LE CANADA SE RÉCHAUFFE DEUX FOIS PLUS VITE QUE LE RESTE DE LA PLANÈTE

Publié: 2 avril 2019 dans Uncategorized

eskimotote_english

C’est du moins une des conclusions d’un rapport de chercheurs d’Environnement Canada, conclusions largement reprises par les médias de gauche dans leur élan alarmiste afin que la population canadienne se réveille et entreprenne une transition énergétique ultime et salvatrice, dernier espoir avant l’apocalypse annoncée (si la tendance se maintient, ce sera dans 12 ans selon nos experts politiques, médiatiques et artistiques).

J’ai d’abord cru à un poisson d’avril, mais la taille du rapport, les courbes et graphiques qu’il contient m’ont vite convaincu que ce n’est pas un canular.

J’ai souvent répété sur ce blog, comme dans mes chroniques, que je pose beaucoup plus de questions que d’affirmations, et je les pose surtout à ceux qui affirment. Je n’ai ni le temps ni la compétence pour faire l’analyse critique de ce rapport, mais comme scientifique intéressé à la question climatique et surtout en tant que climato-réaliste qui exige des comptes de ceux qui font des affirmations climato-alarmistes, je me dois de poser des questions.

Devant ce genre de rapport, un scientifique doit d’abord questionner les données qui ont été analysées.

1- Quelle est la nature de ces données (satellitaires et thermométriques)?

2- Pour chaque catégorie, quelle est la quantité et qualité de ces données?

3- Quel traitement (ou maltraitement) a-t-on fait subir aux données (filtrage, lissage, élimination de données gênantes en rapport avec les conclusions souhaitées… hon! ) ?

4- Quel est leur degré de fiabilité, leur précision? Est-elle constante dans le temps et dans l’espace?

5- Les données couvrent-elles une surface du pays suffisamment grande pour qu’on puisse en tirer des conclusions valides sur l’évolution de la température moyenne annuelle sur l’ensemble du territoire canadien (la TMAC, température moyenne annuelle canadienne)?

6- Est-on justifié d’utiliser des données régionales et de nature météorologique pour en tirer des conclusions territoriales de nature « climatique » sur un aussi vaste territoire, lequel comprend plusieurs zones climatiques, influencées par des facteurs souvent très différents d’une région à l’autre? – surtout si on désire faire ressortir les émissions anthropiques de CO2 comme le facteur principal et quasi-unique d’un « dérèglement » climatique typiquement canadien. 

7- Quel est le degré de fiabilité des données anciennes? A-t-on suffisamment de recul pour pouvoir dégager les tendances affirmées dans le rapport?

8- Les données sont elles entachées de biais? Et si oui, lesquels? En a-t-on tenu compte dans l’analyse? Et comment?

À propos de biais, je peux citer un exemple tiré de mon domaine, la sismologie. Si l’on analyse la distribution spatio-temporelle des épicentres des tremblements de terre de l’Est canadien et qu’on les prend par tranches de 50 ans de 1534 jusqu’au 21ième siècle, on constate que les épicentres suivent les populations! Il existe en effet un important biais démographique. On commence à rapporter des séismes dans la région de Montréal, seulement à partir des années où cette région a commencé à se peupler. Un observateur négligent serait porté à conclure que la région montréalaise était totalement asismique avant 1642. Les données météorologiques canadiennes sont-elles entachées de biais comparables?

Les auteurs du rapport ont eu la bonne idée de présenter en une sorte de préface, une liste d’énoncés qui résument les conclusions auxquelles ils sont arrivés. Je me permets de questionner la plupart de ceux-ci, d’autant plus sérieusement qu’ils prétendent qu’on doit accorder un degré de confiance élevé à ces énoncés.

Je n’ai pas l’intention de les critiquer tous, mais regardons un instant le premier, et non le moindre. Le climat du Canada s’est réchauffé et se réchauffera davantage à l’avenir sous l’influence humaine.

Énoncé pour le moins audacieux car, il n’y a aucune preuve que l’homme ait une influence significative sur la variation de la température moyenne annuelle globale (TMAG). Personnellement, je crois que le soleil joue un rôle majeur encore mal compris et que certains cycles océaniques dont on commence à comprendre le mécanisme, sont aussi responsables.

Un des aspects qui me gêne le plus dans la majorité de ces énoncés, est leur nature prédictive. Quelles démarches scientifiques ces chercheurs ont-ils suivies afin d’arriver à leurs prédictions de scénarios apocalyptiques pour les années à venir? Comment-peuvent-ils affirmer que le « réchauffement » actuel qu’ils prétendent avoir démontré, est irréversible? Il n’y aura donc plus jamais d’âges glaciaires… même pas des petits?

Et bien sûr, contrairement aux célèbres astrologues madame Soleil (en France) et madame Minou (au Québec) leurs prédictions sont prudemment faites, « énoncées »,  au conditionnel.

Je ne prête aucune intention de bonne ou de mauvaise foi aux auteurs de ce rapport. Je suggère néanmoins à mes lecteurs de juger ces énoncés avec un oeil très critique, le seul qui convient dans de telles circonstances, compte tenu de l’hystérie climatique qui semble s’être emparée de la Planète, et dont le Canada est aussi visiblement victime.

Je souhaite quand même que nos politiques canadiens, qui font souvent des équations politico-scientifiques simplistes,  et en apprenant grâce à ce rapport, qu’on se réchauffe ici deux fois plus vite qu’en Europe, n’en profiteront pas pour faire augmenter leur taxe carbone deux fois plus vite.

commentaires
  1. Normand dit :

    On vit à l’ère du Climato-Prosélytisme ???

