TRAITEMENT ET TRIPOTAGE DE DONNÉES

Publié: 5 décembre 2013 dans Uncategorized

éléphant02Quand j’étais étudiant à l’université, notre professeur de photogrammétrie débutait son premier cours en nous montrant une diapositive comme la photo ci-contre et il nous demandait ce que c’était. Chacun y allait de son interprétation géomorphologique personnelle, certains y voyant des reliefs de régions arides de l’Arizona tandis que d’autres imaginaient des sols polygonaux de la tundra. C’était un gros plan d’une peau d’éléphant. L’orientation et la courbure des rides dépendent du hasard, mais aussi de la proximité d’une articulation.

Le fameux tremblement de terre du Saguenay du 25 novembre 1988, dont plusieurs aspects géologiques et sismologiques sont toujours demeurés inexpliqués, me rappela l’arbitraire de nos interprétations de cette vieille peau d’éléphant. Nous tentions alors de « trouver la faille ». Le foyer du séisme étant à 29 km de profondeur, les chances que la rupture soit visible en surface étaient pratiquement nulles. Nous disposions cependant du mécanisme focal qui nous suggérait des orientations possibles pour le plan de rupture. Nous avons alors tenté une interprétation des linéaments des images satellitaires de la région et avons même procédé à un levé radar du secteur. Les outils informatiques pour l’étude des linéaments étaient alors bien développés et nous avons été tentés de « filtrer » nos données. Il était possible d’appliquer des filtres directionnels afin de débarrasser les données du « bruit ». Un collègue aurait bien aimé obtenir en abondance dans la région de l’épicentre, des linéaments parallèles au graben du Saguenay, la structure dominante de la région. Notre éthique scientifique nous empêcha de considérer comme du bruit, les orientations qui nous gênaient et nous empêchaient d’aboutir à la conclusion pourtant souhaitée. Nous nous sommes donc contentés d’étudier les données brutes, sans appliquer aucun filtre. Aucune trame ne correspondait de manière convaincante aux données du mécanisme focal. 25 ans plus tard, « la faille » demeure toujours introuvable.

S’il est un domaine dans lequel le traitement des données a été appliqué au cours des dernières décennies, et souvent de manière abusive, c’est bien celui de la climatologie. Prenons comme exemple la crosse de hockey de Michael Mann et al. , ce graphique qui occupe presque une page entière du manuel scolaire en Science et Technologie de secondaire 4 des écoliers québécois. Ce graphique est censé représenter la température moyenne globale de l’an 1000 jusqu’à nos jours. Il est largement basé sur la dendrologie qui étudie les anneaux de croissance des arbres. Toute autre chose étant égale, l’anneau de croissance représentant une année particulière sera d’autant plus épais que l’arbre aura crû dans une température élevée et vice versa. Mann a cependant négligé le fait que si l’arbre est soumis à une régime de température donné pendant suffisamment longtemps, il s’adapte à ce régime et la relation épaisseur-température ne vaut plus. Ce sont deux Canadiens, Steve McIntyre et Ross McKitrick,  qui ont définitivement mis la hache dans cette crosse – qui en est une au propre comme au figuré- en montrant les erreurs grossières commises par Mann dans le traitement statistique de ses données. Mann aboutissait à une crosse de hockey au manche bien droit et à la lame bien redressée à partir de l’an 1850, grâce à un traitement de données abusif. Son manche occultait ainsi le Réchauffement médiéval, suivi du Petit âge glaciaire. D’autres auteurs, avec d’autres données et surtout d’autres traitements, ont obtenu par la suite des crosses de hockey beaucoup plus vraies que celles de Mann avec un manche tordu par le réchauffement du moyen âge et le petit âge glaciaire, qui rendait alors beaucoup moins évidente la lame qui débutait à l’époque industrielle.

Les observations de températures contemporaines peuvent également être présentées sur des graphiques qui montrent des tendances. On peut lisser les données, y introduire des droites de tendance, filtrer, comprimer ou étirer, selon qu’on veuille obtenir un graphique qui prouve l’hypothèse posée.

Les modèles informatiques sur lesquels le GIEC fonde ses recommandations aux décideurs ne sont ni calibrés, ni validés. La calibration suppose que l’on dispose de données de températures globales en quantité et qualité suffisantes afin d’établir des comparaisons entre l’ère moderne et les époques où l’homme n’émettait presque pas de ce gaz carbonique diabolisé par les climato-alarmistes. De quoi dispose-t-on comme données thermométriques antérieures aux mesures satellitaires pour les océans qui représentent 70% de la surface terrestre? On n’a que les routes de bateaux, toujours les mêmes et rectilignes.- les bateaux ne zigzaguaient pas-. Parfois, le capitaine jetait un seau à la mer, y plongeait un thermomètre et consignait la température dans son livre de bord avec sa position. Les bouteilles de bon rhum s’entassaient dans la cabine du capitaine au gré des escales tropicales, et la valeur de ces mesures était très douteuse, surtout si le capitaine s’appelait Morgan! On a quand même « étalé» ces mesures en faible nombre et de qualité douteuse, sur des grilles au maillage régulier qui couvrent l’ensemble des océans. Pour les continents, le problème de l’effet d’îlot urbain a suffisamment été étudié pour jeter un doute aussi important sur ces données thermométriques continentales. Pour être validés, ces modèles doivent rendre compte des données de température récentes, or on sait que la température moyenne globale stagne depuis les 15 à 20 dernières années, en dépit d’une augmentation régulière et monotone du CO2 atmosphérique.

Il faudra encore une bonne vingtaine d’années de ce régime de stagnation ou baisse des températures, pour convaincre les alarmistes que leur hypothèse d’un réchauffement global de cause principalement anthropique est fausse. Il faut continuer l’accumulation des données thermométriques, par ballons sondes et par satellites, et surtout, ne pas trop les tripoter.

commentaires
  1. pseidonia dit :

    Intéressant votre article et c’est précisément où la science achope en ce 21e siècles. Depuis Descartes nous avons beaucoup cheminés mais le mur arrive. Nous vivons dans un monde de données et dès lors que l’on émet un postulat, l’on doit et pas toujours avec objectivité déterminer les données qui passeront par notre filtre. Or émettre un postulat est bien souvent un acte de foi pur. Qui par définition viendras teinter nos résultats. On fait dire ce que l’on veut de ces recherches, voir pire ont tait parfois volontairement l’échantillonnage afin que le tout concorde parfaitement avec la boite fabriquée pour y recevoir notre conception. La physique pur, quantique où autre nous poussent dans ses retranchements qui tôt où tard nous obligeront à revoir toute notre approche en science.

  2. Gilles Lemieux dit :

    Reynald,

    Sans ouvrir ton texte, je vote pour la peau dlphant. Jirai voir si cest vrai.

    Gilles

  3. Lisette Vallières dit :

    Il faudra encore 20 ans pour te donner raison…ouf…on ne comprend pas vite…
    Intéressant cet article.

  4. Les vrais scientifiques ne savent pas tout et ils le disent ! Les  »Environnementaleux », eux savent tout et ils le disent ! Entre les deux groupe je choisi le premier. J’ai grandi avec les Témoins de Jéhovah, qui était de bonnes personnes qui savaient tout. Oui ils savaient tout car ils avaient la foi. Ils se basaient sur des  »Dogmes » carrément stupides, comme les Catholiques et les Protestants, les Juifs et les Musulmans. Tous ces  »Groupes » savent tout ! Quelle foutaise ! Ces  »Groupes » veulent croire à des  »utopies » ! Ce sont des croyants et ils sont prêt à suivre les  »Gourous » narcissiques qui savent tout naturellement ! Un citoyen comme moi préfère raisonner avant de porter un jugement. Probablement que moi…, je ne m’aurait pas laisser avoir par la peau de l’éléphant. J’aime mieux l’approche vraiment scientifique car les  »environnementaleux » détestent les humains. Pour eux ils sont coupables de tout et ils sont prêts à les punir comme par exemple augmenter la gazoline à 10$ le litre pour selon eux, les sots, sauver la planète. Or, si cela arrive, des millions d’humains mourront ! J’aime mieux l’approche de Monsieur Du Berger !

  5. youppi dit :

    j’ai vu dès le départ la peau de l’éléphant trop facile…

    Pour revenir au sujet principal du traitement des donnés, je voudrait savoir si vous avez lu Mann ?:
    the hockey stick and the climate Wars.

    Dans ce livre il explique pourquoi, comment et aussi sur quel point il a été critiqué. Il explique aussi que d’autres chercheurs sont arrivés à la même conclusion que lui. Il explique les erreurs que Steve McIntyre et Ross McKitrick ont faits dans leurs interprétations. il mentionne également au moins une autre publication faite au sujet du régime de température (publié en 2004 si je ne me trompe pas) de certains proxis utilisés et de l’impact sur la reconstruction des températures.

    L’histoire que vous ressortez n’est pas très d’actualité et biaisé (à mon point de vue).

    Le GIEC dans son dernier rapport fait également état de d’autres études publiées depuis (1998) qui vont dans le même sens que celle de Mann.

    Le travail d’un scientifique ou d’un vulgarisateur scientifique est de présenter les deux côtés de la médaille… ce qui ne semble pas avoir était fait dans le cas de votre dernier article.

  6. Reynald Du Berger dit :

    Non je n’ai pas lu ce plaidoyer de Mann mais il existe aussi une crosse de hockey australienne (Gergis et al., 2012) construite à partir de données auxquelles on a fait subir des traitements statistiques aussi erronés que ceux de la crosse de Mann. Fait rare dans l’histoire des publications scientifiques, les auteurs ont retiré leur article après publication dans la revue Journal of Climate. Cet article est cependant disponible en ligne http://climatehistory.com.au/wp-content/uploads/2009/12/Aus2K_JoC_Manuscript_and_Supplementary_April_2012_final.pdf

    La revue précise maintenant « Due to errors discovered in this paper during the publication process, 
    it was withdrawn by the authors prior to being published in final form. A new version of this manuscript has been submitted and is under review.  » Stay tuned…

    Le lecteur intéressé trouvera une analyse claire et détaillée de ce « match de hockey » sur l’excellent site du chercheur Jacques Duran http://www.pensee-unique.fr/theses.html#om

    Duran explique pourquoi la crosse de hockey de Mann qui a figuré jusqu’à 5 fois dans les rapports antérieurs du GIEC a presque complètement disparu dans les derniers rapports. À part quelques irréductibles qui continuent d’y croire, il faut de l’audace pour oser présenter cette crosse devant un public scientifiquement averti.

  7. youppi dit :

    Réponse à Jos Wallach

    L’AGU a donc fait l’analyse des articles de Mann depuis 1998 pour juger de la qualité de ces articles scientifiques avant de lui remettre un prix en 2012.

    L’AGU ne semble donc pas avoir le même avis que l’information transmise par M. Duberger dans son dernier article.

    je veux lire le livre du Dr David Archer:
    The Long Thaw: How Humans Are Changing the Next 100,000 Years of Earth’s Climate (Science Essentials)

    http://www.amazon.com/Long-Thaw-Changing-Climate-Essentials/dp/0691136548

    Je ne pense pas que discuter de la qualité du travail de Barack Obama soit à l’ordre du jour du dernier sujet de discution.

    • G. H. Larouche dit :

      Book Description
      Publication Date: October 6, 2008 | Series: Science Essentials
      If you think that global warming means slightly hotter weather and a modest rise in sea levels that will persist only so long as fossil fuels hold out (or until we decide to stop burning them), think again. In The Long Thaw, David Archer, one of the world’s leading climatologists, predicts that if we continue to emit carbon dioxide we may eventually cancel the next ice age and raise the oceans by 50 meters. The great ice sheets in Antarctica and Greenland may take more than a century to melt, and the overall change in sea level will be one hundred times what is forecast for 2100. By comparing the global warming projection for the next century to natural climate changes of the distant past, and then looking into the future far beyond the usual scientific and political horizon of the year 2100, Archer reveals the hard truths of the long-term climate forecast.

      Archer shows how just a few centuries of fossil-fuel use will cause not only a climate storm that will last a few hundred years, but dramatic climate changes that will last thousands. Carbon dioxide emitted today will be a problem for millennia. For the first time, humans have become major players in shaping the long-term climate. In fact, a planetwide thaw driven by humans has already begun. But despite the seriousness of the situation, Archer argues that it is still not too late to avert dangerous climate change–if humans can find a way to cooperate as never before.

      Revealing why carbon dioxide may be an even worse gamble in the long run than in the short, this compelling and critically important book brings the best long-term climate science to a general audience for the first time.

      • G. H. Larouche dit :

        Note : Ci-dessus se trouve le résumé (de l’éditeur) du livre « The Long Thaw » de David Archer. Ce livre contient des prophéties. Nous préférons vous en avertir.

        David Archer prédit en effet : que si nous continuons à émettre du dioxyde de carbone nous pouvons éventuellement annuler le prochaine ère glaciaire et hausser les océans de 50 mètres , traduction libre de : « that if we continue to emit carbon dioxide we may eventually cancel the next ice age and raise the oceans by 50 meters. »

        Combien de vous croient à ça? Votez ci-dessous : Pouce vers le haut = Oui.

  8. Reynald Du Berger dit :

    Le NOBEL de la paix a été accordé conjointement à Al Gore! et au GIEC! – comment ne pas s’écrouler de rire!!! et à O’Bama, à peine un mois après son élection, un des pires présidents de l’histoire des USA, également à ce clown rammolli en pataugas au discours lénifiant qu’est le Dalaï Lama et parmi tous ces faux-culs lauréats de ce Nobel , le plus faux cul de tous est sans doute cet escroc d’Arafat!!!

    J’ai été membre de l’AGU de 1970 à 2004… pas pour le prestige, mais parce qu’on y publiait une partie importante des travaux en géophysique de la Terre soloide. L’AGU est tombée en disgrâce chez des milliers de géophysiciens comme moi depuis qu’elle a osé affirmer péremtoirement sa foi aveugle en le réchauffement anthropique. Une attitude inacceptable pour une société savante qui doit faire preuve de la plus grande des rigueurs. Une disgrâce! Je suis fier de n’en faire plus partie!

  9. Il y a des grandes Organisations  »nobles » dans le monde, qui avec le temps la noblesse a fondu comme glace du mois de mai. Donc…, il faut lire Organisations, sans noblesse. Il y a de grandes organisations connues dans le monde qui sont contrôlées par des comités. Trop souvent, ces gens font plus de la politique partisane que d’analyse sérieuses. Barak Obama et le Pape François ont reçu le prix Nobel au tout début…, ils n’avaient rien fait de remarquable, alors pourquoi ce prix ? Le Dalaï Lama, il n’a qu’un discours basé sur la philosophie hindouiste. Il répète ce que des millions disent depuis Bouddha. Cela ne mérite pas le Nobel ! Arafat était un politicien guerrier Palestinien, méritait-il le Nobel ? Quelle étaient les motivations de ces gens qui ont donnés le Nobel à des hommes qui ne le mérite pas réellement. Donc il nous faut prendre avec un grain de sel l’honnêteté de toutes organisations qui essayent d’influencer les populations mondiale. Il nous faut toujours se posé cette question…,  »Quelles sont leurs motivations » ? Dans cette affaire des changements climatiques, je ne peut pas faire autrement que d’être d’accord avec Monsieur Du Berger.

  10. Philémon dit :

    En cette fin d’année 2013, je suis tombé sur un article de M. Du Berger concernant l’attitude alarmiste de Greenpeace. J’ai ensuite fait une recherche sur « Reynald Du Berger » et je suis tombé sur votre site… Merci! Ce fut un immense plaisir pour moi de vous lire. Il y a maintenant si peu de gens qui osent écrire comme vous. Les donateurs à Greenpeace ont probablement envoyé des millions de $$$ avec cet épisode russe? J’ai vraiment l’impression que le mot « VERT » est devenu universel pour faire de l’argent. M. Du Berger, je vous souhaite une merveilleuse année 2014!

  11. Philémon, j’aime votre commentaire. Vous avez découvert ce site…, faites le découvrir aussi à d’autres. Les  »Verts » eux s’organisent comme dans une secte mais nous les citoyens qui ont une approche plus analytiques, sommes plus isolés et beaucoup d’entre nous n’osent pas s’exprimer publiquement. C’est une erreur de notre part. Reynald Du Berger est un scientifique qui a le courage de s’exprimer publiquement…, aidons-le à notre niveau. Par exemple le groupe de Green Peace arrêté en Russie, déjà parlent contre le Gouvernement Harper. Selon eux, Harper n’est pas assez vert ! Je crois simplement que Harper n’embarque pas dans la galère des  »Verts », parce qu’il ne souffre pas de cette névrose verte. Les Green Peace et Cie se font des  »pepeurs’ comme des enfants naïfs. Les verts eux détestent tellement le pétrole, qu’ils aimerais que le litre d’essence monte jusqu’a 10 où 15 $ le litres. Imaginez le coût social de tout cela. J’espère qu’Harper osera leurs dire qu’ils ne sont que des sots !

    • Dan St-Hilaire dit :

      Faudrait pas aussi oublier que beaucoup de ces « apôtres » comme David Suzuki par exemple, ont fait beaucoup d’argent. Sur le site de Sun News, en date du 30 dec, une primeur savoureuse d’Ezra Levant a son sujet.

  12. G. H. Larouche dit :

    Bonjour à tous !

    Est-ce que quelqu’un sait de combien le niveau de la mer a monté depuis minuit ? Non? Moi non plus. Je devrais peut être écrire à David Archer, et lui demander. Lui qui sait de combien il aura monté dans 2 ou 3 siècles.

    Et dire qu’il y a de pauvres bougres qui s’alimentent l’esprit de telles sornettes. Il faut vraiment n’avoir rien d’autre à faire.

    Mais hélas il en est comme ça depuis le début des temps. Des gens prêts à croire le premier prophète de malheur à passer.

    Prenez la peine de lire la description du livre de Archer : The Long Thaw, et vous y trouverez tous les ingrédients des discours des prêcheurs :

    1. Le monde court à sa perte…
    2. Heureusement, il n’est pas trop tard…
    3. Concertez-vous et écoutez-moi…
    4. Ça va être dur, mais il le faut…

    • youppi dit :

      à G.H. Larouche :

      donc vous n’avez pas lu le livre que j’ai cité de Archer … mais vous avez une opinion sur le contenu ?

      Mann a aussi publié en 2008 et écrit un livre en 2012

      mais quand McKitrick (un économiste) écrit une critique en 2003 des travaux de Mann alors là il a la réponse à tout.

      commentaires : souhait pour 2014 : pouvoir discuter des FAITS des recherches dans le domaine de la climatologie avec des gens des deux camps et non des opinions de chacun. à l’heure actuelle je n’ai pas trouvé de blogue au Québec ou c’est possible.

      • G. H. Larouche dit :

        À Youppi….

        Non je n’ai pas lu « Le Long Dégel » de David Archer. Je me suis contenté de lire le résumé de l’éditeur, qui, je me suis dit, devait contenir le plus intéressant voire la substance du livre. Si non, à quoi servirait donc le résumé?

        Je n’ai pas lu non plus: La Bible, les Saintes-Évangiles, le Coran, etc… Et je ne pense pas m’y mettre avant longtemps.

        Vous dites : Souhaiter pour 2014, pouvoir discuter des faits des recherches dans le domaine de la climatologie avec des gens des deux camps et non des opinions de chacun. À l’heure actuelle je n’ai pas trouvé de blogue au Québec ou c’est possible.

        Je ne suis pas sûr de vous comprendre. Toute discussion ne consiste-t-elle pas à confronter des opinions. J’ai re-consulté le dico avant d’écrire ce qui précède.

        Est que pour vous discuter consiste à relater les faits des recherches et les opinions des chercheurs, dans le genre :

        McKitrick en 2003 (un économiste) a réfuté les travaux de Mann;
        Mann qui ne concède pas à McKitrick, a republié en 2008; et écrit un livre en 2012;
        etc…

        Cela s’appelle de la revue de littérature. Et non il n’y a pas de blogue de ça, parce que ce n’est pas ça discuter.

        Discuter c’est exposer nos opinions en vue de le confronter, genre :

        Je pense que Mann est complètement dans le champ avec sa crosse de hockey, et que McKitrick a fait une brillante démonstration des égarements de Mann.

        Voilà! Telle est mon opinion. Je n’ai pas nécessairement raison, mais c’est ce que je pense, sur la base de ce que je sais du sujet actuellement.

  13. Je confirme Monsieur St-Hilaire, pour l’avoir visionné, le documentaire de d’Ezra Levant, est très intéressant et dénonce les tromperies de David Suzuki et de Green Peace.

  14. À Monsieur Larouche et votre commentaire du 3 janvier 2014. Nous n’avons pas assez d’infos vérifiables concernant la production de gaz à effets de serre. La terre elle même laisse fuir ces gaz par les fissures naturelles qui se font dans la croûte terrestres. Ces fissures sont impossible à contrôler et les hommes n’en sont pas responsables. Des gens disent que la mer peut monter de 150 pieds…, que diriez vous de 2 où 3 pieds ?

    • G. H. Larouche dit :

      Monsieur Chabot,

      Je pense qu’une montée de 2-3 pieds constitue une estimation raisonnable et honnête, qui a au moins le mérite de ne pas vouloir faire peur au monde.

      Je la trouve cependant exagérément précise compte tenu de l’état des connaissances climatiques actuel, comme vous le soulignez d’ailleurs à juste propos.

      Vous semblez croire que je crois à une montée de 50 mètres (150 pieds). Je me demande bien, lesquels de mes propos ont pu vous faire croire ça. Référez à mon commentaire du 1er Janvier 10:45.

      Vous semblez dire que les gaz à effets de serre seraient responsables du réchauffement climatique dénoncé. Il n’y a encore aucune preuve formelle là dessus. Si ce n’est des allégations du genre : Untel (réputé chercheur) pense ça.

      La vapeur d’eau est un gaz à effet de serre. Devrions nous arrêter de faire bouillir de l’eau?

      Quant aux fissures, vous les (voyez) imaginez où?

      • youppi dit :

        vous dite : La vapeur d’eau est un gaz à effet de serre. Devrions nous arrêter de faire bouillir de l’eau?

        My god c’est cela votre genre d’opinion G.H Larouche… ouf on part de loin.

        nous savons tous que la vapeur d’eau est un GES bien oui ça maintient la température moyenne à environ 14 C au lieu de moins 30 s’il n’y avait pas d’atmosphère. Mais il faut faire une distinction entre augmentation du CO2 qui provoque le RCA… d’ou une augmentation de la température moyenne de 1, 2 C, ou plus.

        vous avez bien de la lecture à faire ….

  15. Monsieur Larouche, mon commentaire rejoint votre opinion et je sais que vous n’êtes pas d’accord avec le 150 pieds d’eau. Il y a réchauffent de la planète depuis 20 000 ans, depuis la fin de la dernière grande glaciation, mais Suzuki m’a dit que c’était la faute au dernier Néandertalien. Sérieusement…, mon dernier commentaire a probablement été mal structuré et il portait à confusion. Cela m’arrive quand je ne me relis pas😉

    • G. H. Larouche dit :

      Réellement il aurait précisé les Néandertaliens. Pas les Homo sapiens?
      Je pense que, à la suggestion de monsieur youppi, je devrais me remettre à lire.

  16. G. H. Larouche dit :

    Monsieur youppi,

    Vous n’avez pas répondu à la question, vous avez préféré « tirer sur le messager » c’est-à-dire soulever des doutes sur mes compétences. Je ne m’en offusque pas outre mesure, je fais juste le faire remarquer.

    Je répète la question : Devrions nous arrêter de faire bouillir de l’eau?

    La logique qui sous-tend cela est la suivante. La vapeur d’eau est un GES beaucoup plus abondant que le CO2 (et contrairement à ce que vous dites, ce n’est pas tout le monde qui sait ça). Il doit donc causer un ES plus important que le CO2. Donc si l’on veut diminuer efficacement les GES, ne serait-il pas plus facile de diminuer la production des gH2O?

    Pourriez vous seulement répondre, monsieur youppi?

    Et s’il vous plait, cette fois ne vous répandez pas inutilement en invectives.

    • youppi dit :

      Bon je tente une réponse,bien que ça pourrait faire le sujet d’un débat en soit.

      en soit la vapeur d’eau est un GES mais elle peut retourner sous forme liquide en précipitation contrairement au autre GES (CO2, CH4, etc..). Celle ci réside dans l’atmosphère que quelques jours (1 à 2 semaines). il se crée comme un équilibre. si on met plus de vapeur d’eau dans l’atmosphère il retournera vers la terre. Donc sous cette angle la réponse serait oui il n’y a pas de problème à ajouter du H20.

      par contre si l’énergie de l’ébullition de l’eau vient d’un combustible fossile, la réponse serait non, ce n’est pas intéressant pour les GES et le PRG (du GES pendant la combustion). de plus l’ébullition de l’eau produit de la chaleur.

      de plus la combustion de combustibles fossiles produit du CO2 et aussi de la vapeur d’eau , mais également de la chaleur. Donc tout ça contribue au réchauffement climatique.

      Mais je me questionne par rapport à l’impact de l’ébullition de l’eau par les humains par rapport à l’évaporation naturelle des lacs et océans peut-être que c’est très marginal (négligeable).

      ma réponse est très simplifiée. mais je pourrais élaborer plus . et vous pouvez vous élaborer plus ?

      • G. H. Larouche dit :

        Monsieur Youppi,

        Merci de ne pas vous être défilé et d’avoir bien voulu soumettre une réponse à une question qui oui il faut l’admettre, était très large de contexte.

        Devrions nous arrêter de faire bouillir de l’eau?
        La réponse brève à la question est oui.
        Pourquoi? Parce que cela contribue au RCA.
        Plus de vapeur d’eau, plus d’effet de serre, et plus de chauffe.

