LE RESPONSABLE EST LE TARIF POSTAL ET NON LE CO2

Publié: 10 avril 2022 dans Uncategorized

En 1882, il en coûtait 2 cents pour poster une lettre aux États-Unis. Qui aurait cru que cela coûterait 58 cents 140 ans plus tard ? Mais plus incroyable encore, c’est que la température moyenne annuelle globale, laquelle les climato-alarmistes appellent « climat »*, suivrait fidèlement et chronologiquement cette tendance pour finalement gagner 1 degré Celsius !

Le 11 mai 2009, quand le tarif postal passa à 44 cents, on avait remarqué cette corrélation et on mit sur pieds le Postal Action Network (PAN) afin d’entreprendre une vigoureuse campagne de boycottage du nouveau timbre de 44 cents à l’effigie de Homer Simpson. Les postiers fatigués par leur travail s’en réjouirent et on rapporte que Homer Simpson lui-même appela le 911 à la rescousse.

Barbara Boxer, alors présidente du Comité du Sénat américain sur l’environnement et les travaux publics, lança immédiatement une enquête et elle annonça que désormais, toute augmentation du tarif postal devait faire l’objet d’une approbation par l’Agence de protection de l’environnement (EPA) « Nous exigeons une étude d’impact environnemental complète. Nous ne pouvons plus nous permettre de risquer des dommages à l’environnement au gré de la fantaisie d’un comité des dépenses postales qui tente ainsi d’équilibrer son budget. Si aucun autre service gouvernemental américain n’éprouve le besoin d’équilibrer son budget, alors pourquoi la Poste américaine le ferait-elle ? »

Le président Obama réunit immédiatement le Comité d’intervention de la Réserve fédérale, pour débloquer 450 millions $ au profit de la Poste afin de pouvoir geler le tarif postal au moins jusqu’en l’an 3400 A D.

Tuvalu annonça alors une coupe de moitié dans ses tarifs postaux « au cas où ». On entreprit une campagne de levée de fonds parmi la population, afin de maintenir le service postal de ce petit pays insulaire de Polynésie, mais on pensa aussi avoir recours aux pigeons voyageurs.

La relation de causalité entre le tarif postal et la température est loin d’être claire. Le professeur Peter Schickele de la Hoople School of Economics de la University of Southern North Dakota (l’Université du Sud du Nord Dakota) remarqua que les tarifs postaux sont un excellent indicateur (proxy) de l’inflation et que cela pourrait tout aussi bien être simplement l’inflation qui cause les récents changements climatiques. Confronté à un panel d’experts, il dut cependant admettre que des changements climatiques ont toujours eu lieu depuis 3 à 5 milliards d’années sans qu’il n’y ait ni inflation, ni tarifs postaux. « Vous avez cru que la température de la Planète était demeurée stable ». Un groupe de chercheurs de Harvard demanda alors des fonds pour entreprendre des fouilles afin de trouver des timbres du Précambrien. Les recherches se poursuivent toujours. La Poste américaine admet qu’une telle découverte serait d’une importance cruciale, mais ces timbres ne pourraient pas être honorés par la Poste « parce qu’en ces temps-là, les États-Unis n’existaient pas en tant que gouvernement ni même physiquement en tant que continent ».

Un porte-parole de la Poste fit remarquer que les séries de timbres « forever » qui coûtent aussi 44 cents, mais sont bons à jamais (forever),  peu importe les augmentations de tarifs, constituent une excellente mesure pour combattre l’inflation. On les a mis en circulation en 2007, « ce qui peut très bien expliquer le plateau de température observé depuis 2007 ».

Les critiques n’ont pas tardé à fuser, plusieurs faisant remarquer qu’une corrélation n’indique pas nécessairement un lien de causalité et que « vous pouvez toujours établir un lien entre deux lignes de même pente sur un graphique ». Le tout nouveau UN Intergovernmental Panel on Postal Changes  (IPPC) ou Groupe international d’experts en changements postaux, les appela « deniers » et décréta que ceux qui persisteraient dans leur erreur pouvaient même être incarcérés.

Les Russes (Pochta Rossii) annoncèrent alors qu’ils allaient porter leur tarif pour poster un lettre de 10 à 100 roubles, « à partir de lundi prochain, car la Sibérie est vraiment trop froide ».

Le conflit russo-ukrainien a fait chuter la majorité des indices boursiers et mon fonds enregistré de revenu de retraite (FERR) s’en trouve malheureusement affecté. J’ai soumis le texte de ce billet à mon courtier et il me conseille d’investir dans les timbres forever canadiens. Il me reste à convaincre le gestionnaire de mon FERR d’ouvrir un nouveau portefeuille « timbres forever ».

*Le climat est une notion régionale et non globale. La Terre n’a pas de climat.

SOURCES : NCDC pour la température moyenne annuelle globale, observatoires de Law Dome et Mauna Loa pour les niveaux de CO2 et Andrew Dart pour les tarifs postaux.

commentaires
  1. jipebe29 dit :

    Positivement hilarant…

  2. rtremblay dit :

    Avec un bon choix d’échelle ….. vous cueillez les cerises que vous préférez !!

    Mais par le fait même vous ne faites pas avancer la science. bien au contraire.

    • Marcel T dit :

      En effet.

      Le paramètre qui change la donne est la vitesse des changements climatiques. Ils sont atrocement rapides présentement.

      • Reynald Du Berger dit :

        Marcel T Les données contemporaines et par proxies (carottes de glace, analyses isotopiques et dendrochronologiques, sédimentologiques etc… ) démontrent , contrairement à votre affirmation, qu’Il y a toujours eu des changements climatiques et ceux d’aujourd’hui ne sont ni plus sévères ni plus rapides que ceux du passé.

    • rtremblay dit :

      il serait plus juste de mettre une échelle de 300 à 400 ppm pour le CO2. Visuellement on aurait moins l’impression que l’auteur du graphique veut nous faire un tour de passe passe. Ce serait plus honnête comme représentation.

      De plus l’échelle de temps est inutilement longue sachant que les émissions de GES (incluant le CO2) suive une progression exponentielle.

      • Paul Clim Atenkriz dit :

        Bonjour Rejean,

        Le prof est doté d’une sensibilité musicale hors pair.

        Pour le faire vibrer au diapason avec le climato-hockeyiste Michael Mann, vous devriez lui faire goûter ce délice musical :

        “ Hide The Decline – Climategate “

      • Paul Clim Atenkriz dit :

        Allons Rejean,

        Offrons donc un opéra climato-éveillé au prof immensément bienveillant :

        “ Climate Change Opera – YOHOE “

        Ceci, afin de faire basculer l’érudit du bon côté de la Crise climatique.

        En attendant l’opéra bouffe “ Från Skölstrejk för klimatet till Grön Valhalla “, l’oeuvre capitale de la diva Malena Ernman devenue compositrice.

        N.B. : La maman de Dr Greta Thunberg a du coffre et son chant d’amour pour sa fille confortera le prof dans sa transition :

        “ Malena Ernman – O mio babbino caro (Moraeus med mera, summer 2012) “

      • Reynald Du Berger dit :

        Cher Paul, comme d’habitude, vous noterez que sur mes billets climatiques, je n’obtiens jamais la note parfaite… il manque toujours une demie-étoile. C’est Réjean qui, à défaut de me cracher -5 étoiles (moins 5 étoiles) ne peut que m’en donner une. C’est ma façon de voir si Réjean a lu ou non mon billet. Merci Réjean pour cette étoile positive. J’ai adressé à WordPress la requête pour les anti-étoiles.. toujours pas de réponse.

      • rtremblay dit :

        pourquoi mettre 2 pouces par en bas concernant mon dernier commentaire. svp justifiez votre opinion. On parle ici de science qui présente adéquatement les faits.

  3. Michel dit :

    La preuve qu’on peut faire dire n’importe quoi par n’importe qui sur n’importe quel sujet.
    J’ai trouvé ça bien drôle

  4. James C. aka Nobody dit :

    «Un groupe de chercheurs de Harvard demanda alors des fonds pour entreprendre des fouilles afin de trouver des timbres du Précambrien. Les recherches se poursuivent toujours. La Poste américaine admet qu’une telle découverte serait d’une importance cruciale, mais ces timbres ne pourraient pas être honorés par la Poste « parce qu’en ces temps-là, les États-Unis n’existaient pas en tant que gouvernement ni même physiquement en tant que continent ».

    Ls extraterrestres, qui avaient colonisé la Terre, n’avais aucunement besoin d’utiliser de timbres poste. Ils avaient inventé le courriel. Donc on ne trouvera aucune trace. C’est dans le nuage. Ils ont quitté la Terre lors de l’apparition des dinosaures. Ils ont eu peur.

    Canada Post, Poste Canada est arrivé beaucoup plus tard. Voir le vidéo du professeur Turcotte sur YouTube.

  5. Paul Clim Atolucid dit :

    Cré Rejean,

    Toujours aussi assoiffé de Science, vous accusez le prof : « .. vous ne faites pas avancer la science. bien au contraire. ».

    Mais quelle branche de science au juste, aimeriez-vous voir avancer ?

    Votre clique fait une job conséquente en psychiatrie par la création et l’alimentation continue de l’écoanxiété.

    “ «Caller malade» pour le Jour de la Terre? L’idée est lancée “
    https://www.quebechebdo.com/environnement/308508/caller-malade-pour-le-jour-de-la-terre-lidee-est-lancee/

    Dans l’article, on dresse « .. un constat alarmant des conséquences de la crise climatique sur la santé mentale de la population.
    Selon l’étude, près d’un jeune sur deux présente des symptômes d’écoanxiété au Québec. ».

    Vous Rejean, ce 22 avril, allez-vous “caller malade” ? Allez-vous entraîner dans la fraude contre les employeurs (et les gouvernements, car les fonctionnaires ne se priveront pas) d’autres écoanxieux ?

    Essayez le prof. Apparemment la quatrième dose ne protège que pendant quatre semaines, alors en vous y prenant bien, vous pourriez convertir sa covido-anxiété en écoanxiété de bon aloi.

    NOTE : Le ‘Jour de la Terre’ – 22 avril. N’y avait-il pas aussi d’autres Journées mondiales / internationales semblables, célébrées pendant l’année pour préserver et “booster” la flamme verte ?

    • Reynald Du Berger dit :

      Cher Paul.. Le candidat aux présidentielles françaises d’extrême gauche Mélenchon dit que le plus grand défi de ce siècle c’est le changement climatique. Vu que la nouvelle religion est l’écologisme, il propose d’abolir tous les congés de l’ancienne religion , Toussaint, Ascension, Pentecôte et Assomption, pour ne garder que le Jour de la Terre, cette année le 22 avril. Qu’en pensez-vous ?

      • Paul dit :

        Professeur,

        Mélenchon devient de facto le leader de la Gauche française.

        Pour lui attribuer le qualificatif “d’extrême gauche”, il faudrait le voir à l’oeuvre après une prise éventuelle du pouvoir. Les partis politiques deviennent extrêmes, quand ils prennent des mesures extrêmes.
        NOTE : Je qualifie Lego de fasciste car il a le couvre-feu (inutile mais formateur) facile. Il n’est pas un fasciste extrême, car il n’a pas encore recouru aux arrestations arbitraires ou aux camps d’internement dans l’Ungava (bien entendu pour protéger la population, comme c’est le cas de TOUS les dictateurs).

        Je n’ai pas réussi à confirmer le projet d’abolition des congés chrétiens par l’ancien trotskiste Mélenchon, ni le contexte de l’annonce. Va-t-il aussi abolir le Ramadan ?

        Mais, ce serait logique, car l’idéologie verte est fondamentalement un retour à l’adoration animiste. Mélenchon veut des virevents nombreux pour faire prosterner la peuplade au pied de ces icônes intimidentes.

        Matthieu 6:24 : « Nul ne peut servir deux maîtres. Car, ou il haïra l’un, et aimera l’autre; ou il s’attachera à l’un, et méprisera l’autre. Vous ne pouvez servir Dieu et Mamon. ».

        Karl Marx : « La religion est l’opium du peuple ». Donc il faut le protéger contre la religion et ainsi le contrôler.

        Vous, qui connaissez la santé dans l’Hexagone : les Français, sont-ils autant écoanxieux que les Québécois ? Vont-ils se faire porter malades le Jour de la Terre ?

      • Reynald Du Berger dit :

        Paul, Celui qui comme Mélenchon, en débat face à face avec Zemmour lui lance le crachat « extrême droite » puis ensuite le traite de chien, est forcément d’extrême gauche. Et Dieu nous garde à jamais de voir cet individu triste, négatif, pisse-vinaigre, revanchard au pouvoir. Voici le clip de Zemmour… imaginez-vous Mélenchon avoir une attitude aussi humaine dans une foule ?https://www.youtube.com/watch?v=4DsLzenSDRY

    • Reynald Du Berger dit :

      Paul … » Apparemment la quatrième dose ne protège que pendant quatre semaines…  » …. C’est faux et zavez bien fait de préciser avec « apparemment ».. je suis en forme et ma 4ieme dose date de plus de 1 mois… tandis que 3 de mes animateurs radio de CKAJ sont confinés ce matin aux prises avec la covid… et votre vaccino-anxiété se soigne…. allez-y !…. ça fait comme une piqure de moustique et NON le mot ARN ne vous fera pas pousser un 3ième bras… Zavez le choix entre l’avis scientifique de Méo Gros Bras , propriétaire de gym  » y vont pas m’injecter leu criss de cochonnerie ARN les tabarnak ! » ou ces 583 issus de charlatans. https://www.science.org/collections/coronavirus

      • Jacques Baudouin dit :

        Demandez aux 100 000 soldats américains qui ont des effets secondaires ce qu’ils en pensent ! Ma voisine, 36 ans, chirurgien dont la spécialité est (était, devrais-je dire) la transplantation du foie, souffre du syndrome Parsonage-Turner. Ses collègues ont mis plusieurs semaines pour le découvrir et faire la liaison avec le vaccin Plizer. Depuis elle a le bras droit paralysé et ne peut plus exercer son métier qui était toute sa vie. Je pense que personne n’a encore une vision suffisamment complète des effets secondaires et de leurs conséquences. Pour ma part, il m’est insupportable de traiter de complotiste toute personne qui subit des effets secondaires !!!

    • rtremblay dit :

      l’arbre au complet, pas une branche en particulier : présenter des informations sous forme de graphique nécessite de ne pas étirer ou rétrécir une des échelles pour laisser montrer seulement celle qui « avantage » les propos l’auteur. comme celle de l’échelle du CO2 qui aurait du être présenté entre 250 et 400 ppm… car elle n’a jamais été inférieur à 250 ppm.

      Quand on se fout de la GBS (grosse bonne science) on triture les échelles des graphiques.

      Par ailleurs… tout les jours j’agis pour la protection de la nature… du mieux que je peux, mais en m’occupant aussi de mon entourage humain. Sans chercher d’opposition entre les différents courant de pensée. Il n’y a que les faibles qui cherchent la division !!

      Joyeuses Pâques

      • rtremblay dit :

        mon dernier message s’adressait à Paul.

      • Paul dit :

        Bonjour Rejean,

        Il parait qu’il y a ces temps-ci 60,000 nouvelles infections par jour à la Covid 19. Comment peut-on l’affirmer en absence de tests ?

        La branche de sciences, nommée statistiques, semble avoir une nette prédisposition pro-covidique et je prédis que le 22 avril, avec tous ces éco-anxieux en arrêt de travail, nous enregistrerons un sommet absolu d’infections au Virus de Wuhan.

        Même moi, qui n’a jamais triché en rien, j’ai envie de “caller malade” le 22 avril, pour combattre mon anxiété vaccinale et me fondre dans la foule de futurs porteurs de camisole de force.

        Joyeuses Pâques à vous, ainsi qu’aux vôtres,
        Paul

        N.B. : La Nature transcende tout et il faut s’en occuper. J’essaye de faire ma part tous les jours. Par exemple, en réparant les articles faits pour ne pas durer. On peut réduire ainsi considérablement l’empreinte écologique de son entourage. Récemment, en fouillant un peu sur le blog du prof, j’ai constaté que monsieur Normand fait cela aussi et probablement beaucoup d’autres personnes responsables, le font également. Soyons optimistes pendant cette fête du renouveau.

  6. Paul Simonac dit :

    Bonjour professeur,

    En cette période pascale, on nous agresse à la radio (pour la télévision, je ne sais pas) par cette publicité d’un Culte verdassier mécréant :

    “ Jour de la Terre 2022 – Guérissons ensemble “

    D’abord on énumère les effets débilitants, supposément attribuables au réchauffement climatique anthropique, par l’accablement duquel les activistes et les enseignants ont martelé depuis des décennies nos fragiles concitoyens et les ont ainsi rendus psychotiques.
    La porte-parole conclut ainsi : « Le remède, c’est d’agir tous ensemble. Alors pour le Jour de la Terre, on se déclare tous malade, afin de prendre soin de nous et de la planète. ».

    Et on écrit sur la page YouTube, pour être certains de faire passer le mot d’ordre – “ Déclarez-vous malade pour le Jour de la Terre “ : « À force d’entendre que la Terre est malade, on commence tous·tes à devenir à notre tour : malades. Cela s’appelle l’éco-anxiété et elle touche la santé mentale de millions de personnes 🌎 Si vous vous sentez personnellement éco-anxieux·se, vous pourriez vous déclarer malade pour le Jour de la Terre ».

    C’est clairement une INCITATION À LA FRAUDE, car le congé de maladie est un bénéfice marginal régi par les ‘Normes du travail’ et on ne peut pas l’invoquer frivolement.

    Il serait trop onéreux pour votre organisme des Climato-lucides de poursuivre directement les auteurs de l’APPEL À LA FRAUDE, car ceux-là ont des poches profondes ( ‘Fonds Eco IGA’ ), soient l’organisme ( ‘Tous les Jours / Jour de la Terre’ ) et ses administrateurs ( https://jourdelaterre.org/qc/organisation/conseil-administration/ ), dont le président Thomas Mulcair.

    Vous pourriez / devriez dénoncer l’annonce au CRTC et exiger que l’on impose des amendes aux médias qui ont retransmis l’appel à la fraude.
    Aussi, porter l’incitation à la fraude à l’attention de la CNESST (‘Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail’) et exiger qu’elle poursuive les auteurs.
    Enfin demander au Conseil du Patronat de s’impliquer aussi.

    Bien entendu, personne ne fera rien, la rectitude politique oblige, mais tout ce beau monde serait bien embarrassé.

    Car, en fin du compte, les autorités devraient engager des poursuites pénales contre les activistes climatique et les enseignants qui stressent les jeunes et les rendent psychotiques.

    Joyeuses Pâques,
    Paul Simonac

  7. rtremblay dit :

    https://woodfortrees.org/plot/gistemp/from:1880/to:2020/mean:12/plot/uah6/from:1880/to:2020/mean:12/offset:0.5/plot/esrl-co2/from:1880/to:2020/offset:-325/scale:0.01

    https://tamino.wordpress.com/2022/05/01/correlation-between-co2-and-temperature/

    Ces posts vont dans le même sens que ce que je pense : L’évidence d’un lien entre évolution du TMAG et augmentions du CO2 atm. depuis 1960. De plus l’évolution des émissions de CO2 anthropique suit une progression similaire.

    Finalement publier à nouveau un post pour tenter de montrer un lien entre le prix des timbres et l’évolution du TMAG est digne d’un méthode Poutinienne. C’est à dire on répète ad nauseam le propos et le public cible va finir par adhérer aux éléments présentés… sans réfléchir à la solidité des bases scientifiques.

    • Reynald Du Berger dit :

      rtremblay. Bravo pour ces recherches google pénibles mais néanmoins fructueuses de corrélations ! J’ai aussi établi par google une corrélation remarquable (positive ou négative) entre la TMAG et
      1- l’inflation
      2- la mortalité infantile
      3- le rythme de décolonisation des pays africains
      4- l’augmentation du nombre des droits et privilèges de la femme
      5- les interruptions volontaires de grossesses
      6- le nombre d’attentats terroristes (en Europe seulement) les deux courbes matchent moins bien si j’inclus USA
      7- la pauvreté dans le monde
      8- le nombre des victimes de la route en France
      9- le nombre d’incidents de type profilage racial (délit de faciès en France)
      10 – La déforestation à Monaco, particulièrement dans le sud de Monaco (corrélation vraiment extraordinaire)

      J’anticipe cependant de féroces critiques comme  » prouvez-nous que 1 à 10 sont bien des causes de l’augmentation de la TMAG et non des effets de cette augmentation.

      et je n’ai pas terminé… je prépare une publication pour le Journal of Climate Fantasies , aimeriez-vous être co-auteur ?

  8. rtremblay dit :

    haha ! vraiment n’importe quoi vos réponses et qui sont en même temps méprisantes si on les considère au premier degré !

    Je constate que vous reconnaissez la fiabilité scientifique, sérieuse et bien appuyée des points que j’ai apporté étant donné la confiance du scientifique (pseudonyme Tamino) qui l’a réalisé.

    Ne soyez pas froissé, mais je ne peux m’empêcher de considérer vos corrélations dans la catégorie des études dans les sciences molles…. incluant la gériatrie 🙂 et la cueillette de cerise.

    • Reynald Du Berger dit :

      rtremblay… Vous regardez la cerise quand je montre le gâteau… on peut corréler la TMAG avec à peu près n’importe quoi.. même l’augmentation du nombre de suicides chez les lemmings des Territoires du Nord-Ouest canadien et le degré d’oxydation de la tour Eiffel et du pont de Québec !

  9. rtremblay dit :

    Vous utilisez une technique bien connue chez les climato sceptiques…. détourner la conversation.

    corrélation vs lien de cause à effet.

    Les GES sont l’éléphants dans la pièce… que vous ne voyez pas … ou refusez de regarder..

    • Reynald Du Berger dit :

      rtremblay  » lien de cause à effet…. ok !… CO2 en RETARD de 500 à 800 ans sut T dans les carottes (pas légumes mais glace) de Vostok et celles du Groenland ! Ça vous fait une belle jambe ! T est la cause de l’augmentation du CO2. En voulez-vous d’autres ? Les invasions de crickets sur les champs de sorgo à Madagascar sont en retard de 2 mois sur T.

      • Rtremblay dit :

        R Duberger vous dites :
         » T est la cause de l’augmentation du CO2  » c’est votre affirmation
        vous ajoutez : Lag de 500 à 800 ans

        Mes lectures m’indiquent que cette hypothèse date déjà d’au moins 15 à 20 ans et quelle est de plus en plus divergente (de 0 (aucun lag) à 1 000 ans). De plus ce lag, si c’est réel ??, ne se produirait qu’en sortie de période glaciaire. Ainsi la majorité du temps il n’y aurait pas de lag.

        Donc votre autre affirmation : « ça vous fait une belle jambe »….. est fausse et timbré 🙂

        En plus ce Lag n’est plus du tout constaté récemment avec des mesures très précises de T et Teneur en CO2 contrairement à des proxies de glace. TMAG n’est pas équivalent à T par proxies de glace de Vodstock.

        La littérature scientifique sur le sujet est beaucoup plus importante et nuancée que vous ne le laissez entendre et ce n’est pas aussi simple que se déboucher une bouteille de Zup ou d’eau Perrier.

        Note : il faudrait que vous publiez vos présentations dans les écoles secondaires pour que nous puissions nous mêmes nous faire une idée sur la qualité de vos idées dans le domaine de la climatologie.

      • Reynald Du Berger dit :

        rtremblay. Si CO2 suit T, et que vous affirmez un lien de causalité, si et seulement si vous affirmez ce lien comme vous l’affirmez, alors il FAUT que T soit la cause de CO2 et non l’inverse . c.q.f.d.

    • lucbmenard dit :

      Malgré cette idée forte qui vous habite (biais corrélatif), vous semblez insatisfait malgré tout.
      Que vous manquerait-il pour en être parfaitement
      heureux et satisfait et vous sentir rempli de science, de vérité et plus aucun doute ?
      Vous semblez à la recherche de nouvelles informations.
      Je suis comme vous.
      J’ai de la difficulté à penser qu’une seule molécule de CO2 qui a absorbé une infime partie du rayonnement IR (rayonnement très faible :
      vérifiez en soirée, ça ne brûle même pas la peau comme les ardents UV) de la terre puisse agir efficacement sur son environnement, ie, le réchauffer, quand lui-même est constitué de molécules diatomiques très stables (ne s’excitent ou vibrent pas facilement en somme absorbent
      peu) d’azote (78%) et d’oxygène (21)
      (413 ppm = 1/ 2421).
      L’atmosphère est un mélange gazeux très
      stable à température et pression constante.
      Ne pensez vous pas que l’énergie thermique emmagasinée dans la simple molécule de CO2
      va tout simplement se dissiper dans son environnement plutôt que de s’y additionner ?
      (oui, d’accord, peut-être une infime élévation
      de la moyenne. Presque pas la peine d’en
      parler tellement c’est infime). Après ça, on
      parle à grand frais d’effet de serre et des molécules à effet de serre. Voyons, c’est une
      vraie passoire. Pas sérieux.
      Pourquoi devrions nous manger de la poutine quand on peut ici cueillir les plus belles pommes directement de l’arbre de la connaissance pour les déguster ?
      SVP, ne vous contentez plus des petits fruits,
      ni des cerises. Vous trouverez beaucoup plus
      à vous sustenter ici. Le printemps, l’arbre
      est dans ses feuilles, ses fleurs et ses fruits qui transmettront finalement le savoir
      à une autre génération et ainsi de suite.
      Je vous souhaite vraiment de trouver ce que vous cherchez qui saura vous satisfaire pleinement.

      Bonne chance!

      – d’un gars affranchi et pas timbré

      • lucbmenard dit :

        C’est en réponse à un commentaire de M. Tremblay.

      • rtremblay dit :

        M. Ménard svp clarifier votre propos, car présentement c’est totalement nébuleux.
        c’est l’unique raison de mon pouce par en bas !

      • lucbmenard dit :

        De l’importance de la nébulosité

        Vous avez raison. Beaucoup de chaleur peut-être accumulée dans les nuages.
        Je pense que c’est le procédé par lequel
        la nature (atmosphère) se débarasse de
        la chaleur, au fur et à mesure.
        Toujours du chaud vers le froid, ne l’oubliez pas, pas l’inverse.

        Bonne journée ☀️

      • rtremblay dit :

        (413 ppm = 1/ 2421). c’est quand je lis pareil commentaire que mon coeur de scientifique fait un tour à spin et que ma tête se désole du peu de rationalité dans ce type de commentaires.

        les exemples dans a vie courante ne manque pas pourtant :

        par exemple à quel niveau de DBO5, de nitrates, de plomb, d’arsenic, de dioxine et furane, de BPC la science qualifie une teneur limite acceptable d’une eau potable (propre à la consommation) ??? eh bien c’est en terme de ppm ou encore de ppb (partie par milliard) selon le paramètre. tout le reste c’est de l’eau H2O pure. mg par litre (ou encore mg par kg)

      • Reynald Du Berger dit :

        rtremblay. méfiez-vous des « normes » de toxicité très variables d’un pays à l’autre. Pourtant un bébé canadien n’est pas physiologiquement différent d’un bébé chinois ou américain.

  10. rtremblay dit :

    Je ne suis pas un spécialiste mais j’ai quelques questionnements à propos des glaces de Vostok :

    1) Est-ce un proxie fiable pour estimer des températures ? surtout en ce concerne le TMAG
    personnellement je crois qu’il n’y a aucun moyen de vérifier si c’est précis

    2) Glaces de Vostok : est-ce seulement une carotte ou plusieurs carottes différentes
    si plusieurs carottes .. à ce moment peut-on établir une moyenne et un écart type pour avoir une idée de la précision de cette mesure ?

    3) Comment fait-on pour faire un lien entre les années et les mesures des carottes de glace ?

    4) Vous affirmez que T est la cause de l’augmentation du CO2 aujourd’hui.

    alors expliquez nous la cause de l’augmentation de T. Expliquez nous aussi pourquoi le pH des eaux océaniques est en baisse en même temps ?

    5) Vous affirmez un retard ! est-ce plus 500 ou 800 ans. à mon avis ça manque de précision cette affirmation

    6) Vous affirmez un retard c’est donc que vous affirmez que le CO2 n’est pas un GES important. Est-ce que c’est votre affirmation ?

    7) Personnellement, je ne comprends pas pourquoi il devrait y avoir un décalage de la montée de température vs l’augmentation du CO2 atm.

    les journées humides d’été nous prouvent le contraire. L’effet de serre se produit en quelques heures

    Ce sont mes questions pour commencer

    • Reynald Du Berger dit :

      rtremblay .. J’ai réponse à toutes ces questions. Je propose que nous allions vous et moi, exposer ces questions et réponses aux élèves de l’école Joseph François Perreault à Québec . On les a climato-endoctrinés à l’os. Npus tenterons de faire un peu de science devant eux afin de développer leur esprit critique. Peut-être les convaincrons-nous de cesser de sécher leurs cours de science du vendredi pour manifester afin de « sauver le climat ».

  11. rtremblay dit :

    vous ne voulez les dires vos réponses ?

    • Reynald Du Berger dit :

      rtremblay « vous ne voulez les dires vos réponses ?. Bien sûr que je veux les « dires » mais je veux que les jeunes climato-alarmistes en profitent pour s’instruire en science et devenir plus rationnels donc moins émotifs.

  12. rtremblay dit :

    et ici ! pourquoi ne pas mentionner vos réponses !

    • Reynald Du Berger dit :

      rtremblay « et ici ! pourquoi ne pas mentionner vos réponses ! »
      c’est pour mieux te … mon enfant ! comme disait le loup au petit chaperon rouge… moi, c’est pour prendre surtout des enfants naïfs et incultes à témoins mon enfant ! Je veux qu’ils réalisent leur naïveté et ignorance en science du climat comme les aussi vôtres.

  13. rtremblay dit :

    Vous ne voulez pas courir le risque de recevoir des critiques : avez vous peur ou quoi ?

    le delta T vs CO2 est critiqué et ne prouve rien… allez à votre Google !!

  14. rtremblay dit :

    « rtremblay. Si CO2 suit T, et que vous affirmez un lien de causalité, si et seulement si vous affirmez ce lien comme vous l’affirmez, alors il FAUT que T soit la cause de CO2 et non l’inverse . c.q.f.d. »

    CQFD : svp reformulez car ça manque de clarté !!.

    Ce que moi j’affirme est que le CO2 est un GES. J’affirme aussi que dans la période de 1960 à aujourd’hui il n’y a pas de LAG de T vs CO2. Augmentation CO2 est en partie la cause de l’augmentation de T.

    Les faits sont aussi que les relevés de Vostok (sur 800 000 ans) sont pour des concentrations de CO2 entre 200 et 300 ppm pas pour concentration de 300 à maintenant 420 ppm. et des augmentations rapides de CO2… ne l’oubliez pas !

    Je pourrais suggérer plein de lecture aux élèves du secondaire que vous allez rencontrer !

  15. rtremblay dit :

    R Ménard dit :

    Toujours du chaud vers le froid, ne l’oubliez pas, pas l’inverse.

    vous semblez confondre deux notions : radiation et élévations de la température.

    par exemple.

    Le soleil brille et réchauffe ma maison
    que je décide de monter le chauffage de ma maison ne change rien à la quantité d’énergie dégagée par le soleil (je ne parle pas de chaleur). L’énergie dégagée par ma maison sous forme de radiation infrarouge émet vers le soleil et ce peu importe la quantité d’énergie émise par le soleil. et pourtant ma maison est plus froide que le soleil….

    • lucbmenard dit :

      Appel à tous,

      Est-ce que quelqu’un peut répondre à ça?
      Il faut que j’aille profiter du beau temps.

      Merci,

    • lucbmenard dit :

      Vous parlez comme un avocat. Le point est : est-ce que les radiations IR de la maison réchauffe le soleil? Selon vous ? Plus : est-ce que les radiations IR de la maison réchauffe l’atmosphère, ce milieu entre deux? Selon vous? J’ai déjà exposé ce point CLAIREMENT. Vous utilisez le procédé que vous dénoncé, ie, vous tentez de vous défiler en détournant l’attention.

      Est-ce que ça change quelque chose au bilan énergétique? On n’en tient tout simplement pas compte, pourquoi? Parce que c’est insignifiant. Insignifiant comme ce raisonnement.

      Je savais que c’était vous. L’isolation, l’efficacité énergétique, les besoins réels en consommation ça vous dit quelque chose. Vous produisez trop de chaleur pour vos propres besoins, il semble.
      J’espère au moins que vous ne chauffez au bois, sinon, vous êtes coupable à l’os.

