DEHORS LES CLIMATO-SCEPTIQUES !

Publié: 25 juin 2015 dans Uncategorized

radio-canada4Semaine des sciences : Dehors les climatosceptiques avec Sébastian Weissenberger
Le chercheur en géochimie et en modélisation environnementale Sebastian Weissenberger a constaté que le négationnisme climatique ne s’exprimait pas de la même manière dans le monde anglophone et dans le monde francophone. Aux États-Unis et dans le monde anglo-saxon, le climatoscepticisme est affaire de gros sous et d’influence, alors qu’en France et en Europe, les rares scientifiques qui doutent du réchauffement climatique confrontent leurs opposants en solitaires.

L’animateur Yanick Villedieu explique pourquoi, comme d’autres publications de vulgarisation scientifique, l’équipe des Années lumière a fait le choix de ne plus donner la parole aux climatosceptiques. Le réchauffement de la planète et sa cause anthropique ne font plus de doute, point final.

Sebastian Weissenberger présente ses travaux, lundi, à la grande réunion annuelle de l’ACFAS, qui a lieu cette semaine à Rimouski. 

Ce texte est celui qui figure sur le site de l’émission de Radio-Canada du 24 mai dernier « Desautels le dimanche »

Monsieur Villedieu affirme que «  Le réchauffement de la planète et sa cause anthropique ne font plus de doute, point final » . Il croit donc justifier ainsi sa décision et celle de son équipe , de ne plus (sic) – l’ont-ils seulement déjà donnée?- donner la parole aux climato-sceptiques. Pourtant, le GIEC, souverain pontife climatologique, dans son dernier rapport AR5, proclame que le réchauffement climatique anthropique est certain à 95%. Il y aurait donc 5% d’incertitude.

Je ne suis pas abonné aux « magazines »  scientifiques de Radio-Canada, mais on m’a déjà dit qu’ils disposaient d’une armada de recherchistes. Je leur fais donc la proposition suivante :

Vous faites le relevé de tous les documents de vos deux émissions « Découverte » et « Les années lumière » et vous nous dites le temps accordé depuis 5 ans à la cause climato-alarmiste, par rapport à celle climato-sceptique. Si au moins 5% de votre temps climatique est accordé à la thèse sceptique, je m’inclinerai. Sinon, je vous demanderai de respecter le 5% de doute proclamé par le GIEC, ce vatican du climat dont vous respectez à la lettre les quasi-dogmes -car un dogme est une affirmation sûre à 100% et que l’on doit croire- qui inspirent vos documents sur le climat,  et d’ouvrir dorénavant  sur cette question,  pendant au moins 5% du temps, vos micros et caméras aux climato-sceptiques. Si vos recherchistes peinent à trouver des scientifiques du climat, qui sont climato-sceptiques et qui ont largement publié dans des revues scientifiques à comités de lecture, j’en ai plusieurs à leur proposer.

Messieurs Desautels et Villedieu, je vous demande enfin,  de retirer de votre site le mot « négationnisme » et de le remplacer par « scepticisme ». Ce mot ne peut être utilisé, et vous le savez sans doute, que pour signifier ceux qui nient le génocide des Juifs de la dernière guerre mondiale. Je mets cette erreur sur le compte de l’inattention plutôt que sur celui du mépris et/ou de l’ignorance.

commentaires
  1. jean-luc dit :

    le mot septique que vous utilisez pour vous définir n’est pas appropriez car si vous consultez le site des sceptiques du Québec ou de d’autres endroits vous constaterez qu’ils n’ont pas la même opinion que vous (ils sont plutôt du côté des alarmistes).

    vous dites:
    « Si vos recherchistes peinent à trouver des scientifiques du climat, qui sont climato-sceptiques et qui ont largement publié dans des revues scientifiques à comités de lecture, j’en ai plusieurs à leur proposer. » Pourquoi alors vous n’en parlez jamais sur votre blogue des publications scientifiques à comité de lecture que vos amis climato-septiques auraient publiez ?

    pourquoi le mot négationnisme ne s’appliquerait pas au climat et à sa science ?

    • Reynald Du Berger dit :

      Le terme négationnisme désigne, dans sa signification première, la négation de la réalité du génocide pratiqué par l’Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre mondiale contre les Juifs, c’est-à-dire la négation de la Shoah. …
      Vous trouverez sur plusieurs sites dont le suivant, des centaines de références aux publications climato-sceptiques, toutes dans des revues à comités de lecture http://www.pensee-unique.fr/

    • Robert dit :

      À Jean-Luc

      Simonac;

      J’ai mon H* de voyage. Pour votre gouverne, il y a beaucoup plus de scientifiques (non politiques) qui s’opposent à ce dogme du CO2 qui réchauffe la planète que de scientifiques qui sont en accord avec ces imbécilités. La France est en accord avec ce dogme, c’est sur, ils ont 73 centrales nucléaires (dois-je vous rappeler que le Québec a fermé la seule qu’il avait sur son territoire). La Chine, pendant un certain temps, a démarré une centrale électrique alimenté par le charbon, à toute les semaine.
      Faites donc quelques calculs plutôt que de croire tout ce que les Suzuki et Guilbault de ce monde vous disent!

      Robert

      • James C. dit :

        À titre d’information, à part les déchets nucléaires, les centrale nucléaires ne produisent pas de CO2, seulement de la vapeur d’eau. Quand on nous montre des cheminées de centrales nucléaires dans les articles ayant trait au CO2, c’est de la propagande mal placée. Mais la pollution par les déchets est réelle. Ça n’a rien à voir avec le CO2. Pour moi, la fermeture de Gentilly a été une GROSSE erreur de la part d’un gouvernement ignorant, surtout de la tite ministre qui en avait gros sur le cœur de son ex-employeur, Hydro-Québec.

  2. Robert dit :

    @ James C :
    29 juin 2015 à 10:55

    Je ne sais pas si vous m’avez bien compris. Effectivement la France constitue une des plus fort propagandiste adepte de la théorie du réchauffement de la planète et de la réduction des émissions de CO2. Effectivement, les centrales nucléaires ne dégagent aucun gaz CO2 et la France en a 73 de ces centrales…Donc, facile de taper sur le pétrole lorsque tu pollue avec des déchets nucléaires(Remarquez que je ne suis pas contre le nucléaire…car Il y a un prix à payer en tout) . Cela fut une bourde monumentale de la part du Québec, que de se départir de sa seule centrale nucléaire. Pensez juste à la perte d’expertises. Tout cela a été fait par un gouvernement inepte adepte de la petite politique à courte vue. C’est la même qui tapait sur des casseroles quelques mois auparavant. ..C’est dire!

    Robert

  3. Merci de m’avoir fait connaître ce M. Sébastian Weissenberger! Je ne le connaissais pas.

  4. jean-luc dit :

    pour votre information et surtout celle de Robert qui adore tant faire des calculs

    http://www.bloomberg.com/graphics/2015-whats-warming-the-world/

    Cliquez sur la flèche du bas pour voir les différentes animations.

    • Reynald Du Berger dit :

      Jean-Luc, vous semblez aimer les animations.. où sont les références pour ces cartoons? Voici un vrai graphique avec les références, et si vous ne le comprenez pas – c’est le lot de la majorité des climato-soumis, ne vous en faites donc pas- Robert pourra vous l’expliquer. Il est chimiste et spécialiste de la spectroscopie infra-rouge. http://wattsupwiththat.com/2013/10/14/90-climate-model-projectons-versus-reality/

      • jean-luc dit :

        au lieu de prendre 9 minutes pour me répondre vous auriez mieux faits de regarder adéquatement le lien internet que je vous ai donné car il est indiqué que ces informations provienne de l’institut Goddard for space studies (GISS) de la Nasa.

        En plus vous me lancer gracieusement un A. Watt, Un gars qui en regardant une forêt ne voit pas les arbres qui la constitue !!!

      • Reynald Du Berger dit :

        Vos animations ne montrent rien, ne prouvent rien, ce sont des cartoons pour enfants. Regardez le graphe de Hadcrut et UAH que je vous « lance », il est dans le rapport AR5. Savez-vous lire? Ce sont les 2 plus importants fournisseurs de données au GIEC: les données contredisent les modèles ! …la chaleur perdue au fond de la mer..pfffffffff !

  5. Robert dit :

    @jean-luc :
    8 juillet 2015 à 9:17

    Vos courbes animées sont fausses. C’est ce genre de courbes qui ont probablement été montrées à des politiciens crédules comme Al Gore et peut-être même à notre premier du Québec. En plus, depuis 1850, ces courbes démontrent une minuscule augmentation de température de 0,77 oC(*) (Votre 1,4 oF que j’ai converti en oC). C’est insignifiant. Facile de faire des courbes animées pour impressionner l’ignorante population.

    1) Les augmentations de température diffèrent fortement d’un organisme à l’autre. En mettant le zéro à la période 1961 – 1990, on a: GISS=0,55 oC- NCDC = 0,51 – Hadcrut 3 = 0.41 – RSS MSU = 0.24 et UAH MSU = 0,17. Pour une moyenne de 0,33 oC.

    2) Ce qui est plus grave, c’est qu’il n’y a aucune preuve d’une quelconque relation entre l’augmentation de température et l’augmentation en CO2. Il y a même des preuves du contraire.

    3) De 1910 – 1944: La température à augmenté de 0,013 oC/année pendant que le CO2 augmentait de 0,4 ppm/année. De 1978 – 1998, la température a aussi augmentée de 0,013 oC/année mais le CO2, lui, a augmentée de 1,6 ppm par année, soit 4 fois plus vite. J’ai déjà fourni, dans des post précédents, tous les graphiques (GISS, NOAA et Hadley tels que produits par le GIEC). Expliquez nous ce fait? En passant, dans les océans, c’est la même chose!

    (*) Les modèles climatiques de tous ces pseudo experts ont en revanche prédit des augmentations de température pouvant aller jusqu’à 1,6 oC pour la période de 1978 à 2015…On est loin du compte!

    Robert

  6. Robert dit :

    @jean-luc :
    8 juillet 2015 à 9:17

    « .. vous auriez mieux faits de regarder adéquatement le lien internet que je vous ai donné car il est indiqué que ces informations provienne de l’institut Goddard for space studies (GISS) de la Nasa. »

    Ce n’est pas la NASA mais bien un individu(*) qui dirige la branche environnementale de GISS et qui est inféodé au GIEC. C’est la NASA qui prend les mesures satellitaires pour à peu près toutes les organisations.

    (*) C’est un certain Gavin Schmidt qui est directeur du GISS et qui a créé cette ARNAQUE du réchauffement avec un certain nombre d’autres gars tels: D. Guggenheim, J. Skoll (Inconvenient truth), J.J Romm, M.E Mann (Hockey Stick), Todd Stern…Etc!.

    Robert

  7. Robert dit :

    Jean-luc :
    12 juillet 2015 à 8:45

    Vous avez écrit:

     » Ce n’est pas pour rien qu’il est directeur du GISS… ». Simonac, ça ne veut rien dire du tout. Ce gars là devrait commencer par s’occuper de réviser ses propres données. Il devrait regarder de plus près les mesures de « Remote sensing system (UAH-MSU, RSS-MSU…). Comment se fait-il que ses valeurs sont toujours plus hautes que les autres. c’est un vendu au GIEC!

    Robert

  8. jean-luc dit :

    https://stevengoddard.wordpress.com/who-is-steven-goddard/

    Tony heller alias steven Goddard ne comprend pas pourquoi il faut faire des ajustements aux donnés de température. et vous comprenez vous pourquoi il est adéquat de faire ces ajustements ?

    il y a une base scientifique à faire ces ajustements, mais tony Heller n’en fait pas mention.

    expliquez moi également pourquoi les données de radars satellites devraient être plus précise que les mesures de températures en surface. Comment un proie (mesure satellite) peuvent être plus précise que les mesures terrestres de température

    est-ce que votre explication est basée sur la théorie de la conspiration ?

    • Robert dit :

      @jean-luc :
      14 juillet 2015 à 10:46

      Prenez un de leur graphique et digitalisez le. Sur une période de une année, les fluctuations sont énormes. Si vous utilisez ces données sur une années et que vous calculez l’erreur à deux écarts – types, vous trouverez facilement 30% d’imprécision. En somme, ces mesures (mesures terrestres combinées avec des mesures satellitaires et des mesures très imprécises de carottes glacières…) ne font qu’indiquer une tendance. D’autant plus qu’il existe de longues périodes où il n’y a pas d’augmentation de température malgré des augmentations significatives en CO2. Les réchauffistes essaient constamment de manipuler ces courbes pour leur faire dire ce qu’ils veulent entendre!

