Inquisition climatiste

Publié: 8 mars 2012 dans Uncategorized

Il y a deux mois, j’avais présenté ma conférence « Science du climat ou climatisme? Un doute qui dérange! » dans le cadre d’un cours de philosophie d’un cegep de Québec dont le titulaire, par le biais de ma présentation -qu’il voulait une démarche pédagogique- , visait à développer l’argumentaire chez ses élèves. Par la même occasion, une enseignante de biologie m’invitait à faire la même présentation dans le cadre d’une conférence-midi. Cette conférence devait avoir lieu mercredi midi. Or, lundi midi, une autre enseignante du même cegep m’informe que des enseignants en sciences sont « inquiets » suite au résumé de la conférence que je leur ai présenté et que ça contredisait ce qui est enseigné dans le cours « climat et biodiversité ». J’étais en beau *&!!&** car j’avais passé une demi-journée à mettre à jour mon powerpoint avec les dernières publications scientifiques (décembre 2011) et j’avais annulé la même conférence midi à un autre cegep, afin de les satisfaire. Or ce dernier cegep vient de m’informer qu’on annule aussi ma présentation, suite à ce que j’ai dit à Mario Dumont hier soir. Voici ce que j’avais envoyé à ces deux cegeps :

Science du climat ou climatisme? Un doute qui dérange!

Conférence proposée par Reynald Du Berger, ing.

Le GIEC a pour mandat d’étudier les effets de l’homme sur l’évolution du climat et de recommander aux décideurs des mesures pour atténuer cet effet par la réduction des émissions des gaz à effet de serre. Les conséquences sociales et économiques de telles mesures sont importantes. Ces recommandations reposent-elles sur de la science prouvée? La science climatique est-elle établie? Un scientifique présente quelques uns des écueils auxquels se heurtent les modèles de circulation globale (GCM) sur lesquels le GIEC base largement ses recommandations. Quelle est la part de l’homme dans le réchauffement climatique contemporain? La science a -t-elle dérivé vers le politique ou voire l’idéologie? Il est temps de ramener la question du réchauffement climatique sur son terrain essentiel qui est celui de la science.

Biographie :

Pour votre information et celle de vos élèves voici une courte biographie.

J’ai fait ma carrière à l’UQAC où j’étais professeur titulaire de géophysique. J’ai été le premier à déployer un réseau de stations sismographiques dans Charlevoix-Kamouraska en 1970. Le séisme du Saguenay de 1988 m’a fait connaître au Canada et aux USA. J’ai développé des techniques d’exploration géophysique dans la recherche des eaux souterraines et dans la solution de problèmes environnementaux – sismique réfraction et réflexion- (pollutions de nappes phréatiques). Un des projets que j’ai menés au Burkina Faso a permis de porter les succès des forages d’eau potable au Sahel de 2% à 76% et j’en suis fier. Je suis à la retraite depuis 11 ans. J’ai chez-moi une station sismographique du gouvernement canadien la seule dans la région de Québec. Je fais du bénévolat pour des oeuvres caritatives et siège aux CA de la section régionale de l’Ordre des ingénieurs du Québec et de la Société d’art et d’histoire de Beauport. J’ai été membre de L’American Geophysical Union qui publie plus de 60% de la recherche sur le climat, de 1970 à 2005.

Chers amis de ce blogue, avez-vous des enfants qui pensent à une carrière en sciences ou en génie? Ont-ils choisi leur cegep? Est-il trop tard?


commentaires
  1. Maryse Longchamps dit :

    Ma fille s’en va au cégep de la Pocatière en science-physique
    Elle est une mordue de science et de math
    J’espère qu’elle fait un bon choix, mais on me dit que le cégep de la Pocatière est excellent et tranquille!!
    Moi j’aurais aimé, qu’elle aille immédiatement en Université, je trouve que les cégeps sont un peu une perte de temps, mais je trouve son choix bon.