      Si ça continue comme ça cette discussion, je serai dans l’obligation de vous critiquer.

      • rtremblay dit :

        Luc Ménard : vous ne vous êtes pas rendu compte que j’ai utilisé un exemple extrême ?

        Connaissez vous la différence entre la conduction, la convection et la radiation ?

        Je n’ai pas détourné la conversation je n’ai que commenter votre point.

      • lucbmenard dit :

        Le pouce par en-bas, M.T., lisez ou relisez le quatrain no.2. Le soleil émet aussi des IR (voir ici :

        Donc TOUTE la gamme du rayonnement ou spectre électro-magnétique est émise par le soleil. Si votre maison émet du IR la nuit (même un peu le jour), une part, PRINCIPALEMENT, provient du soleil (emmagasinée le jour des UV) ,et l’autre, de votre chauffage au bois ou à l’électricité. Le jour, par contre, le IR de votre maison sont DÉCLASSÉS au profit de la puissance de ceux du soleil. Comme rouge foncé vs rouge pâle. Maison: 75 degrés Celsius environ en Kelvins égal 348,15 tandis que ceux solaire : 5 500 °C ou 5778 kelvins. Est-ce assez CLAIR?

        Encore, vous avez raison. Je ne sais pas ce que vous savez et dans quoi vous vous empêtrez (nébulosité croissante ou décroissante?). Par contre, je sais que ce que je sais explique très bien ce que je comprends et je comprends très bien le rayonnement du spectre EM. Ce dernier comporte TOUTE la gamme des radiations et leurs diverses qualités sont exprimées par leurs fréquences respectives. L’erreur que les gens font au bilan énergétique est qu’ils oublient cette notion à leur arrivée dans l’atmosphère (W/m2). Dès lors ou désormais, ceux-ci perdraient cette qualité radiative (potentiellement énergétique). Pourquoi? Au profit de quoi?

        Certes, en partie, quand absorbés en partie par la matière qu’ils rencontrent (p.ex. les différentes couches de l’atmosphère, les aérosols, les nuages, CO2), mais pour le reste, NON. Effectivement, des UV et des IR se rendent jusqu’au sol puisque c’est aussi une passoire dans ce sens également.

        J’espère que ça ÉCLAIR.

        Bonne journée (je retourne me reposer)

  16. lucbmenard dit :

    C’est vendredi…

    J’ai décidé de ressortir mon VUA pour une ballade. Il fait tellement beau. J’invite ceux et celles, les chercheurs scientifiques sérieux et sincères, mais insatisfaits, confus, voire perdus dans leur savoir actuel à faire un arrêt au quatrain no.15 afin de prendre connaissance de cette autre proposition tirée de la théorie de l’appauvrissement de la couche d’ozone du Dr Peter L. Ward, intéressante parce qu’elle explique de façon correcte, complète et cohérente le réchauffement.
    ici : https://whyclimatechanges.com/about/ et ici : https://ozonedepletiontheory.info/

    Ce Véhicule Utilitaire Artistique ne dégage pas de CO2 garanti. Cependant, il peut créer une ambiance chaleureuse, susceptible de provoquer une belle rencontre avec certains aspects
    des sciences reliées aux climats.

    -Faisons bonne route ensemble

  17. rtremblay dit :

    Un scientifique qui rédige comme Nostradamus en quatrain … on s’éloigne des explications simples, claires favorisant une bonne communication. Excusez moi mais je considère que vous voulez me faire perdre mon temps.

    Par ailleurs, j’ai honnêtement posé des questions à R. Duberger pour avoir un débat sain. Mais il est revenu sur son style insolent et m’a à nouveau déçu.

    Je m’ennuie des propos de Guillaume qui proposait des éléments nettement plus élaborées.

  18. lucbmenard dit :

    CORRECTION

    …des vers patiemment polis.

  19. lucbmenard dit :

    REPRISE

    Monsieur Tremblay,

    Pour la clarté de l’explication (si elle existe), je constate que vous n’avez pas le monopole.

    Si, ce sont biens des preuves artistiques qui sont présentées là-haut, que des faits et des évidences qui ne trompent pas. Le style moderne (Leon) est bien adapté à l’époque : aucune ombre au tableau diront certains (aucunement obscurantiste).
    Ce ne sont certainement pas des prédictions (Nostradamus, GIEC, OURANOS, etc.) ni solutions étriquées pour remplir un vide ou l’absence. Ce sont des vers patiemment polis et teintés de toute la palette des couleurs qui s’apprécient aux bienfaits de la lumière légèrement tamisée. Pour les plus critiques, on dira un travail d’artisan en herbe : je l’accepte!

    D’autres questions?

    -d’un gars terre à terre malgré tout…

    P.S. pour les preuves par l’absurde, je peux dire que certaines sont bien meilleures que d’autres !
    Faudra t-il attendre une autre année (prochain poisson d’Avril en 2023) pour s’esclaffer de rire à nouveau ?

    Bonne journée,

  20. rtremblay dit :

    Vous indiquez pourtant que ce sont des quatrains que vous publiez au moins à deux reprises. De plus pourquoi passer par Twitter pour publier ici ? La lisibilité du texte n’est pas bonne par la mauvaise définition des caractères aussi !

    Votre histoire de l’Ozone déplétion a déjà été commentée et critiquée avez vous de nouveaux éléments ? Je crois que cette théorie ne tient pas la route car le TMAG continue d’augmenter.

    • lucbmenard dit :

      https://duberger.me/2022/04/10/le-responsable-est-le-tarif-postal-et-non-le-co2/#comment-377164

      Connaissez vous la différence entre la conduction, la convection et la radiation ?

      RT (vous dites) : ma maison est chauffée (25 °C ou 298,15 Kelvins) & mon toit laisse échapper du rayonnement IR à l’extérieur; vous l’affirmez, mais ne le prouvez pas, car ça dépend de quelle intensité (fréquence) est le rayonnement incident qu’il rencontre (l’environnement externe a son mot à dire, je vous le rappelle). Je l’ai déjà expliqué.

      LM (je dis):

      Les transferts thermiques (chaleur) se font par conduction dans les solides et par convection dans les liquides et les gaz; les molécules des liquides et des gaz sont plus éloignées les unes des autres et ont plus de place pour se déplacer. Le mouvement dans un gaz ou liquide est causé par les différences de température du milieu ambiant (ou environnant).

      A) à propos de la conduction : les IR* du toit (solide) entre donc en contact avec des molécules qu’ils rencontrent, ici, la troposphère basse, un milieu (gaz) homogène dans sa composition (O2, N2, gaz nobles (5), gaz carbonique ou CO2, méthane ou CH4, hydrogène ou H2, ozone ou O3, vapeur d’eau ou H2O ) et stable dans sa structure : explicable selon la nature du lien, nombre d’atomes, etc.; certains éléments de sa composition gazeuses sont moins stables.
      L’eau ou H2O, p.ex., sous forme de vapeur, pour ses raisons, absorbera plus facilement les IR : notamment, du fait de posséder un grand nombre de bandes d’absorption, types de vibrations particulières, etc.

      B) à propos de la convection (mouvement ascendant) : l’énergie IR exprimé en électron volt (eV = 0,04) & fréquences (3,0 E+11 /21C @ 4,3E14 Hz /35C ); des trillions de cycles par seconde expliquent la production & transfert d’énergie thermique (chaleur) qui sont mesurables par la température; on observe : ∆ T int. /ext. = écart p/r au milieu environnant.

      C) radiation: voir ci-haut (IR) et ci-dessous *

      Le point est : les molécules d’H2O, par convection (ou ascendance) s’élèvent dans l’air. Pourquoi : lorsque l’eau se transforme en vapeur, elle devient légère, s’élève dans l’air et forme des nuages (avec l’aide des aérosols). Des millions de particules s’accumulent alors entre elles. Quand les nuages deviennent denses et que la température de l’air baisse, la vapeur se condense, devient liquide (l’eau); dans ce processus, il y a perte de chaleur; elle se déverse sous forme de pluie, grêle ou neige; au cours de l’ascension, chaque 100m réduit la T de 1degré Celsius; si vous avez voyagez en avion, vous avez sans doute remarqué que la température autour de la hauteur/vitesse de croisière des avions commerciaux (30 à 35 milles pieds /environ 10 000 m) est déjà (+/-) -60 degrés Celsius. Au raz du sol, la température moyenne de la terre tourne autour de 15C ( 288,15 K). Voir le diagramme :

      Nous sommes entourés de zones moins chaudes (pôles, tropopause, cycles saisonniers, diurne/ nocturne, volcanisme & accident nucléaire qui nous plongent ou peuvent plonger dans le froid. L’absence de chaleur devrait préoccuper davantage. Nous subissons et subirons les effets (conséquences) d’une cause probable de réchauffement bien  »qu’anecdotique » dans l’Histoire géologique de la planète, expliquée par la théorie de de la réduction de la couche d’ozone du Dr Peter L. Ward.

      INSTANTANNÉ D’UNE PORTION DE L’ATMOSPHÈRE SANS CO2

      * IR : on qualifie de rayonnement infrarouge (IR), un rayonnement électromagnétique de même nature que la lumière visible. Toutefois ses longueurs d’onde sont trop grandes pour être perceptibles …

      https://www.futura-sciences.com/sciences/definitions/physique-infrarouge-1011

      • rtremblay dit :

        C’est rare mais vous avez élevé le niveau avec cette dernière réponse. merci.

        Je connaissais déjà les différences entre les divers modes de transmission de la chaleur, mais je ne vous enlèverez pas le mérite d’avoir détaillé ceux-ci.

        Et c’est justement la raison pour laquelle j’ai émis une critique concernant votre point :

        « Toujours du chaud vers le froid, ne l’oubliez pas, pas l’inverse. »

        je me souvenais de la courbe de progression de la température de l’atmosphère que vous venez de publier et je me disais que celle ci était un peu en contradiction avec votre énoncé « toujours du chaud…. » : ce qui me fait dire que dans le domaine du chauffage radiatif … c’est un peu plus compliqué que les échanges de chaleurs par conduction ou convection.

        Bon en passant une maison à 75 Celsius ?? (bon probablement en Farhenheit ? 🙂

        long détour vs cours détour :
        hmm comparez la longueur de mes commentaires au votre et on en reparlera.
        hmm écrire en vers, en quatrain, en langage scientifique ou poétique et dire que RT fait de long détour 🙂 pas sérieux

        Mais j’émet quand même le commentaire que dans le domaine de la musique l’art et la science peuvent bien se combiner si on se réfère au grand compositeur classique (Beethoven, Brahms, Bach, Mozart etc…) par exemple. Dans le domaine de l’écriture c’est moins évident car chacun interprète selon son niveau de compréhension, son back ground…

        N’avez vous pas compris que vos quatrains s’affichent dans un caractère illisible ce qui décourage tout lecteur à faire l’effort d’apprécier votre prose !!

        Finalement concernant la théorie de l’Ozone Depletion… j’ai bien hâte de savoir si celle ci a été mise à jour en tenant compte de l’évolution réelle du TMAG des dix dernières années.

      • Monsieur Patate dit :

        Allo M. LM,

        J’essaie de me démêler dans le fouillis de mots.

        Je soupçonne que ce débat avec M. Tremblay « toujours du chaud vers le froid » est relié à l’argument selon lequel le CO2 ne peut pas réchauffer la surface de la Terre car les molécules de CO2 dans l’atmosphère sont plus froides que la surface de la Terre et donc, par conséquent, elles ne peuvent pas la réchauffer car tout le monde sait que, grâce à la 2e loi de la thermodynamique, les transferts thermiques se font toujours du chaud vers le froid. Est-ce que ça résume bien la discussion en cours ?

        SInon, pouvez-vous s.v.p. m’indiquer à quoi réfère cette affirmation, « toujours du chaud vers le froid » ?

        Bien à vous,

        M. Patate

      • Reynald Du Berger dit :

        Monsieur Patate… Infrarouge… radiation… ça vous dit qq chose ? Achetez le livre de mon collègue François Gervais, spécialiste de cette question, thermodynamicien, consultant pour le GIEC, professeur émérite a L’Université de Tours.  » L’urgence climatique est un leurre ».

      • M. Du Berger,

        « Monsieur Patate… Infrarouge… radiation… ça vous dit qq chose ? »

        Oui, vaguement (!)… mais j’ai pas l’impression que M. LM maîtrise certains concepts fondamentaux à ce sujet, à la lumière de (haha) certaines de ses publications, d’où ma question sur l’origine de cette discussion. On passera aux questions suivantes par la suite.

        M. Patate

    • lucbmenard dit :

      Oui. Quatre quatrains (4X4 =16 vers).

      Twitter & Facebook sont un fourre-tout, prétexte et aide-mémoire pour épingler des notes (sites Internet) surtout pour les autres. Je ne les utilise pas vraiment.

      LM : fait faire un p’tit détour, mais le lien fonctionne = 1
      RT : fait faire un long détour pour une lien qui ne fonctionne pas = 0

      Qui fait perdre plus de temps à l’autre?

      Ce sont des conséquences de notre ignorance à l’époque : l’avez-vous lue?

      Tout le monde peut faire des erreurs. L’important est d’apprendre de celles-ci
      et de ne pas répéter.

      Pensez-vous que l’Art se marie bien avec la science ?

      • lucbmenard dit :

        M. R. Tremblay,

        Comme vous, j’ai bien hâte à une mise à jour de la théorie de l’évolution, de la gravité et celle disant que la terre
        n’est pas plate (quoique, parfois…) en tenant compte de l’évolution de la TMAG
        des dix dernières années.

        Il y a au moins une appréciation de l’oeuvre, signe encourageant qu’en faisant un p’tit effort, on peut lire et/ou comprendre. Le style
        et sa fonte particulière n’est possiblement pas accessible à tout le monde…
        Ça me donne tout de même espoir de continuer!

        Bonne journée ☀️,

  21. rtremblay dit :

    je ne sais pas pourquoi vous me parlez de la théorie de l’évolution….blablaa… c’est vous qui êtes hors sujet.

    J’ai l’impression que la théorie de l’ozone déplétion n’est plus d’actualité ni valide parce que le TMAG continue d’augmenter. Qu’avez vous à répondre ?

    Faites un petit effort et donner moi de l’espoir que vous pouvez analyser correctement l’information

    • lucbmenard dit :

      Je réponds : je ne peux pas vous empêcher
      d’être impressionné (charmé) par l’hypothèse
      de votre choix.

      PLUS HAUT

      WOW WOW, votre histoire de DB05 ne s’applique pas. Le C02 n’est pas un POLLUANT (ni même
      un contimant, sauf dans certaines conditions).
      Ne s’applique pas ici. Vous mêlez la chimie
      avec la physique. Comme vous mêlez les
      pommes et les cerises.

      Bel essai d’impressionisme (ATTENTION, je m’y connais en Art, surtout ceux dont l’art est d’esquiver la question).

      p.s. ménager votre ❤️

      • lucbmenard dit :

        Le taux moyen de CO2 mesuré dans les classes du Québec est 804 ppm. On peut aller à 1500 sans problème (c’est ce qu’ils disent… doit faire chaud en titi).
        Nous ne sommes pas des poissons dans un bocal M. Tremblay ni des oiseaux dans une volière. Pas de dôme ni serre.
        Nous pouvons respirer et vivre adéquatement dans les conditions actuelles sans avoir à alarmer l’armée.

        Bonsoir.

      • rtremblay dit :

        Je ne mêle rien. c’est juste un exemple, une analogie

        le sujet est : faible concentration = faible effet
        parce c’est vous qui avez affirmé cela !

        mon point que j’ai souligné en prenant un exemple de la vie courante parmi tant d’autres. Une faible concentration en ppm ou encore en ppb n’est pas synonyme de faible effet. Au contraire ça peut être un effet toxique.

        Je n’ai jamais mentionné que le CO2 avait un effet toxique à 400 ppm. Je sais très bien que ces effets sur la santé humaine est à des niveaux plus élevés …
        Je veux juste dire que le CO2 est un GES important à 400 ppm. N’oubliez pas qu’il y a d’autres GES reconnue avoir des effets aussi à des concentration beaucoup plus faible que le CO2.

        Question : est-ce que dans un miroir … l’impressionnisme donne le même effet ? la pognez vous ?

  22. rtremblay dit :

    R Duberger écrit :

    « rtremblay. méfiez-vous des « normes » de toxicité très variables d’un pays à l’autre. Pourtant un bébé canadien n’est pas physiologiquement différent d’un bébé chinois ou américain. »

    Ainsi selon vous il faudrait se méfier des normes ?

    Ok, mais les connaissances scientifiques ne sont pas les mêmes dans tout les pays et les normes ne sont pas définies et spécifiées tous en même temps. De plus chaque gouvernement n’accorde pas la même importance à la santé de ces citoyens. Les normes c’est évolutif.

  23. lucbmenard dit :

    M. Patate,
    Commencez par:

    1) dire et/ou expliquer ce que
    vous savez; je pourrai ainsi
    savoir si vous comprenez et;
    2) vous nommez du nom
    et prénom qui apparaissent
    sur votre baptistère, et;
    3) on verra si je discute
    de cette patate chaude.
    4) relisez, mes mots ne sont
    pas pêle-mêle; le fouillis
    est possiblement provoqué par M. Tremblay;
    posez-lui la question, en verra
    si il vous aide à mieux comprendre!
    Peut-être que vous vous comprendrez
    mieux ensemble.

    -un gars pas trop friand de la poutine
    (à l’occasion seulement)

    • Monsieur Patate dit :

      Bonsoir,

      1) Ouf, par où commencer ? Euh… Par exemple, je sais jouer de la basse, du moins assez pour m’amuser dans un groupe punk/rock dans mes temps libres.

      2) Monsieur Patate (ça change quoi ?).

      3) C’est votre choix et je le respecte.

      4) Je partage les réserves que M. Tremblay émet au sujet de votre compréhension des transferts radiatifs, donc oui, on s’entend plutôt bien là-dessus.

      Exemples de points à clarifier :

      « B) à propos de la convection (mouvement ascendant) : l’énergie IR exprimé en électron volt »
      Pourquoi mettez-vous IR et « convection » dans la même phrase ? Le rayonnement infrarouge n’a rien à voir avec la convection.

      Autre point :
      « RT (vous dites) : ma maison est chauffée (25 °C ou 298,15 Kelvins) & mon toit laisse échapper du rayonnement IR à l’extérieur; vous l’affirmez, mais ne le prouvez pas, car ça dépend de quelle intensité (fréquence) est le rayonnement incident qu’il rencontre (l’environnement externe a son mot à dire, je vous le rappelle). »

      Euh… non. M. Tremblay a raison, une maison maintenue à 25 deg C va toujours émettre une certaine quantité de chaleur par radiation, et ce peu importe si c’est la nuit, jour, hiver, été. Bien sûr, la radiation incidente du Soleil qui entre dans la maison va varier selon les conditions, et donc le flux de chaleur net aussi, mais il y a toujours la même quantité de chaleur émise par rayonnement par le toit, car ça dépend uniquement de la température de la maison et de l’émissivité du toit.

      S.v.p. éclairez-moi (dans l’IR, visible ou UV…selon l’énergie que vous souhaitez y mettre).

      Bien à vous,

      M. Patate

  24. rtremblay dit :

    J’ajoute un questionnement à M. LBM sur la théorie de l’Ozone Déplétion.

    Ce serait selon vous le facteur le plus déterminant pour l’évolution du TMAG. Cette théorie serait basé sur le point que le TMAG aurait atteint un plateau depuis 1998. ce qui est complètement faux. Le TMAG continue d’augmenter depuis 1960… ne vous en déplaise.

    Alors je désire avoir des explications claires et logiques pour tenter de comprendre votre point. il ne s’agit pas juste d’afficher des figures, des graphiques.

    Quand à la clarté de vos écrits M. LBM laissez les autres en juger.
    Même votre dernier post mériterait une meilleur disposition du texte. Il y a plein de changements de ligne non nécessaire qui diminuent la clarté, la facilité de lecture de vos écrits. Autant que possible on met une phrase sur une seule ligne.

    https://duberger.me/2022/04/10/le-responsable-est-le-tarif-postal-et-non-le-co2/#comment-381683

    Pour ma part je comprends le dernier point de M. Patate.

    • Paul A. Klimaté dit :

      Bonjour Rejean,

      De praticien assidu du pitinègue (‘petit nègre’), vous voilà devenu, avec votre Correcteur 101 (ou Antidote), le grammairien qui reprend notre bon encyclopédiste.
      Vous êtes la preuve que l’on peut évoluer positivement à tout âge. Donc, il y a encore de l’espoir pour moi aussi.
      Ainsi que pour vous, de sortir éventuellement de votre égarement climatique.

      Plus haut sur cette page vous avez exprimé un regret : « Je m’ennuie des propos de Guillaume qui proposait des éléments nettement plus élaborées. ».

      Il aurait suffi de trois jours de canicule, après un printemps plus frais que d’habitude, pour que l’intimé réalise que l’heure climatique est grave et qu’il accoure à votre secours.

      Maintenant, pour qu’il reste, il n’en tient qu’à vous : « Lâche pas la patate mon nèg, lâche pas la patate . »

      “Lache Pas La Patate”

      Tout n’est pas faux dans vos interventions sur cette page, mais vous non-plus, vous ne renouvelez pas votre argumentaire.
      Pour que votre « TMAG continue d’augmenter depuis 1960 » par elle même, il faudrait que son établissement, surtout sur des vastes étendues d’océans peu fréquentées, soit inattaquable.

      Sinon, l’augmentation de la TMAG se fera au gré des besoins de la Cause.

      M. Patate, serait-il en mesure de trouver dans ses références ‘CSSR 2017’ les arguments quant à la solidité du concept ‘TMAG’, basé sur des mesures manipulées, aux ajustements arbitraires évolutifs et sur des extrapolations époustouflantes, avant l’intégration globale.

      Solidairement,
      Paul A. Klimaté

      • Reynald Du Berger dit :

        Cher Paul A. Klimatisé .. Je m’inquiétais de votre silence et me disais  » le vilain virus qui a emporté mon polémiste préféré André Arthur aurait-il aussi eu raison de mon commentateur préféré ?  » Je me réjouis donc de votre retour .. mais attention , Radio-Canada et La Presse peuvent lire mon blog et vous rabrouer et demander d’écrire petit mot en « n » .

      • rtremblay dit :

        à Paul:

        Le concept de TMAG est supporté et vérifié par 5 groupes différents qui utilisent indépendamment un de l’autre des méthodes de « correction » des donnés brutes et qui arrivent tous à la même conclusion ! Le TMAG monte … allez voir site de Berkerley Earth….

        Les climato-sceptiques quand à eux ont une conception et une analyse variable du TMAG. Quand il est question de Vostok et de ces carottes de glaces.. pas de problème le TMAG provient d’une ou quelques carottes et avec cela vous êtes capables (pas moi) d’affirmer des delta Temps de 200 à 1000 ans de TMAG vs CO2. Par le fait même vous affirmez que le TMAG provient de mesures (proxies) indirectes de quelques carottes.

        De plus, pour des périodes plus récentes ben là c’est 3 à 6 mois de delta temps (TMAG vs CO2) que vous affirmez !!! c’est quoi votre position ? la malhonnêteté intellectuelle ? la cueillette de cerise selon la saison 🙂 ?

      • Paul A. Vakciner dit :

        Bonjour professeur,

        Vous oubliez que je suis api-vacciné (bientôt mes vaccinatrices seront de retour avec les piqûres de rappel à l’avenant) et que je possède un système immunitaire en béton. Que j’exerce continuellement et activement par des petits accrocs aux préceptes d’hygiène nord-américaine trop tatillonne.
        Avec le système immunitaire, comme avec les muscles : “use it, or lose it”.

        Et le triste départ du grand Roi Arthur me donne en quelque sorte raison.
        Je l’écoutais assez souvent pour connaître son obsession avec l’hygiène. Il était absolument intraitable sur ce sujet.
        D’où la probabilité de l’insuffisance de son système immunitaire général (lymphocytes etc..), celui qui régit la résistance globale aux infections et diverses maladies et que les vaccins ciblés ne touchent pas.

        Cette opinion est basée sur mon GBS, pas la science glanée sur Google. Depuis mon enfance je me laisse guider par cette opinion, en faisant très attention à ne pas dépasser les bornes.
        En santé, tout est dans l’équilibre et dans la bonne mesure. Les probiotiques peuvent aider.

        Peut-être, je suis maintenant aussi immunisé contre la Covid par l’Omicron, qui m’aurait visité sans que je m’en rende compte.

        Mais vous, depuis 6 mars, vous devez être sérieusement en manque de dose salvatrice d’ARNm.

        Êtes-vous aussi fébrile que votre émule Bémol ?

        Salutation sollicitudinales,
        Paul A. Vakciner

        NOTE :
        Être trop protégés, nous rend plus vulnérables.
        À ma grande surprise, on admet maintenant à mi-mots que la politique chinoise de contamination zéro, pourrait expliquer les déboires actuels dans ce pays. André Arthur dénonçait souvent le niveau d’hygiène dans les restaurants de cuisine chinoise au Québec.
        Pour que mon hypothèse se vérifie, il faudrait que les normes d’hygiène dans les grandes villes de Chine soient comparables aux nôtres. N’est-ce pas surtout là que sévit l’infection, pas dans les villages où on pourrait présumer des pratiques d’hygiène plus terre-à-terre (ou par terre) ?

    • lucbmenard dit :

      …après 1998, ce sont les conséquences, la suite de ce problème et le volcanisme récent (ce sont du moins les explications du Dr Peter L. Ward qui permet de le comprendre dans sa globalité).
      La problématique est complexe et ne se résume pas qu’à quelques faits, mais l’ensemble
      de ceux-ci permet de comprendre le lien étroit entre la réduction de la couche d’ozone antérieure
      à cette date (celle anthropique, si vous voulez) et celle postérieure (naturelle, bien que les conséquences de celle humaine perdurent malgré l’arrêt de l’usage de ces polluants).
      Les deux facteurs combinés causes le léger réchauffement de 1F environ.

      Bonne journée,

    • lucbmenard dit :

      En réponse à ci-haut (M. Tremblay)

      …après 1998, ce sont les conséquences, la suite de ce problème et le volcanisme récent (ce sont du moins les explications du Dr Peter L. Ward qui permet de le comprendre dans sa globalité).
      La problématique est complexe et ne se résume pas qu’à quelques faits, mais l’ensemble
      de ceux-ci permet de comprendre le lien étroit entre la réduction de la couche d’ozone antérieure
      à cette date (celle anthropique, si vous voulez) et celle postérieure (naturelle, bien que les conséquences de celle humaine perdurent malgré l’arrêt de l’usage de ces polluants).
      Les deux facteurs combinés causes le léger réchauffement de 1F environ.

      Bonne journée,

  25. Paul A. Klimaté dit :

    Cher Rejean,

    RE : https://duberger.me/2022/04/10/le-responsable-est-le-tarif-postal-et-non-le-co2/#comment-382131

    Que cinq ou cent groupes d’activistes, inter-reliés par la Grande Cause, marchent en cadence, ça prouve quoi ?

    Les températures ‘brutes’ prélevées sur les voies fréquentées par la marine marchande et ensuite extrapolées au reste des océans, surtout à l’Arctique où l’on ne va jamais, sont-elles pour autant plus légitimes SCIENTIFIQUEMENT ?
    Vous les acceptez, alors elles sont assurément bonnes.

    Quant à : « Sur les bases annuelles : ΔT↑ —> [CO2]↑ et ΔT↓ —> [CO2]↓. PAS LE CONTRAIRE !!! », je crois avoir rapporté un délai de 8 à 9 mois, pas de 3 à 6 mois. Un monsieur Rodger, l’expert que vous avez pris l’initiative de consulter, avait confirmé cette dépendance temporelle qu’il attribuait à la circulation marine aux tropiques sous un régime non-continu.

    Y a-t-il d’autres sources qui soutiennent un délai de 3 à 6 mois ?

    NOTE : Il y a quelques années, j’avais rapporté un délai ΔT↓ —> [CO2]↓, de 8 ou 9 mois à la suite du refroidissement global soudain après l’explosion de Pinatubo. Un épisode remarquable qui confirmerait la tendance.

    En ce qui concerne le délai à long terme, monsieur Guillaume le reconnaissait aussi : https://duberger.me/2018/04/15/pas-question-de-debattre/#comment-61125
    Monsieur Patate pourrait vouloir élaborer davantage.
    Lisez aussi ma réponse concernant la “fausse dichotomie”.
    Les carottes de glace ne sont pas précises à une année près, mais le prof avait avancé un délai de 500 à 800 ans.

    Pourquoi m’accusez-vous tout de suite de pratiquer la malhonnêteté intellectuelle ?
    Le vaccin Pfizeur, vous rend-t-il intolérant ?

    • lucbmenard dit :

      Mr Klein,

      J’ai bien peur que vous ne soyez également
      responsable d’un brin du léger réchauffement
      (ayoye : un degré F en 150 ans; ouf, j’ai chaud), mais pas tant que certains, ici, qui perdent la chaleur par le toit, assez pour faire augmenter
      la TMAG semble-t-il. Celle-ci capte leur attention. En tout cas, beaucoup par rapport à son importance; le CO2, lui, ne capte que16% des IR émis par la terre. Leur hypothèse : celle d’une serre à laquelle il manque 84 % du verre pour retenir la chaleur. Malgré tout, ils ont trouver moyen de faire pousser des tomates (ou leur salade) avec (sous) seulement 16 verres selon
      leur logique. Pas mal pour une molécule au travers de 2439.

      Comment, vous? Par le biais d’une simple corrélation : le nombre d’étiquettes (timbres)
      émis au cours de votre vie. La « poignée » vous comme dirait notre ami Normand.

      Bienvenue/ Welcome back
      dans l’arène politique!

      -un amant de la musique de Bob Dylan
      (désolé M. Patate)

      • rtremblay dit :

        Ayoye M Ménard…. totalement incompréhensible votre message du 17 mai.

      • lucbmenard dit :

        M. ci-dessous (M. Tremblay),

        Si vous préférez, mon poème est plus facile à comprendre.
        Soixante-quatre verres, ça fait une
        meilleures serre pour partir le
        maraîcher (patate, salade, etc )
        Ça fait pas mal! Et, pas de danger
        de s’enliser (yé 4X4).

        Une solution au réchauffement : peindre
        les toits en blanc et aussi l’asphalte.

        Qu’en pensez-vous?

      • Monsieur Patate dit :

        Eh M. Luc, nul besoin d’être désolé, je suis moi-même un fan de Dylan et je joue quelques-unes de ses chansons à l’occasion…!

        How many tons of greenhouse gases
        Does it take to heat up the sky ?
        How many scientists will shout it out loud
        Before everyone starts to fry ?

        The CO2, my friend, is blowing in the wind
        The CO2 is blowing in the wind

        M. Patate

      • Reynald Du Berger dit :

        Monsieur Patate
        How many years will it take till he knows
        That too many people have lied ?

      • Paul T. Klein dit :

        M. Patate n’est pas un froide scientifigue, à l’évidence il a du génie lyrique.

        Mais, quand il dit qu’il « joue quelques-unes de ses chansons à l’occasion », j’aurais cru que c’est de Mads Langer qu’il parlait.

        “Mads Langer – Elephant”

        «
        And I feel like
        I’am an elephant in
        a porcelain shop
        »

      • Paul T. Klein dit :

        Cher Maître Luc,

        S.V.P. soyez juste : Pendant qu’un homme moyen dégage entre 80 et 140 Watts au repos, ce quidam frugal se fait étiqueter d’un 25 Watts par les bienpensants.
        Alors, mon brin participatif au réchauffement climatique serait vraiment léger.
        Par contre, quand le Pétrophobe fait ses marches-santé cadencées en cogitant sur le Klimatet, il doit facilement friser le joual-vapeur (735.5 W).

        La fameuse ‘poignée de porte’ de Normand L’Amour que vous évoquez, qui la tient selon vous ? Vous, M. Guillaume, moi ?

        Je vous propose de marquer cette ‘Journée Mondiale des Abeilles’ en écoutant un autre chef d’oeuvre du Grand Normand :
        “Normand L’Amour Les Faux bourdon”

        Même l’austère Pétrophobe sera ému par le message profondément humaniste / environnementaliste du chantre-poète québécois.

        Salutations ozonales,
        Paul T. Klein
        Serein et api-vacciné

        N.B. : ozonal – “La première porte sur l’opération Stratoprobe qui analyse les effets climatiques sur l’équilibre ozonal de la stratosphère.”