    « Le prosélytisme désigne l’attitude de personnes cherchant à susciter, voire forcer, l’adhésion d’autres personnes à leur foi. Par extension, le prosélytisme désigne le zèle déployé afin de rallier des personnes à un dogme ou une théorie ou doctrine. »

    • Reynald Du Berger dit :

      j’ai déjà parlé de climato-prosélytisme dans mon petit lexique publié sur ce blog.

      CLIMATO-CRÉDULE : Une personne qui croit sans discernement ni esprit critique, aux messages des climato-alarmistes. Un climato-crédule est forcément climatophobe et peut devenir climato-alarmiste s’il propage sa climato-crédulité et sa climatophobie – on le dira alors climato-prosélyte – dans son entourage et sur les médias sociaux. On le voit souvent descendre dans la rue, à l’occasion de manifestations appelées « marches pour le climat » (sic) et on peut vérifier facilement qu’on a affaire à un authentique climato-crédule, en lui posant les quelques questions claires et simples que je propose dans ce billet.

  2. Normand dit :

    M. DuBerger, votre allusion préalable au prosélitisme m’avait échappé…

    J’ai appris cette notion en faisant des recherches sur les dérives sectaires de FIN DU MONDE qui me semblent d’actualité…

    Je suis tombé sur un classique de psychologie sociale paru en 1956:
    When Prophecy Fails: A Social and Psychological Study of a Modern Group That Predicted the Destruction of the World.

    Les auteurs ont étudié les réactions d’individus face à la réfutation par la RÉALITÉ de croyances profondément ancrées.

    « Il s’avérait difficile d’altérer les convictions du groupe étant donné qu’ils avaient déjà produit des efforts considérables pour les maintenir et les renforcer. »

    « Si de plus en plus de gens peuvent être convaincus que le système de croyance est correct alors il est évident qu’après tout il doit être correct »

    « Festinger et ses collègues prédirent que l’inévitable démenti par la réalité serait suivi d’un gros effort de prosélytisme pour rechercher un soutien social »

    • Paul S. dit :

      Monsieur Normand partage avec nous ses lectures : « Festinger et ses collègues prédirent que l’inévitable démenti par la réalité serait suivi d’un gros effort de prosélytisme pour rechercher un soutien social »

      Il y a aussi la solution Rev. Jim Jones : après avoir fait carburer sa secte pendant longtemps à la crainte de l’apocalypse nucléaire et au danger imminent, le guru a tout simplement “révolutionnairement” suicidé au poison les quelques 909 membres, trop désorientés pour réagir.

      Ne le sommes pas, nous tous, trop désorientés par la peurologie verte pour réagir contre le suicide sociétal vers lequel nous poussent les gurus verts (gauchistes, comme l’était Jim Jones) ?

  3. RexTerras dit :

    Quelle est le courriel que je pourrais varloper en tan que scientifique? Ils doivent bien avoir un site ou un courriel ces idiots financés par mes impôts … dont je suis en train de faire le rapport qui me révulse!

    • GH dit :

      Bonjour,

      Croyez-moi sur parole, ce n’est pas une bonne idée d’haranguer des fonctionnaires tous dignes de confiance, qui ont droit à l’erreur, voire même jusqu’ à la bêtise, parce qu’ils sont de bonne foi.

      J’ai tenté l’expérience une fois, et jamais plus… non merci.

      L’affaire c’est étalée sur environ 6 mois, et j’en ai même eu des relents, un an après.

      Quoi? J’avais oser critiquer la teneur d’un ouvrage intitulé quelque chose comme : Petit Lexique Géotechnique Professionnel, dans lequel j’avais trouvé de multiples erreurs, parfois mêmes grossières.

      Je vous le répète, pensez-y bien avant de vous commettre…

    • Paul S. dit :

      Monsieur RexTerras,

      Vous dites : ”Quelle est le courriel que je pourrais varloper en tan que scientifique?”

      Si, malgré l’avis contraire de monsieur Larouche vous décidiez de procéder, le varlopage serait encore plus facile en exposant le manque de la rigueur des auteurs.

      Au chapitre 3, on explique l’utilisation de la modélisation : “Les simulations des changements historiques permettent d’évaluer les modèles en les comparant aux observations, et celles-ci démontrent que les modèles peuvent reproduire de nombreux aspects du changement et de la variabilité climatiques observés.”

      Comme toujours, les modèles sont plus vrais que la réalité pour cette classe de scientifiques.

      Vous pourriez demander à ces messieurs s’ils ont vérifié AU PRÉALABLE que les observations de référence ont consigné que l’augmentation de la concentration des GES dans l’atmosphère précédait bien dans le temps l’augmentation de la température constatée.

      En absence de cette mesure triviale de “due diligence”, qu’est ce qu’ils pensent avoir démontré ?

      Et s’ils découvraient en faisant cette vérification que la température montait avant la concentration des GES, vont-ils retirer leur rapport et rembourser l’argent au contribuable ou inventer le “forçage à rebours” ?

      Paul S.

      • GH dit :

        Paul S. se questionne :

        « Et s’ils découvraient en faisant cette vérification que la température montait avant la concentration des GES, vont-ils retirer leur rapport et rembourser l’argent au contribuable ou inventer le “forçage à rebours” ? »

        Monsieur Paul! Avez-vous commencé à fréquenter la SQDC?

        D’où vous viendrait cet apparent élan du coeur, qui m’étonne de vous?

      • GH dit :

        Monsieus Paul S. rêvasse en couleurs:

        « Et s’ils découvraient en faisant cette vérification que la température montait avant la concentration des GES, vont-ils retirer leur rapport et rembourser l’argent au contribuable ou inventer le “forçage à rebours” ? »

        Aucun d’eux n’a d’obligations de résultats.

        Aucun devoir, aucune responsabilité. No string attached

        Le forcage à rebours? Ils l’ont déjà inventé.