  2. […] Inquisition climatiste « Le blogue de Reynald Du Berger Imprimere-mailPartagerFacebookRedditDiggStumbleUponDiaspora […]

    • Sylvain Brousseau dit :

      M. Duberger a raison. La science climatique actuelle , la vraie, est en désaccord -avec ce qui a été trafiqué à partir des dits climatologues d’Angleterre (Ce pays est toujours extraordinaire, là n’est pas la qtn) . Plusieurs scientifiques ont rapporté des irrégularités et des textes biffés ou modifiés afin que ces personnes puissent recevoir des nouvelles subventions dites «vertes» du BBC, pour être selon la saveur du jour, le réchauffisme.
      Je me demande pourquoi , dans un livre que ma fille utilise à l’école, c’est écrit que sur la planète Mercure, la température est moins chaude que sur Vénus, ce livre nous dit que sur Vénus, il y a beaucoup de gaz carboniques causant l’effet de serre et que cela fait surpasser la température de Vénus plus que sur Mercure, même si Mercure est plus près du Soleil que Vénus !

  3. Ou pourrions-nous voir le contenu de votre conférence monsieur Du Berger ? Ça à l’air très intéressant.

  4. Ou feriez-vous une conférence dans la région de Montréal ? Merci.

  5. crioux dit :

    A une autre époque, on nous aurait brûlé sur des bûchers.

    Faut se rappeler que certains Comme Galilée ou Copernic ont eu a faire face au « consensus scientifique » de l’époque, et on voulait les faire taire, même s’ils avaient raison.

  6. En fait, Galilée ne pouvait pas prouver sa théorie à l’époque, c’est pourquoi la communauté scientifique ainsi que l’Église était prudente. Il s’était aussi mêlé de la théologie avec sa théorie qui n’était pas encore prouvée. Il se moquait aussi des autres scientifiques et du pape Urbain VIII bien que l’Église était ouverte à sa théorie. Le problème c’est qu’on ne pouvait pas prouver sa théorie, les moyens de l’époque étaient manquants. Copernic était un prêtre catholique.

  7. G.H. Larouche dit :

    Le problème dans le cas de nos « catastrophistes » c’est qu’il n’ont même pas besoin de prouver leur théorie. Elle est acceptée et financée d’emblée par le pouvoir.

    Y-a-t-il quelque chose qui puisse être fait?
    Il n’y a pratiquement pas de littérature en français sur le sujet…

  8. Bonjour,

    Je vous recommande deux sites en français:

    le site canadien d’Yves Pelletier
    http://www.rechauffementmediatique.org/wordpress/

    et le site français de Jacques Duran
    http://www.pensee-unique.fr/

    Lisez d’abord ces deux petits documents de synthèse à usage du grand public:

    http://www.rechauffementmediatique.org/wordpress/2010/12/08/problematique-climatique-par-jean-pierre-bardinet/

    http://www.rechauffementmediatique.org/wordpress/2012/01/12/pourquoi-le-giec-n%e2%80%99est-pas-credible/#more-6171

    J’espère que cela vous aidera à vous faire une petite idée sur le « delirium carbonum »….

    Cordialement

    • Reynald Du Berger dit :

      @M. Lacerte,
      J’ai été membre de l’American Geophysical Union (AGU) de 1970 à 2005. Si je n’en suis plus, c’est parce que leurs périodiques me coûtaient plus de 2 000$/année. Mais suite à leurs affirmations sur l’évolution du climat, je ne peux vraiment plus prendre cette société au sérieux et doute même de l’intégrité des membres de leurs comités de lecture. Vous trouverez quand-même sur le site de Jacques Duran sur lequel M. Bardinet attire notre attention dans son commentaire, plusieurs références publiées dans les périodiques de l’AGU qui jettent un doute sérieux sur l’hypothèse d’un réchauffement climatique anthropique. Pour ce qui est de l’Inquisition et du muselage des chercheurs, je vous invite seulement à réfléchir sur l’énoncé suivant de Joanne Simpson, une des plus grandes scientifiques du 20ième siècle, chercheur météorologue en chef de la NASA, la première femme au monde à obtenir un PhD en météorologie, auteure de quelque 200 publications scientifiques. Elle est à la retraite et déclare  » Puisque je ne suis plus affiliée à une organisation quelconque et que je ne reçois aucune subvention d’aucune sorte, je peux parler maintenant librement. Comme scientifique, je reste extrêmement sceptique quant à la principale revendication que l’homme soit l’agent principal de l’émission de gaz à effet de serre ou que ces gaz sont les coupables exclusifs du réchauffement climatique. Les conclusions sont établies entièrement par des modèles. Or nous connaissons très bien la fragilité des modèles climatiques concernant les système Terre-Air. « . Voilà pour le genre d’l’Inquisition qui touche les chercheurs du climat. et dont je suis victime dans deux cegeps. de Québec.