      • Monsieur Patate dit :

        Haha, je dois admettre que vous m’avez bien fait rire MM. Du Berger et Klein (et je ne le dis pas ça de façon sarcastique) !

        Il faut reconnaître que M. Klein a une mémoire d’éléphant ! 😀

        M. Patate

    • rtremblay dit :

      Paul, je prends le temps de répondre un par un à chacun de vos points

      Que cinq ou cent groupes d’activistes, inter-reliés par la Grande Cause, marchent en cadence, ça prouve quoi ?

      R: ça prouve que vous ne savez pas faire la différence entre groupe d’activiste et groupe de recherche scientifique en climatologie.

      Les températures ‘brutes’ prélevées sur les voies fréquentées par la marine marchande et ensuite extrapolées au reste des océans, surtout à l’Arctique où l’on ne va jamais, sont-elles pour autant plus légitimes SCIENTIFIQUEMENT ?
      Vous les acceptez, alors elles sont assurément bonnes.

      R: Je ne crois pas que vous avez les compétences pour évaluer la validité de l’évaluation du TMAG. La recherche scientifique se passe par la confrontation des scientifiques et de leurs résultats. Présentez nous des résultats d’un seul groupe qui diffère des autres et peut-être que je changerer de position mais pour l’instant il est claire que le TMAG monte depuis 1960.

      Quant à : « Sur les bases annuelles : ΔT↑ —> [CO2]↑ et ΔT↓ —> [CO2]↓. PAS LE CONTRAIRE !!! »,

      R: c’est faux comme affirmation… faites vos recherches et lectures. Je peux vous fournir des références si besoin.

      je crois avoir rapporté un délai de 8 à 9 mois, pas de 3 à 6 mois. Un monsieur Rodger, l’expert que vous avez pris l’initiative de consulter, avait confirmé cette dépendance temporelle qu’il attribuait à la circulation marine aux tropiques sous un régime non-continu.

      Y a-t-il d’autres sources qui soutiennent un délai de 3 à 6 mois ?

      R: je pense que c’est beaucoup plus trop complexe pour être en mesure d’affirmer un délai de X mois. En fait pourquoi il y aurait un délai ?

      NOTE : Il y a quelques années, j’avais rapporté un délai ΔT↓ —> [CO2]↓, de 8 ou 9 mois à la suite du refroidissement global soudain après l’explosion de Pinatubo. Un épisode remarquable qui confirmerait la tendance.

      En ce qui concerne le délai à long terme, monsieur Guillaume le reconnaissait aussi : https://duberger.me/2018/04/15/pas-question-de-debattre/#comment-61125
      Monsieur Patate pourrait vouloir élaborer davantage.
      Lisez aussi ma réponse concernant la “fausse dichotomie”.

      R: OUF vous allez vraiment nous faire la leçon sur la fausse dichotomie !!!

      Les carottes de glace ne sont pas précises à une année près, mais le prof avait avancé un délai de 500 à 800 ans.

      R: vous ne voyez pas de bogue dans votre logique ?? 3 mois vs 500 ans

      Pourquoi m’accusez-vous tout de suite de pratiquer la malhonnêteté intellectuelle ?

      R: après tant d’année….à vous lire

      Le vaccin Pfizeur, vous rend-t-il intolérant ?

      R: je n’ai pas reçu ce vaccin. et vous n’avez pas lu mes commentaires. Ça se peut que je devienne intolérant et que je prenne la position du penseur de Rodin, mais en me posant la main sur ma tête 🙂

      • Reynald Du Berger dit :

        rtremblay… je peux répondre à TOUTES vos répliques aux commentaires de Paul… mais pour l’instant je n’en retiendrai qu’une

        « Je ne crois pas que vous avez les compétences pour évaluer la validité de l’évaluation du TMAG. La recherche scientifique se passe par la confrontation des scientifiques et de leurs résultats. Présentez nous des résultats d’un seul groupe qui diffère des autres et peut-être que je changerer de position mais pour l’instant il est claire que le TMAG monte depuis 1960. »

        Paul ne prétend pas avoir de compétences en sciences du climat et moi non plus. Mais je questionne fortement TOUTES les mesures océaniq

      • Reynald Du Berger dit :

        rtremblay dit « Je ne crois pas que vous avez les compétences pour évaluer la validité de l’évaluation du TMAG. La recherche scientifique se passe par la confrontation des scientifiques et de leurs résultats. Présentez nous des résultats d’un seul groupe qui diffère des autres et peut-être que je changerer de position mais pour l’instant il est claire que le TMAG monte depuis 1960. »

        Je dis : mesures satellitaires depuis 1979. Avant, seulement thermomètres . 70% d’océans.. sur océans: Bateaux vont de disons South Hampton à Shangaï… toujours par mêmes routes… pas de zig zag , toujours même routes, de temps en temps le capitaine lance un bucket à l’eau , pitch un thermomètre dans le bucket et consigne T dans son livre de bord… à + ou – 2C…. fait escale aux Antilles, remplit sa cale de rhum … passe par Panama hic ! hic ! zig zag un peu … confie le pilotage au spécialiste sobre pour passer le canal.. et hips! vogue la galère… résultat pour avant 1979.. et pour 70% de la Terre on n’a aucune mesure de T fiable ! et pour les stations meteo terrestres, 80% de celles américaines sont mal situées — ilots urbains etc… Donc avant satellites caca de taureau – bullshit-

  26. rtremblay dit :

    Pour affirmer cet énoncé il faut fournir référence svp : « et pour les stations meteo terrestres, 80% de celles américaines sont mal situées — ilots urbains »

    Personnellement je crois que votre point est faux !

    En ce qui concerne la prise de mesure dans les océans vous référez encore à la légende urbaine du capitaine Morgan alors que vous savez bien que ce dernier n’a rien à voir dans la prise de mesure de la température et qu’en plus cette valeur est beaucoup moins variable que dans l’atmosphère. de plus la tendance de 1980 à aujourd’hui est très nette, très claire pour l’augmentation des températures océaniques et atmosphérique.

    Mais tout compte fait vous préférez divaguer sur le sujet plutôt que l’approfondir. Montrez nous des études sérieuses sur le sujet pas des affirmations gratuites basées sur du vent !

  27. rtremblay dit :

    https://duberger.me/2022/04/10/le-responsable-est-le-tarif-postal-et-non-le-co2/#comment-383932

    en fait j’espère que bientôt tout les liens entre l’industrie pétrolière et les groupes « Think Tank » de « réflexions » climatosceptiques seront bien établis et qu’il sera mis en évidence qu’ils savaient les risques encourus en continuant selon le modèle polluant d’exploitation des énergies fossiles et qu’ils ont volontairement freinés la mise en place d’un modèle moins polluant.

    blowing in the wind !

    de mon côté je suggère le chansonnier Québécois, Luc de Larochelière comme réflexion :

    …. Est si Fragile.

    bonne écoute !

    • Reynald Du Berger dit :

      rtremblay … Blowin in the wind ?

      How many years will it take till he knows
      That too many people have lied ?

      lied .. ont menti…

      Mon ami Christian Gerondo.. « Les 12 mensonges du GIEC » achetez son dernier livre sur amazon.ca

      Le voici dans une de ses entrevues.

      • lucbmenard dit :

        Ce ne sont pas les paroles de Dylan, mais celles d’une propagande insensée.

        En voici de meilleures (Mr. Tambourine man) : « Let me forget about today until tomorrow « .
        La signification (spécialement pour M. Tremblay) et je fais bien attention de TOUT aligner.

        Bref, M. Tambourin symbolise le cœur. Nous devons suivre le battement de notre cœur et profiter de la vie, comme elle vient, car elle vaut VRAIMENT la peine d’être vécue PLEINEMENT. « Oublions la journée d’aujourd’hui jusqu’à demain, s’il faut », les ennuis, les problèmes et pensons à s’amuser, profiter de la vie. Demain est un autre jour.

        Pour les amateurs et ceux qui connaissent vaguement.
        PUNK – Encyclopædia Universalis

        Mouvement musical ayant atteint son apogée vers 1977 en Grande-Bretagne, le punk, ou punk-rock, se voulait l’expression brute d’une jeunesse désœuvrée, révoltée et provocatrice. Il a progressivement évolué vers une forme plus accessible et moins politisée, le skate-core.

    • Paul N. A. Assez dit :

      Bonjour Rejean,

      Et moi j’espère que le monde se réveille à temps et établit la responsabilité directe de Joe Biden (ou plutôt de marionnettistes verts qui tirent ses ficelles) dans le “blow-up” global qu’on est en train de vivre : l’inflation, la guerre (aussi la faute directe de Biden qui voulait mitiger l’effet du fiasco d’Afghanistan) et bientôt la récession, possiblement aggravée pour l’Occident par la perte de position du dollar US en tant que la devise de référence (causée par les sanctions tous-azimuts insensées, car tous les joueurs économiques mondiaux réalisent qu’ils pourraient y passer aussi quand les irresponsables tiennent les leviers).
      La possibilité de guerre nucléaire n’est pas à exclure, si l’intervention directe US en Ukraine continue.

      Le premier jour de sa présidence : Biden a fermé l’exploitation pétrolière américaine, florissante et prospère sous D. Trump.
      Ensuite : il s’est aliéné les pays de la Péninsule arabique qui ne veulent plus collaborer en modulant leur production selon les besoins de l’Économie et se tournent maintenant vers la Chine.
      C’est de là et de cadeaux électoralistes en trillions de $ que provient la spirale inflationniste, pas de Poutine.

      Pas mal pour 16 mois de présidence verte d’un sénile en état de démence avancée.

      Quant au « modèle polluant d’exploitation des énergies fossiles », aux Europes, ils vont chanter verts-gris en décembre quand la Russie aura fermés les robinets vers l’Ouest.
      Avant de ne plus chanter du tout dans le silence blanc du congelé vivant.

      • lucbmenard dit :

        Pourquoi tout simplement ne pas dire qu’on est pour l’exploitation et l’utilisation sécuritaire du pétrole et des produits pétroliers dérivés (plastique, etc.) au lieu de …

        Et, il n’y a pas seulement Trump et les républicains qui veulent ça.. outre les É.-U., la liste
        des principaux producteurs :

        Arabie Saoudite, Russie, Canada, Chine, Iraq, Émirats arabe unis, Brésil, Iran, koweït.

        On ne peut simplement pas s’en passer, c’est trop nécessaire (chauffage, transport…)
        et SURTOUT ÉCONOMIQUE.

        Une analyse simple et claire.

    • lucbmenard dit :

      …on est peut-être TROP fragile, non! La planète et son atmosphère est capable d’en prendre…

      Pour réfléchir : pourquoi l’extinction de la race humaine, par le froid ou la chaleur, ne pourrait-elle pas être considérée comme une hypothèse? Il y a bien d’autres extinctions en cours : par des causes naturelles (volcanisme, impact météoritique ou autres) ou anthropiques (réduction de la couche d’ozone, guerre nucléaire, etc.).

      On a failli y passer vous savez! Si ce n’est que du protocole de Montréal (1989) sur les SACO* des conséquences catastrophiques pour l’espèce étaient envisagées.

      Cependant, comme il faut TOUJOURS être vigilant, voilà que ces gaz interdits par le protocole de Montréal ont fait un retour dans l’atmosphère à partir des années 2013. Une étude menée conjointement a permis d’observer une recrudescence des émissions (CFC-11) dans le Sud-Est de la Chine (l’étude a documenté que des entrepreneurs illégaux, pressés de fabriquer davantage de mousse isolante pour améliorer l’isolation des bâtiments neufs et réduire la consommation de combustibles fossiles ont utilisé une substance interdite, le Fréon 11.). La Chine aurait nié.

      https://www.techniques-ingenieur.fr/actualite/articles/la-chine-responsable-de-la-recrudescence-du-cfc-11-dans-latmosphere-67215/

      *Les SUBSTANCES APPAUVRISSANT LA COUCHE D’OZONE sont divisées en deux groupes en vertu de la Loi sur la qualité de l’air : les substances appauvrissant la qualité de l’air de classe I, comme les chlorofluorocarbones Chlorofluorocarbones Gaz visés par le Protocole de Montréal de 1987 et utilisés pour la réfrigération, la climatisation, l’emballage, l’isolation, les solvants ou les propulseurs d’aérosols.

      réf. https://www.epa.gov/ozone-layer-protection/ozone-depleting-substances

      autres réf. : https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1631071318301160

  28. rtremblay dit :

    vous nous ressortez encore ce point de votre ami Gérondeau, bla, bla les x mensonges de ceci ou de cela ! tout le temps la même rengaine et encore sans appui, bla bla !!!

    je vais quand même l’écouter pour me distraire et m’assurer qu’il n’y pas quelques choses de neufs

  29. lucbmenard dit :

    Monsieur D. Klein et les autocollants

    Ne le prenez pas trop personnel : https://duberger.me/2022/04/10/le-responsable-est-le-tarif-postal-et-non-le-co2/#comment-382388

    Je vois que toute cette propagande au propos de l’hypothèse farfelue du CO2 (biais corrélatif) peut affecter n’importe qui, même les plus sains d’esprit.

    Petite question à propos de l’Happy vaccination : est-ce qu’elle protège également contre la variole du singe?

    Bonne réflexion comme dirait Martin Carli (Génial).

    -IR

    • Paul T. Klein dit :

      Mister LBM.,

      Tel un oracle, trop sibyllin pour l’ami Rejean et moi vous êtes.

      Sain d’esprit je pense être, mais réfractaire à la propagande verte, aussi je suis.

      En fait, je crois que l’énergie prend toujours le chemin de la moindre résistance et fuit le plus rapidement possible vers une autre destination dans l’espace-temps, selon les conditions locales imposées par la physique.

      Quand une roche sur notre globe est irradiée par le soleil, elle réchauffe l’air en contact surtout par la convection et en deuxième lieu (beaucoup moins), elle envoie les rayons vers l’espace environnant, qui contient de l’air à densité décroissante quand on monte en altitude (dont environ 400 ppm sont constitués de CO2), pour aboutir dans le vide sidéral. Certains rayons sont interceptés par les gaz à effet de serre et d’autres rayons, correspondants à l’état de l’émetteur, sont émis aussitôt par la molécule.

      Les conditions sur la Terre font que les températures des corps réchauffés par le soleil sont trop basses pour que l’effet de serre radiatif puisse être aussi puissant qu’on le prétend.
      Même aux conditions rencontrées à l’équateur, le transfert de la chaleur par convection est environ 10 fois plus important que par le rayonnement infrarouge.

      Vos doses chéries de la thérapie génique (vaccins à l’ARNm) pourraient plutôt vous rendre, ainsi que le Bienveillant Immense, plus vulnérables aux virus vagabonds, simiesques et autres :

      “ Dr. Robert Malone: ‘Rotten to the Core’ FDA Knew COVID Vaccines Could Spur Viral Reactivation, But Said Nothing › American Greatness (amgreatness.com) “
      https://amgreatness.com/2022/05/17/dr-robert-malone-rotten-to-the-core-fda-knew-covid-vaccines-could-spur-viral-reactivation-but-said-nothing/

      Je ne vous le souhaite pas, mais je suis content de ne pas avoir cédé aux pressions de Lego – facho.
      Croyez-vous, que la première dose de son vaccin, soit l’AstraZeneca à l’adénovirus de chimpanzé, rendrait votre mentor plus exposé à la variole du singe ?

      Paul T. Klein
      Serein et api-vacciné

      N.B. : Surtout, ne sautez pas les pélules que vous a prescrit votre psy.

  30. lucbmenard dit :

    SÉRIEUX

    Puisqu’il n’y a pas consensus, ici, https://duberger.me/2022/04/10/le-responsable-est-le-tarif-postal-et-non-le-co2/#comment-382800

    Une solution au réchauffement : peindre
    les toits en blanc et aussi l’asphalte.

    Qu’en pensez-vous ?

    Parlons-en !

    J’ai pêché ça ici* : https://www.youtube.com/watch?v=5wDIkKroOUQ

    La phrase CLÉ: c’est comme retirer TOUTES les automobiles de la TERRE pour 11 ans,
    WOW!

    UN IDÉAL!

    Sans le dire, je gagerais qu’il ne parlais pas des autos électriques… sinon, quel besoin
    de peindre les routes, autoroutes, chemins en gravier (na) en blanc. Mais qui sait?

    Question existentielle : quelle devrait être la couleur de la ligne blanche dans le futur?

    Exercice en classe (sous question) : quel est l’impact du choix de couleur noire (sic) et ses conséquences sur l’augmentation du réchauffement planétaire (TMAG) et les changements climatiques?

    Un exemple pratique ici : https://www.youtube.com/watch?v=tdoHh6i0kQg

    *Le Dr Steven Chu est récipiendaire d’un prix Nobel en Physique 1997 (mais pas exactement pour ça)

    • lucbmenard dit :

      Le burkini¹

      Ne vous inquiétez pas, je ne vais pas vous parler de ce vêtement de bain. Il s’agit d’un truc pour avoir l’attention. Maintenant que c’est fait, passons aux choses SÉRIEUSES.

      https://duberger.me/2022/04/10/le-responsable-est-le-tarif-postal-et-non-le-co2/#comment-384639

      Comment, en science, peut-on en arriver à mystifier les gens (volontairement ou non), crédules, avec de prétendues connaissances; parfois, même souvent, des idées erronées « qui cachent la vérité », du moins, à suffisamment l’enrober pour que d’aucuns se demandent si quelque chose de vraiment vraie existe derrière la couverture?

      Voici une capsule humoristique pour pseudo-spécialistes. Elle montre bien qu’on ne peut trouver plus maladroit. Cela dit, le but n’est pas d’insulter ni mépriser eut égard à l’intelligence ou l’ignorance, mais aidera possiblement à se corriger de ses erreurs ou de certains défauts².

      M. Touche à tout et sa peinture invisible³ (tirée de l’émission la Fricassée 1977)

      https://www.bing.com/videos/search?q=%c3%a9mission+la+fricass%c3%a9+m.+touche+a+tout&&view=detail&mid=A193AC7C67516B731E2AA193AC7C67516B731E2A&&FORM=VRDGAR&ru=%2Fvideos%2Fsearch%3Fq%3D%25c3%25a9mission%2Bla%2Bfricass%25c3%25a9%2Bm.%2Btouche%2Ba%2Btout%26FORM%3DHDRSC3

      Les sciences des climats

      La science est une façon de collecter, organiser, analyser et interpréter des données d’une manière logique en espérant mieux comprendre la réalité qui nous entoure. Quelles sont les causes et quels sont les effets. La Science n’est jamais définitive. Les climats ne sont jamais définitifs. Il faut TOUJOURS demeurer ouvert à la possibilité qu’il peut exister une ou d’autres possibilités (hypothèses). Les climats changent. L’augmentation de la température, particulière aux années 1965-98 (0,65°F), est expliquée dans la théorie de la réduction de la couche d’ozone et les molécules de chlore et brome qui la détruise ainsi que par le volcanisme récent. Nous y reviendrons.

      Apprendre des observations

      Revenons maintenant à l’exemple pratique, ici : https://www.youtube.com/watch?v=tdoHh6i0kQg) qui explique le mécanisme de transfert de chaleur du toit de la maison. Les relevés de température effectués à l’intérieur et l’extérieur du bâtiment résument le chemin pris par l’énergie solaire et les différents types de radiation :

      1) des REM absorbés par la toiture, le jour, seul la couleur brune (ou beige) est réfléchie;
      2) le toit en bardeaux d’asphalte devient extrêmement chaud dans l’après-midi (170°F ou 76°C); 3) les différents matériaux en contact font que l’énergie est transmise à l’intérieur du bâtiment par conduction;
      4) au fur et à mesure du temps (PM), la température extérieure diminue (76 à 69°F), pendant que celle intérieure continue d’augmenter;
      5) une part méconnue de l’énergie du toit est possiblement émise dans l’air extérieur (et ce n’est pas la chaleur interne du bâtiment puisque celle-ci continue de grimper à l’intérieur, d’où le besoin en climatisation); la température mesurée à l’extérieure demeure en phase descendante;
      6) si la parcelle d’air extérieur était saturée en humidité, ses molécules d’eau (0,5%) pourrait absorber jusqu’à 50 % des radiations possiblement émises. Les molécules d’eau possèdent plusieurs bandes d’absorption avec lesquelles les plus longues longueurs d’ondes peuvent entrer en résonance. L’énergie thermique ‘’potentielle’’ du rayonnement infra-rouge (IR) qui lorsqu’absorbée par les molécules d’eau se transforment en chaleur. Même chose du CO2, mais moins nombreuses sont les molécules dans l’atmosphère (0,04%) et les bandes d’absorption. L’absorption totale varie : 16-25% dans ce cas;
      7) après l’application du produit, il y a une différence en rapport avec le phénomène d’absorption, la température enregistrées est de 98°F. Cela signifie qu’une part importante du rayonnement incident (UV) est réfléchie et non plus absorbée par le toit. Le résultat est que l’intérieur de la maison ne se réchauffant pas autant, le besoin en climatisation (énergie) est moins grand, donc moins coûteux.

      Il peut sembler logique qu’une concentration accrue de dioxyde de carbone dans l’atmosphère, en augmentation, fait que la ‘’pseudo-serre’’ entourant la terre, gardera la terre plus au chaud. Cependant, étonnamment, il y a des raisons de remettre en question cette hypothèse. Nous y reviendrons. Permettez-moi de suggérer le visionnement de cette vidéo (question no.3) qui explique bien la structure et le fonctionnement de la serre terrestre et l’effet du réchauffement observé au niveau au-delà de la tropopause. Les molécules d’O2 et d’O3 sont directement impliquées et responsables.

      – Al B. Doe (comme dans élémentaire mon cher Watson)

      ¹ Ce maillot peut être utile pour se protéger contre les rayons solaires UV plus nocifs, particulièrement ceux des UVB plus présents et actifs au niveau du sol depuis la réduction de la couche d’ozone.
      ²L’orgueil, p.ex., qui, selon le philosophe Théophraste, est le mépris de tout, sauf de soi-même. L’orgueil est le désir d’être au-dessus des autres, c’est l’amour solitaire de soi-même.
      ³Même si l’enduit SUPER THERM est recommandé pour réfléchir le rayonnement incident hors des toitures faire quand même attention à l’appliquant de ne pas se peinturer dans le coin.

    • lucbmenard dit :

      REPRISE

      Le burkini¹

      Ne vous inquiétez pas, je ne vais pas vous parler de ce vêtement de bain. Il s’agit d’un truc pour avoir l’attention. Maintenant que c’est fait, passons aux choses SÉRIEUSES.

      https://duberger.me/2022/04/10/le-responsable-est-le-tarif-postal-et-non-le-co2/#comment-384639

      Comment, en science, peut-on en arriver à mystifier les gens (volontairement ou non), crédules, avec de prétendues connaissances; parfois, même souvent, des idées erronées « qui cachent la vérité », du moins, à suffisamment l’enrober pour que d’aucuns se demandent si quelque chose de vraiment vraie existe derrière la couverture?

      Voici une capsule humoristique pour pseudo-spécialistes. Elle montre bien qu’on ne peut trouver plus maladroit. Cela dit, le but n’est pas d’insulter ni mépriser eut égard à l’intelligence ou l’ignorance, mais aidera possiblement à se corriger de ses erreurs ou de certains défauts².

      M. Touche à tout et sa peinture invisible³ (tirée de l’émission la Fricassée 1977)

      https://www.bing.com/videos/search?q=%c3%a9mission+la+fricass%c3%a9+m.+touche+a+tout&&view=detail&mid=A193AC7C67516B731E2AA193AC7C67516B731E2A&&FORM=VRDGAR&ru=%2Fvideos%2Fsearch%3Fq%3D%25c3%25a9mission%2Bla%2Bfricass%25c3%25a9%2Bm.%2Btouche%2Ba%2Btout%26FORM%3DHDRSC3

      Les sciences des climats

      La science est une façon de collecter, organiser, analyser et interpréter des données d’une manière logique en espérant mieux comprendre la réalité qui nous entoure. Quelles sont les causes et quels sont les effets. La Science n’est jamais définitive. Les climats ne sont jamais définitifs. Il faut TOUJOURS demeurer ouvert à la possibilité qu’il peut exister une ou d’autres possibilités (hypothèses). Les climats changent. L’augmentation de la température, particulière aux années 1965-98 (0,65°F), est expliquée dans la théorie de la réduction de la couche d’ozone et les molécules de chlore et brome qui la détruise ainsi que par le volcanisme récent. Nous y reviendrons.

      Apprendre des observations

      Revenons maintenant à l’exemple pratique, ici : https://www.youtube.com/watch?v=tdoHh6i0kQg) qui explique le mécanisme de transfert de chaleur du toit de la maison. Les relevés de température effectués à l’intérieur et l’extérieur du bâtiment résument le chemin pris par l’énergie solaire et les différents types de radiation :

      1) des REM absorbés par la toiture, le jour, seul la couleur brune (ou beige) est réfléchie;
      2) le toit en bardeaux d’asphalte devient extrêmement chaud dans l’après-midi (170°F ou 76°C);
      3) les différents matériaux en contact font que l’énergie est transmise à l’intérieur du bâtiment par conduction;
      4) au fur et à mesure du temps (PM), la température extérieure diminue (76 à 69°F), pendant que celle intérieure continue d’augmenter;
      5) une part méconnue de l’énergie du toit est possiblement émise dans l’air extérieur (et ce n’est pas la chaleur interne du bâtiment puisque celle-ci continue de grimper à l’intérieur, d’où le besoin en climatisation); la température mesurée à l’extérieure demeure en phase descendante;
      6) si la parcelle d’air extérieur était saturée en humidité, les molécules d’eau (0,5%) absorberaient possiblement jusqu’à 50 % des radiations émises. Les molécules d’eau possèdent plusieurs bandes d’absorption avec lesquelles les plus longues longueurs d’ondes peuvent entrer en résonance. L’énergie thermique ‘’potentielle’’ du rayonnement infra-rouge (IR) lorsqu’absorbée par les molécules d’eau se transforme en chaleur. Même chose du CO2, mais moins nombreuses sont les molécules dans l’atmosphère (0,04%) et les bandes d’absorption. L’absorption totale varie : 16-25% dans ce cas;
      7) après l’application du produit, il y a une différence en rapport avec le phénomène d’absorption, la température enregistrées est de 98°F. Cela signifie qu’une part importante du rayonnement incident (UV) est réfléchie et non plus absorbée par le toit. Le résultat est que l’intérieur de la maison ne se réchauffant pas autant, le besoin en climatisation (énergie) est moins grand, donc moins coûteux.

      Il peut sembler logique qu’une concentration accrue de dioxyde de carbone dans l’atmosphère, en augmentation, fait que la ‘’pseudo-serre’’ entourant la terre, gardera la terre plus au chaud. Cependant, étonnamment, il y a des raisons de remettre en question cette hypothèse. Nous y reviendrons.

      Permettez-moi de suggérer le visionnement de cette vidéo (question no.3) qui explique bien la structure et le fonctionnement de la serre terrestre et l’effet du réchauffement observé au niveau au-delà de la tropopause. Les molécules d’O2 et d’O3 sont directement impliquées et responsables.

      – Al B. Doe (comme dans élémentaire mon cher Watson)

      ¹ Ce maillot peut être utile pour se protéger contre les rayons solaires UV plus nocifs, particulièrement ceux des UVB plus présents et actifs au niveau du sol depuis la réduction de la couche d’ozone.
      ²L’orgueil, p.ex., qui, selon le philosophe Théophraste, est le mépris de tout, sauf de soi-même. L’orgueil est le désir d’être au-dessus des autres, c’est l’amour solitaire de soi-même.
      ³Même si l’enduit SUPER THERM est recommandé pour réfléchir le rayonnement incident hors des toitures faire quand même attention à l’appliquant de ne pas se peinturer dans le coin.

      • Monsieur Patate dit :

        Bonjour M. Al B. Doe,

        Très intéressante votre référence à la vidéo « 1ère ES – TD6 [L’absorption du rayonnement par l’atmosphère] »

        Je vous suggère de pousser votre curiosité un peu plus loin et de visionner la vidéo suivante de la même série, c.-à-d. : 1èreES – TD7 [Les transferts d’énergie au sein de l’atmosphère]

        On y explique très bien et très simplement l’impact de l’augmentation du CO2 dans l’atmosphère.

        Bien à vous,

        M. Patate

      • Paul A. Klimaté dit :

        Cher monsieur G. Pétaque,

        Vous endossez donc Mme Joséphine Mouhat. Y compris son gouret (“hockey stick”) emprunté à M. Mann. Incluant le lissage à la baisse des températures de l’Optimum climatique médiéval.
        Et à la hausse du Petit Âge glaciaire, afin d’exagérer la palette du gouret du gouré.

        Son bilan statue :
        Du soleil nous recevons à la surface terrestre : 240 W/m².
        La surface émet : 390 W/m².
        La contribution du noyau terrestre : 150 W/m².
        Tout cela affirmé avec beaucoup d’aplomb (Il y a pas longtemps de cela, on croyait que 50 à 51 % du rayonnement incident était réfléchi vers l’espace au sommet de l’atmosphère).

        La transmission du noyau vers la surface se fait essentiellement par la conduction au niveau de la croûte. Donc, celle-ci est proportionnelle à ΔT.

        La vie entière (végétale et animale) dépend de la magnétosphère.
        Quand le noyau et ses couches adjacentes seront trop froids, le dynamo ne pourra plus fonctionner et le champ magnétique disparaitra graduellement.

        Pour prolonger la survie de quelques milliers d’années des générations lointaines d’ours polaires et d’éléphants faïenciers, ainsi que d’individu(e)s désirables de type LGBTQIA2+, ne devrions nous pas faire notre possible pour réduire le ΔT ?
        Donc augmenter la température à la surface en faisant appel à votre couette au gaz carbonique.

        On nous impose à coups de trillions de $ la responsabilité envers les générations des années 2050 à 2100.
        Mais qu’en est-il de celles de l’an 222895000 ?

        La situation serait plus grave que nous le pensions :
        « Earth’s Interior Is Cooling “Much Faster Than Expected” »
        https://scitechdaily.com/earths-interior-is-cooling-much-faster-than-expected/

        Aussi : les vrais spécialistes semblent avoir plus de difficulté à établir le flux d’énergie thermique à 150 W/m², ou une autre valeur, que ne l’a la préceptrice Mouhat.

        Futuroresponsablement,
        Paul A. Klimaté

  31. Paul Itik Mentcorek dit :

    Plus haut sur cette page M. Tremblay nous met en garde : « …. Est si Fragile. ».

    S’agit-il de chaque région du globe, comme le prétend le très compatissant Charles Tisseyre ?
    Ou de son public, trop facilement emberlificotable par les influenceurs verts qui proliférent partout ?

    En parlant d’influenceurs recto-politisants…

    Se pourrait-il que l’augmentation de la TMAG, causerait le doublement de la population LGBTQI à chaque génération ?
    Ou plutôt, respirer trop de gaz carbonique honni aurait cet effet “modernisant” sur les jeunes ?

    Selon Bill Maher (voir le graphique à 0:40 / 9:21) : « We will all be gay in 2054. »

    “ New Rule: Along for the Pride | Real Time with Bill Maher (HBO) “

    Pour les visiteurs allumés de l’immensément bienveillant prof, ce serait le temps de se mettre à la page pour ne pas retarder la transition.

    • lucbmenard dit :

      La fin du monde

      Après 2010 (2010-2025), Mr Maher, c’est la génération Alpha : on recommence l’alphabet.
      25-40 sera la génération Béta (?), je pensais que cette ère était finie ou sur le point de finir!
      2040, et plus, ce sera Gamma. Là, ça va rayonner en p’tit péché. De vraies lumières : ce
      sera l’Âge de l’Illumination et le plein soleil de la pure Conscience. Nous devrions alors vivre 200% de la vie : l’Arc-en-ciel au complet (100%), le domaine relatif de l’existence, et, la lumière
      de la Conscience pure (100%), le domaine absolu ou transcendantal*. Nous aurons alors accès a toute la connaissance, la connaissance TOTALE, et, ADIEU l’ignorance. Comme un Printemps qui viendrait après un long Hiver…

      La fin du monde tel que nous le connaissons; et ses guerres ne s’inscriront plus dans une
      suite logique, une continuité, mais comme une EXCEPTION dans ce nouveau monde.
      Et, plus important, le trou d’ozone devrait s’être complètement résorbé (OK la Chine).