        Votre réponse met en lumière que, comme moi, vous n’y connaissez pas grand chose. Ce qui ne nous enlève pas le droit d’avoir des opinions là dessus.

        Ce que je trouve effarant dans la saga du RCA, c’est qu’on me demande de croire sans voir.

        Or d’expérience, je sais que la science n’a rien d’un processus démocratique (en démocratie la majorité a raison à l’issue du vote, et à la fin du mandat tout le monde a eu tort d’avoir voté pour, ceux qui ont voté contre n’ont restreindre leur rancœur).

        Les gens du GIEC se sont vu confier un mandat biaisé au tout départ. Démontrer que les émissions de CO2 avait un effet négatif néfaste sur le climat. En acceptant le mandat, le GIEC n’avait pas le choix de livrer la marchandise : Prouver que le CO2 c’est de la marde.

        Et la suite est connue !

        Mais bien sûr, un autre tel a dit ça, et…

  17. G. H. Larouche dit :

    P.S : Et surtout, ne me répondez pas dans le genre : Untel chercheur reconnu par les autorités en place (pas nécessairement compétentes : les autorités) a dit ça, dont c’est ça.

  18. Le monde scientifique ne connait pas exactement le moment de la disparition du dernier Néandertalien. Les Homo sapiens les ont remplacés sur une grande période. Probablement qu’ils ont cohabité sur plusieurs milliers d’années. Suzuki ne m’a pas parlé de Néandertalien, je l’ai dit en blague puisque les  »VERTS » veulent responsabiliser les hommes pour les problèmes…, si problème il y a. Donc pourquoi pas mettre la faute sur les hommes du Neandertal ? (blague) .

    • G. H. Larouche dit :

      Je suppose qu’il n’y a pas eu de dernier néandertalien, qu’il y a eu plutôt les derniers néandertaliens qui se sont noyés dans la masse des Homo sapiens. Mais ce n’est que mon opinion préliminaire, à défaut d’avoir entendu mieux.

  19. Monsieur Larouche, je crois que votre opinion sur le sujet des Néandertaliens est ce qui s’approche le plus de la réalité. Probablement que ce sera les généticiens qui nous donneront la ou les réponses.

  20. G. H. Larouche dit :

    Ce mécréant serait-il en flagrant délit de RCA, sans que personne ne fasse rien?
    On peut peut-être le comprendre. À moins 41 C ou F, il essaie de se réchauffer…

    • Reynald Du Berger dit :

      En regardant cette video, on peut alors comprendre comment les Vikings ont perdu leurs territoires groenlandais durant le réchauffement médiéval au profit des envahisseurs scandinaves: leurs fusils à pompes chargés d’eau bouillante ne fonctionnnaient plus ou s’enrayaient.

  21. J’ai fait un petit test il y a quelques minutes. J’ai empli deux petit verre d’une once d’eau, l’un du robinet et l’autre très chaud, de la bouilloire que j’ai mis au congélateur. Le verre d’eau froide a gelé plus rapidement que l’autre. ????

  22. Je m’achète un thermomètre et je fait le test. Merci

  23. Monsieur Larouche, à votre commetaire à Yoopi du 6 janvier, j’ajoute…, Oui mais ? Il nous faut tenir compte de tout les  »Oui mais » ! Si nous refusons de tenir compte des  »Oui mais », le grand principe de certitude (Dogme) prend toute la place avec des organisations comme celle de Suzuki et Cie. Bonne journée😉

    • G. H. Larouche dit :

      Faites vous référence au « principe de précaution » alias « en cas de doute on s’abstient » derrière lequel se réfugient très souvent les climatophètes?

      Si non donnez-moi des détails. Je ne suis pas sur de vous comprendre pleinement.

      • Je veux seulement dire Monsieur Larouche que j’utilise le  »Oui Mais » pour démontrer qu’il est plus important en science, de développer le grand principe de l’incertitude que les grands  »Dogmes » qui prouvent la fin.

  24. youppi dit :

    Monsieur Larouche,

    je trouve que vous avez répondu avec légèreté sans apporter de véritable argument.

    c’est bien évident que faire bouillir de l’eau inutilement apporte des GES et un impact négatif sur le RCA. Mais moi j’ai tenté de répondre par rapport au fait de savoir si ça pourrait avoir un impact important sur le RCA le fait que 7 milliards fassent plus ou moins bouillir de l’eau ? ce qui est la vraie question pour décider si on ne pourrait pas proposer des moyens pour contrer ou pas cet effet. Est-ce marginale par rapport à l’évaporation naturelle des plans d’eau ?

    Dans le cas des hydrocarbures on sait que ce n’est pas marginale comme effet sur le RCA et en plus on connaît de plus en plus de moyens pour répondre à cette problématique qui sont déjà appliqués ou qui le seront bientôt.

    J’ai peut-être un surnom de mascotte, mais je suis sérieux dans mes commentaires…

    • G. H. Larouche dit :

      À monsieur youppi,

      Apporter des arguments… À quoi? Au fait que le RCA est causé par les activités humaines. C’est par définition, puisque le A tient pour Anthropique, ie causé par l’homme.

      Vous avez de vous même introduit la notion d’utilité dans votre réponse. Est-ce à dire que la raison pour laquelle on fait bouillir l’eau à une incidence sur le RCA?

      Vous avez également introduit la notion d’importance relative de l’impact de faire bouillir de l’eau. Et là vous dites en somme que nous n’en savons à peu près rien. Ça ne vous étonne pas? Que nous sachions à peu près rien sur le principal GES de notre planète, mais que sachions exactement les effets du CO2.

      « Dans le cas des hydrocarbures on sait que ce n’est pas marginale comme effet sur le RCA… »

      Vous savez ça, vous ? Et bien si vous la savez, ça devrait vous être facile de nous l’expliquer. Je vous écoute… parce que moi je ne le sais pas.

      P.S. Quelqu’un de sėrieux ne blogue pas sous un pseudonyme, ridicule de surcroît, et met des majuscules au début de chacune de ses phrases.

      Merci.

  25. Philémon dit :

    Aujourd’hui, 8 janvier 2014, je trouve que l’actualité correspond bien avec le titre « TRAITEMENT ET TRIPOTAGE DE DONNÉES » !

    Je parcoure ce matin un manifeste en faveur du pétrole québécois signé par Landry et Cie! Je lis ce texte et j’ai l’impression que M. Landry et les dix autres signataires se mettent à genoux devant les verts et les implorent afin de pouvoir utiliser ce pétrole sous le golf. M. Landry y félicite même le magnifique travail des verts dans ce dossier du pétrole… Je crois que le PQ et le NPD ont fait une grave erreur en invitant certains écologistes dans leurs rangs afin de se faire du capital politique. Tu mets vingt écolos avec des pancartes sur le coin d’une rue et ça fait la une des journaux!

    Concernant le pétrole, qu’il soit sale, propre, transporté en bateau, camion, train ou pipeline… les verts n’en veulent pas, un point c’est tout.
    Début de l’après-midi du 8 janvier, c’est la grande riposte des Zécolos! Greenpeace (Patrick Bonin) et Équiterre (Steven Guilbault) estiment que l’une des provinces la plus pauvre du Canada peut vivre sans exploiter son pétrole.

    Il fut un temps où nous avions besoins des syndicats, de gens soucieux de l’environnement, de grands bâtisseurs, et je pense ici à Robert Bourassa, sans qui, le Québec serait en faillite depuis de nombreuses années puisque tous les économistes nous disent que nous sommes endettés jusqu’au cou, mais Hydro-Québec a son pesant d’or pour emprunter. Je ne veux pas dire ici qu’il faut éliminer les syndicats et les groupes qui défendent l’environnement, mais je crois (et j’espère) que plusieurs groupes sont en train de faire déraper toute leur crédibilité…

    Équiterre et Greenpeace vont peut-être un jour nous proposer un moratoire de deux mois en janvier et février dans tout le Québec, sans « aucun » approvisionnement en pétrole, afin de nous prouver scientifiquement qu’on peut se passer du pétrole! Il y aurait probablement plus d’un million de décès. C’est bon pour la diminution des gaz à effet de serre, car moins il y aura d’humain, moins nous produirons de gazzzzzzze…

    • G. H. Larouche dit :

      « C’est bon pour la diminution des gaz à effet de serre, car moins il y aura d’humain, moins nous produirons de gazzzzzzze… »

      Vous avez tout compris! Trois principes en cause : Le contrôle, le contrôle et le contrôle.

      Comment contrôler une populace ?

      Lui faire peur:

      L’Enfer; Le Diable; La Russie; Le Nucléaire; Le manque de pétrole; L’utilisation du pétrole; Le SIDA, La Grippe, Le Manque d’air, La Montée des océans; Le Réchauffement Climatique Anthropique (RCA), et Les changements climatiques…

      • Normand dit :

        M. Larouche !!!

        Vous avez oublié la COUCHE D’OZONE… je suis enfermé dans ma maison depuis 1985 parce que y parait que je pourrais cuire sur place.

        Mais il y a de l’espoir… dans le Science et Vie de Juin 2013 il y avait un article intitulé « Ozone : du trou au trop ».

        Y a des scientifiques qui disent que la couche d’Ozone va trop bien se régénérer et que ça ne sera pas moins catastrophique. Du danger de cuire, on passe à de graves carences en vitamine D qui va nous occasionner des cancers qui vont nous pousser partout partout.

        N.B. Ne cherchez plus de suppléments de vitamines D à votre pharmacie… c’est moi qui a acheté tous les stocks dans l’est du Québec et je les conserves soigneusement dans mes trois entrepôts tenus dans des lieux secrets.

      • Normand dit :

        J’ai retrouvé l’article en question à cette adresse : http://planete.gaia.free.fr/sciences/geosciences/geochimie/ozone.html

  26. G. H. Larouche dit :

    À monsieur Chabot,

    Je faisais référence à ceci :

    En résumé, le “principe de précaution” est une notion qui préconise l’adoption de mesures de protection avant qu’il y ait des preuves scientifiques complètes démontrant l’existence d’un risque; autrement dit, une action ne devrait pas être différée simplement en raison de l’absence de renseignements scientifiques complets. Le “principe de précaution” (ou approche de précaution) a été incorporé dans plusieurs accords internationaux portant sur la protection de l’environnement et, pour certains, il est dorénavant reconnu comme un principe général du droit international de l’environnement.

    Avec un principe comme ça, n’importe qui peut imposer n’importe quoi à n’importe qui, et bien sur sans être imputable, puisqu’il est (était) de bonne foi.

    Pour en savoir plus long…
    http://www.wto.org/french/tratop_f/sps_f/sps_agreement_cbt_f/c8s2p1_f.htm

  27. Normand dit :

    Les défenseurs du dernier rapport du GIEC soutiennent simultanément les deux affirmations suivantes :

    1. Neuf des dix dernières années ont été les plus chaudes jamais enregistrées!

    2. Le réchauffement a pris une pause depuis une quinzaine d’années (plus précisément 16 selon Phil Jones du CRU)!

    Peu importe les diplômes et titres de ces «experts», je peux leur affirmer qu’ils devraient vérifier leurs données, car MINIMALEMENT une des deux affirmations doit être fausse. On n’est plus dans le domaine de la science et de la raison… ils vivent dans « leur » monde et s’admirent beaucoup entre eux !

    • G. H. Larouche dit :

      À monsieur Normand ou Normand tout court😉

      Je suis pas un GIECrois (fidèle fervent croyant et défenseur du GIEC), mais l’objectivité me force à vous soumettre que ces deux affirmations sont exactes.

      Ce qui ne veut pas dire que, les prétentions du GIEC à l’effet que l’homme serait le principal responsable du réchauffement climatique (RC) observé, sont vraies.

      Il n’existe des données tenues pour fiables, que depuis 1950 (les ballons) ou 1980 (les satellites). Et oui, depuis 1950 et certainement (suivants leurs données) la terre n’a pas cesser de se réchauffer… jusqu’en 1998.

      Depuis 1998 ou à peu près, la température c’est stabilisée sur un plateau, il est donc normal et exact que 9 des 10 dernières années les plus chaudes se trouvent sur le plateau.

      Le GIEC est très embarrassé par ce plateau, parce que suivants leurs modèles, la température n’aurait pas due cesser d’augmenter, puisque le CO2 n’a pas cessé d’augmenter.
      Cela étant ils auraient inventé une fuite de chaleur (une sorte de pont thermique) que personne n’aurait encore pu détecter.

      Les modėle du GIEC sont fiables! C’est juste que la Terre ne respectent pas les consignes aussi bien que les politiciens au pouvoir.

      • Normand dit :

        Bonjour M. Larouche

        Concernant la fuite de chaleur (chaleur qui se cacherait dans le fond des océans), les nouvelles théories du GIEC soutiennent donc que les conséquences du réchauffement causé par l’effet de serre serait d’abord observés par le bas ?

        À moins que j’aie bien mal compris l’effet de serre, je croyais que la chaleur devait rencontrer un mur en haute altitude (les fameux GES) et que l’observation d’augmentation de température en bas ne peut précéder l’observation de hausse de température en haut.

        Est-ce que je suis dans le champ si j’ai l’impression d’assister à de la haute voltige cérébrale ?😉

  28. @ Monsieur Larouche Le principe de précaution dans mon livre, est une bonne chose. Le contraire serait de ne pas faire attention, d’être négligent. Cependant, ce principe de précaution contrôlé par une organisation internationale, dirigé par des individus qui sont plus des religieux que des scientifiques, peut être dans certains cas, plus nuisible que bénéfique. C’est la raison pour laquelle je dis que j’aime le grand principe de l’incertitude. J’ai inventé ce terme il y a une dizaine d’années dans un de mes livres, dans lequel je critiquais le dogmatisme religieux, c’est à dire, le principe de certitude. Je comprends qu’un esprit aussi complexe que le vôtre, avec beaucoup de références, a eu de la difficulté à comprendre le sens que je donnais à ma pensée.

    • G. H. Larouche dit :

      Monsieur Chabot,

      Vous me laissé perplexe. Vous me dites soutenir le principe de l’incertitude par opposition au principe de certitude dogmatique. Et du même coup, vous dites, être d’accord avec le principe de précaution, qui selon moi se rapproche bien plus du principe de certitude que celui de l’incertitude.

      Le problème, comme vous le soulignez, est que ce principe ne faire autrement que d’être utilisé abusivement. Genre : Y-a pas de chance à prendre! Trop fort casse pas! Tant qu’à y être! etc…

      Application de ce principe est une situation idéale, gagnant-gagnant pour les scientifiques et les politiciens.
      Les politiciens ont besoins de l’appui de scientifiques pour justifier l’imposition de nouvelles taxes, et pourvoir éventuellement, si ça tourne mal, plaider la bonne foi.
      De même, les scientifiques peuvent plaider la bonne, et entre temps mener une carrière prestigieuse et outrageusement payante, qu’ils n’auraient sans leur accointance avec la politique.

      Vous rappelez vous de la crise de la grippe E H1N1 de 2010 ou 2011. L’enquête faite, après coup, en quasi-catimini, aura conclu à des erreurs de bonne foi. Et donc personne ne fut trouvé responsable de cette catastrophe.

      Étant un habitué des tribunaux , si je peux vous assurer d’une chose, c’est que s’il y une chose qui est difficile à prouver, c’est la mauvaise foi d’une personne.

      Le principe de précaution fourni donc aux gens mal pris un échappatoire parfait.

      • Reynald Du Berger dit :

        Le principe de précaution est l’excuse pour les lâches , ennemis de la croissance et du capitalisme, pour ne rien faire et se laisser vivre sous le prétexte de défendre la planète et les pauvres. Les Français ont eu la lubie de l’inscrire dans leur constitution!

      • Monsieur Larouche, je vous suit parfaitement dans votre analyse. La différence entre vous et moi c’est que vous avez davantage de données que moi simple citoyen, érudit autodidacte. Le principe de précaution dont vous parlez est nouveau pour moi. Je n’ai jamais utilisé cet argumentaire…, je ne le connais pas. Quand je parle de ce principe de précaution, c’est quand je dit à mon petit fils : ‘Fait attention au volent de ton bolide, na va pas trop vite, ne prend pas trop de chance’ ! Cependant, vous me parler d’une organisation qui a un certain contrôle sur les gouvernements et ceci naturellement, est à proscrire. Avec vous j’ai appris quelque chose d’important, merci !

  29. G. H. Larouche dit :

    À Normand,

    Comme vous j’ai l’impression qu’on nous prend pour des caves.
    La chaleur monte dans l’air c’est bien connu. Et donc d’emblée je les trouve complètement farfelus. D’autant qu’ils sortent ça comme un lapin d’un chapeau magique.
    Mais il faudra voir. Je suis du genre à toujours donner la chance aux coureurs.

  30. G. H. Larouche dit :

    À Normand,

    J’ai lu quelque part, il y a longtemps, que le trou dans la couche d’ozone pouvait être un phénomène cyclique, qui permettait à l’a terre d’exhaler ou respirer, comme une baleine. J’avais trouvé l’analogie intéressante et pas si bête que ça (enfin). Je n’ai plus réentendu parler de cette hypothèse par la suite.

    • Normand dit :

      En fait, je crois que l’on peut prendre le dossier de la couche d’ozone en exemple pour démontrer comment une théorie a pu s’imposer (via lobbying, politique, science corrompue?) comme « supposément » admise et incontestable puis s’avérer TRÈS fragile une fois soumise à l’épreuve des années.

      Est-ce que le virage à 180 degrés, présenté dans l’article paru dans « Science et Vie – No 1149 » ( reproduit à http://planete.gaia.free.fr/sciences/geosciences/geochimie/ozone.html ), concernant la couche d’Ozone est susceptible de se reproduire dans le dossier du Réchauffement dans quelques années ? On dit complètement le contraire de ce qu’on vous affirmait précédemment… mais faites nous confiance, on a encore et toujours raison !!!???

      Vous remarquerez qu’une image est présentée pour supposément illustrer le trou de la couche d’ozone qui se referme ( http://planete.gaia.free.fr/images/im.sciences/geosciences/geochimie/ozone5.jpg )… Les années choisies (1979, 1984, 1998 et 2012) démontrent assez clairement l’évolution rassurante du phénomène (grâce aux politiques responsables imposées en 1995 ?).

      Puisque cette page du blog était axé sur le Tripotage de données, je vous suggères de prendre connaissance d’une autre image (tirée du site de la Nasa) et qui INCLUS L’AN 2002 ( http://aura.gsfc.nasa.gov/ozoneholeposter/24x37_OZONEposter_front.jpg ).

      L’anomalie de 2002 n’est-elle pas EMBÊTANTE pour la théorie de Molina et Rowland.

      Où sont passées les chlorines destructrices d’ozone, supposées parasiter l’atmosphère pour des décennies?

      Est-ce que la vraie réponse se situe dans le rayonnement cosmique, la nuit polaire, le mont Érébus, (tous des phénomènes naturels), etc…? à chacun de lire les différentes théories sur le sujet.

      N.B. N’empêche que dans les années 1960 on savait déjà construire des frigos qui pouvaient durer plus de 50 ans. Était-il judicieux de remplacer le fréon non corrosif par les HFC corrosifs ? Quand un frigo a une espérance de vie de moins de 10 ans, il n’est pas évident que le combat des apôtres de l’environnement ait été un plus pour la planète !

      Pour ce qui est d’hypothèses de pistes financières, vous pouvez toujours jeter un oeil sur l’implication dans Greenpeace de Lord Peter Melchett (héritier de Imperial Chemical industries), la Cie Dupont, les brevets des HFC et tout le tralala… à vous de juger !

      • G. H. Larouche dit :

        Moult respect MONSIEUR Normand!

        L’anomalie de 2002 est en effet très embêtante.
        Le monde n’en a pas entendu parler. Et oui cela nécessite des explications. Mais curieusement (délibérément peut-être) personne n’en a entendu commentés. Pourquoi?

        Aux plaisirs de vous lire…

        PS : J’ai ce gars désespéramment en manque de vitamines D. Devrais je lui dire de vous contacter.

  31. youppi dit :

    Je trouve dommage de percevoir dans tout vos derniers messages que les problèmes environnementaux doivent être pris en compte par chacun.

    Pour moi le principe de précaution est pour les gens responsables c’est loin d’être une excuse de lâche. Croissance n’est pas synonyme de prospérité loin de là. Le meilleur exemple : Le cancer.

    Non la prospérité c’est faire preuve d’intelligence dans l’utilisation des ressources, d’équilibre pour assurer un développement durable.

    Les intégristes de la religion du capitalisme ne seront pas d’accord avec mon point, mais le capitalisme est fait pour les systèmes ouverts, sans limites alors que la planète est limitée en ressources.

    Mon dernier point c’est que j’aurais voulu que vous apportiez des informations techniques sur la questions que vous avez posez G.H. Larouche. Ironiquement vous critiquez la forme et non le contenu de mon propos alors que vous m’avez justement fait le reproche dans nos premiers échanges. C’est à vous d’aller plus loin dans la question de faire bouillir ou non l’eau et son importance.

    Sinon je ferai le constat que tout ce qui vous intéresse dans la question du RCA c’est des trucs reliés à la théorie de la conspiration. Pour moi c’est une perte de temps total ce sujet de la conspiration…

    • Normand dit :

      À youppi, je vous soumets respectueusement ce qui suit🙂

      Pourquoi autant de gens semblent-ils allergiques au mot « conspiration » que l’on pourrait définir, selon l’usage qu’on en fait, par « projet secret élaboré par plusieurs personnes » ?

      Faisons un petit voyage dans le temps, disons 5 ans en arrière, et essayons de convaincre les Québécois qu’il existe, depuis des années, une CONSPIRATION pour leur soutirer des sommes colossales via les fonds publics…

      Début de l’exposé : Font parti de la conspiration TOUTES les grandes firmes d’ingénieurs, une multitude d’élus municipaux, des députés, la mafia, des entrepreneurs en construction, des surveillants de chantiers qui ferment les yeux, des sous-traitants qui émettent de fausses factures, des centrales syndicales, des comptables, des notaires, des cadres municipaux, des organisateurs politiques, des évaluateurs, des vérificateurs, etc…

      La masse a besoin d’un show de télé qui leur expose la réalité pour en prendre conscience, être révoltés et dire pourquoi n’a-t-on pas arrêté ça.

      Quel était l’intérêt commun d’AUTANT de personnes pour jouer le jeu ? Les avantages financiers et personnels qu’ils en tiraient ! « Follow the money » comme disent les anglais…

      Personnellement, je suis convaincu qu’on a déjà suffisamment de FAITS qui nous démontrent que les personnes oeuvrant dans la science climatique et les organisations ONUsiennes ne sont pas toujours des âmes pures au dessus des bassesses du matérialisme.

      Est-ce que ceux qui n’ont que « théories du complot » à répondre quand on leur soumets des arguments, sont ceux qui tomberont en bas de leur chaise quand un show de télé nous exposera les faits dans 20 ans ?

      P.S. C’est bien étrange cette relation que l’on essaie de nous imposer entre Gauche/Protecteur de l’environnement, Droite/Pillage de la planète… les systèmes anti-pollutions très performants n’ont-ils été développés dans des entreprises capitalistes ?

      En passant, vous ne trouvez pas étrange que les solutions politiques pour le problème (réel ou inventé?) du CO2 soient de marchander le droit de polluer (bourse du carbone) ?

      Notre ennemi commun n’est-il pas la corruption ?

    • Normand dit :

      Oups, j’ai voulu faire un clin d’oeil😉 et j’ai fait un bonhomme sourire ! Précision pour ne pas être interprété comme un manque de respect ?

    • G. H. Larouche dit :

      Monsieur ou madame Youppi,

      Je constate que vous décidé de mettre des majuscules au début de vos phrases, et cela est tout à votre honneur.
      Je comprend que la première partie de vos commentaires s’adresse à M. Duberger. Mais cela m’a titillé et je vais y revenir ci-dessous.

      Je veux d’abord régler mes différents linguistiques avec vous. Oui j’ai critiqué la forme de vos commentaires, à savoir l’absence de majuscules au début de vos phrases. Parce que cela m’agaçait, mais aussi parce que vous m’avez tendu la perche, en me faisant valoir le sérieux de vos propos.

      Et non je ne vous ai pas fait de reproches concernant la forme de vos propos dans nos premiers échanges. Je vous ai plutôt fait remarquer que vous attaquiez le messager plutôt que le message, comme très souvent le font les gens à court d’arguments.

      Vous me retournez ma question : Devrions-nous cesser de faire bouillir de l’eau ? En disant que c’est à moi d’y répondre. En vertu de quel principe? Je l’ignore. Mais bon. Je vais tout de même élaborer là dessus, même si considère que la réponse que j’ai déjà fournie, était relativement complète.

      Devrions-nous cesser de faire bouillir de l’eau ? Le réponse à cette question ne peut évidemment qu’être subjective. Puisque, comme vous l’avez souligné, la notion d’utilité du geste peut bien sûr justifier de la faire. Mais tentons, d’analyser la chose de la manière la plus objective possible.

      La vapeur d’eau est un GES. C’est même le GES le plus abondant sur notre planète. L’atmosphère contient d’énormes quantité des vapeurs d’eau. Le fait de se faire un thé, ne contribue certes pas à augmenter significativement la quantité de vapeurs d’eau dans l’atmosphères. Admettons même que toute l’eau que l’ensemble de l’humanité peut faire bouillir, ne contribue pas à faire augmenter significativement la quantité de vapeur d’eau dans l’atmosphère, parce que bien sûr l’atmosphère finit se saturer en vapeur d’eau, et il pleut, ce qui évidemment fait baisser la teneur en eau de l’atmosphère.