        Aucun mensonge ne sera trop gros, trop honteux, pour les gêner.

        Leur business en est un de pouvoir et de domination.

        Et quand la température finira par leur donner tort (bientôt je l’espère).

        Au mieux, ils s’excuseront en nous assurant qu’ils étaient de bonne foi.

        Le devoir de précaution… et patati et patata.

        Rien d’autre, et rien que ça.

      • Paul S. dit :

        Bonjour monsieur Larouche,

        Si je vous prenais au premier degré, en constatant que vous repreniez textuellement la boutade de Rejean Tremblay, je dirais qu’enfin celui-ci a réussi à vous faire “évoluer”.

        Cela ne serait pas surprenant : un géologue (en jugeant d’après votre intervention ci-haut) qui pense comme un ingénieur agroalimentaire.
        La géologie, me semble être la plus appliquée des sciences dites “pures”. La science de Rejean est peut-être un peu trop appliquée (en pétrophobie), mais passons.

        En revanche, la climatologie est une science clairement impure.
        On fait feu de tout bois : la flamme préexiste la matière ligneuse devant servir à la combustion.

        Je crois qu’il est raisonnable de demander à tous ceux qui croient au Réchauffement climatique anthropique de valider leurs sources de certitude : les auteurs de leurs études climato-certaines préférées, ont-ils “vérifié AU PRÉALABLE que les observations de référence ont consigné que l’augmentation de la concentration des GES dans l’atmosphère précédait bien dans le temps l’augmentation de la Température moyenne de surface globale constatée ?”.

        Malgré les demandes répétées, M. Tremblay n’a pas obtempéré et M. Guillaume n’est pas venu à sa rescousse.
        En fait, le travail de Jeremy Shakun que le scientifique m’avait référé sur ce sujet est une vaste spéculation informatisée englobant plusieurs millénaires (et on connaît la performance de modèles climatiques sur l’échelle décennale), pas une preuve par des mesures directes ou des observations.

        Ma demande minimale veut seulement établir la recevabilité des preuves, présumées multiples, du RCA.

        Vous, les hommes de science, vous vivez dans un monde trop complexe pour nous les quidams.

        Nous autres, n’avons que le GBS et celui-là nous dit : ΔT↑ –> Δ[CO2]↑, ne peut pas démontrer : Δ[CO2]↑ => ΔT↑ .
        Quand cette dichotomie est tolérée, il s’agit d’une fraude intellectuelle, ou de fraude tout court, ou d’un manque de rigueur scientifique / incompétence.

        En réponse directe : même au temps des hippies, je n’ai jamais touché au pot, malgré le joint souvent offert par quelques copains, que je n’ai pas condamné pour autant. Ils ne voulaient que partager leur petit bonheur passager avec un “stiff”, qu’ils ne détestaient pas.

        Bonne journée,
        Paul S.

      • Paul S. dit :

        Re : https://duberger.me/2019/04/02/le-canada-se-rechauffe-deux-fois-plus-vite-que-le-reste-de-la-planete/#comment-75310

        Monsieur Larouche,

        Vous avez raison sur tout.

        On m’avait répété à l’infini : le bien le plus précieux d’un professionnel est sa réputation.

        Tous ces “scientifigues”, qui tentent de nous remplir sciemment ou par incompétence, doivent être notifiés : vous mettez en jeu votre réputation, quelque soient les “messages clés” au conditionnel qui virent automatiquement à l’affirmatif et “l’utilisation d’un langage d’incertitude calibré” (ref. : https://changingclimate.ca/CCCR2019/fr/chapitre/1-0/ Art. 1.4.1).
        Le rapport en sujet du billet est clairement rédigé avec la prudence de quelqu’un qui sait qu’il patine sur la glace mince.

        Pour ma part je serai comblé, si un visiteur occasionnel du site Du Berger retenait ma question de validation, pour ensuite la poser aux experts du climat pendant un de leurs “dog & poneys shows” : “vos observations de référence ont-elles consigné que l’augmentation de la concentration des GES dans l’atmosphère précédait bien dans le temps l’augmentation de la Température moyenne de surface globale constatée ?”.

        Une question simple qui restera sans réponse ou répondrait-on très scientifiguement : voyons tout le monde sait que …

        Écolucidement,
        Paul

      • Luc dit :

        Des recherches récentes permettent de mieux comprendre le scénario complexe de la dernière déglaciation, et notamment de préciser le décalage temporel entre le réchauffement et la hausse du CO2 selon les régions du globe. C’est là un élément fondamental. L’article publié dans Nature le 5 avril 2012 (J.D Shakun et al), montre que contrairement à ce qu’on croyait, le CO2 n’a pas suivi, mais a précédé le réchauffement global lors de la dernière déglaciation. On croyait le contraire parce qu’on n’avait mesuré les températures qu’à travers les seules glaces de l’Antarctique. Or l’équipe menée par Jeremy Shakun a pu reconstituer l’évolution des températures aux différentes lattitudes et a montré que le réchauffement dans l’Antarctique avait globalement précédé le réchauffement dans les autres parties du globe, faisant croire à tort que le CO2 venait après le réchauffement global.

        L’élément déclencheur est bien comme on le pensait une modification de l’orbite terrestre. L’article de Nature propose le scénario suivant : la modification de l’orbitre terrestre a d’abord provoqué un réchauffement dans les hautes latitudes nord, qui a entrainé une déglaciation partielle de l’Arctique et un apport d’eau douce, ce qui a provoqué de profondes modifications dans les courants océaniques. Cela a entrainé un relargage massif de CO2, qui a enfin entrainé un réchauffement global. En fait les modifications de l’ensoleillement dues à la modification de l’orbite terrestre ne peuvent pas expliquer à elles seules l’ampleur du réchauffement, car l’ensoleillement global est resté stable. Le CO2 a bien joué un rôle moteur très important (voir figure 1)

      • Normand dit :

        Luc,

        Vous trouvez plausible que l’ensoleillement global reste stable dans l’éventualité d’une modification d’orbite ???

