Par Reynald Du Berger,

J’étais à Ottawa vendredi et mon hôtel était envahi par des  gens dont le vol sur l’Europe avait été annulé et qui revenaient piteusement à  leur hôtel en attendant que l’Islande se calme un peu. À l’aéroport, j’ai entendu des  commentaires comme  « restless earth… we are doomed… » puis rentré chez-moi, le Téléjournal me montre un groupe de jeunes défavorisés du Lac-St-Jean, voyageant avec un prof tout aussi démuni qui ont été forcés de coucher à l’aéroport sur des matelas tellement minces…les pauvres!… ,  que la Terre est donc cruelle envers ses habitants!  » ça a pas d’allure! » comme on dit au Lac-St-Jean.

C’est à la demande d’une lectrice de ce blogue que je vous  livre quelques réflexions scientifiques qui ont du panache des pieds à la tête car le volcan qui embête tant de voyageurs est issu d’une anomalie thermique qui prend ses racines en grande profondeur dans le manteau terrestre, et qu’on appelle un « panache ». De plus, ce panache islandais repose sous la dorsale médio-atlantique qui sépare la plaque tectonique de l’Amérique-du-Nord sur laquelle nous vivons de la plaque Eurasienne lesquelles s’éloignent l’une de l’autre de quelques centimètres à chaque année – les compagnies aériennes n’ont pas encore songé à évoquer cette raison pour justifier leurs constantes hausses de tarifs-. J’ai visité déjà certains de ces panaches comme celui des Iles Galapagos en 1984 lors d’une expédition scientifique à laquelle participait Pierre Dansereau. Puis en 2001, j’ai fait partie d’une autre expédition cette fois-ci à Madagascar, en vue de l’étude par tomographie sismique du panache de La Réunion. Ces panaches créent souvent d’énormes « tumeurs » magmatiques dans le manteau de la terre et nous avons donc  emprunté un technologie médicale pour étudier leur configuration tridimensionnelle. Nous utilisons des séismes dont les chemins d’ondes se croisent dans la « tumeur » afin d’en déterminer la géométrie. L’expédition du panache de la Réunion était organisée par l’Institut de Physique du Globe de Paris dont Vincent Courtillot est toujours le directeur et le plus célèbre climato-sceptique en France après Claude Allègre.

On ne comprend pas bien l’origine de ces points chauds et pourquoi ils se situent en ces endroits.  Certains se retrouvent en plein milieu d’une plaque tectonique comme Hawaï. Étant fixes par rapport aux plaques qui se déplacent au-dessus, ils laissent des traces sous forme de chaines de volcans dont l’âge augmente à mesure qu’on s’éloigne du point chaud.  D’autres reposent sous des plaques continentales qui sont relativement immobiles et créent donc des empilements volcaniques considérables comme le plateau du Tibesti par exemple (que je n’ai pu visiter en 1990 au moment de mon séjour au Tchad à cause de la guerre frontalière que se livraient le Tchad et la Libye).

Le volcanisme de point chaud est spectaculaire: on observe des  fontaines de lave jaillissant très haut dans les airs et des panaches de cendres et poussières qui peuvent atteindre  plus de 10 km  dans l’atmosphère. Il est spectaculaire mais moins dangereux que le volcanisme plus près de chez-nous, celui des Cascades (St Helens, Yellowstone) beaucoup plus explosif et moins prévisible. Quelles sont les conséquences sur la vie des Islandais? Il est possible que la chaleur entraîne la fusion de glaciers, donc on peut entrevoir des coulées de boue, des glissements de terrain, des maisons et des routes emportées.  Mais ces mêmes volcans leur servent de fournaise et de source d’énergie électrique, beaucoup plus économique que notre hydroélectricité.

Ces volcans islandais contribuent aussi à refroidir le climat. Il agissent en fait à l’opposé  de l’effet de serre. Les millions de tonnes de poussières et de cendres vont réfléchir les rayons solaires et donc réchauffer la haute atmosphère, tandis que la basse atmosphère, privée de ce rayonnement,  va refroidir. Mais l’éruption islandaise est minuscule comparée à certaines éruptions de super-volcans bien connues comme par exemple celle du volcan  Toba en Indonésie il y a 74 000 ans. Bilan: 2 800 km3 de cendres et poussières dans l’atmosphère (par comparaison St Helens en 1980 en a à peine émis 1 km3) 1000 millions de tonnes d’acide sulfurique sous forme d’aérosols. Tout ça est resté 6 ans dans l’atmosphère, et la température dans l’Hémisphère Nord a diminué de 10 degrés Celsius pendant 1 000 ans! Avis aux climato-alarmistes comme Al Gore et Steven Guilbeault qui nous rebattent les oreilles avec un changement climatique d’origine anthropique d’une intensité et rapidité jamais vues par le passé!