      Robert

      • jean-luc dit :

        vous n’avez pas d’explication plus pertinentes.

        les réchauffistes ont dit ceci ou cela … votre explication est un peu beaucoup de la théorie de la conspiration, puisque vous passez votre temps à dire que les alarmistes se consultent entre eux … comme une communauté ou un partie politique avec une seule ligne de pensée

        je repose ma question :

        Comment un proxie (mesure satellite) peuvent être plus précis que les mesures terrestres de température avec un thermomètre analogique ou numérique. comment un satellite qui prend des ‘photos’ de l’atmosphère qui a une résolution très approximative des différentes surfaces peut-il être précis ?

      • Reynald Du Berger dit :

        les mesures satellitaires ne sont pas des proxies. Un proxy est une mesure indirecte des T passées par carotte de glace, dendrochronologie, analyse de sédiments de fond de lac, rapports isotopiques o16/018 , horloges de coraux etc…

        Près des 3/4 des mesures continentales thermométriques des USA depuis l avènement des stations météo, ne sont pas valables à cause d’effets comme l’ilot urbain ou la mauvaise situation des stations.

  9. Robert dit :

    @jean-luc :
    15 juillet 2015 à 7:58

    Que les températures soient prises par satellite ou par des thermomètres digital ou analogiques au niveau du sol ne change absolument rien. Le problème n’est pas l’appareil de mesure. C’est la variabilité naturelle des données. En d’autres mots, les mesures seront toujours imprécises. Avec votre thermomètre prenez 3000 lectures à différents endroits de la planète et vous trouvez par exemple 0.12 oC (anomalie). Refaite le même exercice 2 mois plus tard et vous pourriez très bien trouver 0,32 oC, par exemple (Vous n’avez qu’à regarder les graphiques). Le problème est la variabilité intrinsèque des résultats et Ils font des histoires avec une variation de 0.8 oC en… 135 ans….Je fais dans la théorie de la conspiration?

    Robert

  10. Robert dit :

    Reynald sur son post:
    Du 15 juillet 2015 à 10:20 a très bien exprimé ce que je pense.

    À un moment donné, j’avais colligé des données de tous les mois d’avril (**) de plusieurs villes Canadiennes (1914-2014) à partir des données d’environnement Canada. J’ai pris bien soin de bien corriger ces données pour les changements d’altitude. J’ai choisi des villes disparates comme Bagotville, Drummondville, Montréal, Québec, Calgary, Edmonton, Hamilton, Sudbury…Puis j’ai construit des graphiques des températures (oC) en fonction des années toujours pour les mois d’avril de 1914-2014 (101 points ). J’ai ensuite fait une régression linéaire (Température vs année) pour chaque ville en n’oubliant pas de faire calculer, non seulement la pente, mais aussi l’écart-type sur la pente.

    J’ai pu ainsi effectuer le test de STUDENT (Hypothèse nulle) (Pente/Écart-type sur pente) et déterminer que, croyez-le ou non: DE 1914-2014, AUCUNE VILLE CANADIENNE TESTÉE NE S’EST RÉCHAUFFÉE.

    En plus, les différents graphiques démontraient une très grande variabilité d’une année à l’autre.

    Si je parlé de tout ceci, c’est que j’ai déjà publié sur ce blogue, ces mêmes données (du moins en partie pour que ce soit compréhensible).

    Pour en rajouter: À Edmonton(Alberta) pour la période 1914 – 1923, la température moyenne du mois d’avril fut de 4,4 oC. Celle de 2004 – 2014, tenez vous bien, fut de 3.9 oC. Ces données furent obtenues d’Environnement Canada pour toutes les stations météorologiques dans un rayon de 25 Km du centre d’Edmonton. Comme les altitudes peuvent varier j’ai du corriger pour ce que l’on appelle le « Laps Rate » (0,0065 oC/m). La décennie la plus froide fut celle 1954-1963 (3.3 oC).

    Mon opinion: AUCUNE VILLE CANADIENNE NE S’EST RÉCHAUFFÉE EN 101 ANS (1914-2014).

    Espérant ne pas avoir été trop long, je demeure disponible pour toute confrontation intelligente!

    Robert

    (*) Sources: Données publiées sur Internet par « Environnement Canada. »
    (**) Ces politiciens du GIEC venaient juste de publier que le mois d’Avril 2014 que nous venions de vivre, était le plus chaud depuis 1850!

    • jean-luc dit :

      Moi je suis allez voir les graphiques que Berkerley Earth ont construit avec les stations météo situées dans la région d’Edmonton dans un rayon de 100 km. Voyez ce qu’il dise

      http://berkeleyearth.lbl.gov/locations/53.84N-113.18W

      le tableau fournie dans le bas de cette page internet parle par lui même: Il y a un réchauffement a Edmonton, en alberta, au Canada et comme partout ailleurs sur la planète.

      Le travail de Berkeley Earth constitue le meilleur dans ce domaine jamais effectué.

      en plus M. Duberger ils ont aussi analysé les effets d’ilots de chaleur urbain et exactement conclue le contraire de votre affirmation: Les ilots urbains ne change pas la tendance du RCA.

      J’aurais aimé que vous répondiez à mon interrogation (sur les donnés satellitaires et sur les raisons de faire des corrections sur les données de température) plutôt que de partir sur une autre piste.

      • Reynald Du Berger dit :

        « Le travail de Berkeley Earth constitue le meilleur dans ce domaine jamais effectué.  » VOUS POUVEZ ÉTAYER CETTE AFFIRMATION AVEC DES PREUVES?

      • Reynald Du Berger dit :

        « Les ilots urbains ne change pas la tendance du RCA. » vous pouvez prouver cela aussi avec des données?

      • Reynald Du Berger dit :

        « J’aurais aimé que vous répondiez à mon interrogation (sur les donnés satellitaires et sur les raisons de faire des corrections sur les données de température)  » quelles interrogations? quelles corrections? ajustements? redressements? harmonisations? choisissez le mot qui convient pour faire en sorte que des données qui montrent un scénario inoffensif, montrent après « corrections » le scénario désiré par les réchauffistes, une apocalypse. Voyez un peu comment la NOAA et NASA « ajustent  » ces données…et les climato-soumis gobent ça comme des lapins dans un carré de luzerne! Faites de la science, pas de l’émotion!

  11. Robert dit :

    Je vous ai justement fait l’éloquente démonstration qu’il n’y a jamais eu de réchauffement au Canada en utilisant des données météorologiques de stations situées dans un rayon de 25 Km (*) de certaines villes. J’ai choisi la période 1914 – 2014. J’ai choisi 1914 car c’est à partir de cette année que nous avons des valeurs fiables. Au lieu de vous fier à un organisme inféodé au GIEC, faites donc l’exercice vous-même…Vous allez découvrir des choses!

    (*) Même que la période 1914-1923 était plus chaude que la période 2003 – 2014!

    Robert

  12. Robert dit :

    jean-luc

    Les réchauffistes modifient constamment les graphiques à leur gré. Ce qui les fatigue, c’est le plateau de stabilité en température que l’on connait depuis 18 ans. Ces organismes comme Berkeley publient n’importe quoi qui s’adresse à des croyants. Je vous le répète, utilisez les données d’environnement Canada et vérifier par vous même au lieu de gober servilement tout ce qui s’écrit et qui est généralement commandé par le GIEC!

    Robert

    • Jean Luc,

      En bon scientifique que vous semblez être, Allez-vous enfin nous dire (pour partager): les raisons de faire des corrections sur les données de température ?

      Je ne vois qu’un prétexte possible : Pouvoir étayer une théorie.

      Y’en aurait-il une autre?

      • Reynald Du Berger dit :

        Gilles, plusieurs de ces « ajustements » et/ou « corrections » des données de T visent à obtenir la « crosse » de hockey de Mann. Même le GIEC semble reconnaître cette supercherie puisqu’elle ne figure plus depuis AR4 dans aucun de ses rapports. Il ont enfin reconnu que c’était une « crosse » au propre comme au figuré.

  13. Rey
     » Il ont enfin reconnu que c’était une « crosse » au propre comme au figuré. »

    Où puis-je aller me délecter de cette confession?

    • Reynald Du Berger dit :

      Le GIEC n’a jamais avoué ouvertement que c’était une crosse, mais le fait qu’ils ne la présentent plus depuis AR4 est assez clair. Seuls encore quelques climato-soumis la présentent encore , ignorant tout de l’arnaque derrière les données et la méthodologie de Mann.

    • Jean-Luc,

      Sincèrement, je croyais que vous alliez nous sortir d’ultra-songé concernant les corrections de mesures de température. Et vous n’avez abouti que de ça?

      À ce compte, nous pourrions parler du sens de rotation du filin des coupes-bordures et leur influence sur la repousse du gazon, que ce serait tout aussi intéressant.

      P.S. Je suis conspirationiste et je m’assume entièrement. Non je ne me soigne pas!

  14. jean-luc dit :

    robert, R duberger et maintenant Gilles utilisent l’argumentaire de la théorie de la conspiration:

    1) Robert écrit : « au lieu de gober servilement tout ce qui s’écrit et qui est généralement commandé par le GIEC! ou encore Au lieu de vous fier à un organisme inféodé au GIEC, …..en faisant référence à BEST point pour laquelle j’ai amené de l’information et pour laquelle il n’ose même pas contreargumenter

    2) R. Duberger écrit : « Le GIEC n’a jamais avoué ouvertement que c’était une crosse, mais le fait qu’ils ne la présentent plus depuis AR4 est assez clair. » Il me demande de ne pas utiliser des arguments émotifs et il nous lance des trucs comme cela .

    3) et maintenant Gilles veut se délecter….. de ces théories conspirationnismes.

    Maintenant sur la question de Fond, des faits : pourquoi faut-il corriger les donnés brutes de températures ? Sans être un spécialiste de la question, ma compréhension toutes simples de la question de l’évolution de la température terrestre est que nous voulons avoir (les spécialistes comme le grand public) un portrait le plus représentatif possible pour un territoire donné. Les stations météos ne prélèvent que des donnés ponctuelles. La répartition géographique des stations météos n’est pas uniforme comme un quadrillé parfait. Il faut donc ajuster ‘le poids’ relatif de chacune de ces mesures pour avoir une meilleur idée de l’évolution de la température à la surface terrestre. De plus, il faut faire d’autres ajustements en fonction de l’altitude et de d’autres paramètres. C’est normal en science d’ajuster le poids relatifs de chacun de nos échantillons pour évaluer la teneur moyenne

    à mon sens ce qui est vraiment ‘bêtes’ c’est de faire comme Tony Heller (alias Steven Goddard) et de publier sur son site internet la figure suivante:

    https://stevengoddard.files.wordpress.com/2010/10/1998changesannotated.gif?w=500&h=355

    et de dire que les données de la première figure ont été faussé , qu’il y a conspiration. à moins qu’il ne comprenne pas de quoi il parle.

    autres points : les donnés de Berkerley Earth me semble les meilleurs parce qu’ils ont utilisés la plus grande banque de données de stations météos existantes (3 à quatre fois plus que les études antérieures). Cette équipe est formé d’une dizaines de mathématiciens, statisticien et physicien qui ont étudiés cette question du RCA. Le directeur de ce groupe (Muller) était un climato-septique avant de publier ces derniers travaux.

    • Reynald Du Berger dit :

      qui parle de conspiration? à date seuls les réchauffistes et climato-soumis en parlent… citez-moi un seul passage de blogue où j’aurais évoqué la conspiration? vous voyez de la conspiration et de la glace qui fond et de la mer qui monte partout? si oui, c’est grave !

  15. Robert dit :

    Une preuve éloquente que les soi-disants experts du GIEC sont complètement dans le champ: Ligne noire qui représente la prédiction du GIEC (1,8 oC en 2015). Ligne Rouge-Jaune, qui représente la réalité mesurée (0,2 oC)…Par rapport à 1973.

  16. Robert dit :

    Peut être que ça va sortir maintenant…

  17. Robert dit :

    Vous avez écrit:

    « Les stations météos ne prélèvent que des donnés ponctuelles. La répartition géographique des stations météos n’est pas uniforme comme un quadrillé parfait… »

    et

     » Cette équipe est formé d’une dizaines de mathématiciens, statisticien et physicien qui ont étudiés cette question du RCA »

    Ex: Autour d’une ville comme Edmonton (Canada) vous pouvez facilement trouver une douzaine de stations météorologiques. Il faut d’abord corriger chacune des valeurs (Mettons mensuelles…mois d’avril 1914 – 2014) pour l’altitude (0,0065 oC/mètre). Par la suite, une étude statistique doit être réalisée (test de Grubb ou Dixon) pour être en mesure de calculer des bonnes moyennes pour chacune des année (Les outsiders sont éliminés). Je l’ai fait pour une douzaine de ville Canadienne. Pour Edmonton,une régression linéaire a été effectuée pour la période 1914-2014 (101 ans). J’ai obtenu l’équation suivante: Pente=0.0044 et Écart-Type sur la pente=0.0089. Alors:
    t(student) = ),0044/0.0089 = 0,49. t(Student, table)= 1.98 à 95%). Donc: L’Hypothèse nulle nous amène à conclure que pour la ville d’Edmonton la pente calculée n’est pas significativement différente de zéro (t(calc) < t(table)…En bon Français, de 1914 – 2014, à Edmonton, il n'y a pas eu de réchauffement.En plus, de 1914 à 1923 la moyenne de température fut de 4.4 oC et de 2004 à 2014, cette moyenne fut de 3,9 oC.

