..”

        Mais que veut-il dire au juste par “les aires” ?
        – Les surfaces couvertes par la glace ?
        – Ou, plutôt une période dans le temps (une ère) ?

        “Appliquer de la rigueur” qu’il dit ..

        Sans doute, de la rigueur à sa mesure, égale à celle d’autres ténors de la mouvance verte, y compris les auteurs de leurs études « scientifiques » et leurs comités de lecture.

      • Voici le documentaire ou les scientifiques effectuent un quadrillage des fonds de 150km en 11 jours, c’est dommage qu’il ne mentionne pas le cout d’une telle expédition.

      • Paul dit :

        Bravo monsieur Beauséjour,

        Avec élégance, en publiant la vidéo “Un volcan sous la mer”, vous suggérez discrètement à M. Tremblay le devoir de la rigueur.

        Votre intervention démontre que dans une mer peu profonde (autour de 150 m, sur les hauts fonds siciliens), cartographiée en détail depuis longtemps et près de côtes densément peuplées, on pouvait découvrir un super volcan en dormance intermittente.

        Qu’est ce qui se passe exactement sur les dorsales et ailleurs dans les grandes profondeurs ? Seul le GIEC le sait.

        Le florilège de notre expert : https://duberger.me/2019/02/07/un-homme-politique-dit-non-aux-climato-alarmistes/#comment-72070

        Rapidement :

        – “On connaît l’intensité des volcans terrestres ..” :
        Aucun volcan n’est recouvert d’une cloche pour connaître la composition et la quantité des gaz émis. Les mesures ponctuelles concourantes, dans le même cratère, arrivent à des résultats différents d’un point à l’autre et ceci peut changer le lendemain.

        – “.. Le sismologue RDB sait qu’il peut les « ressentir » quand ils s’activent plus ces volcans terrestres.” :
        Sans parler pour le prof, un changement de régime d’émissions gazeuses n’est pas détectable au sismographe et l’interprétation d’ondes harmoniques produites par le mouvement du magma avant les explosions volcaniques est une science naissante.
        Quant à la détection acoustique sous-marine (ref. Wikipedia) : “.. La réduction de la capacité explosive, ajoutée à la distance importante séparant les hydrophones, rend les volcans sous-marins difficiles à détecter.”

        – “En ce qui concerne les « appareils volcaniques sous marins « ne seraient-ils pas tout simplement comme une série de petite cheminée p/r aux grosses cheminées des volcans terrestres. ..” :
        Le mont Mauna Kea culmine à 4,207 m au dessus de la grande île d’Hawaii, elle même produite par les coulées de lave par dessus le fond océanique situé à plus de 5,000 m de profondeur, ce qui en fait la plus haute montagne sur notre planète. Toute une “petite cheminée” et une nouvelle île est en train de se former là bas maintenant, pendant que nous parlons de petites cheminées à Rejean.
        Il y aurait mille fois plus de volcans sous-marins que de volcans terrestres (1,500), dont 75,000 s’élèveraient à plus d’un kilomètre au dessus du plancher et on estime que 75 % de magma serait émis dans les océans. Pour les gaz : pas de mesure possible, mais, pour les besoins de la cause, le GIEC en minimise l’importance.

        – “.. on verraient un effet à la surface des océans (ça brasserait en surface de l’eau). ..” :
        Peut-être, sur les hauts fonds, mais des émissions, même puissantes, à 8,000 m de profondeur seraient dissipées et/ou absorbées par la masse d’eau. Il y aurait aussi la dispersion par les courants marins.
        Cependant, il existe des théories parlant d’émissions sous-marines spontanées des gaz, en particulier du méthane, pouvant expliquer la disparitions des bateaux, en raison de la densité apparente d’eau modifiée (Archimède).

        – “.. la concentration de CO2 a été très, mais très stable ..” :
        Une belle certitude, non-partagée par tous – https://scripps.ucsd.edu/programs/keelingcurve/2014/10/29/new-study-shows-three-abrupt-pulses-of-co2-during-last-deglaciation/

        – “.. si vous avez des arguments claires : Faites nous en part. Sinon reconnaissez que les miens font du sens ??” :
        Monsieur Érik l’a fait, mais il était trop gentleman pour “caller la bullshit” dictée par le dogme de GIEC.

        – Le reste de l’argumentaire de Rejean : un salmigondis de banalités pétrophobiques.

        EN SOMME – Erik 6 : Rejean 0 !!

        Enfin, monsieur Brassard l’a dit si bien : “.. le comportement d’automates de ses fidèles qui ne font que rabâcher le credo sans la plus petite lueur de réflexion qui pourrait conduire à confronter l’idéologie aux faits. ..”

        M. Érik : Avec votre permission je visiterai votre blog de temps en temps pour mettre à jour mes connaissances.

        Paul

    • rtremblay dit :

      Je place mes réponses au fur et à mesure des échanges , le plus proche possible des questions qui me sont posés ! Ainsi

      1)
      « je détecte le cherry picking quand il se présente devant moi .

      il semble bien qu’il y a plusieurs individus qui continuent de le pratiquer »

      réponse à Mario

      https://duberger.me/2019/02/07/un-homme-politique-dit-non-aux-climato-alarmistes/#comment-71912

      2)
      « utiliser Mme Striling: reviens à faire de l’autocitation: ce qui n’a aucune valeur »

      réponse à R. duberger pour :

      https://duberger.me/2019/02/07/un-homme-politique-dit-non-aux-climato-alarmistes/#comment-71965

      3)

      « le cycle de Mylankovitch n’est pas incompatible avec une augmentation des GES et un effet sur la température de l’atmosphère »

      réponse à Daniel et Jean Paul Binet ainsi qu’à Grand Papa 🙂 qui n’avait pas encore eu l’information expliquant la fonte des glaces des millénaires passés et surtout la différence avec le dernier siècle et l’augmentation des GES.

      https://duberger.me/2019/02/07/un-homme-politique-dit-non-aux-climato-alarmistes/#comment-71996

      Si je comprends bien la teneur de commentaires de certains ou plusieurs à mon égard, il semble bien qu’il y en a plusieurs qui trouvent que je les dérangent dans leurs certitudes ! eh pourtant je ne fais qu’apporter des faits, des points de vue différents dans votre groupe. Êtes vous sectaire à ce point ? vous devriez plutôt vous forcer à donner des répliques plus songées que des attaques personnelles.

      De mon point de vue c’est très décevant. Je m’attendais à plus de votre part puisque vous n’avez apporté aucune critique sur l’article de Brassard: les failles sont nombreuses dans ces écrits.

      mes échanges avec vous me permet d’en apprendre plus à propos des climato-moutons … ou encore climato-duberger ::) : la pognez vous ??? mouton —- du berger !!!

      • Normand dit :

        M. Tremblay,

        Vous dites « Je place mes réponses au fur et à mesure des échanges , le plus proche possible des questions qui me sont posés »

        La dynamique de ce Blog semble la suivante ;
        M. Larouche a écrit un commentaire de niveau 1 à 8:21
        – Vous « répondez » à M. Larouche niveau 2 à 8:24
        – … M. Beauséjour vous répond, niveau 3 ***le lien « réponse » disparait à ce niveau
        – Vous répondez encore à M. Larouche, niveau 2 à 8:49
        – … Je vous réponds, niveau 3… il ne devrait pas y avoir de lien « réponse »

        Logiquement, on peut me répondre ou vous répondre en cliquant sur le lien « réponse » de votre commentaire de 8:49.

        Ainsi, pour que le fil de discussion se suive, il ne faut pas cliquer sur un lien « réponse » au fur et à mesure des échanges mais plutôt celui qui est le plus près, PRÉCÉDANT le fil où on veut intervenir. Il est facile de se tromper, j’ai moi même commis cette erreur dans une autre discussion hier.

      • Paul dit :

        M. Tremblay se lamente : “.. Je m’attendais à plus de votre part puisque vous n’avez apporté aucune critique sur l’article de Brassard: les failles sont nombreuses dans ces écrits. ..”

        Alors, dites nous SPÉCIFIQUEMENT où sont ces failles !

        1) De ne pas vouloir “ Assujettir l’État à des obligations coûteuses “ ?

        Sinon, rançonner le bon peuple pour faire plaisir à D. Champagne et à d’autres qui ont des poux dans le coco ..
        Le nouveau premier ministre, va-t-il se comporter en homme d’état responsable ou un pantin qui s’humecte le doigt pour sentir d’où vient le vent ?

        2) De parler du dogme climatique intouchable, protégé intégralement par l’écran de la rectitude politique ? D’avoir souligné que le monde occidental faisait preuve d’irrationalité depuis les années ‘90 ?

        Je me souviens qu’à l’époque, dans les milieux d’affaires, on sous-estimait l’importance du mouvement vert naissant en Allemagne car, pensait-on, nul ne voudrait se priver de bienfaits de la modernité et épouser la décroissance.
        C’était sous-estimer l’irrationalité des gens, pourtant bien éduqués (surtout chez les allemands, réputés rigoureux).
        La pensée magique : le progrès par la désindustrialisation en retenant tous les avantages .. Du pur Obamisme.

        3) D’avoir souligné l’opportunisme crasse des politiciens à la remorque de l’opinion publique façonnée par des manipulateurs ?

        Que dire de Jean Charest devenu ami-ami avec Steven Guilbeault après le rejet de la Centrale du Suroît par les media, lesquels prétendaient de représenter l’opinion publique ?
        Le Dr. Couillard, devenu très vert sans avoir parlé d’écologie pendant la campagne électorale. Transformé en véritable “Joly Green Giant” après avoir saisi l’opportunité à l’approche de la COP21 .. Fin stratège, il dépouillait ceux à sa gauche (PQ et les Solidaires) de leur cheval de bataille traditionnel.

        4) D’exprimer (trop timidement) l’indignation à propos de la censure à son endroit et à l’endroit d’autres dissidents, comme le prof Du Berger ?

        Facile de clamer l’unanimité de l’opinion publique, quand on muselle les récalcitrants.
        Le tribalisme unanimiste se porte bien au Québec. Ailleurs, dans les sociétés évoluées, on n’a pas peur de contaminer l’esprit du citoyen en l’exposant aux opinions contraires.

        5) De parler de “ l’absurdité de la diabolisation d’un gaz … qui ne constitue que 0,04% de la composition de l’atmosphère. ” ?

        Faisons un exercice ensemble, après avoir visionné à nouveau l’excellente vidéo rapportée par M. Normand plus haut (10 février 2019 à 8:57) :

        – Vous compterez les grains de riz, un à la fois et je vous tiendrai compagnie, par solidarité et pour vous motiver à persévérer.

        – À la cadence d’un grain à la seconde, votre doigt travaillera sans interruption (pas de sommeil, ni de break syndical) pendant 11 jours, 13 heures, 46 minutes et 40 secondes.
        Je vous fais grâce de la manipulation des sacs et de l’organisation des petits tas de riz. Il se pourrait même que vous me considériez comme ami à la fin pour cela.

        – Ensuite, moi, je passerai exactement 15 secondes pour comptabiliser le péché carbonique de l’homme moderne.

        – Sans rire et avec le doigt compteur enflé risquant le recomptage, allez vous encore soutenir que 15 : 1,000,000 peut jouer un rôle significatif dans la thèse du RCA ?

        6) Enfin, la dernière citation de monsieur Brassard vous concerne directement, alors je ne la commenterai pas : “.. En terminant, savez-vous ce qui me dégoûte dans cette nouvelle religion? C’est le comportement d’automates de ses fidèles qui ne font que rabâcher le credo sans la plus petite lueur de réflexion qui pourrait conduire à confronter l’idéologie aux faits. ..”

        Est-ce bien cette appréciation réaliste qui vous a fait disjoncter ?

        Maintenant, monsieur Tremblay, sans vous dissiper, où sont donc ces failles nombreuses dans “le phrasé qui vole haut” de monsieur Brassard ?

      • Normand dit :

        Paul, selon l’exercice que vous nous avez préparé, s’il vous faut 15 secondes pour comptabiliser le péché carbonique de l’homme moderne, combien pour comptabiliser le péché carbonique des Québécois ?

        Si je ne me trompes, 0,03 secondes ?
        0,03 secondes VERSUS 11 jours 13 heures 46 minutes 40 secondes

        Les petits chiffres, c’est comme les gros, on a de la difficulté à conceptualiser.

        Mais, j’ai un lien qui peut nous aider !

        En cliquant sur le lien ci dessous, on peut comparer nos réflexes avec ceux du Sprinter, recordman du monde, Usan Bolt.

        On clique sur le bouton vert « I’m ready » qui devient « Go »
        On surveille les 3 boutons en dessous qui deviennent successivenment :
        On your mark > set > bang
        Quand « bang » devient rouge, on clique rapidement sur le bouton vert « Go ».
        N’oubliez pas… l’objectif est de 0,03 secondes.

        P.S. Même Usan Bolt avec ses réflexes de 0,155 sec serait BEAUCOUP trop lent pour relativiser notre péché carbonique.

      • rtremblay dit :

        Réponse à Paul 12:51

        le texte de Brassard est vide de science et de climatologie qui devrait pourtant être le sujet de ce blogue tel que le suggère le titre ‘climat, science et société’ mis en en-tête de celui-ci

        le texte de Brassard devrait être dans une rubrique opinion du lecteur : ‘politique, société et je répète mon opinion depuis que je ne suis plus en politique puisque ça fait longtemps que je n’ai pas fait de lecture scientifique sur le sujet de la climatologie’.

        Le pire c’est de répéter comme un perroquet que 400 ppm (0,04 %) c’est tellement faible que ça ne peut pas avoir d’effet GES. c’est de l’anti-science dénoncé cela ainsi. L’azote N2 (79 %) et l’oxygène O2 (20,9 %) sont les principaux gaz atmosphériques… mais n’ont pas d’effet GES .

        commentaires : n’importe quel médicament que vous ingérez à petite dose à pourtant un effet. Calculez la dose ainsi ajoutée à votre corps.

        Trop simple pour vous de comprendre cela ?

      • Paul S. dit :

        Bonsoir Normand,

        Mon meilleur score : 0.055 s (un coup de chance ..)
        Ma moyenne : 0.149 s

        Je réessayerai demain matin reposé, après mon influx de caféine matinale.

        Je ne sais pas si cela existe encore, mais il y avait au Musée d’aviation à Ottawa un appareil servant à mesurer les réflexes des pilotes de chasse, mis à la disposition des visiteurs.

        Pour en revenir à la futilité de nos mesures coûteuses de la lutte aux changements climatiques.