Certains considèrent la Terre comme un organisme vivant, une déesse, Gaïa. Ils voient donc dans les tremblements de terre et éruptions volcaniques soit des infarctus, des flatulences, des hémorragies, des rots… ou pire: la  vengeance périodique d’une vieille dame qui ne cesse d’être agressée par les jeunes hommes-prédateurs que nous sommes. Personnellement, je préfère y voir un objet  d’étude passionnant, qui recèle encore bien des mystères, et qu’on appelle la géologie.

commentaires
  1. Toujours agréable d’avoir un scientifique comme vous dans notre groupe de blogueurs. Merci pour ce texte, très intéressant.

  2. Rémy Villeneuve dit :

    Pour avoir eu la chance d’étudier les sciences de la Terre e Islande justement, je peux apporter un peu d’information… Une des hypothèses qui va un peu à contre-courant du « mainstream » mais qui est tout de même solidement fondée serait que le panache à l’origine du point chaud islandais est causé par la refonte de croûte subductée avant la formation de l’Atlantique actuel… un peu comme de la glace qui fond à une température inférieure lorsque l’eau est salée, cette ancinne croûte maintenant absorbée par le manteau aurait un point de fusion inférieur par sa composition chimique différente de celle du reste du manteau.

  3. Fernand Trudel dit :

    Monsieur Duberger,

    j’ai pour vous un profond respect ainsi qu’à Vincent Courtillot et autres scientifiques réalistes et pas du tout alarmistes.

    La terre déjoue tous les calculs informatiques même eux truqués du GIEC car elle a ce pouvoir d’autorégulation qui nous déroute à chaque fois.

    Les petites fourmis qui se meuvent sur la terre et qu’on ne peut observer d’un satellite de la NASA ne peuvent prétendre être les maîtres de la nature et de la planète. La nature nous montre qu’elle peut reprendre ses droits à tout moment.

    Mais il y en a qui continuent à exploiter la croyance des gens. C’est vrai qu’ils en ont fait une carrière lucrative comme le théologien Steven Guilbault qui se fait construire un temple vert de 27 millions avec l’argent des crédules qui n’ont pas pris la précaution de vérifier plus à fond les rapports du GIEC. Il charge des sommes astronomiques pour donner des conférences, ce que vous ne faites pas.

    Il en est de même du politicien Al Gore qui a monté une lucrative arnaque avec ses bourses du carbone dont son proincial associé, Goldman Sachs, vient d’être accusé de fraude financière.

    Ces gens ont un intérêts à véhiculer des faussetés pour engranger les $$$ vertes et s’enrichir à nos dépends.

    Une chance que des scientifiques comme vous nous donne l’heure juste. On se ferait arnaquer pas à peu près…

  4. lutopium dit :

    Merci pour ces infos très pertinentes. Il ne faut pas associer ces phénomènes à quelque phénomène ésotérique…

  5. Guillaume S. Leduc dit :

    @Reynald : « Certains considèrent la Terre comme un organisme vivant, une déesse, Gaïa. Ils voient donc dans les tremblements de terre et éruptions volcaniques soit des infarctus, des flatulences, des hémorragies, des rots… ou pire: la vengeance périodique d’une vieille dame qui ne cesse d’être agressée par les jeunes hommes-prédateurs que nous sommes. »

    Est-ce que vous faites référence à ce Imam iranien qui vient de déclarer qu’il y a une augmentation des tremblements de terre en raison de l’activité sexuelle des jeunes ?

    http://www.cyberpresse.ca/actualites/insolite/201004/17/01-4271496-les-relations-sexuelles-illicites-causent-des-seismes.php

  6. Charles Vincent dit :

    Suite à l’étude des travaux de Sedighi et al. publiée dans la revue Aftab (2010), ce billet devrait être édité avec la mention « Correction » en y intégrant les découvertes de l’ayatollah scientifique mentionné ci haut.