    Lâchez moi avec votre histoire de dizaine de mathématiciens et de statisticiens (*). Si les calculs sont tout croche, c'est inutile…Ça en prend juste un BON!

    Sans rancune;

    Robert

    (*) Je ne sais pas quel âge vous avez, mais vous devriez savoir que souvent les plus grosses organisations sont les pires et font les plus grosses erreurs!

  18. Jean-Luc dit :

    Prendre uniquement les donnes du mois d’avril vous suffit pour faire des moyennes annuelles et établir des tendances pour les 100 dernières annees

  19. Robert dit :

    @Jean-Luc :
    18 juillet 2015 à 9:08

    C’est à la suite de la déclaration suivante du GIEC que j’ai fait cet exercice: Voici la déclaration: « Le mois d’Avril 2014 fut le plus chaud depuis les 135 dernières années ». Évidemment le GIEC parlait pour l’ensemble de la terre…Imaginez.

    Alors je me suis dit. Ce doit être la même chose pour le Canada. J’ai donc choisi une douzaine de ville Canadienne et colligé les données pour le mois d’avril (*), puisqu’il était question du mois d’avril. J’ai fait le travail avec beaucoup de rigueur en comptabilisant les données pour toutes les stations météorologiques (corrigés pour l’altitude) dans un rayon d’à peu près 25 Km autour de la ville en question.J’ai choisi la période 1914 – 2014 puisque les données fiables semblaient partir de 1914.

    Quelle ne fut pas ma surprise de constater qu’aucune des villes choisie n’avait subit de réchauffement significatif. Sauf peut-être Montréal avec un petit réchauffement de 0,1 oC en 101 ans. Comme je l’ai déjà mentionné, j’ai souvent constaté que la période 1914-1923 (4,4 oC pour Edmonton) avait été plus chaude que la période 2004 -2014.(3,9 oC).

    Douze villes Canadienne représente quand même un bon échantillonnage, je conclue donc qu’il est faux de prétendre qu’au Canada, le mois d’avril 2014 a été le plus chaud depuis les 101 dernières années!

    Robert

    Si vous lisez l’Anglais, vous pourriez lire ce que je vous envoie (Des fois WIKIPEDIA est valable).

    https://en.wikipedia.org/wiki/Falsifiability

    (*) Source: Environnement Canada!

  20. Robert dit :

    @Jean-Luc;

    Voici les moyennes pour Avril pour Edmonton pour les 10 décennies de 1914-2014:

    (1914-1923: 4.4 oC),(1924-1933: 3.9 oC), (1934-1943:4.3 oC), (1944-1953: 3.8 oC), (1954-1963: 3.3 oC),(1964-1973: 3.3 oC),(1974-1983:4.5 oC), (1984-1993: 5.6 oC), (1994-2003: 4.3 oC), (2004-2014:3,9 oC)

    Pour cette ville, pour le mois d’avril, la dernière décennie est pas loin d’être la plus froide du vingtième siècle!

    Robert

    • Reynald Du Berger dit :

      Merci Robert pour ces efforts et cette rigueur qui démontrent votre point. Le côté personnel de votre démarche est honorable et doit être souligné , ce n’est pas des liens internet pompés. J’aurais aimé que Jean-Luc en ait déployé autant – ses propres chiffres et calculs et non des liens pompés de l’internet, que je doute qu’il comprenne- pour tenter de prouver le sien.

      • Robert dit :

        Reynald;

        Sur mon FaceBook j’ai supplié un individu proche de moi de nous donner des chiffres qui démontrent que le CO2 cause des augmentations de température. Je n’ai jamais pu avoir de réponses sauf le fameux sacro-saint consensus, le 97%, les supposés milliers d’articles scientifiques etc…Tu pourras probablement voir la discussion sur mon FaceBook?

        Robert

  21. jean-luc dit :

    moi aussi je doute de vous M. Duberger quand vous me lancer des Wattupwiththat et des Steven Goddard ou quand vous laissez votre assistant de service répondre à votre place. (excusez pour l’attaque perso, mais ça a vraiment l’air de cela dans la dynamique des échanges sur ce blogue🙂..

    Pour Robert je reconnais les efforts pour donner de l’information qu’il a vérifié lui même, mais je ne suis pas en mesure de les vérifier moi-même (manque de temps et aussi je reconnais que ce n’est pas mon métier la statistique). Pour le site Best il est mentionné sur celui-ci que tout les fichiers de data sont accessibles ainsi que les méthodologies.

    Robert c’est vous qui avez écrit « En bon Français, de 1914 – 2014, à Edmonton, il n’y a pas eu de réchauffement.En plus, de 1914 à 1923 la moyenne de température fut de 4.4 oC et de 2004 à 2014, cette moyenne fut de 3,9 oC. » alors que vous vouliez dire pour avril et non pour l’année.

    ….ce n’est qu’en vous questionnant qu’on comprend la nuance🙂

    Il me semble que quand le GIEC ou NOAA présente des donnés sur l’évolution de la température terrestre c’est claire si c’est mensuelle ou annuelle.

    De plus est-ce que vous auriez le même résultat pour l’année entière et est-ce qu’à se moment on pourrait les comparer à ceux de Best ?

    • Reynald Du Berger dit :

      @Jean-Luc J’ai déjà dit que ce n est pas aux sceptiques a avancer des preuves de leur scepticisme… de toute façon, quand on doute ou quand on est sceptique… c’est un qualité… a-t-on a prouver cette qualité? Nous n’affirmons rien, nous doutons. Par contre les réchauffistes comme vous qui AFFIRMEZ le RCA (avec 95% de certitude) , VOUS devez fournir des preuves car cette arnaque, selon la Banque mondiale aura couté en 2030, plus de 89 000 milliards $ ça fait 16 milliards$ par jour!!!! Nous exigeons donc des preuves! est-ce trop demander pour ce que vous nous coûtez?

      • Jean-luc dit :

        89 milliards d’ici 2030 ça fait 16 millards par jour … Écrit deux fois plutôt qu’une !!!!

        Ne rien faire coûte combien ? Pas selon moi mais selon la banque mondiale ?

        Vous êtes comme Dieu vous n’avez pas de preuve à fournir!!

      • Reynald Du Berger dit :

        pas 89, mais 89 000 milliards $ Arrêtez cette arnaque!!!! et le seul Dieu qui a affaire là-dedans c’est le vôtre, celui de la religion verte.

      • Reynald Du Berger dit :

        Voici mes questions aux climato-alarmistes responsables de ce fiasco économique. Je ne les pose qu’à eux car les climato-soumis n’ont pas la science nécessaire pour y répondre.

        En admettant que 85% de l’activité volcanique soit sous la mer (ce n’est pas mon chiffre, c’est celui de l’ONU), moi j’oserais même pas avancer un chiffre.

        1- A-ton un inventaire de cette activité? (endroits, degrés d’activité) si oui, par quelle méthode l’a-t-on obtenu?
        2- En a-t-on le bilan spatio-temporel? i.e. pour un endroit donné , combien de H2O et CO2 émis d’un jour à l’autre ( ce n’est pas constant dans le temps)
        3- Combien de milliards de tonnes de H2O ajoutées chaque jour par l’activité hydrothermale?
        4- Que savez-vous des black smokers? -non ce ne sont pas des fumeurs noirs américains-
        5- Quels sont les noms des sous-marins ou sondes qui patrouillent en permanence les fonds océaniques, et prélèvent constamment les échantillons et photos nécessaires pour appuyer vos estimés, si vous osez produire des estimés. ?

        C’est seulement le début de mes « quelques questions qui dérangent ». J’en ai d’autres en réserve.

        Il est temps d’EXIGER des comptes et surtout des réponses fermes. Cette arnaque commence à nous peser.

    • Reynald Du Berger dit :

      Voici un mail d’un ami français sceptique:
      et svp pas de critique sur le wattsup… on connait la chanson des réchauffistes sur les blogs sceptiques. Notez le commentaire de Judith Cury… vous la connaissez? non? Jugez le MESSAGE, le contenu, pas wattsup : ce sont des données, pas des interprétations, ce sont données vs modèles et données truquées par NOAA et GISS. J’espère que ces fraudeurs de la NASA et du NOAA seront cités à comparaître publiquement! Et c’est à cause d’eux qu’il y a tant de climato-soumis… des naïfs qui gobent la bouche grande ouverte ces données truquées. C’est à cause d eux et de leurs disciples crédules climato-soumis qu’on doit payer 16 milliards$ par jour. Il faut démasquer ces fraudeurs.

      Bonjour à tous

      Voyez :
      http://wattsupwiththat.com/2015/07/15/both-noaa-and-giss-have-switched-to-noaas-overcooked-pause-busting-sea-surface-temperature-data-for-their-global-temperature-products/

      Incroyable affaire !

      Escroquerie intellectuelle ?? de la part des grands Instituts Scientifiques US pour les questions climatiques !?

      J’ai fait le Tweet suivant :

      GISS and NOOA had 3 or 4 Reasons for adjusting UP AND DOWN the past World Temperatures Data
      They picked ONLY the DOWN ones, to show an Increase!

      Avons-nous ici une occasion en or pour dénoncer la duplicité des acteurs en place, et les faire clouer au pilori ??.

      Ca confirmerait la panique de nos adversaires, qui voient le terrain se dérober sous leurs pieds, avec 17 années de quasi-arrêt du réchauffement, malgré grosse hausse du CO2 dans l’atmosphère ??
      (Même si l’année 2015 semble devoir être un peu plus chaude, au moins pour son premier semestre…)

      Avec mes amitiés.

      Dominique Garrigues

      • RexTerras dit :

        En fait, IL N’EXISTE AUCUNE démonstration de causalité entre « augmentation de la concentration atmosphérique de CO2 » (d’origine anthropique ou non) et « augmentation de la chaleur globale de la terre » (ou les autres termes actuellement utilisés par les enverdeurs). D’où inutilité de la Bouse du carbone par exemple.

        En fait, le raisonnement théorique toujours rapporté par nos politiciens sans formation scientifique et nos médias gauche-Plateau … reprennent la théorie idéologique basée en grande partie sur des prémisses scientifiques très hypothétiques. Comme les positions vertes en général. À savoir …
        1) il y a réchauffement climatique terrestre (de moins en moins démontré depuis 1998)
        2) qui aurait plus de conséquences négatives que positives (aucune démonstration scientifique possible … que des opinions et expectatives)
        3) qui serait attribuable, du moins en partie, à l’activité humaine (particulièrement l’émission de CO2 …. même si cette production est pour le moins anecdotique au plan statistique dans l’ensemble de ces émissions).

        Si tel était le cas (une démonstration de causalité, scientifique et probante au lieu de simples modélisations mathématiques où les intrants sont « choisis », en grande partie par activisme politique), nous aurions des équations claires. Avec des estimés assez précis de la relation causale de la dite activité humaine (au moins une réponse dose-effet et le respect des autres critères nécessaires pour démontrer la dite causalité … au nombre de sept si je me souviens bien de mon épidémiologie).

        Donc, en simplifiant: à une augmentation X du CO2 d’origine humaine devrait correspondre une augmentation Y de la température terrestre … et en corollaire, à une diminution X des émissions de ce gaz correspondrait une diminution Y ! Tout comme: si j’applique à un contenant d’eau tant d’énergie, sa température augmentera à un rythme connu, jusqu’à atteindre le point d’ébullition, où elle se transformera en état gazeux (la vapeur, principal gaz à effet de serre d’ailleurs).

        De telle manière qu’un gouvernement ou un individu pourrait raisonner « Si j’accepte tel coût (ex.: tant de milliards $ à cause de la Bourse du carbone), je réduis de tant de X les émissions et de tant de Y le réchauffement ». On comprend qu’alors (même avec une équation solide et vérifiée), l’impact de deux petits émetteurs comme l’Australie et le Canada par exemple sera nul ou presque … pour un coût de plusieurs milliards de $. À fortiori l’impact du Québec sera moins que nul.

        Or, telle équation par laquelle un rapport causal serait démontré, ainsi qu’une réponse dose-effet estimée, N’EXISTE PAS! Du moins n’en ai-je jamais vue après avoir consacré de trop nombreuses heures à avoir examiné des données proposées par les verts et d’autres du « côté sombre » (les climato-sceptiques … que j’avoue avoir rejoints après ces lectures).