      Qu’en pensez-vous?

      https://www.superprof.fr/ressources/scolaire/philosophie/cours-philo/l1-philo/conscience-transcendantale.html

  32. lucbmenard dit :

    Une idée tirée de cette  » lettre de nouvelle » à la quelle je suis abonnée : c’est de la Napoleon Hill Foundation*.
    Je suis abonné à peu de lettres de ce genre, mais la plupart du temps, je trouve que les pensées
    qu’elles contiennent possèdent une ÉNORME dose de GBS. Voilà pourquoi je voulais la partager.

    L’esprit ne se fatigue jamais, mais parfois il s’ennuie avec la « nourriture » qu’il reçoit.

    Les experts en informatique utilisent l’acronyme GIGO — garbage in, garbage out — pour illustrer le fait que l’ordinateur ne peut traiter que l’information qui lui est donnée. La même chose est vraie avec votre esprit. Si vous le nourrissez de « nourriture » saine et nourrissante, il deviendra fort et agile, mais si vous le limitez à un régime régulier de « malbouffe » mentale, votre esprit deviendra malsain, négatif et improductif. Il vous rapportera ce que vous y mettez. Nourrissez votre esprit
    d’une alimentation équilibrée et nourrissante.

    Étudiez des informations provenant de divers domaines pour vous aider à suivre les dernières tendances. Vous constaterez peut-être que les meilleures idées pour votre entreprise proviennent d’un domaine totalement indépendant.

    *En 1964, Napoléon Hill a présenté une série de conférences qui n’ont jamais été publiées jusqu’à présent. Il disait:
    « L’esprit subconscient ne connaît pas la différence entre un centime et un million de dollars. Il ne connaît pas la différence entre le succès et l’échec, et il travaillera tout aussi dur pour faire un échec de vous que pour faire un succès hors de vous si vous ne conditionnez pas votre esprit pour garder l’esprit subconscient travaillant avec et pour les choses que vous voulez et loin des choses que vous ne voulez pas. »
    « La majorité des gens passent leur vie à s’inquiéter, à craindre et à s’inquiéter des choses qu’ils ne veulent pas, et c’est exactement ce qu’ils obtiennent de la vie. J’essaie de tenir compte des faiblesses et des erreurs des autres qui affectent mon intérêt. Je n’en fais pas toujours un bon travail, mais j’essaie. J’essaie de garder mon attitude mentale positive en tout temps envers toutes les personnes sur tous les sujets. Je tiens à vous dire que cet effort de ma part a beaucoup fait pour me placer dans une position où je peux dire, comme je vous l’ai dit ce matin, que j’ai acquis dans cette vie tout ce dont j’ai besoin, tout ce que je veux, tout ce que je désire. Je n’ai pas de peurs, pas de frustrations, pas de déceptions. J’ai une bonne santé. J’ai une maison heureuse. »
    —Un extrait de l’une des dernières conférences publiques de Napoléon Hill , disponible pour la première fois auprès de la Fondation Napoléon Hill.

  33. lucbmenard dit :

    Et patati et patata

    Oh! c’est le corrigé. Et de M. Yum Yum*

    Pour un tubercule et bien cultivé, je comprends que ça peut rendre anxieux de penser devoir bientôt passer à la friteuse, mais gardez confiance; je vous suggère à mon tour les explications du Prof F. Gervais, ici. mais ça dure 1h05 (courage) : https://www.youtube.com/watch?v=6XDdfCLY3TI
    Je résume : pas d’inquiétude puisque nous serions dans une période baissière selon lui. Revêtez plutôt votre plus belle robe de chambre et gardez-vous au chaud en attendant, à minimum.

    Cours 101 (b.a-ba ou bla bla bla bla?)

    La dame dit : il y a deux sources d’énergie qui réchauffe la terre (le soleil et l’uranium) et qui permettent d’avoir une température sur la terre assez élevée. Elle poursuit : mais pourtant, quand on estime la température théorique qui devrait régner sur la terre, on trouve une température qui avoisine les -18°C. Mais en réalité quand on mesure la température moyenne de la terre elle est plutôt de 15°C. Donc, il semble y avoir une autre source de chaleur qu’on n’a pas prise en compte. Ce qui l’amène à poser la question : comment expliquer la température moyenne élevée (du moins plus élevée que celle de la valeur théorique) à la surface de la terre?

    On passe rapidement les détails : l’explication Q.2 est, à partir du calcul de l’énergie (loi de Wien). Pour dire que : le soleil, c’est ~6000°K (5726°C) la température ‘’ moyenne’’ de la terre 300 K (15°C) rayonne ‘’back’’ des IR dans la longueur d’onde 9,66 nm (~10).
    Q.3 : l’effet de serre

    Le document 3 résume le transfert d’énergie reçue et émise des corps. Le schéma ou bilan radiatif.

    En résumé

    Le soleil émet 340 W/m2; cette énergie arrive dans l’atmosphère; le sol & atmosphère absorbent 240 W/m2; elle dit : il semble avoir 100 W/m2 qui sont perdues quelque part dit-elle (elle poursuit : ils correspondent à la puissance solaire réfléchie); le sol émet 390 W/m2 (soleil : 240 + uranium : 150). De cela, 90 partent dans l’espace (donc, 300 résiduels); les 300 sont absorbés par l’atmosphère; 150 émis vers l’espace et 150 vers la terre (et c’est complètement logique, dit-elle); 150 à nouveau ‘’réceptionné’’ par le sol. Ainsi, on répond à la question : d’où vient la source de chaleur qui fait que la température moyenne sur terre est 15°C, on vient de trouver (c’est, l’effet de serre). Définition d’effet de serre de la dame : correspond à une énergie PRODUITE par le sol qui va être ré-absorbée par ce sol grâce à l’absorption par l’atmosphère et la ré-émission de cette énergie par l’atmosphère vers le sol. C’est ça qui va contribuer au réchauffement de la planète et qui va donc permettre de passer de -18 à 15C. document 2 (lien CO2 et T°) présente deux graphiques : 1) l’étude des proxy et T° à l’époques (montre l’augmentation récente accélérée du CO2 dans l’atmosphère; constat : c’est stable de 900 à 1850 environ; ∆ importante : 290 ppmv à 360 (2000); 2) montre des ∆ des T° de 1000 à 1961-90 (toujours en deçà); elle dit : c’est seulement depuis 1900 que la T° subit des augmentation de plus de 1°C. Elle dit : ce qui peut sembler très peu, mais à l’échelle du climat, c’est très important.

    Pour répondre à la question 3, il faut mettre en lien les deux graphiques, dit-elle. Elle dit : une fois décrit on peut mettre en lien ces deux graphiques qui montrent une corrélation entre l’augmentation de la teneur en CO2 et l’augmentation de la T° sur terre. Cela est expliqué par le fait que le CO2 est un gaz à effet de serre qui contribue au réchauffement climatique. Grâce au lien qu’on peut faire entre ces deux graphiques on peut mettre en évidence l’augmentation de l’effet de serre due à l’augmentation de la teneur en gaz à effet de serre, dans l’atmosphère, notamment le dioxyde de carbone

    Cette explication on la trouve partout. On la répète comme des perroquets. C’est bien beau les bilans, les chiffres, c’est succinct les maths, mais est-ce que ça n’évite pas de voir, d’expliquer et de comprendre l’essentiel de l’énergie et sa réalité physique (surtout les fréquences). Si vous désirez en rester à ce niveau, c’est votre affaire. Je ne veux tout de même pas vous empêcher d’être charmé ou impressionné par l’hypothèse de votre choix; vous privez de ce plaisir. Par contre, si vous voulez aller plus loin, il y a des connaissances, disons plus ‘’informationnelles’’ qui existent sur le sujet. Elles ne se limitent pas à la pseudo-serre au niveau de la troposphère dont le gros de l’effet (de serre) s’observe/s’explique pratiquement uniquement par la présence de la molécule d’eau. Elles n’excluent pas les autres sphères qui composent l’atmosphère. La serre est une tour. Elle est composée de plusieurs étages. INDICE: j’en parle à l’occasion…Visez plus haut, vous verrez et comprendrez mieux, sinon TOUT.

    Q.4 (je vous la pose au cas où) : ne trouvez-vous pas bizarre que la terre (T° moy. 15°C) qui ne peut qu’émettre que dans l’IR (~10μm) émettrait (390 W/m2), énergie d’une puissance supérieure à celle du soleil? Je pense qu’on mélange les pommes avec des oranges. Sinon, comment expliquez-vous? Bizarroïde aussi cette ré-émission de la terre, unidirectionnelle? toujours la même puissance, même pas de perte? En plus, additive, pas moyen de moyenner avec l’environnement (je rappelle messieurs, dames, CO2, que vous n’êtes pas seuls dans l’univers! Il y a 99% d’autres molécules qui vous entourent! À force de mettre trop d’attention sur un DÉTAIL insignifiant, on peut oublier de
    focaliser sur le principal, TOUS ces facteurs qui influencent DAVANTAGE les climats.
    D’où vient cette énergie ou chaleur ‘’supposément’’ émise par l’uranium (150 W/m2), elle (vous), il y a des références? Je ne pense pas. Croyez(pensez)-vous, comme elle, qu’IL FAUT mettre en lien les deux graphiques? si oui, Pourquoi? Il y a d’autres questions.

    *SVP, voyez leur site Internet, dans le bas de la page : http://www.yum-yum.com
    Leur Pub: dans les patates depuis 1959. On dit que regarder des vidéos sur une tablette,
    c’est moins confortable que sur un sofa; je suis assez d’accord, vous?

    -un  »couch potatoe  »

    • lucbmenard dit :

      https://duberger.me/2022/04/10/le-responsable-est-le-tarif-postal-et-non-le-co2/#comment-390942

      Sans pourcent d’accord avec votre analyse cher collègue, et, sauf votre respect : Dr Paul, pardonnez mon ignorance (surtout mon d’arrogance) : est-ce que cela changerait quelque chose au fruit défendu par M. Réjean, pas la pomme ni la cerise, mais le CO2, l’affection surtout qu’il y porte ainsi que celle de son mentor (ami ?) Guillaume (?) qui, dissimulé sous sa pelure et sa chair rouge, cache peut-être LA carte maitresse de la compréhension du mystère de la foi : la fameuse particule Alpha.

      Merci quand même de le rappeler et me mettre au parfum!

      Par contre la question de la radiation alpha de l’U-92 ne changerait rien. Oublions l’uranium*!
      On ne peut pas comparer 240 (ou 390) W/m2 (d’IR) avec 340 W/m2 (d’UV, etc.). La qualité
      énergique est incomparable. Rien à voir non plus avec la largeur des bandes d’absorption.
      Quand l’ozone est réduite, une étroite bande de radiation UVB dont la longueur d’onde est près de 0,31 μm se rend jusqu’à la terre. La puissance est 4 électrons volts (eV). Cela représente
      48X la puissante de l’énergie absorbée par le dioxyde de carbone, le CO2 (0,083 eV
      dans la bande 14,9 μm). Dr L. Ward explique que l’énergie radiative net est proportionnelle
      seulement à la fréquence pas à l’amplitude (elle, relative à la largeur de bande) ou quantité.

      Le professeur F. Gervais explique aussi que les concentrations actuelles de CO2 font que les bandes d’absorption du CO2 sont saturées (95%). À 100m, l’atmosphère est opaque. Les ré- émissions d’IR ne sont plus absorbées (sauf 1 molécule sur 20), imaginez…Il y a déjà peu de
      CO2 dans l’air (410 ppmv ou 0,04%), donc 0,002 % peut encore absorber (!). Et tout ça se déroule dans un océan de molécules plus froides (+ de 99%) que le CO2 réussirait à réchauffer?
      Les différents relevés ne montrent pas cela; i.e., il n’y a pas de variation de température selon que
      les mesures sont enregistrées à partir du sol ou à l’altitude des satellites.

      *les géologues utilisent des techniques pour détecter la radioactivité et les rayons gamma du sol. Selon les différentes signatures spectrales enregistrées, ils peuvent savoir s’il s’agit d’uranium ou d’autres éléments radioactifs. Les différents sols et leurs épaisseurs variables constitueraient un rempart naturel (blindage) contre ce rayonnement.

      -Oups! j’ai mangé trop de patates (https://youtu.be/F56oaXatOaA?t=21)

      • Monsieur Patate dit :

        M. B. D’oh !

        Tout d’abord, le point sur l’uranium évoqué par l’animatrice n’est pas du tout pertinent et, je l’admets, porte à confusion. Il n’est pas responsable du 150 W/m2 évoqué; en fait l’énergie produite dans la Terre elle-même ne contribue qu’à 0,03% du bilan énergétique, ce qui est négligeable.

        Notez que le modèle proposé dans la vidéo est un peu (trop) simplifié (voire simpliste) et ne présente pas les valeurs précises, mais il est tout de même suffisant pour comprendre le principe.

        Vous dites : « On ne peut pas comparer 240 (ou 390) W/m2 (d’IR) avec 340 W/m2 (d’UV, etc.). La qualité énergique est incomparable.” Cette remarque montre que vous ne saisissez pas bien le bilan énergétique de la Terre. C’est quoi ça la « qualité énergique » ? Une joule est une joule et un watt est un watt. Ils n’ont pas d’autres « qualités ».

        Aussi, vous dites : « ne trouvez-vous pas bizarre que la terre (T° moy. 15°C) qui ne peut qu’émettre que dans l’IR (~1 0μm) émettrait (390 W/m2), énergie d’une puissance supérieure à celle du soleil?

        Non, ce n’est pas bizarre. Cette remarque montre que vous ne saisissez pas bien le bilan énergétique de la Terre (prise 2). Pour recadrer les pommes et les oranges, vous devriez plutôt comparer la radiance émise à la surface de la Terre par celle émise à la surface du Soleil, qui est, bien sûr beaucoup, beaucoup grande. Cependant, le 340 W/m2 qui provient du Soleil tient compte du minuscule angle solide que représente la Terre à partir du Soleil, considérant le tout petit diamètre de la Terre et la très grande distance de celle-ci par rapport au Soleil.

        Ensuite, c’est tout à fait normal que 390 W/m2 (Terre) > 340 W/m2 (Soleil), considérant que la Terre a une atmosphère car dans ce cas c’est inévitable que la radiance à la surface de la Terre soit supérieure à la radiance qui arrive du Soleil.

        Le 390 W/m2 émis par la Terre correspond en fait à la radiance émise par un corps noir à 15 deg C, multiplié par l’émissivité effective de la surface de la Terre.

        Ce qui est important de comprendre dans tout ça, c’est qu’il doit immanquablement s’établir un équilibre entre la radiance qui provient du Soleil et la radiance qui retourne dans l’espace. Dans le modèle proposé, l’équilibre est atteint car 240 W/m2 = 150 W/m2 + 90 W/m2.

        Si, par exemple, la Terre n’avait pas d’atmosphère, on aurait alors 340 W/m2 qui frappent la surface de la Terre, et si la Terre était un corps noir parfait, la température de la Terre se stabiliserait de telle sorte que la radiance émise par la surface de la Terre soit de 340 W/m2. Puisque 340 W/m2 0).

        Mais puisque la Terre a une atmosphère, celle-ci absorbe une partie de la radiance émise par la Terre et empêche une certaine quantité de W de retourner dans l’espace. Que se passe-t-il ? Il y a un déséquilibre temporaire car la radiance qui quitte l’atmosphère est inférieure à la radiance qui y entre.

        Par conséquent, l’énergie s’accumule, la température à la surface de la Terre augmente progressivement de façon à ce qu’éventuellement la radiance qui quitte l’atmosphère pour retourner dans l’espace augmente et corresponde à la radiance du Soleil qui y entre de façon à rétablir l’équilibre (c.-à-d. qu’on revient à notre 240 W/m2 = 150 W/m2 + 90 W/m2). C’est ce qu’on appelle (à tort), le fameux effet de serre.

        Continuons. Ajoutons ce qu’on appelle un non moins fameux gaz à effet de serre, ce qui augmente l’absorption dans l’atmosphère, disons à 320 W/m2 plutôt que 300 W/m2. Dans ce cas, on aurait temporairement 390 W = (160 W + 160 W) + 70 W. Ainsi, ce qui retourne dans l’atmosphère n’est plus que de 160 W/m2 + 70 W/m2 = 230 W/m2. On a donc un déséquilibre par rapport au 240 W/m2 qui entre dans l’atmosphère. Par conséquent, la température à la surface de la Terre DOIT augmenter de telle que sorte que la radiance à la surface augmente jusqu’à 400 W/m2, de façon à ce que 400 W/m2 = (160 W/m2 + 160 W/m2) + 80 W/m2 et que 160 W/m2 + 80 W/m2 = 240 W/m2, ce qui nous ramène à un équilibre avec la radiance du Soleil qui entre dans l’atmosphère.

        Au passage, la question de la saturation du CO2 est un mythe maintes fois déboulonné (ne tient pas compte de l’aspect « multi-couches » de l’atmosphère), on peut passer à autre chose s.v.p. merci.

        Et patati
        Et patata
        Petite patate
        Tant pis pour toi

        M. Patate

      • Reynald Du Berger dit :

        Monsieur Patate … 2/3 du flux de chaleur provient du noyau, 1/3 de la croûte par la décomposition des isotopes radioactifs de U, Th et K. Faites comme moi, descendez sous terre à plus de 2 500 m, touchez à la roche.

      • Paul A. Klimaté dit :

        Cher Professeur,

        Le CO2 est environ 1.5 fois plus lourd que l’air environnant.

        Sa concentration est donc très élevée au fond d’une mine profonde et les “boys” (c’est ainsi que surnommait notre chef du bureau en Afrique du Sud les ouvriers noirs – notre entreprise fournissait de l’équipement aux mines là bas) respirent / transpirent beaucoup à 50 °C et plus.

        Il fait très chaud au fond d’une mine, parce que l’effet de serre y est très sérieux, because CO2 (qui peut parfois atteindre 20 à 25 fois la concentration atmosphérique à la surface – 10,000 à 17,000 ppm.

        CQFD !

        En appliquant minimalement le ΔT = 18 °C – (-15 °C) = 33 °C ‘effet serrien’ établi par la Science radiative, à la température ambiante, réduite de 50 °C à 17 °C – sans le CO2 honni, les boys travailleraient en pullover au lieu de torse nu.

        Scientifiguement,

        Paul A. Klimaté
        pour
        G. Pétaque et R. Pétrophobe

        Question pour nos tenants de l’effetserrisme : pourquoi ne pas tapisser les murs et plafonds de galeries des mines de mirroirs et ainsi évacuer la chaleur par les photons infrarouges à la vitesse de la lumière, au lieu d’utiliser la ventilation (effet convectif) énergivore ?

  34. rtremblay dit :

    Bravo M. Patate 🙂

    Pour la clarté de votre propos qui s’en tient à l’essentiel de la discussion.

    Vous synthétisez votre point et vous vous en tenez aux éléments essentiels.

    Comme d’habitude Paul présente toutes sortes de points disparates qui ne font nous distraire de la discussion principale.

    M. Ménard vous avez fait un effort pour présenter clairement votre point mais celui-ci demeure nébuleux sur certains aspects car j’ai moi aussi l’impression que vous ne maîtrisez pas parfaitement le sujet du transfert de chaleur (i.e. qualité de l’énergie c’est quoi ce charabia).

    Avant de mentionner que votre théorie de l’Ozone est plus appropriée il vous faut préciser ce que vous pensez qui cloche dans la théorie des GES en lien avec l’augmentation du TMAG.

    • lucbmenard dit :

      C’est quoi l’énergie M. Tremblay?

      L’énergie solaire, par exemple. J’ai d’autres questions.

    • Paul A. Klimaté dit :

      Messieurs P & P,
      (Pétaque et Pétrophobe)

      Vous méjugés de la probité scientifico-poétique de mon ami Luc.

      L’énergie existe aussi en dehors de la thermodynamique sous de nombreuses formes et on peut parler de la qualité d’une de ses formes, par rapport aux autres.
      L’attribut de la qualité (désirabilité) étant forcément subjective, alors l’utilité à l’homme justifie sa préférence.
      Le chemin emprunté par l’écoulement d’énergie d’un état d’entropie du système à un autre, peut être tortueux.

      Comme pour les choses tangibles, la ‘qualité’ d’énergie peut se ‘dégrader’ :

      « Degradation of energy represents the conversion of energy into a form that is less useful to perform mechanical work. The most common form of degraded energy is thermal energy. »

      Votre science est froide, presque glaciale, totalement dénuée de la poésie.
      Tandis que celle du Mtre Luc, elle vole et virevolte…

      NOTE : Êtes-vous sûr Guillaume ?
      « Une joule .. » ? James Prescott Joule serait donc un LGBTQIA2+ ?
      Tandis que James Watt serait un “straight”. Même si en tant que bon Écossais, il lui arrivait de porter un kilt.

      • Reynald Du Berger dit :

        Cher Paul… un de nos pétrarques a parlé de « transfert de chaleur ». Vous nous parlez d’entropie… Mon prof de thermo avait toujours des comparaisons très pittoresques. Un frigidaire, ça marche comme un cycle de Carnot inversé… inutile donc d’ouvrir la porte du frigo pour tenter de rafraîchir le chalet. Il définissait l’entropie comme la capacité d’un système à ne pas faire de travail… ça s’appelle aussi une gang de fonctionnaires, mais bon… Attention chers pétrarques, ne confondez pas votre réchauffement anthropique avec un refroidissement entropique.

      • lucbmenard dit :

        Pas nécessairement subjectif dans le sens du dictionnaire et au sens utilisé (peut-être leur interprétation par contre!)

        qualité*
        NOM FÉMININ SINGULIER
        Caractère, propriété, manière d’être.

        Quelques propriétés d’une patate (il y en aurait assez pour inonder le serveur de WordPress) :

        https://www.passeportsante.net/fr/Nutrition/EncyclopedieAliments/Fiche.aspx?doc=pomme_de_terre_nu

        Caractéristiques de la pomme de terre
        Riche en fibres ;
        Source d’antioxydants ;
        Source de vitamines du groupe B ;
        Source de potassium ;
        Source de manganèse.

        Subjectivement, j’y reviendrai (plus intensément, si nécessaire), car notre ami (?) fait dans le domaine de l’insulte lorsqu’accumulé au pied du mur (ou peinturé dans le coin). Monsieur
        Réjean est plus calme (même si fixé sur le dogme principal du grand mystère de la Foi).

        -Jean Perron

        Des exemples : un peu d’aide M. Tremblay, pour vous partir (une question que TOUS les êtres humains sur la terre rêvent de se faire poser). Une description simple de la lumière : pour ses qualités intrinsèques  »flavor » : le rouge, le jaune, le vert, le bleu, le violet, le brun, etc. L’expérience du prisme, vous connaissez. On peut la décrire aussi par d’autres caractéristiques : ses fréquences. Il n’existe pas une fréquence unique pour la lumière comme vous savez, comme il n’existe pas seulement un climat. La température global que vous chérissez, ne se présente t-elle pas sous différents aspects (caractéristiques), des variables extrêmes allant de +50°C à -90°? Si on fait la moyenne, obtient-on une température de +15°C? Pensez-vous que la température et la pression de l’air, au-dessus de ces deux régions est la même? Qu’est-ce que cela peut représenter pour le déplacement des masses d’air? Si ces conditions prévalent un certain temps, disons une trentaine d’années, pensez-vous que l’on peut commencer à parler de climat; un climat local, par ex.?
        D’autres QUALITÉS descriptives de la lumière visible, par rapport aux fréquences: qu’elles sont comprises dans un intervalle allant de 385 THz (TeraHertz) à 789 THz. On peut parler de réflexion de la lumière, de l’absorption, diffraction, etc.
        En fait, TOUTES les lettres de l’alphabet, TOUT le vocabulaire nécessaire, TOUS les mots appropriés peuvent être utilisé pour décrire l’énergie et la lumière du soleil qui se rend à nous
        pour nous réchauffer (et bien sûr aussi le langage des MATHÉMATIQUES : LES CHIFFRES,
        LES FORMULES, ÉQUATIONS, ETC. pour quantifier le TOUT lorsque nécessaire).

      • Paul A. Klimaté dit :

        Monsieur Luc,

        Recommanderiez-vous aux messieurs P&P de suivre une cure de luminothérapie ?

        En les informant que vous même y recourrez avec l’aval de votre psy – donc ils ont tout à gagner, car la preuve est faite.
        Moi aussi je pèche par nelliganisme, peu prisé par le trop pragmatique agronome Tremblay.

        Et la luminothérapie fait partie de ma trousse de bétonnage immunitaire anti-covide.

      • Monsieur Patate dit :

        Bonjour M. Luc,

        Tout d’abord, si j’ai versé dans l’insulte, veuillez m’indiquer comment et je meaculperai aussitôt.

        Sauf erreur, je n’ai jamais mis en doute le fait que la lumière ait différentes « qualités » (ou caractéristiques).

        C’est plutôt la « qualité énergique » qui me titille dans cette phrase :

        « On ne peut pas comparer 240 (ou 390) W/m2 (d’IR) avec 340 W/m2 (d’UV, etc.). La qualité
        énergique est incomparable.”

        C’est comme si vous disiez que, en calculant le bilan énergétique de la Terre, on ne pourrait pas additionner ou soustraire les W/m2 qui proviennent du Soleil (surtout UV-visible mais aussi IR) avec les W/m2 qui sont émis par la surface de la Terre, majoritairement dans l’infrarouge, car ils ne sont pas dans la même bande de fréquences (et donc non « comparables »). Est-ce bien cela que vous dites ? Pouvez-vous s.v.p. élaborer à ce sujet ce sujet car je ne saisis pas bien ce bout-là.

        Si une plaque de métal est éclairée par une lamp visible qui lui envoie 100 W/m2 et une autre lumière infrarouge qui lui envoie 50 W/m2, combien de W/m2 au total frappera cette plaque ?

        Y. Yum

      • Paul A. Klimaté dit :

        Monsieur Guillaume Pétaque,

        Peut-être que notre ami climato-fragilisé s’est senti offensé par votre mise en doute de ses compétences scientifico-pohétiques et par votre ton suffisant : “ Au passage, la question de la saturation du CO2 est un mythe maintes fois déboulonné (ne tient pas compte de l’aspect « multi-couches » de l’atmosphère), on peut passer à autre chose s.v.p. merci. “

        À ce sujet, pourriez-vous nous indiquer les études que vous avez lues par vous-même (pas l’opinion d’un éditorialiste climato-allumé) sur ce sujet et qui vous ont permis de constater l’absence des boulons dans la thèse de la saturation du CO2 ?

        Une question dubergérienne (ce grand-voyageur) : avez-vous roulé dans le Sahara en plein été et en plein soleil avec les mirages partout au dessus du bitume, même une ‘Fata Morgana’ occasionnelle ? Cette expérience, confirmerait-elle l’absence des boulons dans la thèse reprise par M. Luc, même le multi-couchisme convectif de proximité ?

        Scientifiguement,
        Paul A. Klimaté

        N.B. : Une serviette mouillée sur les genoux dans une R10 non-climatisée séchait en 5 minutes, mais l’expérience était inoubliable. Surtout quand on voyait surgir une oasis au détour de la route, malgré la diffraction aux « multi-couches » et qu’elle était bien là, pas à trente km dans les sables.

      • Reynald Du Berger dit :

        Je suis allé deux fois dans la même année dans le Fezzan du Sud de la Libye, la partie du Sahara la plus torride et la plus inaccessible. La première fois en jeep, la seconde en méharée (à dos de chameau). J’y a découvert des dessins rupestres extraordinaires dans des cavernes sur des parois rocheuses. Hippopotames, girafes, crocodiles, éléphants, témoins d’un passé récent humide, dans cette région la plus chaude de la Planète. Il faut que les climato-alarmistes voient cela, il vont cesser de nous rebattre les oreilles avec leurs sornettes d’alarmes.

      • Paul dit :

        Cher professeur,

        De magnifiques peintures / gravures aussi au Tassili algérien datant d’environ 9-10 000 ans (à mi-chemin de la dernière glaciation) :
        Sleeping_Antelope_Tin_Taghirt.jpg

        Je me demande qu’est ce qui avait causé le changement de régime climatique depuis cette époque ?
        Un lent réchauffement depuis 20 000 ans ?

        Ainsi, vous ne voyagez pas exclusivement en pacha repu sur les ailes des Émirati ou vautré dans une limousine en route pour Burj Khalifa, dans le but de tester la résilience de vos sphincters dans l’ascenseur le plus rapide et élevé au monde…

  35. Paul A. Klimaté dit :

    Messieurs P & P,
    (Pétaque et Pétrophobe)

    Je continue à croire que l’Urgence climatique causée par le RCA, ainsi que la ‘Science à conclusions sur commande’ sous-jacente, est une farce.

    Une contributrice éminente à cette farce, la V.P. des États Unis, en rit encore plus que moi :
    “ Kamala Harris Bursts Out Laughing While Talking About Droughts “

  36. lucbmenard dit :

    Notre étoile

    Le soleil est un réacteur nucléaire. Il émet de l’énergie sous forme de radiations ou rayonnement électro-magnétique (REM). Cet énergie se déplace comme des ondes*-corpuscules dans le vide, l’espace, caractérisé par ces paramètres : dans un intervalle (d) de 150 millions de km; dans un temps (t) de 8 minutes et 20 secondes; à une vitesse (v) de 300 000 km/sec ; un environnement hostile à la vie, mais pas pour des ondes ou des fréquences. Quoiqu’il en soit, elles ne semblent pas rencontrer d’obstacles pendant leurs déplacements, si bien que c’est extrêmement rapide et étonnant puisque la température dans l’espace est -273.15 °C.

    Objectif terre

    Ces REM se heurtent à l’atmosphère terrestre. L’atmosphère est divisée en couches qui sont classées en fonction du comportement des REM avec la matière, leur altitude et leur température. L’atmosphère comporte six couches : troposphère, stratosphère, mésosphère, thermosphère, ionosphère et exosphère.
    Les REM rencontrent de la matière faite d’atomes et composée de molécules diatomiques (O2, N2)
    et triatomiques (H2O, CO2). S’il y a matière rencontrée, la puissance initiale diminue.
    Sinon, la puissance est conservée et ses caractéristiques. Chaque liaison tenant la matière ensemble oscille entre des forces électrostatiques de répulsion et d’attraction. Lorsque l’énergie est égale ou supérieure au seuil d’énergie, la liaison se sépare libérant du coup de l’énergie sous forme thermique (chaleur). Les principaux relâchements d’énergie thermique s’observent aux niveaux de l’ionosphère (phénomène d’ionisation) et dans la stratosphère, phénomène de photodissociation (O2, O3), aussi responsable de la formation de la couche d’ozone. En conséquence, il y a augmentation des températures. Ainsi : les UVC sont complètement bloqués et ionisés dans l’ionosphère; les UVB seraient complètement arrêtés si ce n’était de la réduction de la couche d’ozone et des molécules d’O3; les UVA parviennent naturellement à nous (essentiels à la santé, pour produire et synthétiser la vitamine D), mais avec des UVB nocifs à la santé. Ceux-ci sont très (trop) énergétiques (agent mutagène de l’ADN: causent des cancers et brûlures graves de la peau et aux plantes (incluant le disfonctionnement de la photosynthèse).
    Ils peuvent pénétrer plusieurs dizaines de mètres dans l’eau des océans pour la réchauffer. Des records de température minimum ont été enregistrées dans la péninsule Antarctique avec une augmentation de 6,7°C (1965+). Les grandes villes industrielles, très peuplées de l’hémisphère Nord sont plus enclines à l’augmentation des températures (formation d’ozone de basse altitude).

    * sujet à débat : comment une onde peut-elle se former et se déplacer dans l’espace : un milieu
    vide de matière. On peut concevoir pour une vague qui se forme en surface de l’eau, une onde sismique qui cause la déformation des matériaux du sol; mais, dans l’espace, où il n’y a rien, où n’existe aucune déformation possible, car il n’y a aucun support physique? Ce que l’on sait, au moins, c’est que la lumière possède des CARACTÉRISTIQUES OU QUALITÉS PROPRES: des fréquences (incolores, inodores, mais dont on peut sentir la présence en exposant la peau au soleil; elles peuvent brûler la peau, transformer l’ADN, donner des cancers, etc.) et les couleurs (par des fréquences visibles à l’oeil humain). Les infra-rouges : on ne les voit pas (les plus sensibles les ressentent peut-être au touché de la peau; c’est très subtile).

    Question (ATTENTION, comme M. Jacques : je connais déjà la réponse) : Comment comptez vous exprimer cette sensation? 340- 390 (240) -180/60 + 80-150 = ?W/m2 ou : simplement dire que c’est de l’énergie (la chaleur). Je préfère dire : il y a plus dans ce qui vient d’en haut (UV) que l’autre, du sol, ou la terre (IR). Une simple question d’expérience personnelle et subjective, ou universelle?