  9. Luke Meyer dit :

    Prof. Henri Masson, Université d’Anvers, déclare les modèles du GIEC « aberration statistique »

    http://www.xn--pourunecolelibre-hqb.com/2012/03/prof-henri-masson-universite-danvers.html

  10. G.H. Larouche dit :

    M. Lacerte,

    Eh oui, les inquisiteurs se trouvent évidemment du côté des pouvoirs en place.
    Au Canada, le gouvernement Harper conservateur atteint de delirium monarchique.
    Et au Québec, les gouvernements socialistes tous partis confondus, atteint de delirium carbonique.

    • Sylvain dit :

      Je ne suis pas d’accord pour dire qu’il y a «delirium monarchique» de la part du Parti au pouvoir au Canada (cf. commentaire de G.H. Larouche) Lorsqu’un gouvernement est majoritaire, c’est mathématiquement normal que les votes sur des points apportés par le Parti au pouvoir finissent par devenir des motions ou projets de loi acceptés en Chambre lorsque tous les députés (ou la plupart) du Parti majoritaire votent la même chose.

  11. luc lacerte dit :

    Bonjour à vous,

    M. Duberger si je trouve une citation d’une personne ayant un PhD en climatologie ou météorologie qui est aussi à la retraite qui affirme le contraire de ce que dit Mme. Simpson que fait-on?

    Je vous serais très reconnaissant si vous pouviez m’envoyer le lien où je peux trouver cette déclaration de Mme Simpson.

    Merci à l’avance

  12. Luc Lacerte dit :

    J’ai finalement trouvé le lien où la Mme Simpson a fait une entrevue:

    http://pielkeclimatesci.wordpress.com/2008/02/27/trmm-tropical-rainfall-measuring-mission-data-set-potential-in-climate-controversy-by-joanne-simpson-private-citizen/

    C’est très intéressant d’y lire:
    « What should we as a nation do? Decisions have to be made on incomplete information. In this case, we must act on the recommendations of Gore and the IPCC because if we do not reduce emissions of greenhouse gases and the climate models are right, the planet as we know it will in this century become unsustainable »

    Le texte contient plusieurs nuances. Ça serait plaisant si tout était noir ou blanc, ça serait plus facile en tous les cas.

  13. Reynald Du Berger dit :

    Cette entrevue date de plus de 4 ans. Or des données thermométriques et satellitaires ont depuis montré que les modèles climatiques du GIEC (GCM) échouent le test de la validation. Madame Simpson parle avec sagesse quand elle mention l’information incomplète. Aujourd’hui elle serait beaucoup plus catégorique sur son scepticisme. Mais vous avez raison de placer le texte que j’ai cité dans son contexte et je vous en remercie.

    • G. H. Larouche dit :

      Monsieur Du Berger,

      Vous connaissant depuis plusieurs années du fait que vous avez été mon professeur de géophysique à l’UQAC, il y a de cela une trentaine d’années. Je n’aurais pas cru que useriez de d’autres appuis que ceux du bon sens et de la logique pour prouver votre point de vue.

      La science n’est pas la recherche de consensus mais la recherche de la vérité.