        De là à conclure que l’Occident est collectivement victime d’une énorme arnaque intellectuelle (potentiellement très coûteuse) basée sur des intérêts très divers et des chimères … la distance n’est pas grande. La course vers le vide carbonique à laquelle s’adonne malheureusement un gouvernement Couillard, par exemple, ou sa complice ontarienne séduite par ses yeux bleus, mènent à un gaspillage éhonté et une garantie de problèmes aggravés de concurrence économique et de manque de compétitivité québécoise (déjà très hypothéquée).

  22. Robert dit :

    @jean-luc :
    19 juillet 2015 à 12:56

    C’était toujours pour le mois d’avril. Je vous ai expliqué pourquoi j’ai choisi Avril. Donc, c’est la moyenne de tous les mois d’Avril de la période 1914-1923 et ensuite 2004-2014. D’habitude je suis très clair!

    Robert

    (*) Sur le site d’environnement Canada c’est facile de compiler des données annuelle. …Mais, je vous préviens, c’est long et fastidieux parce que pour une ville il peut y avoir jusqu’à 20-25 stations qui ont des données. Il faut les mettre en tableau (Excel) et corriger pour l’altitude puis rejeter les valeurs discordantes pour finalement faire des moyennes. J’utilisait la même méthode lorsque je faisait de la certification de standards!

  23. Robert dit :

    @Jean-Luc;

    « Vous êtes comme Dieu vous n’avez pas de preuve à fournir!! »

    Vous avez le fardeau de la preuve!

    Robert

  24. Peterstorm dit :

    @Robert

    Avez-vous soumis vos résultats à des climatologues?

    si oui, quelle a été la réponse?

  25. Robert dit :

    @Peterstorm dit :
    1 août 2015 à 7:28

    J’ai pris mes résultats de température sur le site d’Environnement Canada. Je n’ai pas à soumettre les données d’Environnement Canada à quelque climatologue que ce soit.

    Robert

  26. Robert dit :

    @Peterstorm: :
    1 août 2015 à 7:28

    Voici l’adresse du site de Environnement Canada.(Vous pouvez y cueillir toutes les données que vous désirez!

    http://climat.meteo.gc.ca/climateData/dailydata_f.html?timeframe=2&Prov=NT&StationID=45467&dlyRange=2006-07-01|2015-07-31&cmdB1=Go&Year=2014&Month=4&Day=1

    Robert

  27. Peterstorm dit :

    @Robert

    Je ne comprends pas votre réponse. Si vos résultats sont si révélateurs, pourquoi ne pas les partager avec la communauté scientifique du climat, histoire de connaître la réaction?

  28. Robert dit :

    @Peterstorm;
    2 Aout 2015 à 11:28

    Voici les données que j’ai publié sur ce blogue:

    Voici les moyennes pour Avril pour Edmonton pour les 10 décennies de 1914-2014:

    (1914-1923: 4.4 oC),(1924-1933: 3.9 oC), (1934-1943:4.3 oC), (1944-1953: 3.8 oC), (1954-1963: 3.3 oC),(1964-1973: 3.3 oC),(1974-1983:4.5 oC), (1984-1993: 5.6 oC), (1994-2003: 4.3 oC), (2004-2014:3,9 oC)

    Pour cette ville, pour le mois d’avril, la dernière décennie est pas loin d’être la plus froide du vingtième siècle!

    Vous pouvez vérifier ces données à l’adresse URL suivante:

    http://climat.meteo.gc.ca/climateData/dailydata_f.html?timeframe=2&Prov=NT&StationID=45467&dlyRange=2006-07-01|2015-07-31&cmdB1=Go&Year=2014&Month=4&Day=1

    Ouest-ce que vous voulez que je vous dise de plus?

    (N.B): Ces données sont disponibles pour tous…Évidemment, ça demande un peu de travail!

    Robert

    • jean-luc dit :

      C’est facile à comprendre ce qu’on vous demande Robert

      de présenter vos résultats à un spécialiste du climat et d’avoir une contre opinion. Sinon nous sommes obligés de vous croire sur parole que votre méthode et votre interprétation sont la bonne façon de faire. Je vous ai présenté des résultats de BEST mais vous n’avez même pas osez les analyser, les critiquer sur une base scientifique.

  29. Robert dit :

    @jean-luc :
    4 août 2015 à 9:35

    Vous ne comprenez donc rien!!

    Vous avez écrit:

    « Sinon nous sommes obligés de vous croire sur parole que votre méthode et votre interprétation sont la bonne façon de faire… »

    Je vous répète AD Nauzéam que ce sont des données officielles que j’ai prise dans « ENVIRONNEMENT CANADA ». Ce ne sont pas mes données personnelles. Ce ne sont pas des interprétations mais de vulgaires moyennes comptabilisées avec de vulgaires données prises dans ENVIRONNEMENT CANADA.

    Je vous donne l’adresse URL d’Environnement Canada. Savez vous ce que c’est « ENVIRONNEMENT CANADA »?.

    Vous n’avez qu’à vérifier ces données chez « ENVIRONNEMENT CANADA »(*)

    Me semble que c’est facile à comprendre.

    (*) ENVIRONNEMENT CANADA est la meilleure source au Canada en ce qui concerne toutes les lectures météorologiques des toutes les provinces et stations météo (Température, Pluie, neige…) tout y est répertorié. Vous n’avez qu’à consulter les données des stations météo aux alentours d’EDMONTON, de les mettre en tableau et de calculer les moyennes pour le mois d’Avril durant la période 1914 – 2014.

    Êtes vous trop paresseux pour faire ce travail?

  30. Peterstorm dit :

    Vous avez raison Robert. C’est Jean-Luc qui a tort. Jean-Luc est un climato-soumis qui s’est fait lavé le cerveau par des propagandistes gauchistes extremistes comme Guilbeault et Suzuki. Je le soupçonne aussi de faire partie de Greenpeace, ce groupe religieux vert, et de venir ici, un haut lieu de la vérité scientifique, pour faire de la désinformation. Ça ne donne rien de parler avec les climatologues. Tout le monde sait que la climatologie attire les plus mauvais scientifiques. C’est évident!

    Vous pensez que j’ai tort? Et bien c’est vous qui avez le fardeau de la preuve!

    J’ai bien hâte de vous entendre M. Duberger à la radio de Québec. Même si les animateurs n’ont pas du tout de culture scientifique, on peut se rendre compte qu’ils ont vraiment compris votre message.

    • Reynald Du Berger dit :

      @Peterstorm, voici ma petite intervention de vendredi dernier sur le climat à Radio-Can. http://quebec.radiox.com/emission/le_retour_de_radio_x_te/article/reynald_du_berger_le_mensonge_rad_can

    • Reynald Du Berger dit :

      @ Peterstorm et Jean Luc, en attendant ma prochaine chronique médiatique, je vous recommande de passer ces questions fondamentales à vos climatologues préférés et dites-leur que j’attends des réponses claires et fermes. L’arnaque climato-réchauffiste commence à coûter cher à cette planète. Dois-je préciser à qui revient le fardeau de la preuve ? Je répète donc encore ici ces questions fondamantales, demeurées toujours sans réponse:
      Voici mes questions aux climato-alarmistes responsables de ce fiasco économique. Je ne les pose qu’à eux car les climato-soumis n’ont pas la science nécessaire pour y répondre.

      En admettant que 85% de l’activité volcanique soit sous la mer (ce n’est pas mon chiffre, c’est celui de l’ONU), moi j’oserais même pas avancer un chiffre.

      1- A-ton un inventaire de cette activité? (endroits, degrés d’activité) si oui, par quelle méthode l’a-t-on obtenu?
      2- En a-t-on le bilan spatio-temporel? i.e. pour un endroit donné , combien de H2O et CO2 émis d’un jour à l’autre ( ce n’est pas constant dans le temps)
      3- Combien de milliards de tonnes de H2O ajoutées chaque jour par l’activité hydrothermale?
      5- Et combien de milliards de tonnes de CO2?
      4- Que savez-vous des black smokers? -non ce ne sont pas des fumeurs noirs américains-
      5- Quels sont les noms des sous-marins ou sondes qui patrouillent en permanence les fonds océaniques, et prélèvent constamment les échantillons et photos nécessaires au-dessus de 74 000km de dorsales et ailleurs pour appuyer vos estimés, si vous osez produire des estimés. ?

      C’est seulement le début de mes « quelques questions qui dérangent ». J’en ai d’autres en réserve.

      Il est temps d’EXIGER des comptes et surtout des réponses fermes. Cette arnaque commence à nous peser. LA preuve!!! on exige LA PREUVE de ce RCA !!!

      • jean-luc dit :

        Vous ne devez plus répéter. C’était claire que vous parliez de données d’environnement Canada. Nous avions tous compris.

        Mais il semble que vous n’avez pas compris que nous voulons que vous présentiez vos résultats à un spécialiste de la question qui évaluera votre méthode de compilation, de calcul

        Pour Sudbury…

        http://berkeleyearth.lbl.gov/auto/Local/TAVG/Figures/45.81N-81.92W-TAVG-Trend.pdf

        ça me semble plus évident que pour Edmonton qu’il y a montée constante de la température.

        Voilà les quelques minutes que j’avais à consacré à cette activité de blogue🙂

      • jean-luc dit :

        à R. Duberger: le film et le livre « Merchant of doubt » ça vous dit quelque chose ?

        http://www.merchantsofdoubt.org

      • Reynald Du Berger dit :

        non

      • jean-luc dit :

        Il serait temps que vous soumettiez vos questions à des experts de la géologie dans le domaine.

        Bien que je pense que vous avancez ces questions juste pour semer le doute. Si ça avait un certain sens votre questionnement il y aurait eu des observations qu’il y a augmentation progressive des phénomènes géologiques sous marins en corrélation avec l’augmentation du CO2 atm.

        De plus il faudrait que les volcans terrestres montrent qu’ils émettent une proportion plus élevés de CO2 que les émissions anthropiques… et ce n’est pas ce que la science dit.

        Ne me dites pas que vous n’affirmez rien en sortant ces questions puisque vous les mettez en oppositions aux émissions d’origine anthropique.

        Il serait temps de traduire vos questions et de les soumettre à des blogues sérieux tel que :
        Realclimate, skepticalscience et tamino

        http://www.skepticalscience.com

        https://tamino.wordpress.com

        http://www.realclimate.org

        ou encore sur le blogue de Yvan Dutil.

        Si vous ne le faites pas j’aurez de très très sérieux doute sur votre démarche

      • Reynald Du Berger dit :

        que vous soumettiez vos questions à des experts de la géologie c’est à VOUS que je les pose. VOUS avez le fardeau de preuve, pas moi. Pas capable de répondre? alors faites vous aider.

        Bien que je pense que vous avancez ces questions juste pour semer le doute Vous me faites un procès d’intention

        Si ça avait un certain sens votre questionnement Prouvez-m’en le non-sens alors!

        qu’il y a augmentation progressive des phénomènes géologiques sous marins

        en tant que géologue et professeur, je vous colle un 0/20 en géologie.. refaites vos devoirs! allez pas de temps à perdre. On attend VOS réponses et vous pouvez solliciter de l’aide sur ces blogues que vous appelez sérieux…

      • Reynald Du Berger dit :

        Nous attendons toujours vos réponses J luc… vous pouvez vous faire aider… le fardeau de la preuve!!!… allez, nous attendons… les questions sont claires… nous voulons des réponses claires… toujours pas de réponses?

      • Reynald Du Berger dit :

        Je répète et attends VOS réponses (pas capable? pas assez de connaissances en sciences -en géologie- ? demandez de l’aide!) mais pas sûr que vos amis réchauffistes sont capables … :
        En admettant que 85% de l’activité volcanique soit sous la mer (ce n’est pas mon chiffre, c’est celui de l’ONU), moi j’oserais même pas avancer un chiffre.
        1- A-ton un inventaire de cette activité? (endroits, degrés d’activité) si oui, par quelle méthode l’a-t-on obtenu?
        2- En a-t-on le bilan spatio-temporel? i.e. pour un endroit donné , combien de H2O et CO2 émis d’un jour à l’autre ( ce n’est pas constant dans le temps)
        3- Combien de milliards de tonnes de H2O ajoutées chaque jour par l’activité hydrothermale?
        5- Et combien de milliards de tonnes de CO2?
        4- Que savez-vous des black smokers? -non ce ne sont pas des fumeurs noirs américains-
        5- Quels sont les noms des sous-marins ou sondes qui patrouillent en permanence les fonds océaniques, et prélèvent constamment les échantillons et photos nécessaires au-dessus de 74 000km de dorsales et ailleurs pour appuyer vos estimés, si vous osez produire des estimés. ?

        C’est seulement le début de mes « quelques questions qui dérangent ». J’en ai d’autres en réserve.

        Il est temps d’EXIGER des comptes et surtout des réponses fermes. Cette arnaque commence à nous peser. LA preuve!!! on exige LA PREUVE de ce RCA !!!

        allez Jean-Luc nous voulons VOS réponses à ces questions précises et claires.