    En fait, il semblerait que les activités de reproductions humaines exercées en dehors des liaisons conjugales reconnues, en occurrence le mariage, dégageraient une quantité d’énergie suffisamment importante pour que cela se traduise par un mouvement des plaques tectoniques de la croûte terrestre.

    Ce serait ces mêmes activités de reproductions qui pourraient être la cause de cette anomalie thermique par la création de certaines « tumeurs » magmatiques (notamment amplifiées par le phénomène d’Eywa) dans le manteau de la terre, ce qui causerait cette petite éruption volcanique en Islande.

  7. « Les compagnies aériennes n’ont pas encore songé à évoquer cette raison (l’éloignement des plaques tectoniques) pour justifier leurs constantes hausses de tarifs. » –

    Très drôle.

  8. Isabelle Robillard dit :

    Merci beaucoup pour les infos!

    Je ne savais pas que le volcan qui fait la manchette est en réalité un point chaud qui se trouve vis-à-vis la dorsale médio-océanique. (J’en suis pas mal gênée d’ailleurs…vu le sujet de ma maîtrise. Peut-être est-ce enfoui dans ma mémoire défaillante.)

    Vous avez de la chance d’avoir vu l’île de Galapagos et l’île de la Réunion! Super.

  9. Sébas dit :

    Je ne crois rien de tout ça. Je ne suis pas un poisson et nous sommes encore au moins d’avril…

    Sérieux,
    que c’est rafraichissant de lire des textes intelligents et ‘full’ humouristique, où la propagande est absente.

    Et j’aime beaucoup cette humilité:

    « On ne comprend pas bien l’origine de ces points chauds et pourquoi ils se situent en ces endroits. »

    Nos médias de masse devrait s’inspirer -plus souvent- de gens comme vous.

    • Sébas dit :

      @ mario anctil

      Avez-vous suivi ses cours?

      Pour ma part j’aime bien Reynald Du Berger (pour sa personnalité, pour son intelligence, et pour son humour), mais JAMAIS je ne fais ‘confiance’ à quelqu’un parce qu’il a des titres, une réputation, de la crédibilité (mot qui provient du terme croire), etc.

      Bien sûr si je me fais opérer, surtout au Québec, je dois avoir une quasi ‘confiance’ absolue dans mon médecin…

      Mais dans tous les domaines ou c’est possible, soit au niveau intellectuel, spirituel, philosophique, etc, je ne prends rien pour ‘du cash’, je remets toujours tout en question, je lis beaucoup, etc.

  10. Sébas dit :

    Corrections:

    « Humoristique » et « devraient »

    Et pour ça:

    « Ces volcans islandais contribuent aussi à refroidir le climat. Il agissent en fait à l’opposé de l’effet de serre. Les millions de tonnes de poussières et de cendres vont réfléchir les rayons solaires et donc réchauffer la haute atmosphère, tandis que la basse atmosphère, privée de ce rayonnement, va refroidir. »

    On me dit qu’hier à « Année Lumière » de radio cacane (par audio), un ‘expert’ aurait dit exactement le contraire, à savoir que les cendres n’iraient pas assez haut dans l’atmosphère pour avoir un effet ‘refroidissant’.

    Ah que j’aime radio cacane subventionnée… toujours prête à nous donner des versions diversifiées…

    Grrrr…

  11. Sébas dit :

    Voici le lien:

    Radio Canada (Flash Années lumière, 16 avril)

    http://www.radio-canada.ca/audio-video/#urlMedia=http://www.radio-canada.ca/Medianet/2010/CBF/Infoscience201004161557.asx&pos=0

    2 minutes de propagande… beurk.

  12. leyla kEBIR dit :

    ce texte est très enrichissant !merci

  13. Reynald Du Berger dit :

    @Sébas
    Vous avez raison, le diplôme ne confère ni intelligence, ni jugement à son détenteur. Je m’attends aussi à ce qu’on ne soit pas toujours en accord avec ce que j’écris, même quand il s’agit de science. C’est du choc des idées, – et j’ajouterais des hypothèses- que jaillit la lumière… et c’est la raison d’être d’un blogue. Je m’attends donc parfois à des commentaires désapprobateurs pourvu qu’ils soient polis.
    @Rémy Villeneuve
    Je vous envie d’avoir séjourné en Islande, un des pays que je rêve toujours de visiter et un paradis pour les géoscientifiques. Merci pour m’avoir éveillé à cette hypothèse intéressante que je vais fouiller davantage et j’apprécierais toute référence que vous pourriez me fournir sur ce sujet.