        Pourquoi nous et pas les Chinois et les Hindous ?

        Pourquoi tenter de traiter une maladie, si le diagnostic n’est pas certain ?
        Fort possiblement, l’augmentation de la température précède le CO2.
        La compression (la masse totale des gaz & l’attraction gravitationnelle) peut expliquer en grande partie la rétention de la chaleur dans l’atmosphère, sans le concours notable de l’effet de serre radiatif.

        Le Fonds vert est un scandale.

        La lutte aux changements climatiques = une patente gauchiste d’encadrement serré de l’individu en contrôlant tous les paramètres de sa vie.

        Merci pour le gadget divertissant,
        Paul S.

  27. Paul dit :

    Bonjour monsieur Mario,

    Vous êtes un homme courageux. La gauche ne tolère pas l’opinion contraire et, d’une manière ou d’une autre, on tentera de mettre les élèves à l’abri d’un dissident.

    Ref. : https://duberger.me/2019/02/07/un-homme-politique-dit-non-aux-climato-alarmistes/#comment-71833
    “.. Je suis enseignant au secondaire en math et en sciences et je suis le seul à informer mes élèves de cette arnaque climatique. Même mes collègues me regardent d’une drôle de manière…
    Je fais ressortir, chiffres à l’appui (merci M. Du Berger !), les enjeux politiques et économiques de ces arnaqueurs. ..”

    Pour faire ressortir aussi les enjeux scientifiques, je me permets de vous suggérer d’étudier avec vos élèves cet article : https://www.researchgate.net/publication/257343053_The_phase_relation_between_atmospheric_carbon_dioxide_and_global_temperature

    Monsieur Du Berger avait justement signalé cette étude à RTremblay (qui sévissait déjà sous une autre identité) en 2012, mais manifestement monsieur Rejean ne l’a pas comprise.

    Il le laisse transparaitre en m’apostrophant ainsi, un peu plus haut sur cette page :
    “.. Votre opinion est que le CO2 augmente après TMAG ne tient tout simplement pas la route puisque la variation de concentration de CO2 est sinusoïdale sur une, base annuelle. ..”.

    Le quidam que je suis sait que la similitude / dépendance de deux fonctions s’étudie par leurs pentes et les points d’inflexion, donc par la première et la deuxième dérivée en fonction du temps.
    Il me semble qu’un ingénieur agroalimentaire devrait le savoir aussi.

    L’étude “The phase relation between atmospheric carbon dioxide and global temperature” pourrait vous être utile pour :

    – Illustrer les variations dépendantes, en fonction de leurs dérivées, dans le contexte d’une étude réelle;

    – Mettre les élèves au courant de la possibilité (vérifiée aussi ailleurs et sur des échelles de temps différentes) que la variation de la température pourrait précéder la variation de la concentration du CO2 dans l’atmosphère;

    – Enfin, demander à la classe si dans le monde physique : la conséquence pouvait précéder la (présumée) cause dans le temps ?

    Comme le dit monsieur Du Berger, éventuellement l’arnaque climatique sera percée à jour. Dans ce futur, que j’espère proche, vos anciens élèves vous remercieront de les avoir formé au sain doute scientifique.

    Je vous souhaite bonne chance dans votre entreprise courageuse.

    Paul

    • rtremblay dit :

      il me semble impossible de prédire un lag CO2 de quelques mois vs TMAG considérant que l’atmosphère terrestre n’évolue pas dans un environnement à deux variables uniquement. La chaleur des océans liée au phénomène de El Nino et La Nina vous y avez pensée ??. Le ENSO aussi. La fonte des glaces vous la considérée ? Les émissions d’aérosols vous les incluez dans votre modèle ?

      Je doute fortement que votre esprit est capable d’une réponse aussi claire, directe et surtout moins tortueuse!

      • Paul dit :

        R. Tremblay annonce son doute : “.. il me semble impossible de prédire un lag CO2 de quelques mois vs TMAG ..”.

        L’étude “The phase relation between atmospheric carbon dioxide and global temperature” ne parle pas de prédictions, mais d’observations.

        Ensuite, notre spécialiste du climat énonce ses appréhensions existentielles, sans spécifier les aspects concrets de l’étude dont le traitement scientifique l’inquiéterait et il me somme de défendre “mon” modèle.

        Tellement habitué à voir le climat expliqué par des modèles (pris pour la réalité) qu’il ne comprend pas qu’on peut aussi se contenter d’interpréter des données d’observations.

        J’avais porté à l’attention du professeur Mario une étude où l’on établit que les variations (à la hausse et à la baisse) de la température précédent dans le temps les variations (à la hausse et à la baisse) de la concentration du CO2 atmosphérique.

        Je n’ai pas à reprendre les arguments des chercheurs Humlum, Stordhal et Solheim, ni à justifier leurs conclusions.

        Ce Rejean – une vraie anguille visqueuse beurrée au Castrol GTX 5W30 .

        Je lui redemande donc à nouveau !!! :
        Après avoir constaté l’étude ci-haut, basée sur un “dataset” ordonné correctement dans le temps, pouvez-vous nous soumettre la liste d’études climatologiques, affirmant le réchauffement climatique anthropique ou d’autres catastrophes, dont les “datasets” ( y1 = T(t) vs y2 = [CO2](t) ) ont été expressément vérifiés quant à l’enchaînement dans le temps ?

        Le prof Du Berger lui demande depuis des années, sans succès, une seule preuve du RCA.

        Moi, je le prie de partager avec nous seulement l’assurance que les études qui ont formé sa certitude sont basées sur les données dont l’enchaînement fut vérifié au préalable.

        Il me semble que la rigueur n’est pas optionnelle en science.

      • rtremblay dit :

        j’ai écrit prédire. et j’ajoute que les observations ne collent pas non plus à cette théorie.

        Je vais poser la question aux participants du blog de Tamino concernant votre théorie publiée par vos références. J’ai bien hâte de lire ce qu’on va me répondre.

      • Paul dit :

        En rattachant votre commentaire “il me semble impossible de prédire un lag CO2 de quelques mois vs TMAG ..” à mon message adressé au professeur Mario (https://duberger.me/2019/02/07/un-homme-politique-dit-non-aux-climato-alarmistes/#comment-72031), où il était question d’observations – pas de prédictions, vous avez, une fois de plus, tenté de m’entraîner dans vos sauts de coq à l’âne.

        Je vous avais suggéré de recourir à Tamino et à son panel de praticiens de la probité scientifique l’an dernier.

        Demandez donc aussi à ces messieurs de vous aider avec votre devoir :
        Produire la liste d’études climatologiques, affirmant le réchauffement climatique anthropique ou d’autres catastrophes, dont les “datasets” ( y1 = T(t) vs y2 = [CO2](t) ) ont été expressément vérifiés quant à l’enchaînement dans le temps.

        Assurément, tout comme vous, ces messieurs connaissent la rigoureuse méthodologie scientifique.

  28. Alessandro riva dit :

    Le climat est un problème pas le plus urgent. Le écolos sont une secte de malfaiteurs.
    Les problèmes sont par ordre : la surpopulation qui assèche les terres, les ressources et éradique les espèces animales, le fait que la population croit à démesure dans une planète qui reste de la même taille avec de moins en moins d’espace vert (poumon de la planète et refuge des animaux) La pollution des mers, la production de plastiques. Tout cela est bien plus urgent. Les écolos et la gauche en général tentent de créer une nouvelle réligion ou l’excomunication est à l’ordre du jour. Le but ? Le fric et le pouvoir. Tout comme pour les pro immigration incontrollée qui parlent de solidarité mais rêvent de nouveaux électeurs pour la gauche et escalves pour l’industrie. Les libéraux applaudissent. Cela fera baisser la masse salariale car le syrien coûte moins cher que le belge et si le belge ne réduit pas ses prétentions il ira mendier au parc. Reste les populistes en espérant qu’il ne deviennent pas gauchistes une fois au pouvoir.

  29. A. Girard dit :

    Après lecture de plusieurs posts de rtremblay, je suis presque convaincu que ce dernier n’est pas ingénieur. Ses connaissances de bas en science ne dépasse pas le Cégep…

    • Paul dit :

      “.. Ses connaissances de bas en science ne dépasse pas le Cégep…”

      Possibilité : jadis un grand esprit et pilier de l’OIQ, maintenant brouillé et très dissipé par l’inhalation involontaire de benzène dans l’air ambiant ..

  30. GH Larouche dit :

    M. Brassard:

    «… savez-vous ce qui me dégoûte dans cette nouvelle religion? C’est le comportement d’automates de ses fidèles qui ne font que rabâcher le credo sans la plus petite lueur de réflexion qui pourrait conduire à confronter l’idéologie aux faits. »

    Moi ce qui m’écoeure le plus de cette religion basée sur la pseudo-science du climat, c’est qu’ils s’en servent pour contrôler la population jusque dans ses besoins les plus essentiels, comme par exemple de se reproduire:

    Ne faites plus de bébés, ça dégage du CO2, et puis ça fait caca en plus.

    • Paul dit :

      La solution prévisible au problème grave de la surnatalité dans les pays occidentaux industrialisés : la taxe-bébé.

      Pour justifier les taxes carbone existantes et les nombreuses à venir, les activistes verts ont toujours argué : Pollueur – Payeur !

      Donc, il faudra taxer la mise bas des bébés et bien plus que la voiture : chaque bébé => 60 T de CO2 équivalentes et, selon une étude récente, chaque voiture => 2.4 T de CO2 équivalentes.
      (ref. : https://www.20minutes.fr/high-tech/2351027-20181009-avoir-enfant-moins-afp-explique-apres-publication-contestee-rechauffement-climatique)

      Alors le bébé serait carbo-taxable à un taux 25 FOIS plus élevé que la voiture.
      (Note : dans les faits, en moyenne les véhicules aux USA produisent 6 t/an ou près de 5.4 T/an de CO2 équivalentes, mais qui se surprend encore du manque de rigueur d’un “scientifigue” vert ?)

      Ensuite, les gouvernements devront moduler la taxe : un taux plus élevé pour le deuxième rejeton et encore davantage pour les suivants, afin de punir la récidive.

      Payer plus pour les garçons, moins pour les filles, un allégement selon l’origine ethnique en partant du caucasien (non-désirable) et un dégrèvement total pour les enfants de sexe indéfini ou d’orientation vacillante (LGBTQI), car il faut une discrimination positive pour encourager la production de bébés à la mode (et non-reproducteurs).

  31. rtremblay dit :

    Paul dit :
    13 février 2019 à 12:51

    le vidéo que vous soumettez est STUPIDE ! FP

    Ce n’est pas parce qu’on tourne un vidéo dans un labo que ça fait plus sérieux !
    Est-ce que c’est la secrétaire de l’école qui a jouée ce rôle en remplacement de la prof de chimie absente pour cause de migraine lorsqu’elle a vu le contenu du vidéo qui lui était imposé en lien avec la dernière subvention reçue dans cette institution d’enseignement….la compagnie portait les initiales B. P.

    les millions de grains blancs n’ont pas rapport dans l’évaluation à faire (O2 et N2… neutre) !

    les milliers de grains bleus (eaux) ils sont envoyés dans l’atmosphère, mais retournent très rapidement (qcq jours) sous forme d’eau condensés : de précipitations ! la vapeur d’eau se condense.. pas d’accumulation de chaleur globalement….

    donc compter 400 grains ce n’est pas si long pour quelqu’un de moindrement méthodique… on pourrait même faire une approximation surfacique pour procéder plus rapidement.

    • Normand dit :

      M. Tremblay, je trouves fort révélatrice votre réaction à propos de la vidéo explicative des volumes de ppm. (13 fév. 8:09)

      Avez-vous remarqué que JAMAIS cette professeure ne se prononce sur la capacité de 400 ppm. à dérégler ou pas le climat ? La seule chose qu’elle démontre est ; « voici de quelle quantité on parle ! ».

      Pour une raison obscure, ça vous a énervé au point de vous lancer dans un délire d’attaques personnelles et gratuites contre cette femme ! On laissera les gens juger…

      • Paul dit :

        Une question rhétorique, peut être : “Pour une raison obscure ..” ?

        On pourrait envisager la possibilité d’un esprit à sens unique (“a single track mind”) syntonisé uniquement sur les gaz à effet de serre et leur effets.

        L’autisme accompagne parfois cette tare (Ref.: https://psychologicalpsayings.wordpress.com/2013/02/07/have-a-one-track-mind/) :
        “Autism was defined by Lorna Wing as a triad of impairments. This triad consists of social abnormalities, communicative abnormalities, and repetitive behaviour and narrow interests. This last characteristic can lead to distress at a change in routine and an unusual focus on one particular area of knowledge or a skill. Uta Frith proposed a theory of autism called the weak central coherence (WCC) theory which proposed that autistic people lack the ability to perceive the whole but instead focus on the parts (central coherence being the ability to draw together diverse information before processing it to provide higher level meaning in context).”

        Pourtant, au cinema, le Rain Man avait des talents compensateurs que M. Tremblay cache bien.
        De plus, il était poli, alors la piste d’autisme est douteuse.

        Dans le passé j’avais tenté de référer M. Rejean au Dr. Mailloux pour traiter son pétrophobie et en cas d’échec, au Dr. Couillard pour une intervention psychochirurgicale.

        Le prof a proposé récemment un diagnostic non-médical, plus simple, inspiré du grand Confucius :
        “Un proverbe chinois dit que quand le sage désigne la lune, l’idiot regarde le doigt. J’ajouterais que le même idiot affirme beaucoup et ne doute de rien, tandis que le sage affirme peu, doute beaucoup et lui pose des questions.”

    • Paul dit :

      Monsieur Rejean,

      Récemment le prof devait penser à quelqu’un en mentionnant le proverbe chinois qui dit que quand le sage désigne la lune, l’idiot regarde le doigt.

      Pour vous aider à dépasser le doigt : la prof ou la laborantine, peu importe, parlait de l’ordre des grandeurs et moi aussi.
      400 ppm est immatériel, mais la manipulation de 15 grains par rapport au travail de moine pour recenser le million, propose un contraste frappant.
      La présentatrice savait que le cerveau humain visualise bien les choses que l’individu rencontre dans sa vie de tous les jours. Les fractions dépassant 100 n’en sont pas.

      La dame ne parlait pas de mécanisme d’effet de serre, mais votre regard est resté figé sur son doigt.

      L’effet de serre est une affaire d’interception et pour intercepter il faut occuper l’espace.

