LES LEÇONS DE LA TUERIE DE FORT LAUDERDALE

Publié: 7 janvier 2017 dans Uncategorized

ak47

J’étais au Yémen en 2004. À Sanaa, ce jeune ado m’a proposé une Kalachnikov avec munitions et kit de nettoyage pour 50$. Avec un sourire confortant, il m’a montré que l’arme est démontable et m’a assuré que dans ma valise, aux rayons-x, cela ressemblerait à un séchoir à cheveux.

Quelques jours  plus tard, la propriétaire et conservatrice d’un musée d’une autre ville, me proposa ce magnifique pistolet du 18ieme siècle, fabriqué à St Étienne avec certificat d’authenticité et poinçon en argent sur la crosse pour seulement 100$. Le pistolet m’a tenté mais la perspective d’avoir à traverser la douane parisienne et ensuite celle de Montréal m’a découragé. Il y a 15 millions d’habitants au Yémen et 60 millions d’armes à feu. Cela fait 4 armes à feu par habitant, y compris femmes et enfants. Mon guide yéménite en possédait 8 dont 2 kalachnikovs dont il apprenait le maniement à son fils de 8 ans. Les invasions de domiciles sont rares au Yémen. Les gens n’appellent pas le 911… car il n’y a pas de 911… seulement du AK47. pistolet

Si les bagages de cabine des voyageurs sont examinés avec soin, ceux de soute le sont beaucoup moins.

On les passe aux rayons-X et on en choisit quelques uns au hasard pour une fouille manuelle. J’ai déjà été victime d’une de ces fouilles. Je partais pour une méharée de deux semaines dans le sud de la Libye, du temps de Kadafi. Mon bagage était une grosse poche de hockey en vinyle rouge. On m’avait dit d’apporter un briquet ou des allumettes afin de brûler mon papier cul dans cette partie du Sahara la plus torride, la plus inaccessible, mais aussi la plus belle. -Quand vous êtes accroupi derrière un acacia à 4 heures du matin, pris d’une grosse tourista, vous ne pensez pas à brûler votre papier cul afin de sauver le Sahara.-  Alitalia avait perdu mon bagage entre Paris et Milan. Après une semaine, notre méharée a croisé une caravane dans le désert qui m’apporta enfin mon bagage. Le cadenas avait été coupé et les responsables canadien et américain (j’avais transité par Washington) avaient laissé chacun un mot d’excuse expliquant que mon bagage avait été choisi au hasard et qu’on y avait saisi le briquet, mais heureusement pas les 6 paquets de saumon fumé emballé sous vide que j’avais apportés afin de les partager avec mes compagnons de méharée.

La tuerie de Fort Lauderdale soulève le problème sérieux de l’examen des bagages des passagers. La technologie actuelle comporte des chiens renifleurs de saucissons, de foie gras, de fromages et de drogue, des substances auxquelles sont associées des odeurs particulières. À quelques ppm ou même ppb, un chien bien entraîné peut les détecter. Une arme à feu ne dégage pas d’odeur à part celle de la poudre résiduelle si elle a déjà servi. Peut-on entraîner des chiens à cette fin? Il y a les rayons-X, les détecteurs de métal, mais aucun de ces outils ne semble être à l’épreuve de celui qui veut camoufler une arme dans son bagage de soute. Ou est-ce de la négligence de la part des responsables de la sécurité ? Il est certain que la sécurité de nos aéroports doit être améliorée et que la recherche de nouveaux outils de détection d’armes ou d’explosifs plus efficaces doit être prioritaire. Vous n’êtes à l’abri nulle part, même pas au super-marché où un Mohamed furieux peut vous abattre avec une douzaine d’autres clients, parce qu’on a tenté de lui refiler des merguez pur porc et que le comptoir des viandes ne propose aucun produit halal.

Publicités
commentaires
  1. Paul S. dit :

    Les armes à feu, ainsi que les munitions, peuvent être transportées légalement dans les valises transportées dans les soutes à bagages des avions de ligne :
    https://www.tsa.gov/travel/transporting-firearms-and-ammunition

    Il y aurait lieu de revoir le protocole de reprise de ces biens sur les carrousels à l’arrivée d’un voyage.

    • Reynald Du Berger dit :

      en effet…j’ai été témoin de ceci: un policier français a déposé son arme à Roissy qu’on a mis dans une enveloppe qu’il devait récupérer sur le carrousel à Montréal.. n importe qui aurait pu s’en saisir avant lui à Montréal. Il faut confisquer ces armes que le propriétaire doit récupérer à un comptoir spécial à l’aéroport d’arrivée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s