    • Sébas dit :

      Je ne désapprouve rien de ce que vous dites (pour l’instant en tout cas).😉
      Je répondais uniquement au commentaire de Mario qui disait de vous ‘croire sur parole’…

      Et je suis du même avis que vous pour le reste.

      Et j’ajouterais que je reconnais que vous en savez beaucoup plus que moi dans votre domaine.

    • Rémy Villeneuve dit :

      Les travaux de Foulgers et Anderson sont assez intéressants pour alimenter bien des discussions lorsque l’on a l’esprit critique et ouvert…

      http://www.mantleplumes.org/Iceland1.html

      Une des choses qui m’as toujours tracassé avec les « mantle plumes » est le mécanisme par lequel un filament plus chaud par un mécanisme quelconque et mince de quelques dizaines de kilomètres reste attaché au même point du noyau ou au sein du manteau pendant des dizaines de millions d’années… Le modèle d’Anderson et Foulgers a beaucoup plus de sens à mon avis…

  14. Reynald Du Berger dit :

    @Rémy Villeneuve
    Je ne pensais jamais avoir un échange scientifique avec un géoscientifique comme vous sur ce blogue et vous en remercie. Il y a 10 ans que je suis à la retraite et j’ai abandonné tous mes abonnements aux revues de l’AGU et SSA que vous connaissez sans doute. J’étais le responsable d’un cours de Physique du Globe à l’UQAC et les hotspots ont toujours été pour moi un mystère. Je constate à la lecture de la référence que vous m’envoyez, qu’ils le sont toujours, en plus d’être un emmerdement pour les passagers aériens…

  15. À titre d’information supplémentaire, le volcan en question a vraiment un nom à coucher dehors: Eyjafjallajökull!!! Voilà pourquoi les médias ne disent jamais son nom!!!

    http://yasaka20.over-blog.com/article-le-trafic-aerien-europeen-bloque-par-un-volcan-islandais-48746882.html

    Attention, risque de se déplacer la mâchoire en prononçant ce nom garanti!!!

    Je préfère largement écrire un tel mot que de le prononcer devant un micro, si vous voyez ce que je veux dire!!!

    • Rémy Villeneuve dit :

      Pourtant c’est super simple: ;P

      Éya-fiatla-yeaucout’le (mais sans prononcer le dernier e), ce qui se traduit par « Glacier de la montagne insulaire »

      Le vrai nom du volcan en fait est plutôt Eyjafjöll, qui veut dire « Montagne insulaire »: Eyja = ile, fjöll = montagne… Dans ce cas, ça se prononce:

      Éya-fieaut’le

      L’islandais est une langue complexe, autant que le latin à ce qu’on dit… et surtout très imagée… Le volcan n’est pas une île, mais en fait le glacier qui le recouvre est le plus petit de l’Islande et détonne relativement dans le paysage des plaines et des montagnes avoisinantes… Par son isolement, on le distingue donc comme étant un glacier sur une montagne qui fait penser à une île de glace au sommet…

      • derteilzeitberliner dit :

        La forme déclinée, utilisée dans les médias, est plus facile à prononcer selon moi: Eyjafjallajökli, c’est un peu plus musical.

        À moins que ce soir ma demi-heure quotidienne de Fréttir Sjónvarpsins qui m’influence😀

      • Rémy Villeneuve dit :

        Ouais, bah je n’étudiais pas l’islandais en tant que tel là-bas, les langues ne sont pas ma force, mais à la longue, on finit tout de même par en « prendre » au passage…

        Takk fyryr og góða nótt

  16. derteilzeitberliner dit :

    On n’est pas sorti du bois, comme on dit, s’il fallait que le Katla se réveille, la situation serait encore pire.

    Ma compréhension de l’islandais est assez bon pour y lire leur journaux et regarder leur télé. Ces jours-ci, je trouve dommage de ne pas comprendre plus car les explications des scientifiques invités en studio me semblent très claires et concrètes avec les tableaux et tout. C’est d’autant plus intéressant que j’y serai dans 3 semaines.

    Cette semaine, la télévision islandaise montrait des images des inondations et j’ai constaté que les routes sont spécialement construites selon l’écoulement d’eau glaciaire en cas d’éruption. On voit que leurs ingénieurs savent très bien tirer des leçons des catastrophes passées.

