Les climato-soumis

Publié: 27 septembre 2010 dans Climategate, Environnement
Tags:, , ,

Reynald Du Berger

(Contact via Courriel),

Le magazine L’actualité publiait l’été dernier les résultats d’un sondage révélateur qui indiquait qu’en Amérique-du-Nord, c’est au Québec que le climato-scepticisme est le moins répandu. Le climato-sceptique doute de l’origine humaine d’un quelconque réchauffement climatique contemporain. Pourquoi le Québécois admet-il si facilement un hypothétique réchauffement climatique d’origine anthropique, lequel même les « réchauffistes » reconnaissent pourtant comme non démontré hors de tout doute? Le dernier rapport du GIEC (Groupe intergouvernemental d’étude du climat) ose en effet affirmer qu’on en est sûr qu’à 90% (sic).

À mon avis, cela reflète un manque de maturité plutôt qu’une opinion réfléchie. Comme individu, le Québécois aime se fondre dans la « masse ». Il est fervent de so-so-so-solidarité. Il aime que son idée soit harmonisée à celle du groupe, il ne veut pas détonner. Il préfère donc s’en remettre en toute confiance à une autorité consacrée, qu’elle soit formée de chercheurs reconnus par l’ONU ou de politiciens de son propre gouvernement, laquelle émettra un avis officiel, une pensée unique et reconnue universellement à laquelle il adhèrera aveuglement et docilement, comme il l’a fait pour sa religion pendant les décennies précédant la « révolution tranquille ». Il est aussi réfractaire au labeur que demande la recherche personnelle de la vérité, il n’a pas l’esprit critique et il est inconfortable avec une décision personnelle qui pourrait déboucher sur de mauvais choix dont il ne veut surtout pas avoir à assumer les éventuelles conséquences. Et cela est vrai autant pour les gaz à effet de serre que pour ceux de « schiste » pour lesquels il manifeste sans discrimination la même méfiance, peu importe la science, puisque Charles Tissseyre et Céline Galipeau l’ont dit.

Cliquez sur l'image pour agrandir

Le Québécois est timoré. Quand il se présente devant un vendeur de grand magasin pour y échanger un article il emploie le conditionnel : « ça serait pour changer ça… ». Il ne veut pas s’affirmer trop fermement et se conforte seulement quand sa pensée n’est pas trop éloignée de celle du « groupe ». Il n’aime pas « perdre ses élections » et se ralliera volontiers à l’opinion générale issue d’un sondage pré-électoral plutôt que d’exprimer sa propre pensée originale avec fierté et fermeté.

Les médias québécois, alignés plutôt à gauche, ont aussi joué un rôle important sur l’opinion climatique publique. Tandis qu’en France on assiste en ce moment à de sains débats de scientifiques à la télé sur la question climatique, ceux-ci sont étrangement absents et j’oserais dire honnis ici. C’est le « toé tais-toé! » de Duplessis qui a non seulement survécu, mais s’est propagé jusque dans nos écoles. J’ai pu personnellement constater qu’on a largement projeté le film de Gore « Une vérité qui dérange » à l’ensemble de nos élèves du secondaire québécois, tandis qu’on se garde bien de leur projeter la contrepartie « La grande arnaque du réchauffement global ». De là ma croisade climato-sceptique dans les écoles en dépit des profs qui craignent que leurs élèves, à l’issue de ma présentation, en ressortent « mélangés ».

Le sondage duquel s’inspire l’Actualité montre cependant que la région de Québec se distingue un peu du reste du Québec. Elle est un peu plus sceptique, donc moins soumise, probablement à cause de la bouffée d’air frais de droite climatique répandue par ce que le snobinard Plateau montréalais appelle avec mépris les « radios-poubelles ». À Québec, on aurait donc l’air conditionné…

Le Québécois se complait aussi dans les consensus. Il aime que les médias lui rappellent que le rapport du GIEC est issu d’un consensus de chercheurs agréés par l’ONU, même si cela n’est vrai qu’en partie. Il oublie que la science n’est pas une démarche démocratique. Elle ne marche pas à coups de consensus: « Que les savants qui sont en faveur que la Terre soit immobile lèvent la main! » a-t-on dit à l’époque de Galilée. Et l’ONU par l’entremise du GIEC joue encore à l’Inquisiteur. À preuve le procès aussi ignoble que ridicule qu’ont fait quelque 500 chercheurs français à Claude Allègre et Vincent Courtillot qui ont osé défier l’ establishment climatique et le CRU. On y balaie du revers de la main la rigueur scientifique pour faire place à un « pacte moral » entre les scientifiques et la société. Quand on mélange la science à la politique, c’est toujours la première qui en souffre.