      La taille cinétique des molécules N2, O2 et CO2 ne diffère pas beaucoup (H2O est plus petite) et les collisions, mais aussi la capacité d’interception des photons, dépendront de l’espace occupé.

      Au figuratif, les 15 grains de riz dans l’espace occupé par la troposphère (1,000,000 grains de riz) sont supposés de causer la fin du monde. On peut en douter.
      Démontrer au laboratoire, avec des concentrations élevées de CO2, l’interception des photons et leur réémission par la molécule est une chose, constater et mesurer le même phénomène dans la nature et en déduire les catastrophes terminales pour la vie, en est une autre.

      Votre “pas d’accumulation de chaleur globalement” veut dire quoi au juste ? Un nouveau principe de calorimétrie ?

      Content de vous entendre parler de votre propension à fonctionner méthodiquement. On ne l’aurait pas cru de la part d’un sauteur de coq à l’âne …

      Vous êtes sûrement bien avancé pour nous signaler les études dans lesquelles les auteurs ont, eux aussi, travaillé méthodiquement, ce qui les a conduit à établir que c’étaient bien les lectures de la concentration du CO2 qui précédaient dans le temps les lectures de la température pour valider les données de leurs études.

      L’absence d’une telle mesure fondamentale de rigueur n’aurait sûrement pas passé un comité de lecture sérieux ! Qu’en dites vous ?

      À quand la liste ?

      Rejean, vous avez le “cancre” et le “stupide” facile.
      Peut être que vous devriez vous tenir loin d’un miroir avant d’écrire.

      Merci d’avance pour le “finger down”,
      Paul

  32. Paul dit :

    R. Tremblay claironne (https://duberger.me/2019/02/07/un-homme-politique-dit-non-aux-climato-alarmistes/#comment-72071) :
    “.. le texte de Brassard est vide de science et de climatologie qui devrait pourtant être le sujet de ce blogue tel que le suggère le titre ‘climat, science et société’ ..”

    Il me semble qu’en tant que visiteurs, il ne nous appartient pas de décider de billets que M. Du Berger décide de publier.
    Taper du pied, comme vous le faites, est impoli et le fertilisant pontifiant que vous avez épandu sur toute la page est prétentieux et son fumet indispose les visiteurs.

    Contrairement à vous et peut-être au prof, je suis d’avis que le volet “société” est plus important que la “science” dans l’évaluation du sort à réserver à l’arnaque climatique et de l’action à entreprendre.

    Parlons quand même brièvement de la science.

    Je suis à peu près certain que vous ne serez pas en mesure de nous nommer les études où on avait dûment établi, au préalable, la préséance dans le temps de lectures du CO2 sur la température.
    Moi, je n’en connais pas et vous ?

    Il y a une forte possibilité que la température augmente avant la concentration en CO2, tel que rapporté par plusieurs observations. En fait, ce serait le cas tout le temps.
    J’utilise le conditionnel, car je n’avais pas pris les lectures moi-même. Éventuellement le conditionnel sera abandonné à moins que vous ou Guillaume me surpreniez.

    Évidemment, cela déferait complètement la thèse du RCA, car la conséquence ne peut pas précéder la cause dans le temps.

    La science du climat doit continuer à se développer, mais la propagande puante climato-alarmiste doit cesser.

    Pour ce qui est de la lettre de monsieur Brassard, je l’avais résumée en six articles et une personne objective, que vous n’êtes pas, peut apprécier la clarté de l’opinion exprimée par l’ex-ministre.

    Manifestement, en parlant de nombreuses failles dans les écrits de monsieur Brassard, vous avez fait de l’enflure verbale et le seul reproche que vous pouvez lui faire, c’est qu’il heurte vos croyances.
    Je vous prie de relire le dernier paragraphe de la lettre qui concerne les gens comme vous et d’y réfléchir.

    Si vous aviez aussi écouté l’entrevue à la radio de monsieur Brassard, vous auriez compris le contexte sociétal, pas scientifique.

    Je suis autant révolté que l’ancien ministre par cet affront au peuple québécois par un groupe d’avocaillons activistes et opportunistes qui veulent rétrécir les options de gouvernance aux futurs gouvernements provinciaux. On voudrait éventuellement étendre le carcan au gouvernement fédéral aussi.

    Il s’agit d’une initiative que l’on retrouve dans plusieurs pays (sûrement pas en Chine) et en fin de compte, on jouerait dans les mains de l’ONU en réduisant l’étendue des souverainetés nationales.

    Évidemment, vous, un communiste, le projet onusien de changement de régime social dans l’Occident, cela ne vous dérange pas.

  33. rtremblay dit :

    c’est surprenant que des écrits cours de ma part font en sorte que Paul S. m’écrit des romans (trop longs) non structurés qui tirent dans tous les sens. Un phrase il m’envoie ces insultes. Une autre ces recommandations de consultations. ensuite ces explications confuses. Mais jamais il ne réponds à mes points que j’amène concernant ces théories qu’il semble adhérer mais qu’il n’est pas capable de défendre. Il enrobe d’explications à caractère politique tout droit sortie de son imaginaire ces écrits.

    • Reynald Du Berger dit :

      « ces théories qu’il semble adhérer… » vous me copierez 100 fois « ces théories auxquelles il semble adhérer »

      • GH Larouche dit :

        Allez prof. Vous n’allez tout de même pas lui donner une punition. Il a l’air si abattue, qu’on aurait le goût de le prendre dans nos bras pour le câliner.

        Paul est très dur sur ces convictions spiriruelles, un peu de miséricorde.

        Si vous le voulez bien, je me propose même de faire le devoir à sa place, ici même sur ce blogue.

      • Paul dit :

        Monsieur Larouche,

        Dans une société rompue aux valeurs féminines du maternage, de câliner un poupon incompris est la solution préférée.
        Ensuite, les cancres, ainsi formés, se sentent en droit de décrocher. Malheureusement nous sommes en avance dans ce domaine sur le reste du Canada.

        Si vous voulez vraiment l’aider, vous pourriez plutôt encadrer l’individu en lui inculquant le principe de la rigueur intellectuelle.

        Toutefois, si vous tenez absolument au maternage, alors aidez Rejean avec son devoir, mais pas le trivial imposé par le père-fouettard Du Berger, plutôt avec celui-ci :

        Produire l’inventaire d’études / articles scientifiques en climatologie dont la conclusion / affirmation est le RCA (ou les autres incarnations du catastrophisme climatique), lesquels incluent la section vérifiant au préalable le devancement dans le temps des lectures de la concentration du gaz carbonique atmosphérique ( y2 = [CO2](t) ) par rapport à la température ( y1 = T(t) ) ?

        La vérification de cet enchaînement ne prouve pas le RCA, mais c’est la condition sine qua non, que toute étude affirmant le RCA doit satisfaire.

        Sinon la conséquence précéderait la cause.

        Vous connaissez probablement mieux que moi la trinité (*) Youppi – Jean-Luc – RTremblay.
        Avant de me rapporter à la SPCA pour l’acharnement thérapeutique, rappelez-vous que l’individu retombe vite sur ses pattes et combien il peut être féroce avec ses proies (ex.: J. Brassard).

        Carboneutrement,
        Paul

        (*) N.B. : Pour un communiste, ne devrait-on pas parler plutôt d’une troïka ?

    • Paul dit :

      Vous avez raison Rejean, j’en fais trop de peur de ne pas me faire comprendre.
      Aujourd’hui on communique en 144 caractères et on perd les nuances.
      Et sans les nuances, on rétrograde vite aux onomatopées et on revient à la communication par le UGH universel.

      Le style est un choix qu’il faut assumer.

      Votre petit-nègre dénote le mépris pour celui qui doit le déchiffrer :

      “.. des écrits cours de ma part ..” : dans quelle direction faut-il se “garrocher” pour rattraper vos écrits galopants ?

      “.. Il enrobe d’explications à caractère politique tout droit sortie de son imaginaire ces écrits. ..” : celle-là m’échappe complètement, bien que je ressens la trépidation du pétrophobe.

      “.. il ne réponds à mes points que j’amène concernant ces théories qu’il semble adhérer mais qu’il n’est pas capable de défendre. ..” : répondre à un TROLL est difficile, quand ce dernier tente de faire dévier les discussions, ne donne jamais de réponse claire, lance des accusations gratuites et essaie d’embrouiller tout le monde.

      C’est par la réciprocité que l’on peut procéder.
      En attendant cette réciprocité de la part de l’ingénieur agroalimentaire, on souligne les failles dans son raisonnement et ses exploits de sauteur de coq à l’âne.
      On n’atteint pas en le faisant à sa réputation professionnelle, il s’en charge lui-même.

      Sur le site Du Berger il y a des personnes, qui respectent les autres en écrivant correctement et en le faisant bien mieux que moi.
      Généralement, leur vision des choses est rationnelle.

      D’autres, comme vous, qui écrivent en double ou triple sens et qui négligent complètement l’orthographe ont du mal à organiser leur pensée et ils croient généralement aux sornettes vertes.

  34. Alessandro Riva dit :

    Bonjour tout le monde. Je suis entièrement d’accord pour dénoncer les climato-terroristes. Mais comment ne pas épingler l’incapacité de la part des populistes (ce nom n’à rien de péjoratif s’il indique des partis qui se basent sur la volonté du peuple plutôt que sur les lubies des élites autoproclamées) à contrer les théorie fumeuses des vendeurs de sable. Nous voilà donc réduit à discuter température augmente ou diminue. Faux débat ! Le climat n’est qu’un aspect de l’écologie. Celui sur lequel on sait le moins et peut faire le moins alors qu’à côté des problèmes écologiques massues creusent notre tombe, détériorent nos conditions de vie sans parler de celles de la faune, la flore et le monde marin. Le populiste contestent les mensonges mais ne proposent RIEN. Laissant un débat porteur aux communistes à la sauce libéral-capitaliste. De plus PERSONNE, absolument personne ne s’aperçoit que quand je suis né on était moins de quatre milliards et nous voilà le double avec un croissance exponentielle. La terre à garder la même taille et ses ressources ne cessent de diminuer. Des poisons profonds entanchent nos cours d’eau, La bouffe devient plastique, les élevages inhumains. MAIS QUAND ENTENDRA-T-ON FINALEMENT PARLER DE NATALITE DURABLE. Qui se soucie d’environnement à ce jour. Of fait des passerelles internationales pour faire sa pub (au lieu d’utiliser la téléconférence) on refuse le télétravail aux cols blancs empestant toutes nos rues aux heures de pointe, causant accidents, crises de nerfs, embouteillages et autres aménités. On va pas donner la faute de la pollution aux pandas quand même ni peut on faire croire que la science peut tout résoudre. Allez donc fiche 100 Marlboro dans un paquet conçu pour vingt. Même la science pourra pas grand chose.

    • Paul S. dit :

      “.. MAIS QUAND ENTENDRA-T-ON FINALEMENT PARLER DE NATALITE DURABLE. ..”

      Ted Turner, le fondateur climato-activiste de CNN avait prévu de réduire la taille de l’humanité à 250 millions d’individus.
      De mémoire, le Club de Rome / Agenda 21, les motivateurs du Cirque vert, ont établi la taille de l’humanité soutenable par la planète à 500 millions.

      L’abandon de l’église et l’adoption de la pilule ont fait faire à l’Occident un grand bond dans la “bonne direction”.

      Pas assez long, ce bond, au goût des Verts qui veulent réellement promouvoir la dénatalité en Occident : https://www.20minutes.fr/high-tech/2351027-20181009-avoir-enfant-moins-afp-explique-apres-publication-contestee-rechauffement-climatique

      Avec les avortements pré-accouchement (et même post-accouchement) les politiciens gauchistes Démocrates aux USA, sont prêts à faire leur part.

      • Alessandro riva dit :

        Le problème est la surpopulation et la classe politique dans son ensemble en est consciente. Pas le « petit peuple » car depuis des années nos médias fournissent une narrative de la réalité qui exclut ce sujet. Pourquoi ? Les raisons sont simples et mesquines. Une limitation des naissances n’est pas faite pour plaire à l’Eglise qui est contre l’avortement et dont les textes sur les paroles de Jesus invitent les humains à se multiplier. Allah et autres Dieus n’aiment pas trop non plus les limitations de naissance. Le capitalisme forcené ne voit que des consommateurs. Les nationalistes veulent plus de Polonais en Pologne, de Turcs en Turquie etc. Le politique vise le court terme. IL Parle au ventre des électeurs pas à leur tête. Sur des mandats qui dépassent pas les cinq ans on fait des programmes qui doivent entre visible sur deux ans et puis terre brûlée au cas où l’on prévoit que l’opposition arrive au pouvoir. Triste à dire mais le problème de la surpopulation se réglera avec des guerres, le cannibalisme, les famines, les désastres. Quand on en pourra plus on finira par se mettre à table et parler d’environnement comme en 45 on a parlé d’Europe. Aujourd’hui l’Europe n’est plus, L’Europe est l’objet du PPE PSE à la sauche 4° reich Merkelien sur un modèle de dictature similaire à la Chine. J’ai l’ai fou mais suis lucide. Aux prochaines Européennes il y aura un perdant mais pas de gagnant. Le PPE PSE va perdre sa majorité. Mais personne ne va la conquérir.
        Il se pourrait aussi qu’on se dirige vers la guerre civile car les macarons n’ont pas la moindre intention de céder au verdict des urnes qu’ils vont d’ailleurs lourdement manipuler via magistrats, médias, triches électorales. En parlant climat je prévois l’orage dans pas longtemps tout en restant climato réaliste.

      • Paul S. dit :

        Monsieur Riva,

        Tout climato-réaliste que vous êtes, votre diagnostic du problème rencontre celui des climato-alarmistes : la surpopulation.

        Eux, ils présentent la solution : la décroissance industrielle en Occident pour réduire l’accès aux ressources matérielles par les individus et ainsi réduire la taille du cheptel.

        Curieusement, la surpopulation n’est diagnostiquée qu’en Occident, surtout chez les populations de race blanche.

        La redistribution onusienne demande à ces populations de partager leur richesse déclinante avec les moins fortunés. Ces derniers se reproduisent sans aucune entrave et ils envoient leurs surplus humain dans l’Occident accueillant.

        Il faut aider son proche, quelque soit son origine, mais quand un canot de sauvetage est rempli à capacité, ce vieux Archimède, si cher au prof Du Berger, dicte la limite à la bienfaisance.

        Avec le remplacement des populations par la migration (bientôt libre et encadrée par l’ONU), on remplacera / supplantera bientôt aussi les VALEURS judéo-chrétiennes dans l’Occident, pour les remplacer par quoi au juste ?