    Pendant que nos médias n’ont que des naufragés de l’air éfoirés sur les bancs à nous montrer, les habitants du sud de l’Islande ont commencé à recevoir des cendres sur la tête.

    Reportage près de Hvolsvöllur samedi 15:00:
    http://dagskra.ruv.is/sjonvarpid/4497965/2010/04/17/0

    Vendredi soir 23:30 à Vik i Myrdal:
    http://dagskra.ruv.is/sjonvarpid/4497965/2010/04/17/10

    Des photos sur quelques sites internet islandais montrent le panache de fumée visible à Reykjavik, à 125 km du volcan.

    @sebas
    Bof, si vous pensiez que Radio-Canada était mauvaise… Vendredi soir, un journaliste de TVA a demandé à Robert Bouchard, coincé à Londres à nos frais, voyait le nuage de cendres de son hôtel au centre-ville. N’en revenant pas, j’ai mis cette pièce d’anthologie sur YouTube.

    @JLP

    Justement, un Islandais a mis en ligne une vidéo sur YouTube où il explique comment le dire. Cherche Eyjafjallajökull – You’re doing it wrong!

    • Sébas dit :

      @ derteilzeitberliner :

      Londres a déjà été le centre de l’empire où le soleil ne se couche jamais. On voit tout de là, non ? 😉

      Ouais en tout cas, 1 000 000 000 $ et plus de nos taxes servent à payer les ‘bien-perlants’ de radio cacane… qui nous offrent toujours beaucoup de propagande très hypocrite (dans tous les domaines).

      En plus ils censurent mes commentaires qui restent très polis et très constructifs, mais pas trop ‘populiaste’ (sic) à leur goût.

      ***

      Pour le volcan, merci pour les autre sources.

    • Rémy Villeneuve dit :

      Pour la construction de la Hringvegur (ring road, route #1, celle qui fait le tour de l’Islande, un peu comme la 132 fait le tour de la Gaspésie), les ingénieurs civils l’ont construit dans les plaines (sandur) du sud de l’île avec des digues perpendiculaires à la route construites pour segmenter et diriger le flot en cas de jökulhlaup, ces inondations massives qui se produisent lorsqu’on fait face à une éruption sub-glaciaire…

      La route est également surélevée à ces endroits par rapport au niveau du sol… et est facilement détruite et reconstruite pour permettre de faire des brèches en cas de besoin. Bref, ils se sont adaptés à leur environnement!

      Ce que je trouve sympatique ces jours-ci, c’est que j’ai eu le plaisir d’avoir mes cours de glaciologie et de géophysique sous la direction de Magnus Tumi Gudmunsson, et mes cours de volcanologie et seismologie sous Pall Einarsson, deux des « géoscientifiques » les plus cités dans les reportages internationaux (AP et AFP) de ces temps-ci… Ça me fait plaisir de voir qu’ils sont toujours actifs, et les étudiants de la cohorte 2009-2010 du programme d’étude des sciences de la Terre pour étrangers sont vraiment chanceux, je suis jaloux en ?/$%?!/ »$% !!! ;P

      • Isabelle Robillard dit :

        Merci de nous faire partager cela! Très intéressant.

        Ça doit vous faire drôle que cet endroit que vous connaissez soit le centre de l’attraction en ce moment.

        Moi aussi, j’aimerais bien aller en Islande! Il paraît que Reykjavik est une ville très intéressante culturellement parlant.

        Et puis, évidemment, j’adorerais aller voir les volcans, aller dans les sources d’eau chaude etc…

        Mais pour l’instant, c’est très préoccupant si l’activité volcanique se met à perdurer…

  17. François77 dit :

    En 1783, un autre volcan islandais, le Laki, fit irruption et ses cendres couvrirent une partie de l’Europe, causant des mauvaises récoltes et une famine. Certains affirment que c’est cette famine qui déclencha la sanglante Révolution française. Finalement, des passagers d’avion contrariés, ce n’est pas si pire.

    http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2010/04/17/islande-1783-le-laki-volcan-qui-declencha-la-revolution-fran.html

  18. Mathieu dit :

    Très intéressant votre article.

  19. Charles Vincent dit :

    Anthony Watts est récemment venu sur le sujet avec un titre assez accrocheur: « We knew, it was only a matter of time… ». Il semble faire référence à l’attribution des changements climatique comme principale cause de l’éruption du volcan en Islande dont personne ne semble capable de prononcer correctement le nom.