Je fais partie d’une minorité. Je peux me tromper. Peut-on aussi admettre qu’une majorité de chercheurs du climat, aussi agrée par l’ONU soit-elle, peut elle aussi se tromper?

commentaires
  1. Pierre Simard dit :

    Votre analyse est très intéressante. En juin 2007, j’ai publié dans La presse et Le Soleil un petit papier sur ce thème. Ce papier m’a valu plus de 200 courriels qui, je l’avoue, n’étaient pas tous très gentil à mon égard. Bonne chance🙂

    Le papier en question : http://pierresimard.blogspot.com/2007/06/les-foutus-conomistes.html

  2. Sébas dit :

    @ Reynald Du Berger:

    D’accord avec vous à 100%. Lâchez pas!

  3. Atmosceptic dit :

    Pour ceux qui veulent en savoir plus sur Vincent Courtillot.

    http://vincentcourtillot.blogspot.com/

  4. Bernard dit :

    A Radio-Canada (et autres média), on parle des sceptiques en ricanant.

    • Reynald Du Berger dit :

      Quand j’étais étudiant en génie géologique dans les années ’60 , certains de mes professeurs parlaient de cet Alfred Wegener, qui a lancé l’idée de la dérive des continents aboutissant finalement à la tectonique des plaques, en ricanant encore plus fort qu’on le fait à Radio-Canada à propos des climato-sceptiques. Le « consensus » des géoscientifiques a ricané ainsi pendant près de 50 ans. La rigolade s’est terminée abruptement au début des années ’70 avec l’acceptation universelle de la nouvelle tectonique globale. Wegener pouvait enfin reposer en paix.

      Si vous parcourez la littérature actuelle sur le sujet des changements climatiques, vous constaterez qu’on commence à ricaner jaune chez les scientifiques réchauffistes autant que dans les médias.

      • Charles dit :

        @Reynald Du Berger:

        « D’abord ils vous ignorent, ensuite ils vous ridiculisent, puis ils vous attaquent, et ensuite vous gagnez. »

        – Mahatma Gandhi

  5. […] Les climato-soumis Le magazine L’actualité publiait l’été dernier les résultats d’un sondage révélateur qui indiquait qu’en Amérique-du-Nord, c’est au Québec que le climato-scepticisme est le moins répandu. (tags: lcb lcbenvironnement 2010-09-27) […]

  6. L’environnementalisme c’est devenu une religion. Et une religion ne s’encombre pas des faits, seul la foi en la cause compte.

    Au Québec encore plus qu’ailleurs, le lobby écolo manipule l’opinion publique en faisait peur. C’est la religion de la catastrophe. Tu peux annoncer des catastrophes tant que tu veux, et quand ça arrive pas tu peux dire que c’est grâce a toi..

  7. Gilles Laplante dit :

    Pour se faire une bonne opinion, il faut être capable de sortir du clan. Mais quand tu ne parle que la langue du clan, difficile de se faire une opinion, surtout pour un paresseux intellectuel.

  8. Pierre L dit :

    Il faudrait que quelqu’un prenne le « baton du pellerin » de la science pour expliquer ce qui ne marche pas avec les théories des réchauffistes. Le cycle du CO2 aurait avantage à être expliquer comme du monde. Est-ce que le CO2 monte dans l’athmosphère? mais n’est-il pas plus lourd que l’air? 380 ppm peuvent-ils acidifier l’océan? Enfin il y aurait de la matière. Les seules explications que l’on entendent sont celles du GIEC. Les médias ont fait leur choix: celui de la peur.
    Du côté de la science plus terre à terre il resterait beaucoup à dire sur plein de chose comme par exemple le DDT , l’amiante entre autre l’utilisation sécuritaire de la chrysotile.
    La science est en train de faire place aux peurs anti-développement?

  9. Coroner Da Vinci dit :

    On a eu droit en fin-de-semaine dimanche soir à Découverte, Charles Tyssère qui nous ameûtait sur l’affaiblissement des champs magnétiques terrestes!
    Émission un peu catastrophiste je n’ai pas niaisé longtemps sur radio-cadenas.[sic]_

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s