        Sur le fond vous avez raison, la Nature règle éventuellement les déséquilibres d’une façon brutale.
        Les Occidentaux, trop gâtés et mous, sont moins bien préparés à cette éventualité probable que les autres représentants de notre espèce.

  35. Alessandro riva dit :

    Quoi de plus pénible que la tronche d’un patin manipulé qui défile pour le climat. Les profs derrière tout cela méritent licenciement et peines incompressibles. Pour les étudiants cannons à eau, matraques gas lacrymo et séjour en centre fermé pour dé-fanatisation. Ah ces pauvres d’esprit qui se croient des dieus de l’intellect car il goben tout ce que blatèrent les médias sponsorisés (les médias tout court). Au fond ils se fichent du climat comme de leur grand mère. Ce qui compte c’est paraître pour avoir l’impression d’exister et peut être tirer le gros lot en figurant sur une première page arborant un slogan imbécile tel « brosseur cherche bosseur » ou « on vous lachera pas » Communistes à la kon, capacité mentale inversément proportionelles à l’orgeuil démesuré. Pur produit du communisme d’un autre age. Manipuler les écolier est la marque de toutes les dictatures socialistes. Ils se prennent pour les nouveau leader sans comprendre qu’ils sont les gosses qu’hitler à sorti en derniers recours pour défendre Berlin. Des nazillons qui se prennent pour des humanistes et ne comprennent pas qu’aux prochaines européennes ils auront l’air plus KON que des macarons à la sauce macron. Faut commencer à être brutaux avec ces fous manipulés. Ils nous mènent tout droit à la dictature. Faut pas laisser faire. Quoi de pire pour l’environnement qu’une dictature.

    • Paul dit :

      Le mot d’ordre international de sortir les enfants dans la rue ou de les mettre en grève « pour le climat », au lieu de les éduquer, fut suivi un peu partout par des profs – fumeux de pipe.

      Les commentaires de M. Steve Goddard et d’autres personnes climato-lucides, concernant ces belles activités parascolaires en Angleterre, sont décapants : https://realclimatescience.com/2019/02/why-doesnt-george-remember/

      • Mario dit :

        Bonjour mes amis « lucides » qui ne veulent pas avaler les sornettes des climato-alarmistes-arnaqueurs. J aurais besoin de votre aide car un élève de sec-5 m’a posé une question la sem. dernière et je ne savais donner une réponse solide.
        L aspect est certes socio-politico-économique…
        Voici la question :
        « Monsieur, quel est le but, pour l’ONU, de nous mentionner qu’il y a urgence climatique au niveau des GES ? Cet organisme est pourtant respecté ».
        Au nom de mes élèves et moi-même, merci à l’avance de m’aider à donner accès à la « vérité » dans ce dossier, qui est, selon moi, un des plus grand sujet STS (Science/Technologie/Société).

      • Reynald Du Berger dit :

        Paul est sûrement mieux placé que moi pour répondre, mais devant la question d’un élève, je réponds souvent par d’autres questions, car sa question est souvent l’affirmation camouflée d’une opinion ou d’un préjugé , comme par exemple , que l’ONU c’est Dieu, la vérité, la justice.. . « pourtant respecté »… dit-il.. respecté par qui ? et pour quelles raisons ? cela le forcera à réfléchir avant de poser ses questions… je vous ai déjà offert d’aller dans votre classe… vos élèves auraient du fun avec moi…

  36. Normand dit :

    J’ai une interrogation…
    Est-ce que la FIN des chroniques au JDM de M. Brassard correspond presque au DÉBUT de celles de M. Brien (printemps 2018) ???

    À l’oeil, je dirais oui… si tel est le cas, ça ressemble drôlement à une ligne éditoriale et, au moins, on sait à quoi s’en tenir.

    • mario dit :

      M. Du Berger,
      je connais cet élève et ce dernier cherche les objectifs cachés de l’ONU, (tout comme moi !).
      Il a un sens critique, rationnel et n’aime pas se faire remplir comme une valise (tout comme moi !) par les prophètes alarmistes du climat.
      Alors, M. Paul, venez svp à mon secours !
      Par ailleurs, j’ai voulu acheter le livre «l’urgence climatique est un leurre» mais le prix m’a fait sursauter sur Amazon 80$…

      • Reynald Du Berger dit :

        Je note en effet qu’il se vend 80$ sur amazon.ca mais 20 euros sur amazon.fr J’ai déjà commandé sur amazon.fr et c’est très rapide, mais il y a des frais. J’ai acheté mon exemplaire du livre de François Gervais en décembre dernier à Paris pour 20 euros et l’ai fait dédicacer par l’auteur qui est aussi un ami.

      • Paul S. dit :

        Bonjour M. Mario,

        Je vais essayer de vous aider, dans la mesure de mes moyens.

        Il est beaucoup plus facile de démantibuler un argument scientifique fallacieux que de traiter avec objectivité d’un monstre utile, mais en même temps dangereux, basé sur des interactions socio-politiques complexes.

        Je suis sûr de ce que je dis sur l’ONU, mais je dois bien choisir les mots pour ne pas donner de prise aux accusations de colporter des théories de complot.
        Cette tactique est facile et payante – elle vous fait passer pour un coucou en un rien de temps.

        Remarquez : un coucou ou un quidam, quelle différence ?

        À bientôt,
        Paul S.

        NOTE : “.. les objectifs cachés de l’ONU ..” – pas ci cachés que cela, mais ignorés / “abrillés” par la presse penchée à gauche.

  37. rtremblay dit :

    Paul S. dit :
     » La vérification de cet enchaînement ne prouve pas le RCA, mais c’est la condition sine qua non, que toute étude affirmant le RCA doit satisfaire.

    Sinon la conséquence précéderait la cause.  »

    Q: Pour quelle période de temps en jours, mois, année, décennie, cent ou mille ans faites vous votre affirmation ?

    Q2: dans votre système climatique ainsi il n’y aurait qu’une seule variable influençant la température TMAG ??

    Q3: est-ce que l’effet de serre est un phénomène réelle pour vous dans votre compréhension?

    commentaires : Votre blabla concernant vos commentaires sur ma personne sont ennuyantes au possible. Qu’elle tristesse pour vous que de n’avoir pas autres choses à faire comme loisir. Vous gaspillez votre talent.

  38. Reynald Du Berger dit :

    COMMENTAIRE DE PAUL S.
    Monsieur le professeur Mario,

    Votre question : “.. quel est le but, pour l’ONU, de nous mentionner qu’il y a urgence climatique au niveau des GES ? ..”
    (ref. : https://duberger.me/2019/02/07/un-homme-politique-dit-non-aux-climato-alarmistes/#comment-72332)

    Voici, la réponse “simple”, basée sur les faits. Une autre, plus “spéculative” pourrait suivre plus tard.

    À l’ONU, dans les instances exécutives, il y a des individus, bien incrustés, d’obédience gauchiste et ces derniers (avec leurs chapelles) ont imposé graduellement leur agenda à l’organisation depuis les années ‘70.

    La lutte aux Changements climatiques est une cause épousée et imposée partout dans le monde par la gauche (dont le Parti Démocrate aux USA).

    J’avais écrit hier : “.. les objectifs cachés de l’ONU ..” – pas ci cachés que cela, mais ignorés / “abrillés” ..” par la presse penchée à gauche.

    En effet, la citation de Mme Christiana Figueres, que je rapporte à répétition pour réveiller le plus grand nombre des mal informés possible, n’est pas un “fake news”.

    Cette intention de défaire le régime social capitaliste est bien en vue sur plusieurs sites de l’ONU : https://www.unric.org/en/latest-un-buzz/29623-figueres-first-time-the-world-economy-is-transformed-intentionally
    (NOTE : les autres régimes politiques du passé n’étaient pas basés sur la véritable démocratie, assurée par les élections universelles et libres, même si chez les communistes il y avait des élections, avec le résultat victorieux à 98 % pour le Parti, prévu et assuré d’avance.)

    La lecture du crédo Figueres donne froid dans le dos – un plan structuré d’instaurer le régime de type “Venezuela chaviste” à la grandeur du globe, par le biais d’ententes sur le climat :

    « This is the first time in the history of mankind that we are setting ourselves the task of intentionally, within a defined period of time to change the economic development model that has been reigning for at least 150 years, since the industrial revolution. That will not happen overnight and it will not happen at a single conference on climate change, be it COP 15, 21, 40 – you choose the number. It just does not occur like that. It is a process, because of the depth of the transformation. »

    Les grandes messes internationales et la COP21 de Paris était parmi les plus grandes, se préparent pendant des années. Le pow-wow parisien avait réuni la crème politicienne internationale, mais les ententes ont été négociées avant.

    C’était Mme Karen Christiana Figueres Olsen, la Secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques à l’époque, qui s’était chargée de ce travail gigantesque. Elle parlait aux chefs d’état et essayait d’obtenir leur adhésion à un cadre contraignant, ainsi que leur participation financière au fonds d’indemnisation des pays “victimes” (de quoi au juste ?).
    Heureusement, aux USA, le président Obama avait les mains liées, le Congrès et le Sénat étaient aux mains des républicains qui n’allaient pas permettre l’abandon de la souveraineté nationale par le président.
    C’est pour cette raison que l’entente signée à Paris n’était pas contraignante. Elle est volontaire, avec la “peer pressure” d’un pays sur un autre et de celle d’électrons libres, comme les tartistes québécois. Pour le moment ..

    J’ouvre une parenthèse : nous assistons aujourd’hui à une tentative d’imposition graduelle de contraintes légales d’inspiration onusienne chez nous par l’illuminé Champagne et des avocaillons véreux (ceux-là même à qui est adressée la lettre de M. Brassard).
    Ce genre d’initiatives SPONTANÉES survient dans d’autres pays aussi.
    L’idée du cadre contraignant onusien universel n’est pas abandonnée par la gauche internationale (y compris la gauche caviar RIDICULE du Plateau Mont-Royal).
    Notre bras est déjà pris dans le tordeur.

    Dans la déclaration de Mme Figueres il est question du but (une révolution communiste globale), on sous-entend la propagande requise (le moyen = “process”) mais on ne parle pas de la science, autrement qu’en mentionnant les conférences sur les changements climatiques (lesdites conférences = des entreprises de propagande).

    Même un quidam peut en déduire que la science n’est qu’un outil de validation (réputé objectif et neutre) d’un but prédéfini !!!!
    On essaye de nous faire croire que la science impartiale (le GIEC !!) entraîne logiquement des solutions appropriées, bien que draconiennes, qui vont modifier profondément nos vies, alors que c’est FAUX.

    J’ouvre une autre parenthèse : les associations d’hommes de science lucides, comme celle de M. Du Berger (l’Association des climato-réalistes), tentent de contrer la folie verte sur le terrain de la science, alors qu’il faudrait plutôt s’attaquer DIRECTEMENT à la propagande.
    Ceci devrait se faire en employant les préceptes mêmes de la propagande : un nombre restreint d’arguments, faciles à comprendre et répétés souvent.

    L’argument qui se qualifie parfaitement pour persuader les masses : “les observations montrent que la température globale augmente AVANT l’augmentation de la concentration du CO2 dans l’atmosphère, DONC l’Effet de serre, tel que défini, ne peut pas causer le réchauffement climatique.”.

    La partie contre la DOMINATION VERTE ne devrait pas se jouer dans les conférences scientifiques ou en persuadant les hommes de science, mais en déprogrammant les concitoyens qui ont le droit de vote. C’est uniquement de cela que les politiciens tiendraient éventuellement compte.
    La hâte de faire adopter des contraintes juridiques par les Champagne de ce monde montre que les stratèges verts sont conscients de la vulnérabilité de leurs arguments.

    Ceux qui voudraient confirmer l’importance de Mme Figueres dans les hautes instances de l’ONU peuvent le faire sur le net. La dame était candidate au poste de Secrétaire général de l’ONU aux dernières élections.
    Ses prises de position en stratégie socio-politique ne peuvent pas être considérées comme anecdotiques ou non-endossées par l’ONU. Par ailleurs, le nouveau Secrétaire général de l’ONU utilisait le même langage alarmiste qu’elle, au dernier COP24 en Pologne.

    Deux décennies et demie avant Mme Figueres, au Sommet de Rio qu’il présidait, son prédécesseur (le poste onusien s’appelait autrement), monsieur Maurice Strong avait déclaré ceci :

    « If we don’t change, our species will not survive… Frankly, we may get to the point where the only way of saving the world will be for industrial civilization to collapse. »

    https://en.wikiquote.org/wiki/Maurice_Strong

    M. Strong est une figure glauque, qui, jusqu’à sa mort en Chine (où il s’est réfugié hors de la portée de la justice américaine qui avait des questions à lui poser sur ses tractations financières) pesait lourd à l’ONU, y compris sur Mme Figueres.
    Elle est de la gauche caviar qui se graisse à l’occasion (ou aide les membres de leur famille à le faire), tandis que M. Strong était un faux gauchiste qui comprenait qu’en alimentant et en exploitant le chaos on pouvait faire une véritable fortune.

    Monsieur Mario, je n’ai aucune expérience en pédagogie, mais je crois que le prof Du Berger vous a offert la bonne suggestion : ”.. devant la question d’un élève, je réponds souvent par d’autres questions ..”.

    Vous pourriez mettre sur le tableau / écran les citations de Mme Figueres et de M. Strong, car elles parlent d’elles même et les décortiquer avec les élèves en leur posant des questions.
    Mon narratif, que vous pouvez accepter ou rejeter, pourrait vous servir, ensuite ou pendant les échanges avec les élèves, d’illustration d’un point de vue non-conforme à la rectitude politique ambiante.

    Si vous avez des questions, n’hésitez …

    Salutations écoresponsables,
    Paul S.