    Extrait:
    « From “Scientific” American via Reuters, proof positive that global warming is omnipotent and is intertwined into anything you choose it to be. Why, even the inner Earth bends to its will. And we all know that once the inner Earth gets out, we’re doomed, because Al Gore tells us it is millions of degrees. […] »
    http://wattsupwiththat.com/2010/04/16/we-knew-it-was-only-a-matter-of-time/

    Steven Goddard, toujours sur sur le blogue d’Anthony Watts, a publié une réplique à l’article paru par Reuters :

    Reply to: “Ice cap thaw may awaken Icelandic volcanoes”

    Guest post by Steven Goddard

    Scientific American has reported that global warming may cause an increase in volcanic eruptions, due to increased magma formation at lower pressures as glaciers melt.

    This caught my attention because I used to work as a volcano researcher and igneous petrologist. […]

    Je ne comprends à peu près rien du reste de son texte, jusqu’au moment où il termine avec cette courte et simple conclusion: « In short, the loss of all ice in Iceland would make the volcanoes less destructive. »
    http://wattsupwiththat.com/2010/04/16/reply-to-ice-cap-thaw-may-awaken-icelandic-volcanoes/

    L’éminent Al Gore a dit lors d’un talk show de fin de soirée que la température du « coeur » de la planète serait de plusieurs millions de degrés à seulement 2 km de la surface terrestre.

    Fox News a fait une correction sur cette affirmation de l’ex vice président. Lisez bien la citation de Roy Spencer.

    • Isabelle Robillard dit :

      C’est Fox News qui a raison. Des millions de degrés à 2 km de la surface…non mais!!!

      Il y a des mines qui sont exploitées à cette profondeur là.

      La croute terrestre atteint 80 km d’épaisseur. Alors, du calme mon Al Gore.

      2012, c’est un film de fiction. Pas un documentaire.

    • derteilzeitberliner dit :

      L’Islande est habitée depuis 870 et la tradition écrite y documente très bien toutes les éruptions depuis ce temps. L’Eyjafjöll entre en éruption à toutes les 200 ans environ, le Katla a une grosse éruption à tous les siècles.

      C’est du connu. À Vik i Myrdal, l’église est construite sur une colline que les jökulhlaup ne peuvent atteindre quand le Katla entre en éruption (svp pas le 13 mai!). Dans les villages près des volcans, aucune panique, la population et les autorités sont prêtes. On parle de ces éruptions éventuelles dans les médias islandais depuis quelques mois déjà.

      Les climato-alarmistes vont essayer de nous en passer une et, parce que l’histoire de l’Islande n’est pas connue, le monde va tomber dans le panneau.

  20. Charles Vincent dit :

    J’aurais 2 questions à poser à qui de droit :

    1 – Quelle sera la quantité totale de CO2 éjectée dans l’atmosphère durant la durée de cette éruption volcanique;

    2 – Est-ce que cela va affecter la bourse de carbone en Europe?

  21. Reynald Du Berger dit :

    @Charles Vincent
    la quantité de CO2 volcanique varie grandement entre les volcans selon leur importance, la durée des éruptions, le type de volcanisme etc… et pour un volcan individuel elle peut varier énormément d’un jour à l’autre. Certains climato-sceptiques disent que l’homme émet beaucoup moins de CO2 que les volcans, tandis que les climato-alarmistes prétendent le contraire. 85% des volcans sont sous la mer, on n’a pas d’inventaire, encore moins de données géochimiques sur leurs émissions. Très peu de volcans sont monitorés. Je reste prudent et me garde de tenter même un chiffre approximatif.

    Ca ne devrait pas affecter la bourse du carbone, dont je souhaite l’effondrement le plus tôt possible.

  22. Sergelie dit :

    Ces événements, éruptions, volcans, etc. sont naturels. Ils sont dérangeants, mais naturels. S’il n’y avait pas eu de deplacement de plaques techtoniques, la terre serait plate (dans les deux sens du terme) comme la mort. Cette évolution de la planète, avec ses soubresauts souvent douloureux pour l’humanité, nous rappelle que nous ne sommes que des locataires.

    Si nous ne sommes pas contents, on déménage! (ça, c’est la partie humour)

  23. Bonsoir, Merci d’avoir écrit cet article super intéressant. Je pertage votre avis à ce sujet, et la manière dont vous avez traité le sujet est vraiment très clair et precis. En tous cas, c’était un plaisir de lire votre article. Good job and keep working

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s