      Cependant, l’énergie utilisée pour faire bouillir tout cette eau, indépendamment de l’origine de cette énergie, contribue à augmenter la température de l’atmosphère. Or plus la température de l’atmosphère (voire l’air) est élevée, plus grande est la capacité de l’air de retenir de l’eau sous forme de vapeurs. De sorte que, en augmentant la température de l’air, on augmente la quantité de vapeur d’eau dans l’air, et donc les GES, avant que l’air ne se sature en eau, et qu’il pleuve.

      Donc, faire bouillir de l’eau contribue à augmenter les GES de l’atmosphère. Et dans la mesure où l’on considère que faire augmenter les GES de l’air constitue une sérieuse menace pour l’environnement. Oui nous devrions cesser de faire bouillir de l’eau!

      Voilà pour le thé.

      Je vous réitère maintenant ma question… Vous nous avec dit que : « Dans le cas des hydrocarbures on sait que ce n’est pas marginale comme effet sur le RCA… »

      Vous savez ça? Et bien si vous la savez, ça devrait vous être facile de nous l’expliquer. Je vous écoute… parce que moi je ne le sais pas.

      Si je dois subir économiquement les conséquences des décisions qui seront prises en rapport à la réponse à cette question. J’aimerais bien qu’on m’en convainque. Parce qu’actuellement pour moi, ce ne sont que des fumisteries (jeu de mots ici).

       » Sinon je ferai le constat que tout ce qui vous intéresse dans la question du RCA c’est des trucs reliés à la théorie de la conspiration. Pour moi c’est une perte de temps total ce sujet de la conspiration… » Bien que la conspiration a le mérite d’expliquer bien des choses en rapport avec le dogme du RCA, je ne suis pas encore près à soutenir à fond cette thèse. Il m’appert cependant que oui, il y aurait des soupçons de conspiration dans toute cette histoire. Puisque si non, comment expliquer que l’on ne puisse pas nous expliquer de façon convaincante le RCA.

      Connaissez-vous l’effet Coriolis? C’est ce qui fait entre autre, en sorte que l’eau qui s’écoule librement d’un lavabo se met à tourner. Ado, je m’étais posé la question, et y avait trouvé le réponse, sans savoir, qu’un dénommé Coriolis avait déjà donné la réponse à cette question, et y avait même donné son nom. Depuis, je me dit, même dans mes moments de déprime, que je ne dois pas être aussi con que ça. Vous le croyez? Je ne demande qu’à être convaincu.

      Vous dites : « Pour moi le principe de précaution est pour les gens responsables c’est loin d’être une excuse de lâche. » Mais le problème est qu’il sert justement à excuser (déresponsabiliser) les « gens responsables » qui de ce fait ne le sont plus.

      Vous dites : « Croissance n’est pas synonyme de prospérité loin de là. Le meilleur exemple : Le cancer. » Wow! Je ne l’ai pas compris sur le coup, cet exemple là. Parce que encore une fois, cela dépend du point de vue. La croissance d’un cancer constitue certes de la prospérité pour le cancer.

      Vous dites : « Non la prospérité c’est faire preuve d’intelligence dans l’utilisation des ressources, d’équilibre pour assurer un développement durable. » Cette description que vous donné de la prospérité ne correspond pas à celles des dictionnaires que je consulte.

      Prospérité (Le Robert) :

      1. État heureux, situation favorable d’une personne quant au physique (➙ bien-être, santé), à la fortune (➙ fortune, richesse, succès) et aux agréments qui en découlent (➙ bonheur, félicité). « Édouard connut les effets d’une grande prospérité matérielle et morale » (Duhamel). Jaloux de la prospérité d’autrui.
      ◆ Plur., vx ou littér. Moments, états de prospérité, jours heureux, fortunés. « Les états médiocres sont aussi éloignés des grandes prospérités que des grandes infortunes » (Rivarol).

      2. État d’abondance, augmentation des richesses (d’une collectivité, d’une entreprise), et spécialt Progrès dans le domaine économique. Prospérité nationale. Époque de prospérité et de culture. La prospérité d’une firme, d’une ville, d’un pays. Affaires, économie, industrie en pleine prospérité. ➙ activité, développement, essor. « Pendant les périodes de prospérité les grandes entreprises écrasent les petites » (Chardonne).

      Ce qui s’approche le plus de la description que vous donnez de la prospérité, s’appelle dans Le Robert : la rationalisation.

      Rationalisation (Le Robert) :
      ■ Action de rationaliser; son résultat.
      ▫ Organisation d’une activité, à partir d’une étude scientifique, afin d’adapter efficacement les moyens aux objectifs poursuivis. Rationalisation des tâches, du travail. Rationalisation de la production. ➙ ordonnancement, planning.
      ▫ (1967) Fin. Rationalisation des choix budgétaires : ensemble des procédures de calcul économique utilisées en finance publique pour optimiser les dépenses publiques.

      ◆ Psychan. Justification consciente et rationnelle d’une conduite inspirée par des motivations inconscientes.

      Vous confondez donc prospérité et relativisation.

      Et par coïncidence sûrement, le relativisation est la responsabilité des décideurs (dits gens responsables), qui ne sont pas responsables parce que se sont les principes du précautionisme qui le sont pour eux, au bout du compte. Et il n’y aura donc jamais de responsables, en tout les cas, pas parmi eux.

      Si vous étiez « une » youppi plutôt qu’un youppi, je dirais que votre jupon dépasse. Mais bon, pour un youppi disons que ce sont vos tatous.

      Rationaliser! Décider de la part et du mérite des autres, sans être responsable de nos décisions, et ni même qu’on puisse être accusés de conspiration. Ce doit être grisant pour les décideurs.

      Et je vais terminer sur note linguistique Eh oui! Encore. Etes-vous un youppi, ou est-ce votre surnom (pseudonyme). Parce que si s’est votre pseudonyme, il devrait, à mon avis, prendre une majuscule au début, comme je l’ai d’ailleurs écrit au début de ces commentaires.

      Au plaisir de vous lire… Pour m’expliquer pourquoi, vous savez que : « Dans le cas des hydrocarbures on sait que ce n’est pas marginale comme effet sur le RCA… ». Et en espérant que, votre réponse ne sera pas en substance : Que c’est parce que le GIEC l’affirme d’abondance, ou que c’est trop compliqué à comprendre pour un petit con comme moi.

      Bien à vous…

      • G. H. Larouche dit :

        Oups! À deux reprises dans mon commentaire ci-dessus, j’ai parlé de relativisation, alors qu’on aurait plutôt du y lire : rationalisation. Je m’en excuse profondément.🙂 Quoique, la relativisation comme la pondération, sont à mon avis des processus inhérents à la rationalisation.

      • Monsieur Larouche, votre réponse concise😉 que vous faite à Youppi est des plus intéressante et je vous remercie. Je me suis amusé comme un petit fou de la lire. Il est vrai que Youppi est un bon débatteur mais j’ai aussi de difficulté à le suivre. J’aimerais connaître ses motivations réelle…, a t’il vraiment peur du réchauffement de la planète provoqué par nous les humains ? Je n’ai pas les connaissance de Monsieur Du Berger ni des vôtre Monsieur Larouche, mais celle que j’ai me pousse à me poser la question :  »La planète se réchauffe depuis la fin de la dernière grande glaciation, plus de 20 000 ans, et les hommes ne faisaient pas bouillir d’eau » ! De plus, pour continuer la logique, l’homme est une bête qui appartient à la Nature donc ce qu’il fait est  »Naturel » !!!!! Vous voyez Youppi…, ces questions simple doivent être répondu dans le contexte de la climatologie, n’est-ce pas ? Comme dirait Claude Blanchard…, Ca fa que ??????????????

      • Normand dit :

        M. Larouche, je vous cite : «Il m’appert cependant que oui, il y aurait des soupçons de conspiration dans toute cette histoire.»

        Je crois que le bout de texte suivant est révélateur :

        ———————————————————————

        « One of the fathers of Germany’s modern green movement, Professor Dr. Fritz Vahrenholt, a social democrat and green activist, decided to author a climate science SKEPTICAL book together with geologist/paleontologist Dr. Sebastian Lüning.

        Vahrenholt’s skepticism started when he was asked to review an IPCC report on renewable energy. He found HUNDREDS of errors. When he pointed them out, IPCC officials simply brushed them aside. Stunned, he asked himself, “Is this the way they approached the climate assessment reports?”

        Vahrenholt decided to do some digging. His colleague Dr. Lüning also gave him a copy of Andrew Montford’s « The Hockey Stick Illusion ». He was horrified by the sloppiness and deception he found.»

        ———————————————————————

        Selon moi, cette histoire est représentative de ce que vivent beaucoup de scientifiques sincères et convaincus qui étaient influencés, à tort, par des rapports « orientés » et aux conclusions prédéfinies qu’ils ne se donnaient pas la peine, généralement, de vérifier… Il leur en a fallu du temps à ces « sommités » pour prendre connaissance des infos sur le « hockey stick » que des millions de citoyens avaient déjà consulté dans leur démarche vers le côté sombre (Darth Sceptik)…🙂

        Si ce n’étaient que de simples erreurs, ce serait parfois à l’avantage, parfois au désavantage de la théorie soutenue. Puisque le « tripotage » est TOUJOURS orienté dans le même sens, ÇA NE PEUT ÊTRE LE HASARD !

        Stephen McIntyre en particulier et bien d’autres ont réussis, à plusieurs reprises, à étaler au grand jour de « malencontreuses erreurs » et à faire reculer ces monstres institutionnels.

        De combien de « malencontreuses erreurs » prouvées ou de « Climategate » a-t-on besoin avant d’admettre qu’un problème de corruption majeur est présent à des postes clés à l’IPCC et dans ses organismes satellites ? Pour ma part, ça fait longtemps que le compte y est !

      • youppi dit :

        M. Larouche:
        Vous m’en donner plus que je demandais. De plus je n’ai pas le goût de jouer la game de la sémantique et je n’ai pas le temps non plus. Bien d’autres choses à faire.

        Bien plus important pour moi de discuter de moyens pour faire du développement durable. Personnellement j’ai de gros doutes que toute l’industrie des hydrocarbures se rapproche de ce concept. Mais bon c’est mon point de vue.

        «  » »Si vous étiez « une » youppi plutôt qu’un youppi, je dirais que votre jupon dépasse. Mais bon, pour un youppi disons que ce sont vos tatous. «  »

        ???? ça rapport à quoi par rapport à la discussion ??????

        revenons au sujet qui m’intéresse..

        juste deux questions pour répondre à votre questionnement sur l’impact des hydrocarbures sur le CO2 atmosphérique :

        1) Qu’est-ce qui fait que depuis 800 000 ans le taux de CO2 atmosphérique se situe entre environ 200 et 300 ppm et que depuis 100 ans il passe de 280 à près de 400 ppm ?
        à part l’industrialisation et l’utilisation des hydrocarbures je ne vois pas ???

        2) Qu’est-ce qui fait que la température a prise une tendance à la hausse depuis 50 ou 100 ans ? alors qu’elle a peu varié depuis 1000, 2000 ou même 11 000 ans (étude lu récemment.. je peux retrouvé la source si vous voulez). L’optimum médiéval et le petit âge glaciaire : phénomène local et reconstructions plus âgées que les dernières études paléoclimatologiques qui ont des méthodes plus raffinées et globales. Il y a un certain Lamb qui a parlé de l’Optimum médiéval en 1960… si mon information est bonne. Sa reconstruction était basée sur des données de l’Angleterre seulement.

        En passant je n’ai pas vos problèmes d’allergie par rapport au GIEC, sa création, son message, etc.. car il y a abondance de recherche scientifique indépendante de cité dans les AR4, AR5. Mann quand il a publié en 1998 n’était pas connu, ce n’était pas commandité sa publication, je ne crois pas.

        L’utilisation des hydrocarbures représenterait 6 Gt par an et ça n’aurait pas d’impact ni sur les GES et ni sur la qualité de l’air ? il y a quand même des composés secondaires d’émis pendant la combustion du pétrole ou du charbon ?

        Au niveau mondiale il y a augmentation de la production animale, de l’utilisation des engrais chimiques (énergie du pétrole) depuis 100 ans, je ne vous apprend rien.

        Je ne vous apprendrai rien par rapport à la population mondiale non plus et son évolution, depuis 100, 200 ou 2000 ans ? vous ne faites pas de lien ?

        Ah oui combien d’études aujourd’hui vont dans le même sens que celles de Mann (98, 2005 et 2009)?

        Il y a autres choses à lire que des blogues.

        Pour l’effet Coriollis oui j’étais au courant: appris au cégep ou à l’université mais on s’éloigne du sujet principal. Assez pour ce soir.

      • Normand dit :

        À Youppi,

        1. L’IPCC confirme que malgré la hausse du CO2, le réchauffement prédit est introuvable…

        2. Vous citez : « optimum médiéval et le petit âge glaciaire : phénomène local… »

        http://www.co2science.org/data/mwp/studies/l1_kyotojapan.php

        Des échantillons que Michael Mann a décidé d’ignorer…

        http://notrickszone.com/2012/06/17/hockey-stick-was-refuted-before-its-fabrication-study-ignored-ipcc-and-mann-took-world-on-a-10-year-joyride/

        3. Pour relativiser le CO2 dans l’atmosphère, voir le vidéo qui suit.

      • Normand dit :

        De plus, est-ce que nos innovations technologiques peuvent nous permettre de réduire notre empreinte écologique ?

        L’Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique a fait une campagne en 2009 : « Les vieux bazous de 1995 et moins ne tiennent plus la route sur le plan environnemental. Ils polluent 19 fois plus que les véhicules fabriqués depuis 2004. »…

        Donc, la pollution des véhicules automobiles avait déjà été réduite ÉNORMÉMENT il y a 10 ans (entre 1995 et 2004) ?

        lien : http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/environnement/200905/13/01-856240-troquez-votre-vieille-bagnole-contre-6-mois-dautobus-pour-2.php

        Ne devrait-on pas se réjouir de vivre de un monde où la capacité d’innovation technologique a contribué à réduire la pollution des véhicules automobiles à une partie négligeable depuis le protocole de Kyoto, de l’aveu même d’un groupe d’environnementalistes ?

        Autre exemple: Que dire de la campagne de Pub qui a fait polémique en Grande Bretagne en présentant un homme qui ne réussisait pas à se suicider en reliant le pot d’échappement à l’habitacle de son véhicule Hyundai ix35.

        lien : http://www.stuff.co.nz/motoring/videos/8600808/Hyundai-apologises-for-suicide-ad

        Est-ce que ces progrès technologiques remarquables ont transpirés de quelque façon que ce soit dans le discours des « environnementalistes » depuis les 20 dernières années ?

        NON !

        Dans ce schème de pensée orienté vers un monde divisé entre « Bons/Méchants », « Nous/Eux », « Croyants/Hérétiques », l’automobiliste devra toujours être coupable, payer et alimenter le système, peu importe ce qui sort du pot d’échappement !

        Même si l’environnementaliste qui fait la leçon roule en Porsche à 275 km/h !

      • Normand dit :

        Il parait aussi que les modèles informatiques et le muselage scientifique n’impressionnes pas beaucoup le soleil…

  32. Professeur, l’humour est une marque d’équilibre mentale😉

  33. G. H. Larouche dit :

    Les homo sapiens seraient sur terre depuis environ 200 000 ans. Ils ont donc dû voir passer quelques glaciations. Et ma foi se faire de bons petits thés de temps en temps, histoire de se réchauffer, en discutant bien sûr du prochain réchauffement climatique, dont ils auraient bien voulus être responsables (i.e. rendre anthropique).;)

  34. G. H. Larouche dit :

    Monsieur Duberger,

    Je suis en train de réentendre l’entrevue de Patrick Bonin avec Sylvain Bouchard. Puis-je le commenter dans le cadre de ce blogue?

    • Reynald Du Berger dit :

      allez-y!… mais ne soyez pas trop féroce…http://www.radioego.com/ego/listen/15116

      • G. H. Larouche dit :

        J’ai changé d’idée. Je ne commenterai pas les hérésies scientifiques de Bonin. On ne frappe pas un malheureux à terre et agonisant. J’ai comme une sympathie pour lui.

        Ce gars a fait un bac en administration des affaires, et ensuite une maîtrise en environnement? Est-ce à dire que pour faire une maîtrise en environnement, un diplôme en sciences n’est pas requis?

    • Normand dit :

      M. Bonin affirmait à plusieurs reprises (le refrain habituel) que les sceptiques étaient de plus en plus isolés…

      Il est amusant de constater que le très actif site Pro Réchauffement « Getting skeptical about global warming skepticism » crée sans cesse de nouvelles pages pour démolir les individus qui publient de nouvelles parutions (ex: http://www.skepticalscience.com/fritz-vahrenholt-duped-on-climate-change.html )…

      … mais ils ne mettent plus à jour leur page listant le « nombre restreint » de ceux qu’ils accusent de faire de la désinformation : http://www.skepticalscience.com/misinformers.php

    • Normand dit :

      D’ailleurs, c’est la première fois que je remarques sur ce site le rectangle rouge en haut à droite… selon ces grands scientifiques (John Cook et Dana Nuccitelli), notre atmosphère accumule une chaleur équivalente à 4 Bombes Atomiques à CHAQUE SECONDE depuis 1998… on est rendu à la chaleur de plus de 2 milliards de bombes et ça pête à vue d’oeil…
      … et selon eux TOUT ÇA POURRAIT SE CACHER DANS L’OCÉAN !!!

      Plus besoin de faire cuire les homards… on va les cueillir déjà rouges à la surface très bientôt !🙂

    • Normand dit :

      M. Bonin a aussi répété à plusieurs reprises qu’il voulait avoir des arguments sérieux… pas des affaires de sceptiques.🙂

      On va tester le sens logique de SON camp !

      Sur le site skepticalscience.com (encore), leur bible pour expliquer le manque d’esprit scientifique des sceptiques, observer le thermomètre dans la colonne de gauche qui répertorie les « Climate Myths » véhiculés par les sceptiques…

      Numéro 9 : « It hasn’t warmed since 1998 »

      Est-ce bien ce graphique qui était dans le dernier rapport de l’IPCC ??? !!! http://wattsupwiththat.files.wordpress.com/2014/01/clip_image016.jpg

      BREAKING NEWS POUR M. BONIN, L’IPCC SONT DEVENUS DES SCEPTIQUES !

      M. Bonin va se sentir vraiment TRÈS isolé …

  35. Jean-François dit :

    Quelques références pour les dangereux qui se tiennent ici et qui ne veulent pas changer leur mode de vie et tombent dans les théories de la conspiration:

    http://www.smithsonianmag.com/science-nature/six-things-we-learned-about-our-changing-climate-in-2013-180948073/

    http://www.skepticalscience.com/global-warming-scientific-consensus-intermediate.htm

    http://climate.nasa.gov/scientific-consensus

    Quelle est votre motivation? Et il n’y a pas que les changements climatiques, réduire la pollution atmosphérique, la pollution de l’eau et la perte de biodiversité sont tous des raisons valables pour faire des efforts environnementaux!

    • Normand dit :

      Bonjour Jean-François,

      Si la mise à jour de faussetés et exagérations est « dangeureux », alors je veux bien être dangeureux.

      Tant qu’à y être, vous pourriez aussi ajouter ce monsieur : http://www.dailymail.co.uk/news/article-2134092/Gaia-scientist-James-Lovelock-I-alarmist-climate-change.html

      Pour ce qui est du CONSENSUS… c’est aussi vrai que les armes de destruction massive en Irak, les millions de cadavres de la H1N1 ou le bug de l’an 2000… dans notre monde, on a le choix de vérifier les « versions officielles » et confronter nos certitudes, ou non, pour augmenter nos chances de voir le monde tel qu’il est… l’habilité à identifier les contradictions au fur et à mesure qu’elles apparaissent peut s’avèrer utile.

      Pour ce qui est de la motivation, j’opterais pour laisser les scientifiques « développer des théories, expérimenter et valider les résultats » sans pression politique. L’admission par l’IPCC de l’absence de réchauffement depuis 1998 n’est pas banal… sans compter qu’ils en ont profité pour réviser à la baisse leur prédiction la moins pessimiste pour conserver une certaine crédibilité.

      Et pour ce qui est de la morale sur la pollution, l’eau, la biodiversité… que connaissez-vous de nous ?

      Personnellement, j’ai été travailler à pieds pour 90% de ma carrière, je vais faire une petite épicerie en marchant à tous les jours (moyenne 1h30), j’ai planté environ 400 arbres il y a quelques années, je suis estomaqué de constater à quel point les gens jettent tout (je réussis à réparer environ 80/90% des objets qui flanchent y compris les appareils électroménagers), mon bac bleu est 4 fois plus rempli que mon bac vert, j’aime les animaux et les ballades à la campagne et ma consommation d’eau doit ressembler à la vôtre.

      Dans le domaine du climat, un sceptique c’est quelqu’un qui est convaincu que la théorie du réchauffement catastrophique causé par le CO2 (ajouté par la civilisation humaine) est erronnée… pleins d’autres enjeux environnementaux sont réels.

      Le problème c’est que la plupart de ceux qui croient à la théorie du réchauffement catastrophique se perçoivent comme « LES » environnementalistes, s’enferment dans un monde « NOUS/les gentils », « EUX/les méchants » et transforment la science environnementale en un « Package deal »… en dehors du réchauffement, point de salut.

      Selon moi, les « dogmes » sont infiniment plus dangeureux:

      • Jean-François dit :

        D’accord, c’est vrai que je ne sais rien de vous. Désolé pour ce point.

        Vu votre conscience pour l’environnement, qu’est-ce que ça vous donne de justement entretenir la grande noirceur en combattant le travail des scientifiques. Le problème actuel n’est pas scientifique, c’est que le message des scientifiques n’est plus écouté et l’opinion de monsieur/madame tout le monde sur n’importe quel blogue a autant de poids, et la science manque drôlement en politique. Pourquoi tenez-vous tant à ne pas faire la corrélation entre le Co2 dans l’atmosphère et les changements climatiques. Parce que vous êtes genés du rôle joué par l’homme? Je ne comprends sincèrement pas.

        Et je vais laisser les scientifiques répondrent :

        http://grist.org/series/skeptics/

        Et arrêtons de regarder des articles du Daily Mail pour s’intéresser uniquement aux articles revus par les pairs :

        http://grist.org/climate-energy/this-chart-makes-it-painfully-obvious-that-climate-deniers-are-ridiculous/

      • Reynald Du Berger dit :

        « revu par les pairs » … et « la science dit que…  » je vous promets un billet là-dessus…

    • Normand dit :

      Rebonjour Jean-François,

      « Les scientifiques » ???

      Des centaines de conférences et débats sur le sujet sont disponibles sur le Web… incluant des sceptiques qui portent des titres comme « NASA’s Medal for Exceptional Scientific Achievement », « American Meteorological Society’s Special Award, « Fellow of the American Meteorological Society », etc…

      En 1931, un livre intitulé « 100 Authors Against Einstein » a été publié… Einstein répondit, si les arguments sont solides, un seul aurait suffit.

      Il est pour le moins étonnant que Stephen McIntyre, tout seul, ait réussit à faire retirer des « études » qui avait pourtant été soumises au « Peer Review ».

      « pourquoi ne pas accepter la corrélation entre le Co2 dans l’atmosphère et les changements climatiques » ?
      La plupart des scientifiques s’entendent que le Co2 a un potentiel de GES… ce qui les différencie est l’ampleur du phénomène.
      Fondant mon opinion sur des exposés scientifiques TRÈS articulés, je crois que les sauts d’humeurs du soleil (et des phénomèenes ponctuels comme le volcanisme) expliquent beaucoup mieux les variations climatiques actuelles et passées… et il m’apparait beaucoup plus plausible que la « stabilité » du climat pré-industrielle, à laquelle on veut nous faire croire, est un mythe.

      Je vous invite à prendre connaissance d’un document daté de 1922 « Monthly Weather Review » de la National Oceanic and Atmospheric Administration : http://docs.lib.noaa.gov/rescue/mwr/050/mwr-050-11-0589a.pdf
      On y relate la fonte des glaces dans l’arctique qui crée des passages…

      « Et arrêtons de regarder des articles du Daily Mail »… Vous n’avez qu’à googoler « james lovelock apologizes » et choisir parmi les centaines de médias qui ont repris la nouvelle celui qui vous rendra confortable.

    • Normand dit :

      Parmi les théories plausibles expliquant les changements climatiques sur le long terme, on pourrait aussi ajouter les « cycles de milankovitch » ou le passage dans les bras de la Galaxie de Nir Shaviv… et bien d’autres !

  36. G. H. Larouche dit :

    À monsieur Youppi,

    Vous dites ne pas avoir le temps de jouer la game de la sémantique, et vous en avez d’ailleurs fait une preuve éloquente.
    La sémantique c’est le sens des mots, et en science le sens des mots est déterminant, on ne peut plus important . Puisque la science c’est la recherche de la vérité, et si on se fout du sens des mots en science, et bien la vérité va foutre le camp avec.

    Je vous ai expliqué que vous aviez confondu « prospérité » et « rationalisation », et donc que pour vous : prospérité = rationalisation.

    J’aurais pu vous croire, comme un naïf enfant d’école, et demeurer dans le champ durant une bonne partie de ma vie, avant de réaliser qu’un youppi m’avait à quelque part induit en erreur pendant tout ce temps.

    Mais je ne vous ai pas cru, et vous ai montré les définitions dans le dictionnaire. Et vous me rétorquez maintenant que vous vous foutez de la sémantique. Que pour vous : prospérité et rationalisation.

    Mais tant qu’a y être : CO2, NH2 et H2O c’est la même chose; augmentation et diminution c’est la même chose; rechauffement et refroidissement, la même chose, etc…

    Vous dites donc n’importe quoi. Et ce qu’il y a de bien, c’est que vous avez toujours raison, puisque la sémantique c’est pour les autres, pas pour vous.