        De plus, le relargage massif de CO2 AURAIT été provoqué par des modifications dans les courants océaniques ? Quelle est la nature de ce CO2 ? Il vient d’où ?

        Dans l’abstract de votre article que j’ai retrouvé, il y a des CONDITIONNELS qui ne m’apparaissent pas anodins…
        https://www.nature.com/articles/nature10915

        « Le rôle et l’importance relative du CO2 dans la production de ces changements climatiques restent incertains »
        « Nous construisons ici un enregistrement de la température de surface globale à partir d’enregistrements indirects »

  4. mdebremaecker dit :

    Si j’en crois mes études et mon expérience, la science est très fiable lorsqu’il s’agit d’expériences faisant appel à des paramètres définis et parfaitement reproductibles. Lorsqu’elle produit des analyses à posteriori d’un phénomène non reproductible, les résultats sont sujets à révision selon l’avancée des découvertes, je pense par exemple à l’évolution de la population viking au Groenland. Quand elle prétend faire des prédictions, nous sommes en présence d’un cimetière d’erreurs. Quelques exemples : fin XIXe siècle énoncé par les universitaires professeurs de physique : voler avec le plus lourd que l’air sera toujours impossible. Autre exemple les projections démographiques d’Alfred Sauvy dans les années ’30. Exemple plus proche1974 : il reste pour 30 ans de pétrole. En 1982 j’apprends que les forêts d’Europe vont mourir dans les 10 ans suite aux pluies acides, mais une connaissance professeur de l’ULB, responsable de l’Institut des forêts pour la France, la Belgique, le Luxembourg et l’Allemagne me déclare contre l’avis de tous, la mort des forêts par les pluies acides, ça n’existe pas ! A ma question pourquoi des arbres sont-ils morts en Tchécoslovaquie, il me répond : je l’ignore, mais nous cherchons. En fait, c’était la conjonction d’une sécheresse et d’un maladie comme ce sera démontré et admis dans la suite. Quand on a ces exemples en mémoire, les prédictions sur une chose aussi complexe que l’évolution du climat, me semble à tout le moins devoir inciter à la prudence. Surtout que les îles du Pacifique qui devrait être submergées aujourd’hui vont bien et que selon un rapport de la NASA que j’ai eu sous les yeux, elles se seraient plutôt élevées au-dessus du niveau de la mer…

    • Jean Pierre Rivest dit :

      Dossier Découverte Radio Canada 1998 un chef-d’oeuvre de notre alarmisme climatique avec 20 ans de recule ,l’on nous prédisait….à voir !
      https://ici.radio-canada.ca/actualite/decouverte/dossiers/24_rechauf/intro_1a.html

      • Reynald Du Berger dit :

        Découverte… animé par Charles Effet d’Tisseyre… guindé et snobinard comme sa mère… lui et Fernand Seguin ont été les pires vulgarisateurs au Canada. Je vais vous étonner en vous révélant que le meilleur vulgarisateur a été David Suzuki (The Nature of Things… CBC) avant qu’il devienne écocondriaque et fa$$e du fric avec l’environnement.

  5. Pierre L. dit :

    Donc , comme par hasard une étude sort , la journée ou Trudeau impose une taxe sur le carbone a 4 provinces récalcitrantes. Et ensuite quoi , on double ou triple la taxe pour sauver la planète ?

    • Paul S. dit :

      Pierre L. s’insurge : “Et ensuite quoi, on double ou triple la taxe pour sauver la planète ?”

      Oui, c’est déjà prévu.

      Un Dominic Champagne et les autres signataires, gauche-caviar, de sa pétition de ma*de, ne seront pas affectés au même titre que nous les quidams.

  6. mdebremaecker dit :

    On nous annonce régulièrement des catastrophes « si », dans mon souvenir début des années ’90 Jean Marc van Yperseel alors vice président du GIEC disait qu’il fallait réduire d’urgence les émissions de CO2 pour éviter que la température n’augmente de 3°C dans les trente ans. Malheureusement, ces informations ont disparu.
    J’ai mis une note sur Facebook après la canicule qui a frappé l’Europe en 2018 (comme en 2003, on y a droit en moyenne tous les 30 ans). Dans ma note je rappelais qu’interrogé par la RTBF (radio-télévision belge) il avertissait que si les canicules devenaient plus fréquentes, on aurait à chaque fois 300 morts comme en 2003. Par parenthèse, les morts s’étaient concentrés dans le nord de la France, région parisienne notamment, c’était un problème d’isolement de personnes âgées. Mais dans le sud où il faisait bien plus chaud, rien ne s’était passé. Donc en septembre – octobre on parlait beaucoup de la canicule de l’été, j’ai mis une note pour rappeler à monsieur van Yperseel, climatologue à l’Université Catholique de Louvain (Belgique) son entrevue de 2017. Interrogé récemment par la RTBF, je l’ai trouvé beaucoup plus prudent…

  7. mdebremaecker dit :

    Commentaire complémentaire : n’oubliez jamais que le CO2 taxé ne provoque aucun, supposé effet de serre.

    • GH dit :

      Et contrairement au CO2 américain, le CO2 chinois ne cause pas d’effet de serre.

    • Normand dit :

      Pour s’enrichir, Ford devait d’abord fabriquer les voitures pour pouvoir les vendre…
      L’horrible Capitalisme !

      Avouez que c’est génial… Vendre le droit de « polluer »… taxer le Carbone qui est PARTOUT… LA MANNE !!!