    • mario dit :

      WOW,
      quelle réponse étoffée ! 10 / 10 ! Merci beaucoup Paul et Raynald !
      Je vais prendre la suggestion (de R. Du Berger et de Paul) de répondre à une question par une autre question. Aussi, je pourrai développer non pas juste avec les élèves mais avec mes collègues enseignants ayant la couenne verte !
      Question : mais pourquoi donc la droite se fait-elle discrète ? Pourtant, elle a une certaine puissance et de nombreux personnages importants capitalistes n’ont pas à avoir peur des gauchistes…À moins qu’à un certain niveau, les 2 polarités se rejoignent…
      Par ailleurs, j’ai commandé, sur Amazon.fr, le bouquin «L’urgence climatique est un leurre».
      Ce sera mon livre de chevet. Mais pour l’instant, mon livre de chevet est un ouvrage de Mme Élise Desaulniers «Vache à lait : Dix mythes de l’industrie laitière».
      Voici un autre sujet, le lait, que j’aime à discuter avec mes élèves.
      Et quel débat ! Des contres, des neutres, et des pro-lait !
      Et un de ces quatre, il faudra que M. RTremblay donne son avis à ce sujet; je crois que c’est tout de même son domaine !
      Mb

      • Paul S. dit :

        Monsieur Mario,

        Monsieur Rejean, le communiste (pardon : l’adhérent du Québec solutaire), est invité à se prononcer sur “son domaine” (Remplaçons les engrais pétrochimiques par du lisier bio, et de la “bouleshite” en masse !).
        Sans l’ombre d’un doute, il sera pro-petit-lait caillé.
        Pour offrir la contrepartie, j’aimerai soumettre quelques pistes de réflexion.

        Il faut demander aux élèves de trouver une autre juridiction où l’on vend la bière “au plus bas prix autorisé par la loi” (*).

        La même expression se retrouve dans le commerce québécois des carburants et du lait. Il s’agit de deux secteurs économiques pratiquant la gestion de l’offre.
        (Personne en autorité n’admet ouvertement que les pétrolières opèrent un cartel, mais tel est le cas et les gouvernements les laissent impunément commettre les délits de la fixation des prix et de partage du marché.
        J’avais décrit le stratagème ailleurs sur ce blog.)

        Les jeunes, savent-ils que le Québec s’est auto-proclamé le gardien-dépositaire de la “Réserve stratégique mondiale de sirop d’érable” et en sont-ils assez fiers ?
        (ref. : https://www.lanouvelle.net/2017/08/25/au-coeur-de-la-reserve-strategique-mondiale-de-sirop-derable/)

        Seront-ils surpris d’apprendre que pendant que la Fédération des producteurs acéricoles du Québec (FPAQ) impose le régime de la gestion de l’offre à tous les acériculteurs, qu’ils le veuillent ou qu’ils le refusent, la production du sirop d’érable commence à gagner de l’importance aux USA (surtout au Vermont, suivi de N.Y. et de Maine), ainsi qu’en Ontario ?
        Avant la création de la FPAQ, le Québec produisait 85 % de sirop mondial (95 % plus tôt, au 20e siècle). Maintenant la proportion a baissé à 72 % et on prévoit d’autres reculs.
        (ref. : https://www.ctvnews.ca/business/quebec-s-maple-syrup-producers-losing-ground-as-u-s-imports-rise-report-1.3834315)

        Si un état permettait l’entrée symbolique d’une toute petite quantité de produits hors-taxe, tout en prélevant des droits douaniers usuriers (270 % – le lait cru et 298 % – le beurre) sur le reste, pratiquerait-il le fairplay, en considérant que les mêmes entraves n’existent pas pour ses produits laitiers exportés ?
        (ref. : https://business.financialpost.com/pmn/business-pmn/ap-fact-check-trump-partly-right-on-canadas-dairy-tariffs)
        Se pourrait-il que le président Trump, qui qualifiait le Canada, au début de son mandat, de bon partenaire et ami, fut persuadé du contraire par les producteurs laitiers du Wisconsin et qu’il nous traite maintenant en conséquence : des tarifs douaniers punitifs sur l’aluminium et sur l’acier ?

        Les élèves, savent-ils que le poulet et les œufs québécois sont également protégés par la pratique de la gestion de l’offre ?

        Il faudrait aussi demander aux jeunes la différence entre le protectionnisme et la gestion de l’offre.

        Pour être sûr de la bonne réponse :
        – Le marché libre ouvert : aucun traitement préférentiel pour les producteurs locaux. Les importateurs peuvent ainsi offrir au consommateur le bénéfice maximal.
        – Le protectionnisme protège le marché interne, dans lequel la libre concurrence élimine les moins performants. En même temps, le consommateur profite de meilleurs produits aux conditions les plus avantageuses pour lui, mais seulement dans les limites de l’offre interne. Le bénéfice moyen pour le consommateur.
        – La gestion de l’offre exclut les producteurs externes, mais aussi la concurrence interne. Le consommateur paye donc le GROS prix (fixé par les fonctionnaires).

        Pourquoi sommes nous si frileux quand il s’agit de la concurrence économique ?

        Sans la libre concurrence, pas de capitalisme.

        Le Québec s’est engagé depuis des années sur la voie d’un système économique arbitré directement par l’état et ses fonctionnaires : le Modèle québécois.
        Un modèle, qui certainement ne donne pas des résultats formidables par rapport aux autres entités économiques en Amérique du Nord.

        C’étaient le dirigisme excessif de l’état (des plans quinquennaux non-arrimés aux besoins des citoyens), le manque de motivation personnelle inhérent à l’égalitarisme et l’inefficacité de tout ce qui n’est pas motivé par la quête du résultat concret et de surpassement du concurrent, qui ONT TUÉ le socialisme derrière le Rideau de Fer.

        Il est très facile de relever les points communs avec la gestion de l’offre québécoise.

        Les dirigeants communistes, ainsi que les promoteurs du Modèle québécois, n’ont PAS COMPRIS les préceptes de Milton Friedman :
        “.. When government– in pursuit of good intentions tries to rearrange the economy, legislate morality, or help special interests, the cost come in inefficiency, lack of motivation, and loss of freedom. Government should be a referee, not an active player. ..”

        Si le Bloc de l’Est est maintenant oublié, il suffit de regarder le Venezuela de Maduro pour constater que M. Friedman disait vrai.

        Ce qui amène la question sur la perspicacité de la classe politique québécoise et canadienne, car TOUS nos politiciens ont endossé la gestion québécoise de l’offre inefficace.
        Seul, monsieur Maxime Bernier s’y oppose, alors les praticiens de la rectitude politique le ridiculisent et le traitent de paria pour cela.
        Quand une société prend un minus habens, comme Guy A. Lepage, au sérieux, il faut se poser des questions.

        Pourtant, il est prévisible que la gestion de l’offre québécoise désuète (abandonnée ailleurs depuis longtemps) va tomber d’ici vingt-cinq ans. L’état va alors dédommager à coups de millions les détenteurs de quotas de production de lait, comme c’était le cas lors des cessions des parts de marché récentes.
        Il faudrait plutôt dire aux fermiers : les consommateurs canadiens vous ont déjà dédommagé LARGEMENT d’avance en payant le gros prix depuis des générations et en vous mettant à l’abri de la concurrence.

        Maintenant, l’alternative à la gestion de l’offre – la concurrence libre et l’ambition de battre les autres : ses voisins, ainsi que les fermiers américains et ceux d’ailleurs.

        L’American Management Association, enseignait aux cadres d’entreprises-membres que seules deux choses importent pour la réussite en affaires : le service au client (attributs différentiels & qualité & prix & disponibilité & support au client) et l’innovation.

        On sait par exemple que la production des fromages fins requiert du lait de vaches alimentées en conséquence (ex. : les herbes salées).

        Les étudiants, pourraient-ils inventer d’autres avenues permettant à un fermier d’exploiter un créneau EXCLUSIF et payant ? Quand on est le seul à fournir un produit, on dicte le prix, mais les copieurs, avec moins d’imagination, ne sont jamais trop loin.
        Il faut donc balancer le rapport : prix demandé / unicité du produit (ou service).

        Voici, pour lancer l’imagination des jeunes :
        – Vaches abreuvées au sirop d’érable pour les pure-laines;
        – Vaches abreuvées au lait de coco pour les vacanciers nostalgiques;
        – Vaches abreuvées à la bière (c’est déjà fait dans l’élevage du Bœuf de Kobé, alors, au terme de la carrière brassico-laitière de la vache, sa viande se vendrait au prix fort);
        – Vaches justiniennes alimentées à la marijuana pour nos poteux récréatifs;
        – Vaches hijabées assurant la production pour le marché du Petit Maghreb;
        – Vaches enfermées dans un enclos enrichi au CO2 et abreuvées à l’eau pétillante pour les membres de l’Association des climato-réalistes;
        – Vaches nourries aux laxatifs pour les climato-constipés;
        – Vaches nourries aux bleuets pour les Chicoutimiens;
        – Vaches nourries aux noix pour les granolas.

        L’esprit d’invention, cela ne s’enseigne pas, mais il faut l’encourager, car il permet à l’individu de s’émanciper et à la société de s’enrichir.

        Voilà : le lait et son problème québécois transposé dans un contexte plus large. En sociologie appliquée, tout se tient et se recoupe.
        Une société ne peut pas prôner l’audace et l’innovation quand on élève un secteur inefficace et coûteux au grade de valeur québécoise intouchable !!!

        Sommes-nous condamnés au petit-lait caillé, ou pouvons nous voir grand et affronter le monde (dans le lait / beurre / fromage et dans le reste aussi) ?

        Salutations contre-laitières,
        Paul S.

        NOTE (*) : Dans la bière, il ne s’agit pas de la gestion de l’offre, mais de la gestion des concurrents étrangers. Quand on a été obligés d’ouvrir le marché à la bière internationale (auparavant vendue seulement à la SAQ en petites quantités), on s’est arrangés pour en contrôler le prix afin de protéger les grands producteurs locaux qui n’ont pas à se forcer pour affronter les concurrents venus d’ailleurs. On prétend de protéger l’emploi local ainsi.

      • Mario dit :

        Merci encore une fois Paul pour ces propos éclairés; ils porteront fruits, je vous en assure !
        J ai bien hâte de voir la façon dont va réagir « celui dont on ne doit pas prononcer le nom » ! Lol
        Par ailleurs, vous mentionnez que vous aviez déjà fait une intervention sur l essence au Québec.
        Vous savez quoi, ça m’intéresse !
        Pourriez-vous svp me donner le lien afin que je me régale de vos pertinents commentaires.
        Mb

      • Paul dit :

        M. Mario s’esclaffe : “.. J ai bien hâte de voir la façon dont va réagir « celui dont on ne doit pas prononcer le nom » ! Lol ..”

        On ne rit pas très fort avec Voldemort – vous êtes déjà sur sa “sh*tlist” et il vous fera sentir son omniprésence menaçante par sa marque : le “finger down” sur chacun de vos commentaires.

        De plus, il vous informera que je ne suis pas qualifié pour parler du lait, car je n’ai pas publié sur le sujet avec un comité de lecture sur mon dos.
        Je ne suis pas non-plus un membre du cercle des fermières, tandis que lui, il les avise sur les techniques de compostage dans le pot de chambre anaérobique.

        J’avais déjà radoté au sujet du lait en Octobre 2015 sur le site du prof en écrivant ceci :

        Le corollaire bizarroïde de la gestion de l’offre à l’amont de la chaîne de production du lait est le “prix minimum fixé par la loi” à l’aval chez l’épicier :
        http://www2.publicationsduquebec.gouv.qc.ca/dynamicSearch/telecharge.php?type=3&file=/M_35_1/M35_1R206.HTM

        En soviétisant tout le monde, le gouvernement québécois s’assure que le consommateur ne met pas de pression sur le prix de cette denrée alimentaire et que l’épicier se taise en conservant sa marge de profit.

        Pendant que les producteurs laitiers détruisent leurs surplus (gestion de l’offre oblige..), la gauche blâme la société de laisser des enfants aller à l’école affamés.
        Je crois qu’il y avait déjà des distributions de lait gratuit dans les écoles québécoises et que cette pratique continue en Europe.

        L’INFECTE Modèle Québécois a une aversion maladive pour la concurrence.

        Nous subissons aussi le “prix minimum fixé par la loi” pour la bière :
        http://www4.gouv.qc.ca/FR/Portail/Citoyens/programme-service/Pages/Info.aspx?sqctype=sujet&sqcid=1120

        Pour notre bien, on fixe aussi le prix minimum de l’essence et on exerce la gestion de l’offre sur le sirop d’érable.

        UNE SOCIÉTÉ, OÙ PERSONNE NE DOIT SE FORCER POUR RÉUSSIR !

  39. GH Larouche dit :

    Je suis tombé sur un article intéressant concernant le CO2, pour ceux que ça intéresse, voir le lien:

    http:/www.skyfall.fr/2013/07/29/temps-de-residence-du-dioxyde-de-carbone-atmospherique/

    • mario dit :

      Enfin une bonne nouvelle les amis !
      Un journaliste a eu le courage de se prononcer en faveur des climato-sceptiques cette semaine !
      J’ai nommé Monsieur Mario Dumont ! Médaille d’or à vous M. Dumont. Quand est-ce que vous allez vous présenter en politique provinciale ?
      Je vais faire photocopier ce texte pour mes élèves dès lundi.
      Voici le lien :

      https://www.journaldemontreal.com/2019/02/20/les-tabous-de-lenvironnement

      Merci à mon garçon Guillaume, sec-4, qui m’a transféré cet article qui soulage mon cerveau !!
      Effectivement, cet article de la Nasa, et celui de M. Dumont, sont passés de façon très timides…
      Question : est-ce que la cervelle de «celui dont on ne doit plus prononcer le nom sur ce blog» sera aussi soulagée ?? Aura-t-il un coït intellectuel en le lisant ?
      Je vais écrire personnellement à M. Dumont afin de le féliciter.
      Allez les amis, c’est le temps de répandre cette bonne nouvelle !
      mario

      • Paul S. dit :

        Je crois que le verdissement global se chiffrerait à 13 %, plutôt que 5 %.

        Le prof avait rapporté les mesures photogrammétriques satellitaires pertinentes, ainsi que des études accordant le crédit à la teneur de CO2 atmosphérique, il y a trois ans de cela, je crois.
        Bien entendu, M. Tremblay a soulevé immédiatement des objections de son cru.
        Donc, il est bien au courant et on avait parlé de bienfaits biologiques du gaz carbonique assez souvent ici, à son corps défendant.

        Ce monsieur est capable de faire mentir les grands génies de l’histoire.
        Clairement, René Descartes ne pouvait pas vouloir dire : “Cogito, ergo sum”, pour caractériser la distinction de l’homo-sapiens, mais bien parler plutôt de la finalité procréative assurant la survie de l’espèce.

        Notez bien : M. Dumont n’a pas osé d’accorder le crédit à l’augmentation bienfaisante du CO2 atmosphérique et à une température plus élevée – la rectitude politique oblige.

        N.B. : Votre fils sera un homme libre (intellectuellement et c’est cela qui compte), s’il continue à lire et se servir de son GBS en dépit des pressions et de la pensée unique ambiante.