    Vous ne connaissiez peut-être pas l’expression : « Votre jupon dépasse ». Je vous en accorde le bénéfice du doute. L’expression signifie somme toute, que les convictions d’une personne paraissent malgré ses efforts de les cacher.

    Et ça été votre cas cette fois ci. Oser affirmer que la « rationalisation » c’est la prospérité. C’est faux, grossier et irrespectueux. D’autant que la rationalisation suppose qu’un quelconque youppi quelque part, qui se fout de la sémantique, va prendre le contrôle de la « rationalisation ». J’en frémis rien qu’à y penser.

    Vous avez cette fois confondu : sémantique avec linguistique. Que vous vous foutiez de la linguistique, peut toujours passer, mais, de la sémantique, ça ne passera pas.

    Pour nos prochains échanges, me permettrez vous de me foutre de la sémantique? Si oui, cela donnera des choses comme suit: Possible = certain; quelques-uns = tous; oui = non parfois; etc…

    Je vous reviens, bientôt pour la suite…

  37. G. H. Larouche dit :

    À Jean-François,

    Mes motivations à moi, sont la recherche de la vérité (la science). Et je suis convaincu que ce sont les mêmes que celles de Monsieur Duberger.

    Vous dites que « la science manque drôlement en politique ». Et je suis entièrement d’accord.

    Mais ce n’est pas là qu’est le problème. Le problème serait plutôt, qu’il y a trop de politique en science.

    L’ONU est un organisme politique, qui a éprouvé le besoin de justifier ses intentions, par l’intermédiaire de scientifiques, voire par la science.

    Et voilà ! Cela a donné le merdier que vous avez souligné : « le message des scientifiques n’est plus écouté et l’opinion de monsieur/madame tout le monde sur n’importe quel blogue a autant de poids ». La vérité est en somme, que ces scientifiques ce sont discrédités, parce qu’ils ne sont pas parvenus à prouver ce qu’ils avancent. Et je ne pense pas, que ce sont des cons à plein temps. Je pense plutôt que si leur message ne passent pas, c’est peut-être parce qu’il est faux.

    Les compagnies pétrolières ont certes de grands-moyens financiers. Mais croyez-vous un instant qu’ils vont embaucher des scientifiques en contrepreuve. Et pensez-vous sérieusement qu’un scientifique va s’engager publiquement pour les compagnies pétrolières, et scrapper sa réputation à vie? Non.
    Il sera beaucoup plus sage pour un scientifique d’offrir ses services aux bras de l’ONU, c’est-à-dire au GIEC. Car de cette façon, il ne courra pas la risque de scrapper sa carrière.

    C’est un conflit d’intérêt évident. Pourquoi refusez-vous de le voir, ou plutôt, pourquoi cela ne soulèvent-ils pas de doute dans votre esprit?

    Car une fois que toute cette histoire sera terminée. Que la poussière aura retombée. Il n’y aura pas de Nuremberg (procès pour crime contre l’humanité). Et si des questions leurs sont posés, tous plaiderons « l’erreur de bonne foi ». Comme c’est d’ailleurs devenu à la mode, notamment depuis le scandale du H1N1.

  38. Jean-François dit :

    La revue par les pairs et les journaux scientifiques, ce n’est pas toujours la panacée, il y a toujours des revues de moindre qualité, des erreurs, mais au total, ça reste par là que la science est diffusée!

    Pourquoi dans votre camp, le moindre contre-exemple est valide, alors que dès que vous voyez un article de mauvaise qualité, une personne qui se rétracte, c’est suffisant pour tout démolir? Il n’y a pas de certitude absolue, mais je me demande ce que ça vous prendra, vous ne croirez jamais, vous trouverez toujours qu’il faut attendre, qu’il manque de données, que les modèles sont pas bons. Vaut mieux avoir raison en général qu’avoir précisément tord.

    http://www.slate.com/blogs/bad_astronomy/2014/01/14/climate_change_another_study_shows_they_don_t_publish_actual_papers.html

    • Normand dit :

      À Jean-François, et à tous les écologistes sincères et convaincus,

      Dans le dossier des émissions de Co2, aux États-Unis seulement, une taxe de 100$ par tonne, selon les évaluations, rapporterait plus de 700 MILLIARDS $ par année à ceux qui contrôleront le système. Comme se plaisent à le rappeler les présidents qui se succèdent, « The time for debate is over »…

      L’argent n’a pas d’odeur… et, selon moi, ceux qui savent comment en faire BEAUCOUP n’ont aucun scrupule a endosser un costume vert si ça sert leurs intérêts. Je les soupçonnent de rire dans leur barbe à chaque fois que des accusations de collusion avec les Cie pétrolières sont portées contre les sceptiques.

      Je le répètes, vous ne trouvez pas suspect que l’Institution politique IPCC(GIEC) fournisse les « arguments scientifiques » aux solutions des politiciens qui sont l’imposition d’une taxe sur le carbone et la vente du permis de polluer (bourse du carbone).

      Pouvez-vous seulement écouter les arguments scientifiques des Lindzen, Christie, Spencer, Michael, Soon et Baliunas, Moerner, Carter, Shaviv, Svensmark, etc… juste pour vous assurer que vous n’avez pas été berné ?

      Pour ce qui est du « Peer-Review », voici un autre point de vue… 16 minutes de votre vie qui pourrait ajouter à des informations importantes à notre éternel combat de confrontation de nos certitudes ;

      • G. H. Larouche dit :

        Monsieur Normand,

        Ce vidéo est fantastique. Cependant, êtes vous sûr qu’il est approprié sur ce blog? Il est en anglais.

        Etes-vous sûr que tous les « warming believers » fréquentant ce blog, sont assez à l’aise en anglais pour en comprendre pleinement le sens. J’en doute fort.

        Et comme nous le rappelait ici, à juste raison M. Chabot, Il n’y a pas de plus sourds ou plus aveugles, que ceux qui ne veulent pas entendre ou voir (respectivement). Et plus j’en entend, plus je suis convaincu de la conspiration.

        Au plaisir de vous lire…

      • Normand dit :

        Bonjour M. Larouche,

        Les Réchauffistes et les Sceptiques doivent comprendre l’anglais dans une proportion semblable… j’imagines. De toute façon, si on élimines la documentation anglaise, il ne nous restera plus beaucoup d’arguments.

        En fait, l’allusion à l’Eugénisme est la seule chose qui me déranges dans ce documentaire (une quinzaine de secondes) parce que c’est une allusion qui n’est pas prouvée et que je préfères rester dans ce qui est démontrable. Par contre, les témoignages scientifiques, le climategate, le contrôle du processus du « peer reviewing » (ou l’apparence de) sont fort intéressants.

    • Normand dit :

      Est-ce que ça pourrait être aussi simple que… on a rien à produire, on ne fait qu’encaisser l’argent ? http://www.naturalnews.com/040890_greenhouses_carbon_dioxide_generators_plant_growth.html

  39. G. H. Larouche dit :

    Il y a cette espèce de clown de l’espèce de ces youppi(s), qui sont en quelque sorte, est à mon avis, une nouvelle espèce d’hommes. Youppi, représentant de son espèce des youppi(s) sur ce blog, parlerais au nom de son espèce. Ce qu’il y a d’intéressant concernant les gens de leur espèce, c’est qu’ils n’auraient pas à respecter la sémantique (le sens des mots).

    i youppi man tsé yur far out of this wurl i gree wit u

  40. Jean-François dit :

    OK j’arrête ici…je n’ai pas assez de temps et nous resterons semble-t-il chacun sur nos positions.

    Mais pourquoi s’entêter à combattre…même si la part de l’homme dans l’augmentation critique de la concentration de Co2 dans l’atmosphère n’est pas si grande (c’est faux et ça deviendra critique dans le prochain siècle), il n’y a pas de bonne raison à s’opposer au mode de vie actuelle. On brûle de précieuses chaînes de carbone qui ont pris des millions d’années à se former, que l’on ne parvient pas à reproduire synthétiquement, pour se chauffer et faire avancer des voitures et gaspiller des ressources de tout genre avec la puissance énergétique que ça nous procure. Tout ça avec une ressource épuisable, non-renouvelable alors que les alternatives renouvelables existent, se développent et polluent beaucoup moins, démolissent moins le territoire, causent moins de problèmes de santé et nous permettront de conserver les hydrocarbures pour certaines applications spécifiques. Car il faudra de toute façon en venir là à plutôt court terme, alors pourquoi s’y opposer juste pour dire que l’homme n’a rien à voir là-dedans et prendre le risque de provoquer des changements irrévocables auxquels il coûtera beaucoup plus cher de s’adapter que de le faire maintenant pour un coût moindre.

    Bonne chance, en espérant que vos petits enfants auront un monde dont d’autres auront pris soin.

    • Normand dit :

      Bonjour Jean-François,

      Ce sera pour ma part aussi ma dernière intervention dans notre discussion…

      Un exemple : Des lubies nous ont amené à investir dans les éoliennes (très déficitaires) alors que nous sommes au royaume de l’hydro électricité et que l’on a des surplus… Mes(nos) petits enfants devront rembourser la dette qui découle de ces décisions politiques basées sur des dogmes.

      Les dogmes ne doivent pas avoir préséance sur la réalité car alors, collectivement, on s’enfonces !

      La science environnemntale doit être basée sur la réalité et la réalité nous dit que l’on observes pas de réchauffement depuis 1998…

      Donc on se doit maintenant d’écouter le point de vue des scientifiques qui nous avaient prédit pourquoi, selon eux, l »équation « plus de Co2 = réchauffement catastrophique » est fausse.

      Si on se laisse taxer pour des MILLIARDS de dollars pour un faux problème, on doit tenir compte de l’équation suivante :

      TAXER = DETTE = REMBOURSER = TRAVAILLER = SE DÉPLACER = POLLUER

      Je voterais contre ces hyper taxes pour travailler quelques jours de moins, rester chez moi et planter des arbres.

      Notre différent concerne le Co2… pas la protection de la planète.

  41. youppi dit :

    J’ai bien l’impression que G.H. Larousse (Larouche…excusez pour le jeu de mots🙂 me confond avec quelqu’un d’autre, parce que je ne vous comprends plus du tout. Vous me mettez des mots ou des réflexions que je n’ai jamais prononcer ou faites ! Normand utilise la même stratégie et c’est encore plus nébuleux sa réflexion.

    Inutile serait pour moi de tenter de répondre à chacun de vos points tellement vous vous éparpiller sur tout plein de sujet et que vous faites un débat personnelle.

    Je vous recommande les lectures suivantes;

    http://bravenewclimate.com/2008/08/31/so-just-who-does-climate-science/

    http://crioux.wordpress.com/2013/12/21/de-plus-en-plus-froid/#comment-13934

    il y a parfois des circonstances ou c’est préférable de se taire et laisser braire… beeee

    • G. H. Larouche dit :

      Cher Youppi, bonjour!

      Pouvez me rappeler les endroits où je vous ai attribué des mots ou des réflexions que vous n’avez jamais prononcer ou faites?

      Après nous avoir gratifié d’une très belle phrase empreinte d’une grande sagesse (mais sans majuscule) : « il y a parfois des circonstances ou c’est préférable de se taire et laisser braire… » vous avez bêlé : « beeee ». Oui! Bêlé comme un mouton, et non pas brait comme un âne. Ce qui confirme, encore une fois que vous vous foutez totalement de la sémantique (i.e. du sens des mots). Le respect de la sémantique c’est pour les autres, pas pour vous. Mais bon, passons…

      Vous n’avez toujours pas répondu à la question, je vous la réitère :

      Vous nous avez dit que : « Dans le cas des hydrocarbures on sait que ce n’est pas marginale comme effet sur le RCA… »

      Eh bien si vous le savez, auriez-vous l’amabilité de nous l’expliquer dans des termes qui respectent le sens des mot?
      Ça devrait être facile pour vous puisque vous le savez.

      Pour ma part, je ne le sais pas, je ne le comprends pas et je suis sincère quand je dis ça.

      Mais comme je vous l’ai déjà laissé entendre, je n’accepte pas les preuves du genre, untel l’a dit, donc c’est vrai.

      Au plaisir de vous lire, répondre à cette seule et unique question. Après tout, c’est aux tenants du RCA qu’incombe le fardeau de défendre cette théorie. Vous voudriez que l’on réduise les émissions de GES, à grands frais et sans aucune preuve concrète, au risque de causer un génocide, et en dépit du fait que depuis 16 ans le RC a cessé.

      Vous aurez un sérieux brin de preuves à fournir pour me convaincre, M. Youppi.

      Rappelez qu’une des récentes lubies des écolos était la promotion de l’éthanol comme carburant automobile. Cela a conduit les producteurs de céréales, à dédier leur production à la fabrication de biocarburants, ce qui est beaucoup plus payant que pour l’alimentation. Le résultat : Plus de surplus de céréales pour les pays pauvres, la famine… un génocide.

      Ne pourrait-on pas y penser à deux fois, la prochaine fois?

      • youppi dit :

        Simplement:

        Les hydrocarbures (combustibles fossiles) dégagent pendant leurs combustions, de la chaleur, du CO2, des composés intermédiaires (CO par exemple néfaste pour la santé) et H20 aussi. L’utilisation des combustibles fossiles est en hausse (charbon, gaz de schiste, pétroles, etc…) est en hausse exponentielle voir figure ci joint

        les bilans CO2 montrent que l’augmentation du CO2 atmosphérique vient principalement de l’utilisation (combustion) des combustibles fossiles. Donc d’origine anthropique.

        le site de Manicore l’explique de manière beaucoup plus détaillée que moi.

        En terminant avez vous pensez que l’extraction et la combustion de combustibles fossiles ont aussi des impacts négatifs (certains les chiffres en milliards de $ sur la santé et l’environnement (restauration de site: On a qu’à pensé à la fuite dans le gulf du mexique ou encore les fuites des gazs de schiste au USA en cours d’exploitation à la fermeture d’un puit) ?

        C’est malheureux pour vous et moi, mais je pense que si on utilise un produit (pétrole), mais on devrait payer pour toutes les externalités (impact sur l’environnement) relié à son utilisation pour avoir un développement durable et prospère (je sais que vous n’avez pas la même définition de la prospérité🙂 ).

        Finalement vous m’avez traité de ‘clown’ et je ne trouve pas cela acceptable.. mais au moins je sais faire la différence entre un dessin et un graphique moi !

  42. G. H. Larouche dit :

    À Youppi,
    Vous vous surnommez vous-même du nom d’un clown, mais vous trouvez qu’il est inacceptable de vous qualifier de clown. Peut-être devriez- vous changer de surnom?

    Comme un clown, vous dites n’importe quoi en déformant et en vous foutant du sens des mots. Peut-être devriez-vous respecter le sens des mots, pour éviter de faire qualifier de clown?

    Je n’ai pas de définition à moi pour la prospérité. J’utilise celles des dictionnaires.

    Votre définition à vous de la prospérité, je me répète, est celle du mot « rationalisation » dans les dictionnaires. Je comprends que vous l’ayez remplacer par le mot prospérité (même dans votre subconscient ), parce que cela est synonyme d’abondance, tout le contraire du mot rationalisation est synonyme de privation, rationnement, restriction. Des mots que les gens n’aiment jamais entendre.

    Je me répète, vos tatous dépassent. Vous auriez le mot rationnement de tatouer sur le cœur, que je n’en serais pas étonné du tout. Rationnement… Comme dans : rationnement de l’essence.

    Les graphiques que vous avez présentés sont intéressants et crédibles. Ils ne semblent pas avoir été tripotés dans le but d’abuser de la confiance des gens.

    Je remarque que :

    1. Le premier graphique se termine en l’an 2000. Est-ce que ça 14 ans à colliger ce genre d’information;
    2. Les deux autres n’ont pas d’unités sur des ordonnées. Parle-t-on là de grammes, de tonnes, de giga tonnes, etc..

    C’est souvent comme ça avec les graphiques climatocatastrophiques. Il manque de l’information qui peut sembler anodine à priori, mais qui au bout du compte est essentielle.

    Mais bref passons.

    En quoi ces 3 graphiques ont-ils rapport avec l’explication que je vous ai demandé respectueusement, à savoir que : « Dans le cas des hydrocarbures on sait que ce n’est pas raisonmarginale comme effet sur le RCA… »

    Où est-il question du RCA dans ces graphiques? Il est question des émissions de carbone et CO2, un point c’est tout.

    Et puisque le RCG a cessé depuis maintenant 16 ans (1998), de l’admission même du GIEC, et que nous n’avons à ce je sache cesser de cracher du carbone dans l’air durant cette période, ne pourrait-il pas y avoir une autre raison pour expliquer les changements climatiques?

    Pour ma part, le soleil m’appairait un meilleur suspect que le carbone.

    Concernant le graphique (dessin) du GIEC dans la montagne de glace, je soutiens qu’il s’agit du plus clair des trois, il est même transparent. Son interprétation est selon moi la suivante. Le GIEC est en froid avec la terre depuis que celle-ci ne semble plus vouloir adhérer à son modèle informatique qui leur a pourtant coûté une fortune.

    Le fait que la cause du GIEC soit noble, juste et légitime, laissons lui le bénéfice du doute, ne le justifie nullement de mentir, et ou tripoter les données pour soutenir leurs mensonges. Il ne faudrait pas que la science finisse par s’avérer comme la politique, où il semble que les desseins (;)) peuvent légitimement justifier les moyens.

    Puis il se tût.

  43. youppi dit :

    à G.H. Larouche

    Vous semblez faire une fixation sur mon surnom🙂, mais ce n’est pas mon problème. Au lieu de vous attarder sur le fond, vous ne regardez que la forme. C’est votre choix. Moi je préfère regarder les fondements.

    Je parle de développement durable et vous de prospérité économique à court terme….

    Sur le sujet du RCA je viens compléter mon intervention.

    Premièrement est-ce on s’entend que la température est en hausse depuis 50 ans et que les émissions de CO2 et autres GES sont aussi en hausses ?

    Est-ce qu’on s’entend que le CO2 est un GES ? et qu’une fois émis dans l’atmosphère il reste longtemps là (contrairement à la vapeur d’eau qui retombe rapidement, 1 à 2 semaines vs des années pour le CO2, CH4 (les six GES qu’on veut contrôler)).

    troisièmement, je suis du même avis que le site suivant :
    http://berkeleyearth.org/summary-of-findings

    Human Effect
    Many of the changes in land-surface temperature can be explained by a combination of volcanoes and a proxy for human greenhouse gas emissions. Solar variation does not seem to impact the temperature trend.

    vous dites: Et puisque le RCG a cessé depuis maintenant 16 ans (1998), de l’admission même du GIEC, et que nous n’avons à ce je sache cesser de cracher du carbone dans l’air durant cette période, ne pourrait-il pas y avoir une autre raison pour expliquer les changements climatiques?

    R: le fameux 1998 des climatoseptiques. C’est comme une fixation chez eux ! commencer par regarder les donnés de température de 1997 et 1999. Ensuite sachez que la température atmosphérique n’est qu’une des variables de l’évolution de la chaleur accumulée par le RCA. Le gain de chaleur de l’atmosphère est minime par rapport à celui des océans, de la fonte des glaciers. Regardez cela sur une échelle de plus de 20, 30 ans car il y a des phénomènes de courant marins (ENSO) qui peuvent empêcher de voir le phénomène du RCA dans sa globalité. Si vous ne regardez que l’inclinaison des marches (10 – 15 ans, période récente) vous ne verrez pas que l’escalier monte (50, 100, 150 ans)

    vous dites : Pour ma part, le soleil m’appairait un meilleur suspect que le carbone.

    R: La plupart des chercheurs dans le domaine s’entende pour dire que les variations solaires n’ont qu’un effet minime (10-11 %) sur la variation de la température atmosphérique.

    vous dites : Concernant le graphique (dessin) du GIEC dans la montagne de glace, je soutiens qu’il s’agit du plus clair des trois, il est même transparent. Son interprétation est selon moi la suivante. Le GIEC est en froid avec la terre depuis que celle-ci ne semble plus vouloir adhérer à son modèle informatique qui leur a pourtant coûté une fortune.

    R: Mais est-ce si difficile à comprendre que je n’ai jamais référé à ce ‘dessin’, cette caricature ? rien à cirer de cette image qui ne sert qu’à provoquer !

    Le premier ‘graphique’ que je mentionnais : c’est celui-ci. C’est totalement incompréhensible en plus.
    Un graphique c’est un graphique. et une image c’est une image🙂

  44. G. H. Larouche dit :

    Ça va être mon dernier commentaire sur le tripotage des données dans ce blogue. Croyez-moi, il y a des choses beaucoup plus excitantes que de tripoter de données, par exemple : tripoter des nénés (<= blague douteuse et tentative de jeu de mots ici).

    Je vais faire amende honorable. Oui, je sais qu'il y a une différence en une caricature et un graphique paramétrique. Mais la différence n'est pas si grande que ça. Une caricature, comme un graphique paramétrique, est une représentation graphique d'un phénomène qu'il soit physique ou non. Mais bon! C'était une blague pour tenter de détendre voire refroidir l'atmosphère (<= tentative de jeu de mots ici). C'était même sûrement une mauvaise blague, comme le sont toutes celles qui ne sont pas comprises instantanément. Vous semblez ne pas l'avoir comprise…

    Je ne vais pas essayer de vous convaincre que LIRCAC c'est de la foutaise (L'Imminence d'un Réchauffement Climatique Anthropique Catastrophique). Vous avez LIRCAC de tatoué sur le cœur. Ça vous tuerait qu'on vous l'arrache. Il semble s'agir d'une de vos croyances les plus sincères. Contre les croyances, la science n'a pas encore de remède. Ce genre de cas est encore relayé aux exorcistes.

    Je vous avais pourtant mis en garde à l'effet que les arguments du genre : "Untel le dit, donc c'est vrai", ne peuvent en aucune façon servir de preuve à conviction, en tous cas pas en sciences. Il faut savoir distinguer croyance et connaissance.

    Par exemple, le fait que je pense que mon voisin ne soit rien de moins qu'un génie, ne constitue nullement une preuve que ce soit vrai. Je le crois, il s'agit d'une de mes croyances. Ce n'est pas un fait avéré, une vérité (en tout cas pas que je sache).

    Vous nous dites, tout court, être du même avis qu'un tel site internet. Ce qui revient à dire : "Untel le dit, donc c'est vrai." Je vous le répète, cela ne peut pas être considéré comme une preuve scientifique.

    Le réchauffement de l'atmosphère a cessé depuis maintenant 16 ans (1998), de l’admission même du GIEC. Oui, il s'agit d'une fixation, mais pas seulement une fixation des climato-septiques, il s'agit d'une fixation de la température de l'atmosphère de la terre. Qualifieriez-vous le GIEC de climato-septique?

    Je vous renvoie à ce commentaire de Normand, 14 janvier 2014 à 10:09, dans cet échange :
    C'est le graphique qui est dans le dernier rapport du GIEC :

    http://wattsupwiththat.files.wordpress.com/2014/01/clip_image016.jpg "

    Qu'est-ce qu'il montre ce graphique? Il montre que la terre est atteinte d'un fixation calorifique depuis 16 ans. Et ceci, n'est pas une croyance, c'est un fait. Pour autant que l'on puisse encore faire confiance au GIEC, de ne pas avoir tripoté les données (ce qui serait étonnant dans ce cas). Mais bon oui! C'est devenu une fixation mentale pour les climato-sceptiques.

    La situation se résume donc à ceci. La concentration de CO2 dans l'atmosphère n'a pas cessé d'augmenter, mais la température moyenne du globe a cessé d'augmenter. Les prédictions de réchauffement du GIEC ne se sont pas avérées, et leurs modèles sont donc faux.

    Il y a d'autres facteurs qui influencent le climat!
    C'est ce que n'ont jamais cessé de dire les climato-sceptiques, contrairement aux réchauffistes qui n'ont misé pratiquement, que sur les GES pour expliquer le RC.

    Vous nous dites maintenant :
    "Sachez que la température atmosphérique n’est qu’une des variables de l’évolution de la chaleur accumulée par le RCA. Le gain de chaleur de l’atmosphère est minime par rapport à celui des océans, de la fonte des glaciers."

    Je suis bouche bée!

    La température de l'atmosphère est, et a toujours été une des principales mesures du phénomène, à savoir les données (mesures) qui confirment que les changements climatiques existent.

    La température n'est pas une variable de l'équation, c'est son résultat.
    Dans l'équation fictive suivante (de mon crue) : TA = f(GES, Sole, Volc, Cosm, etc…), signifie que la température de l'atmosphère TA, serait une fonction f() des variables suivantes : la teneur en GES de l'atmosphère (GES); la chaleur du soleil (Sole) ; l'activité des volcans (Volc); l'irradiation du cosmos (Cosm), etc (etc)…

    Ce que le GIEC tente en somme de faire, c'est de prédire l'évolution de la température de l'atmosphère, à partir de la valeur des variables actuellement connues comme ayant une influence sur le climat.

    En science, il ne faut jamais confondre les causes avec leurs conséquences. Dans le dossier du RC, je pense que le GIEC, comme vous, confondez les causes et les conséquences.

    Nous revoilà donc à la case départ.

    Je ne crois pas à LIRCAC. Vous y croyez!

    Je pense même, que dans votre cas ce soit un syndrome traumatique sévère. Puisque, non seulement vous dites y croire, mais vous affirmez le savoir, dixit : "Dans le cas des hydrocarbures on sait que ce n’est pas marginale comme effet sur le RCA…"

    La balle est toujours dans votre camp, le fardeau de la preuve vous incombe toujours. Bonne chance!

