Lettre ouverte à deux cegeps

Publié: 15 mars 2012 dans Uncategorized

Un cegep me refuse de parler de changements climatiques à ses étudiants sous prétexte que je ne peux fournir le communiqué de presse du MET office qui reconnaît l’absence de réchauffement climatique significatif au cours des quinze dernières années. L’autre me reproche d’aller à l’encontre de ce qui est enseigné dans le cours « Climat et biodiversité ». Voici une lettre adressée à certains professeurs de science de ces cegeps.

Bonjour,

C’est dommage que ça se termine ainsi. Nous sommes tous perdants.

Peu importe que le MET office ait émis ou non ce communiqué largement répandu -ou déformé?- ensuite par la presse britannique, il en demeure que la température globale stagne ou baisse depuis les 15 dernières années et les observations thermométriques et satellitaires le  démontrent. Les modèles du GIEC échouent donc ce test impitoyable de validation. Si l’on se réfère aux quatre organismes officiels chargés de relever les températures à la surface du globe (organismes servant de référence au GIEC), on ne trouve aucune trace d’un réchauffement significatif sur les quinze dernières années, on y décèle plutôt une stagnation voire une légère baisse de la température – graphique ci-joint-

Je regrette aussi que les faits et observations scientifiques rigoureusement contrôlées et publiées dans des revues scientifiques récentes et à comités de lecture que j’expose dans ma conférence, contredisent les messages de l’enseignement du cours « Climat et biodiversité ». Je ne peux les omettre et encore moins les altérer afin qu’ils puissent s’y conformer.

J’aurais aimé exposer à vos élèves et aux enseignants de votre cegep ces faits, observations et bien d’autres, leur parler des  méthodes utilisées par le GIEC pour construire ses modèles climatiques , attirer leur l’attention sur les faiblesses et lacunes  des modèles GCM ainsi générés, leur expliquer la grande complexité du phénomène climatique et l’impossibilité dans l’état actuel de nos connaissances,  d’extraire la preuve convaincante d’une influence anthropique quelconque significative à travers toutes les causes naturelles qui régissent l’évolution du climat de notre planète. Vous me refusez ce privilège et je le regrette.

J’ai la désagréable impression dans cette saga,  que l’attitude de certains professeurs de science de nos collèges québécois relève davantage de l’idéologie que de la science. La science est ouverte au débat, tandis que l’idéologie ne supporte pas plus la divergence que la dissidence.

Je salue quand-même votre ouverture qui me permet d’intervenir dans votre collège dans le cadre d’activités qui ne relèvent pas de votre comité. Au cas où cela deviendrait possible, soyez assuré que je vous en avertirai et que je serai alors heureux de vous rencontrer et de discuter avec vous et les collègues de votre comité.

salutations cordiales,

Reynald Du Berger

commentaires
  1. […] Lettre ouverte à deux cegeps « Le blogue de Reynald Du Berger Imprimere-mailPartagerFacebookRedditDiggStumbleUponDiaspora […]

  2. La science finit toujours par prendre le dessus sur l’idéologie et la religion, même si ça prend du temps.

    Que ce soit Copernic, Galilée, Darwin ou autre, ils ont été contre le « consensus », mais ils avaient raison. Ils n’y a que les idiots pour accepter une idéologie sans se questionner.

    Coïncidence, j’ai fait un billet sur un sujet connexe il y a deux jours:
    http://crioux.wordpress.com/2012/03/14/consensus-scientifique/

  3. Luc Lacerte dit :

    Bonjour,

    J’ai vu plusieurs entrevues que vous avez données a Dumont. Je me souviens que vous y aviez dit quelque chose comme le Met dit qu’il n’y a pas de réchauffement depuis 15 ans. Ai-je bien compris que vous n’avez pu fournir la référence de cette affirmation? Si c’est le cas, je peux comprendre que certaines institutions aient été frileuses de vous inviter. SI on déclare des choses aussi importantes il faut pouvoir les soutenir par la suite. Je ne pense pas qu’il s’agisse de quelque chose de personnel. J’imagine que toutes les positions sont acceptables dans les congrès scientifiques mais il faut s’attendre (surtout lorsque nous défendons une position minoritaire) a pouvoir les soutenir avec rigueur.