    • Reynald Du Berger dit :

      Le Soleil comme moteur du climat… Voici une video que vous devez regarder.
      https://www.ceres-science.com/post/looking-at-the-sun-climate-discussion-nexus-interviews-ceres-co-team-leader-dr-ronan-connolly

      • lucbmenard dit :

        Le soleil est définitivement LE moteur des climats. C’est une autre hypothèse capable d’expliquer l’augmentation de la température observée dans la décennie des années 80-90. Possible, selon le cycle d’activité solaire, plus intense, les taches aux 11 ans. Encore faut-il que le rayonnement UVA se rende à la base de l’atmosphère. Possible, si plus d’UVA arrivaient jusqu’au sol. Il y a un peu de controverse dans les données.

        Merci,

      • lucbmenard dit :

        LE MOTEUR (à n’en point douter)

        Est-il encore permis ou raisonnable de douter? S’il y en a encore pour penser/croire que le soleil n’est pas LE MOTEUR des climats, etc.,
        ici: https://ilsera.com/comment-calculer-la-puissance-du-soleil/

        Rappel des lois (3) de la thermodynamique:

        1) La première loi de la thermodynamique est la loi de la conservation de l’énergie. Elle stipule que l’énergie d’un système ne change pas peu importe les évolutions que subit ce système. Cette loi est un exemple fondamental de la logique et de la formidable capacité prédictive de la science.

        2) La deuxième loi de la thermodynamique décrit les limites du transfert de chaleur. Surtout, elle énonce le principe que la chaleur ne peut pas être entièrement convertie en énergie mécanique. Cette idée importante peut être énoncée de nombreuses façons, mais trois seront examinées en détail.

        a) Déclaration de chaleur résiduelle (il est impossible d’extraire une quantité de chaleur d’un réservoir chaud et de l’utiliser en totalité pour effectuer un travail).

        b) Déclaration de réfrigération (la chaleur s’écoulera toujours spontanément des substances plus chaudes vers les substances plus froides). Elle explique pourquoi un glaçon fondra lorsqu’il est placé dans un bol d’eau chaude, mais que la glace ne se formera pas dans l’eau à l’extérieur par une journée chaude. Il est aussi intéressant d’apprendre qu’un réfrigérateur est une machine à produire de la chaleur. L’effet net du réfrigérateur est de rendre le réservoir froid plus froid en enlevant de la chaleur et en la déplaçant vers le réservoir chaud.

        c) Déclaration de désordre (l’entropie d’un système fermé ne peut jamais diminuer).

        3) La troisième loi de la thermodynamique, en termes simples, dit qu’il est impossible d’atteindre le zéro absolu. Et la loi zéro dit que deux corps en équilibre thermique avec un troisième corps sont en équilibre thermique l’un avec l’autre.

        Donc, le soleil fait un travail; tout travail produit de la chaleur; la chaleur s’écoule spontanément d’une source chaude (soleil) à une source moins chaude (Terre).

        1) Le soleil (moteur) consomme d’ÉNORMES quantités d’énergie pour fonctionner. Une énergie bien plus puissante que l’énergie chimique, p.ex., la combustion du bois, charbon
        et pétrole.

        2) Le soleil pour obtenir une puissance calculée de : 3,8651 × 10E26 W déterminé en fonction de sa masse, il lui faut consommer en proportion toute l’énergie (bois, charbon, gaz, pétrole) consommée par la Terre (2011) pendant 1 000 000 D’ANNÉES (1 x 10E6) en UNE SECONDE.
        La réaction nucléaire dont le soleil tire son énergie est la réaction de fusion. L’hydrogène, un atome léger est utilisé comme combustible. Cette réaction libère en trois étapes cette quantité énorme d’énergie dont il a besoin pour se maintenir en équilibre, soit environ quelques millions d’électronvolts à comparer aux quelques électronvolts dégagés par la combustion d’un atome de carbone. Le procédé de fusion est à l’inverse de celui de fission* qui utilise des atomes lourds pour  »extraire » l’énergie (H < U235).

        3) Le soleil est un PETIT MOTEUR parmi les autres étoiles dans le ciel (univers); Bételgeuse (constellation d'Orion), p.ex., est 550 fois plus grosse et rayonne comme 100 000 soleils réunis!

        N.B. souvent les gens (parfois moi-même) vont dire que le soleil ou une autre source d'énergie produit de l'énergie, mais il est plus précis de dire, le soleil extrait l'énergie des atomes qui le compose; cela parce que l'énergie ne peut être créée ou détruite seulement transformée
        avec la perte de chaleur que le processus implique à chacune des étapes.

        * M. David Louapre (physicien) est un excellent vulgarisateur scientifique. Il explique la différence entre la fusion et fission nucléaire et d'autres concepts intéressants reliés à la façon dont l'énergie est extraite à partir des différentes ressources naturelles, ici:

        -Bonne journée

    • lucbmenard dit :

      Des p’tites photos avec ça !

    • Monsieur Patate dit :

      M. Luc,

      « Chaque liaison tenant la matière ensemble oscille entre des forces électrostatiques de répulsion et d’attraction. Lorsque l’énergie est égale ou supérieure au seuil d’énergie, la liaison se sépare libérant du coup de l’énergie sous forme thermique (chaleur). »

      Je ne sais pas si je saisis bien ce que vous voulez dire, mais une molécule de CO2 n’a pas besoin de se séparer (c.-à-d. qu’un des liens O-C-O se brise) pour émettre un photon et ainsi perdre de l’énergie. La molécule de CO2 reste intacte lors de l’absorption d’un photon (IR), qui augmente la vibration des liens O-C-O et ensuite la réémission d’un photon, qui s’accompagne d’une perte d’énergie. Il n’y a pas de bris de lien de la molécule dans ce mécanisme.

      Ensuite, vous dites: « Je préfère dire : il y a plus dans ce qui vient d’en haut (UV) que l’autre, du sol, ou la terre (IR). »

      Je comprends que c’est contre-intuitif car on bronze évidemment plus en recevant les rayons du soleil en plein jour l’été qu’en s’exposant au sol dans notre cour arrière durant la nuit. Mais gardez en tête que c’est une moyenne sur toute la surface de la Terre, dont la moitié est toujours à l’opposé du Soleil, entre autres chose. La nuit, c’est pas mal 0 W/m2 qu’on reçoit du Soleil, mais il y a toujours (en moyenne) 390 W/m2 qui sont émis par la surface de la Terre (sur toute sa surface et pas juste celle orientée ou opposée au Soleil).

      Dans tous les cas, comme je l’ai expliqué plus haut, il faut qu’il y ait un équilibre entre ce qui entre et ce qui sort de l’atmosphère vers l’espace, d’une façon ou d’une autre, car sinon la Terre se réchauffe ou se refroidit. Comme je l’ai expliqué plus haut, ceci implique que l’émission à la surface de la Terre, en W/m2, est plus élevée que la radiance du Soleil qui y parvient (et ce à cause de l’atmosphère, comme je l’ai expliqué plus haut).

      J’ai perdu un peu le fil de ce qui nous a amené là, mais en résumé : ce qu’on appelle (à tort…) effet de serre n’a pas à être remis en question car sinon on ne serait juste pas là pour en parler. On peut toujours questionner l’impact réel des émissions de CO2 anthropiques sur le climat et se demander s’il c’est négligeable ou pas, mais tout de même pas rejeter le phénomène lui-même.

      M. Patate

      • Paul dit :

        Bonjour Guillaume,

        D’accord avec tout ce que vous dites.

        Mais la retransmission du sol (ou de surfaces d’eau) vers ses environs ne peut pas se faire uniquement par le rayonnement. Il y a bien des molécules d’air (et la vapeur d’eau) en contact avec la surface chaude.
        Quelle est la proportion rayonnement / convection (variable je l’admets mais une plage de flux d’énergie existe) dans le transfert local ?

        Toute la question est là : qu’est ce qui se passe aux environs de 300 °K, pas de 600 °K. Et quand les couches se déplacent sous la brise / vent, elles augmentent le transfert convectif davantage.

        Le transfert d’énergie prend le chemin de la moindre résistance.
        Le transfert radiatif dépend de (T de l’émetteur)**4
        Le transfert convectif dépend de (T de l’émetteur)**1
        Entre 300 °K et 600 °K il y a un facteur d’intensité de 16.

        Pourtant, on a l’impression que tout l’argumentaire effet-de-serriste est basé sur les températures beaucoup plus élevées que celles de notre environnement réel.

        Respectueusement,
        Paul

  37. Paul A. Dmiratif dit :

    Cher Luc B.,

    En remontant le fil de vos dernières contributions encyclopédiques, j’ai trouvé ce joyau de la poésie naïviste post-moderne québécoise – votre ‘Poème à l’Ozone’ (Que vous avez élu de ne pas partager avec nous. Grand cachotier – va !) :

    Quel talent ! Immense, cosmique peut-être.
    L’image qui vient à l’esprit : un clébard mélancolique qui hurle à la lune en espérant que celle-ci fasse pleuvoir sur lui des Kibbles ‘nBits bien croquants.

    Avez-vous songé à joindre la dimension musicale à votre oeuvre lyrique et ainsi faire vibrer l’âme du Bienveillant Infini ?
    Il n’en tient qu’à vous de décrocher le poste de « commentmanteur préféré » du prof.

    Pour cela vous chanterez sans doute en Bavarotti.
    Bien que vous pourriez aussi chevroter et marcher dans les traces du grand Normand L’Amour.

  38. lucbmenard dit :

    M. Paul,

    Je l’ai encore travaillé pour le rendre lisible et digeste pour M. Réjean.

    Merci de le placer ici en ce vendredi gris pour manifester.

    Peut-être qu’il pourra en inspirer certains à poursuivre leurs études et retourner à l’école.

    Bonne journée!

    -Hubert (toujours en service pour le mieux-être de sa communauté et l’environnement)

  39. lucbmenard dit :

    https://duberger.me/2022/04/10/le-responsable-est-le-tarif-postal-et-non-le-co2/#comment-392442

    Question d’embauche Monsieur Y.

    Qu’est-ce que l’énergie?

    J’en ai une autre bien meilleure. Elle pourrait vous valoir une promotion instantanée dans la compagnie et vous pourriez devenir immédiatement directeur d’usine.

    Ainsi, vous pourriez aider M. Tremblay qui  »spin » du cerveau et retarde la chaine
    d’approvisionnement.

    Bonne chance!

  40. lucbmenard dit :

    https://duberger.me/2022/04/10/le-responsable-est-le-tarif-postal-et-non-le-co2/#comment-391209

    Au passage, la question de la saturation du CO2 est un mythe maintes fois déboulonné (ne tient pas compte de l’aspect « multi-couches » de l’atmosphère), on peut passer à autre chose s.v.p. merci.

    Oui, après que vous ayez pris connaissance de ce qui suit seulement.

    Les références (explications) sont ici M. Paul: celles que M. Patate semble incapable de fournir.

    https://qr.ae/pvFMuN

    Au moins 50  »papiers » qui n’en font pas un mythe
    https://notrickszone.com/50-papers-low-sensitivity/

    Voici comment il comprend et explique la non-saturation du CO2:

  41. lucbmenard dit :

    https://duberger.me/2022/04/10/le-responsable-est-le-tarif-postal-et-non-le-co2/#comment-392440

    Si une plaque de métal est éclairée par une lampe visible qui lui envoie 100 W/m2 et une autre lumière infrarouge qui lui envoie 50 W/m2, combien de W/m2 au total frappera cette plaque ?
    Vous devriez savoir que le comportement des ondes dans la matière vs dans un gaz est très différent, mais enfin!
    La vidéo de la maison du gars qui peinture son toit, vous l’avez vue ? Et puis, qu’est-ce que ça vous a appris? La température baisse dehors en soirée. Le gars constate que l’énergie du toit continue de se transmettre à l’intérieur (vous et votre dauphin avez dit le contraire). Il est obligé de climatiser toute la nuit. C’est la raison pour laquelle il applique le produit qui a le pouvoir de réfléchir les UV.
    Il y a photon et photon. Certains (UV) possèdent plus de puissance que d’autres (IR). Ceux qui font que la couche ionosphère se réchauffe tant et ceux qui font que la stratosphère se réchauffe tant. Leur puissance est 48X plus puissante que celle émise par vos quelques CO2 (1 pour 2 400). Ils sont perdus dans un océan de molécules imperturbables (stables). Cette énergie thermique très faible se dissipe sans rien perturber.

    J’espère que vous ne pensez pas que le CO2 a à voir là-dedans? Sinon, là vous êtes dans les patates. L’atmosphère est structurée. Le CO2, vu son poids p/r à l’air, ne se comporte pas comme les molécules d’eau ou l’air qui peuvent s’élever par détente adiabatique. Conséquemment, elles ne sont pas soumises au phénomène d’équilibre hydrostatique.

    Le CO2 c’est la nourriture des plantes parce qu’il est disponible. Ça veut dire qu’il demeure au niveau du sol pour être assimilé par elles. Le Prof Gervais là dit. M. Paul là dit. Qu’est-ce que ça vous prend de plus? La nature est ainsi faite. C’est bien n’est-ce pas? Cela pourra intéresser M. Tremblay, dans le cas des molécules de N2, ce sont les éclairs qui les craquent; la nature peut ainsi dispenser de l’azote aux plantes par la voie des airs. Fantastique également! Mais ne nous égarons pas.

    Q. à M. Y. Y.
    Je poursuivrai avec ceci : un peu d’humour pour se détendre, ne peut jamais causer de tort :
     »est-ce qu’on se réchauffe parce qu’on se tient plus près d’un poêle à bois/électrique éteint?’’

    Évidemment, non! Cela, même si ce corps possède une température quelconque et émet un rayonnement infrarouge X; c’est insuffisant, car le corps humain possède déjà une T° supérieure à ± 37°C (310 °K). Pour se réchauffer, il faudrait soit se couvrir d’une couverture électrique chauffante ou bien faire fonctionner le poêle et monter la T° plus que celle de notre corps. La maison agissant comme une vraie serre à cause du vrai toit.

    Serre (sic) et effet de serre (re-sic). Attention : cette idée peut vous rendre malade (farce)

    Dans le cas du bilan d’énergie, on devrait parler d’un système atténuateur de refroidissement (ou principe d’entropie refroidissante du Professeur). Vous pourriez ainsi expliquer adéquatement l’état d’équilibre. Par contre, un effet de serre existe réellement, mais il se situe au-dessus de ce cadre référentiel habituel : cette notion théorique du m2 et du flux d’énergie (W/m2). Dans les étages supérieurs de l’atmosphère, c’est homogène, stables et structurés; ce qui n’est pas le cas de la troposphère ou les parcelles d’air sont constamment en brassées, en mouvement et soumises aux conditions locales de T° et pression.

    Retour vers le futur

    Pour bien comprendre les IR, il faut faire un petit retour en arrière. Le musée d’Histoire des sciences a reproduit une expérience intéressante : La découverte des infrarouges par William Herschel
    https://www.youtube.com/results?search_query=l%27exp%C3%A9rience+d%C3%A9couverte+de+l%27infra+rouge

    Qu’est-ce que l’on constate dans l’expérience réalisée par William Herschel?
    1) qu’il utilise une source d’éclairage externe, la lumière blanche du soleil, qu’il laisse passer au-travers d’une ouverture dans une porte de son labo, puis d’un prisme, pour ensuite faire apparaître les couleurs de l’arc-en-ciel sur une feuille de papier blanche posée sur son bureau;
    2) Des couleurs ainsi détaillées, on reconnaît la raie de couleur rouge, plus rapprochée de l’angle d’incidence du soleil;
    3) Des thermomètres placés vis-à-vis des couleurs respectives indiquent une température plus élevée vis-à-vis du rouge que du bleu; même plus élevée, au-delà du rouge; d’où la découverte (IR).

    On se rend compte que ce n’est pas uniquement une question d’amplitude des REM qui dans ce cas permet à ce que la température du thermomètre vis-à-vis du rouge soit plus élevée, mais aussi des fréquences. Dans ce cas, on constate que les seuils d’énergie particuliers à chacune des matières lorsqu’égalés ou dépassés, peuvent se briser et libérer de plus grande quantité de chaleur dans l’environnement.

    Voici une autre expérience intéressante (ci-dessous).

    Si vous observez bien, la couleur bleue de la flamme, plus chaude, ne disparaît pas lors de l’absorption des couleurs rouge et jaune. Le CO2 ne possède pas les bandes adéquates pour absorber ces fréquences qui sont supérieures au seuil énergétique. Les molécules semblent saturées d’énergie. C’est documenté dans des relevés faits dans l’atmosphère.
    À l’instar des molécules diatomiques (O2, O3) dans la haute atmosphère, également incapables d’absorber au-delà d’un certain seuil la puissance énergétique à laquelle elles sont exposées. Elles seront ionisées ou photodissociées, relâchant en conséquence de grandes quantités de chaleur dans leurs sphères respectives (ionosphère et stratosphère). Voir les graphiques en ce sens (en fonction de l’altitude)

    J’expliquerai en détail ce qui se passe dans la couche d’ozone stratosphérique et celle de basse atmosphère où les polluants (NO2, COV) abondants dans les grandes villes causent du réchauffement par ce même phénomène de photodissociation. D’autant plus depuis la réduction
    de la couche d’ozone parce que plus d’UVB peuvent passer et venir photodissocier au niveau du sol.

    • Paul dit :

      Monsieur Luc ne considère pas le cas sous le bon angle : « .. le corps humain possède déjà une T° supérieure à ± 37°C (310 °K). Pour se réchauffer, il faudrait soit se couvrir d’une couverture électrique chauffante ou bien faire fonctionner le poêle et monter la T° plus que celle de notre corps. ».

      À moins d’être un cadavre, le corps humain rejette de la chaleur et tel un engin à combustion interne il doit le faire, sinon il surchauffe.

      Pour se réchauffer à mort, il suffirait de se faire poser des bandelettes en plastique étanche sur toute la peau, sans oublier la tête, car c’est surtout par là que la chaleur nous quitte.

      Ou vous pourriez Luc, demander à Goldfinger de vous peindre tout en or 18 carats et ainsi récompenser votre lutte épique contre le duo maléfique Pétaque & Pétrophobe.

      “ GOLDFINGER | 007 discovers Jill Masterson “

      • lucbmenard dit :

        M. Paul,

        De quessé? Jamais entendu ça!

        Nous sommes des animaux à sang chaud. Le corps humain est comme un feu de bois.
        Il y a combustion interne et relâchement de chaleur. La machine est si bien faite.
        Elle ne surchauffe JAMAIS, sinon lors d’une fièvre. Ça prend constamment de la
        nourriture pour maintenir la température à 37C.

        Je pense comme pour les climats au ce fonctionnement adéquat en terme d’équilibre
        dynamique. La machine ne s’emballe pas. Toujours la même température, sauf si on est malade, fiévreux. La température interne du corps humain est réglée au quart de tour; elle
        est parfaitement équilibrée la plupart du temps.

        Je ne pense pas qu’ils sont maléfiques parce qu’ils cherchent à savoir… ils sont seulement un peu crédule ou incrédule (Thomas), car ils veulent pas seulement le savoir, ils veulent aussi le  »woir ».

        Faites vos recherches,

      • Paul F. Rette dit :

        Bonsoir Mtre Luc,

        Et pourtant la Bond-girl aux pores bouchés par la peinture à l’or est morte de surchauffe (la chaleur du corps ne s’évacue pas uniquement par rayonnement – à moins d’être un brillant Guillaume, mais aussi par la sueur, ainsi que par la convection. Même par la conduction, quand on dort sur la banquise).

        Quand l’énergie ne peut être évacuée, la surchauffe est la conséquence.

        Allez-voir en colmatant les ailettes du radiateur de votre Lada.

        Ou, brisez le ventilateur dans le bloc de piles de la Volt électrique du camarade Tremblay.

        L’autre moyen de perdre de la chaleur interne, c’est d’uriner. De préférence pas dans son bain tourbillon quand le prof Immensément Bienveillant vous invite.

      • lucbmenard dit :

        Dr Paul,

        Je sais, je prends une chance  »pour les paroles », mais je pense confier la musique de mon poème à M. Guillaume. Un punk Rock probablement Rock prog. Il n’y a pas
        de raison de vouloir tuer la bonne musique peu importe le style musical.
        Bonne idée : des voies chevrotantes en  »back vocal  » seraient la bienvenue,
        la vôtre peut-être?

        -Dac aussi M. Tremblay, pour les voies?

    • Monsieur Patate dit :

      Si une plaque de métal est éclairée par une lampe visible qui lui envoie 100 W/m2 et une autre lumière infrarouge qui lui envoie 50 W/m2, combien de W/m2 au total frappera cette plaque ?

      Réponse plus simple: 100 W/m2 + 50 W/m2 = 150 W/m2.

      Ne nous égarons pas.

      Patate

      • Paul A. Klimaté dit :

        M. Patate reste terre-à-terre, au présent.

        M. Luc interroge le futur : une fois reçus les 150 w/m², quelle sera la portion réfléchie d’emblée dans chacune des longueurs d’onde ? La portion réémise par rayonnement un peu plus tard, en fonction de la température ambiante que l’on ferait varier, pendant la transition et en régime établi.
        Ceci, en fonction du métal laissé à nu (Al, Fe, Cu, etc..) ou peint de chacune des couleurs de l’arc-en ciel pour célébrer la gaîté estivale.

        Sans oublier la portion d’énergie la plus conséquente, retransmise par la plaque au moyen de la convection, dans l’air stationnaire et agité.

        Dans tout ça, comment faire pour ne pas s’égarer ?

      • lucbmenard dit :

        ATTENTION : ne pas confondre Watt et Joule. Frappera? La puissance n’explique pas tout.
        La lampe IR est située à quelle distance de la plaque? Il y a ou non absorption d’énergie?
        Regardez le soleil, l’expérience de Herschel et la feuille de papier. Vous lisez, Oui?

        Q. Noms, latitudes et altitudes des satellites qui mesurent l’énergie solaire incidente au sommet de l’atmosphère (1368 W/m2) et celle émise par la Terre sous forme de rayonnement infrarouge?

        Vous pourrez toujours éplucher des patates sur une planche dans un coin d’l’usine. On vous fournira une p’tite lampe de poche pour ne pas vous perdre, au besoin.

  42. lucbmenard dit :

    En référence à : https://duberger.me/2022/04/10/le-responsable-est-le-tarif-postal-et-non-le-co2/#comment-392990

    Poste comblé

    Malheureusement, la période d’inscription est terminée* : merci de votre collaboration/ compréhension; vous pourrez possiblement refaire une autre fois.

    Un nouveau directeur

    Fort heureusement, nous avons trouvé notre nouveau directeur. Vous voulez savoir ce qu’il a répondu à la question initiale :

     » L’énergie ne peut être créée. »
    – Woo, bon départ!
     » Elle est déjà présente dans la nature. »
    – Impressionnant!
     » Elle ne peut qu’être transformée. »
    – Sans équivoque, il va avoir le poste.
    – C’est au-delà de nos attentes.
    – Il a même élaboré sur les QUALITÉS de l’énergie, à savoir :
     » Elles se définissent par la propension d’une forme d’énergie à se transformer en une autre forme. »
    – Trop, c’est trop…

    Resté bouche bée

    – Sur une lancée et sans qu’on demande :
     » le système atténuateur de perte de chaleur permet de réguler la température dans la basse atmosphère (la troposphère) cela malgré, en apparence, son fonctionnement anarchique, désorganisé, voire chaotique, par le biais des nuages et leur rôle majeur joué
    (phases de vaporisation/condensation).
    – Continuez champion, me dis-je!
     » Ce système régulateur, aussi paradoxal qu’il puisse paraître, possède à la fois le potentiel de réchauffer et de refroidir l’atmosphère.
    – Alors là, on parle définitivement d’équilibre, de balance et on est en  »business ».

    Je parie qu’il ira loin

    – On est dans le domaine du confort et de la domotique, lui dis-je.
     » Le cerveau : non, on est dans le domaine de la dogmatique. »
    – Pas un automate ni une boîte noire le mec !
    – Le Jackpot. Je l’engage!

    J’ai fait le bon choix ?

    * étant donné que : tout n’est jamais réglé en science ni du point de vue des climats ( »science is never settled, climats are never settled, » pour utiliser l’expression anglaise). il n’est JAMAIS trop tard, ne vous en faites pas…

  43. lucbmenard dit :

    Pour agents préventionnistes d’apocalypse seulement

    Une autre corrélation* : l’augmentation de la population terrestre et l’augmentation de la TMAG. En 150 ans, depuis l’ère industrielle, la population mondiale a augmenté ou est passée de : autour (estimé) d’un milliard en 1850 à 7,9 milliards d’humains sur terre en 2021. Le CO2 ne serait qu’un indicateur de leur consommation d’énergie.

    Nous émettons chacun, en moyenne, 75W/m2. Faites le calcul?

    Pour des explications (du physicien Jacques Henry, il a travaillé au CNRS et EDF), ici :

    https://jacqueshenry.wordpress.com/2021/01/30/le-co2-na-quun-effet-negligeable-sur-le-climat/

    Pour voir les responsables* (sic), regardez ici :

    * En fait, je ne le pense pas du tout (elles ne sont pas responsables). En réalité, c’est un prétexte, une joie de vous présenter tous ces beaux visages humains, ces belles personnes qui répondent gentiment aux questions de Yann Arthus-Bertrand dans le cadre de son projet extraordinaire intitulé : 7 milliard d’autres. Vous ne verrez plus le CO2 de la même manière, surtout quand l’un des participants dit : « c’est avoir de l’eau ». C’est extrêmement touchant. Ça fait réfléchir à propos de notre statut privilégié. Comme si un résident de New-York ou d’une autre grande ville, disait :  » c’est avoir de l’air pur ».

    La pollution est un problème tellement plus pressant. Je ne dis pas qu’il ne faut pas faire attention au CO2, mais c’est tellement difficile, coûteux, voire impossible, comme de penser diminuer la population mondiale l’est tout autant.

    • lucbmenard dit :

      La solution fourre-tout

      L’un des problèmes actuels, la disparition des espèces animales, à un rythme accéléré, serait
      surtout causée par la destruction des habitats. Un problème relié à l’augmentation
      de la population. J’en parle parce que souvent on nous rabâche les oreilles avec le fait que
      ce sont les changements climatiques qui en sont la cause.

      Il fut un temps, très lointain, il n’y avait pas d’animaux. Il n’y avait pas d’oxygène
      non plus. La terre s’est timidement dotée d’une atmosphère pourvue d’oxygène.
      Ensuite, il y eut l’émergence des formes de vie capables de faire de la photosynthèse. L’apparition de formes de vie plus élaborées, les animaux, s’est produite lorsque le taux
      d’oxygène dans l’air fut suffisant. Le rôle de l’oxygène, un gaz toxique en réalité, est de
      permettre la combustion des aliments et produire la chaleur du corps.

      Donc, la terre était uniquement un royaume de plantes. Les arbres et autres organismes produisaient de plus en plus d’oxygène. L’arrivée des animaux était inéluctable. Il fallait
      des consommateurs pour toute cette oxygène. Aujourd’hui, est-ce encore le cas peut-on
      se demander? Surtout dans le contexte d’une surpopulation mondiale selon certains.
      Peut-on émettre l’hypothèse que le population a à ce point saturée les espaces habitables
      de la planète pour que l’oxygène vienne à manquer? Raison de la disparition accélérée
      des espèces animales. On note que l’oxygène vient à manquer dans certaine région
      de l’océan. Le CO2 est aussi une source et une réserve pour notre propre oxygène.

      Si cela est vrai, il est important de voir à ce que nous n’en manquions pas. Et plutôt
      que de rechercher à éliminer le CO2 de l’atmosphère, la nourriture des plantes, la
      nôtre, pas nécessairement l’augmenter, mais permettre à ce que la nature n’en manque pas.

      Une solution toute indiquée pour le futur* : la plantation d’arbres

      La biodiversité des espèces et des écosystèmes est la clé pour maintenir à long terme
      la vie sur terre. Le projet Restor est une plateforme conçue pour permettre à n’importe qui, n’importe où, d’aider à restaurer la biodiversité des écosystèmes de la planète. Il y aurait
      pas moins de 3000 milliards d’arbres sur la terre selon leur inventaire. Il y aurait encore
      de l’espace disponible pour en planter 1000 milliards. On peut prendre connaissance de
      la vision et des objectifs du projet ici:

      *Dans le contexte de l’urgence climatique, le documentariste environnementaliste américain Michael Moore titrait sont film : Planet of the Humans (La planète des humains). Peut-on
      penser à un futur possible pour les humains sans toute cette biodiversité ?

  44. lucbmenard dit :

    https://duberger.me/2022/04/10/le-responsable-est-le-tarif-postal-et-non-le-co2/#comment-394288

    Comme l’énergie ne peut être créée, elle ne peut également pas mourir (me fait remarquer
    mon directeur). LA QUALITÉ PRINCIPALE DE L’ÉNERGIE EST SA CAPACITÉ À SE TRANSFORMER.

    Comme pour M. Patate (Guillaume), je répète : le comportement des ondes dans la matière vs
    dans un gaz est très différent. Et votre madame va se refroidir bien assez vite malgré qu’elle aura perdu un tout petit peu d’énergie en chaleur dans son environnement immédiat (comme celle à perdre dans l’air si encore frais dans maison ou sous la couverture chauffante, et de préférence,
    garder la tête sortie).
    Le système vivant, pour se maintenir, doit élimer une partie de celle-ci en chaleur. Une molécule dans l’air selon son seuil d’énergie max. pourra soit transférer cette énergie à un niveau d’énergie potentielle  »supérieur » (les orbitales) ou l’expulser en chaleur dans l’environnement.

    La conversion d’énergie conduit inévitablement à de la chaleur perdue et du travail pas fait (dixit les fonctionnaires du Professeur). Comme dans vos films d’actions, cette énergie thermique qui vous hante, le méchant retenu ou réprimé, sera expulsé inévitablement d’une manière (pisse, sueur, etc.) ou d’une autre (IR), mais il finira toujours par revenir (cas d’un être vivant, pas la madame) *.

    Ne jamais oublier que Bond (l’énergétique) gagne toujours.
    Je serai maître du monde, ha, ha, ha!

    -On se calme Mr little potatoe

    *Tomorrow Never Dies (1997). Parce que l’énergie n’est jamais efficace à 100%. L’efficacité de chaque conversion d’énergie est déterminée par les lois de la thermodynamique. Donc, si nous convertissons l’énergie chimique (pétrole, charbon, gaz) en d’autres formes d’énergie (mouvement, pression, énergie électrique ou potentielle, etc.) à l’aide de notre technologie hautement intelligente, selon la thermodynamique, cela ne se produit que partiellement avec une efficacité généralement de moins de 50%, en moyenne environ 20 à 40%. Les 60 à 80% restants sont irréversiblement perdus sous forme de chaleur « perdue » et provoquent un réchauffement de l’environnement, en particulier des couches inférieures de l’air.

  45. Paul Old Fart dit :

    Bonjour Maître Luc,

    Pâmé devant votre talent de poète, plus haut je vous avais suggéré de : « joindre la dimension musicale à votre oeuvre lyrique et ainsi faire vibrer l’âme du Bienveillant Infini ».

    Afin de : réclamer et « décrocher le poste de « commentmanteur préféré » du prof. », lequel vous revient de droit et personne n’en doute, sauf peut-être le principal intéressé, malheureusement et j’espère temporairement, cruellement diminué par les concoctions de traitement génique qu’on lui a injectées.

    Mais pourquoi donc pensez-vous qu’un grand intellectuel aux goûts raffinés, qui aime l’opéra classique, apprécierait le chant chevrotant sorti de la voie rectale ?

    Vous faites un appel aux flatulateurs prolifiques : « des voies chevrotantes en »back vocal » seraient la bienvenue, la vôtre peut-être? -Dac aussi M. Tremblay, pour les voies? ».

    Je dois vous décevoir. Je ne peux pas flatuler, car les probiotiques, que je prends par moult milliards pour éviter la vaccination, me font digérer ma pitance complètement, sans produire du méthane effet-de-serriste requis pour postuler une position dans votre chorale.
    Pour Rejean, je ne sais pas s’il prend des mesures proactives pour ne pas tuer la planète par émissions de méthane par son brocoli.