    Quant à moi, jamais je n'accepterez que l'équation suivante s'avère : TA = f(GIEC.).
    Ou en d'autres mots, que ce soit le GIEC qui établisse la température de la terre, en fonction de de ses desseins (<= tentative douteuse de jeu de mots ici). 😉

    Serions-nous déjà rendus à l'ère de la "géo-ingénierie"?
    On dote la terre d'un système de géo-climatisation central, et la température de l'atmosphère devient alors, une des variables du système. Bingo !

    Puis il se tût.

    • youppi dit :

      Vous dites : ‘Je vais faire amende honorable. Oui, je sais qu’il y a une différence en une caricature et un graphique paramétrique. Mais la différence n’est pas si grande que ça.

      R: Vous m’avez tant de remontrance sur la sémantique et l’importance des mots en science et puis tout à coup vous affirmez qu’il n’y a pas beaucoup de différence entre un dessin caricaturale et un graphique : mon commentaire vous me jetez par terre !!

      Pour le reste qui suit ce n’est pas fort dans le débat :
      ‘Une caricature, comme un graphique paramétrique, est une représentation graphique d’un phénomène qu’il soit physique ou non. Mais bon! C’était une blague pour tenter de détendre voire refroidir l’atmosphère (<= tentative de jeu de mots ici). C'était même sûrement une mauvaise blague, comme le sont toutes celles qui ne sont pas comprises instantanément. Vous semblez ne pas l'avoir comprise…

      Je ne vais pas essayer de vous convaincre que LIRCAC c'est de la foutaise (L'Imminence d'un Réchauffement Climatique Anthropique Catastrophique). Vous avez LIRCAC de tatoué sur le cœur. Ça vous tuerait qu'on vous l'arrache. Il semble s'agir d'une de vos croyances les plus sincères. Contre les croyances, la science n'a pas encore de remède. Ce genre de cas est encore relayé aux exorcistes.

      R: projection ou incompréhension des faits que j'ai amené ?

      Je vous avais pourtant mis en garde à l'effet que les arguments du genre : "Untel le dit, donc c'est vrai", ne peuvent en aucune façon servir de preuve à conviction, en tous cas pas en sciences. Il faut savoir distinguer croyance et connaissance.

      le site Best que je vous ai référé ce n'est pas un site de blogue et d'opinion. C'est une équipe de l'Université Berkerley qui ont étudié l'évolution des températures atmosphériques. Ils ont constitué la plus grande base de données de température en fonction du temps (39 000 stations météorologiques). Ensuite ils ont étudiés différentes corrélations pour établir l'importance du lien entre augmentation du CO2 et Température atmosphérique. Ils ont publiés leurs bases de données, leurs méthodes et leurs résultats. J'ai moi même téléchargé leurs bases de donnés et faits différents graphiques pour comprendre l'effet '1998' (année super El Nino) et constater qu'en prenant une année de départ 1998 avec une valeur haute on pouvait établir des corrélations faussées par ce point de départ.

      Cette prochaine affirmation est fausse : 'Le réchauffement de l'atmosphère a cessé depuis maintenant 16 ans (1998)'

      Qualifieriez-vous le GIEC de climato-septique?

      R: vous m'avez dit que ce type d'argument ce n'était pas un argument valable … alors je n'entre pas dans ce jeux !!! mais vous oui…. voir la suite

      Je vous renvoie à ce commentaire de Normand, 14 janvier 2014 à 10:09, dans cet échange :
      C'est le graphique qui est dans le dernier rapport du GIEC :
      http://wattsupwiththat.files.wordpress.com/2014/01/clip_image016.jpg "
      Qu'est-ce qu'il montre ce graphique? Il montre que la terre est atteinte d'un fixation calorifique depuis 16 ans. Et ceci, n'est pas une croyance, c'est un fait. Pour autant que l'on puisse encore faire confiance au GIEC, de ne pas avoir tripoté les données (ce qui serait étonnant dans ce cas). Mais bon oui! C'est devenu une fixation mentale pour les climato-sceptiques.

      Et en faisant cela vous oubliez , volontairement ou pas' que la majeur partie de la chaleur qui s'accumule par le RCA est dans les océans (90 %). Pour moi c'est du cherry picking comme le graphique de Wattupwiththat pour la période 1998-2013.

      La situation se résume donc à ceci. La concentration de CO2 dans l'atmosphère n'a pas cessé d'augmenter, mais la température moyenne du globe a cessé d'augmenter. Les prédictions de réchauffement du GIEC ne se sont pas avérées, et leurs modèles sont donc faux.

      Pour moi : le dernier commentaire est un genre de raisonnement d'un élève du secondaire🙂.

      Il y a d'autres facteurs qui influencent le climat!
      C'est ce que n'ont jamais cessé de dire les climato-sceptiques, contrairement aux réchauffistes qui n'ont misé pratiquement, que sur les GES pour expliquer le RC.
      Vous nous dites maintenant :
      "Sachez que la température atmosphérique n’est qu’une des variables de l’évolution de la chaleur accumulée par le RCA. Le gain de chaleur de l’atmosphère est minime par rapport à celui des océans, de la fonte des glaciers."

      Je suis bouche bée!

      Et bien faites vos lectures !

      La température de l'atmosphère est, et a toujours été une des principales mesures du phénomène, à savoir les données (mesures) qui confirment que les changements climatiques existent.
      La température n'est pas une variable de l'équation, c'est son résultat.

      R: au moins je suis d'accord avec cela avec votre dernier affirmation mais en mettant la nuance que c'est température de l'atmosphère et des océans qu'il faut tenir compte pour dire qu'il y arrêt du réchauffement.

      Dans l'équation fictive suivante (de mon crue) : TA = f(GES, Sole, Volc, Cosm, etc…), signifie que la température de l'atmosphère TA, serait une fonction f() des variables suivantes : la teneur en GES de l'atmosphère (GES); la chaleur du soleil (Sole) ; l'activité des volcans (Volc); l'irradiation du cosmos (Cosm), etc (etc)…

      Q: la chaleur du soleil ??? c'est quoi cela ? ça se mesure en quoi ? en BTU ? vous voulez dire l'Irradiance solaire j'imagine (L'intensité du rayonnement solaire). L'activité des volcans: une autre variable bizarre !!

      R: pour votre opinion du GIEC on arrivera jamais à un consensus partie comme c'est cela..

      Je ne crois pas à LIRCAC. Vous y croyez!

      montrez moi sur quels arguments je suis dans le domaine de la croyance. Moi je dit que c'est la tactique préférée des climatoseptiques votre dernier argument, statistique à l'appui de vous et autres climatoseptiques.

      Je pense même, que dans votre cas ce soit un syndrome traumatique sévère. Puisque, non seulement vous dites y croire, mais vous affirmez le savoir, dixit : "Dans le cas des hydrocarbures on sait que ce n’est pas marginale comme effet sur le RCA…"

      La balle est toujours dans votre camp, le fardeau de la preuve vous incombe toujours. Bonne chance!

      R: Absolument pas. le débat ce n'est pas mes arguments contre les vôtres. Il y a tant d'académies scientifiques qui se sont prononcés pour le RCA, ce n'est pas juste une position politique du GIEC.

      comme dernier point je vous dirais que température et réchauffement ne sont pas nécessairement synonyme. Peut-être qu'actuellement (ces dernières années) on ait juste comme au printemps pendant la fonte de la neige accumulée en hiver, mais pourtant ça se réchauffe et bientôt on sera comme en été . Cela est ma croyance, pas un fait scientifique. Dans le domaine de la recherche dans le domaine du climat il y a beaucoup de zone grise et ce n'est pas facile à comprendre.

      à G.H. Larouche Si je suis trop directe, je m'en excuse. j'argumente sur les écrits et je suis toujours prêt à répliquer sur les failles que je constate des climatoseptiques qui mêle trop, selon moi, politique et science. C'est mon point de vue.

  45. Jean-François dit :

    Je vous suggère un excellent documentaire de vulgarisation, Chasing Ice.

    • Reynald Du Berger dit :

      merci jean-François, je vais tenter de le voir, mais ne vous promets pas de commentaires. Je suggère plutot des soirées d information ouvertes au public où des citoyens scientifiques présenteraient leurs points de vues divergeants… avec projection de films des 2 cotés de la médaille… qu’en dites vous?

  46. G. H. Larouche dit :

    M. Duberger,
    Je sais que j’ai dit que mon précédent commentaire serait mon dernier sur le tripotage des données. Et bien j’ai changé d’idée. Après tout, il n’y a que les fous et les polito-écologistes qui ne changent jamais d’idées.
    Je n’ai tout simplement pas pu m’empêcher de répondre. Mais je ne saurais vous dire pourquoi, vous en jugerez.
    Il me prendrait des heures à démontrer les nombreuses failles des raisonnements de notre ami youppi. Aussi, je ne vais pas tenter de le faire. Je ne vais pas m’adresser à lui dans le présent commentaire ci-dessous, parce que je me suis rendu compte que cela affectait mon niveau de langage.
    Je vais tenter d’être bref :
    • Je lui avais dit que les arguments du genre : Untel l’a dit, donc c’est vrai, ne sont pas acceptable. Mais il nous revient avec l’opinion d’une équipe de Berkeley, qu’il fait sienne entièrement.
    • Je lui mentionne que le GIEC a publié le graphique démontrant que la température du globe a cessé d’augmenter, et donc que ça doit être des données non-biaisées (en faveur des climato-sceptique), et il me répond qu’il n’embarque pas là-dedans, parce que je lui ai dit que : ce type d’argument n’est pas un argument. Il me perd. Le graphique en question n’est pas un argument, c’est un graphique des données du GIEC.
    • Il me dit que le graphique en question est du « cherry picking ». Ce n’en est pas. Puisque l’expression signifie : « Choisir ses cerises », i.e. choisir les données que l’on veut. Or le GIEC ne peut plus se permettre de sélectionner les données qui lui plaisent. Puisqu’il commence à être très contesté depuis que le climat de terre ne répond plus à leurs modèles.
    • Je lui explique que le GIEC a eu tout faux concernant leurs prédictions : que malgré le fait que la concentration du CO2 n’a pas cessé d’augmenter depuis 1998, la température du globe a cessé d’augmenter (statistiquement).
    Il me répond que ce genre de raisonnement est digne d’un élève du secondaire.
    • Je lui argue qu’il y a d’autres facteurs qui influencent le climat, que le GIEC ne considère manifestement pas.
    • Il me répond que la « température atmosphérique » n’est qu’une des nombreuse variables de l’évolution de la chaleur accumulée par le RCA » C’est quoi ça? La température moyenne de l’atmosphère terrestre, ce n’est pas ça le climat?
    • Et il en ajoute en me disant de faire mes lectures.
    • Il y a maintenant que le gain de chaleur que l’on n’observait dans l’atmosphère terrestre depuis au moins 1975, n’est plus observable depuis environ 1998. Cela parce que la chaleur va s’accumuler dans les profondeurs des océans, suivant un processus (de pertes de chaleurs) que l’on avait jamais soupçonné jusqu’à maintenant, et qui n’était pas prédominant avant 1998.
    • Un processus de pertes de chaleurs, qui de surcroit un des principes thermodynamique fondamentaux concernant les transferts de la chaleur, selon lequel la chaleur se dissipe du chaud vers le froid.
    • La majeure partie de la chaleur qui s’accumule par le RCA est dans les océans (90 %). Même le GIEC n’a pas données pour appuyer ça?
    Leur raisonnement semble être le suivant : Puisqu’il nous manque de la chaleur dans l’air pour appuyer nos modèles, c’est donc que nous avons des pertes de chaleurs. Et cette chaleur doit donc s’évacuer quelque part, et pourquoi pas dans les océans, par quelques phénomènes encore inconnus et même insoupçonnés jusqu’à présent.
    Ne serait-ce pas plus simple de penser que cette chaleur n’existe pas?

    • Mais il est d’accord avec moi, à l’effet que la température de l’atmosphère (et des océans) est, et a toujours été une des principales mesures du phénomène, à savoir les données (mesures) qui confirment que les changements climatiques existent.
    Vous y comprenez quelque chose vous? Alors qu’il nous déclamait juste auparavant que la température de l’air (et des océans) n’était qu’une des nombreuses variables de l’évolution de la chaleur….
    • Il poursuit, il me pose des questions alors que lui demande des réponses: « Q: la chaleur du soleil ??? c’est quoi cela ? ça se mesure en quoi ? en BTU ?
    R : La chaleur (l’énergie) du soleil (étoile centrale du système solaire la plus proche de la terre) peut s’exprimer en BTU (British Thermal Units). Mais elle est plus couramment exprimée en Joule ou en Newton.mètre (N.m), comme toute les formes d’énergie, de travail ou de quantité de chaleur.

    • « vous voulez dire l’Irradiance solaire j’imagine (L’intensité du rayonnement solaire). L’activité des volcans: une autre variable bizarre !! »

    Non… je voulais dire la chaleur du soleil!

    « R: Absolument pas. le débat ce n’est pas mes arguments contre les vôtres. Il y a tant d’académies scientifiques qui se sont prononcés pour le RCA, ce n’est pas juste une position politique du GIEC.
    Et il revient avec ça : Beaucoup de gens l’ont dit, donc c’est sûrement vrai. Il y encore les créationnistes qui croient que notre univers a été créé en 7 jours. Les croyez-vous?
    • Je voulais juste qu’il me dise comment il savait que « Dans le cas des hydrocarbures on sait que ce n’est pas marginale comme effet sur le RCA… »?. Mais il a éludé (escamoté, esquivé) la question (en nous renvoyant au site de l’Université de Berkeley), une question qui est pourtant si simple à répondre…

    • Et bien je vais répondre pour lui :

    Nous savons que les hydrocarbures n’ont pas un effet marginal sur le RCA, parce l’homme (l’anthrope) est la seule espèce animale à brûler des combustibles fossiles à base d’hydrocarbures. Connaissons-nous d’autres espèces animales se chauffant au bois, à l’huile, au gaz?
    Par définition donc, puisqu’il est question du RCA : Réchauffement Climatique Anthropique, c’est-à-dire, le réchauffement climatique causé par les activités humaines, la combustion des hydrocarbures ne doit certes pas être marginale comme effet sur le RCA.

    Vous voyez la réponse à la question, n’était pas si compliquée que ça.

    Quant aux effets de la combustion des hydrocarbures sur le réchauffement climatique terrestre tout court (RCT TC), c’est une histoire qui reste à voir?

    • M. Duberger! Vous saviez vous, que « température et réchauffement ne sont pas nécessairement synonyme. », dixit youppi? Et moi je pensais que ça n’a jamais été des synonymes. Comme par exemple : prospérité et rationalisation, ne sont pas synonyme! Quel con j’ai pu être…

    • Et il termine avec :
    « Peut-être qu’actuellement (ces dernières années) on ait juste comme au printemps pendant la fonte de la neige accumulée en hiver, mais pourtant ça se réchauffe et bientôt on sera comme en été. »

    « Cela est ma croyance, pas un fait scientifique. Dans le domaine de la recherche dans le domaine du climat il y a beaucoup de zone grise et ce n’est pas facile à comprendre. »

    Eureka!
    Je vais moi aussi y aller de mes croyances. Je crois qu’actuellement sur la terre, il co-existe trois sous-espèces d’homo sapiens :
    1. Les homo « pene » sapiens : Les hommes « presque » sages et en voie de le devenir;
    2. Les homo sapiens sapiens : Les hommes qui se pensent sages; et
    3. Les homo ex sapiens : Les hommes qui ont cessé d’être sages.
    Le problème c’est qu’un individu en particulier, ne peut pas savoir à quelle sous-espèce, il appartient.
    Un autre problème, c’est que les homo sapiens, comme les autres animaux, sont condamnés à respirer de l’air pour survivre, et ce faisant émettre du gaz carbonique qui est un gaz à effet de serres, essentiel pour les plantes, mais méprisés par les homo ex sapiens qui le considèrent comme un polluant voire même un poison.
    Je ne veux pas trop m’avancer sur le sujet, parce que je ne m’y connais pas trop. Mais bon, il parait que l’apparition des homo sapiens dateraient d’environ 200 000 ans, mais que la sous espèce des homo ex sapiens serait beaucoup plus récente, et coïnciderait à peu près avec l’apparition des premières grandes religions. Ces religions qui n’ont jamais hésité à mentir, pour promouvoir leur «juste » cause, la seule selon chacune d’elles, respectivement, en substituant leurs croyances au gros bon sens.
    Puis il se tût.

    • youppi dit :

      à GHL : commentaire : Mais qu’est-ce que vous êtes loquace quand vous prétendez être bref.

      Qu’est-ce que vous avez à dire sur la science du RCA ? …Vous me répondez comme un juriste…ou bien vous posez des questions mais vous avec déjà la réponse, votre réponse.

      Vous aimez jouer avec les mots les concepts de toutes évidences, mais ça avance à quoi avec vous, je ne vous suis pas vraiment.
      Je veux juste dire que le RC est principalement du RCA selon ma compréhension. Le A (L’origine anthropique) est parce que l’humanité utilise des hydrocarbures, les brûlent.

      Moi je vais être bref en vous recommandant de lire les liens suivants (excusez pour les liens anglophones, je n’ai pu trouver mieux).

      http://www.realclimate.org/index.php/archives/2014/02/new-climate-science-moocs/

      avec des formations très intéressantes à la fin du billet.

      De plus quelques cours en thermodynamique ou en transferts de chaleurs vous serait fort utile. Ça vous permettrait de comprendre un peu plus le rôle des océans sur le climat.
      juste une observations comme cela. Pourquoi le température de l’air à Québec en hiver est plus basse qu’au Iles de la Madeleine (qui est juste un peu plus au Nord que la Ville de Québec) ? Eh bien c’est parce que les IDM sont entourées d’eau. Niez l’impact des océans sur l’évolution du RC ou du RCA, c’est oubliez l’essentiel.

      Je reviens sur la chaleur du soleil, car c’est fondamentale de comprendre cela.
      La chaleur du soleil n’a pas vraiment d’importance car le soleil irradie dans toute les directions et c’est seulement une très faible partie de ces rayons qui touchent la terre. Habituellement on mesure la chaleur par une élévation de la température (delta T) ainsi que la masse du corps qui se fait réchauffer. Jamais on mesure la chaleur ou l’énergie directement en BTU, ou en joule c’est pour cela que je suis surpris que vous reveniez là dessus.

      Jamais je ne cesserai de croire au GBS. Jamais je ne me laisserai traité ou catégorisé comme vous le faites à mon endroit.

      À mes yeux, vous perdez de plus en plus de crédibilité en disant : Puis il se tut.

    • youppi dit :

      Pourquoi j’ai renvoyé au site BEST. R: parce qu’une équipe de spécialiste a étudié la question et fournie une réponse plus approfondie, beaucoup plus que je n’aurai jamais la possibilité de le faire. Pas parce que je me suis défilé. Ils ont établie un lien entre évolution de la température atmosphérique et CO2. C’est juste normale de citer ces sources et de référer à des études faits par d’autres. Mais vous M. Larouche vous voyez cela comme du défilement. Est-ce que vous avez cette fois pris le temps de lire l’information du site BEST ?

      Informations de bases à savoir quand on discute du RCA.
      70 % de la surface de la terre est couverte de plans d’eau (océans, lacs, etc..).
      Les océans représentes 90 % de la masse thermique du système climatique.
      L’eau est beaucoup plus conducteur que l’atmosphère ou le sol.

      Selon certains auteurs 2013 devancent 1998 pour la température de l’atmosphère. et 1998 arriverait au 7e rang. Alors soyez sérieux avec votre 1998.
      voir :
      http://www.realclimate.org/index.php/archives/2014/01/global-temperature-2013/

      En passant : Excusez pour mes fautes de frappes.

      • Reynald Du Berger dit :

        Youppi, vous dites « Les océans représentes 90 % de la masse thermique du système climatique. » d’où sortez-vous ça? et qu’appelez-vous « masse thermique »? 85% des volcans sont sous la mer. Combien de milliards de tonnes de CO2/an mettent-elles en solutioon dans les eaux du fond? Plus l’eau est froide et à haute pression, plus elle peut contenir de CO2 en solution. Quelle proportion de ces milliers de milliards de tonne de CO2 atteint la surface par brassage et quelle proportion passe dans l’atmosphère?

  47. Normand dit :

    Bonjour M. Larouche,

    Dans l’optique d’ouverture d’esprit au « tripotage de données » je vous invite à évaluer si les 3 points suivants sont cohérents.

    1.
    Le Climategate à confirmé que Phil Jones du Climate Research Unit de l’Université d’East Anglia (CRU fournisseur de données au GIEC) a envoyé à Michael Mann, Raymond Bradley, et Malcolm Hughes (dont 2 sont à l’origine du fameux « Hockey Stick ») le courriel suivant ;

    « Dear Ray, Mike and Malcolm,
    … I’ve just completed Mike’s Nature trick of adding in the real temps
    to each series for the last 20 years (ie from 1981 onwards) amd from
    1961 for Keith’s to hide the decline… »

    2.
    Le Climategate a aussi confirmé que le code suivant (fudge factor) a été produit :

    « ; Apply a VERY ARTIFICAL correction for decline!!
    yrloc=[1400,findgen(19)*5.+1904]
    valadj=[0.,0.,0.,0.,0.,-0.1,-0.25,-0.3,0.,-0.1,0.3,0.8,1.2,1.7,2.5,2.6,2.6,2.6,2.6,2.6]*0.75 ; fudge factor
    if n_elements(yrloc) ne n_elements(valadj) then message,’Oooops!’
    yearlyadj=interpol(valadj,yrloc,timey) »

    Le résultat d’un tel code est d’abaisser les températures passées et augmenter les températures récentes pour produire des graphiques ascendants.

    3.
    Si vous avez la patience d’écouter l’entièreté de cet excellent exposé (1h30) du Dr Don Easterbrook, Professeur Emérite de Géologie, votre conviction du tripotage de données aux plus hauts niveaux ne pourra qu’augmenter (prêtez particulièrement attention à ce qu’il explique vers 26:30)… !

    • G. H. Larouche dit :

      Salut Normand,

      Après Chasing Ice!? Non merci. En tous cas pas pour ce soir.

      Le tripotage des données scientifiques et le journalisme, n’est-ce pas en somme la même chose?

      Je retiens ce que je veux, des données et des arguments, pour convaincre de ce que je pense. Un point, c’est deux.

      Mais… je vais sûrement le regarder éventuellement.😉

    • G. H. Larouche dit :

      Resalut Normand,

      Le premier point ci-dessus, me semble relativement clair. Et il est quant à moi très surprenant de lire de telles tournures de phrases si celles-ci ne veulent pas dire ce qu’elles semblent vouloir dire.

      J’y comprend :

      « … Je viens de compléter le truc Nature de Mike d’additionner aux températures réelles de chaque série des 20 dernières années (ie de 1981 en montant) « l’amd » de 1961, pour que Keith dissimule le déclin »

      L’anglais n’est pas ma langue maternelle, mais bon c’est ça.

      J’aimerais bien savoir ce que veut dire « amd » dans cet échange.

      La suite…

  48. G. H. Larouche dit :

    M. Duberger,

    J’ai pris grand plaisir à regarder le film Chasing Ice. Les images sont fantastiques, probablement à couper le souffle pour la majorité des personnes (mais pas pour moi, mais c’est une autre histoire).

    Je me suis abonné à Netflix, juste pour le visionner.

    Ce n’est pas un documentaire, dixit le dictionnaire :

    Documentaire : « film didactique, présentant des documents authentiques, non élaborés pour l’occasion (opposé à film de fiction). Documentaire sur la faune sous-marine. »

    Est-ce que ça vous donne une idée de comment, l’esprit de « Jean François » (JF) a pu être contaminé à ce point?

    Un gars qui, j’en suis sur est très brillant, peut-être même un génie (comme mon père, je pense).

    Si j’avais un conseil à donner à JF, Ce serait d’essayer d’apprendre ce qu’est un esprit libre.

    Puis il se tût.

    • Jean-François dit :

      Bonjour, tout d’abord laissez-moi revenir sur Chasing Ice, heureux que quelqu’un « de votre camp » ait pris le temps de le visionner. On peut s’entendre sur documentaire, j’aurais peut-être pu dire que c’était un pamphlet, un film d’aventure, un reportage, un « making of », peu m’importe vraiment. J’ai pour ma part adoré ce film, tout d’abord comme vous le dites des images à couper le souffle, des photos et des vidéos exceptionnels. C’est ce que j’ai aimé dans ce film, le travail de terrain, les difficultés techniques et humaines, l’ingéniosité et la débrouillardise pour arriver à monter un reportage de cet ampleur dans des climats hostiles pendant que nous « perdons notre temps » sur des blogues🙂 Après, évidemment qu’il y a en toile de fond les changements climatiques. Et ce photographe a choisi de montrer les plus puissantes images qu’il pouvait trouver, l’une des choses que le grand public peut comprendre pour réaliser l’ampleur des perturbations en cours.

      Évidemment, on ne s’entend plus ici. D’ailleurs je m’interroge à savoir pourquoi je persiste à écrire sur ce genre de site…Pour ma part, il ne fait aucun doute que les changements climatiques sont réels et qu’ils sont d’abord dus aux activités humaines. La communauté scientifique s’accorde là-dessus, bien sûr que la modélisation reste à peaufiner, bien sûr qu’elle fera des erreurs, mais les grandes tendances et concepts sont bien saisis, on en est plutôt à trouver les moyens pour changer cela et s’adapter. Or, malheureusement, le fardeau de la preuve pour vous reposera toujours sur ceux qui prétendent qu’il y a des changements climatiques et rien ne vous satisfera jamais, vous pointez toujours la petite faille qui n’a rien à voir avec le big picture, ou vous amenez des arguments ridicules et ésotériques. La tristesse du 21e siècle, où les médias sociaux et les blogs de particulier sur internet ont autant de poids que le cumul de travaux scientifiques qui font quasi consensus..bref, on ne pourra jamais vous convaincre, alors à quoi bon?