    Il en va de même pour l’affirmation:
    « Peu importe que le MET office ait émis ou non ce communiqué largement répandu -ou déformé?- ensuite par la presse britannique, il en demeure que la température globale stagne ou baisse depuis les 15 dernières années et les observations thermométriques et satellitaires le démontrent ».

    Auriez-vous la gentillesse de me donner la référence? Merci a l’avance.

  4. Luc Lacerte dit :

    Pour revenir sur mon dernier commentaire, je ne suis pas certain de bien comprendre lorsque vous dites:

    « Peu importe que le MET office ait émis ou non ce communiqué largement répandu -ou déformé?- ensuite par la presse britannique, il en demeure que la température globale stagne ou baisse depuis les 15 dernières années et les observations thermométriques et satellitaires le démontrent »

    Je pense me souvenir que vous ayez cité le Met dans une entrevue a Dumont:

    Alors je ne suis pas certain de comprendre votre position. Si un organisme n’a pas dit une chose ou que l’on n’a pas vérifié s’il l’a dit ou non comment peut-on le citer? Surtout pour une affirmation aussi importante? Surtout venant de vous qui avez enseigné a l’université?
    :
    Peut-être que sur les données vous avez raison mais la n’est pas la question.

    J’ai cherché Meteorological office of england 15 years coolling sur Google et voici ce que j’ai trouvé
    en quelques secondes:

    http://www.dailymail.co.uk/sciencetech/article-2093264/Forget-global-warming–Cycle-25-need-worry-NASA-scientists-right-Thames-freezing-again.html

    http://metofficenews.wordpress.com/2012/01/29/met-office-in-the-media-29-january-2012/

    Merci a l’avance et bonne journée

  5. Caroline Hébert dit :

    Et à votre avis M. Rioux, quelle est l’idéologie dans ce cas-ci? Les changement climatique ou l’absence de changements climatiques?

    Croyez-vous que M. Duberger soit un scientifique révolutionnaire qui, ayant travaillé des dizaines d’années sur le sujet, serait l’auteur d’une découverte extraordinaire qui serait la suivante: non le climat ne change pas? Croyez-vous que M. Duberger soit de la trempe de Copernic, Darwin et Einstein? Que cette homme, qui n’est pas en mesure de citer ses sources (ce qui est la base de tout travail de fond) et dont on ne peut trouver les sources d’ailleurs, soit à l’origine d’une idée nouvelle qui va révolutionner la pensée moderne?

    C’est l’idée que le climat change bel et bien qui a été une révolution. Au début, seule quelques scientifiques osaient croire une telle hypothèse. Mais de toutes évidences, à la longue, les données, les études ont fini par démontrer qu’il y a un changement climatique. De la même manière que les données ont fini par démontrer que la terre tourne autour du soleil et que l’évolution est un fait.

    • Reynald Du Berger dit :

      @Mme Hébert et M. Lacerte,

      à Dumont je n’ai cité que ce que j’ai lu et qui a été largement diffusé dans la presse britannique. Le MET se réfère aux quatre organismes pourvoyeurs de données au GIEC et tous les quatre doivent reconnaître qu’il n’y a eu aucun réchauffement global significatif depuis les quinze dernières années. Vous voulez une référence de ces quatre organismes sur cette stagnation et même baisse de la température? envoyez-moi une requête par email et je vous l’enverrai. Qui a prétendu que j’étais un climatologue, un scientifique révolutionnaire, de la trempe d’Einstein? Oui le climat change et il a toujours changé, tous les géologues et géophysiciens comme moi savent cela. .Si vous réunissez qq personnes intéressées à la question, je peux aller vous présenter ma conférence. Je ne présente pas une opinion personnelle de loustic, mais des données géologiques, géophysiques, océanographiques, satellitaires et thermométriques qui contredisent les modèles du GIEC, lesquels échouent les tests de validation. Ces données sont très récentes et ont été publiées dans des revues scientifiques avec comités de lecture. Je regrette qu’on m’interdise d’en parler à Radio-Canada et dans deux cegeps de Québec. Comment appelez-vous cette attitude?

      • G. H. Larouche dit :

        « envoyez-moi une requête par email et je vous l’enverrai »
        Pourquoi par courriel? Pourquoi pas sur ce blogue?
        Une requête en vertu de la loi sur l’accès à l’information, tant qu’à ça.
        Je croyais qu’il n’y avait plus que le GIEC pour se comporter comme ça.