  31. jean-luc dit :

    Robert vous n’êtes pas un spécialiste de l’analyse des températures ? vous n’avez pas de publication dans ce domaine ? si c’est bien le cas pourquoi je vous croirais. Confrontez vous à de vrais spécialistes et on verra ce qu’ils en disent..

    Analyser des donnés de températures ce n’est pas juste de faire des moyennes.

    Les spécialistes de Best Berkerley earth l’on fait cette analyse. Ils ont présenté leurs méthodes, leurs sources de données ainsi que leurs résultats. Tout est là de manière transparente.

    Vous ne pouvez pas que prendre les donnés et faire des moyennes des stations météo de tels ou tels régions. Il faut corriger pour que les donnés se tiennent qu’ils soient représentatives de la surface d’un territoire donné.

    Voici ce que Best dit pour Edmonton
    http://berkeleyearth.lbl.gov/locations/53.84N-113.18W

    ainsi que pour l’Alberta
    http://berkeleyearth.lbl.gov/regions/alberta

    J’ai beaucoup d’intérêt dans la vie alors l’attaque de la paresse …. on repasseras surtout que vous n’avez pas encore comparez vos résultats avec d’autres publications, ni fait la lecture ? Berkerley Earth.

    à Peterstorm… j’aime bien votre ironie…. c’est évident.

  32. Robert dit :

    @Jean-Luc;

    Combien de fois dois-je vous répéter que ce ne sont pas mes données mais bien celles d’ENVIRONNEMENT CANADA. La moyenne des températures moyennes mesurées dans 7 ou 8 stations différentes autour d’Edmonton, dans un rayon de 25 Km et corrigées pour l’altitude vaut bien des mesures imprécises prises par satellite par un groupe acheté par le GIEC. Toute ma vie, ma profession m’a amenée à analyser statistiquement des données analytiques pour faire des certifications de standards. C’est le même principe!

    (*) Si la région d’Edmonton s’était réchauffée, nous l’aurions vu dans les résultats moyens des stations météorologiques? Si en 101 ans la région d’Edmonton s’était réchauffée, nous le verrions facilement d’une décennie à l’autre. En passant, j’ai traité plusieurs autres villes Canadiennes et je n’ai noté aucun réchauffement. Autour de Vancouver, nous retrouvons des centaines de stations météo. Je suis en train de compiler toutes ces données et je puis vous dire que c’est le calme plat…D’une année à l’autre les températures moyennes ne bougent pas. Allez, un petit effort …faites des moyennes pour mettons…Sudbury!

  33. Robert dit :

    Jean – Luc;

    En parlant de comparaison. Si nous comparons les données de NOAA, de GISS (Dont le président est un des fondateur du GIEC) du groupe Hadley de l’Université d’East Anglia (Une autre organisation associée au GIEC… Ils ont remplacé Hadcrut3 par Hadcrut4, dont les valeurs sont plus en accord avec les désidératas du GIEC… le scandale des courriels ça vous dit quelque chose?) avec les valeurs de RSS-MSU et UAH-RSS. Nous observons une énorme différence.

  34. Robert dit :

    Jean-Luc;

    Vous avez écrit:

    « Mais il semble que vous n’avez pas compris que nous voulons que vous présentiez vos résultats à un spécialiste de la question qui évaluera votre méthode de compilation, de calcul »

    C’EST JUSTE DE FAIRE DES MOYENNES DES DONNÉES DES DIFFÉRENTES STATIONS…Un enfant d’école peut faire ces simples calculs. La compilation est très simple à faire comme vous voyez. De simples moyennes! Je n’ai nullement besoin d’un spécialiste.

    Berkeley est un organisme payé par le GIEC…Toutes leurs données sont fausses et ne concordent pas avec les chiffres de NOAA, GISS et Hadcrut3, qui sont pourtant les enfants chéris du GIEC. Leurs données n’ont aucune valeur!

    Robert

    • jean-luc dit :

      Berkerley un organisme payé par le GIEC ??? vous avez des preuves de cette affirmation sans fondement ? sinon vous allez devoir vous rétracter…

      De plus vous dites que leurs résultats n’ont aucune valeur ??? sur quel base dites vous cela.

      Si c’est de cette manière que vous voulez gagner en crédibilité…. vous n’êtes pas partis du bon pied …

  35. Robert dit :

    @Jean Luc;

    Les graphiques présentés par Berkeley Earth sont les graphiques de GISS, NOAA, Hadcrut3 et 4 mais grandement changés et qui ne veulent plus rien dire tellement ils ont été modifiés. Imaginez ils partent en 1750.

    Presque tous les organismes qui défendent les thèses des réchauffistes reçoivent du financement du GIEC qui lui-même reçoit son argent directement de l’ONU.

    Vous avez la peau bien mince pour un individu qui refuse de reconnaitre les données d’un des meilleur organisme du climat au monde qu’est ENVIRONNEMENT CANADA…Vous remettez en cause ces données et ce, sans aucune preuve!

    • jean-luc dit :

      Robert,

      je n’ai jamais refusé les donnés d’environnement Canada…. Vous vous imaginez des choses

      le financement de Berkerley Earth est mentionné sur le site internet.. Encore une fois vous vous imaginez un grand complot Onusien

      http://berkeleyearth.org/funders/

      Est-ce que vous vous rétractez d’avoir affirmer des faussetés ?

  36. Robert dit :

    Jean-Luc;

    Vous avez écrit:

    « Robert vous n’êtes pas un spécialiste de l’analyse des températures ? vous n’avez pas de publication dans ce domaine ? si c’est bien le cas pourquoi je vous croirais. Confrontez vous à de vrais spécialistes et on verra ce qu’ils en disent.. »

    Vous ne me connaissez effectivement pas. Je ne vous demande pas de me croire puisque ces données n’ont pas été collectés par moi mais BIEN par ENVIRONNEMENT CANADA. Je vous demande juste d’aller sur leur site et de vérifier leurs données. Vous verriez alors que leurs données concordent parfaitement bien avec celles que j’ai publiée sur ce blogue!

  37. jean-luc dit :

    difficile de suivre votre « Logique » R. Duberger.

    C’est vous qui allez dire à la radio vos opinions et qui répondez votre thèse du doute mais sans jamais l’appuyer. Je ne comprends pas comment vous faites pour être à l’aise avec cela ??
    Quand on vas sur la place publique affirmez des choses il faut au moins être capable de défendre son point !!! Votre procès d’intention comme vous dites est perdu tant qu’à moi. Je ne vois pas pourquoi je ferais des recherches pour défendre votre point. C’est votre choix de ne pas l’appuyer. Ça veut tout dire !!!

    C’est vous qui répétez toujours les mêmes questions même si vous avez eu des réponses de plusieurs au cours des dernières années sur ce blogue. Ça devient redondant. Et non ça ne nous dérangent pas… malgré vos prétentions. C’est un phénomène de projections que vous faites.

    D’ailleurs vos questions sont du même niveaux que ceux de l’industrie du Tabac qui ne veulent pas accepter que leurs produits donnent le cancer. Il y a aura toujours un doute. Il y aura toujours des fumeurs pour dire que le tabac ne favorisent pas le cancer, malgré la base scientifique.

    Vous me donnez une note pour un examen pour lequel je ne suis même pas inscrit au cours. Ou sont vos notes de cours profs ? D’ailleurs qui s’en soucient de ma note. Ça n’a pas rapport !!!

    Les mauvais profs existent aussi !!! ça fait plusieurs années que vous auriez pu diffuser de l’information à caractère scientifique sur votre blogue sur le climat sans jamais l’avoir fait.

    Moi ma question est bien simple:

    Pourquoi les dorsales et les volcans océaniques auraient « décidé » d’émettre de plus en plus de CO2 depuis les cents dernières années ? et ainsi faire augmenter le CO2 atm. Pourquoi juste les cents dernières années ? pourquoi le CO2 atm. est assez stable pour les 400 000 à 800 000 dernières années. et tout à coup ce sont des émissions volcaniques qui expliqueraient l’augmentation du CO2 atm. ?

    • Reynald Du Berger dit :

      Une chose à la fois. Répondez d’abord à mes questions claires. Ensuite on verra. C’est quoi cette obsession tabac vs climat? Une baleine bleue avec ça? J’attends donc VOS réponses à MES questions, Sinon on arrête ici, est-ce clair?

      • jean-luc dit :

        Vous parlez d’arrêter ici, mais c’est vous qui reposez toujours les mêmes questions. Juste dans cette dernière série d’échange vous avez mentionnez au moins trois fois les mêmes questions.

        Mais si vous ne voulez pas aller les poser vos propres questions sur d’autres blogues, je le ferai à votre place. On verra bien ce d’autres en pense et reviendrai avec des réponses. Les publierez vous sans les modifier ? accepterez vous les conclusions d’autres experts ?

      • Reynald Du Berger dit :

        Je répète: ces questions claires et sans bavures vous sont adressées à vous et je vous ai dit, que si vous êtes incapable d’y répondre, vous avez droit à internet et à tous ces blogues de vos amis réchauffistes, donc vous pouvez vous faire aider. Vous pouvez faire un « appel à tous ». Mais pas question de poursuivre notre discussion, sans que vous m’ayez fourni des réponses claires, pas de patinage svp, à mes questions claires, que ces réponses soient de votre cru ou non.

  38. Robert dit :

    Incroyable, comparer le tabac avec le CO2. Monsieur Jean-Luc, vous devriez savoir que le CO2 est un gaz de vie. L’Homme et les autres mammifères, en incluant les poissons et bien d’autres aspirent de l’oxygène et rejettent du dioxyde de carbone (CO2)-(se pourrait-il que vous soyez de ceux qui mélangent dioxyde de carbone(CO2) avec monoxyde de carbone(CO)). Les plantes, en incluant les champs de blé, de mais, de carottes…etc captent ce CO2 pour rejeter de l’oxygène et transformer le carbone du CO2 en amidon et protéines. Nous, de l’espèce humaine (notre bétail aussi), nous nous alimentons avec ces sucres et protéines pour nous permettre de vivre. ÉLIMINER LE CO2 ET C’EST LA FIN DE L’HUMANITÉ. Beaucoup de scientifiques pensent qu’une augmentation de l’atmosphère en CO2 ne pourrait qu’être bon pour l’humanité!

    P.S: J’ai digitalisé le graphique de Berkeley (de l’Alberta») et j’ai obtenu, selon leur graphique, une augmentation de 0,97 oC en 100 ans (Avec un écart-type de 0,13 oC). Très loin de leur 2,79 oC en 100 ans. Selon mes études avec les données d’environnement Canada, presque aucune ville ne s’est un tant soit peu réchauffée entre 1914 et 2014. Les données de Berkeley sont arrivées sur le tard pour appuyer les conclusions du GIEC.

    En passant…Je ne vous doit rien!

    • jean-luc dit :

      Vous ne semblez pas comprendre ma comparaison… je n’ai jamais parler de comparer les produits tabacs et GES. Je compare juste les méthodes des industries et compagnies (industries du tabac et industries des combustibles fossiles). Leurs méthodes sont similaires pour nous faire accroire qu’ils n’ont ou n’aurons pas d’impact sur la santé ou l’environnement (le climat).

      C’est une lubie de penser qu’on peux éliminer le CO2 atm. !!! Il n’y a pas un alarmiste qui mentionne cela.

      Leur taux d’augmentation de T est évalué sur 100 ans, mais ce n’est pas mesuré sur 100 ans. ils font ce type de présentation pour pouvoir comparer des valeurs. Faites vos vérifications et vous allez constatez qu’ils sont correctes dans leurs affirmations.

  39. Robert dit :

    Le pétrole a fait faire un BOND prodigieux à l’humanité…Vous semblez l’oublier.

    Vous avez écrit:

     » Faites vos vérifications et vous allez constatez qu’ils sont correctes dans leurs affirmations. »

    C’est justement là le problème, leurs calculs sont atrocement faux. Entre leurs modèles climatiques et les mesures par ballons et satellites, leurs modèles affichent des valeurs de 0,8 oC à 1,2 oC plus élevées (en 2014).

    Le 18 Juillet à 3:07 hre, j’ai posté une figure qui le démontre. Voici celle du Dr. Roy Spencer…Qui a été largement diffusée.

    La ligne noire représente la moyenne de 73 modèles produits par différents organisme (GISS, SCIRO,HadGEMZ…etc).

    • Keven dit :

      @Robert:

      Ce graphique est extrêmement biaisé et ne veut pas dire grand-chose. Un bel exemple d’argument pseudo-« sceptique ».

      1) Il utilise la bande TMT des données de satellite, qui est fortement contaminée par la température de la stratosphère (comme la température de la stratosphère est en baisse à cause des changements climatiques (conséquence prédite et observée), ca a pour effet d’atténuer la hausse qu’on observerait si on regardait seulement la basse atmosphère).