      • Normand dit :

        Bonjour Jean-François,

        Vous êtes convaincu que les changements climatiques sont réels ? Et bien, moi aussi ! Le grand mystère est comment a-on pu faire croire que le climat était stable et que les changements climatiques n’étaient pas un phénomène naturel… et taxables ?

        Avec un minimum d’efforts, en quelques clics, on trouve les témoignages historiques de la transformation perpétuelle du climat et de l’environnement à toutes époques… quelques exemples pour différentes périodes récentes pré-industrielle:
        http://www.smithsonianmag.com/history/americas-first-great-global-warming-debate-31911494/
        http://www.pasthorizonspr.com/index.php/archives/04/2013/past-climate-change-varied-remarkably-between-regions
        http://scienceandpublicpolicy.org/images/stories/papers/originals/mwp_aus_newz.pdf
        http://docs.lib.noaa.gov/rescue/mwr/050/mwr-050-11-0589a.pdf

        L’expression « Changements Climatiques » est la nouvelle formulation véhiculée depuis 3 ou 4 ans en remplacement de « réchauffement de la planète »… ainsi, un événement ou son contraire peuvent, en apparence, soutenir la théorie.

        À moins que je vous ait mal compris, vous croyez au « réchauffement de la planète » causé par un effet de serre occasionné par l’augmentation du Co2 dans notre atmosphère. Page 41 du document officiel AR5 du GIEC : « Regardless, all global combined land and sea surface temperature datasets exhibit a statistically nonsignificant warming trend over 1998–2012 » !
        L’absence de « réchauffement » depuis 1998 devrait logiquement vous amener à reconsidérer cette hypothèse…

        Pour ce qui est de « Chasing Ice », les observations satellites nous démontrent que le volume de glace global, bien que en perpétuelle transformation, ne diminuent pas.

      • Normand dit :

        2e point pour Jean-François… « LES » scientifiques et « LE » consensus du 97%

        L’étude a été dirigée par ce John Cook : http://lh5.ggpht.com/_gmR8fkmAnjw/S6mEPUJG0xI/AAAAAAAAAw4/mGNeSNCJQ1Q/JohnCookSkep190.jpg

        Vous pouvez vérifier les chiffres de LEUR propre communiqué de presse officiel http://www.iop.org/news/13/may/page_60200.html

            La logique est la suivante : 97% du TIERS (1/3) des études (4000 sur 11994)
            ayant pris position sur le sujet, soutiennent la théorie
            du réchauffement global de nature Anthropogénique.

            Des 11,994 études révisées, écrites par 29,083 auteurs dans 1980 revues scientifiques,
            – 32.6 % soutiennent la théorie AGW,
            – 66.4 % ne prennent pas position,
            – 0,7% la rejette
            – 0,3% incertain

        Maintenant, je vous invites à fouiller sur le Web pour trouver les sorties publiques de scientifiques qui réfutent les intentions que Cook leur attibuent.

        Exemples : Dr. Nil Axel Morner, Willie Soon, Alan Carlin, Craig D. Idso, Nicola Scafetta, Nir J. Shaviv, etc…

        Ainsi, de nombreux scientifiques identifiés comme climato-sceptiques sont classés dans « soutiennent la théorie AGW »…

        http://wattsupwiththat.com/2013/05/17/to-john-cook-it-isnt-hate-its-pity-pity-for-having-such-a-weak-argument-you-are-forced-to-fabricate-in-epic-proportions/
        http://wattsupwiththat.com/2013/05/21/cooks-97-consensus-study-falsely-classifies-scientists-papers-according-to-the-scientists-that-published-them/
        http://www.climatedepot.com/2013/05/28/more-woes-warmist-john-cooks-97-consensus-study-falsely-classifies-3-more-scientists-dr-morner-soon-carlin-plus-round-up-of-analyses-of-cooks-study/

        Encore plus :
        The Latest Meteorologist Survey Destroys The Global Warming Climate ‘Consensus’
        http://www.forbes.com/sites/jamestaylor/2013/11/20/the-latest-meteorologist-survey-destroys-the-global-warming-climate-consensus/
        Le sondage original : http://journals.ametsoc.org/doi/pdf/10.1175/BAMS-D-13-00091.1

        Et que fait-on des réchauffistes de longue date qui déclarent maintenant (concernant la stabilité observée depuis 1998) ;

        « This change everything. It means we have much longer to work things out. Global warming should no longer be the main determinant of anyone’s economic or energy policy »
        Dr David Whitehouse, astrophysicist,
        Global Warming Policy Foundation

        « The climate models are running too hot. The flat trend in global surface temperatures may continue for another decade or two »
        Prof Judith Curry
        Head of Climate Science at Georgia Institute of Technology

        « I made a mistake. I was ‘alarmist’ about the impact of climate change. The problem is we don’t know what the climate is doing. We thought we knew 20 years ago. That led to some alarmist books – mine included – because it looked clear cut, but it hasn’t happened. »
        James Lovelock
        British Scientist (celui qui fut applelé souvent « le Père de l’écologie moderne »)

      • G. H. Larouche dit :

        Jean-François,

        Dans un débat aussi émotif que les changements climatiques, qualifier le film Chasing Ice de documentaire était très maladroit de votre part.
        Était-ce délibéré ou pas? Nous ne le saurons jamais. Votre crédibilité vient d’en prendre un sérieux coup, quant à moi.

        Oui ce film a comme toile de fond les changements climatiques. Et oui ce photographe a choisi de montrer les plus puissantes images qu’il pouvait trouver, l’une des choses que le grand public peut comprendre pour réaliser l’ampleur des perturbations en cours. Et de ce seul point de vue, le point de vue didactique, je n’ai absolument rien contre ça, au contraire, je pense comme vous.

        Mon problème, c’est lorsqu’on en vient à dire que ces changements climatiques sont dus aux activités humaines.

        Je ne demande qu’à vous croire, mais pour cela je ne vous demande que des preuves.

        Quant au fardeau de la preuve, il vous revient en toute logique, puisque c’est vous qui voulez nous convaincre de quelques choses. Et non l’inverse.

        Vous devez savoir qu’en science, il est toujours plus facile de prouver l’existence de quelque chose, que son inexistence.

        Sceptique : Personne qui pratique l’examen critique, le doute scientifique.

        Vous ne nous direz pas qu’il est malsain de douter en science? Nous le direz-vous?

      • Monsieur Larouche, dans mon dernier commentaire concernant  »Chasing Ice », j’ai moi aussi utilisé le mot  »Documentaire » pour désigner ce film. Cependant j’aurais dû utiliser le mot  »film » car c’est ce que c’est, un film spectaculaire. Vous avez raison…, le choix des mots sont important.

  49. Réponse à G.H. Larouche. Bravo Monsieur Larouche pour ce long commentaire, que vous avez terminé de si belle façon. Monsieur Du Berger a en vous un allier intelligent et les échanges que vous avez sur ce blog, nous aident nous les hommes intelligents et sages, (oui c’est mon cas) mais moins spécialisé que vous deux.

    Comme j’ai déjà dit sur ce blog, je suis un érudit autodidacte. Mon diplôme est celui du gros bon sens. J’ai grandi avec les Témoins de Jéhovah, gens pour la plupart très gentils et humanistes, comme tous les autres sous groupes chrétiens dans le monde, plus de 300. Comme je disais, ces groupes sont gentils mais, je répète,  »MAIS »…, tellement naïfs !!! Le mot Naïf est parent avec le mot Naître. Dans ce sens, le mot naïf désigne des gens qui sont comme à la naissance. Un Bébé c’est beau mais c’est naïfs et à la limite nous pouvons dire qu’il est sot. Or, tous les  »environnementaleux » que j’ai rencontré, jouent dans la ligues des Naïfs. Ils sont des SOTS ! Vous l’avez résumé dans votre dernier paragraphe. Ils sont des naïfs (sots) parce qu’ils réagissent tous comme des grands croyants…, ils ont la foi et ils croient sans voir ! Oui…, la fin du monde s’en vient et Dieu enlèvera les méchants de la surface de la terre ! Fuyez tous vers la Montagne où vous mourrez ! Vous voyez le genre.
    Je crois Monsieur Larouche que les gens comme nous doivent répondre le plus clairement possible à tous. Cependant il nous faut savoir dans le plus profond de notre conscience qu’il n’y a rien à faire avec les naïfs. Que voulez-vous…, ils sont sots ! C’est la raison pour laquelle les scientifiques doivent continuer à faire ce travail de conscientisation, d’éducation populaire. Si nous refusons de le faire les sots vaincront et nous retournerons à l’âge des ténèbres, âge où tous les gourous savait tout !

    • G. H. Larouche dit :

      M. Chabot,

      En tout respect, les naïfs ne sont seulement que des gens qui n’ont pas encore compris, certaines choses.

      Dire que les naïfs sont des sots est carrément outrancier. Tous avons été naïfs, vous-même l’avez dit, nous sommes tous venu au monde (naïf). Je le suis encore à tous les jours (mais j’essaie de me corriger).

      Par ailleurs, puisque le naïveté semble être un phénomène temporaire chez la majorité des gens, pourquoi n’en serait-il pas de même pour la sottise.

      Espérons-le!

      Personne n’est parfait!

  50. Comme vous avez raison Monsieur Larouche. C’est vrai que j’ai été excessif dans mon dernier commentaire. Mais je crois aussi qu’il y a des gens qui sont malhonnêtes sur le plan intellectuel. Je crois que la méchanceté existe. Je crois que la corruption existe et dans tout les domaines des activités humaines. Je crois aussi qu’il faut dénoncer le mal. Il ne faut pas être les témoins de comportements stupides sans réagir car qui ne dit mots consent ! Monsieur Larouche, il ne faut pas avoir peur d’utiliser le mot  »SOT » ! Les sots existent, je le sais je l’ai été quand j’étais jeune et que je croyait à la religion. Je me suis rendu compte à un moment donné qu’il fallait que je change.

  51. J’ai regardé en partie sur You Tube  »Chasing Ice ». Ce genre de film est très intéressant mais il donne une image contemporaine dans le temps. Il fait partie des premiers documentaires bien monté avec des dizaines de caméras sur une période d’observation échelonnées sur quelques années. Donc nous n’avons pas encore de preuve visuelle sur ces changements à long terme. Ce documentaire doit être très impressionnant à visionner et je m’engage à le faire le plus tôt possible. Pour ce qui est de la fonte des glaciers ici en Amérique du Nord, elle a commencé il y a près de vingt milles ans et la fonte continue. Pour les gens intéressés, ceux d’entre vous qui voyagez beaucoup, vous pouvez observer le passage des glaciers qui ont laissé sur la surface de la terre, leurs marques.

  52. Jean-François dit :

    À tous:

    OK, je ne comprends pas pourquoi vous ne fournissez pas d’explication à la vitesse à laquelle surviennent tous ces changements. Évidemment qu’il y a toujours eu des variations dans le temps et des cycles naturels, vous simplifiez tellement en argumentant que les gens comme moi qui croient aux changements climatiques ne le savent pas…c’est juste que les cycles du soleil, votre précession de la terre, les volcans, rien n’expliquent la vitesse à laquelle le réchauffement se produit, à l’exception de la très bonne corrélation à long terme entre la concentration de CO2 et la température et ils s’adonnent que nous injectons du Co2 qui déséquilibre le système à un rythme alarmant.

    Et c’est vrai qu’il y a des variations sur la fonte des glaces et les glaciers historiquement, mais regardez toutes ces tendances qui pointent toutes dans la même direction, à une vitesse stupéfiante par rapport à tous les changements précédents.

    Et cessez de dire que je ne crois pas à la science et qu’il faut être sceptique, c’est précisément ce que l’on fait les deux, mais il semble que l’on interprète différemment les données et les consensus scientifiques. Il n’y aura jamais de certitude absolue avec des prévisions parfaites, mais vous allez toujours continuez à me pointer le récalcitrant, le type qui s’inscrit en faux, on va s’envoyer des études de part et d’autres et vos arguments qui cassent la théorie, souvent de façon simpliste, trompeuse et tendancieuse, auront toujours plus de valeurs à vos yeux que ceux qui la supportent.

    Je partage cette vision sur la position scientifique: http://grist.org/climate-energy/the-scientists-arent-even-sure/

    Pour les glaciers, quelques infos: http://nsidc.org/cryosphere/sotc/glacier_balance.html

    • youppi dit :

      à J-F. merci pour ces infos forts pertinentes. J’irai voir chasing Ice.

      moi je trouve fascinant que les tenants de la thèse des climato-septiques sont absolument certains que les reconstitutions du passé (des milliers voir des millions d’année) avec des points de prélèvements spécifiques (carotte de glaces ou autres) sont vraies, réelles, exactes que ça explique toutes les variations climatiques mais que des études faites avec 39 000 stations météo pris partout sur la surface de la terre cela n’est pas précis et que ça n’explique rien. C’est vraiment fascinant que des sites comme wattupwiththat ou forbes est plus de crédibilité aux yeux des climato-septiques.

      • Normand dit :

        À youppi : Si, dans votre esprit, la publication des résultats du sondage perdent de la crédibilité en étant publiés dans Forbes, pourquoi n’avez-vous tout simplement pas cliqué sur le lien que j’avais ajouté pour accéder directement au document original sur le site de la « American Meteorological Society » ?

      • G. H. Larouche dit :

        Aberration (Le Robert) : Déviation du jugement, du bon sens.

        Les 39 000 stations à lesquelles vous référez, n’existaient pas à l’époque que vous référez (il y a des millions d’années).

        Par contre, les glaces prélevées dans le forages, existaient elles, et ne faisaient pas de « cherry picking » : de sélection des cerises.

        Qui vous a dit? Que nous (les sceptiques) étions certains de la validité de ces proxys « de glace »? À mon avis, ces derniers ont beaucoup plus de probabilité d’être représentatifs du climat de leur époque, que les proxys des « d’arbres », i.e. dérivés des cernes des arbres de l’époque.

        En rapport avec ça, je vous renvoie à ceci, que j’espère que vous allez lire attentivement :

        http://www.justfacts.com/globalwarming.hidethedecline.asp

        On peut y comprendre (quand on est un sceptique), que les Michael Mann de ce monde, ont essayé de cacher le déclin des proxys « d’arbres » parce que ces estimations de la température à partir des cernes d’arbres, divergeaient d’avec les mesures directes et modernes de la température de l’air (de 39 000 stations, vous dites?) .

        Pour défendre les exactions de Briffa, un de ses collègues a même osez affirmer que c’était tout à fait approprié de modifier les évaluations à partir des cernes d’arbres, puisque ces dernières divergeaient des mesures de température actuelles.

        Un extrait de « …hidethedecline » peut-être :

        Cutting short Briffa’s proxy series at 1961 « is well known » and « completely appropriate » because it « diverges from the [modern instrument-measured] temperature records…. »[162] [163]

        Si cela n’est pas une preuve indéfendable de « tripatouillage » de données, i.e. tripotage, alors il n’en existe pas.

    • Normand dit :

      À Jean-François :

      Vous dites « rien n’expliquent la vitesse à laquelle le réchauffement se produit »… il faudrait expliquer le réchauffement que l’on observe plus… même selon le GIEC ?

      En résumé, voici pourquoi je crois plus aux Changements Climatiques occasionnés par les cycles solaires, qui peuvent se produire TRÈS rapidement, PLUTÔT qu’au réchauffement causé par le Co2 !

      Peut-être le savez-vous déjà, il y a quelques années, Henrik Svensmark a développé une théorie a l’effet que les variations de rayonnement cosmiques dans notre atmosphère influait sur les formations nuageuses… et le climat.

      En résumé (corrigez-moi M. DuBerger si je fais erreur):

      SOLEIL ACTIF > PLUS DE TÂCHES SOLAIRES > FAIBLE RAYONNEMNET COSMIQUE > MOINS DE NUAGES > TERRE PLUS CHAUDE

      SOLEIL TRANQUILLE > MOINS DE TÂCHES SOLAIRES > FORT RAYONNEMNET COSMIQUE > PLUS DE NUAGES > TERRE PLUS FROIDE

      Il est un FAIT est que le soleil est entré dans une phase d’inactivité qui doit favoriser une terre plus froide selon la théorie de Svensmark: http://solarscience.msfc.nasa.gov/SunspotCycle.shtml

      Ce phénomène s’est déjà produit dans un passé pas si lointain (minimum de Maunder et à un niveau moindre, minimum de Dalton) http://solarscience.msfc.nasa.gov/images/ssn_yearly.jpg

      En référence à la théorie de Svensmark et de l’expérience « CLOUDS », M. DuBerger, en août 2011, a prédit une année 2014 « particulièrement froide »… https://duberger.me/2011/08/27/un-nuage-menacant/

      Donc, pour résumer, on a le choix entre croire des scientifiques qui soutiennent une théorie que les FAITS infirme
      OU croire des scientifiques qui soutiennent une théorie que les faits CONFIRME.

      Si votre réponse est de m’envoyer 100 liens qui démolissent la théorie de Svensmark, je pourrais vous retourner 100 liens qui démolissent les arguments de ses dénigreurs… ce qui serait un dialogue de sourds.

      L’observation objective des événements climatiques récents et le constat du résultat PRÉDICTIONS/OBSERVATIONS devrait logiquement nous amener à considérer cette théorie comme bien plus plausible dans l’explications des phénomènes complexes qui influent sur notre climat.

      Si vous êtes intéressé à en savoir plus sur la théorie de Svensmark :

      • Jean-François dit :

        Hum….on verra si 2014 sera froide, ou si comme toutes les années depuis 2000, elle fera partie des plus chaude depuis que l’homme est sur Terre

      • Normand dit :

        À Jean-François,

        Vous dites « …on verra si 2014 sera froide, ou si comme toutes les années depuis 2000, elle fera partie des plus chaude depuis que l’homme est sur Terre »… Je crois que vous avez mal compris la distinction entre « depuis qu’on mesure » et « depuis que l’homme est sur terre ». Soyez assuré que l’on n’a pas vécu, de notre vivant, les années les plus chaudes depuis que l’homme est sur Terre… et la fameuse « décennie la plus chaude » depuis que l’on mesure (moins de 100 ans) ne le serait qu’à coup de fractions d’un degré (ce qui est aussi contesté par certains).

        Pour ce qui est de 2014, les cycles solaires n’attendent pas le 1er janvier pour « switcher »… la corrélation se fait entre l’observation de l’activité solaire et les variations climatiques observées… et on est en plein dedans (activité solaire particulièrement faible) !

        Avec de la neige en Égypte pour la première fois en 112 ans http://www.mirror.co.uk/news/world-news/cairo-snow-egyptian-capital-sees-2923418#ixzz2nNK7PLFO

        Des chutes de neiges abondantes dans le sud des USA depuis quelques années
        http://www.usatoday.com/story/news/nation/2014/01/28/weather-deep-south-ice-storm-snow-houston-louisiana/4957279/

        L’Europe qui gèle
        http://notrickszone.com/2013/03/22/berlin-freezes-in-100-year-winter-record-snow-blankets-germany-bitter-cold-grips-europe/

        Des vagues de froids records à répétition
        http://www.cbc.ca/news/world/u-s-midwest-northeast-hit-by-bitter-cold-temperatures-1.2485191

        Des récoltes d’oranges menacées
        http://www.bloomberg.com/news/2014-01-07/florida-orange-groves-seen-escaping-damage-from-u-s-deep-freeze.html

        etc…

        Je dirais que la théorie de Svensmark me semble plus plausible que jamais… elle a l’avantage que le froid prédit ne se cache pas !

      • Jean-François dit :

        Effectivement, mon erreur, pour la température probablement depuis environ 1000 ans, c’est plutôt la concentration en CO2 qui dépasse ce que l’homo sapiens a connu. Merci de m’avoir repris.

        Au fait, je ne comprends pas votre point de vue, sans effet de serre, sans atmosphère il n’y a pas de vie sur Terre, elle est bien froide. Or il est clair depuis longtemps que le CO2 et le méthane sont des gaz contribuant à cette effet de serre. Pourquoi les émissions dues à l’activité humaine n’aurait-elle pas le même impact?

        Enfin, pourquoi a chaque fois que quelqu’un présente des points particuliers de record de chaleur, de fonte de glace, de hausse du niveau des eaux, c’est ridiculise par les climato-sceptique, mais que vous me pointez des faits particuliers d’événements de froid et là ce sont des indicateurs de votre théorie qui a peu d’appui dans la communauté scientifique?

      • Normand dit :

        Sur une note un peu plus légère, j’aurais pu ajouter l’expédition de 22 scientifiques dirigés par Chris Turney, partis observer les preuves de plus en plus convaincantes du réchauffement en Antarctique… et qui ont dû être secourus après avoir été emprisonnés par les glaces !
        http://www.express.co.uk/comment/columnists/leo-mckinstry/452238/Global-warming-brigade-lose-the-plot-on-a-ship-of-fools
        Difficile de ne pas échapper un sourire🙂

      • Normand dit :

        À Jean-François par rapport à votre commentaire du 4 février 2014 à 11:05

        Vous dites « Pourquoi les émissions dues à l’activité humaine n’aurait-elle pas le même impact? »

        L’impact sur le climat du Co2 supplémentaire ajouté par les activités humaines peut être catastrophique OU marginal comparé aux phénomènes naturels. Àprès plus de 25 ans de panique, je considères que c’est 1 à 0 pour les sceptiques… et afin de relativiser le volume de Co2 en question, je vous réinvites à consulter le vidéo youtube dont l’adresse se termine par  » /watch?v=wYLmLW4k4aI  »

        Vous dites « …pourquoi a chaque fois que quelqu’un présente des points particuliers de record de chaleur, de fonte de glace, de hausse du niveau des eaux, c’est ridiculise par les climato-sceptique… »
        Vérifier, mesurer et rétablir n’est pas ridiculiser !

        Vous dites « …d’événements de froid et là ce sont des indicateurs de votre théorie qui a peu d’appui dans la communauté scientifique… » De toute évidence, il est très difficile de vous faire réaliser à quel point le « consensus » auquel vous faites toujours référence n’existe pas😦 … et de toute façon, en science, une théorie se vérifie OU ne se vérifie pas !

      • G. H. Larouche dit :

        J’ai bien aimé ce film. Mais vous savez sûrement que les travaux de Svensmark ont été « vertement » contestés?
        Et ma foi, je pense qu’il reste beaucoup de débroussaillage à faire dans ce sentier.

  53. G. H. Larouche dit :

    Lisez cela :

    http://www.justfacts.com/globalwarming.hidethedecline.asp
    http://www.justfacts.com/globalwarming.asp

    Et dites nous en toutes sincérité que cela ne soulève pas, ne serait-ce qu’un tout petit doute dans votre esprit.

    Ces courriels son sûrement faux. Ils ont été inventé par ces enfants de « septiques ».
    Michael Mann et ses collègues sont des scientifiques, ils ne peuvent donc pas avoir tenté d’exagérer voire mentir pour faire valoir leurs points de vue, ou ceux de leurs patrons?

    Vous n’en avez vraiment aucun doute?

    Hide the decline would not mean : hide the decline?

    • G. H. Larouche dit :

      P.S. : Si certains d’entre vous ne comprennent certaines des tournures de phrases contenues dans la référence « … hide the decline » ci-dessus, il me fera plaisir de vous éclairer. Dites moi seulement quelle syllabe du mot « trick » ou vous ne comprenez pas.😉

      • youppi dit :

        Encore une recommandation de lecture pour vous M. Larouche.

        http://www.meteo.psu.edu/holocene/public_html/Mann/books/hockeystick/index.php

        Je vais retrouver la section du livre qui parle de la citation de ‘hide the decline’ et ‘trick’ et qui explique le sens. Je me souviens que ce n’était pas dans la même phrase (cité hors contexte par le prétendu climategate). Cette information vous ne la trouverez pas sur des sites de climatoseptiques. Mais il semble que quand on est climatoseptique, ils y en a qui sont même prêts à coller deux bouts de phrases pour en changer le sens.

      • Normand dit :

        À youppi,

        Le rapport d’enquête original commandé par l’Université d’East Anglia et dirigée par Sir Muir Russell est disponible à l’adresse : http://www.cce-review.org/pdf/FINAL%20REPORT.pdf

        À la page 32 de ce rapport, la phrase exacte est : “I’ve just completed Mike’s Nature trick of adding in the real temps to each series for the last 20 years (ie. from 1981 onwards) amd [sic] from 1961 for Keith’s to hide the decline.”

        Ça m’a bien l’air d’être dans la même phrase et je ne l’ai pas trouvé dans un site de ‘climatoseptiques’…

  54. Jean-François dit :

    Et lâchez-moi avec le réchauffement qui a cessé…

    Un bel article nuancé ici, qui évoque les défis et les difficultés de comprendre et modéliser le climat:

    http://www.nature.com/news/climate-change-the-case-of-the-missing-heat-1.14525

    Et un graphique sûrement truqué. Encore une fois!

    http://www.skepticalscience.com/The-Oceans-Warmed-up-Sharply-in-2013-We-are-Going-to-Need-a-Bigger-Graph.html

    • Reynald Du Berger dit :

      Jean-François, « The missing heat » la chaleur perdue… les réchauffistes l’ont enfouie dans les profondeurs océaniques.. car elle est vraiment gênante cette chaleur perdue, il faut la camoufler le plus loin possible.. et Youppi n’a toujours pas répondu à mon interrogation sur sa « masse » thermique… c’est quoi une « masse thermique »? surtout quand on transforme de la chaleur en masse et cette masse thermique selon Youppi, serait… les océans!…

      désolé.. c’est le vieux prof que M. Larouche connait bien, qui refait surface avec ses questions embêtantes.. alors Jean-François, elle est rendue où cette chaleur qui nous a fait faux bond depuis plus de 15 ans? – je n’accepte que les réponses claires et refuse les liens internet- avez-vous , vous aussi, une « masse thermique » à nous proposer?