      Personnellement, je crois que dans un argumentation scientifique, on ne devrait jamais avoir besoin de « PhDéifier » nos propos. Le gros bon sens et la logique devant gouverner toute démarche scientifique.

      Du choc des idées finit toujours surgir la lumière.
      Mais j’admets que ces temps ci les gaz à effets de « serf  » obscurcissent beaucoup les horizons de l’humanité.

  14. Luc Lacerte dit :

    Bonjour à vous,

    Vous dites en parlant de Mme Simpson:  » Aujourd’hui elle serait beaucoup plus catégorique sur son scepticisme ». N’est-ce pas difficile de savoir ce qu’une personne dirait? N’aurait-il pas été plus juste de dire qu’il serait intéressant de savoir ce que Mme Simpson dirait aujourd’hui?

    Peut-être est-ce bien malgré vous, mais il semble y avoir des procédés rhétoriques dans vos propos.

    • Reynald Du Berger dit :

      MMe Simpson a dit ça il y a 4 ans, lorsque les données du satellite ERBE et celle thermométriques récentes n’avaient pas encore été analysées. Or ces données récentes invalident les modèles du GIEC. Ais-je donc commis un si gros péché en prétendant que maintenant, , connaissant cela, elle aurait un scepticisme encore plus campé plus ferme?

  15. Luc Lacerte dit :

    Bonjour à vous encore une fois,

    Je ne fais que demander une question. Je ne suis pas certain que je sois apte à dire ce qui est un péché ou non . Si ma question vous a offensé je m’en excuse. La raison pour laquelle j’ai formulé la question est que selon ma compréhension, ce qui caractérise la science est la rigueur et la précision. Cette même précision implique souvent la nécessité de faire plusieurs nuances.

    Bonne journée à vous, encore une fois.

  16. @ Raynald du Berger : « Or ces données récentes invalident les modèles du GIEC. »

    Pourriez-vous préciser le sens de votre phrase ? Quelles données et quels modèles ? Avez-vous des références à fournir à vos interlocuteurs ?

    • Reynald Du Berger dit :

      M. Climato,

      pour qu’un modèle GCM du GIEC soit acceptable, il faut d’abord qu’il soit calibré. Cette calibration ne peut se faire que sur la base de données historiques
      dans lesquelles il y a des trous et des erreurs énormes, que je vous laisse le soin de trouver, car même pour le profane, ça saute aux yeux. Il faut ensuite le valider ce modèle en lui faisant passer le test suivant: le modèle doit générer un output en accord avec les observations contemporaines…et les modèles échouent non seulement ce test, mais aussi celui du calage contre les observations satellitaires de l’expérience ERBES… je vous laisse ici encore travailler pour trouver. Garbage in = garbage out.

      • Dans votre réponse, il n’y a que des phrases. Ce qui m’intéresse, c’est que vous fournissiez des références précises qui fondent vos affirmations.

      • C’est un peu court.

        pensee-unique.fr n’est pas une référence scientifique, c’est un blog tenu par un physicien des agrégats à la retraite qui n’a jamais mis les pieds dans un labo de glaciologie, de paléoclimatologie, de dynamique de l’atmosphère ou de quoi que ce soit qui touche au climat.

        L’auteur de ce site est coutumier des énormités lorsqu’il parle du climat.

        Je vous conseille sa page sur l’effet de serre : http://www.pensee-unique.fr/effetdeserre.html

        C’est un bric-à-brac de n’importe quoi qui entre en contradiction logique avec les affirmations d’autres climato-sceptiques : en effet, si Gerlich et Tscheuschner ont raison, alors Roy Spencer a tort : http://www.drroyspencer.com/2012/03/slaying-the-slayers-with-the-alabama-two-step/
        De même, si Gerlich et Tscheuschner ont raison, alors Fred Singer a tort : http://www.americanthinker.com/2012/02/climate_deniers_are_giving_us_skeptics_a_bad_name.html#ixzz1nn0SciyO

        C’est de la logique scientifique de base : vous ne pouvez pas soutenir A et non-A dans un même raisonnement.

