8 MARS, JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA FEMME VICTIME DE L’ISLAM

Publié: 7 mars 2017 dans Uncategorized

photo45.gif

Je commence à en avoir plein mon casque des épouvantails de l’islamophobie! Une phobie est une peur exagérée, irrationnelle, c’est une pathologie, donc une maladie. Celui qui comme moi, critique une doctrine comme le catholicisme , le communisme ou l’islam n’est pas un malade, donc il n’est ni cathophobe, ni communismophobe, ni islamophobe. Peut-on enfin confirmer officiellement par une loi ou un article de la charte des droits et libertés, ce droit fondamental et inaliénable de tout citoyen, dans toute société occidentale moderne, de critiquer une doctrine , sans qu’on lui fasse  de procès d’intention et encore moins, de condamnation?

Il n’y a pas d’islam radical, ni d’islam modéré. Pas plus que de Coran radical ou de Coran modéré. Il n’y a qu’un seul islam et sa doctrine ne se trouve pas dans le Catalogue de Canadian Tire, mais dans un seul et unique livre, le Coran, lequel en 2017, est le même texte que celui supposément dicté à Mahomet par l’archange Gabriel au 7ième siècle. Il n’y a pas 36 lectures possibles de ce Coran, il n’y en a qu’une seule. Le Coran n’est donc pas interprétable. À propos de la femme désobéissante, le fameux « tu la frapperas » de la sourate An Nisa, n’est pas interprétable en 2017 par « tu lui offriras des loukoums (dans les pays du Moyen-orient) ou tu l’amèneras au cinéma IMAX (dans les pays occidentaux)  ».

Le Coran contient des prescriptions précises à l’adresse de la femme en matière de décence et de pudeur. Sourate XXIV, 31 : « Dis aux croyantes qu’elles baissent leurs regards, et qu’elles gardent leur chasteté, et qu’elles ne montrent de leurs parures que ce qui en paraît, et qu’elles rabattent leur voile sur leur poitrine. » Le Coran permet aussi la polygamie ainsi que les châtiments corporels conjugaux. Sourate IV, 3 : « Et si vous craignez de n’être pas exacts envers les orphelins, eh bien prenez des épouses par deux, par trois, par quatre parmi les femmes qui vous plaisent. » Sourate IV, 34 : « Celles dont vous craignez l’indocilité, admonestez-les ! Reléguez-les dans les lieux où elles couchent ! Frappez-les ! »

Ces sourates sont non équivoques, la femme est soumise à l’homme et elle doit porter le voile. Les prescriptions du Coran sont donc plus souvent favorables à l’homme qu’à la femme. Le Coran précise cependant dans quelles circonstances la femme peut ne pas porter le voile : devant d’autres femmes en général, les membres de sa famille proche (son mari, son père, le père de son mari, ses fils, ses frères, ses neveux, ses esclaves), et enfin devant les garçons impubères.

Dans les pays occidentaux modernes et civilisés, l’égalité entre l’homme et la femme est garantie par le droit. Mais en pays musulmans, l’inégalité entre hommes et femmes a été confirmée par les pratiques sociales et entérinée par la loi. Si la chrétienté est une religion en soi, le judaïsme est une religion et un peuple, tandis que l’islam est une religion et une loi (la charia). On peut comprendre alors pourquoi certaines communautés musulmanes installées en occident, désirent tant implanter cette charia qui accompagne et précise davantage les prescriptions du Coran.

Le voile est donc bien plus qu’un simple symbole religieux, contrairement à ce que semble croire naïvement une majorité d’occidentaux. La femme qui le porte vous dit : 1- « Je suis soumise à l’homme » et 2- « Tu es un homme qui n’est pas mon mari, et je dois donc cacher ma chevelure, mon cou et mon visage, afin de ne pas exciter ta concupiscence. » Il est évident que ce double message est inacceptable dans toute société occidentale moderne et civilisée. Que faire alors? À défaut de proposer une loi pour interdire le voile, – ce serait discriminatoire et ses propagandistes seraient vite accusés d’islamophobie – on préfère hypocritement considérer que toutes les religions sont pareilles, il n’y en a aucune plus menaçante que les autres, et on interdira donc le port de tout symbole religieux ostensible dans l’espace public.

Imaginez la scène suivante dans une garderie ou une maternelle. Aïcha l’éducatrice, porte le foulard islamique classique qui couvre à la fois ses cheveux, les côtés de son visage et son cou. La petite Isabelle, 5 ans, lui demande « pourquoi tu portes ça ? ». Aïcha: « parce que je suis de religion musulmane ». Isabelle : « ton mari, est-il musulman aussi ? », Aïcha : « Bien sûr que oui! ». Isabelle : « alors il porte ça aussi ? »…

Il semble qu’en occident, le port du voile est volontaire. C’est un code social et vestimentaire que les filles choisissent afin de se différencier des autres, mais c’est aussi une affirmation de chasteté, de séparation : « vous ne devez pas me voir et essayer de me séduire . » C’est aussi parfois une concession faite au père et/ou au mari : « Je vais à l’école, je prends le métro, je vais au centre d’achat, mais je ne déshonore pas ma famille. » Mais ce choix n’est pas toujours volontaire; il reste toujours la contrainte exercée par le mari comme par les parents et l’influence de l’idéologie islamiste, qui réprouve l’affranchissement des filles ou leur impudeur en leur imposant ces normes vestimentaires.

