Par Reynald Du Berger,

Vous pouvez écouter l’entrevue que j’ai accordé à Sylvain Bouchard du 93.3, ce lundi 1er mars 2010. Cliquez sur le logo pour entendre. Elle dure moins de 5 minutes.

commentaires
  1. Merci Reynald pour partager votre expertise. Toujours intéressant.

  2. Gilles Laplante dit :

    Y a-t-il eu vraiment 300 000 morts en Haïti? Avec l’exagération habituel des médias, on peut avoir des doutes.

  3. Fernand dit :

    Il est toujours intéressant d’écouter un VRAI scientifique qui parle de sa spécialité les tremblements de terre…

    On apprend et on démystifie ce qui se diffuse partout pour nous ameuter et nous culpabiliser…

  4. Renee Houde dit :

    Alors si vous doutez du réchaufement climatique, comment explique t’on le printemps au mois de février a Montreal?

  5. Reynald Du Berger dit :

    @mme Renée Houde,
    vous ne saviez donc pas qu’à Montréal on fait toujours autrement qu’ailleurs? vous ne regardez donc jamais « Tout le monde en parle »?
    signé: un gars de Québec

    • Renee Houde dit :

      Eh oui, c’est pour cela qu’on est heureux, on croit en ce que l’on ne devrait pas croire et on ne croit pas à ce que l’on devrait croire. Le monde à l’envers.

  6. Reynald Du Berger dit :

    @Gilles Laplante,
    Il est toujours difficile et délicat d’établir le bilan humain d’un séisme majeur comme celui d’Haïti. En 1976, en Chine le séisme de Tangshan a fait, selon le chiffre officiel, 242,419 victimes. Quelques années plus tard, après la révolution culturelle, les séismologues ont revisé ce chiffre à 650,000, ce qui en fait le séisme le plus meurtrier du dernier siècle.

  7. Isabelle Robillard dit :

    @ Renée Houde

    Dans les années soixante dix, on croyait plutôt à l’arrivée prochaine d’une autre glaciation.

    Un « survivant » de cette thèse pourrait tout aussi bien dire en 2010: alors si vous doutez du refroidissement climatique, comment explique t’on la neige à Washington et le froid sibérien qui a sévi en Europe au début de cette année?

  8. Renee Houde dit :

    @Isabelle

    Une chose est sure Isabelle….la terre est à l’envers, un peu trop secouée et chambranlante pour moi, catastrophes après catastrophes. C’est dommage que nous ne traitons pas la terre avec plus de respect. Je dois avouer que j’ai peur que « Mother Nature will get even » éventuellemnt.

    J’espère, entre temps, que le Québec aura des palmiers bientôt, et continuera avec du soleil et du chaud jusqu’à Noël.

    Une belle neige à gros flocon juste en temps pour les Fêtes et de retour au printemps par après. Cela me plairait beaucoup. Je suis allée au Mexique pour 3 mois l’an passé, merveilleuse température, à part seulement 10 minutes de pluie. Cette année je suis restée içi et heureusement, car mes amies ont eu très froid en Floride et au Mexique. C’est bizarre au Mexique spécialement.

    Pitié pour les gens de Haiti et du Chili…quelles souffrances. Nous sommes très fortunés ici et je l’apprécie énormément.

  9. Isabelle Robillard dit :

    À propos de la terre à l’envers, il est vrai que M. Steven Guilbault a déjà dit: le réchauffement climatique ça peut vouloir dire plus chaud, plus froid et plus de pluie…

    Plutôt astucieux de sa part. Comme ça, peut importe la direction que ça prend, la théorie gagne à tout coup.

    D’ailleurs, certains ne parlent plus de « réchauffement » climatiques mais de « changements » climatiques.

    C’est drôle quand même…car ça traduit une faiblesse dans le modèle. Curieusement, la seule chose qui ne soit pas remise en question est l’attribution de l’homme à ces « changements » climatiques.

    Moi aussi, je suis bien peinée de voir l’effet désastreux des tremblements de terre. Cela prouve à mes yeux que celle-ci est également capable de nous manquer royalement de respect.

    Et pour terminer, c’est vrai que nous avons de la chance de vivre ici mais on ne serait peut-être pas du même avis il y a 10 000- 20 000 ans de cela, lorsqu’il y avait l’équivalent d’au moins 1000 mètres de glace au-dessus de Montréal. Celle-ci a fondu heureusement et nous a laissé la Mer de Champlain. Les vestiges de cette mer sont le sol argileux magnifiquement fertile pour l’agriculture que l’on retrouve dans la région de Montréal.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s