      Il y a de plus en plus « d’élites » qui ne produisent RIEN et qui récoltent ÉNORMÉMENT !

      Curieusement la montée de cette néo-aristocratie n’est rendue possible que par la servilité aveugle d’une frange de citoyens qui obtiennent exactement le CONTRAIRE des valeurs à l’origine des mouvements de défense des citoyens.

      Dans leur tête, changez le PRODUIT D’UTILITÉ pour le remplacer par un PRODUIT IDÉOLOGIQUE et ce n’est plus du capitalisme !!!

  8. GH dit :

    Il y avait longtemps que je n’avais pas lu, un tel tissus d’aneries.
    Et moi l’imbécile qui croyait qu’avec le réchauffement climatique, il y aurait plus de bouffe pour moins cher?

    https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1162174/changement-climatique-rechauffement-alimentation-assiette-agriculture-transport

    • Paul dit :

      Fort probablement le prof a déterminé l’effet Tremblay sur le rendement agricole : https://duberger.me/2019/03/31/climato-terrorisme-et-propos-climato-haineux/#comment-75350
      “rtremblay… nous croyons savoir que vous êtes agronome, ou conseiller agricole ? un genre de M. Kimball des Arpents verts ? ..”

      Si ça va mal dans notre assiette, qui blâmer, le gaz nourricier ou notre agronome pétrophobe ?

      Je me demande, si toutes ces cruches qui s’expriment dans l’article, se souviennent du fiasco du gasohol produit avec du maïs détourné de la chaîne alimentaire.
      Cette initiative verte a fait augmenter considérablement le prix de toutes les denrées alimentaires, du blé au steak et a appauvri davantage ceux dont une forte proportion du revenu va à la nourriture.
      D’ailleurs, il y eut quelques soulèvements dans plusieurs pays, il y a quelques années de cela.

      Avec l’agriculture intensive, le carburant + l’engrais, ajoutés à l’énergie requise dans les usines de production + transport, font que l’évitement de la production du CO2 est presque nul.
      De plus, l’essence au gasohol a une durée de vie courte et elle peut causer des problèmes aux voitures.

      Toute une réussite des verts, dont ces derniers ne veulent plus assumer la paternité.

      N.B. : La dame Potvin sévit depuis longtemps à McGill et elle ne s’améliore pas avec le temps.

  9. eqpqq2 dit :

    Des données prises de 1948 a 2016, Quelle forme de donnees avions-nous en 1948?

    LAs Vegas avait une population de 23000 Habitants en 48. le Canada a aussi bien evolué ,

    comment comparer ces périodes et les mettre sur la meme precision? impossible. Desolé mais l’arnaque climatique, payé avec nos taxes a assez duré,

    • Normand dit :

      Allez directement à 9:00 de cette vidéo pour obtenir d’excellentes explications sur le «réchauffement climatique» dans la région de LasVegas à partir des données même du National Weather Service… pour voir si le réchauffement survivra à une analyse séparant les données du jour et de la nuit et les conclusions logiques qui s’ensuivent.

  10. Luc Ménard dit :

    Le défi climatique (texte traduit de l’anglais avec google traduction)

    Le 12 novembre 2015, le Dr Peter L. Ward (géophysicien) a lancé une offre de défi au climat consistant à donner 10 000 USD de l’héritage de ses enfants à la première personne ou à la première équipe de personnes pouvant démontrer, par des mesures directes en laboratoire et / ou sur le terrain, qu’une augmentation du dioxyde de carbone, telle que celle observée de 1970 à 1998, peut en réalité causer un réchauffement plus important de la température de la surface de la Terre que celui causé par l’appauvrissement simultané observé de la couche d’ozone jusqu’à 60%. L’expérience doit être reproductible.
    Ce défi a été envoyé par courrier électronique à plus de 2000 scientifiques qui ont rédigé ou examiné le rapport 2013 sur les bases physiques du GIEC et a été diffusé dans les médias et sur le Web. Personne n’a montré un intérêt sérieux.
    Êtes-vous prêt à relever le défi des 10 000 dollars en matière de changement climatique?
    (s’adresse plus particulièrement à ceux qui croit et/ou pensent que c’est plus de co2 et/ou le co2 anthropique la cause du réchauffement. Selon ce chercheur, c’est moins d’O3 pas plus de co2).
    http://www.justproveco2.com/

    • Guillaume dit :

      Bonjour,

      Le site invoque la violation de la seconde loi de la thermodynamique pour réfuter l’effet de serre :

      5.Heat flows from hot to cold according to the second law of thermodynamics.
      6.Radiation from a colder atmosphere, therefore, cannot warm a warmer Earth. You do not get warm standing next to a cold stove.

      Ne mettons pas de vêtements pour nous garder au chaud. Selon la 2e loi de la thermodynamique, ils ne servent à rien puisqu’ils sont plus froids que nous.

      Inculture scientifique. Aucune crédibilité.

      Guillaume

      • Luc Ménard dit :

        … peu importe les vêtements que vous porterez, si vous restez dehors quelques temps, p.ex. à -30 degrés C, vos vêtements ne vous protégeront plus très bien contre le froid, sinon pas du tout s’il n’y a pas un apport de nourriture pour vous fournir la chaleur dont vous aurez besoin pour survivre…vous n’aurez pas le choix d’aller chercher votre énergie à l’extérieur…

      • Reynald Du Berger dit :

        Envoyez votre cv accompagné d’une demande d’emploi et de votre remarque sur les lois de la thermodynamique, à une entreprise spécialisée en isolation ou en vêtements d’hiver canadien.. puis revenez-nous avec la réponse ! On attend m. Guillaume !