En 2004, la France adoptait la loi appelée hypocritement, loi sur « les symboles religieux ostensibles dans les écoles publiques », en réalité la « loi sur le voile » qu’aucun politique n’aurait eu le courage d’appeler ainsi. Cette loi concernait plus de 12,1 millions d’élèves du primaire et du secondaire. L’Éducation nationale a recensé 639 incidents à la rentrée 2004-2005 (2 grandes croix, 11 turbans sikhs et 626 voiles islamiques!). 496 élèves ont accepté de retirer le signe religieux; 71 se sont inscrits au Centre national d’éducation à distance et 72 sont entrés dans des écoles privées ou ont quitté le système scolaire, soit de leur propre choix, soit à la suite d’une exclusion (on a prononcé 44 exclusions).

Le Québec pas plus que le Canada ne semble avoir tiré de leçon du bilan de l’application de cette loi française. Ces signes religieux inoffensifs que sont la kippa, le turban, le kirpan et le crucifix ont été sacrifiés en vrac avec le voile islamique, sur l’autel de l’hypocrisie et de la rectitude politique. Quel politique aura le courage d’identifier, avec d’autres rares symboles comme la svastika, ce foulard islamique comme le seul signe religieux ou politique, inacceptable dans toute civilisation occidentale moderne et évoluée ? Préférera-t-on faire comme les Français et jeter le bébé avec l’eau du bain ?

Je suggère donc que le 8 mars devienne la « Journée internationale de la femme victime de l’islam » et j’encourage toutes nos féministes québécoises furieuses contre le mâle québécois, à canaliser désormais leur rage vers les oppresseurs de la femme musulmane, et à poser des gestes concrets, -bien au delà de la simple et facile palabre- pour que le port du foulard islamique, la violence envers la femme musulmane « désobéissante » et des horreurs comme la lapidation et l’excision cessent. Que la sourate du coran An Nisa, dite sourate « des femmes » , qui ordonne au mari en 2017, de frapper sa femme qui lui désobéit, soit retirée de la prochaine édition du Coran. J’aime et respecte la femme musulmane et désire plus que jamais qu’elle soit libérée des contraintes et asservissements archaïques que lui prescrit ce Coran. Cela fait donc de moi, non pas un islamophobe, mais un musulmanophile. Vive la musulmane respectée et libre !

Publicités
commentaires
  1. Girard dit :

    Bravo M. Du Berger. Je pense que la majorité des «citoyens» sont d’accord avec ces propos, sauf la clique des bien-pensants plateaurisés…

  2. Benoit Martineau dit :

    Il me semble que votre message est évident et plein de bon sens. Qui ne comprend pas ou n’est pas d’accord ?

  3. Chantal dit :

    J’adore et j’approuve totalement

  4. Paul S. dit :

    Évangile selon Saint Matthieu :
    “Mais moi, je vous dis que quiconque regarde une femme pour la convoiter a déjà commis un adultère avec elle dans son cœur.
    Si ton œil droit est pour toi une occasion de chute, arrache-le et jette-le loin de toi; car il est avantageux pour toi qu’un seul de tes membres périsse, et que ton corps entier ne soit pas jeté dans la géhenne.…”

    Avec son foulard islamique, la femme musulmane préserve tout bon chrétien du devoir d’automutilation.
    Le voile intégral ferait mieux la job, car il prendrait aussi en charge, pour un chrétien concupiscent et désobéissant, la menace d’enfer après le trépas.

    NOTE : La Journée internationale des femmes est une création de la Gauche (par l’Internationale communiste en 1921), reprise et universalisée par l’ONU en 1977.
    Les gauchistes, comme les onusistes et bien entendu les islamistes, veulent défaire la Civilisation occidentale.
    C’est pourquoi la Gauche (et les féministes qu’elle fédère) s’est toujours bien accommodée de l’asservissement de la femme musulmane, car l’Islam est intouchable pour des alliés.

    InchAllah, le sidi kâfir Raï’n Al’Dh sera donc l’unique et l’incontesté bienfaiteur des mouquères.
    Espère-t-il en retour un baladi lascif en compagnie d’une demi-douzaine d’Ouled Naïls défoulardées ?

  5. Robert dit :

    Quel peuple d’ignorants qui affuble du terminatif … »phobe » tout ce qui va à l’encontre de la sacro-sainte rectitude. Nous nous sommes débarrassé des cours de grec et de latin (qui avaient la qualité de donner leur vrai sens aux mots) pour faire place à un langage insignifiant et que l’on ose qualifier de progressif(*).

    (*) Qui nous amène, entre autre à ne plus faire la différence entre une NATION et une RELIGION!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s