      • youppi dit :

        En réponse à votre question:

        Qu’est-ce qui se réchauffe ou se refroidit ? si ce n’est pas la masse je me demande c’est quoi ? C’est dans ce sens là que j’ai utilisé le terme masse thermique.

        Voir article suivant:
        http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1029/2011GL048794/abstract

        Dans le résumé Church et al. (2011) mentionne:

        ‘Ocean warming (90% of the total of the Earth’s energy increase) continues through to the end of the record, in agreement with continued greenhouse gas forcing.’. C’est cela mon 90 % de ‘masse thermique’.

        la figure suivante montre que la variation de la chaleur contenue dans l’atmosphère est marginale par rapport à la variation de chaleur accumulé dans les océans. Ce qui ne veux pas dire que la variation de température des 50 dernières années est marginale.

        http://www.skepticalscience.com/graphics.php?g=46

        Maintenant c’est moi qui vous pose une question par rapport à votre théorie des volcans océaniques qui émettent du CO2, en fait je devrais dire ‘qui émette tout à coup du CO2’ pour faire augmenter récemment le niveau atmosphérique à une valeur de 400 ppm (50 ou 100 dernières années) alors que le CO2 atmosphérique a été stable (entre 200 et 300 ppm) depuis des dizaines voir des centaines de milliers d’années. Pourquoi tout à coup les volcans se réveillent ?

        Commentaires : Les volcans océaniques ne sont t’ils pas tout au fond des océans ? dans le sens que vous allez encore plus en profondeur que votre propre commentaire sur le point que : ‘la chaleur des océans descends à des profondeurs plus importantes :)’. Ironiquement vous vous enfouissez encore plus en profondeur que le GIEC🙂.

        Plus sérieusement : Vous avez une théorie (volcans océanique vs RC) mais basée sur qu’elle faits, mesure ou observations ?

      • Reynald Du Berger dit :

        Si vous étiez mon élève Youppi, vous seriez recallé. La première question était: qu’est ce qu’une masse thermique? vous nous lancez ça comme ça… « masse thermique » vous venez d’inventer un concept? partagez votre science avec les lecteurs de ce blogue… nous nous coucherons tous moins niaiseux grâce à vous… alors qu’est-ce qu’une masse thermique?

        Si c’est une découverte de votre cru, je suggère que la science – prochain congrès de l’American Society of Physics- consacre ce concept sous le vocable « masse de Youppi » comme on a le cycle de Carnot… la balance de Roberval et le principe d’Archimède… vous serz célèbre…

        ensuite nous verrons pour les autres questions. et petit rappel à vous comme aux réchauffistes: les liens internet, surtout ceux que vous n’avez pas lus et donc encore moins compris, sont interdits en guise et lieu de réponse… . je veux des réponses claires et personnelles rédigées par vous-même.

      • Normand dit :

        Le Climategate, en 2009, nous a révélé les conversations suivantes entre les créateurs du concept de la « Chaleur perdue »…

        « On Oct 14, 2009, at 3:01 AM,
        Tom Wigley wrote:
        Dear all,
        At the risk of overload, here are some notes of mine on the lack of warming. I look at this in two ways. The first is to look at the difference between the observed and expected anthropogenic trend relative to the pdf for unforced variability. The second is to remove ENSO, volcanoes and TSI variations from the observed data. Both methods show that what we are seeing is not unusual. The second method leaves a significant warming over the past decade. These sums complement Kevin’s energy work. »

        Kevin Trenberth wrote:
        Hi all
        Well I have my own article on where the heck is global warming? We are asking that here in Boulder where we have broken records the past two days for the coldest days on record. We had 4 inches of snow. The high the last 2 days was below 30F and the normal is 69F, and it smashed the previous records for these days by 10F. The low was about 18F and also a record low, well below the previous record low. This is January weather (see the Rockies baseball playoff game was canceled on saturday and then played last night in below freezing weather).

        THE FACT IS THAT WE CAN’T ACCOUNT FOR THE LACK OF WARMING AT THE MOMENT AND IT IS A TRAVESTY THAT WE CAN’T. The CERES data published in the August BAMS 09 supplement on 2008 shows there should be even more warming: but the data are surely wrong.
        Our observing system is inadequate. That said there is a LOT of nonsense about the PDO. People like CPC are tracking PDO on a monthly basis but it is highly correlated with ENSO. Most of what they are seeing is the change in ENSO not real PDO. It surely isn’t decadal. The PDO is already reversing with the switch to El Nino. The PDO index became positive in September for first time since Sept 2007. »

      • G. H. Larouche dit :

        Le même gars qui m’a dit d’aller réviser ma thermo-dynamique, nous invente maintenant un nouveau concept dont personne n’a entendu parler. C’est quoi l’émoticon pour la colère?

    • Normand dit :

      Aux intéressés, le réseau de 3613 sondes Argo disposées dans l’océan : http://www-hrx.ucsd.edu/www-argo/statusbig.gif

      Et les mesures de 2003 à 2012 : http://jonova.s3.amazonaws.com/graphs/ocean/argo-ocean-heat.gif

  55. Jean-François dit :

    Désolé, je viens de poster un lien sur le sujet justement parce que je n’ai pas l’éloquence d’un éditorial de Nature. La chaleur s’accumule dans les océans, et les phénomènes d’échange entre l’air et l’océan ne s’explique pas en deux lignes. Mais disons que des cycles d’absorption et de relâchement de chaleur dans Pacifique semble bien moduler la température globale. Et oui, la capacité calorifique des océans étant bien plus grande que celle de l’atmosphère, il est fort plausible que l’explication s’y trouve comme le montre les recherches et les modèles des derniers années.

    A quoi bon faire le jeu des lobby du pétrole et s’opposer aux démarches qui préserveront notre environnement?

    • G. H. Larouche dit :

      Cher Jean-Francois,

      Visez ci-dessous le graphe que Normand nous a gracieusement produit.

      Est qu’il vous indique que l’énergie des océans a augmentée entre 2003 et 2011 et demi?
      Non. S’il y a quelque chose c’est que les maximum d’énergie des océans d’année en année ont diminués.

      Les océans n’ont pas enregistré d’augmentation d’énergie, pas plus que l’atmosphère depuis 1998.

      Alors je vous pose la question:
      S’il n’y a pas eu d’augmentation de l’énergie dans les océans, pas plus que dans l’atmosphère, où donc s’est accumulé l’énergie en question? Dans les océans?

      Je vous cite : « Et oui, la capacité calorifique des océans étant bien plus grande que celle de l’atmosphère, il est fort plausible que l’explication s’y trouve comme le montre les recherches et les modèles des derniers années. » Mais la température des océans ne le montre pas. Où donc peut-elle être cette énergie?

      Vous demandez : « A quoi bon faire le jeu des lobby du pétrole et s’opposer aux démarches qui préserveront notre environnement? »

      Je vous répond que la situation est rendu tellement ridicule,que c’est comme s’il y avait deux religions qui s’opposent, les croyants du RCA et les non-croyants.

      Et je vous relance la question : À quoi faire le jeu des gouvernements?
      Vous ont-ils fait la preuve de leur sagesse, à ce jour. Si oui, j’aimerais vous entendre là dessus.

      • Normand dit :

        Bonjour M. Larouche,

        Article paru dans la Presse il n’y a pas si longtemps : http://www.lapresse.ca/debats/le-cercle-la-presse/actualites/201210/26/48-1441-une-pause-dans-le-rechauffement-climatique.php

        Récemment, Phil Jones (Met Office, directeur du CRU et vedette du Climatgate) confirmait une pause dans le réchauffement climatique depuis 1998 ans et attribue cette pause à des facteurs naturels, entre autres aux courants océaniques FROIDS, nommés La Niña…

        Donc, si je comprends bien nos grands sages de l’IPCC, l’océan Pacifique dans lequel se cache la chaleur manquante génère des courants froids qui annule le réchauffement !!!

        Un jour, des historiens devront se pencher sur notre drôle d’époque😉

    • Reynald Du Berger dit :

      Jean-Frs, et ce n’est que la 6ième depuis 1850? certains medias la placent la première! svp messieurs les alarmistes, accordez vos thermomètres et/ou satellites… je me bidonne …🙂 demandez donc à La Presse ses sources… pas l’organisation machin ou l association chouette.. mais exigez de ces journalistes à la petite semaine qui ne font que bécotter dans les agences de presse, demenadez leur les articles scientifiques qui confirment le titre dont ils coiffent cet article alarmiste qui contribue à répandre une terreur climatique injustifiée chez leurs lecteurs. C’est une des raisons qui me motivent à aller dans les écoles… je voudrais bien confronter ce journaliste en classe devant des élèves!

      • Jean-François dit :

        C’est un communiqué de presse de l’OMM, un organisme sur lequel vous allez sûrement encore cracher, lui prêtant des visées commerciales et tout et tout. Voilà le communiqué:

        https://www.wmo.int/pages/mediacentre/press_releases/pr_983_en.html

        Alors 13 des 14 plus chaudes ont eu lieu au 21e siècle, à laquelle s’ajoute l’année 1998 où a eu lieu un super El Nino. Mais il y a clairement une tendance au refroidissement selon vous et vos supports de la théorie de la conspiration.

        Je quitte ce site internet, car comme le dit Normand, on a effectivement un dialogue de sourd, et je vais faire mon possible pour contrecarrer la grande noirceur dans laquelle vous tentez de nous plonger. Surtout que j’apprend que vous allez dans les écoles. Si vous le faites, allez-y avec un spécialiste qui est d’avis contraire, au moins ça permettra justement aux jeune de développer un esprit critique.

        Au revoir, en espérant que vous vous réveillerez et diminuerez un jour vos habitudes de vie qui mettent en péril celles de milliers de personnes.

      • Reynald Du Berger dit :

        alors venez donc avec moi en classe… les jeunes y retireront grand bien… on développera leur esprit critique.. qu’en dites-vous?

      • Normand dit :

        Jean-François, je ne sais pas si votre âge vous permet de vous rappeler des PLUIES ACIDES ? Les publications des années 70 nous présentaient des images d’arbres sans feuilles que l’on situaient sur un horizon de 25 ans…

        Je vous réfères aussi aux liens que j’ai placés plus haut concernant les peurs de la couche d’Ozone trop mince qui se transforment en peur de couche d’Ozone trop épaisse.

        De mémoire, de 2000 à 2009, on nous a poussé 5 grandes peurs pour les virus seulement ! Le virus du Nil, la Vache Folle, la Grippe Aviaire, le SRAS et finalement la H1N1… et nos grands médias ont relayé servilement les messages alarmistes des sources Onusiennes sans jamais questionner ou relativiser !

        Que dire des armes de destruction massive en Irak ?

        Tout ça provenant de SOURCES on ne peut plus OFFICIELLES, évaluées, vérifiées, contre vérifiées, approuvées, certifiées, etc… !

        Les médias ne sont plus les chiens de gardes pour nous rapporter la réalité… ils sont devenus l’outil pour FABRIQUER la « réalité »… et les peurs à répétition !

        Vous êtes pas tanné d’avoir peur ?

      • Vous avez raison Monsieur Du Berger, ces alarmistes arriveront bon derniers face à vous sur le terrain, devant les élèves qui eux comprendront le gros bon sens expliquer par un scientifique comme vous. Ils verront les niaiseries des manipulateurs qui veulent faire peur à des gens qui ne savent pas comment cela marche.

  56. Bonjour Monsieur Du Berger, je viens de lire les commentaires de nos amis, ceux que j’appelle  »Les Verts », vous savez, ceux qui ont peur de la fin du monde causé par les  »Hommes ». Il y a peut être des changement climatique réels. Si c’est le cas, le GIEC n’y peut rien. Personne n’y peut rien et penser pouvoir y faire quelque chose, c’est se prendre pour Dieu et se prendre pour dieu quand tu es Athée…, c’est se prendre pour qui ?
    Si réchauffement dangereux de la planète il y a, s’il y a augmentation du niveau de la mer, s’il y a érosion des berges, etc., La solution sera de s’adapter. L’adaptation à la Nature est facile à faire sans qu’il y ait de victime. Par exemple si la mer monte, la solution est de reculer dans les terres ou encore de faire des digues comme aux pays bas. Vous avez remarqué que j’ai utilisé le mot (SI). Alors le mot (SI) est une supposition, une hypothèse. Hors…, qu’est-ce qu’une hypothèse ? C’est une proposition relative à………… etc etc ! Donc nous ne pouvons pas nous servir d’une hypothèse comme base à un problème réel vérifiable et vérifié. Rendu à ce niveau de réflexion nous sommes rendu en  »SCIENCE »…, mais en  »SCIENCE FICTION » ! Voici ce que pense un citoyen qui se pense intelligent. Monsieur Du Berger…, je ne comprends pas vos détracteurs !

  57. Le 5 fev. Monsieur Larouche a dit à 4:50 h :  »C’est quoi l’émotion pour la colère » ? Selon moi…, c’est la peur !

    • G. H. Larouche dit :

      M. Chabot,

      Votre réflexion est très intéressante! Mais ce n’était pas ma question.

      Ma question était : C’est quoi l’émoticon pour la colère? é-mo-ti-con! Vous savez les petits bonhommes d’émotion genre : 😉

      • J’avais oublié votre sens de l’humour et il y avait de la brume dans mes lunette quand je vous ai lu…, très drôle😉 Je suis en train d’écrire un livre dans lequel j’ai développé cette notion de l’origine de la haine et la colère, entre autre et j’en suis arrivé à la conclusion que c’était la peur. Les  »environnementaleux » ont peur de tout…, de là le lien😉 ;-(

  58. En réaction à Normand dans son commentaire du 6 férvrier 2014 à 9:06 h.  » Un jour les historiens devront se pencher sur notre drôle d’époque » ! Oui, les historiens, les anthropologue, les sociologues, les psychologues, les psychiatres, etc etc, se prononceront sur nos croyances eschatologiques…, qui est la peur de la fin du monde ! Heureusement cette peur n’est pas généralisé ;-(

  59. Je voulais laissé ce petit bonhomme émoticon😦

  60. youppi dit :

    je précise à nouveau (je suis d’accord pour dire que le terme masse thermique n’était pas adéquat, je n’ai pas l’intention d’inventer une nouvelle variable….. mais je n’ai toujours pas compris la chaleur du soleil de G.H. Larouche. Y aurait t’il deux poids deux mesures avec le prof D. ?).

    je reviens sur le sujet de mon dernier commentaire.

    90 % du réchauffement est constaté dans la masse d’eau des océans. Le réchauffement de l’atmosphère proportionnellement au réchauffement des océans ne représenterait que 2 ou 3 %.La masse de l’atmosphère est beaucoup plus faible que la masse des océans. Mais les deux font parties du système climatique. la chaleur est transmise beaucoup plus rapidement dans l’eau que dans l’air.

    Maintenant je m’attends à une réponse de R. Duberger sur les volcans océaniques.

    • Reynald Du Berger dit :

      Quelle était cette question sur les volcans?

      • G. H. Larouche dit :

        Mind if I interrupt,

        Mes questions sur les volcans sont les suivantes :

        Préambule :
        Les volcans émettent du CO2 mais aussi de la chaleur.
        La majorité des volcans éructant à la surface de la terre ne sont pas connus, parce que sous la surface des océans.

        Mes questions :
        Personne n’a jamais à ce jour vérifié l’énergie produite par les volcans?
        L’énergie des volcans est-elle considérée comme (une) constante?
        L’énergie émise par les volcans peut-elle être négligeable?
        Est-ce que l’énergie des volcans ne réchauffe pas l’eau des océans?
        Le CO2 émis par les volcans inconnus peut-t-il être négligeable?

        Des réponses par oui, ou par non, ou peut-être, me satisferont.

        Toute ces questions me hante, au point que mon chat n’arrive même plus à dormir, tellement il me comprend.

        M. Duberger, pouvez-vous apaiser les peurs de mon chat?

      • Reynald Du Berger dit :

        Gilles, j’ai demandé à un chercheur de Mc Gill s’il était possible que la chaleur dégagée par les milliers de km de dorsales volcaniques actives sous l’Arctique , ait une quelconque responsabilité sur la présumée fonte de la calotte … la réponse a été un NON! ferme et catégorique..;et le chercheur qui travaille sur le RCA est ingénieur en mécanique.

    • G. H. Larouche dit :

      Cher youppi en réponse à votre commentaire ci-dessus,

      Vous disiez : «mais je n’ai toujours pas compris la chaleur du soleil de G.H. Larouche. Y aurait t’il deux poids deux mesures avec le prof D. ? »

      Je disais simplement que la chaleur du soleil est une des variables principales du climat.
      Vous n’allez pas me dire que l’on pourrait éteindre le soleil et que ça ne changerait au climat sur terre? Allez-vous?

      Vous ne saviez-pas que la chaleur du soleil, c’est-à-dire l’énergie du soleil, pouvait s’exprimer en BTU mais que les scientifiques l’expriment habituellement en Joules.
      Je vous cite : « Q: la chaleur du soleil ??? c’est quoi cela ? ça se mesure en quoi ? en BTU ? vous voulez dire l’Irradiance solaire j’imagine (L’intensité du rayonnement solaire). L’activité des volcans: une autre variable bizarre !! »

      D’ailleurs l’énergie calorifique des océans, sur laquelle vous avez tant insisté pour nous dire que cela représentait 90% de l’énergie accumulée sur terre, et bien cette énergie-là, elle s’exprime elle aussi en Joules.
      Voyez vous-même : http://www.skepticalscience.com/graphics.php?g=46
      Et vous savez pourquoi c’est comme ça?
      Et bien c’est parce qu’en science, il faut toujours comparer les Joules avec les Joules, comme dans la vie : les pommes avec les pommes.

      Que vous ne saviez pas que les Joules sont les unités courantes pour exprimer l’énergie, la chaleur et le travail, me laisse songeur? Quel pourcentage de la population croit à la théorie du RCA, sans connaitre ni comprendre le concept de l’énergie? Comment un pourfendeur des climato-sceptiques comme vous, pouvait-il ignorer cela?

      Je pense que M. Duberger vous « tire la pipe » i.e. vous fait marcher, quand il vous demande d’expliquer votre concept de « masse thermique ». Soyez-en sûr, qu’il a très bien compris que vous référiez à l’énergie accumulée dans les océans.

      Quoi qu’il en soit, mon cher youppi! (non non, rassurez-vous, il n’y aura pas de pot qui va venir après ces fleurs), j’ai réalisé que votre présence sur ce blogue nous est très précieuse, en tous cas certainement pour moi. Sans vous, dont les propos sont souvent très étonnants, toujours de mon point de vue, je ne me serais sûrement pas remis à ressasser ce vieux dossier du réchauffement climatique anthropique (RCA). Dans mon esprit c’était réglé. Puisque l’on préfère maintenant parler de changements climatiques tous courts, sans insister sur leur origine anthropique.

      Mais je m’aperçois en vous lisant, que maintenant l’origine anthropique des changements climatiques est comme devenue implicite. Et donc, que lorsque les politiciens parlent des changements climatiques, ils incriminent implicitement les maudits humains que nous sommes, parce que c’est rendu politiquement correct de le faire.

      La démocratie a comme défaut, que c’est souvent le corps du cheval qui le mène plutôt que sa tête. Il s’ensuit que la science et la vérité se perdent dans le galop.

      La guerre en Irak a été justifiée par la présence d’armes de destructions massives, qui n’ont jamais existés, en tous cas qui n’ont jamais été retrouvées. Ça s’est passé comme d’habitude : « Les chiens aboient et la caravane passe. »

      Les climato-septiques auront beau aboyer du plus fort qu’ils le peuvent leurs objections. Les gouvernements vont agir comme bon va leur sembler, forts de l’appui des médias pour qui les peurs humaines sont le pain et le beurre, et au su de la population, qui n’a aucune idée de ce dont il est question, n’ayant pas et ne connaissant pas « l’énergie » et les ressources pour s’informer objectivement.

      Encore une fois, merci de m’avoir redonné le gout d’en parler.
      Bien à vous…

      • youppi dit :

        C’est incroyable de vous lire. Vous interprétez bien au delà des mots que j’ai écrit.

        Je n’ai relevé qu’une faille quand vous parler de la chaleur du soleil, qui je sais peut se mesurer en joules. Mais ce qui est important pour la terre c’est la quantité d’énergie qui arrive sur la surface de la terre et non pas toutes la quantité d’énergie émise du soleil. Je sais très bien comment faire un bilan thermique. Pour le climat de la terre on se fout pas mal de savoir la chaleur du soleil comme vous dites et de l’énergie qui irradie dans tout le système solaire.

        Ensuite vous interprétez mes connaissances sans me connaître… c’est fascinant, incapable de vous tenir à l’essentiel de mes écrits. Quand je vous lis, je remarque tout le temps que l’aspect politique prend toujours le dessus sur l’aspect scientifique de mes interrogations.

  61. youppi dit :

    si vous étiez mon élève ????

    pas possible … question crédibilité (pourquoi je suivrais un cours de quelqu’un qui voit des failles à la place d’une peau d’éléphant) et qui ne critique que ceux qui pensent différemment de lui ?
    Votre blogue n’a pas le niveau d’un cours universitaire…. vous côtoyez trop les gens de radio X.

    Il y a tellement plus d’informations crédibles ailleurs sur internet.

    Mais a bien y penser, vous pourriez m’enseigner comment cueillir des cerises🙂.
    vous savez comment !

    Je suis pas mal de l’avis de Jean-François. Les discussions correctes et évolutives sont très difficiles sur votre site. La plupart des blogueurs de sites de climato-septiques ont le même profils que vous,utilisent les mêmes raccourcis pseudo-scientifiques (genre le CO2 n’est pas un polluant puisque c’est bon pour les plantes et n’a pas d’effet sur le climat ou encore il faudrait que le lien CO2 vs température atmosphérique soit linéaire sur une base annuelle).

    Pourquoi vous ne critiquez jamais le choix de l’année 1998 comme année de référence quand vous savez pertinemment que 1997 et 1999 ont été plus froides que 98 ? en plus 98 année El-Nino ?

    vous dites toujours qu’en science il n’y a pas de consensus mais en même temps vous dites que le cas de Mann et de sa courbe en crosse de Hockey est réglé. alors qu’il y a eu d’autres publications.

    Je comprends que vous choisissez volontairement le style provocateur qui veut créer la controverse au lieu d’informer.

    Finalement, je réplique toujours quand on m’attaque personnellement.

  62. youppi dit :

    pfff : c’est vous qui oubliez ….ou défilez ? voir mon commentaire du 4 février 8:57

    Donc: Maintenant c’est moi qui vous pose une question par rapport à votre théorie des volcans océaniques qui émettent du CO2, en fait je devrais dire ‘qui émette tout à coup du CO2′ pour faire augmenter récemment le niveau atmosphérique à une valeur de 400 ppm (50 ou 100 dernières années) alors que le CO2 atmosphérique a été stable (entre 200 et 300 ppm) depuis des dizaines voir des centaines de milliers d’années. Pourquoi tout à coup les volcans se réveilleraient ?

    Commentaires : Les volcans océaniques ne sont t’ils pas tout au fond des océans ? dans le sens que vous allez encore plus en profondeur que votre propre commentaire sur le point que : ‘la chaleur des océans descends à des profondeurs plus importantes🙂’. Ironiquement vous vous enfouissez encore plus en profondeur que le GIEC🙂.

    Plus sérieusement : Vous avez une théorie (volcans océanique vs RC) mais basée sur qu’elle faits, mesure ou observations ?

    • Reynald Du Berger dit :

      « qui émette tout à coup du CO2′ pour faire augmenter récemment le niveau atmosphérique à une valeur de 400 ppm (50 ou 100 dernières années) alors que le CO2 atmosphérique a été stable (entre 200 et 300 ppm) depuis des dizaines voir des centaines de milliers d’années. Pourquoi tout à coup les volcans se réveilleraient ? » qui a dit ça? pas moi. Qui prétend que l’activité volcanique , continentale et océanique est constante? pas moi. Il y a eu sur les continents des périodes d’activité volcanique épouvantablement intenses entrecoupées d’acalmies. Je crois davantage aux volcans qu’aux météorites sur l’extinction des dinosaures. Il y a 74 000 ans, Toba en Indonésie , un supervolcan comme Yellowstone, a projeté 2 800 km3 de cendres et poussières , 1 000 millions de tonnes d’ acide sulfurique sous forme d’aérosols, c’est resté 6 ans en l’air , la température a baissé de plus de 10C dans tous l’hémissphère nord pendant près de 1 000 ans et cela a failli éteindre complètement la race humaine. Voilà une catastrophe environnementale et non pas le déversement de BP dans le Golfe du Mexique qui n’était qu’un accident environnemental et non pas une catastrophe.

       » Vous avez une théorie (volcans océanique vs RC) mais basée sur qu’elle faits, mesure ou observations ? » Je n’ai aucune théorie, d’où sortez-vous ça? je ne fais que poser des questions plutot embêtantes aux réchauffistes qui eux AFFIRMENT être sûrs à 95% – pas 92 ni 99, mais bien 95% d’un RCA, et endossez-vous cela? . Je les embête car on sait que plus de 85% des volcans sont sous la mer… on n’en a ni l’inventaire ni surtout le BILAN. J’ai vu le volcan White Island en Nouvelle Zélande, probablement le mieux monitoré au monde… le CO2 y varie d’un jour à l’autre pour répondre à une de vos questions. Affirmer que le CO2 atmosphérique est demeuré stable pendant des centaines de milliers d’années est gratuit. On ne mesure le CO2 atmosphérique que depuis 1960 au Mauna Loa. Avant, on n’a que des proxies extrêmement imprécis… et il y a eu des époques où le CO2 était 35 fois le taux actuel… sans réchauffement.L’ONU affirme ou évalue à environ 38 000 milliards de tonne le carbone émis annuellement dans les fonds océaniques. Et ce n’est qu’une évaluation extrêmement imprécise… je ne me risquerais pas à un pareil chiffre. On en connait plus sur Mars que sur nos fonds marins. Je suis plus prudent que le GIEC de l’ONU.