      • Guillaume dit :

        Allo,

        Attendez, attendez… MM. Ménard et Du Berger, êtes-vous vraiment en train de donner raison au site référé par M. Ménard, (http://www.justproveco2.com/) ? Affirmez-vous vraiment que l’effet de serre (ou plutôt forçage radiatif) viole le 2e principe de la thermodynamique comme l’affirme le site ?

        M. Ménard, vous avez tout à fait raison : dans le cas de l’effet de serre (ou plutôt forçage radiatif), la source d’énergie externe, c’est le Soleil.

        Attendez, M. Du Berger… je viens de relire votre commentaire une 3e fois et en fait je suis totalement perdu : n’avez-vous pas saisi mon sarcasme ? Dans le cas contraire, vous n’avez probablement pas pris la peine de visiter le site http://www.justproveco2.com.

        Je persiste et signe (avec ou sans sarcasme, je vous laisse choisir) : les vêtements et l’effet de serre violent tous les deux le 2e principe de la thermodynamique. Merci à http://www.justproveco2.com/

        Guillaume

  11. Jacques dit :

    Je suis perplexe M. Guillaume…
    J’ai toujours cru que l’énoncé 5 est vrai. Quant à 6, je serais porté à penser qu’il est également vrai, mais je n’ai pas fait de recherches .

    La température corporelle est d’environ 37 C. Une personne sans vêtements ne sera aucunement incommodée si la température de l’air ambiant ne s’éloigne pas trop de 37 C. Mais si le température est de 2 C par exemple, alors le corps perdra graduellement sa chaleur jusqu’à cette personne meure d’hypothermie. Des vêtements adéquats lui auraient sauvé la vie simplement en empêchant la chaleur corporelle de se dissiper rapidement dans l’air froid ambiant (un peu comme un polythène empêche la chaleur d’une serre de se dissiper dans l’atmosphère). C’est assez simple et ça n’a rien à voir avec ce qu’on appelle ‘l’effet se serre’ soit disant causé par les GES.

    Le second principe de la thermodynamique concerne l’entropie et il n’est pas si simple à comprendre!

  12. Guillaume dit :

    Bonjour,

    Les glaciers canadiens fondent de plus en plus vite.

    https://www.lapresse.ca/actualites/environnement/201904/08/01-5221382-les-glaciers-canadiens-fondent-de-plus-en-plus-vite.php

    Encore un mauvais coup de l’agriculture !

    Guillaume

    • Pierre L. dit :

      Encore une fois dans ce reportage de La Presse, rien ne parle de la température moyenne dans le nord, Pourrais-tu m’expliquer comment les glaciers fondent s’il fait toujours moins de 0 C ?
      Si 1 % de la glace s’évapore c’est peut-être parce qu’il n’a pas suffisamment neigé.

      Venant d’un rapport de la  » prestigieuse  » revue Nature ….

    • Normand dit :

      Est-ce que dans les archives de la Presse de 1894 on peut trouver les photos de la famille Vaux qui ont documenté l’impressionnante fonte des glaciers entre 1887 et 1894 ???

      https://www.pc.gc.ca/fr/pn-np/bc/glacier/nature/recherche-research/glacier

      • Paul S. dit :

        Avec beaucoup de justesse M. Guillaume proclame : “Les glaciers canadiens fondent ..”.
        Mais le font-ils vraiment “.. de plus en plus vite.” ?
        Et en ARRIMAGE DIRECT avec Δ[CO2] ? Au scientifique de se prononcer là dessus.

        M. Normand dirait que non et les archives semblent le confirmer.

        Merci Normand.

  13. Luc Poulin dit :

    Pourquoi mon commentaire n’a pas été publié???? Sur le rechauffement qui précéde le CO2

    • Reynald Du Berger dit :

      parce que le modérateur était à une conférence sur le climat à Calgary… il est revenu et publie votre commentaire, désolé… 🙂

    • Paul S. dit :

      Luc Poulin a dit : “.. le rechauffement qui précéde le CO2”.

      Bon, cela concernait le très long terme : la sortie de la dernière glaciation. Il y a amplement à redire là dessus.
      La preuve mathématique du contraire (sur le long terme), soit ΔT↑ –> Δ[CO2]↑, du professeur Murry L. Salby est plus convaincante.

      Mais que pensez-vous M. Poulin, de la tendance, ou plutôt de l’habitude, de la variation de la température de TOUJOURS PRÉCÉDER de quelques mois la variation de la concentration du gaz carbonique dans l’atmosphère ?

    • Paul S. dit :

      Bien avant le blâme lancé par la congresswoman Alexandria Ocasio-Cortez aux vaches qui pètent et ainsi causent le RCBA (le réchauffement climatique bovino-anthropique), un regretté sage canadien avait dit ceci :

      « You know, my science is limited to the fact that I know that eons ago there was an ice age. I know that for sure. I know that at one time, the Arctic was the tropics. And I guess I wonder what caused that? Was it dinosaur farts? I don’t know. »

      — Ralph Klein

      L’article de Breitbart indique une “anomalie” de 7 degrés, pour 400 ppm, il y a 3 millions d’années, alors que les dinausores pétochards n’auraient réussi que 8 degrés pour 8,000 ppm de CO2 auparavant.

      Les mastodontes, auraient-ils des pets plus thermo-efficaces que les reptiles ?

  14. GH dit :

    Enfin un article à mon goût !

  15. rtremblay dit :

    Guillaume dit : « Je persiste et signe (avec ou sans sarcasme, je vous laisse choisir) : les vêtements et l’effet de serre violent tous les deux le 2e principe de la thermodynamique. Merci à http://www.justproveco2.com/  »

    Je trouve sa question très pertinente ! et dans le domaine de la science

    • Paul dit :

      R.T. : “Je trouve sa question très pertinente ! et dans le domaine de la science”

      Guillaume ne pose pas de question, il facétise.