      2) Il compare les données et les modèles sur une moyenne de 5 ans, alors qu’il faut au moins utiliser une vingtaine d’années pour enlever le plus possible la variabilité interne du climat (5 ans n’enlève même pas un cycle El Nino!). Comme 1979-1983 était une période ou les modèles prédisaient des températures plus basses que la moyenne et les satellites des températures plus hautes, ca accentue toutes les différences pour les années suivantes (si je commence l’analyse sur un creux des données A, mais la crête des données B, ca dérègle tout!). Si on prend la période 1980-1999 comme référence, le désaccord disparaît…

      3) Il présente des données pour la bande 20S-20N seulement, là même ou les données satellite en arrachent… Pourquoi pas montrer les régions polaires aussi?

      En résumé, il a choisi de comparer les modèles et les données en comparant à une période beaucoup trop courte, judicieusement choisie pour accentuer les différences entre les 2 courbes, dans une région ou les observations ont des problèmes répertoriés, en utilisant un type de données que l’on sait contaminé par un signal de refroidissement (qui, comme par hasard, camoufle le signal qu’il n’aime pas voir)…

      • Robert dit :

        Bonjour Keven;

        Content que vous nous soyez revenu…Pouvoir enfin discuter avec un individu qui est plus à mon niveau. Moi en tant que Physico-Chimiste et vous en tant que Climatologue.

        Vous dites que ce graphique est biaisé. Ce n’est pas moi qui l’ai construit. Je pourrais discuter en long et en large et contester beaucoup de points que vous avez mentionné. Je puis quand même mentionner quelques items: Le fait de faire des moyennes n’enlève en rien aux variabilités de ces mesures satellitaires. C’est justement ce que je reproche à ces graphiques, leur très grande variabilités. Ils font des « Running means » sur 30 mois, 5 ans ou 20 ans mais, cela ne change rien à la piètre précision de ces analyses (du la variabilité naturelle des températures). Il n’en demeure pas moins que le GIEC s’est royalement fourvoyé en ce qui concerne la prédiction des températures soi-disant causées par le dioxyde de carbone. Les écarts d’avec la réalité sont énormes.

        Je vais vous revenir sur tout ces sujets!

        Robert

      • Reynald Du Berger dit :

        Robert, je ne crois pas que Keven se prétende climatologue. Je crois savoir qu’il étudie en géophysique à Toronto et que son sujet de thèse concerne le niveau des océans. D’ailleurs, un climatologue, ça n’existe pas. https://duberger.me/2012/12/25/quest-ce-quun-climatologue/

        Personne ne peut maîtriser les connaissances nécessaires dans toutes les sciences requises pour la compréhension de la science du climat et ses variations spatio-temporelles. Et c’est un des nombreux reproches que j’adresse aux réchauffistes. Ils tournent les coins ronds et éliminent de leur réflexion, donc de leurs modèles, des paramètres naturels trop gênants et qui compromettent la validité de leurs modèles. Ils les balaient maladroitement sous le tapis.

  40. Robert dit :

    Vous avez écrit:

    « Je compare juste les méthodes des industries et compagnies (industries du tabac et industries des combustibles fossiles)… »

    Mais bon Dieu, qu’avez vous donc contre les combustibles fossiles (comme vous les appelez):

    1) Le charbon est utilisé depuis des centaines d’années. Où serait le monde si nous n’avions pas eu le charbon?

    2) C’est le pétrole qui nous donne notre niveau de vie élevé. Pensez à tous les transports par avion, par train, qui nous permet d’aller travailler à de plus grandes distances et ce, d’une manière économique.

    3) Tous les produits fabriqués à partir du pétrole…pensez à tous les plastiques. Sans pétrole, nous n’aurions pas d’ordinateur.

    Quest-ce que vous avez donc contre les méthodes des pétrolières? Elles arrivent à produire de l’essence avec presque aucun polluant (soufre inférieur à 0,1%). Je vous le répète, le CO2 qui s’échappe des pots d’échappement est un bienfait. Il accélère la croissance des végétaux, entre autre!

    • jean-luc dit :

      Robert : on dirait que vous mangez dans leur main (des pétrolières). Vous semblez oublier qu’il y a bien d’autres façon de produire de l’énergie et ce de manière bien plus propre et équitable que celles de l’industrie des combustibles fossiles.

      c’est de la pensé magique le lien que vous faites entre la laitue dans une serre dopée au CO2 et la croissance des plantes, arbustes et arbres dans la nature. On émet plus de CO2 d’origine anthropique que ce que la nature peut absorber (il y a augmentation du CO2 atm. ).

      Faites vous la différence entre les graphiques de BEST (évolution de la température de 1750 à aujourd’hui) vs les modèles de prédiction des températures pour le futur ?

      Vous affirmez qu’ils sont atrocement faux (BEST ou autres) mais sans appuyer vos dires… Je suis déçu du prof Du B. il n’est pas là pour vous corriger🙂, mais pas surpris il a un parti pris évident…

      • Robert dit :

        Quelles sont ces façon si miraculeuses de produire de l’énergie?…Les vire-vent? Allez, dites-le nous. Mais, tenez compte de tous les facteurs!

  41. jean-luc dit :

    à R. Duberger:

    Je suis en train de vous préparer une réponse sérieuse et la plus complète possible. Est-ce que vous la publierai dans son intégralité ?

    • Reynald Du Berger dit :

      Mes questions sont toutes claires et se répondent toutes par oui, non, ou je ne sais pas, sans patinage. Si vos réponses sont celles-là , je les publierai sinon, la conversation s’arrêtera là.

      • jean-luc dit :

        Ma réponse Franche: Vous êtes malhonnête d’avoir couper mon dernier message qui ne fait pas votre affaire parce qu’il démontre les faiblesses et failles de votre raisonnement.

        vous prétendez vouloir débattre, mais vous êtes juge et partie en même temps.

        Quand vous avez été sur les ondes avec Keven vous avez passé votre temps à l’interrompre et le couper…. exactement comme vous le faites avec moi.

      • Reynald Du Berger dit :

        Ré-écoutez l’entrevue, vous verrez que Keven ne me laissait pas finir mes phrases. Je coupe la discussion avec vous car vous n’avez répondu à aucune de mes questions.

  42. Keven dit :

    Bonjour,

    Je sors de mon mutisme pour souligner quelques points qui ont attiré mon attention.

    @Robert:

    Vous continuez à comparer des moyennes de température sur des périodes de moins de 10 ans (encore dans la variabilité interne du climat, à peine au-delà de la longueur d’un cycle El Nino), à un seul endroit sur la planète, et continuez de crier au scandale…

    Vous dites: « C’EST JUSTE DE FAIRE DES MOYENNES DES DONNÉES DES DIFFÉRENTES STATIONS…Un enfant d’école peut faire ces simples calculs. La compilation est très simple à faire comme vous voyez. De simples moyennes! Je n’ai nullement besoin d’un spécialiste. »

    Et c’est là votre erreur. Les données de température doivent être corrigées pour une multitude de facteurs (effet d’îlot urbain, entre autres?) et comparées aux autres relevés situés assez près. Parler de changements climatiques, c’est pas juste faire un relevé de température devant le Tim Horton’s de Sudbury. Allez donc voir comment la NASA, NOAA et le Hadley Centre s’y prennent avant de crier à la conspiration.

    Vous dites: « Pour votre gouverne, il y a beaucoup plus de scientifiques (non politiques) qui s’opposent à ce dogme du CO2 qui réchauffe la planète que de scientifiques qui sont en accord avec ces imbécilités. »

    J’ai bien peur que vous ayiez sorti cette affirmation de nulle part. D’ou tirez-vous ces chiffres, Robert? De quelle étude ou sondage? De mon côté, je peux vous lister des études qui démontrent que la vaste majorité des scientifiques qui ont une formation en physique et/ou chimie du climat est tout à fait d’accord avec l’idée que l’activité humaine explique la majorité des changements climatiques observés depuis les dernières décennies (on parle de 97+%). Entre autres, Cook et al. (2013) (Quantifying the consensus on anthropogenic global warming in the scientific literature, Environmental Research Letters, http://iopscience.iop.org/1748-9326/8/2/024024/), Anderegg et al. (2010) (Expert credibility in climate change, Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, http://www.pnas.org/content/107/27/12107), et Oreskes, N. (2004) (Beyond the Ivory Tower – The Scientific Consensus on Climate Change, Science, http://www.sciencemag.org/content/306/5702/1686).

    @Reynald:

    Vous continuez de prétendre que vos questions sur les volcans sont sans réponse. Pourtant, je vous ai déjà donné des études qui auraient pu vous éclairer… Nul besoin de mesurer chaque gramme de CO2 qui s’échappe des volcans pour éliminer cette source de CO2 – le CO2 provenant des combustibles fossibles a une signature particulière comparé au CO2 d’origine volcanique, dont les émissions auraient de toute façon besoin d’être plusieurs ordres de magnitude plus grandes que les estimés actuels juste pour que les chiffres correspondent…

    Vous avez aussi dénigré certains graphiques de Bloomberg (http://www.bloomberg.com/graphics/2015-whats-warming-the-world/) (des « cartons pour enfants » selon vous). Ils sont en fait des graphiques de qualité – bien plus que cette feuille Excel d’Anthony Watts que vous avez mis en lien. Vous avez entre autres demandé les sources des données. Donnez-vous donc la peine de lire sous le graphique: vous verrez les données brutes utilisées dans les graphiques, de même que leur source. Pour les données historiques: http://data.giss.nasa.gov/gistemp/graphs_v3/ ; pour les simulations historiques: http://pubs.giss.nasa.gov/abs/mi08910y.html ; pour les détails du modèle combiné océan-atmosphère-cryosphère-hydrosphère: http://www.giss.nasa.gov/tools/modelE/

    En contre-partie, vous avez mis en lien un « vrai » graphique avec des « références », tiré du site de Roy Spencer et très similaire à ce que Robert vient de mettre en lien. Pourtant, Roy Spencer ne compare pas les données sur la même échelle (http://2.bp.blogspot.com/-JYiRB5vrdC8/Uvkmn7d_OjI/AAAAAAAAFFI/hfHnInQMmcA/s1600/SpencerDeception.gif)! Et sans aucune justification valable, il a choisi de faire ses comparaisons par rapport à une période de 5 ans (beaucoup trop courte) « judicieusement » choisie pour faire paraître la différence plus grande qu’elle ne l’est en réalité (http://blog.hotwhopper.com/2014/02/roy-spencers-latest-deceit-and-deception.html)!

    Loin d’être convaincant, comme d’habitude…

    @Jean-Luc:

    Vous avez bien raison de remettre en doute les propos de Reynald. Reynald prétend que les émissions de gaz à effet de serre d’origine humaine ont un impact « insignifiant » sur le climat – en soit, c’est une affirmation ‘scientifique’ – mais il ne m’a toujours pas fourni d’études qui supportent ce qu’il dit. Il m’a donné un lien vers un site de l’un de ses amis, mais c’est bien difficile d’y trouver des explications qui ne relèvent pas de la théorie du complot. Bien beau dire que les autres ont « le fardeau de la preuve », il faut quand même avoir des ‘preuves’ quand on prétend que 97+% des scientifiques qui étudient le climat ont tort…

    Keven

    • Reynald Du Berger dit :

      Tiens tiens… un revenant… Quel plaisir!!! Il était temps… on s’inquiétait pour vous🙂 « Nul besoin de mesurer chaque gramme de CO2 qui s’échappe des volcans pour éliminer cette source de CO2 – le CO2 provenant des combustibles fossibles a une signature particulière comparé au CO2″ eh oui..encore ces foutus isotopes, l’argument massue et usé à la corde des réchauffistes aux abois devant les questions embêtantes qui leur sont posées par les climato-insoumis… car les climato-soumis avalent toutes les peurs et menaces que vous leur brandissez, sans poser de question. Qui vous parle de mesurer chaque gramme? je vous demande comment vous pouvez éliminer définitivement la contribution des systèmes volcaniques sous-marins et des sources hydrothermales sous-marines, en CO2 et H20, des modèles que vous avez adoptés et qui prédisent une apocalypse si on ne réduit pas dès maintenant nos émissions de GES. Combien de fois dois-je répéter aux réchauffistes (scientifiques, médias et politiques) que cette arnaque , laquelle, selon la Banque mondiale aura coûté 89 000 milliards$ d’ici 2030 fait que la balle est dans leur camp? donc votre camp Keven et celui qui paie pour ceci, moi et Robert ne voulons pas payer, a droit d’exiger des réponses, et j’en exige, réponses autres que ce foutu pseudo 97%.