    Vous devriez faire appel à Mr. Methane, un chanteur spécialisé dans le genre, qui pourrait vous former, et ainsi vous permettre de séduire le prof en direct :

    “ Mr. Methane – Farting Man – Britains Got Talent 2009 Ep 5 “

    • lucbmenard dit :

      1662

      Drôle de hasard. Dans les éphémérides (je ne regarde jamais ça), j’apprends que l’année 1662 (imaginez, un 5 Juin), Louis XIV devient le Roi soleil. Bien qu’il fut très important dans l’Histoire française, ce ne sera pas le sujet de ma chronique. Ce chiffre, 1662 ppmv, est la quantité de CO2 enregistrée la nuit dernière dans la maison. L’appareil est récent et en période de calibrage. Ce relevé et d’autres montrent déjà une tendance. La nuit, le taux de CO2 et COV est haut parce que nous, radiateurs humains, rejetons beaucoup ces sous-produits de la nourriture consommée et par le fait même une quantité de chaleur. Le jour, la circulation d’air, les fenêtres ouvertes et nos absences fréquentes ou prolongées font qu’il se situe dans la zone verte ou jaune.

      Le pouce vert

      Les plantes n’ont jamais été si belles : les feuilles si grosses. Les plantes réagissent bien et poussent mieux que l’hiver. Évidemment, le rayonnement aidant par l’abondance du soleil dans les pièces mieux éclairées et la photosynthèse plus efficace.
      Dire que le CO2 cause l’augmentation de la température entre en contradiction avec ce que j’observe. C’est la raison pour laquelle je suis intéressé à ce problème du réchauffement.
      La maison dans laquelle j’habite est très bien isolée. C’est une véritable une serre. Elle agit comme telle. L’énergie dégagée à l’interne est proportionnelle au nombre de résidents. Ce dégagement la nuit réchauffe à peine plus la maison. La température ne présente pas de variation importante de celle du jour. Le processus de métabolisation de l’énergie absorbée sous forme de nourriture, les nutriments, et les rejets, les déchets de l’organisme non conservés pas le corps pour le travail de maintenance du système est seul responsable pour la production de la chaleur. On parle de transformation de l’énergie.

      Dans cet ordre d’idée, on l’observe, dehors, après une nuit nuageuse, la température du matin est à peine plus basse que celle de la veille au soir, mais par temps clair, elle peut être jusqu’à 10 °C plus fraîche que la veille, malgré le maximum nocturne de CO2 anthropique. On voit bien l’importance et l’effet quasi exclusif de la présence de molécules d’eau dans l’atmosphère pour réguler le climat local. La molécule de CO2 n’étant pas conçue par la nature pour être un paramètre climatique, son long temps de séjour dans l’atmosphère bas sert à transporter du carbone organique réactif dans les zones de végétation.

      À quelques exceptions près, il y en a toujours dans la nature, la photosynthèse se produit le jour, pendant que le soleil brille. Une photosynthèse rendue possible grâce à l’absorption d’énergie de type rayon UVA. Ainsi, les plantes inspirent du CO2 pendant la journée à travers leurs stomates, pores de peau des feuilles. Pendant la nuit, elles expirent en partie l’énergie absorbée le jour pour leur croissance en dégageant de l’oxygène et de la vapeur d’eau : une énergie faible (IR) exprimée sous forme de chaleur. Il y a toujours des pertes d’efficacités associées à la thermodynamique.

      Une hypothèse inversée

      L’un de mes Professeurs insistait sur l’importance de développer la problématique plutôt que de chercher des solutions. Je pense l’avoir écouté. Le fait de bien comprendre la question de départ, l’hypothèse, est la méthode la plus efficace afin de solutionner un problème. En conséquence, une réponse vient naturellement. Il n’y pas plus ambigu que déterminer ce qu’est la cause et ce qu’est l’effet. Il faut être très prudent dans sa démarche.

      Le problème :

      L’idée d’augmentation de la température suite à celle du CO2 relative à l’industrialisation et le manque de données probantes pour le démontrer, sinon ces liaisons apparentes, événements haussiers ponctuels de météo extrême, plus d’ouragans, tornades, fonte des glaciers, déclin des ours polaires, etc., ne constitue pas une fondation suffisamment solide et capable d’éliminer les doutes quant à la validité de l’hypothèse. Elle ne permet pas non plus de différencier la cause et l’effet de manière évidente sans équivoque.
      Puisque la connexion présumée n’a d’abord été vue que qualitativement, des hypothèses fantastiques sont apparues, la politique l’a récupérée et a contribué à semer davantage la confusion. Difficile alors d’appliquer et faire toute la lumière à ce sujet. Du lien initial qui peut paraître plausible, il ne reste qu’une hypothèse malhabile sinon malhonnête qui sert plus la cause politique que celle de la science.
      Les observations présentées ci-haut jettent un regard neuf sur cette réalité, son expression multifactorielle et une conclusion inattendue. S’il apparaît plus évident pour certains que ces variables peuvent s’inverser, de cause à effet, c’est que l’idée de base a progressé : les facteurs externes présentés en étant la cause : l’augmentation de la population mondiale et la montée de l’indicateur CO2; le volcanisme sous marin et l’augmentation du CO2; l’eau réchauffée des océans par le volcanisme sous marin et la TMAG augmentée; le dégazage naturel du CO2 de l’eau souterraine; réduction de la couche d’ozone et entrée d’UVB dans l’atmosphère (troposphère); réchauffement de l’eau des océans en conséquence; formation d’ozone de basse altitude et accentuation du réchauffement; volcanisme terrestre récent capable de réchauffer ou refroidir l’atmosphère*.

      Ces variables (naturelles, anthropiques) peuvent autant sinon davantage expliquer le réchauffement, en être la cause avec ses conséquences connues (∆↑CO2).

      *réf. l’auteur Peter L. Ward (What really causes global warming? Greenhouse Gases or Ozone Depletion)

    • lucbmenard dit :

      ….c’est sans doute la double raison d’être du masque…

    • lucbmenard dit :

      Merci Robin,

      Je voudrais plus genre Rap (le Rap à billy) ou militaire.
      Une marche : la chanson du boudin, p.ex., mais avec pas de choucroute STP.
      Juste du du positif!

      -Batman

  46. lucbmenard dit :

    Le bilan énergétique Nouvel âge

    Le diagramme ci-dessous* n’est pas l’Ukraine qui bombarde la Russie ou les Russes et leur fameux arsenal invincible qui ripostent contre les É.-U : le fameux Satan II. Juste une autre vision ‘’plus réaliste’’ de comment serait transférée l’énergie. Ce bilan global est basé sur le modèle d’un système Terre-atmosphère en équilibre radiatif constant (sans accumulation ou libération temporaires d’énergie).

    Ce qu’on ne dit pas sur ce schéma, c’est que la terre reçoit une puissance de 1368 W au sommet de l’atmosphère. Cette valeur de 342 W/m2 est une valeur moyenne estimée. Chaque mètre carré de la surface terrestre reçoit en continu le quart de 1368 W.

    Les flèches jaunes (énergie totale reçue au sommet de l’atmosphère)

    1- 100 (%) = 342 W/m2 (énergie incidente : IR, lumière visible, UVA & B);
    2- 30 = 102,6 W/m2= (énergie réfléchie ou diffusée par la surface terrestre, l’atmosphère et les
    nuages : Albédo);
    3- 20 = 68,4 W/m2 (énergie absorbée par la vapeur d’eau);
    4- 50 = 171 W/m2 (énergie incidente reçue par la terre (sol).

    Les flèches rouges (énergie dissipée par la surface terrestre : trois mécanismes : 1) évaporation de l’eau des océans, 2) convection de l’air et 3) rayonnement thermique.

    1- 23 (%) = (précipitation annuelle : 5,05 10E5 km3; surface totale : 5,1x10E8 km2; chaleur de
    vaporisation (2454 kJ/kg); secondes dans une année : 78 W/m2;
    2- 7 = (convection ascendante : couplage convection et évaporation de l’eau des océans = 30 %,
    le principal mécanisme de dissipation de l’énergie absorbée par la surface terrestre);
    3- 20 = rayonnement thermique à éliminer dans l’atmosphère par IR;
    4- 6 = (30% du 20%, ci-haut, ou 21W/m2 éliminer dans la fenêtre optique);
    5- 14 = (70% du 20%, ci-haut, absorbés par l’eau, 60% et le CO2, 10%;
    6- 64 = (70% : 240 W/m2 – 6 W/m2); l’ozone, dont la concentration est la plus élevée vers 30 km d’altitude, absorbe à 9,6 µm une fraction du rayonnement thermique provenant de la Terre avant qu’il n’atteigne les satellites, Nimbus et ERBE.

    1-Quels constituants atmosphériques sont susceptibles d’apporter sous forme de rayonnement l’appoint énergétique pour atteindre les 240 W/m2 mesurés par les satellites ERBE ?
    L’hypothèse la plus probable est que ce soit la vapeur d’eau car,

    1° de tous les constituants atmosphériques c’est le plus abondant de ceux qui sont susceptibles d’émettre un rayonnement infrarouge et c’est celui dont le spectre de vibration-rotation est le plus étendu (fig. 6).
    2° de tous les constituants atmosphériques c’est le seul qui, dans la troposphère, peut s’y trouver sous les états solide, liquide et gazeux et donc y subir des changements d’état.
    3° les parties du spectre de la fig. 9 situées de part et d’autre de la fenêtre optique soit de 6 à 8 µm d’une part et de 13 à 25 µm d’autre part correspondent précisément aux domaines d’absorption (et donc aussi d’émission) de la vapeur d’eau mentionnés sur la fig. 10. La fig. 6 permet de préciser que dans le premier cas il s’agit de transitions de vibration et dans le second de transitions de rotation.

    Autres questions et explications comment la molécule d’eau peut réaliser avec efficacité le TRAVAIL du transfert radiatif SOLEIL-ATMOSPHÈRE-TERRE et TERRE-ATMOSPHÈRE-SOLEIL

    2-Par quel mécanisme la vapeur d’eau pourrait-elle évacuer sous forme de rayonnement l’énergie absorbée par le système Terre-atmosphère ?

    3-Dans quelles conditions la vapeur d’eau pourrait-elle émettre de la fluorescence lors d’un changement d’état ?

    4) Ce changement d’état permettrait-il l’évacuation radiative de l’énergie provenant de la surface terrestre

    Les auteurs concluent que, sur les 240 W m-2 mesurés par les satellites ERBE, 9 % (21 W/m2) proviennent directement de la surface terrestre sous forme de rayonnement thermique et 91 % (219 W/m2) de l’émission de fluorescence associée à la condensation de la vapeur d’eau sursaturée au sommet de la troposphère.

    Toutes les réponses à ces questions et explications scientifiques sont fournies en détails à l’adresse Internet ci-dessous.

    *adapté du schéma, ici : https://www.science-climat-energie.be/2020/12/11/leffet-de-serre-et-le-bilan-energetique-de-la-terre

    -Bonne journée,

    • Monsieur Patate dit :

      Salut !

      J’ai lu quelques passages du site de Georges Geuskens en référence.

      Un lecteur questionne (à juste titre) l’affirmation suivante de M. Georges : « le rayonnement thermique d’un corps chaud peut être absorbé par un corps froid mais PAS l’inverse. »

      Un autre lecteur explique judicieusement: « Le bilan des échanges énergétiques mène à un transfert *net* d’énergie de la source chaude vers la source froide. Ça ne veut pas dire qu’aucune énergie n’est transférée de la source froide vers la source chaude […] »

      M. Georges rétorque : « Il faut bien comprendre que le corps froid émet aussi un rayonnement thermique mais qu’il ne peut PAS être absorbé par le corps chaud. Il se perd dans l’atmosphère et son intensité diminue avec le carré de la distance. »

      C’est complètement faux. Une partie des ondes électromagnétiques émises par un corps froid seront bel et bien absorbées par un corps plus chaud (en supposant qu’il n’est pas 100% réfléchissant à ces longueurs d’onde, ce qui est en fait impossible en pratique).

      Cet échange entre M. George et ses lecteurs enlève toute crédibilité à son discours car il démontre clairement qu’il y a des concepts reliés aux transferts radiatifs qu’il ne maîtrise pas.

      Aucun intérêt de de lire tout le reste. .

      Patate

  47. lucbmenard dit :

    M. patate et Cie

    Peut-on être plus égaré qu’un politicien? Surtout lorsqu’il s’agit des changements climatiques (sic).
    Il n’y a qu’eux qui soient capables d’appliquer un remède à une maladie qui n’existe pas. Une solution où il n’y a pas de problème. Les scientifiques, eux, cherchent la vérité dans la réalité : ce qui existe. Ils cherchent seulement à comprendre. Les philosophes cherchent le Pourquoi des choses : c’est différent.

    Commençons par le commencement : la définition de ce qu’est la chaleur. J’explique à ma conjointe que j’ouvre les fenêtres pour faire sortie la chaleur et non pour faire entrer le froid!

    Si certains veulent croire qu’un corps moins chaud (froid) peut en réchauffer un plus chaud, c’est leur affaire. J’ai cherché ce lien : je n’ai rien trouvé.

    Tous disent le contraire :

    https://physique.sciences.narkive.fr/U3LkhtyS/pourquoi-l-echange-thermique-entre-deux-corps-se-fait-il-toujours-du-corps-chaud-vers-le-corps-froid
    Ici : Corps chaud et corps froid (futura-sciences.com)
    Et ici : Energie Thermique, Température et Changement d’État (superprof.fr)

    Qu’est-ce que la chaleur sinon une énergie d’agitation des molécules, des atomes. Comment est-ce possible? Qu’est-ce que l’émission et le transfert¹ d’énergie? Pour pouvoir absorber faut-il un manque? Pour pouvoir émettre, faut-il un surplus? Est-ce qu’une chaudière remplie d’eau peut mouiller un linge sec? Est-ce qu’un sceau d’eau vide peut hydrater un linge sec?

    On peut l’affirmer, vous le faites, mais encore faut-il être capable de le démontrer. J’ai présenté une situation où nous observons l’inverse. La conduction de la chaleur d’un toit chaud vers l’intérieur d’une maison moins chaude. À vous de nous présenter la ou les preuves, un exemple concret de votre prétention.

    Ce qui est connu (1ière & 2e loi de la thermodynamique²³) : si l’agitation thermique des atomes et molécules d’un corps est plus grande que celle d’un autre corps, alors de la chaleur passe du plus chaud vers le moins chaud. À l’inverse, si l’autre corps est plus chaud, c’est la chaleur de ce corps qui chauffera le moins chaud.

    La nature est ainsi faite. Elle cherche l’équilibre. Un état dans lequel la chaleur perdue d’un corps aura réchauffé au maximum un corps moins chaud. L’inverse est impossible. Exemple : j’ai un verre d’eau à 40C et un autre à 20C. Je vide le plus chaud dans l’autre, est-ce que le résultat est une eau à 60C. Non, la chaleur de l’eau à 40C est transférée et à celle de 20C et la température devient 30C. Est-ce que c’est ça qu’on observe?

    Un autre exemple. Vous touchez un morceau de bois et une plaque de cuivre à 0C. Vous avez la sensation que le cuivre est plus froid que le bois, POURQUOI? Le cuivre un bon conducteur de chaleur. Vous perdez votre chaleur plus vite à son contact qu’avec le bois. La sensation de froid est plus grande, mais ce n’est qu’une sensation.

    Avez-vous une carte cachée que nous ne connaissons pas? J’en doute, car ce sont les lois de la physique pour tout le monde.

    Donner vos références M. Patate? Sinon, vous êtes cuit! Ça commence à sentir le chauffer.
    Je vais appeler les pompiers. Je ne veux pas que l’usine brûle. Tout cela me semble anormal.

    Expliquez-nous SVP? Je ne demande qu’à vous croire, plutôt qu’à comprendre votre explication.

    -Merci

    P.S. j’ai l’impression que vous avez cherché que ce qui faisait votre affaire dans (Le bilan énergétique : Dr G. Geuskens, Professeur émérite de l’Université Libre de Bruxelles (ULB).

    ¹ L’énergie thermique échangée par un corps est notée avec la lettre Q et exprimée en Joule ou en kilojoule. Lorsqu’un corps reçoit de l’énergie thermique celle-ci est notée positive alors que s’il en cède elle est notée négative.

    ²La deuxième loi de la thermodynamique décrit les limites du transfert de chaleur. Plus important encore, il énonce l’idée spécifique que la chaleur ne peut pas être convertie entièrement en énergie mécanique. Cette idée importante peut être énoncée de nombreuses façons, mais il y en a 3 qui seront discutées en détail. Il s’agit de :

    Déclaration sur la chaleur résiduelle (il est impossible d’extraire une quantité de chaleur, représentée par QH, d’un réservoir chaud et d’utiliser tout cela pour faire des travaux);

    Déclaration de réfrigération (la chaleur s’écoulera toujours spontanément des substances plus chaudes vers les substances plus froides);

    Déclaration de désordre (l’entropie d’un système fermé ne peut jamais diminuer); réf. :
    Second law of thermodynamics – Energy Education
    https://energyeducation.ca/encyclopedia/Second_law_of_thermodynamics

    ³Un peu d’humour ici:

    Flanders & Swann – ‘First And Second Law’ – YouTube

    First and Second Law (Flanders & Swann)

    The first law of thermodynamics:
    Heat is work and work is heat.
    Heat is work and work is heat.
    Very good. The second law of thermodynamics:
    Heat cannot of itself pass from one body to a hotter body.
    Heat cannot of itself pass from one body to a hotter body.
    Heat won’t pass from a cooler to a hotter.
    Heat won’t pass from a cooler to a hotter.
    You can try it if you like but you far better not-er!
    You can try it if you like but you far better not-er!
    ‘Cause the cold in the cooler will get hotter as a rule-r,
    ‘Cause the cold in the cooler will get hotter as a rule-r,
    Because the hotter body’s heat will pass to the cooler
    ‘Cause the hotter body’s heat will pass to the cooler
    First Law:
    Heat is work and work is heat and work is heat and heat is work.
    Heat will pass by conduction.
    Heat will pass by conduction.
    Heat will pass by convection.
    Heat will pass by convection.
    Heat will pass by radiation.
    Heat will pass by radiation.
    And that’s a physical law!
    Heat is work, and work’s a curse
    And all the heat in the universe
    Is gonna cool down
    ‘Cause it can’t increase
    Then there’ll be no more work
    And there’ll be perfect peace
    Really?
    Yeah, that’s entropy, man!
    And all because of the second law of thermodynamics, which lays down:
    That you can’t pass heat from a cooler to a hotter
    Try it if you like but you far better not-er
    ‘Cause the cold in the cooler will get hotter as a rule-r
    ‘Cause the hotter body’s heat will pass to the cooler
    Oh, you can’t pass heat from the cooler to the hotter
    You can try it if you like but you’ll only look a fool-er
    ‘Cause the cold in the cooler will get hotter as a ruler
    And that’s a physical law…
    Oh, I’m hot!
    Hot? That’s because you’ve been working!
    Oh, Beatles nothing!
    And that’s the first and second law of thermodynamics!

    -Chaleureusement, Luc

    • Monsieur Patate dit :

      Salut !

      Vous donnez des exemples reliés à la convection et la conduction qui ne sont pas reliés avec le sujet. Dans ces cas, vous avez raison, le transfert se fait simplement d’un corps chaud vers un corps froid. Je suis bien conscient que si je mets un glaçon dans mon café, celui ne se mettra pas à bouillir.

      Mettez dans le vide une plaque (#1) dans lequel il y a un élément chauffant et faites-y passer un courant de sorte que la plaque est maintenue à disons 40 deg C. La plaque émet un certain nombre de W par radiation dans l’espace.

      Mette une 2e plaque identique à la plaque #2 à une grande distance de la plaque #1 et faites-y passer un plus faible courant de façon à ce que la température atteigne 20 deg C. La plaque, moins chaude que la plaque #1, émet un certain nombre de W plus bas que la plaque #1.

      Puisqu’au départ elles sont très loin l’une de l’autre, les plaques ne s’influencent pas.

      Rapprochez maintenant les plaques à une distance de 1 m, de sorte que la radiation de la plaque #1 se rende en partie à la plaque #2 et vice versa.

      Disons que la plaque #1 émet 100 W vers la plaque #2 et la plaque #2 émet 40 W vers la plaque #1. Le flux net entre les deux plaques est de 100 W – 40 W = 60 W et ce flux net est de la plaque #1 vers la plaque #2. Tout va bien.

      Supposons pour simplifier que les plaques de métal sont recouverts d’un matériau à très haute émissivité et qu’il n’y a presque pas de réflexion (corps noirs).

      Si vous avez suivi, la plaque #2 reçoit et absorbe 100 W, ce qui fait en sorte que sa température augmente, disons de 5 deg C, donc elle atteint 25 deg C.

      Par contre, la plaque #1 reçoit et absorbe quant à elle 50 W provenant de la plaque #2 donc… sa température augmente aussi ! Mais pas autant que la plaque #2 puisqu’elle ne reçoit pas autant de W, disons seulement de 2 deg C, pour atteindre 42 deg C.

      En conclusion, même si la plaque #2 est plus froide que le plaque #1, et que le flux net est de 60 W entre la plaque #1 et la plaque #2, la présence de la plaque #2 à proximité de la plaque #1 contribue au réchauffement de celle-ci à cause de la radiation émise entre #2 et #1.

      Une autre façon de le voir… Avant de mettre la plaque #2, la plaque #1 émettait 100 W vers l’espace tout en étant stabilisée à 40 deg C. Mais en mettant la plaque #2, le flux net étant maintenant de de 60 W, la plaque #1 se trouve à perdre seulement 60 W au lieu de 100 W, ce qui veut dire qu’il y a 40 W qui « restent » dans la plaque #1, et par conséquent elle se réchauffe (ou, si vous voulez, elle se refroidit moins rapidement qu’avant).

      Y. Yum

      P.S. vous avez écrit « j’ai l’impression que vous avez cherché que ce qui faisait votre affaire dans (Le bilan énergétique : Dr G. Geuskens, Professeur émérite de l’Université Libre de Bruxelles (ULB). » En fait, je n’ai pas eu besoin de chercher, ça m’a sauté aux yeux.

      P.P.S « Pour pouvoir émettre, faut-il un surplus?  » Non, c’est simplement une propriété de tout corps dont la température est supérieure à 0 K.

      • lucbmenard dit :

        M. Patate,

        Vos références?

        Je ne vois pas pourquoi des personnes mettent un pouce par en bas.
        Ce sont des lois de la physique!
        Je ne comprends que le premier paragraphe de votre texte.

        Les expériences de pensée, des fois ça fonctionnent (Einstein), des fois non.
        Me semble une impossibilité physique.

        -Merci des explications!

      • Paul S. Uitlascience dit :

        Bonjour Luc,

        Votre mécréant préféré Guillaume Parmentier n’a pas besoin de référence, car ce qu’il avance est basé sur des lois physiques bien établies et leur interprétation sur son GBS :

        A) Un corps réel émet des rayonnements proportionnels à sa température absolue élevée à la quatrième puissance.

        B) Quand ce rayonnement rencontre un autre corps réel (à n’importe quelle température) il peut être :
        – a) absorbé;
        – b) réfléchi;
        – c) retransmis;
        – d) partiellement absorbé (par facteur d’absorptivité α) et / ou partiellement réfléchi (par facteur de réflectivité ρ) et / ou partiellement retransmis (par facteur de transmissibilité τ).

        Mr. Pétaque avait simplifié le cas en considérant un ‘corps noir’ idéalisé (radiateur et récepteur parfait), introuvable dans le monde réel.

        Je parierai que le professeur émérite Geuskens connait bien les dites lois physiques et que ses propos, trop rapidement discrédités par le scientifique fringant Guillaume, doivent être interprétés dans le contexte de surfaces radiatives réelles (qui n’appartiennent pas aux corps noirs, ni aux corps gris (lesquels sont des corps noirs, uniformément atténués sur toute leur surface)) – un sujet fort complexe.

        Guillaume dit vrai : le transfert radiatif NET entre des surfaces à T1 et T2 respectivement (quelque soit leur valeur) est un phénomène physique tout à fait légitime.
        Dans son contexte hypothétique idéalisé, à efficacité de 100% des corps noirs, l’arithmétique est correcte. Dans un monde réel, les valeurs seraient quelque peu différentes.

        On dit : qui veut noyer son chien l’accuse de la rage.
        Ce n’est pas la première fois que Guillaume exécute sommairement professeur Geuskens. Je me souviens d’un cas il y a quelques années, où le prétexte était, je crois, la fluorescence mal placée.

        ScientifiGuement,
        Paul

      • Monsieur Patate dit :

        Salut !

        Paul mentionne : « Je parierai que le professeur émérite Geuskens connait bien les dites lois physiques et que ses propos, trop rapidement discrédités par le scientifique fringant Guillaume, doivent être interprétés dans le contexte de surfaces radiatives réelles »

        Bien sûr, j’ai illustré un exemple beaucoup plus simple que la réalité. Cependant, je rappelle une affirmation de M. Geuskens :

        « Il faut bien comprendre que le corps froid émet aussi un rayonnement thermique mais qu’il ne peut PAS être absorbé par le corps chaud. Il se perd dans l’atmosphère et son intensité diminue avec le carré de la distance. »

        Je m’excuse mais il n’y a pas 56 manières d’interpréter cette phrase : M. le professeur émérite semble assez convaincu que, dans l’exemple que j’ai donné, le rayonnement thermique de la plaque #2 se perdra tout simplement dans l’espace (ou l’atmosphère). Si vous prenez le temps de lire un peu plus la section où il l’affirme, vous verrez qu’il semble comprendre que puisqu’un corps plus chaud est déjà plus excité qu’un corps plus froid, il ne pas l’être davantage par un rayonnement provenant dudit corps plus froid. Ce qui, je persiste et signe, est faux, selon les explications plus haut, qui sont en première approximation toujours valides même dans un cas réel qui considèrerait la réflexion et une émissivité inférieure à 1.

        Puisque M. le professeur ne maîtrise pas bien cet aspect fondamental (et d’ailleurs il n’est pas le seul parmi les « réalistes »…), je me permets humblement de remettre en question la crédibilité de l’entièreté de ses explications.

        En résumé : il est dans les patates (préférablement frites à l’air chaud selon la nouvelle tendance).

        Bien à vous,

        M. Patate

      • Paul A. Klimaté dit :

        Bonjour monsieur Patate,

        En plus des « approximations toujours valides même dans un cas réel qui considèrerait la réflexion et une émissivité inférieure à 1 » il y a aussi le rayonnement transmis directement (non-intercepté), pas négligeable du tout.
        Lequel pourrait se “ perdre dans l’espace ou l’atmosphère “.

        Comme c’et le cas de l’objet réel, la molécule de CO2 (un corps ni noir, ni gris), qui n’intercepte que quelques portions de la bande des rayons infrarouges incidents et laisse passer le reste vers l’atmosphère ou l’espace. Tout en captant les “bons photons” en provenance des corps plus froids, dont l’arrivée est compensée par l’émission d’autres photons pour respecter le gain net d’énergie, régi par l’importance relative des températures en jeu dans le système considéré. Ceci, en comprenant que les températures des corps réels au départ ne sont pas les mêmes en régime établi.

        Quand vos fournisseurs des références dans l’écurie de John Cook prennent quelques libertés avec le langage scientifique (ou créent des nouveaux concepts – tel le “forçage radiatif” par entités négligeables), remettez-vous automatiquement en question « la crédibilité de l’entièreté de leurs explications » ?

        Vos frites, vous les aimez au ketchup ou en Poutine ?

        Bonne journée,
        Paul

  48. lucbmenard dit :

    https://duberger.me/2022/04/10/le-responsable-est-le-tarif-postal-et-non-le-co2/#comment-397333

    Merci!

    Avez-vous aimez le chansons de Flanders & Swann?

    ICI, le jeune Diya 10 ans, de Mississauga, Ontario, qui s’est donné comme mission de protéger les océans; il est l’inventeur de l’Ozonator. Un truc supposé réparer la couche d’ozone.

    Un projet parrainé par l’UNESCO et le support du gouvernement de la Suède.
    Les autres idées retenues (5) sont sur le site du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG).

    Enfin quelque chose qui fonctionne (du moins dans ses rêves!)
    Enfin, certains commencent à comprendre! Les jeunes sont vites… même si plusieurs essaient d’embrouiller leurs cerveaux!

    Bonne journée,

  49. Paul A. Klimaté dit :

    La dictature verte n’aime pas se faire poser des question, ni que l’on remette en question ses dogmes, comme l’avait fait l’ex-ministre Maxime Bernier :

    “ Climat : des politiciens canadiens cités dans une étude anglaise sur la désinformation | Radio-Canada.ca “
    https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1890422/maxime-bernier-derek-sloan-fausses-nouvelles?depuisRecherche=true

    Aussi, on préconise et on applique la censure pure et simple, si chère à la gauche au pouvoir (ainsi qu’à Radio Canada) :

    “ Climate-Change Censorship: Phase Two – WSJ “
    https://www.wsj.com/articles/climate-censorship-phase-two-gina-mccarthy-social-media-biden-white-house-11655156191?mod=djemalertNEWS

    La gauche internationale carbure aux mots d’ordre.

    NOTE
    Ils me font rire ces incultes en technologies / sciences quand ils croient démentir l’allégation d’utilisation massive de génératrices au diesel pour alimenter le pow-wow de Glasgow (COP26), car les éoliennes ne suffisaient pas à la tâche, par ceci : « les organisateurs de l’événement ont publié un message sur Twitter qui indiquait que ces génératrices étaient alimentées par de l’huile végétale hydrogénée, qui produit 90 % moins d’émissions de carbone que le diesel, et que celles-ci seraient utilisées uniquement si le site avait besoin d’énergie supplémentaire. ».

    Exactement, comme avec le fiasco de gasohol, produit à partir de la culture intensive de mais, on omet toute l’énergie et les engrais nécessaires pendant la phase agricole et pendant l’expédition vers les usines d’hydrogénation.
    Fort probablement, un bilan carbone pire que le raffinage du pétrole brut proscrit.

    • Reynald Du Berger dit :

      • Paul Clim Atolucid dit :

        Bonsoir professeur,

        Quand j’ai visité le site de R-C cet après-midi, votre commentaire n’apparaissait pas après l’article en question.
        Les 40 commentaires étaient largement hostiles à M. Bernier qui avait dit vrai, n’en déplaise aux assidus de Radio-Canada, peu curieux et peu instruits.
        Vous a-t-on censuré ?

        À quand la déportation vers Ungava ?

        Lucidement,
        Paul

      • Reynald Du Berger dit :

        En effet on m’a censuré. Je ferai mon prochain billet sur cette censure.

      • Paul Enkris dit :

        Le prof, va-t-il sortir sur la place publique et réciter la complainte du censuré ?

        « Radio Canada – HOW DARE YOU ?
        You have stolen my dreams and my adulthood with your empty words.
        And yet I’m one of the lucky ones. People are suffering. People are dying. Entire ecosystems are collapsing. We are in the beginning of a mass extinction of the TRUTH, and all you can talk about is money and fairy tales of eternal “green transition” growth. How dare you ! »

        Car, lorsqu’il y a des mots d’ordre qui imposent la censure (pour nous protéger de la désinformation et pouvoir magouiller en toute tranquilité), il y a ceux qui tirent les ficelles – ultimement la clique de vauriens qui se réunit annuellement à Davos.

        Voici un article intéressant sur la convergence d’intérêts des mouvances de la gauche et du très grand capital, qui nous a précipité dans la spirale inflationniste et la récession à venir, gracieuseté de l’administration Biden.

        “ What is motivating the controlled demolition of American energy? “
        https://dossier.substack.com/p/what-is-motivating-the-controlled?s=r

        « I have no doubt in my mind that this is very much a deliberate undertaking. It is most certainly a controlled demolition, and it is causing unprecedented carnage to American economic productivity and prosperity. »

        « The ESG (environmental, social, and corporate governance) movement has become the perfect instrument for the cartelization of our ruling class, and it continues to prevent outsiders from challenging the regime-connected insiders in Wall Street and Washington, D.C. »

      • Paul Enkris dit :

        Cher professeur,

        Il y a un an vous avez adressé une lettre à l’Ombudsman de Radio-Canada : https://duberger.me/2021/06/17/lettre-ouverte-a-lombudsman-de-radio-canada/

        Vous avez récidivé trois mois plus tard quand un modérateur avait rejeté votre commentaire, appuyé par des arguments quantifiés, qui aurait pu susciter la polémique avec les visiteurs du site de Radio-Canada : https://duberger.me/2021/09/26/une-autre-lettre-ouverte-a-lombudsman-de-radio-canada/

        Comme d’habitude, vos doléances étaient exprimées en termes très polis.