      • Reynald Du Berger dit :

        Gilles, je ne peux joindre un graphique à un commentaire, voilà pourquoi je leur demande de me faire une « requête » par courriel

        requête, nom féminin
        Demande écrite ou orale.

    • jipebe29 dit :

      Mme Hébert,

      Le fait que le climat soit changeant n’est pas une nouveauté, ni une découverte exceptionnelle. Toute personne sensée le sait parfaitement. Par ailleurs, il suffit de consulter les archives et d’obtenir indirectement, via des proxies, les températures passées. Nous savons qu’il y a eu, sans remonter loin dans le passé, plusieurs périodes plus chaudes que de nos jours: Minoen, Episode Romain, Optimum Médiéval, et des périodes plus froides, comme le Petit Age Glaciaire. Donc votre propos est navrant de banalité.

  6. Luc Lacerte dit :

    Bonjour,

    Un gros merci pour votre ouverture. Mon courriel est luclacerte@hotmail.com. Par contre, je pense que tous les lecteurs profiterons de votre référence car cela semble avoir été l’élément sur lequel un collège a été mal à l’aise. Je laisse votre sagesse décider de ce qui vous semble le plus approprié.

    Merci à l’avance.

  7. Luc Lacerte dit :

    Rebonjour,

    J’ai du mal à me connecter à mon compte Hotmail, je cherche encore pourquoi. Sachez que je pourrais me satisfaire d’un (ou des) lien(s) internet en attendant que je puisse me connecter de nouveau à mon compte.

    Merci à l’avance

    • Reynald Du Berger dit :

      Bonjour M. Lacerte,

      Voici où trouver les températures de 2000 à 2012. Notez que ce graphique provient du hadcrut (Hadley Center Climate Research Unit) de l’University of East Anglia, principal fournisseur de données au GIEC et ce centre est à la source des milliers de emails qui ont fait tant parler (pas ici) aux climategates 1 et 2
      http://www.woodfortrees.org/plot/hadcrut3vgl/from:2000

  8. G. H. Larouche dit :

    Est-ce là le graphique que tu ne pouvais joindre?

  9. Luc Lacerte dit :

    Un gros merci M. Duberger.

    J’ai regardé le site du lien c’est très intéressant. L’intention du programmeur du site en question me semble louable. Et comme vous semblez dire que les données sont de source universitaire le tout me semble ok. J’ai cependant été curieux d’un commentaire du programmeur du site qui de de son propre aveu:

    « I welcome constructive suggestions of new algorithms or datasets I could add, and in particular help from experts if I’ve got any of the maths badly wrong (which is quite possible). »

    Je crois avoir trouvé d’autre information qui supporte votre affirmation qu’il n’y a pas de réchauffement notable depuis 10 ans. Mais 10 années n’est-ce pas peu? En cherchant j’ai aussi trouvé ceci:

    http://www.wmo.int/pages/mediacentre/press_releases/pr_904_fr.html
    http://www.wmo.int/pages/mediacentre/press_releases/pr_935_fr.html

    Dans le communiqué 935 on peut y lire:
    « De plus, les 13 années les plus chaudes font toutes partie des 15 dernières années écoulées depuis 1997. Quant à la banquise arctique, elle a présenté en 2011 la deuxième plus faible étendue et le plus faible volume jamais observés. »

    Est-ce que l’organisation météorologique mondiale nous cache des choses? Est-ce seulement que c’est chaud mais que ça n’augmente pas? Est-ce que 15 années c’est suffisant?

    Comme vous le constater j’ai besoin de votre aide car j’ai du mal à tout recoller ensemble, je commence tout juste à m’intéresser aux questions du climat.

    Merci à l’avance pour votre collaboration qui est très appréciée.

  10. G. H. Larouche dit :

    Je suis en possession de ces données et graphiques depuis quelque mois déjà, sur mon portable.
    Il n’y avait alors pas encore les données complète pour 2011 et celles de 2012.
    Et sur la base de ça, suivant ma compréhension d’humble mortel sceptique, la terre a commencé à se refroidir depuis 2001.
    Voyez vous même :

    http://www.woodfortrees.org/plot/hadcrut3vgl/from:2000/plot/hadcrut3vgl/from:2001/trend

    Onze ans déjà. Et on en est encore à ne parler que de réchauffement.