      Et vous, Rejean, votre compréhension de l’entropie, va-t-elle dans la même direction que celle de Guillaume ?

  16. GH dit :

    Je déteste étaler inutilement mon ignorance, mais enfin : Qu’est-ce qu’il a de si sexy ce principe, pour se faire violer impunément et sans ménagement.

    Quelqu’un (Guillaume) peut-il l’énoncer en termes simples, et surtout nous expliquer en quoi et pourquoi il se fait violer, même habillé?

    Parce que voyez-vous, on est sceptique, ou on ne l’est pas.

    • rtremblay dit :

      J’ai bien l’impression que l’entropie (désordre, mauvaise compréhension du RCA) est bien souvent introduit par ceux qui avancent en premier la violation du second principe mais sans vraiment le comprendre !

      Je vous promet M. GH de vous fournir des explications claires sur celui-ci.

      c’est bien vraie que la question des transferts de chaleur dans l’atmosphère et aussi entre les océans est bien difficile à comprendre parce que plusieurs phénomènes sont en jeux : ondes électromagnétiques du soleil, GES, évaporation de l’eau et condensation, montée de la chaleur, etc., etc….

      • Paul dit :

        R.T. : “Je vous promet M. GH de vous fournir des explications claires sur celui-ci.” (soit, le second principe de la thermodynamique).

        Enfin, nous allons pouvoir profiter de vastes connaissances scientifiques de notre contributeur qui se gave de science tout le temps.

        S.V.P. Rejean, en utilisant des explications simples, à notre portée, pas vos copiés-collés habituels d’éditoriaux réchauffistes.

        R.T. : “.. la question des transferts de chaleur dans l’atmosphère et aussi entre les océans est bien difficile à comprendre parce que plusieurs phénomènes sont en jeux : ondes électromagnétiques du soleil, GES, évaporation de l’eau et condensation, montée de la chaleur, etc., etc….”

        Oublions les “etc., etc….” (inclusifs de rien) qui ne font que cacher des lacunes éventuelles de la compréhension.
        La discipline scientifique traitant du transfert de l’énergie thermique concerne la conduction, la convection et le rayonnement auxquels on greffe l’échange de la chaleur par le changement de la phase, un phénomène souvent réservé à la thermodynamique.

        S’il y a d’autres modes de transferts directionnels thermiques (par exemple au niveau quantique) on ne les connait pas et on peut présumer de leur non-existence, car on ne mesure pas leur effet. (L’énergie sombre hypothétique serait apparemment d’ordre cinétique).

        À l’instar du domaine agroalimentaire, listons les ingrédients dans l’ordre de leur importance : les ondes électromagnétiques du soleil (sur toute la largeur du spectre), la conduction à l’interface air-eau et air-sol, l’évaporation (dépendant de la latitude), la convection et enfin, minimalement, l’effet du pingpong radiatif par les GES (SÛREMENT PAS EN TANT QUE LE MODE DE TRANSFERT PRINCIPAL).

        Quand on m’encourage de recouvrir la piscine pour la nuit d’une toile solaire, ce n’est pas pour empêcher la perte de chaleur par le rayonnement infrarouge, mais pour limiter l’évaporation.

      • rtremblay dit :

        voici ce que j’ai le temps de vous transmettre ce matin.

        ça vient de mon site préféré 🙂 … ne vous en déplaise et c’est en anglais. Malgré tout c’est très facile à comprendre que la théorie de l’effet de serre ne vient pas en contradiction avec la 2e lois de la thermodynamique.

        choisissez l’onglet ‘basic’ en premier et regarder le vidéo.

        en plus ça revient à ce que Guillaume nous a expliqué lui aussi très simplement.

        j’ajoute un point.

        un frigo dans une pièce garde la fraîcheur à l’intérieur de celui-ci. c’est le travail du compresseur qui permet cela et l’isolant du frigo. Mais si vous ouvrez la porte du frigo et bien après un certain temps toute la pièce sera plus chaude … même si la fraîcheur du frigo a sortie. en effet le travail du moteur du compresseur sera plus grande.

        https://www.skepticalscience.com/Second-law-of-thermodynamics-greenhouse-theory-basic.htm

  17. Paul S. dit :

    M. Normand met en garde (https://duberger.me/2019/04/02/le-canada-se-rechauffe-deux-fois-plus-vite-que-le-reste-de-la-planete/#comment-75905) : “Dans l’abstract de votre article que j’ai retrouvé, il y a des CONDITIONNELS qui ne m’apparaissent pas anodins…”

    Certes, les auteurs de l’étude ont fait l’usage du “langage d’incertitude calibré”, comme il se doit dans cette science à rabais qu’ils pratiquent.

    Mais, je crois, que les faits sont encore plus crus.
    Tel que je l’avais suggéré, en ironisant, ici (https://duberger.me/2019/02/23/heil-planet/#comment-73970), je pense vraiment que l’étude en question n’était qu’une commande pour délégitimer l’affirmation que les variations de la température précédent dans le temps les variations de la concentration du CO2 dans l’atmosphère.

    Voyez-vous, après avoir constaté la méthodologie TOTALEMENT IRRÉALISTE de l’étude, j’avais parcouru les sites de discussions passées des scientifiques “climato-engagés” qui étaient très préoccupés à propos de lectures ΔT↑ –> Δ[CO2]↑ embêtantes rapportées dans quelques études de l’époque.
    La “preuve” fournie par J. Shakun était ensuite saluée par tous ces braves hommes de science désincarnés.
    Comme il se doit, monsieur Shakun avait fait une tournée de promotion et personne ne lui avait posé des questions sur les raccourcis intellectuels (je ne parle même pas de scientifiques) qu’il avait pris.