        Lundi dernier, la censure de la société d’état avait refusé de publier votre commentaire invitant un débat d’idées, lequel ne mentionnait rien de spécifique, ni controversé. On pouvait seulement en déduire que la vérité officielle sur l’évolution du climat n’est pas la seule à exister.

        Avez-vous songé à mettre en demeure l’Ombudsman de vous informer sur la foi du quel statut de Radio-Canada, un fonctionnaire se donne le droit de censurer un commentaire neutre, comme le vôtre ?
        Et de trancher, car l’an dernier l’Ombudsman n’a fait que suivre votre plainte à un autre apparatchik payé de nos impôts.

        Aussi, de se prononcer sur l’oblitération exercée par Radio-Canada à votre égard.
        Car il s’agit d’un cas flagrant de “cancel culture” et de rien d’autre.
        Cas échéant, vous présenter les excuses de Radio-Canada.

      • Reynald Du Berger dit :

        Cher Paul, J’ai perdu beaucoup de temps et d’énergie avec RC. Je me bats contre des moulins à vent… voici la réponse que m’a faite la journaliste de RC et je ferai une réplique d’ici un jour ou deux que je publierai sur ce blog.

        Bonjour monsieur Duberger,

        Merci d’avoir pris le temps de nous écrire.

        On parle dans cet article d’une étude qui est clairement citée dès le second paragraphe : « L’étude, publiée par l’Institute for Strategic Dialogue, un groupe de réflexion basé à Londres, note un changement de stratégie de la part des opposants aux mesures pour lutter contre les changements climatiques. » Le reste de l’article rapporte les constats de cette étude, mais aucune prise de position n’y est faite.

        Je vous invite à relire l’article.

        Vous pouvez toujours adresser vos plaintes à notre ombudsman si vous vous sentez lésé par cette publication (rédigée à la base par La Presse Canadienne).

        Au plaisir,

        Marie-Claire Giffard
        Journaliste à la recherche

      • Paul E. Tron dit :

        Bonjour professeur,

        Quand on a confié à Mme Giffard, au bureau de Québec, la tâche ingrate de vous répondre, elle a levé les yeux au ciel : “encore ce Massagète fatigant”.
        En tant qu’anthropologue de formation, en marginaux, elle s’y connait. Donc elle vous a traité en demeuré désuet, à bannir de la tribu.

        Vous pourriez la relancer en utilisant la tactique du ti-clin gâté à qui ses parents refusent de donner une trottinette électrique : “ pourquoi Ti-Luc, Ti-Patate et Ti-Rejean en ont et pas moi ? “.

        En effet, pour des raisons obscures, que vous aimeriez élucider, on a retiré votre commentaire, mais publié ceux de madame Diane Bellefeuille et de messieurs Benoit Batt, Pierre DuBois, Claude Quézel, Dominique Lamontagne, Daniel Langlois, Rene Labonne, Yannick Ross,
        Michel Arbour, Bruno Martin, Serge F. Bouchard, RolandGodin, Jean Dumas, Jean Dugual, Samuel Pépin-Leduc, Marc Verret, Étienne Chalifoux, Albert Le grand.

        Madame Giffard se fera un plaisir de prendre les 40 commentaires de ces personnes, un à un et statuer clairement : pourquoi a-t-on publié elle / lui et pas vous.

        Quand les généralités ne veulent rien dire, les journalistes de Radio-Canada sont sans doute en mesure de justifier clairement le pourquoi de chacune de leurs décisions.
        Même travailler en comité pendant une semaine sur la réponse.

      • Reynald Du Berger dit :

        Cher Paul,

        Fini les Superman, Spiderman ou Wonderwomen !

        Nos jeunes climato-anxieux ont maintenant leur nouveau héros Climateman !

        Va-t-il atterrir avec sa cape verte dans nos écoles québécoises et canadiennes ?

        http://hosted.verticalresponse.com/1351589/99fae924ff/578756907/e97df4cf9f/

      • Reynald Du Berger dit :

        Chers amis caniculés,

        Je note les alarmes météorologiques que les médias français lancent en ce moment.

        Hier soir à Face à l’info, , Mathieu Bock-Côté en a été agacé et propose de faire une grève de la soif.

        SCIENCE est un prestigieux magazine scientifique américain auquel je suis abonné.

        Il est publié par l’AAAS et est très alarmiste en environnement et climat.

        Des chercheurs ont déjà décidé de la conclusion à laquelle il faut arriver avant de commencer leur recherche.

        https://www.science.org/content/article/record-shattering-events-spur-advances-in-tying-climate-change-to-extreme-weather?utm_source=sfmc&utm_medium=email&utm_campaign=DailyLatestNews&utm_content=alert&et_rid=555477350&et_cid=4285418

        Bonne lecture.

  50. lucbmenard dit :

    Eureka

    J’ai trouvé l’explication avec l’aide de M. Feynman : ici,

    [video src="http://www.richardfeynman.com/Feynman%20on%20Scientific%20Method..mp4" /]

    La Physique dit que : contrairement au transfert de chaleur par conduction ou convection, qui a lieu dans le sens d’une diminution de la température ( ∆Tº chaude → Tº moins chaude), LE TRANSFERT DE CHALEUR PAR RAYONNEMENT THERMIQUE PEUT SE PRODUIRE ENTRE DEUX CORPS SÉPARÉS PAR UN MILIEU PLUS FROID QUE LES DEUX CORPS. PAR EXEMPLE, LE RAYONNEMENT SOLAIRE ATTEINT LA SURFACE DE LA TERRE APRÈS AVOIR TRAVERSÉ DES COUCHES FROIDES DE L’ATMOSPHÈRE À HAUTE ALTITUDE.

    Loi Stefan – Boltzmann

    Le taux de transfert de chaleur par rayonnement, q [W / m 2 ], d’un corps (par exemple un corps noir) vers son environnement est proportionnel à la quatrième puissance de la température absolue et peut être exprimé par l’équation suivante: q = εσT 4 où σ est une constante physique fondamentale appelée constante de Stefan – Boltzmann , qui est égale à 5,6697 × 10 -8 W / m 2 K 4 . La constante Stefan – Boltzmann est nommée d’après Josef Stefan (qui a découvert la loi Stefan-Boltzman expérimentalement en 1879) et Ludwig Boltzmann (qui l’a dérivée théoriquement peu de temps après). COMME ON PEUT LE VOIR, LE TRANSFERT DE CHALEUR PAR RAYONNEMENT EST IMPORTANT À DES TEMPÉRATURES TRÈS ÉLEVÉES ET DANS LE VIDE.

    Réf. https://www.thermal-engineering.org/fr/quest-ce-que-le-transfert-de-chaleur-par-rayonnement-definition/#:~:text=Par%20cons%C3%A9quent%2C%20chaque%20fois%20que%20le%20corps%20froid,chaud%20irradiera%20plus%20d%E2%80%99%C3%A9nergie%20que%20le%20corps%20froid.

    https://www.nuclear-power.com/nuclear-engineering/heat-transfer/radiation-heat-transfer/stefan-boltzmann-law-stefan-boltzmann-constant/

    DONC, TOUS LES CORPS AU-DESSUS DE LA TEMPÉRATURE ZÉRO ABSOLUE DÉGAGENT DE LA CHALEUR. LE SOLEIL ET LA TERRE RAYONNENT L’UN VERS L’AUTRE. CELA SEMBLE VIOLER LA DEUXIÈME LOI DE LA THERMODYNAMIQUE, QUI STIPULE QUE LA CHALEUR NE PEUT PAS CIRCULER SPONTANÉMENT DU SYSTÈME FROID VERS LE SYSTÈME CHAUD SANS QU’UN TRAVAIL EXTERNE SOIT EFFECTUÉ SUR LE SYSTÈME. LE PARADOXE EST RÉSOLU PAR LE FAIT QUE : 1) CHAQUE CORPS DOIT ÊTRE EN VUE DIRECTE DE L’AUTRE POUR EN RECEVOIR LE RAYONNEMENT. PAR CONSÉQUENT, CHAQUE FOIS QUE LE CORPS FROID RAYONNE DE LA CHALEUR VERS LE CORPS CHAUD, LE CORPS CHAUD DOIT ÉGALEMENT RAYONNER DE LA CHALEUR VERS LE CORPS FROID. 2) DE PLUS, LE CORPS CHAUD IRRADIERA PLUS D’ÉNERGIE QUE LE CORPS FROID. LE CAS DES DIFFÉRENTES ÉMISSIVITÉS EST RÉSOLU PAR LA LOI DE KIRCHHOFF SUR LE RAYONNEMENT THERMIQUE, QUI INDIQUE QUE LES OBJETS À FAIBLE ÉMISSIVITÉ ONT ÉGALEMENT UNE FAIBLE ABSORPTIVITÉ. EN CONSÉQUENCE, LA CHALEUR NE PEUT PAS CIRCULER SPONTANÉMENT DU SYSTÈME FROID AU SYSTÈME CHAUD ET LE DEUXIÈME PRINCIPE EST TOUJOURS SATISFAIT.

    Deuxième loi de la thermodynamique

    L’entropie de tout système isolé ne diminue jamais. Dans un processus thermodynamique naturel, la somme des entropies des systèmes thermodynamiques en interaction augmente. Cette loi indique l’irréversibilité des processus naturels. LES PROCESSUS RÉVERSIBLES SONT UNE FICTION THÉORIQUE UTILE ET PRATIQUE, MAIS NE SE PRODUISENT PAS DANS LA NATURE. DE CETTE LOI DÉCOULE QU’IL EST IMPOSSIBLE DE CONSTRUIRE UN DISPOSITIF QUI FONCTIONNE SUR UN CYCLE ET DONT LE SEUL EFFET EST LE TRANSFERT DE CHALEUR D’UN CORPS PLUS FROID VERS UN CORPS PLUS CHAUD. IL S’ENSUIT QUE LES MACHINES À MOUVEMENT PERPÉTUEL DU DEUXIÈME TYPE SONT IMPOSSIBLES.

    La deuxième loi de la thermodynamique est un principe général qui va au – delà des limites imposées par la première loi de la thermodynamique. La première loi est utilisée pour relier et évaluer les différentes énergies impliquées dans un processus. Cependant, aucune information sur la direction du processus ne peut être obtenue par l’application du premier principe. La deuxième loi de la thermodynamique impose des contraintes sur la direction du transfert de chaleur et fixe une limite supérieure à l’efficacité de la conversion de la chaleur pour fonctionner dans les moteurs thermiques. La seconde loi est donc directement pertinente pour de nombreux problèmes pratiques importants.

    L’un des domaines d’application de la deuxième loi de la thermodynamique est l’étude des systèmes de conversion d’énergie. Par exemple, il n’est pas possible de convertir toute l’énergie obtenue à partir d’un charbon dans une centrale électrique au charbon ou d’un réacteur nucléaire dans une centrale nucléaire en énergie électrique. Il doit y avoir des pertes dans le processus de conversion.

    Direction des processus thermodynamiques

    DE NOMBREUX PROCESSUS THERMODYNAMIQUES SE DÉROULENT NATURELLEMENT DANS UNE DIRECTION MAIS PAS L’INVERSE. PAR EXEMPLE, LORSQU’UNE DIFFÉRENCE DE TEMPÉRATURE EXISTE, LA CHALEUR CIRCULE SPONTANÉMENT DU SYSTÈME LE PLUS CHAUD VERS LE SYSTÈME LE PLUS FROID, JAMAIS L’INVERSE. En fait, un tel flux de chaleur (d’un corps plus froid à un système plus chaud) ne violerait pas la première loi de la thermodynamique, c’est-à-dire que l’énergie serait conservée. MAIS CELA NE SE PRODUIT PAS DANS LA NATURE.

    https://www.thermal-engineering.org/fr/quest-ce-que-la-deuxieme-loi-de-la-thermodynamique-definition/

    En conclusion

    Comme tous les corps matériels, le soleil et la terre émettent des ondes électromagnétiques et perdent de l’énergie par rayonnement. Aussi, ces REM, lors de leurs déplacements les uns vers les autres, rencontreront de fortes limitations à l’interface de l’atmosphère.

    Les rayons solaires traversent la distance d’une UA (~150 milliards de mètres) en huit minutes. Lorsqu’ils arrivent dans l’atmosphère terrestre, ils subissent une perte d’énergie de 50% des 342 W/m2 mesurés au sommet de l’atmosphère : 30% ou 102,6 W/m2 par effet d’Albédo et 20% ou 68,4 W/m2 par absorption par les molécules d’eau dans la l’atmosphère, pour un total de 171 W/m2. Donc, du rayonnement incident, seulement 171 W/m2 se rend au sol.

    Les couches atmosphériques sont pas toutes identiques et ne possèdent pas toutes les mêmes propriétés physiques. Celles-ci varient en fonction de l’altitude et la température. La matière engendre les phénomènes connus de réflexion, diffraction et d’absorption. Par exemple, à 85 km d’altitude, ce qui n’est pas si haut dans les airs, la température change drastiquement. Elle passe de -85 ºC à plus de 15ºC : de la mésopause à l’ionosphère, une partie du rayonnement UV est absorbée, les rayons UVC (290 nm – 100 nm). Il y a ionisation. Ce processus engendre une perte de chaleur, raison pour laquelle il y a une augmentation soudaine et importante de la température. C’est une contrainte (résistance) du milieu qui change la qualité/quantité du transfert radiatif. L’autre couche est l’ozone dont le processus de photodissociation engendre la perte de chaleur dans la tropopause. Dans la troposphère, une part significative de l’énergie incidente est absorbée directement par les nuages, soit 20% ou 68,4 W/m2. Leur contribution et le processus de perte de chaleur relatif à la convection sont bien connus.

    La couche troposphérique, directement en contact avec le sol, entre 0-12 km, est particulière. Deux phénomènes importants prennent place : en météorologie, la compression et la détente adiabatique avec l’altitude (ou variation de la pression et de la température atmosphériques avec l’altitude) provoque une variation de température de la masse d’air qui conditionne de nombreux phénomènes atmosphériques (voir aussi gradient thermique) et l’équilibre hydrostatique. Pour le dire simplement, c’est la gravité qui va à l’encontre de la pression exercée vers l’extérieur, provoquant l’existence d’une atmosphère.

    Le rayonnement infrarouge doit traverser la troposphère et subir une ∆T de 15ºC à ~ -60 ºC avant d’être éliminé dans la stratosphère, plus ‘’froide’’. Cette contrainte du milieu impacte quantitativement le transfert radiatif. Le gros du rayonnement IR est absorbé par l’eau (60%) et contribue à la formation des nuages, et, moindrement, le CO2 (10%), le méthane et l’ozone. Le CO2 n’absorberait finalement que 4,8 W/m2 des émissions IR terrestre. Donc : « pas de quoi fouetter un chat », comme dirait l’autre. Du moins, pas aussi important ou significatif qu’on veut nous faire croire.

    Des trois mécanismes qui permettent la dissipation de l’énergie reçue du Soleil : l’évaporation de l’eau des océans, la convection de l’air et le rayonnement thermique, ce dernier semble être celui qui sème le plus de confusion dans les esprits. Pourtant, il n’est pas plus mystérieux que les autres à comprendre. Que dire de cette mauvaise corrélation*, inversée en plus, qui a bernée tout le monde!

    *un biais corrélatif.

    • Monsieur Patate dit :

      Bonjour !

      Vous écrivez « Donc : « pas de quoi fouetter un chat », comme dirait l’autre. Du moins, pas aussi important ou significatif qu’on veut nous faire croire. »

      En fait, vous avez raison, le CO2 n’est pas le facteur le plus important du climat. La vapeur d’eau contribue beaucoup plus à « l’effet de serre » (ou forçage radiatif) que le CO2. Mais ça ne veut pas dire que le CO2 et son augmentation significative au cours des quelques dernières dizaines d’année ne contribue pas à un changement non négligeable de la température moyenne ou du climat.

      Le débalancement d’énergie reçue par la Terre par rapport à ce qui est retourné dans l’espace est de « seulement » 0,8 W/m2. En comparant au 342 W/m2 qui provient du Soleil, cela peut paraître petit, mais une augmentation de 1 K par rapport à la température moyenne de 288 K, ce n’est en apparence pas très significatif, mais c’est du même ordre de grandeur que le débalancement, de façon relative.

      Bref, il faut faire attention de ne pas tomber dans le piège de penser que le CO2 n’a pas d’influence sur le climat simplement parce que c’est un facteur moins important par rapport à d’autres.

      M. Patate

      • Paul Clim Atolucid dit :

        Le vendeur de frites qui dégoulinent annonce : « il faut faire attention de ne pas tomber dans le piège de penser que le CO2 n’a pas d’influence sur le climat simplement parce que c’est un facteur moins important par rapport à d’autres. ».

        Le CO2 “anthropique” est un facteur encore davantage « moins important par rapport à d’autres ».

        L’énergie prend toujours le chemin de la moindre résistance et on ne peut pas faire passer l’écoulement des Chutes de Niagara à travers le drain du bidet de Mr. Patate.

      • lucbmenard dit :

        https://duberger.me/2022/04/10/le-responsable-est-le-tarif-postal-et-non-le-co2/#comment-400796

         »Bref, il faut faire attention de ne pas tomber dans le piège de penser que le CO2 n’a pas d’influence sur le climat simplement parce que c’est un facteur moins important par rapport à d’autres. »

        C’est bien de s’en inquiéter, pour vous, mais …

        …et c’est ici, je suppose, que M. Tremblay prend le relais et la discussion là où il l’avait laissée?
        avec sa DBO5, pour explication ?
        Voulez-vous, SVP, enrichir votre affirmation en l’expliquant avec les phénomènes physiques impliqués, s’il y en a? Sinon, je ne saurai plus qui est le mentor de qui!

        Merci,

    • Paul dit :

      Maître Luc,

      Un effort encyclopédique remarquable.
      Éventuellement, par les pouvoirs que lui confère le Scientifique en Cheuf du Québec, notre Scientifigue résident Guillaume de la Pétaque vous décernera un ‘honoris prima T causa’ bien mérité.

      Ce faisant, il va enfin se rendre compte que votre conclusion – “ Le CO2 n’absorberait finalement que 4,8 W/m2 des émissions IR terrestre. Donc : « pas de quoi fouetter un chat » “, est probablement plus près de la vérité que l’exagération effet-de serriste propagée par le GIEC.
      Peut-être « pas de quoi fouetter une rainette », en réalisant que l’homme n’est directement responsable que d’une petite fraction du CO2 atmosphérique.

      Faites quand-même attention à la terminologie : par exemple, peut-on parler de “perte de chaleur” dans un système fermé ? Vers quel autre système ?

      Vous faites bien de souligner le PEU d’IMPORTANCE du cheminement radiatif dans la troposphère par rapport aux autres moyens de transfert d’énergie que prend la Nature pour acheminer vers les hautes couches d’atmosphère l’énergie solaire absorbée par les eaux et le sol, ensuite réémise.

    • lucbmenard dit :

      Précision et complément d’informations, ici :
      https://duberger.me/2022/04/10/le-responsable-est-le-tarif-postal-et-non-le-co2/#comment-400648

       »une part significative de l’énergie incidente est absorbée directement par les nuages, soit 20% ou 68,4 W/m2. »

      Il faut décortiquer ce pourcentage (note ci-haut) :

      1) 3% de l’énergie incidente est absorbée directement par les nuages, pour 10,3 W/m2
      2) 16% de l’énergie incidente est absorbée par l’atmosphère (i.e. molécules d’O2, N2, Ar),
      pour 54,7 W/m2; le phénomène associé de perte de chaleur est la détente adiabatique
      qui est fonction du gradient adiabatique (sec ou humide); donc, 64,9 W/m2 des 64% ou
      218,9 W/m2 d’IR perdus par la fenêtre optique de l’atmosphère et irradiés dans l’espace.

      Le schéma permet d’observer le poids relatifs de chacun des mécanismes physiques qui
      permettent de recevoir de l’énergie du soleil et ceux* pour la dissiper sur terre (incluant l’atmosphère).

      Le bilan énergétique équilibré :

      A) L’énergie incidente (rayonnement solaire : UV, Visible & IR) : 100% ou 342 W/m2

      1) Réfléchie (totale) : 30% ou 102,6 W/m2
      a) par l’atmosphère (réfraction, diffusion) : 6% ou 20,5 W/m2
      b) par les nuages (Albédo) : 20% ou 68,4 W/m2
      c) par la surface de la terre (réflexion) : 4% ou 13,7 W/m2

      2) Absorbée (sol & océans) : 51% ou 174,4 W/m2

      B) L’énergie émise (rayonnement terrestre : sol & atmosphère) : 70% ou 239,4 W/m2

      1) Absorbée: 45% (terrestre) ou 153,9W/m2 +19% (solaire) ou 64,9W/m2 =64% ou 218,9 W/m2
      a) par l’atmosphère : 15% (IR) + 7% (conduction) = 22% ou 75,2 W/m2
      b) par les nuages : 23% (convection) ou 78,7 W/m2
      c) par les nuages : 19% (r. incident) ou 64,9 W/m2

      2) Non absorbée (atmosphère & nuages) : 6% ou 20,5 W/m2

      C) L’énergie sortante (totale) : 100% ou 342 W/m2

      * Mécanismes (3) d’élimination de la chaleur : 1) évaporation de l’eau des océans; 2) convection de
      l’air (air montante) & 3) rayonnement thermique (IR)

      MERCI!

  51. lucbmenard dit :

    L’innocent* et le politique

    Ceci n’est pas une fable de La Fontaine, mais cela pourrait être une Lettre ouverte aux politiciens québécois de tous les partis confondus, particulièrement le ministre du gouvernement Caquiste chargé de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, M. Benoît Charrette.

    M. le Ministre,

    Je vois à l’occasion écrit sur les camionnettes de votre ministère ce long libellé et chaque fois je me demande, il va arriver quand ce changement depuis qu’on nous l’annonce. Au moins vous, vous y croyez fermement pour décider de l’écrire sur les véhicules. Mais Quand? Avez-vous un objectif temporel ?

    Je vous taquine. Je sais que vous n’en voulez pas. J’apprécie votre travail à défendre votre bilan. Votre approche équilibrée. Du moins, plus que celle des politiciens aux prétentions plus vertes que nature qui veulent faire passer l’environnement pour plus important que les aspects sociaux et économiques. L’approche mieux connue pour le développement durable.

    La logique environnementale actuelle me semble faussée par sa démarche non fondée de réduction du CO2, extrêmement coûteuse et peu efficace. En réalité, je la trouve utopique. La molécule H2O, ses phases, et les autres gaz dans l’atmosphère (N2, O2, Ar) pèsent plus lourd dans le bilan énergétique comme vous le savez. Selon un scientifique, le problème n’est pas plus de CO2, mais moins d’O3. La réduction de la couche d’ozone serait en cause. Il l’explique également par le volcanisme dont l’effet paradoxal serait de réchauffer ou refroidir les climats. Je pense qu’il est plus pressant de s’occuper de la pollution de l’environnement.

    En conséquence, je propose un changement de nom à votre ministère pour celui-ci : ministère de l’Environnement et de la stabilité temporaire des climats et de leur changement permanent. Puisque les climats changent tout le temps, pourquoi ne pas revenir en arrière avec le MENV. Comme pour la pandémie de COVID, ne pensez-vous pas qu’il est temps d’arrêter les mesures d’urgence et de retourner à la vie normale, de stresser le monde et les rendre anxieux avec ça.

    Je sollicite votre écoute afin de favoriser la demande : de ma part, possiblement celles d’autres. En considération du service rendu à l’environnement et en tout respect pour votre fonction.

    Monsieur le Ministre,

    Accepter mes salutations sincères,

    * Joignez le mouvement de l’innocence : mettons le CO2 à l’abri, en sécurité contre ceux, celles, qui désirent le voir disparaître. Pour une Terre plus fertile grâce au CO2, la nourriture des plantes.

    En hommage postume au Grand Pierre Légaré (petit cousin de loin), ici : Les parlementeries, il propose une technique pour faire le vide afin de… mieux absorber l’humour noir (si vous voulez).

    • Paul Itik Mentcorek dit :

      Bonjour M. Luc B.,

      Très inspirante votre missive au minisse Charrette.

      Une suggestion de nom pour son ministère : Ministère de l’Environnement et Observatoire de la Nature en évolution. (MEONE)

      En établissant ainsi ses priorités (‘Me One’), dorénavant personne ne pourrait reprocher à Lego de négliger l’Urgence climatique.

  52. Paul Sanmanières dit :

    Plus haut sur cette page le prof s’inquiète à propos du “nouveau héros Climateman” : « Va-t-il atterrir avec sa cape verte dans nos écoles québécoises et canadiennes ? ».

    Je ne crois pas, car son chemin sera barré par notre très fringant Super Héro – l’Ozoneman : L. Bémol Ménard
    https://twitter.com/lucbmenard/photo

    Avec ce cher Ozoneman, la réingénierie sociale va frapper un nœud, ou sa tête.

    • lucbmenard dit :

      Ça fait… que!

      Diya, c’est une petite fille. J’ai erré.  »L’Ozone girl ou Woman », si vous voulez, ça lui revient!
      C’est son invention : son prix. Je lui souhaite de devenir ingénieur (ou ingénieure).
      En tout cas, disons qu’elle est une ingénieuse jeune personne d’avenir.

      Moi, j’avais pensé une rustine géante, car le  »trou », je pensais, resterait au dessus du pôle Sud.
      Mais j’ai vite réalisé que ça en prendrait plusieurs…car le  »trou », il voyage, comme ces nombreux Canadiens en attente d’un passeport qui veulent se rendre en France ou en Espagne.
      Est-ce un mal pour un bien (pas le fait que je ne suis pas devenu ingénieur), mais que
      ces gens en manque de déplacement ne puissent aller en Europe, dans ces deux pays : oui,
      possiblement, car il y sévit actuellement une vague de chaleur précoce.

      Ce  »trou »* se forme au dessus de l’antarctique au printemps. Il disparaît à l’automne austral.
      La circulation atmosphérique permet son déplacement. La distribution de l’amincissement est assurée par les cellules zonales, comme les voyageurs en avion vont d’un endroit à l’autre.
      Donc, une année par ici, une année par là, au gré des saisons et du temps. Il change de place.
      Diya nous le montre de façon admirable dans sa vidéo.

      -un gars d’Boréal (pas encore en grève de Souéf)

      * se définit comme un appauvrissement de la couche d’ozone résultant en un amincissement.
      Il est relié à la présence des substances polluantes dans l’environnement dont les CFC (chlore).

      • Paul O. Gebés dit :

        Monsieur Luc,

        Vous bémolisez en pondérant le « .. fait que je ne suis pas devenu ingénieur .. ».

        Il parait que normalement on ne le “devient” pas spontanément, mais qu’il faut étudier et trimer dur, même s’accrocher pour accéder à cette profession.
        Constatez le en appréciant l’érudition de votre mentaur, le prof et surtout son bon jugement.

        Mais il y aurait une voie d’exception pour vous en tant que fidèle disciple du Bienveillant Immense, car celui-ci est un “ Fellow “ de la société ‘Ingénieurs du Canada’.

        En sa qualité de commandeur des hordes de porteurs du jonc en fer, le prof a le pouvoir de vous adouber : ‘proto-ingénieur’.
        Aux conditions que le Fellow déterminera, mais vos talents sont trop évidents pour rester ignorés.

        Assurément, le pédagogue sera exigeant, mais juste et il vous montrera qu’un ingénieur travaille sur le ‘faisable qu’on peut réaliser aux conditions justifiables pour une fonction utile dans le monde réel’, par opposition au ‘possible dans des conditions exceptionnelles réalisables au laboratoire’, propre à un scientifiGue.

        C’est ainsi que vous réaliseriez que votre Diya, avec ses ‘tites fusées de transport d’ozone, aurait besoin de ressources d’ampleur de ceux dont disposent les États Unis en entier pour leurs dépenses annuelles.

        À un coût de disons 9,000 $ / lb (il en coûte 10,000 $ pour placer 1 lb sur l’orbite basse), si l’on voulait seulement transporter vers le trou dans la couche au dessus de l’Antarctique, 0.01 % (un centième de un pourcent) de la masse totale d’ozone en suspension dans la stratosphère, soit 90 % des 3,000 millions de tonnes, le coût de l’opération se calculerait ainsi :

        Budget de Diya = 3,000,000,000 t x 2,000 lb/t x 90 % x 0.01 % x 9,000 $/lb = 4,860,000,000,000 $

        Budget annuel en 2021 du très dépensier Joe Biden (qui ainsi crée la stagflation et bientôt la récession) : 6,820,000,000,000 $
        (Note : Revenus de l’état fédéral US : 4,050,000,000,000 $ .)

        Et quoi dire des GES que cela créerait, sans avoir d’effet mesurable sur la couche d’ozone ?

        Avant d’applaudir les parents qui ont pondu le “pipedream” de la petite Diya, souvenez vous Mtre Luc : c’est le faisable qui compte, pas le possible.

        Aussi, restons humbles devant l’immensité de la Nature : nous avons très peu de moyens de l’affecter tangiblement, en bien ou en mal, quoiqu’en disent le GIEC et ses renifleurs de pets.

  53. Paul Clim Atenkriz dit :

    Hier j’ai subi un autre assaut sur l’intelligence par les climato-hystériques de chez “C dans l’air” à TV5.

    “C dans l’air – Émission du samedi 18 juin 2022 en streaming – Replay France 5 | France tv”
    https://www.france.tv/france-5/c-dans-l-air/3525166-emission-du-samedi-18-juin-2022.html

    Avant que je change de poste, Axel de Tarlé (un archétype de tarla, celui-là) et ses quatre “experts” (tous des climato-étourdis) m’ont appris que partout, le monde vivant en entier et pas l’homme seul, est en danger d’extinction imminente.
    À preuve, les images des milliers de bovins morts de chaleur au Kansas.

    Alors je suis allé voir chez les fermiers américains :
    “Heat Stress Kills Estimated 10,000 Head of Kansas Feedlot Cattle (dtnpf.com)”
    https://www.dtnpf.com/agriculture/web/ag/news/article/2022/06/14/heat-stress-kills-estimated-10-000

    J’ai appris que le décès de bovins, spécifique aux canicules du début de juin, sont monnaie courante là bas (donc rien à voir avec l’Urgence climatique) parce que les bêtes ont encore leur pelage d’hiver, les races préférées sont de couleur noire (gain radiatif élevé) et les animaux n’ont pas le poids santé car ils approchent le terme de leur engraissage avant l’abattage.
    Quand l’air est stationnaire, humide et les nuits chaudes, les bêtes ne parviennent pas à éliminer la chaleur accumulée, incluant celle générée par la fermentation dans le tract digestif, propre aux ruminants.
    On conclut par quelques conseils : refroidir les animaux par jets d’eau et favoriser la circulation d’air.

    Appel à M. Guillaume (le spécialiste du tout radiatif) : faire appel au transfert de chaleur par l’évaporation et par la convection c’est trivial, mais pourquoi ne pas peindre les étables en noir, les refroidir de l’extérieur et laisser le TRANSFERT par RAYONNEMENT NET entre la vache noire “chaude” et les murs “frais” de l’enclos noir faire la job ?
    La chaleur dont on veut se départir, ne prend-elle pas le chemin le plus facile (de moindre résistance) et ce devrait nécessairement être la radiation, même sur le plancher de vaches, pour que des variations négligeables en teneur de CO2 puissent causer le dérèglement climatique et la fin du monde ?

    Car si c’est, comme l’affirme M. Luc, surtout l’évaporation et la convection qui évacuent la chaleur de la surface vers la haute altitude où le rayonnement vers l’espace termine le transfert, comment justifier le dogme de forçage radiatif effet-de-serriste ?

    Appel à M. Luc (le spécialiste du toit blanc) : pourquoi ne pas peindre les vaches en couleur blanche ou argent réfléchissante et ainsi réduire le gain radiatif ?

    Appel à M. Rejean (l’agronome spécialisé en flatulences bovines) : pourquoi ne pas donner du ‘Beano’ aux taures et ainsi réduire la production interne de chaleur par la fermentation ?

    Aucun danger que la TV5 rétablisse les faits : les pauvres spectateurs francophonies vont rester sous l’impression que la fin est proche et que tous, de l’Ours Polaire à l’Éléphant Faïencier, en passant par l’Homo Insipiens, nous finirons bientôt les quatre fers en l’air, comme les vaches au Kansas.

    La Créature aime regarder la TV5. Moi je subis par solidarité cette clique de type radio-canadiste, spécialisée en démonstration par la spéculation. Ils ne font que ça – spéculer en masse et à l’unisson, le répéter souvent, ensuite faire semblant d’y croire et ainsi propager la bienpensance politico-correcte.