    Naturellement on m’objectera que ce n’est pas significatif statistiquement. Alors je demanderai combien d’années ça prend pour que ce soit significatif?
    Parce qu’après tout ce ne fait que 26 ans que la tendance au réchauffement est à la hausse. Soit depuis 1975. Et même qu’avant 1975, nous avions eu droit à 25 ans de refroidissement (depuis 1940).

    Voyez vous-même.

    http://www.woodfortrees.org/plot/hadcrut3vgl/from:1940/plot/hadcrut3vgl/from:2001/trend/plot/hadcrut3vgl/from:1940/to:1975/trend/plot/hadcrut3vgl/from:1975/to:2001/trend

    Et ensuite je me questionnerai ce qui se passe avec le CO2 qui est en hausse constante dans l’atmosphère. Est-il en grève de zèle? En renouvellement de convention collective?

    Ou est-ce plutôt que le CO2 n’a rien à faire dans cette affaire.

    Personnellement j’adorerais que ça réchauffe encore de 2 ou 3 degrés, avant de recaler.
    Si on est chanceux ça arrivera.
    Ce qui est certain cependant c’est que nous aurons une prochaine glaciation. Et ça, ça ne sera pas beau, si on n’a pas les énergies pour y faire face.

    Quelles énergies? La fusion nucléaire. L’énergie du soleil. Quoi d’autre?

  11. François Laflamme dit :

    Bonjour M. Duberger,

    J’aimerais soulever quelques points par rapport aux affirmations que vous avez faites à l’émission de Mario Dumont.

    Premièrement vous affirmez que le Meteorological office dit que le réchauffement climatique s’est arrêté, voire a diminué. Il est assez facile de vérifier ce qu’en dit le Met (« However, what is absolutely clear is that we have continued to see a trend of warming, with the decade of 2000-2009 being clearly the warmest in the instrumental record going back to 1850. ») et vous auriez du le faire plutôt que de rapporter les dires de la presse à sensation britannique. Ne pas vérifier vous-même les faits que vous rapportez montre un manque de rigueur et vous fait affirmer des faussetés ce qui nuit grandement à votre crédibilité.

    Quant à votre affirmation que la température stagne ou baisse depuis les 15 dernières années, affirmation supportée par les graphiques du hadcrut. Le problème est la période qui est trop courte, vous le dites vous-même à l’émission de Dumont, il faudrait 10 à 15 ans de plus pour confirmer hors de tout doute que le réchauffement s’est arrêté. Je suis tout-à-fait d’accord avec vous, il faut utiliser une plus grande période pour pouvoir tirer des conclusions et heureusement on peut utiliser 10 à 15 ans de plus de données (pas dans le futur bien entendu, mais en commençant les données plus tôt). En faisant commencer le graphique en 1990 (au lieu de 2000) on voit très bien que la décennie 2000 a été plus chaude que la décennie 1990… C’est sûr qu’en diminuant la période des mesures on peut avoir des échantillons qui supportent n’importe quelle théorie (regardez les données uniquement pour l’année 2002 ou uniquement pour 2006, les conclusions seront diamétralement opposées).

    Finalement, toujours lors de votre entrevue à l’émission de Mario Dumont, vous affirmez que: « l’année 2011 a été une année anormalement froide à l’échelle globale. C’est sûr qu’en France y’a fait chaud mais à l’échelle globale y’a fait beaucoup plus froid que la normale. » Pourtant, si on regarde les données de hadcrut, en 2011, les températures ont été plus élevées (entre 0,2°C et 0,45°C) que la moyenne.

    Bonne journée.

    • Reynald Du Berger dit :

      Je n’ai pas besoin du MET pour affirmer qu’il n’y a pas de réchauffement depuis 15 et que sur ce point, les modèles GCM du GIEC échouent le test de la validation. Mais c’est tellement gênant pour le MET de le reconnaître publiquement qu’ils nient leurs propres données.

      « Ne pas vérifier vous-même les faits que vous rapportez montre un manque de rigueur et vous fait affirmer des faussetés ce qui nuit grandement à votre crédibilité. » me dites-vous.