        Jacques Duran s’était d’ailleurs largement fourvoyé en faisant la promotion des travaux de Pierre-Marie Robitaille pour réfuter l’effet de serre radiatif du CO2.

        Laissons donc le site de Jacques Duran de côté et intéressons-nous à la science.

        Vous me semblez un peu court sur les modèles climatiques.

        Mon conseil pour commencer à investiguer ce domaine difficile et peu connu : tapez « Pinatubo model global temperature » sur n’importe quelle base de données, par exemple Google Scholar car il ne semble pas que vous ayez accès aux bases de données professionnelles scientifiques : http://scholar.google.fr/scholar?hl=fr&q=pinatubo+model+global+temperature&btnG=Rechercher&lr=&as_ylo=&as_vis=0

        L’injection d’aérosols sulfurés dans l’atmosphère lors de l’éruption de 1990 a été mise à contribution pour tester les modèles GCM et les conséquences d’un tel forçage. Et ça a plutôt bien marché.

        Auriez-vous quelques références scientifiques réfutant ce joli succès des modèles à présenter à vos lecteurs ?

        Pourriez-vous enfin préciser votre phrase et ne pas rester dans le vague : qu’est-ce qui cloche dans la confrontation des modèles aux observations actuelles ? Le cas du Pinatubo n’est-il pas une observation pertinente ?

      • Reynald Du Berger dit :

        .. ».car il ne semble pas que vous ayez accès aux bases de données professionnelles scientifiques … »

        J’ai été membre de AGU de 1970 à 2006, donc abonné a journal of Geophysical Research, Reviews of Geophysics et Geophysical Reserach Letters qiui publient plus de 60% de tout sur le climat. J’ai cessé car ça ma coutait plus de 3 000$/année.

        Sur les modèles, qq chose pour les profanes : http://www.contrepoints.org/2012/03/10/72535-interview-exclusive-de-henri-masson-sur-les-modeles-du-giec-aberration-statistique

        ben non!! c’est pas une revue à comité de lecture… mais c’est bon patreil…

        bonne lecture!

      • Effectivement Contrepoint.org n’est pas une revue scientifique, c’est un blog libéral-libertarien. Ca n’a rien à voir avec la recherche climatologique.

        Henri Masson ne connaît strictement rien aux modèles relatifs à la physique de l’atmosphère. C’est difficile dans ces conditions d’en faire une critique.

        Quant à votre abonnement à l’AGU qui vous coûtait cher, c’est une façon de noyer le poisson sans pertinence. En effet : 1. vous êtes dans la même situation que Jacques Duran du site pensee-unique.fr : en dehors des labos donc peu au courant de la réalité de la recherche sur le climat ; 2. la plupart des articles qui décrivent le fonctionnement des modèles climatiques ne sont pas publiés dans les revues de l’AGU.

        Je vous ai fourni un lien vers des dizaines d’études sur la modélisation des effets du Pinatubo : de nombreuses sont accessibles gratuitement. Ils vous permettent, si vous prenez la peine de les lire, de comprendre comment fonctionnent les modèles et pourquoi ils sont pertinents.

        Avez-vous pris la peine de lire ces articles ? Quelles critiques argumentées en tirez-vous ?

        Autre chose : lorsque vous parlez du satellite ERBE, pouvez-vous fournir à vos lecteurs les références des articles qui mentionnent les mesures ERBE et comment elles invalident les modèles ?

        Pour le moment, vous faite plutôt preuve d’un amateurisme complet en matière de climatologie… C’est un peu grave lorsqu’on prétend faire œuvre de pédagogie…

      • Reynald Du Berger dit :

        La température stagne ou même baisse depuis 1998. Les modèles du GIEC prédisaient pourtant pour ces 15 années une hausse de la température globale, puisque le CO2 atmosphérique a augmenté. Avez-vous une explication? Notez que je ne vous accuse d’aucune sorte d’amateurisme complet ou même partiel en matière de climatologie. je ne fais que poser une question.