      « il faut quand même avoir des ‘preuves’ quand on prétend que 97+% des scientifiques qui étudient le climat ont tort… »

      Je répète , je n’ai pas de preuves à fournir, mais des QUESTIONS à poser à ceux qui trimbalent un hypothèse qui coûte de milliards à chaque année et VOUS devez répondre avec autre chose que des pseudo-statistiques qui , selon une étude bidon dont voici la référence que 97% des scientifiques ont raison. DItes-moi ce qu’est un scientifique « crédible  » qui peut émettre une opinion de valeur sur le climat? Celui qui a publié sur « la baisse du taux de reproduction des lemmings vs le changement climatique? » dans la revue peer reviewed « clamatic change » – peu importe- ou un simple gars comme moi, ingénieur, sismologue à la retraite qui a l’esprit que je pense critique et qui pose des questions et encoutage ses concitoyens à en poser avant de contineur de subventionner des chercheurs qui continuent de leur faire peur si on ne verse pas d’argent dans leur tronc? lequel de vous ou moi aux yeux du contribuable, si il se pose ces questions est le plus crédible? quels sont vos intérêts Keven et quels sont les miens sur cette question?

      Voici cet article sur lequel vous basez votre credo… le soutenez-vous?
      http://iopscience.iop.org/1748-9326/8/2/024024/article

    • Reynald Du Berger dit :

      Je dois répéter une question importante et que je pense claire, à Keven et aux autres réchauffistes, et pour laquelle j’exige une réponse claire: je vous demande comment vous pouvez éliminer définitivement la contribution des systèmes volcaniques sous-marins et des sources hydrothermales sous-marines, en CO2 et H20, des modèles que vous avez adoptés et qui prédisent une apocalypse si on ne réduit pas dès maintenant nos émissions de GES. Je dis bien j’exige car vous savez les conséquence$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$ et sociales de l’hypothèse que vous propagez comme étant un FAIT, une VÉRITÉ.

      • Reynald Du Berger dit :

        Autres question à Keven, puisque sa thèse de PhD est reliée à ce sujet:
        1- Le niveau des océans monte-t-il en ce moment?
        2- de combien de mm ou cm par année?
        3- Et si ça monte, ça monte également et au même rythme dans tous les océans?
        4- y a-t-il accélération ?
        5- Les données des marégraphes et satellitaires sont elles en harmonie?
        4- en 2100, les gens du Boulevard Champlain à Québec auront-ils les orteils dans l’eau ou seront-ils noyés? ou bien ils n’ont aucune raison de s’inquiéter?

        Je vous pose ces questions Keven , parce que vous êtes un étudiant au PHD dont les revenus d’étudiant gradué sont payés du moins partiellement, grâce à une subvention sollicitée et reçue par votre directeur de recherche, lequel a probablement évoqué le RCA dans sa demande de subvention. Et c’est moi et les autres contribuables qui avons payé cette subvention. J’exige donc des comptes… sous forme de réponses claires.

    • Robert dit :

      Reynald;

      J’ai toujours cru que Keven faisait son doctorat en climatologie à l’Université de Toronto?

      Robert

    • Robert dit :

      Keven;

      Le bon vieux truc du « Tout le monde le dit, ce doit être vrai ». Facile d’aller chercher une réponse facile de la part d’individus qui ne se sont même pas penchés sur un quelconque et inexistant problème de réchauffement.

      Faites nous donc une liste des changements climatiques qui se sont produits au cours des 30 dernières années en n’oubliant pas d’y accoler toutes les preuves. Le GIEC n’est pas un groupe de recherche scientifique mais un groupe de politiciens populistes. Leurs conclusions n’ont aucune valeur!

      Robert

    • Reynald Du Berger dit :

      Réponse de Pierre Beslu au document « comprendre l’effet de serre ». Robert , comme spécialiste de la spectroscopie infra-rouge, va sûrement comprendre et apprécier:
      Bonjour,

      Votre document est de fait excellent et convainquant et mérite une diffusion large.

      Je ne vais pas me permettre de le juger comme vous nous y invitez, je vais néanmoins émettre quelques remarques qui me sont venus à sa lecture.

      J’adhère complétement à ce que vous écrivez sur les modèles climatiques. En ce qui concerne le caractère chaotique des équations de la météo, je me suis, au début, étonné de ne pas apercevoir ce caractère dans les courbes publiées par le GIEC jusqu’à que j’apprenne qu’on le faisait disparaître en présentant la moyenne de plusieurs calculs effectués avec des données d’entrée voisines ! Il est clair qu’un calcul « météo » actuel sur une longue durée n’indiquera pas de tendance à l’augmentation de la Température moyenne annuelle globale en fonction du temps (TMAG). Cette augmentation est introduite dans les GCMs par le modèle ajouté dit d’effet de serre (EDS). Il est étrange alors d’utiliser pour prédire l’évolution de TMAG, un gros logiciel compliqué dont on s’efforce de supprimer l’aspect chaotique, alors que quasiment le même résultat peut être facilement obtenu en isolant le modèle EDS. Ce dernier peut être programmé avec un logiciel de type Excel et on obtient instantanément, les valeurs globales après 50 ou 100 ans, très voisines (avec des hypothèses et des données d’entrée identiques) de celles publiées par le GIEC après avoir fait tourner leur énorme logiciel plusieurs fois pendant des mois. On peut se demander si cette manière de faire n’est pas là justement pour éviter qu’on puisse comprendre ce qui est réellement pris en compte dans les GCMs. Car comme vous le dites « qui peut prétendre avoir compris les modèles numériques utilisés et être en mesure d’établir des relations claires entre les différents phénomènes et déterminer comment interviennent les paramètres climatiques, sans se laisser submerger par le détail de la complexité des modèles numériques (d’autant que les codes sources et instructions sont, en général, non consultables pour des raisons de confidentialité évidente).

      Dans le chapitre 5, vous abordez l’origine des +33 °C attribués par les partisans du GIEC à l’EDS. Je pense, cependant que personne n’a jamais pensé attribuer ces 33 °C au seul CO2. Le rôle de la vapeur d’eau est, bien entendu, prépondérant. L’exemple que vous donnez de l’effet du doublement de la concentration de CO2 risque d’être mal compris et mal interprété et pourrait vous être reproché comme savent le faire les réchauffistes et cela même avec votre mention concernant les alarmistes.

      La vue infrarouge de la terre est très parlante et illustre parfaitement le fait que le RI émis par la surface terrestre n’est pas impliqué dans le processus de refroidissement et encore moins dans le réchauffement de la troposphère .

      En revanche, je ne suis pas d’accord avec ce que vous écrivez, en particulier au § 13 au sujet des valeurs de forçage radiatifs de 3.7 w/m-2 ni d’ailleurs avec la valeur du coefficient de réaction climatique λ de 3.8 W.m-2/°C. Commençons par ce dernier. Dans beaucoup de publication et en particulier dans celle de Lorius, Jouzel, Raynaud, Hansen, Le Treut dans Nature de 1990, on attribue à l la valeur 3.3 (ou 0.3 pour 1/ l). Cela dérive de l’équation de Stephan puisque dQ=4sT3dT ou dQ= 4Q/TdT que l’on peut approximer par lDT=4DQ avec l = 4Q/T. Il semble donc que ces auteurs aient pris Q= 240 w/m2 et T=15°C ce qui est incohérent. De ce point de vue, la valeur de 3.8 qui correspond à Q=240 et T=-18°C est correcte mais correspond, comme vous l’écrivez, à une terre sans atmosphère, sans eau, ni nuages, ni végétation, ni océans etc. Or nous nous intéressons à un doublement de la concentration du CO2 par rapport à la situation actuelle ou récente donc avec une terre à une température moyenne d’environ 15°C (288°K) et un flux infrarouge rayonné par la surface de 390 Wm–2 , ce qui conduit à un l=5.4 (1/ l=0.184). (la valeur de la dérivée d’une fonction f(t) pour t=t1 est donnée par f’(t1)). La sensibilité climatique au doublement de CO2 est donc déjà, sans remettre en cause démarche du GIEC, réduite à 0.68°C au lieu de 1.2 ou 1°C.

      La valeur de 3.7 Wm-2 du forçage radiatif attribué par le GIEC au doublement de CO2 est, comme vous le montrez, obtenue en considérant que le gaz carbonique est le seul GES de l’atmosphère ou que son effet est indépendant de son environnement. Or l’atmosphère est un mélange de gaz et il n’y a pas de raison de traiter l’absorption et en particulier la saturation des RI par chaque gaz indépendamment les uns des autres. Ceci n’est pas l’avis d’un climatosceptique mais un point démontré (entre autres) par Jean-Louis Dufresne du Laboratoire de Météorologie Dynamique de l’Institut Pierre Simon Laplace e en particulier dans l’article écrit avec J. Treiner «L’effet de serre atmosphérique : plus subtil qu’on ne le croit ! ». (La Météorologie – n° 72 – février 2011) Ces messieurs au-dessus de tout soupçon démontrent que « le traitement d’un mélange de vapeur d’eau et de dioxyde de carbone pose le problème du recouvrement des spectres d’absorption de ces deux molécules et que finalement un doublement de la concentration en dioxyde de carbone n’a presque aucun effet sur l’absorptivité. Cette faible variation de l’absorptivité .. entraîne une augmentation de l’effet de serre environ 7 fois plus faible que les estimations habituelles. Ils écrivent : « (ce modèle-c ‘est-à-dire celui du GIEC auquel on croit ou plutôt auquel on nous a fait croire) ne permet pas d’expliquer pourquoi l’effet de serre de la Terre varie lorsque la concentration de CO2 varie…il n’est pas pertinent pour estimer la sensibilité de l’effet de serre à une variation de la concentration d’un gaz dont l’absorption est saturée . In fine, la sensibilité climatique issu du modèle d’effet de serre conduit, sans même prendre en compte les nuages et les aérosols, à une valeur de l’ordre de 0,12°C, totalement insuffisante pour expliquer le réchauffement prédit de la planète même avec des rétroactions positives !

      Ces auteurs vont alors se rabattre sur la notion astucieuse d’altitude d’émission à laquelle j’adhère également mais qui pose cependant deux questions :

      Cette notion n’a plus rien à voir avec l’EDS qui suppose un flux de rayonnement « réémis » vers la surface qui la (ré)chauffe. Le nouveau modèle ne fait intervenir que le changement d’altitude d’émission qui entraîne une augmentation de la température de la TOA tandis que la température du sol se déduit du gradient de température atmosphérique vertical (lapse rate) qui n’a rien à voir avec les phénomènes radiatifs . Continuer à appeler ce modèle « effet de serre » comme le font Dufresne et Treiner est une tromperie.

      La deuxième question soulevée est celle de la quantification du phénomène. On a l’impression à lire ces messieurs, que ce nouveau phénomène bien réel est capable d’expliquer une sensibilité climatique de l’ordre de 1 °C. Or, il conduit à des variations de températures très faibles : le doublement de concentration du CO2 atmosphérique, résultant d’un passage de 400 à 800 ppm, provoquerait une augmentation de l’ordre de 0.1 °C (voit mon document « Réfutation des Equations de l’effet de serre radiatif » ! Il n’est donc pas d’un grand secours. Pire, il montre, comme le logiciel PNE de J-L Dufresne d’ailleurs, que la contre réaction apportée par l’évaporation de vapeur d’eau suite à une augmentation de TMAG quelle que soit son origine est négative et non pas positive ce que confirme d’ailleurs l’évolution de la TMAG lors et à la suite de l’évènement Super el Nino de 1998 !

      Voilà quelques-unes des réflexions que m’a inspiré la lecture de votre document au retour de quelques jours de Vacances, en espérant qu’elles vous soient utiles d’une manière ou d’une autre.

      Bien cordialement.

      Pierre Beslu

      23 rue d’Italie

      13100 Aix en Provence

      Tel fixe: +33442262772

      mobile : +33685712068

      e:mail: pierrebeslu@orange.fr

  43. Robert dit :

    Keven;

    Pour répondre un peu à votre post.
    Vous oubliez que la période d’étude du GIEC est quand même assez courte. Le départ est en 1880 et la fin en 2015 soit 135 ans. Je sais qu’ils ont l’habitude de faire des « Running means ». Savez vous comment on fait un « Running mean »? Mais, ces moyennes n’améliorent absolument rien. Elles ne font que mieux faire paraitre les résultats. On peut entre-couper cette période dans les segments suivants: Plateau: 1880 – 1910 (30 ans). Montée: 1910 – 1944(34 ans soit 0,013 oC/année)-CO2 augmente de 0,4 ppm/an)). Plateau: 1944-1978 (34 ans). Montée: 1878-1998 (20 ans soit 0,013 oC/année-CO2 augmente de 1,6 ppm/an)). Plateau depuis 1998 avec une augmentation en CO2 de presque 2 ppm par année). Vous voyez bien qu’il n’existe aucun lien entre les augmentations de température et les augmentation en CO2…Et vous me dites que 10 ans c’est trop court.

    Les données de température que je collige pour une ville donnée proviennent de plusieurs stations météorologiques dans un rayon de 25 Km. Toutes mes données sont corrigées pour l’altitude et une analyse statistique est faite pour éliminer les valeurs discordantes. Donc mes calculs de moyennes utilisent les outils statistiques généralement admis par tous les scientifiques.