      Je vous invite à vérifier ces faits vous-même à même les données du hadcrut – qui est aussi à la source de ces milliers d’échanges de emails gênants qui ont abouti aux climategates 1 et 2. Regardez ces données, et continuez si vous voulez à croire à un réchauffement global depuis 1998. Donnez-moi encore 10 à 15 ans de ce régime de stagnation ou de baisse, et je vous dirai que c’est Courtillot qui avait raison et que le GIEc est responsable d’une bourde scientifique monumentale avec des conséquences sociales et éco9nomiques graves pour l’ensemble de la planète.

      … »Le problème est la période qui est trop courte, «  » » trop courte pour quoi? pour conclure que ça stagne depuis 15 ans?

      Pour le bilan climatique de 2011, que vous prétendez chaude et que moi je sais froide, je vous réfère à ceci. http://www.pensee-unique.fr/bonnetdane.html#2011

      d’autres questions?

  12. Luc Lacerte dit :

    Bonjour M. Duberger,

    Vous écrits me nourrissent profondément. Peut-être est-ce de ma faute, mais vos affirmations me demande beaucoup de réflexion. C’est pourquoi en relisant:

    « à Dumont je n’ai cité que ce que j’ai lu et qui a été largement diffusé dans la presse britannique. Le MET se réfère aux quatre organismes pourvoyeurs de données au GIEC et tous les quatre doivent reconnaître qu’il n’y a eu aucun réchauffement global significatif depuis les quinze dernières années. Vous voulez une référence de ces quatre organismes sur cette stagnation et même baisse de la température? envoyez-moi une requête par email et je vous l’enverrai. Qui a prétendu que j’étais un climatologue, un scientifique révolutionnaire, de la trempe d’Einstein »

    Je me questionne car vous semblez dire que vous n’êtes pas un climatologue. Par contre, j’imagine que vous vous proposez comme invité dans plusieurs émissions de télévision (LCN, RDI, Dumont). Lorsque vous y allez est-ce comme citoyen, comme spécialiste, comme sismologue? Si, effectivement vous vous proposez, pourquoi ne pas laisser la place à des spécialistes du domaine? Comme ancien professeur d’université qui a publié des articles sur les séismes, n’est-il pas surprenant que vous citiez ce que avez lu dans la presse britannique, sans aller vérifier ce que le Met disait (peut-être vous ai-je mal compris sur ce dernier point)? À l’ère d’internet, lire quelque chose, n’est-ce pas un peu mince comme source avant de formuler un énoncé à la télévision.

    Je ne suis pas du tout spécialiste dans le domaine et je tente seulement de comprendre. Vous aurez très certainement des réponses claires à mes questions et veuillez excuser mon incapacité à bien vous comprendre dès le départ.

    Merci à l’avance.

    • Reynald Du Berger dit :

      « Je me questionne car vous semblez dire que vous n’êtes pas un climatologue. Par contre, j’imagine que vous vous proposez comme invité dans plusieurs émissions de télévision (LCN, RDI, Dumont). Lorsque vous y allez est-ce comme citoyen, comme spécialiste, comme sismologue? »

      Je ne me propose jamais comme invité et je ne recois aucun cachet de personne ni pétrolières ni Radio-Can. Un climatologue ça n’existe pas. Pour se prétendre climatologue, il faut une solide formation en géologie, en géophysique (c’est mon domaine) en physique et chimie des haute moyen et basse atmosphère, en océanographie, volcanologie et meteorologie. Peut-être serez-vous intéressé d’apprendre que 90% des météorologues américains ne croient pas au réchauffement anthropique.

      Les medias ne me présentent que comme un géophysicien sismologue à la retraite, qui a fouillé un peu plus que les autres la question du changement climatique et surtout qui sait de quoi il parle quand il discute des changements climatiques passés. Je n’ai aucune autre prétention que celles-là. Je ne suis surtout pas un scientifique du climat et n’ai jamais prétendu l’être.

  13. luc lacerte dit :

    Merci beaucoup ça aide beaucoup le néophyte que je suis.