      • 1. La température « stagne » uniquement si vous choisissez l’année 1998 comme point de départ pour établir une tendance. Si vous choisissez 1997 ou 1999, vous avez une tendance positive cohérente avec l’effet de serre radiatif des gaz à effet de serre, modulo la variabilité naturelle.

        http://www.woodfortrees.org/plot/wti/from:1995/to:2012/plot/wti/from:1997/to:2012/trend/plot/wti/from:1998/to:2012/trend/plot/wti/from:1999/to:2012/trend

        Saurez-vous expliquer à vos lecteurs pourquoi 1998 est une année particulière qui biaise l’analyse ?

        2. Le GIEC n’a jamais prédit que la température augmenterait de conserve avec le CO2 sur une aussi courte échéance. Le GIEC a toujours expliqué clairement que l’augmentation des températures serait toujours affectée de la variabilité naturelle du climat en plus ou en moins : http://www.ipcc.ch/publications_and_data/ar4/wg1/en/ch10s10-es-1-mean-temperature.html

        3. Vous n’avez toujours pas répondu à mes questions sur la modélisation de l’éruption du Pinatubo.

        4. Vous n’avez pas répondu à la question sur ERBE.

        5. Pour ma part, je maintiens que vos interventions relèvent de l’amateurisme scientifique total. C’est préoccupant lorsqu’on prétend faire œuvre pédagogique.

      • Reynald Du Berger dit :

        1998 fut une année El Nino exceptionnelle, la plus chaude du siècle. C’est drôle comme les réchauffistes accusent La Nina pour la température stagnante ou à la baisse qui « fuckent » leurs modèles – désolé pour la vulgarité Mais ces même n’invoquent JAMAIS El nino pour les années chaudes mais ils invoquent le RCA.

        ERBE,? voici:

        http://www-eaps.mit.edu/faculty/lindzen/235-LindzenGRL.pdf

        bonne lecture j’ai un vol pour Paris dans qq heures.🙂

      • Déjà lu : l’article de Lindzen et al. 2009 a été réfuté dans des termes peu flatteurs pour ses auteurs : http://scholar.google.fr/scholar?cluster=6218239056593212301&hl=fr&as_sdt=0,5

        Pour les années El Nino, vous avez des centaines d’articles dûment revus et critiqués où El Nino et RCA font plutôt bon ménage.

      • Reynald Du Berger dit :

        Déjà lu? mais pas compris à ce que je vois… j avoue que pour faire passer une droite – tiens une « droite » c’est vrai qu’une go-gauche ne passe jamais- à travers certains des nuages de points de ces modèles farfelus du GIEC , il faut de l’audace que seuls les réchauffistes du GIEC ont. Quelle arnaque!

        Réfuté? les modèles PRÉDISENT.. OUI! PRÉDiSENT une rétroation positive. i.e. une surchauffe menant à lApocalypse… donc repentez-vous!!!!la fin est proche! démontrez-moi une quelconque rétroaction positive avec les nnées climatiques contemporaines.

        ERBE ne prédit rien mais ne fait que démontrer une rétroaction négative. Un thermostat… faites de la science, et non des modèles de cristal (boules de cristal). Mesurez, observez ce qui se passe et faites ce que les géologues comme mon colloègue Ian Clark a fait à Vostok en Antarctique… faites aussi de la paléo-climatologie… ça vous dit qq choses? refaites vos devoirs mauvais élèves modélisateurs gauchistes et cessez de nous casser les couilles avec votre apocalypse climatique. Votre connerie nous a déjà suffisamment couté!!!

        Relisez l’article de Lindzen et notez que je ne vous colle aucun qualificatif. Je ne m’adresse qu’aux réchauffistes du GIEC tandis que vous m’avez déjà qualifié d’amateur…

      • Oui, d’ailleurs, le lien vers le site de Jacques Duran est mal choisi : il ne parle quasiment pas des modèles…

  17. G. H. Larouche dit :

    @M. Climato

    Like he said, models work like that : Garbage in = Garbage out. And vice verca.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s