    Pour le fameux 97%. Je puis dire qu’une bonne majorité de mes amis chimistes n’achètent pas du tout cette stupide théorie du réchauffement (que pour avoir l’air encore plus stupide, ils ont remplacé le mot réchauffement par…changement). Keven, arrêtez vous, ne serais-ce qu’un instant et pensez combien ce mot « CHANGEMENT » ne veut rien dire??

    Robert

    • Reynald Du Berger dit :

      Robert, La plupart des réchauffistes comme Keven vous diront que SEULS sont crédibles (pffffffff) les scientifiques qui ont publié blabla avec com de lecture… etc… autrement dit , son directeur de thèse et les autres zoologistes qui ont publié sur le lien -non prouvé- qu’ils ont établi entre le taux de reproduction des lemmings du nord et le changement climatique. Ces gens , refusent d’admettre que des scientifiques comme vous et moi Robert, peuvent émettre une opinion aussi, sinon plus éclairée que la leur, sur ce sujet. J’appelle ça du climato-snobisme.

  44. Robert dit :

    Reynald;

    Les données de Pierre Beslu sont des plus intéressantes;

    Permet moi cependant d’en ajouter un peu. Je vais te parler d’une très importante équation dont aucun adepte du réchauffement n’a parlé. C’est l’équation de Beer-Lambert(*). Je suis certain que tu connais cette équation. La voici:

    A = E*L*C

    A est l’absorbance que l’on peut facilement assimiler à l’effet de serre. L’absorbance n’a pas d’unité puisque c’est un logarithme (A = Log(Io/I)). E est le coefficient d’extinction molaire (si on parle de mole/litre). L est la longueur du chemin optique (ce peut être des kilomètres) et C est la concentration (ppmv, ppm, %, grammes par mètre cube…etc). En fait, ces trois symboles doivent s’accorder pour que A n’ait aucune unité.

    Ce qu’il y a d’intéressant, c’est que les valeurs d’absorbance commencent à se recourber lorsque l’on porte en graphique l’absorbance en fonction de la concentration. Pour faire court, l’absorbance est linéaire entre 0 et 2 ou 3. Plus haut que ces valeurs et l’absorbance (donc aussi l’effet de serre) cesse d’augmenter. Je suis en train de faire des calculs …Il me manque juste les valeurs de E pour CO2 et H2O. Je sais que ces valeurs sont proche l’une de l’autre. Aujourd’hui il y a facilement 32 000 ppmv d’eau pour 400 ppmv de CO2. Si le temps se rafraichi le moindrement, peut-être que la teneur en eau dans l’atmosphère va baisser à 20 000 ppmv. S’il pleut, le CO2 va baisser (Dire qu’il reste 100 ans dans la troposphère…On repassera…. C’est évident, le CO2 est soluble dans l’eau à raison de 2 gramme/litre à 15 oC….Peut être 1,7 g/litre à 27 oC.)

    J’aimerais bien avoir des commentaires de KEVEN (S’il le faut, qu’il aille voir son directeur de thèse)!

    Robert

    (*) L’équation de Beer-Lambert est l’équation de base de toutes les méthodes spectroscopiques.

    • Reynald Du Berger dit :

      Robert,
      (S’il le faut, qu’il aille voir son directeur de thèse)!
      ça va pas flatter son ego… mais bonne chance dans ta quête de réponse.

  45. Robert dit :

    Reynald;

    J’adore ce paragraphe.

     » Or l’atmosphère est un mélange de gaz et il n’y a pas de raison de traiter l’absorption et en particulier la saturation des RI par chaque gaz indépendamment les uns des autres. Ceci n’est pas l’avis d’un climatosceptique mais un point démontré (entre autres) par Jean-Louis Dufresne du Laboratoire de Météorologie Dynamique de l’Institut Pierre Simon Laplace e en particulier dans l’article écrit avec J. Treiner «L’effet de serre atmosphérique : plus subtil qu’on ne le croit ! ». (La Météorologie – n° 72 – février 2011) Ces messieurs au-dessus de tout soupçon démontrent que « le traitement d’un mélange de vapeur d’eau et de dioxyde de carbone pose le problème du recouvrement des spectres d’absorption de ces deux molécules et que finalement un doublement de la concentration en dioxyde de carbone n’a presque aucun effet sur l’absorptivité.  »

    C’est sur, avec 32 000 ppmv d’eau pour 400 ppmv de CO2. On peut assumer que l’eau et le CO2 ont la même absorptivité molaire (Malgré que je soit convaincu que l’eau est un plus fort absorbeur que le CO2—De par sa structure). C’est une simple règle de trois (assumons que 33 oC est l’effet de serre total):

    L’effet de serre du CO2 = (400/32 000)*33 oC = 0,4 oC et 32,6 oC est celle de l’eau.

    Ces incompétents vont nous arriver avec leur histoire du Feed Back de l’eau. Ne savent-ils pas qu’un éléphant peut écraser une souris mais que le contraire est impossible.

    Robert

  46. Robert dit :

    Il y a aussi le type d’unités de concentration qu’ils utilisent, En somme, ils utilisent les parties par million en volume (ppmv) qui, en somme, correspond à la fraction molaire (Loi d’Avogadro) et cette fraction molaire du CO2 peut s’écrire, pour l’air sec:

    X(CO2) = n(CO2)/(n(CO2) + n(N2) + n(O2)+n(Ar)+n(O3)…) (1)

    X(CO2) est la fraction molaire du dioxyde de carbone. Les n(CO2), n(N2) etc…correspondent au nombre de mole de chaque composant de l’air.

    Si nous montons en altitude, le nombre de mole de CO2 diminue mais il en est de même pour l’azote et l’oxygène. Ceci fait que le rapport (n(CO2/n(total))ne change presque pas, il ne change que pour la part du à la différence de masse molaire. Mais le nombre de molécules absolues de CO2 changent, elles pour ne devenir presque rien à une hauteur de presque 2 Kilomètres. En plus, tous les adeptes de la fameuse théorie du réchauffement ne tiennent jamais compte du nombre de mole d’eau qui, soit dit en passant varie énormément car cette molécule a la fâcheuse habitude de se condenser.

    De toute façon, j’y reviendrai avec d’autres données qui permettront de démontrer que l’ajout de CO2 au 400 ppmv actuel ne changera rien à l’absorbance et donc aussi à l’effet de serre!

    Robert

  47. Michael dit :

    Jean-Luc a dit: « des blogues sérieux tel que : skepticalscience »

    Êtes vous à ce point ignorant que vous considérez John Cook et SkepticalScience sérieux et crédible? Leur célèbre étude sur le consensus de 97% dans la littérature scientifique était un « chef d’oeuvre » de malhonnêté intellectuelle c’est un truc ridicule:

    http://www.joseduarte.com/blog/cooking-stove-use-housing-associations-white-males-and-the-97

    Ça n’empêche pourtant pas John Cook d’être publié sur CNN.com et de répéter le mantra du 97%, de Dana Nuccitelli d’être publié dans The Guardian et de crier 97%! 97%! 97%! à chaque occasion, n’empêche pas les journalistes paresseux déja vendus à la cause de répéter 97%, etc.

    Il y a plein d’alarmistes qui sont des dévots de La Cause et qui ont jeté leur intégrité intellectuelle par la fenêtre et malheureusement le clan réchauffiste ne semble pas vouloir faire le ménage et se débarasser des arnaqueurs comme John Cook et SkepticalScience.

    Keven: « (on parle de 97+%). Entre autres, Cook et al. (2013) »

    Prenez le temps (environ 40 min) de lire le lien ci-dessus. Jose Duarte démantèle complètement cette arnaque. Vous n’avez visiblement pas pris de le temps de vous informez sur cette publication sinon vous ne la citeriez pas en guise de preuve car c’est en réalité la pire référence qu’on peut citer pour appuyer le 97%.

    Keven: « Anderegg et al. (2010) »

    Vous acceptez encore sans esprit critique la conclusion parce que la conclusion va dans le bon sens. Une critique de cette étude ici (.PDF de 2 pages disponible gratuitement c’est environ 5 minutes de lecture):

    http://www.researchgate.net/publication/268791343_Comment_on_Scientists%27_Views_about_Attribution_of_Global_Warming

    Keven: « Oreskes, N. (2004) »

    C’est la même méthode de John Cook et c’est une insulte à l’intelligence. Chercher le mot clé « climate change » dans les Abstracts des publications scientifiques et ignorer tous les autres qui ne contiennent pas ce mot-clé et ensuite classifier les résultats pour essayer de prouver quoi que ce soit c’est pas du tout sérieux.

    Keven: « quand on prétend que 97+% des scientifiques qui étudient le climat ont tort… »

    Vous pratiquez le biais de confirmation et vous ne semblez même pas en être conscient. Ce 97+% est une fantaisie qui est devenu un argument de vente pour la campagne de marketing et de salissage contre ceux qui ne veulent pas voir 89 000 milliards de dollars gaspillés pour « combattre » les changements climatiques. Mais ce chiffre-là n’est basé sur rien de valide.

    Il y a en effet un consensus dans l’opinion des scientifiques du climat qui sont sondés mais il n’a jamais été de 97%:

    http://www.joseduarte.com/blog/the-climate-science-consensus-is-78-84-percent

    Et je suis prêt à parier que sur le 70-80% beaucoup d’entre eux seraient prêts à remettre en question leurs conclusions si on leur présentait un débat intellectuellement honnête entre les tenants du réchauffement anthropogénique et les sceptiques. Le genre de débat que les média se gardent bien d’organiser puisque la plupart d’entre eux semblent avoir choisi le camp alarmiste.

    • jean-luc dit :

      je ne peux même plus répondre à ce Michael…

      je lui dirais simplement que je ne comprends pas pourquoi il m’associe au 97 % de John C. et que ce chiffre n’a pas beaucoup d’importance pour moi. Skeptical science c’est une vingtaine d’auteur qui rapporte des études sur le climat de centaine, voir millier de chercheur dans le domaine de la climatologie.

  48. Robert dit :

    À chaque fois qu’un Typhon ou un Ouragan se manifeste, nos bons alarmistes tels: Suzuki et Guilbault se manifestent pour culpabiliser les pays occidentaux. Pourtant, voici une déclaration d’un dénommé Christopher Landsea qui avait participé à la rédaction du troisième rapport du GIEC. Voici en résumé (Tiré de Wikipedia) de ce qu’il a déclaré:

    « M. Landsea a fait partie du comité de révision des données de réanalyse des cyclones tropicaux afin d’améliorer les informations à ce sujet. Il a d’ailleurs publiés ses conclusions dans différents articles scientifiques, soit que les évaluations de ces systèmes sont grandement subjectives et dépendent des moyens techniques de l’époque considérée4.

    À titre d’expert, il a été invité par le GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) à participer à la section concernant l’impact des effets du réchauffement climatique sur le nombre et l’intensité des cyclones tropicaux. Selon M. Landsea, les banques de données ne sont pas assez fiables pour conclure à une tendance dans la fréquence des cyclones extrêmes avec le réchauffement actuel et les simulations informatiques ne permettent pas de conclure à un effet significatif dans le futur4,5.

    Les discussions des experts ont pris un tournant assez acrimonieux et en janvier 2005. M. Landsea a démissionné du GIEC et n’a pas participé à la rédaction de son quatrième rapport6. Il a déclaré dans une lettre ouverte que le Dr Trenberth, rédacteur en chef de la section sur les cyclones tropicaux, s’était prononcé sans preuves sur une relation entre le grand nombre de forts ouragans de la saison cyclonique 2004 dans l’océan Atlantique Nord et le réchauffement climatique. Lorsqu’il a soulevé ce parti-pris à la direction du GIEC, il a été consterné de leur réponse minimisant l’impact de cette prise de position du responsable de sa section et a décidé que le comité n’avait plus la neutralité nécessaire à un travail scientifique7.

    Dans une entrevue sur PBS, le réseau public de télévision aux États-Unis, Christopher Landsea a déclaré « Nous avons noté un augmentation significative de la température de surface de la mer et de l’atmosphère durant les dernières décennies, de l’ordre de 1 degré Fahrenheit, et je n’ai aucun doute qu’au moins une portion est dû à l’augmentation de l’effet de serre. La question est de savoir si cela a vraiment augmenté l’activité cyclonique… En particulier dans le bassin de l’Atlantique Nord, une telle variation est due à un changement de température dans les deux média. Un petit changement dans l’océan n’est pas suffisant ». Il a poursuivi en mentionnant que les extrapolations numériques actuelles ne permettent pas de conclure à une augmentation de plus de 2 à 3 kilomètres par heure des vents dans des ouragans tels que Katrina et Rita en 20058. »

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Christopher_Landsea

    Robert

  49. […] confrère ingénieur québécois est revenu récemment à la charge, suite à la déclaration de l’animateur d’une émission scientifique à la radio de […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s