  14. luc lacerte dit :

    Vous excuserez ma curiosité mais une courte recherche sur le web m’a permis de trouver ceci:

    http://www.ametsoc.org/policy/2007climatechange.html

    Ce qui m’amène à vous demander la référence de votre affirmation selon laquelle:

    « Peut-être serez-vous intéressé d’apprendre que 90% des météorologues américains ne croient pas au réchauffement anthropique. »

    Vous avez probablement raison. C’est seulement que le site de l’American Meteorological Society(AMS) soutient quelque chose qui semble difficile à concilier avec votre affirmation. Peut-être est-ce la position officielle de l’AMS mais que de façon informelle c’est autre chose? Qu’en est-il selon vous? Est-ce que l’establishment de l’AMS contrôle ces membres?

  15. François Laflamme dit :

    Rebonjour M. Duberger.

    « Je n’ai pas besoin du MET pour affirmer qu’il n’y a pas de réchauffement depuis 15 ». Je suis tout à fait d’accord. Alors pourquoi laisser croire que le MET arrive à la même conclusion que vous, puisque ce n’est pas le cas (je faisait à cet élément et non aux données hadcrut).

    Pour ce qui est de la stagnation des 15 dernières années, je vous cite « Donnez-moi encore 10 à 15 ans de ce régime de stagnation ou de baisse, et je vous dirai que… » Ce n’est pas moi qui dit qu’une période de 15 ans n’est pas suffisante pour tirer une conclusion (dans un sens ou dans l’autre). (Vous dites à peu près la même chose dans l’émission de Dumont: « À mon avis, il va falloir 10 à 15 ans de plus de données climatiques pour qu’on puisse conclure que l’homme n’a définitivement rien a voir dans les changements climatiques… ») Puisque je ne peux vous donner les températures du globe des 15 prochaines années (les questions de réchauffement ou non ne se poseraient pas…), je vous invite donc à regarder les données qui sont connues (des 30 dernières années puisque vous semblez dire que cela prends 30 années pour tirer des conclusions). La décennie 2000 a été plus chaude que la décennie 1990 qui elle-même était plus chaude que la décennie 1980.

    Le problème est que vous supposez que les 10 à 15 prochaines années continueront à stagner ou à baisser (sur quel modèle vous basez-vous?), si c’est le cas je vous donnerai raison, mais si ça continue à augmenter, donnerez-vous raison aux alarmistes? En attendant je ne peux me fier qu’aux données passées.

    Par rapport à l’année 2011, selon le premier graphique du site auquel vous avez fait référence, on voit très bien que la température moyenne était au dessus (d’environ 0.1°C en moyenne) du niveau de référence. Et leur niveau de référence était fixé à la moyenne des années 1981 à 2010, soit parmi les années les plus chaudes enregistrées. Si une année était plus froide de 0,1°C que la moyenne des années les plus froides, accepteriez-vous que les alarmistes la qualifient de « anormalement chaude ».

    Pour ce qui est du reste de l’article, pourquoi se limiter à analyser les 14 dernières années, puisque vous avez établi qu’il en fallait une trentaine pour pouvoir parler de tendance.

    Bonne soirée

  16. luc lacerte dit :

    Rebonjour M. Duberger,

    En attendant vos réponses, j’ai continué à réfléchir (je tente de développer mon esprit critique),

    Je suis allé voir le site

    http://www.pensee-unique.fr/bonnetdane.html#2011.

    En attente d’avoir vos réponses j’ai aussi visité:

    http://www.ncdc.noaa.gov/sotc/global/2011/13
    http://www.wmo.int/pages/mediacentre/press_releases/pr_935_fr.html

    Il semble que lorsque je cherche une information je peux la trouver sur des sites officiels d’organisations qui me semblent crédibles (NOAA, OMM). De votre côté, les sites semblent plus informels (pensee-unique!, woodfortress, d’autres à venir). Est-ce que les le NOAA américain nous cache des choses?

    Est-il possible de réconcilier les références ci-haut qui en apparence semble se contredire? Qui dit vrai?

    Si selon l’organisation mondiale de météorologie:

    « En 2011, la température moyenne à la surface du globe est actuellement la dixième la plus élevée jamais relevée et est supérieure à toutes celles enregistrées lors des années précédentes correspondant à des épisodes La Niña, qui se traduisent normalement par un refroidissement relatif. De plus, les 13 années les plus chaudes font toutes partie des 15 dernières années écoulées depuis 1997. »

    Qu’est-ce que ce LaNina? Si l’OMM dit vrai pourquoi ne pas en avoir parlé à Dumont? Vous dites que les données indiquent une stagnation de la température, et j’aurais tendance à être d’accord avec vous. Mais si l’OMM, dit vrai avec les 13 années les plus chaudes dans les 15 dernières (depuis 1850 je crois), cela ne mérite-t-il pas une explication/analyse plus poussée?