    Ces messieurs savent que l’effet de serre à rebours n’a pas de sens, alors ils ont produit une pseudo-étude mal ficelée que les climato-propagandistes peuvent maintenant utiliser à la défense du RCA.

    • GH dit :

      Bonjour M. Tremblay,

      J’ai très apprécié cette réponse promise et livrée, et la référence qu’elle contenait.

      https://duberger.me/2019/04/02/le-canada-se-rechauffe-deux-fois-plus-vite-que-le-reste-de-la-planete/#comment-76511

      Toutefois ce n’est pas ce que j’espérais. J’espérais en fait des explications simples sur le concept de l’entropie, qui demeure encore pour moi, hautement nébuleux.

      J’ai eu beau lire et relire sur le sujet per Internet. Je ne parviens pas à comprendre.
      J’espérais de fait qu’on me mette sur la bonne track. Il semble que ce soit peine perdue.

      Quant à l’analogie de la couverture pour représenter l’effet de serre, c’était déjà clair dans mon esprit.

      Ce qui ne signifie pas pour autant que j’adhère au principe du RCA, qui de mon point de vue n’est pas encore prouvé.

  18. Pierre L. dit :

    Y a -t-il un bon samaritain dans l’assemblée qui peut m’expliquer:

    1- C’est quoi l’entropie? Ça me semble un terme fourre-tout pour embrouiller des explications sur le climat et l’environnement.

    2- Les lois de thermodynamiques 1 et 2. Vous parlez souvent de la deuxième loi et je n’y comprend rien.Avez-vous quelque chose contre la première ?

    Après tout je ne suis qu’un diplomé de l’université de la vie ( avec +/- 51%).

    Une explication simple et compréhensible serait très appréciéé.

    • Reynald Du Berger dit :

      mon prof de thermo disait que c’est la capacité d’un système à ne pas faire de travail.. C’est aussi la définition d’un fonctionnaire.

      • Paul S. dit :

        Je guillaumise en nuançant : tout le monde doit travailler, même un fonctionnaire.
        Il s’agirait de la non-disponibilité au travail, plutôt que de la capacité d’un système de syndiqués à dire au boss d’aller se faire …

        L’entropie serait en somme une convention collective d’un groupe énergétique (de fonctionnaires syndiqués) régissant leur disponibilité à faire du travail.
        À mesure que la convention collective grossit, le syndiqué voit ses tâches mieux définies, avec plus d’exclusions, alors sa disponibilité au travail utile diminue.

        Lorsque l’entropie d’un système fermé augmente la disponibilité d’énergie à faire du travail diminue.

  19. rtremblay dit :

    M. Paul dit : « Quand on m’encourage de recouvrir la piscine pour la nuit d’une toile solaire, ce n’est pas pour empêcher la perte de chaleur par le rayonnement infrarouge, mais pour limiter l’évaporation. »

    je ne crois pas que votre dernière affirmation est juste. Petite parenthèse ce que vous avez écrit dans ce même message me semble faire du sens..

    Alors voici. Pour une nuit chaude et humide disons du mois de juillet, la toile solaire n’a pas lieu d’être. Mais si la nuit est plutôt froide et normalement le ciel est non couvert, alors durant cette nuit les pertes de chaleur par radiation serait plus importante car le delta T entre l’eau de la piscine et l’atmosphère serait alors élevé… ce qui amènerait une perte par radiation importante.

    je crois aussi que l’effet de serre des nuages (vapeur d’eau) se constate aisément par certaine journée humide et chaude de fin d’après midi .. on va gagner rapidement quelques degrées de plus par rapport à une journée plus secs

    j’ai juste ouvert et fermé une petite parenthèse

    • Paul dit :

      Bonjour Rejean,

      Voici ce qu’en dit l’autorité en la matière (https://www.clubpiscinesherbrooke.ca/guide/comment-chauffer-leau-piscine/) : “Durant la nuit, la toile solaire empêche en bonne partie l’évaporation de l’eau et du même coup, la perte de chaleur.”

      C’est vrai, ces gens publient sans être sanctionnés par un comité de lecture.

      Je vous prie de considérer qu’en matière d’évaporation, le Delta T a son importance, mais la pression partielle de la vapeur d’eau présente dans l’air, autant ou plus.
      Rappelez vous, le changement de phase se fait bien en bas du point d’ébullition “normal” de 100 degrés C à la pression ambiante de 1 atm dans l’air sec d’un laboratoire.

      “Tant que la pression partielle de la vapeur d’eau (c’est-à-dire le rapport entre la pression due aux molécules d’eau et la pression totale) est inférieure à la pression de vapeur saturante de l’eau, H2O s’évapore.”
      Le point important : le changement de phase extrait beaucoup d’énergie thermique de l’eau dans la piscine pour chaque kg d’évaporation.
      Cela conduit en même temps à la chute de la température de l’eau liquide restante.

      Peu importent les nuages réémetteurs du rayonnement infrarouge, c’est l’humidité ambiante (à une température donnée, indépendante du Delta T) qui importe pour une piscine non-couverte la nuit.
      Mais j’admets que l’importance relative des modes de transmission de la chaleur d’une piscine dépend de conditions ambiantes, dont la surface exposée.

      Il en est de même pour les océans et les conditions moyennes n’ont aucune signification (vagues, vent, Delta T, pression partielle, salinité, ennuagement ..).

      Bonne Journée de la Terre à vous et à vos amis,
      Paul

  20. […] saviez pas, le Canada se réchauffe deux (2) fois plus vite que le reste de la Planète. J’ai critiqué ce rapport en posant pas mal de questions gênantes…demeurées sans […]

Répondre à mdebremaecker Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s