    • Paul S. dit :

      Monsieur Larouche partage avec “ceux que ça intéresse” un compte-rendu très intéressant (https://duberger.me/2019/02/07/un-homme-politique-dit-non-aux-climato-alarmistes/#comment-72655).

      Les principaux intéressés, dont les échanges sur le temps de résidence du CO2 dans l’atmosphère étaient épiques, ne fréquentent plus ce blog : le professeur de chimie Robert (dit le premier), qui démontrait à répétition que la solubilité du CO2 dans l’eau et son entraînement par la pluie, ne permettaient pas le temps de résidence d’un siècle affirmé par le GIEC pour faire fonctionner leurs modèles et M. Jean-Luc, qui disait en somme – sans la foi en GIEC, point de salut (“Robert, tu n’as pas publié sur le sujet, alors tais-toé”).

      Un commentaire saillant au sujet de “Paper 3 – Temperature effects on the atmospheric carbon dioxide level” :
      “.. Durant les deux dernières décennies, les contributions du dégazage thermique ont excédé de presque 40% celles des émissions anthropiques. ..”

      Donc, non-seulement 40 % de toutes les émissions humaines du CO2 (dixit prof Du Berger) sont survenues pendant la “pause” dans le réchauffement, mais en plus elles étaient de loin dépassées en importance par le dégazage naturel.
      Alors, quelle est au juste la contribution réelle de l’Effet de serre (tout court, sans même parler de l’anthropique) au réchauffement climatique observé ?
      Probablement, négligeable, comme le permettent de penser les explications basées sur la chimie élémentaire, sans l’intervention de l’effet de pingpong radiatif (ex.: Geuskens, Nikolov & Zeller, Lightfoot & Mamer, etc..).

      Enfin, une perle de formulation délicate (ou ironique ?) d’un problème fondamental pour la survie du mythe réchauffiste :
      “De plus, l’importance de l’effet du dégazage thermique met les modélisateurs du climat dans la délicate situation d’avoir à connaître quelles seront les températures futures avant qu’ils ne puissent les prédire compte tenu de l’effet de serre du aux niveaux futurs de dioxyde de carbone.”

      En mots plus crus : les températures augmentent avant les niveaux de dioxyde de carbone, alors comment se servir de ces derniers dans le PRÉTENDU EFFET DE SERRE pour PRÉDIRE les températures futures ?

      Encore plus simplement : On observe toujours ΔT↑ –> Δ[CO2]↑, pas le contraire. Donc l’hypothèse de l’effet de serre anthropique ne peut pas expliquer le réchauffement climatique parce que l’effet ne peut pas devancer la cause !

      Je me permets d’ajouter que le professeur Robert l’avait déjà clairement affirmé il y a plusieurs années de cela.
      Dommage qu’il ne dispense plus sa science aux lecteurs du blog.

      Merci monsieur Larouche,
      Paul S.

      • Alessandro riva dit :

        L’écologie est un problème vaste qui n’intéresse les politiques que pour son retour électoral. C’est pour cela que tout est centré sur le climat où l’on peut jouer les alarmistes à petit prix car cela n’engage à rien. Parler du contrôle de la natalité en revanche indisposerait les représentants du culte qu’ils soient chrétiens, musulmans ou autres. Cela mettrait à mal la gauche pro-immigration et esclavagiste, cela ennuie profondément les capitalistes en cherche de main d’œuvre bon marché pour pas dire d’esclaves, cela enragerait les libéraux. Les médias – tous d’extrême gauche – sont pas là pour informer et le peuple n’a jamais brillé par l’intelligence contrairement à un conformisme des plus lamentable et bêêêêêlant cachet d’usine de la race humaine.

        Bref on l’a dans l’baba. Faudra des catas, des famines, une détérioration des conditions de vie dramatique et puis peut être on réfléchira. Je suis vieux, je ne me fait pas d’illusion. Après les catas les gens sont provisoirement moins kons. On la vu après 45. Mais cela n’a pas duré longtemps. Voilà Merkel et son 4° Reich. Les bombes ne sont plus nécessaires. On occupe les médias et opère des manœuvres de palais dans les institutions européennes et internationales. On veut des esclaves pas de l’écologie et pour cela on utilise les gosses dans les écoles. Moi anti-sytême ? Donnez moi poudre + allumette et vous verrez ce que j’en fait du systême.

      • Paul S. dit :

        Raz-le-bol ? De tout et de rien ?
        Alors, faites moi sauter tout ça …

        Trop facile et surtout sans aucun effort d’imagination !
        Si l’on n’est pas heureux aujourd’hui, cela pourrait changer demain et surtout : qu’est ce qui nous donnerait le droit d’abréger les petits bonheurs de braves gens autour de nous ?

        Des vues sans nuance trahissent une perte de repères ou un trouble de concentration.

        Les médias – tous d’extrême gauche ?
        Combien d’éditoriaux de la Pravda, monsieur a-t-il lu ?
        Et les pages judiciaires pendant les procès staliniens dans les années ‘50 pour montrer que personne, vraiment personne, même les communistes loyaux, n’était à l’abri. L’Aveu de Costa Gavras, ça rapportait des faits réels.
        Nos médias penchent à gauche, d’accord. Mais ils sont loin d’être à l’extrême.

        Si, le monsieur en est capable : un petit ressourcement dans les Écritures peut nous rendre un petit peu moins désorientés et plus patients avec nos compagnons de route.

  40. Jacques L dit :

    Mario Dumont mérite certes des félicitations, ce n’est pas dans la Presse ou dans le Devoir qu’on pourrait lire un chronique du genre.

    Mais M. Dumont reste quand même prudent en ne parlant pas du CO2 et surtout en se gardant bien de critiquer (et encore moins de remettre en cause) la théorie du RCA.

    • Paul S. dit :

      Vous semblez affirmer, monsieur Jacques, qu’il existerait dans les médias québécois une sorte de loi d’OMERTA CLIMATIQUE.

      • Jacques dit :

        M. Paul, si vous trouvez dans un média québécois (main stream media) un seul petit paragraphe qui critiquerait même de façon très timide le dogme du RCA et du catastrophisme qui l’accompagne, je serais heureux d’avoir la référence. Mais ne perdez pas de temps à chercher…vous ne trouverez rien, pas même une opinion de lecteur, rien du tout je vous dis. Et comme il n’y a pas de media alternatif au Québec, il n’y a aucun débat possible, c’est la pensée unique qui domine. Les journalistes ne sont pas censurés par les direction,s car ils s’en chargent eux-mêmes.

        En Alberta, il y a quand même Rebel Media qui fait un travail intéressant. La preuve: une de leur journaliste vedette, Sheila Gunn Reid, s’est vue retirer le droit d’assister aux ateliers de la COP 24 dernièrement, car elle posait des questions inconvenantes…
        https://www.thenewamerican.com/tech/environment/item/30924-un-bans-journalist-from-cop24-climate-summit-at-request-of-canada-s-trudeau-regime

      • Paul dit :

        Monsieur Jacques,

        D’accord sur toute la ligne, avec toutefois la mention d’une brèche à Québec, au niveau des “Radios – Poubelle” de tradition arthurienne.
        C’était avec monsieur André Arthur que l’on pouvait entendre un autre son de cloche sur un éventail de sujets réputés intouchables dans la métropole.

        Sur les ondes radio à Québec, de temps en temps, un couvercle de poubelle s’entrouvre pour laisser passer un peu de vérité du prof sur les choses climatiques.

        Mais en général nous ne sommes pas gâtés au Québec quant au débat d’idées.
        Cela va jusqu’aux ridicules “votes unanimes” au Salon de la Race, dont nos politiciens sont si fiers.
        Même en Amazonie, l’on n’est pas unanimes aux conseils des tribus et les communistes l’étaient seulement à 98 %.

        J’attribue cette propension à la pensée unique au Québéc aux quatre raisons :
        – l’absence d’esprit frondeur porté à la polémique, de tradition française;
        – une forte influence des courants de pensée contrôlés par la gauche, cette dernière étant toujours portée à faire taire l’opposition;
        – la paresse intellectuelle considérée comme normale et acceptable;
        – en cas d’attaque par une meute des bien-pensants au nom de la rectitude politique, la certitude pour le ciblé qu’il restera seul, isolé et livré à la lapidation.

        L’unanimisme québécois ne s’applique pas seulement au RCA, il y a d’autres absolus sur lesquels l’opinion dissidente n’est pas tolérée (ex. : D. Trump).

        En somme, pas facile d’être un intellectuel au Québec. Moi, je ne peux que le soupçonner, mais vous le ressentez sans doute directement.

        Juste une petite remarque en terminant.

        Jadis, dans un autre contexte oppressant, derrière le Rideau de fer, il y avait des interdits intouchables sous des peines pas mal plus douloureuses que le rejet par la communauté de journalistes québécois.
        Là bas il y avait les deux : l’auto-censure de survie et la vraie censure punitive. Parallèlement, la délation citoyenne était fortement encouragée.

        Pourtant, les gens testaient lentement les limites d’interdits officiels et tacites.
        Graduellement, on s’enhardissait en constatant l’absence de punition ou son manque de punch.
        On savait en tout temps où se trouvait la nouvelle limite et on attendait son déplacement positif par quelqu’un de plus hardi que soi.
        On prenait en même temps bien note de rappels à l’ordre qui faisaient reculer les limites.
        En somme, une danse-hésitation, avance – avance – recul – avance, qui a duré des décennies, à partir du discours de Nikita Khrouchtchev au XXe congrès du Parti Communiste en 1956.

        Peut-être que l’article de M. Dumont est le premier test des limites et que d’autres vont éventuellement oser d’en faire un peu plus.

        Paul

      • Paul dit :

        Bonjour Jacques,

        En retard, après avoir publié ma réponse à votre réflexion, je viens de regarder l’entrevue avec Mme Gunn Reid.

        C’est sans surprise que je constate que l’expérience vécue à Katowice par la journaliste confirme mon assertion quant à la propension de la gauche de faire taire ou de tasser les porteurs d’idées contraires.

        Je ne savais pas par contre, que les sbires du kid Kodak le faisaient en plein jour.
        Le premier ministre s’expose aux questions embarrassantes au parlement, mais sans doute, invoquerait-il un acte de provocation par quelqu’un de malvenu qui se présente quand même au pow-wow vert et dont la présence physique constituerait la dite provocation.
        Éventuellement, il faudra apprendre aux climato-scepticistes de s’excuser d’exister.

        On en est rendus là et probablement, la couverture par la Charte de P.E.T., accordée aux citoyens canadiens, ne dépasse pas les frontières du pays.

        Le mépris de l’ONU pour la liberté d’expression ne me surprend pas, car les hautes instances de l’organisme international ne rendent pas compte à aucune institution qui doit se présenter périodiquement devant les individus- électeurs (en opposition aux électeurs institutionnels nominatifs).
        C’est aussi la raison pourquoi je trouve l’idée d’un gouvernement onusien mondial horripilante.

        Mon observation attentive de la politique interne aux USA depuis les années ‘70, indique l’abandon graduel par la gauche démocrate de principes constitutionnels garants de la démocratie, surtout depuis le passage au gouvernail de B. Obama.

        Paul S.

  41. Paul S. dit :

    M. Mario s’intéresse au commerce de produits raffinés de pétrole : “.. vous mentionnez que vous aviez déjà fait une intervention sur l essence au Québec. … svp me donner le lien ..”
    Ref. : https://duberger.me/2019/02/07/un-homme-politique-dit-non-aux-climato-alarmistes/#comment-72626

    Voici quelques liens, en commençant par le plus récent :
    https://duberger.me/2018/07/19/tribune-climato-realiste/#comment-62561
    https://duberger.me/2017/06/12/le-routier-et-le-climat/#comment-46972

    Le 8 juin 2015 j’avais écrit ceci (le fil d’échanges n’est plus dans l’archive du site) :
    QUOTE
    Absolument, l’expérimentateur n’avait pas de scrupules, quant à la taxation, la création du Fonds de Solidarité (déficitaire pour l’État, mais intéressant pour les syndicats et la mafia) et la création potentielle d’un chaos post-référendaire pour pêcher dans les eaux troubles.

    Le prétentieux ministre Parizeau gloussait d’aise quand il avait instauré la taxe ascenseur sur l’essence. Les gouvernements qui ont suivi, l’ont maintenue.

    Malheureusement, le docteur Couillard causera des dommages encore plus grands avec sa Bourse de carbone : il y a déjà un effet direct sur le prix d’hydrocarbures.

    Il y a aussi la réglementation internationale qui permet aux pétrolières de pratiquer la gestion de l’offre en limitant le nombre des raffineries, au détriment de la saine concurrence.
    Les pétrolières peuvent avoir des points de vente même là où elles n’ont pas des raffineries et où leur coût serait prohibitif si elles devaient inclure le coût du transport.
    On permet la vente d’un concurrent à l’autre. D’où la collusion effective que nous constatons toutes les semaines.

    En théorie, les pétrolières devaient augmenter leur efficacité : elles sont surtout devenues plus rentables.

    Dans une économie capitaliste (la seule viable), les concurrents se combattent férocement et ils deviennent plus efficaces et plus forts lorsqu’ils sont les meilleurs.

    Dans le faits, la mise en marché du lait au Québec et celle des produits pétroliers ont des point communs, ici et dans d’autres juridictions, elles défavorisent le consommateur et dénaturent l’économie du marché.
    UNQUOTE

    Je m’aperçois que la description complète du stratagème n’est plus disponible (pourtant je crois l’avoir publiée sur le site du prof il y a quelques années), alors voici quelques précisions.

    Dans les années ‘70, on pouvait sentir partout dans l’est montréalais de l’éthylène échappé par l’usine de l’Union Carbide et il y avait plusieurs flammes torchères au dessus des nombreuses raffineries de Montréal-Est.

    Tout cela a fondu – après le démantèlement de la raffinerie Shell, il ne restera plus que deux raffineries au Québec : la Valero (Ultramar) à Saint Romuald et la Suncor à Montréal.

    Sous le couvert de la rationalisation collaborative, l’industrie pétrolière s’est permise de fermer les petites raffineries qu’elle a remplacées par des complexes géants disposés ici et là au pays.
    C’est à bon escient que je parle de l’industrie pétrolière en tant que bloc monolithique.

    Les raffineries hors Québec, les plus proches, sont à Sarnia, ON et Irving au N.B. est située à Saint John.