    Comme je l’ai déjà dit je ne m’y connais pas en climat et je tente de m’informer. Concernant la stagnation de la température j’ai trouvé une figure intéressante (dont je n’ai pas vérifié la crédibilité de la source):

    Je trouvais la figure intéressante car elle illustre une dérive possible (je ne dis pas qu’il y a une dérive) et qu’il serait sage de s’assurer de ne pas l’emprunter.

    Cordialement,

    • Reynald Du Berger dit :

      Comme Gilles le souligne judicieusement, les graphiques des données réelles parlent beaucoup plus que n’importe quelle déclaration, qu’elle vienne du MET office ou de la NOAA. Je vous rappelle que le site du professeur Duran est sérieux et ne présente que des données référées dans des revues scientifiques avec des comités de lectures. Je m’en inspire largement pour mes présentations. Vous questions sont légitimes mais y répondre dépasse le cadre de ce blogue. Vous pouvez me téléphoner.

  17. G. H. Larouche dit :

    M. Lacerte,

    Dans l’article du AMS dont vous avez donné le lien ci-dessus, il y a l’affirmation suivante : « Global mean temperatures have been rising steadily over the last 40 years… »

    Est que, selon vous, le graphique ci-dessous support bien cette affirmation.

    http://www.woodfortrees.org/plot/hadcrut3vgl/from:1955/plot/hadcrut3vgl/from:2001/plot/hadcrut3vgl/from:1955/mean:100

    Ce que moi je vois dans ce graphique c’est que : Global mean temperatures have been rising steadily between 1975 and 2000, and this trend is now over.

    Maintenant, que l’AMS refuse de voir ça, ne fait à mon sens que prouver, qu’ils sont biaisés et de mauvaise foi.

    Je suis d’accord que dix ans ce n’est pas long à l’échelle géologique, mais à l’échelle humaine c’est un bonne tranche de vie, surtout quand on se trouve dans les premières tranches.

    Imaginez, les jeunes de 10 ans, qui n’ont eux aucune idée de comment la vie pouvait être difficile, durant la dure époque du réchauffement de 1975 à 2000. J’y étais moi et je vous jure….

  18. luc lacerte dit :

    Bonjour à vous,

    Un gros merci pour votre temps. Mais comme vous semblez si bien le dire plusieurs questions demeurent sans réponses (je vais probablement vous appeler). Je crois que pour le bien de tous il aurait été intéressant de voir ces réponses sur le blog, mais si vous jugez que cela dépasse le cadre du blog (qui est le vôtre) sache votre sagesse vous guider.

    J’ai des études universitaires de 2e cycle en sciences, je suis allé à quelques congrès scientifiques et je dois admettre que ce à quoi je suis habitué est beaucoup plus de nuances. M. Larouche lorsque vous dites:

    « Maintenant, que l’AMS refuse de voir ça, ne fait à mon sens que prouver, qu’ils sont biaisés et de mauvaise foi. »

    Le mot prouver, vous en conviendrez sûrement est probablement un peu fort. Comme déjà mentionné, je tente de me faire une idée sur le sujet et j’aime bien voir les deux côtés. Je vous avouerai que j’ai peur que des personnes, dont j’ignore à priori la compétence dans le domaine, fassent des interprétations un peu trop sommaires ou hâtives.

    À ma connaissance le GIEC ne produit aucune étude scientifique, il en fait une revue. Les commentaires, les questions et les réponses aux publications sont publiques. Les gouvernements fournissent les experts au GIEC. Peut-être ai-je tort? Ici ce que je vois, c’est que l’on semble remettre en doute des institutions qui me semble crédibles sur des arguments qui semblent être un peu courts (probablement que vos réponses que j’attends avec sérénité M. Duberger seront beaucoup plus argumentées).

    Bonne journée,

    • G.H. Larouche dit :

      Je conviens que le mot « prouver » était trop fort, préférez-vous plutôt le mot « démontrer »?