      Donc je me permets de vous rabrouer , tel un mauvais élève, je n’ai rien affirmé de ce que vous prétendez que j’affirme. Je continue de poser des questions embêtantes aux réchauffistes qui ont eux, le fardeau de la preuve. Quand on emmerde les habitants de la planètre entière avec une arnaque climatique qui coûte plus de 1 milliard $ par jour, on a le fardeau de la preuve et on ne lance pas des 95% comme ça au hasard.

      • Bonjour Monsieur Du Berger, À votre commentaire à Youppi le 8 fev 2014 à 9 : 22 h, à la fin vous parliez de l’arnaque de 1 milliard $ par jour. Pouvez-vous expliquer simplement de quelle façon cet argent est dépensé ?

      • Reynald Du Berger dit :

        à Jean-Pierre, c’est une estimation des coûts en matière de restriction des émissions de GES imposée par les écocondriaques à la Terre entière et aussi de cette bourse de carbone . Également, au dernier sommet sur le climat les pays « pauvres » se sont ligués contre les pays « riches » en leur réclamant la création d’un fonds annuel climatique vert de 100 milliards de $ par année … tenez-vous bien… pour réparer les dommages causés à leurs pays « pauvres » par les événements « MÉTÉOROLOGIQUES » extrêmes causés par le RCA dont seuls les pays « riches  » sont responsables. On estime donc à 1 milliard par jour le coût de cette arnaque sans compter la facture présentée par les pays « pauvres » dirigés par des dictateurs qui s’en mettent plein les poches et sont sur-représentés à cette autre arnaque qu’est l’ONU.

      • Merci Monsieur Du Berger pour votre réponse sur le milliard dépensé chaque jour pour le RC et RCA. C’est incroyable que les gouvernements riches de la planète aient embarqués dans cette Galère ! Ceci est un scandale et les média n’osent pas dénoncer. J’espère que grâce à des hommes comme vous, les choses changeront pour le mieux dans un futur proche. Parfois c’est honteux d’être un humain😦

      • youppi dit :

        Quelques questions en rafales de vos commentaires qui m’ont fait sursauter (encore une fois) !!

        Vous dites :  » La fuite de BP dans le Golf du Mexique n’était pas une catastrophe environnementale  »
        Q: La pêche dans ce secteur a reprise ? la baignade y est intéressante dans ces eaux ?

        et ensuite vous allez nous affirmer sans rire que les sables bitumineux en Aberta c’est comme un grand jardin d’éden !!

        vous dites : « Avant (1960), on n’a que des proxies extrêmement imprécis… et il y a eu des époques où le CO2 était 35 fois le taux actuel… sans réchauffement

        C’est pas une phrase contradictoire cela et gratuite ? des époques (quelles périodes de temps vous parlez ?)

        Vous posez des questions embêtantes, mais est-ce juste pour embêter ou pour faire avancer la réflexion ?

        Comment expliquez vous que le CO2 de l’atmosphère augmente depuis 50 ou 100 ans ? si ce n’est pas l’activité industrielle (origine anthropique) par rapport à une relative stabilité pendant 1000, 10 000 ans ou plus encore (CO2), selon les divers auteurs de ces reconstructions.

        Vous ne préférez pas investir dans des technologies propres plutôt que dépenser dans des énergies ‘sales’ et non renouvelables ?

      • Reynald Du Berger dit :

        @Youppi

         » La pêche dans ce secteur a reprise ? la baignade y est intéressante dans ces eaux ? eh oui.. pêche et baignade reprises… ça vous étonne?… et sans nettoyage à coups de millions, ça n’aurait pris que qq ans de plus…

        « que les sables bitumineux en Aberta c’est comme un grand jardin d’éden !! » c’est vous qui dites ça pas moi… Là vous me cherchez et je vais me facher. c’est pas un Éden mais c’est grace a ca que les Albertains valeureux travaillants paient des programmes sociaux aux lâches , paresseux , hypocrites et verts go-gauchistes québécois qui gardent leurs gros culs de go-gauchistes paresseux et écocondriaques assis sur du gaz de shale et du pétröle qu’ils sont trop lâches pour explorer et exploiter.. Belle bande de moumounes vertes! Je rends hommage ici à mes élèves qui combattent ces moumounes vertes et eux ils explorent, exploitent mines gaz et pétrole… et créent de la richesse. Vous pouvez pas imaginer comme cela m’écoeure de voir ces go-gauchistes écocondriaques paresseux et lâches québécois , vivre aux crochets des Albertains. Honte à eux!

        « Vous posez des questions embêtantes, mais est-ce juste pour embêter ou pour faire avancer la réflexion ? » les deux…

        « par rapport à une relative stabilité pendant 1000, 10 000 ans ou plus encore (CO2), selon les divers auteurs de ces reconstructions. » prouvez-moi ça

      • À Monsieur Du Berger commentaire à Youppy le 09 fev. 2014. Bravo pour votre réponse à Youppi. laconique, clair, précis etc. Il n’y a pas d’ambiguïté et tout le monde peut comprendre. Merci

    • Reynald Du Berger dit :

      « pfff : c’est vous qui oubliez ….ou défilez ? » voir mon commentaire du 4 février 8:57″ me dites-vous… on est rendus à 175 commentaires sur ce billet.. alors épargnez-moi de fouiller les 175 pour repérer vos questions… en avez-vous d’autres comme celle sur les volcans ? à laquelle je crois avoir répondu.

    • Reynald Du Berger dit :

      on va les prendre l’une après l’autre:

      question crédibilité (pourquoi je suivrais un cours de quelqu’un qui voit des failles à la place d’une peau d’éléphant) et qui ne critique que ceux qui pensent différemment de lui ? me dites-vous

      Qui vous a suggéré ou demandé de suivre un cours avec moi? encore le mauvais élève! relisez mon billet et recopiez-moi 100 fois ma phrase « Chacun y allait de son interprétation géomorphologique personnelle, certains y voyant des reliefs de régions arides de l’Arizona tandis que d’autres imaginaient des sols polygonaux de la tundra. C’était un gros plan d’une peau d’éléphant. L’orientation et la courbure des rides dépendent du hasard, mais aussi de la proximité d’une articulation.

  63. G. H. Larouche dit :

    À youppi, concernant sa réponse du 9 février 2014 à 7:11

    « C’est incroyable de vous lire. Vous interprétez bien au delà des mots que j’ai écrit. »
    Qui ne le fait pas?

    « Je n’ai relevé qu’une faille quand vous parler de la chaleur du soleil, qui je sais peut se mesurer en joule. »
    Vous le saviez? Est-ce compatible avec et je vous cite : « Q: la chaleur du soleil ??? c’est quoi cela ? ça se mesure en quoi ? en BTU ? vous voulez dire l’Irradiance solaire j’imagine (L’intensité du rayonnement solaire). »

    « L’activité des volcans: une autre variable bizarre !! »
    Ah parce que vous croyez que l’activité des volcans qui dissipent la chaleur du centre de la terre est constante? Que les volcans sont munis d’un rhéostat?

    « Mais ce qui est important pour la terre c’est la quantité d’énergie qui arrive sur la surface de la terre et non pas toutes la quantité d’énergie émise du soleil. Je sais très bien comment faire un bilan thermique. »
    Et vous pensez que la chaleur de la terre, à laquelle je faisais référence, n’était pas mesuré à partir de la terre? Allons donc vous ne saviez même pas ce qu’était un Joule! Vous nous parlez maintenant de bilan thermique?

    « Pour le climat de la terre on se fout pas mal de savoir la chaleur du soleil comme vous dites et de l’énergie qui irradie dans tout le système solaire. »
    Non, on ne se fout pas de l’énergie du soleil! Je n’ai jamais dit ça! Si le soleil devait s’éteindre. Nous aurions vraiment un problème, mais de courte durée. Nous crèverions tous gelés!

    « Ensuite vous interprétez mes connaissances sans me connaître… c’est fascinant, incapable de vous tenir à l’essentiel de mes écrits. »
    J’interprète vos écrits, et à travers elles vos connaissances. Et je pense avoir démontré ci-dessus que vous ne connaissiez rien à l’énergie. «  »Q: la chaleur du soleil ??? c’est quoi cela ? ça se mesure en quoi ? en BTU ? vous voulez dire l’Irradiance solaire j’imagine (L’intensité du rayonnement solaire). »

    « Quand je vous lis, je remarque tout le temps que l’aspect politique prend toujours le dessus sur l’aspect scientifique de mes interrogations. »
    C’est vrai! Comment pourrait-il en être autrement? Nous parlons d’une théorie énoncée par un organisme politique l’ONU, qui a embauché des « scientifiques » pour se donner un fondement scientifique.

    Je suis ingénieur et j’oeuvre dans le « privé ». J’accepte un mandat d’un client, si et seulement si, celui-ci n’engagera pas ma crédibilité. Je ne vais pas risquer ma carrière, pour des sous, que je vais gagner fièrement dans d’autres mandats. Et dans mon cas en tous cas, je n’en manque pas!

    Ce que je promets à mes clients, c’est que je vais faire valoir leur point de vue au mieux , et dénoncer les failles des adversaires.

    Dois-je vous expliquer : L’ONU est un client du GIEC (peut-être le seul), qui est un client des « scientifiques » sans scrupules, qui se prostituent pour le cash, qui ont déjà ramassés leur fond de pension, et qui espèrent que le RCA ne leur reviendra pas trop vite par la tête, tel un boomerang.

    Je n’apprécie pas du tout les invectives que lancez au gré de vos frayeurs.

    Garder à l’esprit que c’est le message qui compte. Lorsque l’on attaque le messager c’est qu’on est à court d’arguments.

    • G. H. Larouche dit :

      À M. Larouche de youppi

      Je sais que le mot irradiance n’existe pas dans le dictionnaire. Mais j’essaie de me corriger.

  64. youppi dit :

    Vous dites « par rapport à une relative stabilité pendant 1000, 10 000 ans ou plus encore (CO2), selon les divers auteurs de ces reconstructions. » prouvez-moi ça

    Je n’ai fait que taper ‘CO2 atmospheric concentration’ sur google et cliquer sur l’option image.

    il me semble que ce n’est pas une information qui devrait être nouvelle pour vous ?.

    qu’avez vous à dire ? comment expliquez cette relative stabilitée pendant des périodes de temps aussi longues et récemment une hausse aussi importante ? Surtout ne me répondez pas que les proxies utilisés ne sont pas précis… surtout pas après nous avoir fournie des informations aussi précise sur un évènement qui s’est passé voilà 74 000 ans (toba).

    http://www.google.ca/url?sa=i&rct=j&q=co2+atmospheric+concentration&source=images&cd=&cad=rja&docid=MYCM_cBxRDQ4OM&tbnid=dS9HyxaxVjBzZM:&ved=0CAUQjRw&url=https%3A%2F%2Fwww.ncdc.noaa.gov%2Findicators%2F&ei=9WT5UqLHJ5S4yAHo3YG4Bg&bvm=bv.60983673,d.aWc&psig=AFQjCNHjcsKKNUZnWT-qghar2IThelmuRQ&ust=1392162349143060

    http://www.google.ca/url?sa=i&rct=j&q=co2+atmospheric+concentration&source=images&cd=&cad=rja&docid=BaIoaIAr1ot6aM&tbnid=WAdWaxKyiQCU3M:&ved=0CAUQjRw&url=http%3A%2F%2Fwww.skepticalscience.com%2Fco2-levels-airborne-fraction-increasing.htm&ei=ImX5UrSjJ4SwyQHHkoGIAw&bvm=bv.60983673,d.aWc&psig=AFQjCNHjcsKKNUZnWT-qghar2IThelmuRQ&ust=1392162349143060

    • G. H. Larouche dit :

      En quoi l’augmentation de la teneur en CO2 dans l’atmosphère (causée vraisemblablement en grande partie par l’industrialisation) peut-elle être un problème, puisque depuis le début du 21e siècle
      le température moyenne de l’atmosphère et des océans n’a pas augmentée, alors que la teneur en CO2, elle, n’a pas cessé d’augmenter.

      Ça ne vous allume pas ça? Le CO2 a continuer d’augmenter, alors que la température de l’atmosphère a cessé d’augmenter? Le CO2 n’a donc pas d’effet direct sur le climat. Est-ce que ça pourrait être plus simple que ça?

      Si vous croyez encore que oui? Consultez…

  65. youppi dit :

    Je ne pensais jamais que vous vous peintureriez dans le coin autant quand je vous ai abordé sur l’exploitation les sables bitumineux et de BP. La couleur de votre peinture est le BRUN en plus. Mais pas le brun de saveur chocolat !!!

    Vous les ‘brownies’ ne comprenez pas qu’en favorisant l’industrie pétrolière de l’Ouest vous nuisez à l’industrie manufacturière du Québec et de l’Ontario qui était plus prospère avant les conservateurs. Vous ne comprenez pas qu’en encourageant l’exploitation du pétrole vous défavorisez l’hydro-électricité et autres énergie renouvelable, la richesse du Québec. Vous bloquez le développement durable en nous faisant accroire qu’on créé de la richesse avec le pétrole. L’exploitation des sables bitumineux a fait augmenté le $ Can et mis un frein à notre industrie manufacturière et même chose pour l’industrie forestière.

    Heureusement que les québécois ont compris cela qu’au 21e siècle c’est le développement durable qui est acceptable, pas les formes d’exploitation des siècles précédents.

    • Youppi, dans votre commentaire du 10 fev 2014 à 7:25, vous faites une analyse futuriste. C’est de la science fiction. La réalité c’est que le pétrole et le gaz naturel sont disponible et que les grands réseaux de distributions sont là présentement, construit et disponible à tous. Il est impensable pour un esprit intelligent de fermer toutes les entreprises relié au pétrole. L’Hydro électricité ne suffirait pas, En janvier cette année durant les grands froids, nous en avons manquer. Dans 50 ans nous aurons peut-être développé de nouvelles technologies qui nous permettrons de réduire le pétrole mais aujourd’hui nous en avons absolument besoin. Youppi…, Awake !

      • youppi dit :

        Qu’est-ce qui manque au Québec pour suffire à tous les besoins durant les quelques pointes hivernales ? barrages, lignes électriques, répartition de la demande, meilleurs isolations des maisons, efficacité énergétique ??

        Renseignez vous correctement. En 2009, le physicien Québecois Pierre langlois dans son livre rouler sans pétrole n’avais déjà pas votre avis.

        les technologies de véhicules électriques et hybrides sont déjà tous là pour remplacer le vieux modèle de l’auto à combustion basé sur une économie de pétrole.

      • Reynald Du Berger dit :

         » barrages, lignes électriques, répartition de la demande, meilleurs isolations des maisons, efficacité énergétique « … toutes ces réponses sont correctes mais il manque aussi le gaz de shale et le pétrole. Je mise aussi sur le nucléaire. mais les lobbies environnementaux sont de formidables et efficaces freins au développement des énergies dites non vertes. Je ne crois ni aux parcs de vire-vents ni à ceux de cellules solaires. C’est cher, la durée de vie est limitée et donc pas rentable. Les véhicules électriques ne sont malheureusement pas adaptée à notre climat ni aux longues distances. Je les vois cependant dans le transport urbain des passagers ou pour les véhicules de livraison, ce qui diminue le smog, cette plaie des grandes villes.

      • Votre commentaire à Youppi du 11 fev 2014 à 6: 55 est de la logique pur. Je comprends mal les  »Verts », qui sont incapable de raisonner et voir la réalité vérifiable. J’ai l’impression qu’ils sont  »cons ». À un moment donné il nous faudra nous poser la question sérieusement !

    • G. H. Larouche dit :

      Vous dites :

      « Heureusement que les québécois ont compris cela qu’au 21e siècle c’est le développement durable qui est acceptable, pas les formes d’exploitation des siècles précédents. »

      Je viens de me faire « déquébécéciser ». Je ne suis plus un québécois de souche.

      « Heureusement les québécois ont compris »
      Ils ont compris quoi, ces québécois, dont je ne suis pas?

      Que « C’est le développement durable qui est acceptable » Quelle développement durable?

      Celui du genre de faire la promotion des biocarburants qui n’a causé rien de moins qu’un génocide dans les pays pauvres.

      Celui de faire la promotion des éoliennes qui coûtent plus cher lorsqu’elles fonctionnent, que lorsqu’elles ne fonctionnent pas.

      Celui de transférer 1 milliard de dollars du fond de rénovation des infrastructures du Québec, à la promotion du transport en commun?

      Consultez….

  66. youppi dit :

    Je voulais bien entendu dire qu’est-ce qui manque avec notre hydro-électricité renouvelable actuelle pour être autonome encore plus du pétrole et autres énergies productrice de GES ?

    avec les automobiles plug-in la solution est déjà mise en marché et disponible , si ce n’est quelques ajustements sur le réseau d’Hydro.

  67. Youppi, les automobiles Plug-in ne sont pas prêtes. De plus elle sont trop dispendieuses et elle n’entre pas vraiment en compétition avec les petites voitures à essence qui prennent moins de de 6 litres aux cent km. Pour ce qui est du GES, il est nécessaire pour le bien être de la vie sur la terre. Il nous faut voir la réalité dans son ensemble.

    • youppi dit :

      pourquoi vous dites que les automobiles plug in ne sont pas prêtes ?

      Je vous suggère de vous informer sur cette excellent site internet qui montre les dernières évolutions dans ce domaine:
      http://www.evworld.com/index.cfm

      Les petites voitures qui font réellement 6 L au 100 km (et non annoncé par les constructeurs) ?

      Ma petite Honda Insight fait vraiment 5 L/100 km en été et vraiment 5,3 L/100 km en hiver.

      La toyota prius fait vraiment 4 L/100 km.

      La toyota prius plug-in et la volt sont les deux modèles hybrides branchables les plus connus mais il y en a plusieurs autres qui s’en viennent.

      Question perspective ne pas oublier que lorsque vous vous comparez au premier.

      10 L/100 km = 28 mpg
      6 L/100 km = 47 mpg
      5 L/100 km = 57 mpg
      4 L/100 km = 71 mpg ….

      • @Youppi concernant ton commentaire du 15 fev 2014 à 11:49 h. à propos de l’auto électrique. La réalité vérifiable…, oui la technologie est là concernant l’auto électrique. La Tesla coûte 150 000$. Bonne voiture mais les bornes de chargements…, sont où ???? Réalité, je ne peux pas me la payer. Le propriétaire d’une Tesla doit choisir ses destinations sinon il manque de  »jus » ! GM fabrique une belle petite voiture électrique, la Volt qui vaut près de 50 000$ équipé. Cette voiture fonctionne comme une locomotive sur rail. Il y a un petit moteur à essence qui charge les batteries et avec un plain vous pouvez faire Mtl Val d’Or. Avec les batteries seulement, vous pouvez rouler moins de 60 km…, c’est pas long. Les autres marques qui fonctionnent seulement à batteries, n’ont pas assez d’autonomie. Or, la voiture électrique la mieux adapté est la Volt de GM mais tu peux en avoir une semblable, à essence pour moins de la moitié du prix et la voiture à essence fait moins de 7 litres au cent. De plus, même si les voiture électrique se vendaient le même prix qu’une voiture à essence, les remplacer du jour au lendemain est impossible. Cela prendrait au moins 30 ans. Dans 30 ans la Tesla coûtera sûrement moins cher, alors oui pour la voiture électrique.

  68. Monsieur Larouche, dans votre commentaire du 12 fev 2014 en réponse à Youppi à 5:40 h, vous finissez en disant :  »Si vous êtes incapable de suivre les liens logiques…, consultez » ! Alors, selon mon expérience, les  »Verts » sont comme les croyants à une secte. La faculté de raisonner n’est pas là. Ils sont comme les gens de Green Peace qui s’attaque aux exploitants du pétrole. Si vous demandez à ces gens…, que devrions nous faire sur le plan international si du jour au lendemain le pétrole était interdit…, nous verrions sur leurs visages, la joie de la victoire car il n’y aurait plus de pétrole. Cependant, ces sots seraient incapable de trouver la solution de remplacement du pétrole dans l’immédiat…, même en sachant que des milliards d’humains mourraient de faim et de froid ! Vous leurs dites de consulter…, mais, je suis prit avec ce maudit  »MAIS »…, qu’arrive t’il quand nous demandons à une bûche de bois sec de consulter ? Je pense simplement que ces gens sont sots !

    • G. H. Larouche dit :

      Il ne m’arrive pas souvent de converser avec mon bois de poêle.

      Et vous savez quoi? Jamais il ne m’a répondu. Enfin pas encore. Mais j’ai une certaine appréhension, s’il fallait qu’il me réponde.

      Comme de fait youppi ne me répond plus, depuis quelques temps. Avez-vous remarquez? Je crois qu’il me boude, m’ignore ou whatever?

      Un bout de temps, lorsque je lui ai expliqué qu’il avait des problèmes de sémantique (des provlèmes avec le sens des mots) j’ai même cru que je pourrais lui faire entendre raison. Quel naïf je suis.

      Au fait, n’est-ce pas vous qui disiez que les naïfs étaient des sots?😉

      Dans l’attente… de votre livre…

      • Monsieur Larouche, Je me suis rendu compte depuis longtemps que la communication est une science des plus compliquée. Il est certain que le mot  »Sot » ne m’a jamais effleuré l’esprit en pensant à vous. Par contre, Youppi est tellement espiègle qu’il mérite parfois de se faire frotter les oreilles😉 Je sais que Youppi est une personne intelligente mais…, parfois il nous faut chercher longtemps dans le fond de la boîte de Pandore. Les  »Verts » sont tellement illogiques et quand Youppi s’identifie à ces groupes de fanatiques…, bin il tombe sur les nerfs ! Par exemple, dans le Parti Québécois il y a des  »Verts » fanatiques qui ont peur de tout ce qui est BRUN (Pétrole ). Curieusement, hier Mme Marois a décidé de passer à l’action avec l’exploration du pétrole au Québec. Je crie bravo…, mais je ne comprends pas. Pourquoi hier ces gens avaient peur du  »Brun » et aujourd’hui…, tout est beau ? Je dois aller réfléchir sur la notion de communication. Quel message le PQ veut faire passer aux québécois ????????

  69. Youppi, Monsieur Larouche mérite le respect. J’espère que votre message d’hier à 11:14h était une blague. Ne vous laissez pas aller à l’impolitesse sur ce genre de médium, car malgré les divergences, la population peut apprendre beaucoup de choses.

    • Reynald Du Berger dit :

      j’ai effacé le message de Youppi. En effet il faut rester poli, même si on ne partage pas tous les avis.

      • G. H. Larouche dit :

        J’ai eu le temps de le lire. Mais je ne voulais pas m’abaisser à ça. Et puisque je l’ai lu, le mal est fait. Et vous devriez donc remettre le message de youppi pour montrer aux gens « de quelle pile il s’éclaire », la version écocondriaque de l’expression : « de quel bois il se chauffe ». Il n’a même pas eu la décence de le dire en français.

      • Monsieur Larouche, Youppi en utilisant l’anglais…, dans sa tête c’est comme s’il faisait une blague. Vous connaissez ma façon de m’exprimer parfois, trop directement sur des sujets pointus. Sur certains blogs, des gens qui sont mes amis avaient tellement de difficulté à contrôler leurs émotions qu’il devenaient impolis avec moi. C’étais quand je parlais politique…, québécois et canadien. Je n’avais qu’a écrire : « I am a quebecois proud to be canadian » ! Mes amis séparatistes « pétaient » une coche et ils se comportaient pour quelques jours pire que Youppi. Il y a des gens qui sont incapables de contrôler leurs émotions…, ils sont trop Germaine peut-être ! Oooh…, que je suis langue sale !

  70. youppi dit :

    J’ai pris quelques temps pour laisser retomber la poussière….:)

    La raison de mon fp c’est que GHL écrivait à mon propos plutôt que sur le sujet principal de votre blogue. J’étais même surpris que vous laissiez son message.

    Je suis content de constater que votre dernier sujet a pris une tournure de meilleur calibre. En autres avec les commentaires de Kevin Roy … et de R Pagé et aussi de GHL..

    Le RC ou RCA doit être regarder dans sa globalité pour l’aspect scientifique. De plus, je trouve encore que les climato-septiques ne regardent que l’aspect politique en premier.

    Realclimate.com est un meilleur site dommage qu’il ne soit pas en français.

    • G. H. Larouche dit :

      C’est juste que quand on ne sait plus quoi répondre, au flot d’imbécilité que l’on propage, on attaque le messager et on leur fait des fp’s.

    • Reynald Du Berger dit :

      Youppi, il y a aussi friends of science.. et contrairement à ce que vous dites, je déplore justement que cela ait dérivé vers le politique et l’idéologie … cela aurait dû demeurer sur le terrain scientifique. Il y a eu des débats scientifiques en France entre Vincent Courtillot et Hervé Letreut par exemple. Ici, il n’y en a pas et je le regrette.

  71. Bonjour Monsieur Du Berger. Je crois que beaucoup d’entre nous ont été occupés par les Élections au Québec. Je vous envois ce mot pour vous demander ce que vous pensez des attaquent des « Verts »…, y comprit Suzuki, contre le projet de port méthanier à Cacouna ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s