    De plus, il y a plusieurs dépôts, disposés stratégiquement en fonction du marché.

    Il existe un esprit de collaboration inusité dans cette industrie : https://www.jwnenergy.com/article/2016/9/collaboration-key-future-oil-and-gas/

    (Moi, je considérais les concurrents de mon entreprises comme des cibles à combattre jusqu’au bout et j’y mettais au minimum 60 à 72 h par semaine. De plus, quand je rencontrais mes homologues dans des conventions, je faisais très attention à n’échanger que des banalités pour éviter l’apparence de tractations illicites, car aux USA on surveillait cela de près. Grâce à leur lobby, les “pétroleux” peuvent se faire des accolades au grand jour, car ils font partie d’un cartel légal.)

    L’industrie pétrolière a maintenant l’autorisation de s’échanger la production : https://www.nrcan.gc.ca/energy/crude-petroleum/5897

    On a procédé à la subdivision d’entreprises en sections / compagnies de production, de distribution et de vente au détail.

    Des indépendants, comme des concurrents et des affiliés, se présentent aux points de distribution pour remplir leurs camions-citernes avec la même essence produite par l’un ou l’autre des producteurs désignés pour desservir le secteur.

    Ensuite, pendant qu’ils remplissent les réservoirs de leur station service, on rajoute des additifs spécifiques à chaque marque.

    Les compagnies pétrolières n’ont pas besoin de se parler chaque semaine pour s’entendre sur le prix à imposer au consommateur. Ils connaissent leurs structures des coûts, la marge de profit visée et le prix coûtant qu’ils ont payé au dépôt.

    Bien entendu, on ne produit pas plus d’essence qu’il n’en faut.
    Alors, clairement, il s’agit d’un vaste cartel qui fait de la gestion de l’offre.

    Rejean hait les pétrolières pour des raisons idéologiques ou de la santé mentale.

    Moi, je leur reproche de se soustraire, avec la complicité des états, au jeu de la libre concurrence, ce qui est néfaste aux principes fondamentaux du capitalisme..

    Le stratagème n’est pas pratiqué seulement au Québec ou au Canada. Apparemment on aurait les mêmes arrangements aux USA. Pour l’Europe, je ne sais pas.
    Quand on devient trop gros pour pouvoir tomber, sans entrainer le reste, il devient peut-être normal de dicter ses propres règles de jeu : pas de concurrence létale et un juste partage de la tarte.

    Exactement, comme les parrains le font pour gérer leurs rackets sans risquer de se faire trop de mal entre eux.

    Paul S.

    • mario dit :

      M. Paul, très pertinents commentaires encore une fois. Merci. Je me donne qq temps pour bien analyser la situation.
      Par ailleurs, seriez-vous en accord avec moi pour affirmer que la montée en popularité des voitures électriques aura un effet bénéfique sur le prix de l essence.
      Plus qu il y aura des voitures électriques, moins il y aura des voitures à combustion interne et les pétrolières n auront pas le choix de rendre le prix de l essence attrayant !
      Ainsi, les « verts » rendraient un fier service aux utilisateurs de pétrole !
      Question de faire la lutte à la compétition. Enfin un combat non-biaisé !?!?
      Le futur nous le dira et ce dernier n est pas très loin…

      • Reynald Du Berger dit :

        le parc automobile croit beaucoup plus vite en ce moment en Chine et au Vietnam qu’en Amérique, et je serais étonné que nos tis-Chinois achètent des voitures électriques à 100 000$ chacune, eux qui roulent sur des tis-velos à 1 vitesse…avec un panier en avant plein de nouilles et de poisson bien faisandé.. .. – j’en ai même vu un à Hanoï qui transportait un cercueil sur son guidon !.. On est les champions de le décision irréfléchie en occident.. ya qu à voir la catastrophe éolienne (le virevent était censé être l’avenir!) en Allemagne où l’électricité est 2 fois plus chère qu’en France ! Y sont pognés avec des migrants violeurs et des virevents improductifs ! Bravo Mme Merkel ! Non à la voiture électrique… imaginez la fortune que feront les excavateurs pour installer ces millions de bornes partout au Québec , sur tous les parkings, centres d’achat… rues… ce sera une catastrophe. Sans compter mes impots qui servent déjà à subventionner les « riches » qui achètent des Teslas à 112 000$ ! Non merci ! vive le bon vieux pétrole !

      • Paul S. dit :

        Le prof nous toise de haut : “.. tis-velos à 1 vitesse…avec un panier en avant plein de nouilles et de poisson bien faisandé.. ..”

        Oui, j’avoue !
        Mais mes vélos sont à 18 et 21 vitesses et les commandes d’épicerie, je les mets dans une boîte que j’attache au guidon avec un câble élastique sandow.
        Pour les achats plus importants, j’ai en plus, un sac à dos, attaché en permanence sous la barre horizontale.

        Pas de poisson faisandé, mais pour les fringales, sous la selle, j’ai un paquet de pemmican et des barres granola.
        Du lait maison, fourni par ma chèvre urbaine, dans ma gourde.

        Les voitures et les chinois, ce n’est pas aussi simple aujourd’hui, qu’il y a quelques années à peine.
        Non seulement qu’il y aurait là bas plein de cimetières d’autos hors-service, comme chez nous, mais ils ont aussi des cimetières d’autos neuves, y compris des véhicules électriques, produits en trop, car l’état veut éviter l’effondrement des prix :
        http://www.les7duquebec.com/actualites-des-7/chine-destruction-des-surplus-de-production/

        Pas d’économie de marché en Chine ..

      • Paul S. dit :

        M. Mario relance la discussion sur le commerce du pétrole (https://duberger.me/2019/02/07/un-homme-politique-dit-non-aux-climato-alarmistes/#comment-72727) avec la nouvelle variable – “voiture électrique” :
        “.. Plus qu il y aura des voitures électriques, moins il y aura des voitures à combustion interne et les pétrolières n auront pas le choix de rendre le prix de l essence attrayant ! ..”.

        Justement, la pratique cartelliste soustrait les pétrolières au jeu des forces du marché qui, dans un contexte de marché libre, conduiraient à un nouvel état d’équilibre.
        En contrôlant la production du secteur pétrolier entier (re. : gestion de l’offre), on contrôle les coûts variables et on peut dériver des profits décents sur un volume moins important, sans se battre entre les complices.

        Dans l’éventualité d’un véritable effondrement du marché, je ne sais pas. Tout dépendrait d’ententes. Toutes les pétrolières ne sont pas de force / taille égale et les ententes (secrètes) reflètent sans doute cela.
        Ces compagnies sont des joueurs globaux, alors des considérations transfrontalières entrent sûrement en jeu.

        Mais, qui sait, par analogie aux partages mafieux, en situation extrême l’on pourrait assister aux luttes fratricides entre les alliés d’antan et ce serait tant mieux pour le retour au capitalisme auto-régulateur.

        En ce qui concerne la montée en popularité de la voiture électrique, elle est indéniable.
        Mais, est-elle appuyée sur les forces du marché ou sur les interventions de l’état (subventions à la production et à l’achat, traitement préférentiel aux usagers, prise en charge de la mise en place d’un réseau d’infrastructures extrêmement coûteuses, en particulier sur un territoire très vaste à densité de population faible dans les régions, etc..) ?

        Quand nous serons “au bout de notre argent”, à qui allons nous donner (vendre pour 1 $) le réseau, les chinois (ref. : la C-Series donnée par Bombardier à Airbus) ?

        J’avais produit, en réponse à un “pipe-dream” de M. Jean-Luc (de la trinité Voldemort) un estimé de la disponibilité d’énergie électrique québécoise pour une électrification complète des transports (Les voitures personnelles, le transports publics et le camionnage. Pour les chemins de fer, je ne sais plus).

        De mémoire, l’énergie disponible était à peine suffisante, mais la puissance disponible ne l’était pas.
        Il faudrait prévoir un “Ministère de la Commutation électrique” pour arrimer l’offre et la demande sur la plage entière des 24 heures.
        Un peu comme les chauffeurs de Téo Taxi, tous les québécois vivraient en fonction de la recharge de leurs véhicules.

        À l’époque je ne l’avais pas dit, mais la recharge rapide à voltage élevé, raccourcit considérablement la vie des batteries Li-ion.
        Avec mes ordinateurs portables, je choisis toujours la recharge lente et l’alimentation au secteur quand c’est possible.

        L’éventualité d’une électrification complète, imposerait la recharge rapide (prendre sa charge pendant qu’elle est disponible) et le commerce des blocs de batteries de remplacement pour les véhicules serait florissant.

        Un autre secteur prometteur : les dépanneuses exclusives pour les autos électriques. Bien entendu, elles seraient dotées de moteurs à combustion interne.
        Même sans les subventions juteuses, M. A. Taillefer pourrait enfin faire fortune dans le transport électrique de demain.

    • rtremblay dit :

      je demande que le maître du blog retire le dernier commentaire de Paul S. qui prétend deux faussetés.

      Réjean hait les pétrolières : c’est faux !
      rien à voir avec des raisons idéologiques en plus !

      ou de santé mentale : c’est trop, c’est de la diffamation !

      En plus Paul S. lui pour des raisons idéologiques affirment que les producteurs agricoles québécois sont des communistes : Faut vraiment méconnaître ce secteur de notre économie pour affirmer de pareil sornette.

      • Paul S. dit :

        R.T. : “Réjean hait les pétrolières : c’est faux !”
        Le verbe haïr, on le remplace par quoi ?

        R.T. : “ou de santé mentale : c’est trop, c’est de la diffamation !”
        En réalité, j’avais écrit : “ou de la santé mentale”. Cette petite nuance, me disculpe-t-elle ou elle me cale davantage ?

        En fait, j’aurai dû dire : “en raison de sa pétrophobie.”
        Cette condition psychologique vous est propre et en constatant l’évolution des mentalités, bientôt elle ne sera plus considérée comme un désordre, mais plutôt comme une saine attitude éco-responsable.

        Veuillez échanger mon excuse pour la remarque que vous considérez offensante, contre une de vos nombreuses insultes à l’intelligence de vos interlocuteurs, dont je suis.

        R.T. : “.. pour des raisons idéologiques affirment que les producteurs agricoles québécois sont des communistes ..”
        Vous avez vu ça où ?

        J’avais dit que vous étiez un communiste, ce qui laisserait deviner votre position sur la commercialisation du lait au Québec.
        En même temps je dois convenir, que tous les politiciens québécois et canadiens (sauf Maxime Bernier), supportent cette méthode commerciale désuète.

        Les producteurs laitiers québécois (je ne parlais pas d’autres secteurs agricoles) participent bien à un cartel légal qui les met à l’abri de la concurrence étrangère et les dispense de s’imposer les uns contre les autres, comme ce serait le cas dans un marché libre.

        Ces gens ne sont pas des communistes, mais ils sont encadrés par un régime économique d’inspiration communiste (sans aller jusqu’aux kolkhozes).

        J’avais évoqué la solution de rechange : un marché libre, d’abord à l’interne, pour permettre aux meilleurs d’établir des bases solides. Ensuite, ouvrir le marché à la concurrence étrangère et aller les battre chez eux.

        Le nom Ricardo, ça vous dit quelque chose ?
        Pas le cuisinier sympathique, mais l’économiste David Ricardo.

        Rejean, d’un vrai écolo à un autre, est ce qu’une nouvelle comme celle-ci : “Des surplus de lait jetés à la fosse”, ne vous fait-elle pas hurler de rage ?
        https://www.lapresse.ca/actualites/201506/20/01-4879659-des-surplus-de-lait-jetes-a-la-fosse.php

        On ne rapporte pas tout à ce sujet.

  42. Paul dit :

    Monsieur Tremblay,

    Le 15 février (https://duberger.me/2019/02/07/un-homme-politique-dit-non-aux-climato-alarmistes/#comment-72144), à propos du “lag de CO2”, vous avez promis d’aller à vos sources : “Je vais poser la question aux participants du blog de Tamino concernant votre théorie publiée par vos références. J’ai bien hâte de lire ce qu’on va me répondre.”

    Hier, j’ai fait mon tour périodique chez Tamino.
    Voici, en preuve un bonbon pour vous : https://tamino.wordpress.com/2019/02/21/talk-about-it-2/
    La dame scientifigue dit tout ce qu’il faut pour entretenir la flamme des vrais croyants.

    Je n’ai pas trouvé chez Tamino de débat promis sur le “lag de CO2”.
    Avez-vous préféré de ne pas mettre le gourou dans l’embarras d’avoir à admettre l’inadmissible ?

    Avez-vous lu l’article rapporté le 22 fev. par M. Larouche ?
    Il s’agit de la traduction de cet article : https://wattsupwiththat.com/2013/07/01/the-bombtest-curve-and-its-implications-for-atmospheric-carbon-dioxide-residency-time/

    Les modèles de climat, vont-ils survivre avec un temps de résidence du CO2 dans l’atmosphère beaucoup moins long que les 100 ans, décidés par le GIEC ?

    Écoresponsablement,
    Paul

    • GH Larouche dit :

      Paul rêve éveillé « Les modèles de climat, vont-ils survivre avec un temps de résidence du CO2 dans l’atmosphère beaucoup moins long que les 100 ans, décidés par le GIEC ?  »

      Voyons donc Paul? Ça prend beaucoup plus qu’une toute petite incohérence pour mettre à mal un dogme aussi gros que le RCA.

      • Paul S. dit :

        Oui, je suis un rêveur et observateur.
        Ce n’est pas seulement la survie de ces modèles qui dictent maintenant nos vies, qui m’intéresse.

        C’est davantage, la survie de l’aveuglement volontaire chez les gens décents qui appuient le dogme.
        Monsieur Tremblay est un homme décent, à ne pas en douter. Je sais que je ne pourrai pas le faire changer ou évoluer, mais je peux l’observer et l’étudier.

        Les “idiots utiles” de Lénine : Jean-Paul Sartre, Yves Montand et autres, ont attendu longtemps pour se réveiller.

        Les “idiots utiles” de Maurice Strong : vont-ils revenir à la lucidité plus rapidement ?

        Les “idiots tout-court” : jamais !