    • Reynald Du Berger dit :

      En effet, la N.Z. rapporte que lors de la dernière canicule en 1925, seuls les moutons noirs ont été incommodés. Darwin a aussi noté que les mouton noirs sont de plus en plus rares dans les régions chaudes et tropicales. Survival of the fittest and of the whitest !

      • Paul Itik Mentincorek dit :

        Le prof darwinise : « Survival of the fittest and of the whitest ! ».

        À regarder la publicité à la télévision, dans la presse, y compris celle des ordres professionnels, ici et aux USA, ce n’est pas la ‘blancheur’ qui se porte bien. La plupart d’acteurs retenus par les agences sont de race noire. (*)

        Et TANT MIEUX pour eux !

        Aujourd’hui, parmi les élites qui nous gouvernent et nous influencent par la bienpensance wokéiste : « It is the survival of the dumbest ! ».

        N.B. (*) : En rapport disproportionné à leur nombre dans la population et aussi à leur poids historique au Québec blanc, catholique.

      • Paul Itik Mentincorek dit :

        En anticipant la réaction outrée des bienpensants qui visitent le prof, celui-ci toujours “immensément bienveillant” avec tous et mesuré dans ses propos, je précise : je ne suis pas un raciste, ni racialiste, car je crois à l’égalité d’opportunités pour tous et aux récompenses basées exclusivement sur le mérite de l’individu.

        Mais comme le disait le grand André Arthur : « C’est avec la viande de vaches sacrées qu’on fait les meilleurs hamburgers ! ».
        Même quand on ramasse celles tombées victimes de la Crisse Climatique.

        Un jeune penseur verbomoteur dit tout haut ce à quoi j’ai fait allusion en associant le prof à ma dérive, sans lui demander son avis :
        « On est dans une époque où la question de l’obsession raciale domine tout. Moi je pense que c’est un des pires fléaux de notre temps, cette réduction des individus à la couleur de leur peau… ».

        “ Mathieu Bock-Côté : Dans le racialisme, il y a confusion entre race et culture (31 Mai 2022) “

      • Reynald Du Berger dit :

      • Reynald Du Berger dit :

      • Paul Itik Mentincorek dit :

        Professeur,

        Si vous et vos disciples aspiriez au ton bronzé cet été, on vous invite à déclarer au préalable votre support à ‘Black Lives Matter’ et leur verser un obole afin que leur sympathique fondatrice Mrs. Patrisse Cullors puisse maintenir son train de vie.

        “ Libs of TikTok on Twitter: « White people have to be a BLM ally in order to tan in the summer “

        Pas de vitamine D pour vous, sans la vertu woke obligée.

    • lucbmenard dit :

      https://duberger.me/2022/04/10/le-responsable-est-le-tarif-postal-et-non-le-co2/#comment-403428

       » Car si c’est, comme l’affirme M. Luc, surtout l’évaporation et la convection qui évacuent la chaleur de la surface vers la haute altitude où le rayonnement vers l’espace termine le transfert, comment justifier le dogme de forçage radiatif effet-de-serriste ? » Permettez-moi d’expliquer un peu l’idée.

      Qu’est-ce que l’atmosphère

      Si l’atmosphère existe, c’est parce que la Terre est à proximité. Les deux s’attirent par l’effet de la gravité. On trouve la concentration d’air plus élevée en basse atmosphère et l’air se raréfie à mesure qu’on monte. Quatre-vingts pourcents de l’air se trouve dans la troposphère (0-12 km) et les 99,9 % dans les 50er km. On l’explique par la plus grande pression exercée vers le bas (Terre) p/r à celle vers le haut (l’Espace).

      L’analogie avec une serre

      Ce n’est qu’une analogie : l’atmosphère n’est pas une serre. Elle n’est pas faite de verre complètement transparent au rayonnement incident du soleil et complètement opaque au rayonnement infrarouge de la Terre. Plusieurs pensent que le rayonnement traverse l’atmosphère et est complètement absorbé par l’air : c’est faux. L’air et ses constituants absorbent le rayonnement de façon sélective, à des longueurs d’onde précises. Le reste est transmis vers l’espace. Ici :

      Le rayonnement ultraviolet est ‘’absorbé’’* par l’ozone; les domaines spectraux du visible et du proche infrarouge présentent une très bonne transmission; dans le moyen infrarouge et l’infrarouge thermique, seules quelques bandes spectrales permettent la transmission du rayonnement; la vapeur d’eau et le dioxyde de carbone présents dans l’atmosphère absorbent la quasi-totalité du rayonnement dans l’infrarouge lointain.

      La couche d’air plus dense constituée des molécules à concentration constante (N2 : 78,1%, O2 : 21,8%, Ar : 0,9%) et des gaz à concentration qui varie spatialement et au cours du temps, comme la vapeur d’eau, le CO2, le méthane, le monoxyde de carbone, le protoxyde d’azote, les CFC et l’ozone, est l’endroit où se produisent le plus de collisions et où se fait l’absorption, s’il y a lieu, du rayonnement infrarouge émis par la Terre. À micro échelle, il y a une forte agitation au sein de la matière. L’énergie thermique dérive de l’énergie du mouvement (cinétique). La chaleur correspond au transfert d’énergie thermique entre des milieux de température différente, du milieu le plus chaud vers le milieu le plus froid. La quantité d’énergie thermique (chaleur) transférée détermine la température moyenne de l’air.

      Les longueurs d’ondes pour lesquelles le REM est peu ou pas absorbé constituent ce que l’on appelle les fenêtres de transmission atmosphériques. Dans ces fenêtres, pratiquement tout le rayonnement est transmis vers l’espace. Les couches supérieures de l’atmosphère sont moins chaudes parce qu’il y a très peu de matière pour absorber le rayonnement et transférer l’énergie infrarouge thermique.

      L’importance capitale de la couche d’ozone

      La couche d’ozone est une concentration des molécules d’O3 située entre la tropopause et la stratosphère. Elle est plus importante à l’équateur, en raison de l’intensité du rayonnement incident. Elle filtre en partie les rayons UV émis par le Soleil. Les cellules zonales la dirigent dans les différentes régions de la terre. L’ozone est indispensable à la vie. Elle est un rempart contre les radiations trop agressives et destructrices. Les UV sont très puissants. Une puissance supérieure au seuil énergétique maximal d’absorption des molécules d’O3 qui permet la photodissociation. Un processus incessant connu pour le cycle de Chapman. Il permet à ce que les photons hautement énergétiques soient libérés pour chauffer l’air à cette altitude.

      Couverture chauffante

      La couche d’ozone est une couverture chauffante pour la Terre. La température mesurée par les satellites passe de -56°C à -11°C (13-18km). Les molécules sont présentes jusqu’à 50 km d’altitude, mais elles se raréfient et la température se remet à descendre après la stratopause, dans la mésosphère.

      La troposphère (0-12km)

      Le soleil fournit 51% de l’énergie en rayonnement incident afin qu’elle puisse se chauffer par en-dessous. L’atmosphère (incluant la couche d’ozone) se chauffe de 45°C avec 16% de l’énergie reçue par au-dessus. La température moyenne de la Terre est de 15°C. C’est une valeur calculée à partir de plusieurs données, p.ex. : 50°C, – 90°C, 20°C, 30°C, 40°C, 45°C, -18°C, -30°C, -20°C, 0°C, relevées dans les différents climats.

      Donc, avec – de 3 x moins (54,7 W/m2) d’énergie reçue par en haut (rayonnement incident) la Terre réussie à se chauffer 3 x plus (45°C vs 15°C) p/r à l’énergie qu’elle reçoit par en bas de la Terre (171W/m2). Chose étonnante, la qualité de l’énergie reçue semble plus importante que la quantité d’après ces observations. Il y a sûrement un facteur interne qui permet de l’expliquer.
      Alors, prudence quand il est question de parler de serre ou d’effet de serre. Il faut porter attention aux nombreux facteurs physiques pour s’exprimer ainsi pour expliquer le phénomène du réchauffement. Un léger réchauffement planétaire (1°F ou 0,6°C) qui vient avec ses conséquences.

       »Appel à M. Luc (le spécialiste du toit blanc) : pourquoi ne pas peindre les vaches en couleur blanche ou argent réfléchissante et ainsi réduire le gain radiatif ? »

      Super Therm Man vous répondrait que celles tachetées en noir et blanc (Holstein) semblent parfaitement adaptées à leur nouvel environnement. Les vagues de chaleur étant distribuées aléatoirement, il faudrait en voir paître un peu partout pour garder l’équilibre (mais ce n’est qu’une idée farfelue).

      Bien pensé M. Paul!

      -Super Therm Man

      * En fait, 100% des UVC, 90% des UVB et 50% des UVA sont absorbés. Davantage d’UVB passent parce que la couche d’ozone est détruite en partie, notamment par les CFC qui perdurent très longtemps dans l’environnement après leur émission. Ce qui fait que PLUS de rayonnement UVB se rend jusqu’au sol et contribue au bilan énergétique.

      • Paul Sanscience dit :

        Bonjour Mr. Therminator.

        Votre nouvel avatar est positivement effrayant. Donc vous acceptez de remplir le rôle de super-héro qui combattra le sinistre Climateman.
        Votre mentaur Immensément Bienveillant appréciera et vous récompensera.

        Mais en disant : « On l’explique par la plus grande pression exercée vers le bas (Terre) p/r à celle vers le haut (l’Espace). », vous risquez un cinglant « Aucun intérêt de de lire tout le reste. », réservé par M. Patate à ceux qui prennent des libertés linguistiques avec des concepts scientifigues, même quand on est un émérite.

        La pression statique à une profondeur donnée dans un fluide s’exerce également dans toutes les directions, bien que sur un corps réel immergé, à la profondeur D1, ses surfaces externes sont exposées à la pression p1 et plus bas, à la profondeur D2, à une pression p2 = p1 + Δp.

        Nous voilà prêts à un exposé magistral par l’encyclopédiste sur la “Poussée d’Archimède”.

        Mon appel à Guillaume était motivé par le désir d’équité : rendre au transfert d’énergie par l’évaporation et par la convection le mérite qui leur revient et aussi accorder le peu qui en reste à la radiation. Je ne mettais pas en doute l’existence (marginale à la surface de la Terre) de l’effet de serre (prévalent sur la planète Vénus dont l’atmosphère est beaucoup plus chaude).

        NOTE : pour plaire davantage au prof uber-francophile, vous auriez pu parler du bovin Limousin ou Charolais. Ce dernier est blanc, donc prêt pour la Grande canicule française récurrente.
        Et, pendant son pèlerinage annuel à Notre Dame de Paris, le prof s’en régalera en dégustant son Bœuf bourguignon ou son Pavé de bœuf mariné au romarin.

  54. Paul dit :

    Mtre Luc,

    En tant que notre expert en toutes choses ozonales, veuillez vous prononcer sur le danger que présente pour la couche d’ozone l’éjection imminente de la masse coronale de classe-M :

    “ Giant Sunspot Has Doubled in Size in 24 Hours and It’s Pointed at Earth (newsweek.com) “
    https://www.newsweek.com/sunspot-surface-sun-doubles-size-solar-flare-earth-1717343

    Vous avez parlé souvent de fluorocarbones et de volcans en rapport avec l’amincissement de la couche d’ozone, mais il semblerait que les flatulences solaires peuvent être encore plus dommageables :

    “Solar ‘superflare’ shredded Earth’s ozone”
    https://www.newscientist.com/article/dn11456-solar-superflare-shredded-earths-ozone/

    « The largest solar flare in the last 500 years may have shredded Earth’s ozone layer to a greater extent than human-made chemicals have in recent decades, new research suggests, but the effect was only temporary. »

    Monsieur Ward, a-t-il couvert ce sujet dans ses articles ?

    Bonne cogitation,
    Paul

    • lucbmenard dit :

      https://duberger.me/2022/04/10/le-responsable-est-le-tarif-postal-et-non-le-co2/#comment-404939

      Monsieur Ward, a-t-il couvert ce sujet dans ses articles ?

      Le Dr Ward devrait être invité, à mon avis, à présenter ses idées dans le cadre d’une conférence Internationale, au Québec et/ou en France. Le monde francophone en entier aurait intérêt à le recevoir et à l’entendre, et y gagnerait au change pour ce qu’il a à dire expliquant la théorie de l’appauvrissement de la couche d’ozone du réchauffement climatique. Le rôle de l’Homme et
      des volcans dans la question des changements climatiques.

      J’espère que cela se produira un jour.

  55. lucbmenard dit :

    Je ne sais pas. Dr Ward ne parle pas de cela. Du moins pas dans son livre.
    Ce que je sais, c’est que le rayonnement cosmique est pris en charge par le champ magnétique terrestre.

    J’ai déjà parlé des différentes couches atmosphériques qui sont capables de gérer les émissions
    incidentes de type UV, dont les puissants UVC qui sont pris en charge par la couche appelée ionosphère et ses aurores boréales que le monde aime regarder. Il y en aura probablement plus.

    Possiblement plus d’UVB vont entrer. Je ne pense pas que ça ait beaucoup d’incidence sur le réchauffement ni sur les climats. Je pense qu’on devrait parler davantage d’effet de s’f’erre (sphères) que d’effet de serre. Les différentes couches atmosphériques font chacune leur part
    pour intercepter les rayonnements extraterrestres.

    J’ai refait ma photo. Je me suis aperçu que j’étais devenu translucide. C’est bien! Je laisse ainsi passer les rayons IR pour qu’ils puissent rejoindre les molécules de CO2 qui les attendent
    avec une immense joie dans la basse troposphère pour enfin le réchauffer un ti-peu. C’est mon humble contribution. J’espère que ça aide un peu ces molécules en quête d’attention et de chaleur
    à tenir le coup.

    -TransLUCidement vôtre,

    • Paul A. Soifédescience dit :

      Cher Luc,

      Comme vous le savez sans doute, le mot ‘rayonnement cosmique’ est un « misnomer » (terme mal approprié), car il s’agit d’un flux de particules de haute énergie, ainsi que de noyaux atomiques et non pas de radiation photonique, qui n’a aucun secret pour M. Patate.

      Comme vous le dites, « le rayonnement cosmique est pris en charge par le champ magnétique terrestre », mais pas à 100 % et par ailleurs, depuis le début de l’ère industrielle son intensité avait chuté de presque 10 %.
      L’événement mentionné dans l’étude, que j’avais portée à votre attention, est survenu en 1859, donc avec une mitigation de 10 % plus importante que celle disponible aujourd’hui.

      L’explication (« .. high-energy protons entered the atmosphere through the polar regions, channelled there by the planet’s magnetic field lines.
      The protons ionised nitrogen and oxygen molecules in the atmosphere, which then formed nitrogen oxides. The nitrogen oxides in turn reacted with ozone – a molecule made up of three oxygen atoms, breaking it into oxygen molecules and atomic oxygen. ») est congruente avec l’observation – le trou d’ozone se situe traditionnellement (depuis qu’on l’observe) au pôle sud.

      Si l’abondance ou la rareté d’ozone est vraiment le boss qui gouverne le climat, il serait primordial que vous établissiez, en faisant appel à votre proverbiale patience de moine, la corrélation entre les événements d’éjection de masse coronale, les fluctuations de la couverture par la couche d’ozone et la TMAG, ainsi modulée par la suite.

      Vous feriez ainsi avancer la science, enfin dans la bonne direction.
      (Note : Outre les rayons cosmiques d’origine solaire, il y a ceux de provenance interstellaire et intergalactique. Donc, en ce qui concerne les particules énergisées en transit entre les mailles du champ magnétique terrestre, ce n’est pas ‘tout ou rien’.)

      En passant, j’aime beaucoup le terme « effet de s’f’erre » que vous avez inventé pour décrire la réalité, telle que vous la voyez. L’étude, que je vous encourage à entreprendre, pourrait rendre ce terme incontournable. Dans les pré maternelles et les académies de sciences aussi.

      Tenez nous au courant, SVP.

      Vous n’êtes pas devenu translucide à toutes les longueurs d’ondes. La couleur de votre photo témoigne de votre sens d’autosacrifice pour protéger l(e)a person(ne) couché(e) au rez-de-chaussé de votre lit à étages. À l’instar de l’ozone, vous interceptez bien les rayonnements dans le violet et au delà, pour que iel soit sauf(ve).

      Vous êtes bien le seul vrai Ozoneman.

      Salutations sphériques,

      Paul A. Soifédescience

      NOTE personnelle :
      En 1989, lors de l’éjection coronale importante qui avait mis KO le réseau d’Hydro-Québec, j’étais dans l’avion à l’altitude de croisière entre mon bureau de Montréal et celui au siège social américain.
      Depuis, je ne suis plus le même. Je suis devenu un mutant par interruption de chaînes d’ADN un peu partout (d’où ma crainte de thérapies géniques – j’ai déjà donné), sauf au mental.

      • lucbmenard dit :

        RE : https://duberger.me/2022/04/10/le-responsable-est-le-tarif-postal-et-non-le-co2/#comment-405316

        Si l’abondance ou la rareté d’ozone est vraiment le boss qui gouverne le climat, il serait primordial que vous établissiez, en faisant appel à votre proverbiale patience de moine, la corrélation entre les événements d’éjection de masse coronale, les fluctuations de la couverture par la couche d’ozone et la TMAG, ainsi modulée par la suite.

        ET

        En passant, j’aime beaucoup le terme « effet de s’f’erre » que vous avez inventé pour décrire la réalité, telle que vous la voyez. L’étude, que je vous encourage à entreprendre, pourrait rendre ce terme incontournable. Dans les pré maternelles et les académies de sciences aussi.

        C’est un travail universitaire (maîtrise et/ou doctorat). C’est certain que ça m’intéresse.

        ET

        L’explication (« .. high-energy protons entered the atmosphere through the polar regions, channelled there by the planet’s magnetic field lines.
        The protons ionised nitrogen and oxygen molecules in the atmosphere, which then formed nitrogen oxides. The nitrogen oxides in turn reacted with ozone – a molecule made up of three oxygen atoms, breaking it into oxygen molecules and atomic oxygen. ») est congruente avec l’observation – le trou d’ozone se situe traditionnellement (depuis qu’on l’observe) au pôle sud.

        Pour le  »trou » au-dessus de l’Antarctique, les scientifiques Mario Molina et F. Sherwood Rowland ont publié en 1974 une théorie expliquant le mécanisme de l’appauvrissement de l’ozone dont l’impact majeur des CFC. Les travaux scientifiques réalisés par la suite ont prouvé la validité de leur théorie. Des protocoles dont celui de Montréal adoptés en 1985 mais effectif en 1989 sont venus corriger l’effet destructeur des molécules de chlore notamment. En 1995, MM. Molina et Rowland se sont vus décerner le prix Nobel de chimie, qu’ils ont partagé avec un troisième spécialiste de l’ozone, Paul Crutzen. Ce n’est pas avant 2030 qu’aucun rétablissement mesurable ne sera observable (dans les conditions actuelles d’évolution de son état). Pourquoi si important au Sud, parce que ce polluant, les molécules de chlore s’y concentrent quand le vortex polaire se forme, et, ainsi, par leur isolement du reste de la circulation générale. Une molécule de chlore peut détruire 100 000 molécule d’O3.
        Pour ce qui est du volcanisme explosif (Pinatubo, 91) les observations du  »trou » son biens documentées, ci-dessous, pour l’hémisphère Nord. Il y a d’autres événements reliés au volcanisme qui montre également l’effet de réchauffement (je disais que c’était paradoxale), comme le volcanisme et épanchements de magma basaltique (type effusif: Islandais, Hawaien)
        L’entre deux, ben, ce sont les cellules zonales qui se chargent de faire la  »sale job » de transport et destruction et les nombreux petits  »trous » *ça et là: les événements météo extrêmes observés (vagues de chaleur, de froid, humidité extrême, inondation, etc.).

        -Ozone man, alias Super s’f’erre (sphère) man ou Sphère man, alias Thermo man, alias Super Therm man, aspirant au titre de Thermo maître (pour l’instant, il l’est seulement en herbe)

        * pas vraiment des trous, mais des amincissements. En 2022, 800 000 cas de cataractes de plus aux É.U. seulement reliés à l’entrée du rayonnement solaire.

    • lucbmenard dit :

      La météo de l’espace

      Les fameuses taches solaires et leur cycle aux 11 ans environs. Elles peuvent provoquer des black-out électriques et des pannes informatiques généralisées. Est-ce que des bulletins météo de l’espace nous diront un jour de sauvegarder nos données d’ordinateur ou nous avertiront qu’il y aura du délestage sur les lignes électriques plus sujettes à ce type de problème? ATTENTION, ATTENTION, un vent solaire accompagné de tempêtes géomagnétiques est en direction de la Terre… Plusieurs pays possèdent un satellite d’observation du soleil dont l’agence Européen avec le Solar Orbiter.

      Le gros danger de l’ozone, ce sont les CFC et le protoxyde d’azote (N2O). La liste des SACO (substances appauvrissantes de la couche d’ozone) est disponible sur le site d’Environnement Canada. Les éjections de masse coronale (EMC), ou bulle de plasma, pour qu’elle soient réellement  »dangereuses » doivent se produire en ligne directe avec nous, la Terre. Elles peuvent affecter ou avoir des effets néfastes sur les infrastructures linéaires de transport (pipeline, ligne électrique, télécommunications : transmission radio, satellites, GPS, etc.). Un événement de ce genre est survenu en 1989, lors du  »black-out » de Montréal. La ville a été plongée dans le noir parce qu’il y avait des surtensions sur le réseau. De grandes quantités de particules chargées seraient entrées dans l’ionosphère. Cette couche protectrice a failli en partie à sa tache. Bien connue pour telle, elle possède possiblement une capacité limitée d’absorption. La raison : la faible densité de matière; l’air se raréfie à cette altitude. Bien qu’identifiée comme étant très chaude (2500C), cette couche peut contenir aussi peu qu’une particule au km. Un astronaute devrait quand même se protéger du froid quasi omniprésent.

      Étant donné qu’il y a plus de rayonnement qui entre pour briser les liens des molécules d’O2,
      je me demande, finalement, si ce n’est pas plutôt bénéfique et ne produit pas plutôt davantage
      de molécule d’O3?

      -Thermo man

      note: pour revenir au magnétisme terrestre, l’effet de pôle de la Terre est en soit un phénomène physique protecteur (aussi appelé bouclier de la Terre). Sa caractéristique est sa capacité d’ interagir avec le vent solaire en l’interceptant et le dirigeant vers les pôles.

      • lucbmenard dit :

        Suite (https://duberger.me/2022/04/10/le-responsable-est-le-tarif-postal-et-non-le-co2/#comment-405775)

        Le problème avec l’ozone, c’est la présence des polluants dans l’atmosphère dont les CFC qui perdurent très longtemps (une molécule peut en détruire 100 000). Alors, même cette idée de Diya (ou ses parents) d’injecter dans l’espace de l’ozone, avec une fusée ($$$), il faudrait encore ajouter beaucoup de ($), car il continuera d’être détruit sans l’effort nécessaire de réduire la pollution dans les grandes villes.

        Évolution temporelle (1979-2022) de l’ozone stratosphérique : vidéos comparatives (hémisphères Sud/Nord)
        https://ozonewatch.gsfc.nasa.gov/multimedia/index.html

        Dans les hémisphères Nord et Sud, l’amincissement maximal de la couche d’ozone atmosphérique (stratosphère) est entre les mois d’Automne (Septembre à Novembre). Par contre, la couche est beaucoup plus mince dans l’hémisphère Sud (voir les unités Dobson). Animations disponibles à l’adresse ci-haut.

        C’est aussi l’automne, à mesure que la luminosité et la température descendent que le vortex polaire se forme. On parle alors de circulation d’air en circuit fermé. Les polluants (CFC) concentrés dans ces régions isolées du reste du globe vont détruire beaucoup du ‘’bon’’ ozone, celui stratosphérique. L’intensité du vortex polaire s’atténuera graduellement en intensité. L’air polaire sera reconnecté à circulation générale et aux cellules zonales (Hadley, Ferrel, polaire). L’effet de bordure relié à la convection des masses d’air permettra des mouvements d’air verticaux et le transfert des matière (aérosols, polluants). C’est ainsi que d’une région à l’autre du monde, le mauvais ozone, celui des villes, pourra s’intégrer au système général de transport d’air de la planète. Et vice et versa. Comme un cercle vicieux. C’est l’une des raisons pour laquelle il est si long à se rétablir (1-3% par année).

        Légende (vidéos mp4)

        La vue en fausses couleurs de l’ozone total moyen mensuel au-dessus des pôles Arctique et Antarctique. Les couleurs bleues et violettes sont là où il y a le moins d’ozone, et les jaunes et les rouges sont là où il y a plus d’ozone.

        -Thermo maître (en construction)

        Bonne fête Québec

  56. lucbmenard dit :

    C’est un mur

    C’est le titre d’une chanson de Michel Rivard. Lyrique : https://laboiteauxparoles.com/titre/7823/c-est-un-mur

    Chanson : https://www.youtube.com/watch?v=NeBWu2fzSHs

    Ça raconte ce qui, trop souvent, crée un mur entre nous et l’autre (couleur de peau, religion, genre, politique, etc.). Ça me faisait penser aux changements climatiques et le discours officiel : que l’Homme est la cause du réchauffement de la TMAG, l’activité anthropique et le fameux CO2.

    Les carottes de glaces de Vostok disent pourtant que la température a augmenté 800 ans avant le CO2. M. Al Gore s’est gourré. Il a foutu le bordel. S’il savait : il est aussi possible que le CO2 précède l’augmentation de la température, mais pas à Vostok. Ce qui est choquant, ça a créé UN MUR. Mais si des murs peuvent être érigés, on peut aussi bâtir des ponts.

    Ni tout à fait Noirs ni tout à fait Blancs

    C’est ce que révèle la chanson : que nous ne sommes ni tout à fait Noirs ni tout à fait Blancs. L’atmosphère également. Elle n’est ni tout à fait transparente ni tout à fait opaque. Ce n’est pas une serre. C’est plus un effet de s’f’erre (sphère). L’expression est trop forte; trop souvent utilisée
    à mauvaise escient.
    Donc, ce n’est pas la couleur (sic) blanche ou noire qui règlera le problème. La réflexion du blanc peut sembler la solution, mais retourner l’énergie incidente trop vite vers l’espace produirait plus d’absorption au niveau des nuages. Le blanc, s’il réfléchit bien la lumière visible, peut également absorber la lumière non visible (UV). Ce n’est pas tant la couleur (sic) que la densité
    des matériaux qui importe. Il y a toujours des compromis à faire.

    Bon été!

  57. Paul Clim Atenkriz dit :

    Depuis très, très longtemps j’avais conclu que l’Arnaque climatique était une fumisterie dans laquelle la vraie Science est aussi rare que la “m*rde de pape”.

    Cette arnaque sert des intérêts politiques et elle profite aux filous :

    “ Jesse Watters: John Kerry is back in business “

    Le ‘Climate Czar’ de la Maison Blanche Mr. John Kerry est depuis longtemps le complice d’un autre champion de la magouille : Joe Biden, dont l’ineptie climatique (la mise à l’index rapide des énergies fossiles) est en train de précipiter le monde dans des crises économiques très graves.

    Pour Kerry, l’affaire est ketchup : ce gigolo de luxe est marié à l’héritière de la fortune Heinz et il ne se déplace qu’en jet privé pour sauver la planète.

  58. lucbmenard dit :

    Une échelle pas piquée des vers (1850-2019)

    Je propose celle-ci à ceux qui accusent de faire de la sélection d’échelle non naturelle.
    Voici donc, le choix d’une échelle convenable pour illustrer la fausse corrélation entre
    l’augmentation de la température (TMAG) et le CO2.
    Vous ne pourrez pas accuser de faire la cueillette des cerises*, c’est un arrêt sur image
    d’une vidéo qui met justement en scène cette relation  »trop étroite » entre l’augmentation
    de la température et celle du CO2.
    Remarquez le quasi plateau fin des années 1990-2014. Pas pire, non?

    Image : https://twitter.com/lucbmenard/status/1540727556126543874/photo/1

    Vidéo: https://twitter.com/i/status/1331612773541941254

    *Réf. Le français au travail, c’est toujours mieux : pour rire, car l’expression n’existe pas,
    mais pour consulter de vraies mauvaises expressions en français; ici:

    https://www.grenier.qc.ca/nouvelles/28068/le-francais-au-travail-cest-toujours-mieux

  59. rtremblay dit :

    encore une nouvelle notion floue : le quasi plateau qui serait pas pire selon LBM.

    vous avez tout faux….. c’est plutôt une progression d’environ 0,15 C/décennie depuis les années 1960. C’est cela qui est démontré. les histoires de plateau sont inventées par les amateurs d’escalier qui ne regarde que les marches une par une.

    • lucbmenard dit :

      https://duberger.me/2022/04/10/le-responsable-est-le-tarif-postal-et-non-le-co2/#comment-409271

      CORRECTION

      Je voulais dire entre 1998 et 2013 (ici: Why Did Global Warming “Stop” in 1998?)

      Cliquer pour accéder à Ward2015AMSPoster.pdf

      Sur une période de 15 ans, on a observé un écart entre les estimations des modèles climatiques et l’augmentation de la température moyenne terrestre, telle qu’elle avait été établie; donc un ralentissement significatif entre 1998 et 2013. En fait, la pente (0,07°C/10 ans), étant presque nulle, voilà le pourquoi du comment, la raison du quasi. J’espère que ça répond. Citation et
      réf. ci-dessous.

       »Le 5ème rapport du GIEC indiquait en 2013 qu’entre 1951 et 2012, le réchauffement global observé était en moyenne de 0,12°C [+0,08 à +0,14] par décennie mais qu’entre 1998 et 2012, il n’avait été que de 0,05°C/10 ans [-0,05 à +0,15] [A, p 5], soit une baisse apparente du rythme du réchauffement de 0.07°C par décennie. »

      https://reseauactionclimat.org/rythme-rechauffement-climatique-progresse/

      Je suis d’accord, depuis, la TMAG a retrouvé sa progression  »normale » de 0,15C/décennie.
      Par contre, je doute que le CO2 en soit la cause. Je doute aussi du lien entre ce léger réchauffement (1F ou 0,6C) depuis l’ère industrielle (1850) et l’augmentation de la TMAG.

      Est-ce une erreur?

      Je pense qu’il s’agit d’une expérience humaine regrettable (CFC), mais dont nous avons
      su collectivement tirer parti en reprenant le contrôle et adoptant le protocole de Montréal.
      Bien qu’anecdotique dans l’histoire de l’Homme, les conséquences se poursuivent et se
      répercutent sur nous pour quelques années ou décennies encore (2030+).

      -un gars du Plateau

      • lucbmenard dit :

        https://duberger.me/2022/04/10/le-responsable-est-le-tarif-postal-et-non-le-co2/#comment-409271 (ci-haut)

        Et ce n’est pas la seule variation notable observée p/r à cette tendance (0,15C) pour cette période 1960-2020.

        Ce qui est peut être le plus intéressant du réchauffement global récent est qu’il est survenu
        en deux impulsions. Avec une augmentation approximative de 0,50 C (1911-1940) et de
        0,60 C (1970-98). À part ces deux bonds importants, les anomalies de la température
        globale sont demeurées relativement constantes autour de 0,05C (1940-70) et 0,56C
        (1998-2014).*

        On peut voir sur ce graphique (ci-haut), l’importance du volcanisme pour la période et son influence sur la température globale : 1) Le stratovolcan Agung (Indénosie) de type explosif
        (8-10 km). Ce type de volcan est connu pour avoir un effet refroidissant sur le climat pour
        environ trois années; 2) Le El Chichón lui aussi de type explosif. La dernière éruption qui
        date de 1985 a provoqué un hiver particulièrement rude en Europe; 3) Enfin, le Pinatubo,
        en 1991, dont j’ai déjà parlé à propos de sa participation à la destruction de la couche d’ozone. C’est l’un des événements majeurs du dernier millénaire. Il est aussi de type stratovolcan explosif (d’altitude). Du matériel éruptif à été projeté à près de 35000 m d’altitude. Le volume des matériaux éjectés est estimé à 10 km3 dont une grande partie dans la stratosphère. Cela
        a provoqué une baisse significative des températures à l’échelle du globe pour deux années.
        Un refroidissement général d’environ un demi degré de moyenne a suivi pendant un à deux
        ans, puis un très important pic de réchauffement (98).

        Donc, Oui une moyenne constante de 0,15C, mais Oui également des événements significatifs
        avec des pentes d’amplitudes plus et moins importantes au cours de cette même période 1960-2020.

comment éliminer un abonné indésirable ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s