      • mario dit :

        Demande à tous les lecteurs de ce blog :
        quelqu’un pourrait-il analyser ou me fournir les données que j’analyserai le cas échéant en ce qui concerne les températures pour la ville de Québec.
        Je voudrais savoir, combien de jours depuis octobre 2018, la température journalière aura été inférieure aux moyennes enregistrées et quel est cet écart ?
        Mon hypothèse : au moins les 2/3 de tous ces jours auront été plus froids que la moyenne.
        Par exemple, aujourd’hui, la moyenne du 26 fév est de -3 °C et il fait -16°C.
        Tout un réchauffement climatique !
        Le tout, question de clouer le bec aux personnes de mon entourage et autres qui me font suer avec leur angoisse climatique. Pauvres gens; l’art de se créer des problèmes / maladies avec leur climato-psycho-sensibilité!…J’aurais bien aimé voir ces «faibles» dans les années 40 où la vie était pas mal plus difficile qu’en 2019 !
        Sur les ondes de Radio X, ce matin, lorsque le prof Du Berger était en entrevue, l’animateur a fait jouer un extrait de radio-can où une personne affirmait que le réchauffement climatique provoquera une augmentation de pierres sur les reins !!! Ayoye…Come on…Elle est bien bonne !!!
        M. RTremblay, vous la trouvez comment cette dernière ? J’ai besoin d’une réponse svp.
        J’ai un bouton —> c’est le réchauffement climatique;
        j’ai mal à mes phalanges —> c’est le réchauffement climatique;
        j’ai une érection —> c’est le réchauffement climatique;
        …sans commentaire…
        Cette personne ayant fait cette affirmation devrait demander illico une entrevue à l’université de Beauport (pour les anciens le CHRG), où il doit il rester encore des chambres disponibles, le capitonnage en option !!!

      • Reynald Du Berger dit :

        Bonjour Mario,

        Je crois savoir que vous êtes prof de science dans une école de Beauport (Québec) à côté de chez-moi

        Je vous offre d’aller parler à vos élèves du « RCA » …
        cochez la réponse:
        1- je vous invite dans ma classe, car vous présenterez à mes élèves le revers de la médaille et les inciterez à développer un esprit critique
        2- je ne vous invite pas par crainte de déroger à la consigne imposée par le MELS, mes collègues et ma directrice car je risque de perdre
        mon job si vous me laissez pénétrer dans ma classe…contaminer mes élèves en les enjoignant de POSER DES QUESTIONS.

        alors 1 ou 2 ?

      • Paul dit :

        Chers profs,

        Je vais répondre, en tant qu’observateur, non-impliqué directement.

        Si, M. Mario dévoilait, même indirectement son identité, j’ai la certitude que la commission scolaire et la direction de son école seraient inondées d’appels au musèlement du professeur déviant.
        La gauche muselle toujours ses opposants ! Sans égards pour la carrière ou la rétention de son emploi, par leur cible.

        Tout homme décent qu’il est, Rejean ne se générait pas (pour la Cause).
        M. Du Berger n’a qu’à penser aux exhortations reçues par les stations radio qui l’ont invité.

        C’est une chose pour un retraité de braver l’opprobre des bien-pensants et une autre pour un père de famille de risquer sa job.

        Vite Mario, dites moi que vous vivez dans l’Arrondissement de Hochelaga, pas loin de R. Tremblay.

        Salutations lucides,
        Paul S.

  43. Gilles Larouche dit :

    Mario est dégouté! :

    « Je voudrais savoir, combien de jours depuis octobre 2018, la température journalière aura été inférieure aux moyennes enregistrées et quel est cet écart ?
    Mon hypothèse : au moins les 2/3 de tous ces jours auront été plus froids que la moyenne. »

    Quand bien même vous auriez raison… vous auriez tort… selon eux, de confondre température et climat. Ils l’ont dit à la télé, et s’il l’ont dit c’est parce qu’ils le savent, et que nous sommes tous des idiots potentiellement utiles.

    • GH Larouche dit :

      Une loi sur le climat ! À bien y penser c’est génial.

      Il sera daurénavant interdit qu’il tombe plus de 300 cm de neige dans la Région de la Capitale Nationale, dans une seule saison, préférablement l’hiver.

    • Paul S. dit :

      Nous voilà dans l’étude comparative d’auteurs russes, F. Dostoïevski et V.I. Lénine, spécialisés dans le sujet : идиоты.

      La science de la surchauffe climatique et surtout son absence, mènent à tout, même à l’idiotie.

      Je me demande si M. Tremblay a déjà effectué son pèlerinage au Mausolée de la Place Rouge pour se recueillir devant la momie du grand prophète rouge.
      Nous avons peut-être parmi nous un hadj vert et nous ne lui témoignons pas le respect dû à son rang.

  44. Paul S. dit :

    Ref.: https://duberger.me/2019/02/07/un-homme-politique-dit-non-aux-climato-alarmistes/#comment-72802

    C’est la facétie que vous enseignez, prof Mario ?

    Des échantillons statistiquement insignifiants pour prouver et pour désapprouver aussi ?

    Une question pour vous : à partir du compte de combien de respirations, je peux affirmer que je suis bien vivant ?

    À propos de vos bandaisons climatiques, elles sont permises à condition de ne pas devenir procréatives.
    Faites comme le Grand Georges – chantez : https://www.youtube.com/watch?v=n3zLP21va4s

  45. GH Larouche dit :

    Paul,

    Était-ce de l’alphabet russe que vous aviez ci-haut? Où avez vous pris ça?

    • Paul dit :

      C’est facile – ici : https://translate.google.ca/#view=home&op=translate&sl=fr&tl=ru&text=idiots

      Mais, grâce à cinq ans d’apprentissage de la langue russe, je peux toujours lire et comprendre l’azbuka, bien qu’avec peu d’aisance.

      Il y a quelques années, après une nuit (presque complète) de buverie (c’est ainsi qu’ils fêtent), des clients russes m’ont nommé leur traducteur officiel (la traductrice étant à demi-morte) auprès de mes collègues américains.
      J’en suis encore fier : surtout d’avoir pu survivre aux russes, sans tomber ivre-mort.

      Heureusement, que Mr. Robert Mueller ne connait pas cette incartade.
      D’autant plus, qu’un ingénieur du groupe avait servi sur un sous-marin lanceur balistique. Soûl, il m’a raconté les prouesses de la Flotte rouge au large de la côte est.

    • Normand dit :

      Une révision devrait impliquer de rendre publique les DONNÉES BRUTES qui ont été utilisées depuis plus de 30 ans… ce qui a été demandé par des sceptiques depuis des décennies.

      https://www.theguardian.com/environment/2010/feb/03/climate-scientists-freedom-information-act

      Rendre ces données publiques serait un rempart contre des interprétations « idéologiques »… dans un sens ou dans l’autre.

      Mon petit doigt me dit que si les DONNÉES BRUTES sont finalement vérifiées, il se pourrait que le réchauffement se déplace dans les officines ???

      Pourrions-nous assister à un épisode qui confirmerait le dicton « Quand le bateau coule, les rats quittent le navire » ? Ne restons pas surpris si des langues se délient !

      • Reynald Du Berger dit :

        Mon collègue Courtillot a demandé ces données brutes du HadCrut (University of East Anglia,. épicentre des deux climategates) depuis 10 ans et ne les a jamais obtenues.

      • Normand dit :

        Le courriel suivant du « ClimateGate » concernait des demandes d’accès à l’information de Steve McIntyre concernant des données brutes du CRU… mais donc, peut-être, Vincent Courtillot aussi ?
        _________

        From: Phil Jones to Tom Wigley
        Date: Wed Dec 3 13:57:09 2008

        Ben,
        When the FOI (Freedom of Information) requests began here, the FOI person SAID WE HAD TO ABIDE BY THE REQUESTS. It took a couple of half hour sessions – one at a screen, to convince them otherwise showing them what CA [ClimateAudit] was all about. Once they became aware of the types of people we were dealing with, everyone at UEA (in the registry and in the Environmental Sciences school – the head of school and a few others) became very supportive. I’ve got to know the FOI person quite well and the Chief Librarian – who deals with appeals…
        Cheers

        Phil
        _________

        D’après ce que j’ai lu, il n’y a jamais eu AUCUNE base légale à refuser ces demandes d’Accès à l’Information sur la base de « the types of people we were dealing with ».

        La fin de cette mentalité de secrets derrière des portes closes pourrait drôlement modifier la dynamique du débat ?

    • Paul dit :

      Le “National Climate Assessment” était une rondelle lancée dans un filet vide par une équipe de joueurs, qui sont seuls sur la patinoire.
      En novembre dernier et les nombreuses fois avant, depuis que le papa Bush avait procédé à la première mise au jeu.

      Bien sûr que la “swamp” washingtonienne aimerait que la partie continue à se jouer selon leurs règles : “the science was settled, after all”.

      Au minimum, le nouveau gardien de but de l’équipe du président devrait sommer l’équipe adverse (les chapelles d’hommes de sciences qui proviennent tous des “echo chambers” vertes) de produire les “datasets”, montrant le temps de prise de lecture pour les concentrations de CO2 et pour les températures ayant servi à la production d’études dont on s’est servi pour tirer la rondelle climatique.

      Il ne faut plus permettre que les données ΔT↑ –> Δ[CO2]↑, soient utilisées pour démontrer : Δ[CO2]↑ => ΔT↑ .

      Étant donné que la présente procédure est apparemment transparente : « “The whole review process is confrontational from the very get-go, but it’s based in scientific credibility, in a traceable chain of evidence through publications,” said Field, an earth system science and biology professor. », personne ne devrait s’objecter à une vérification systématique de l’intégrité des bases des données.

      Bien entendu, il faudra beaucoup de vigilance pour arbitrer les “nécessaires” ajustements des lectures.

      • rtremblay dit :

        l’affirmation de Paul S. :

        Il ne faut plus permettre que les données ΔT↑ –> Δ[CO2]↑, soient utilisées pour démontrer : Δ[CO2]↑ => ΔT↑

        semble démontrer un partie pris ??

      • Paul S. dit :

        Monsieur Tremblay s’exclame, mais il le fait d’une manière équivoque : “semble démontrer un partie pris ??”

        Si c’est de mon “parti pris” qu’il veut parler, quel mal peut-on trouver au rappel que les données d’études scientifiques doivent être vérifiées quant à leur pertinence.

        Si c’est du “parti pris” de la communauté des “scientifiques” verts qu’il s’agit, il y aurait d’autres qualificatifs plus appropriés :
        – en cas d’utilisation consciente de données basées sur ΔT↑ –> Δ[CO2]↑, pour démontrer : Δ[CO2]↑ => ΔT↑ : fraude intellectuelle ou fraude tout court;
        – en cas d’utilisation inconsciente de données basées sur ΔT↑ –> Δ[CO2]↑, pour démontrer : Δ[CO2]↑ => ΔT↑ : manque de rigueur scientifique / incompétence.

        Paradoxalement, Wikipédia (https://fr.wikipedia.org/wiki/Parti_pris) illustre le concept de “parti pris” ainsi : “L’exigence d’absence de parti pris est le gage de la neutralité de point de vue, telle qu’elle apparaît dans la mission du GIEC sur les questions climatiques par exemple.”

  46. Jacques dit :

    On peut comprendre la réticence du Hadley Met Centre data: ils craignent que certains fassent un ‘mauvais’ usage de leur base de données, comme ce chercheur australien qui a eu la vilaine idée d’effectuer un audit de ces données et qui a constaté certaines choses assez aberrantes:
    http://joannenova.com.au/2018/10/first-audit-of-global-temperature-data-finds-freezing-tropical-islands-boiling-towns-boats-on-land/

    Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il y a un sérieux problème de contrôle de qualité.

    • Normand dit :

      Wow !!! Ainsi, la « Crise Climatique » repose sur des DONNÉES qui prétendent que ;

      – des îles tropicales auraient enregistré des températures moyennes mensuelles de 0 degré
      – la Roumanie aurait enregistré des température de -45 pendant un mois
      – la température de tout l’hémisphère Sud, pour une période de deux ans, a été évalué à partir d’un seul endroit en Indonésie
      – trois mois en Colombie auraient enregistré des températures de +80 CELSIUS !!! (Note: Le record absolu enregistré est +56.7 °C dans la Death Valley le 10 juillet 1913)
      Etc…

      Et c’est ainsi que des réchauffistes convaincus argumentent à coup d’hyperliens qui présentent des graphiques et analyses BASÉS sur ce genre de données…

  47. Olivier Larocque dit :

    Utiliser les épithètes « congrégations verdoyantes » et « zartistes » enlève toutes crédibilité

    • Reynald Du Berger dit :

      la seule chose sur ce sujet qui enlève toute crédibilité c’est d’avoir des intérêts personnels et/ou collectifs. $$$$$$$ .. M. Brassard n’en a aucun ni moi d’ailleurs. Le chercheur qui carbure avec l’entretien de la peur climatique dans la population car ça lui rapporte n’ a aucune crédibilité ! Tout comme le politique et le média à qui cela rapporte aussi.

      • mario dit :

        2 avril /
        mais qu est-ce que cette étude (40 scientifiques ou scientistes) qui mentionne que le Canada se réchauffe 2 fois plus vite que le reste de la boule ???

      • Reynald Du Berger dit :

        demandez aux auteurs « Environnement Canada » et revenez-nous avec leurs réponses … échantillons, observations, fréquence, précision, fiabilité… traitement (filtrage, manipulation, élimination etc) des données… posez-leur des questions et EXIGEZ DES PREUVES DE LEUR CONCLUSION ! AVEC CHIFFRES , TENDANCES À L’APPUI.

      • Paul S. dit :

        Environnement et Changement climatique Canada a pondu un banal outil de propagande :
        “Les résultats de ce rapport aideront à éclairer la prise de décisions en matière d’adaptation et à accroître la sensibilisation et la compréhension du public à l’égard des changements climatiques au Canada.”

        Du réchauffé, arrimé aux doctrines du GIEC : “Les constatations sont conformes à la compréhension scientifique internationale générale des changements climatiques. Le rapport s’appuie sur des renseignements figurant déjà dans les évaluations du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat.”

        Un rapport éminemment merdique, faisant appel à “Messages clés et utilisation d’un langage d’incertitude calibré”.
        Comme d’habitude, le conditionnel qualifié des auteurs devient l’affirmatif certain aux mains des éditeurs et des journaleux.
        Les auteurs le savent, mais n’émettent jamais des avis de correction officiels.

        Un rapport de facture originale !
        Chapitre 3 : Modélisation des changements climatiques à l’avenir – car il s’agit bien de cela.
        Utiliser l’arme principale de la climatologie moderne – la modélisation du climat à conclusion prédéterminée.
        Aucune science là dedans, que de la propagande verte.

        Depuis le départ de Stephen Harper la vermine parasitaire verte pullule à Ottawa et elle doit coûter un bras.

Répondre à GH Larouche Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s