      Vous dites : « Je vous avouerai que j’ai peur que des personnes, dont j’ignore à priori la compétence dans le domaine, fassent des interprétations un peu trop sommaires ou hâtives. »

      Dois-je comprendre que vous avez peur de moi?

      Mes commentaires ne relevaient pas du domaine de la climatologie, mais de la « graphicologie ».
      Ne le cherchez pas dans le dictionnaire, ça m’étonnerait qu’il y soit.

      Sur le graphique ci-joint:
      http://www.woodfortrees.org/plot/hadcrut3vgl/from:1955/plot/hadcrut3vgl/from:2001/plot/hadcrut3vgl/from:1955/mean:100/plot/hadcrut3vgl/from:1975/to:2001

      Je vois une pente croissante relativement constante entre 1975 et 2001 (soit depuis 36 ans).
      Puis je constate que depuis 2001, il n’y a plus d’augmentation, la pente est nulle.
      Et je conclus donc que l’affirmation suivante de l’AMS : “Global mean temperatures have been rising steadily over the last 40 years…”, est fausse.

      Dites-moi que j’ai tort, et cela « démontrera » que vous aussi êtes du genre à ignorer ce qu’est la bonne foi. Oui je sais, il-y-a ici beaucoup de nuances et de subtilités, c’est voulu.

      Ce que je soutiens ici, c’est une opinion, ce n’est pas ma réputation.

      Quelle est la vôtre, d’opinion?

  19. Reynald Du Berger dit :

    Cela est très louable de vouloir connaître les deux côtés de la médaille climatique. Malheureusement votre attitude n’est pas propagée dans nos écoles ni dans les grands médias. Je vous donne un exemple du genre d’écueils auxquels se heurtent les modèles du GIEC. Ils posent comme prémisse que la température DOIT augmenter si le CO2 atmosphérique augmente. Or on ne peut à la sortie qu’obtenir des hausses de température. garbage in = garbage out. Ils négligent totalement les oscillations océaniques naturelles et surtout le moteur principal qu’est le soleil dont ion commence à peine à comprendre le fonctionnement magnétique. Et les volcans sous la mer? Les réchauffistes expliquent la stagnation actuelle en évoquant des années La nina (froides) qui annuleraient l’effet du réchauffement anthropique. Par contre, ils se gardent bien d’évoquer des années El Nino pour expliquer les années chaudes, ce qui montre leur mauvaise foi. Il y a de gros intérêts politiques et financiers là-dessous. Je vous encourage à poursuivre votre recherche de la vérité, c’est l’attitude saine que tout citoyen devrait adopter sur ce sujet et bien d’autres plutôt que d’accepter béatement les messages « officiels » des gouvernements.

  20. François Laflamme dit :

    Bonjour M. Duberger,

    J’aimerais réellement savoir quel critère vous permet d’affirmer que l’année 2011 a été « anormalement froide », car les documents que vous avez fourni sur ce blogue ne me permettent pas de comprendre.

  21. Pierre Laberge dit :

    Bonjour,
    J’ai lu tous les commentaires ci-haut et également consulté les sites cités en références. Et je dois en conclure que M.Duberger n’est pas apte à défendre ses arguments climato-septiques. Qunad viens le temps de répondre aux questions posées, il se défile vers le courriel ou le téléphone. Pas fort pour quelqu’un qui se dit scientifique. C’est pour moi, un manque de rigueur indéfendable pour un sujet aussi important.
    Je crois que M.Duberger devrait, comme l’a dit un commentateur de ce blogue, se contenter de parler de ce qu’il connaît le mieux i.e. la sismologie et laisser à d’autres plus compétents que lui parler du climat.

  22. Reynald Du Berger dit :

    … « Et je dois en conclure que M.Duberger…  » … Pas fort pour quelqu’un qui se dit scientifique… »

    et vous monsieur Laberge… vous êtes fort? fort en quoi? vous en concluez pas mal facilement… On va tester votre force sur cette question M. Laberge si vous me permettez ce défi… accepteriez-vous de venir débattre avec quelqu’un de pas fort comme moi sur cette question en public, à une émission de radio? le gant est jeté…le ramassez-vous?

  23. Pierre Laberge dit :

    M Duberger,
    Vous avez créé un blogue pour débattre de questions qui sont importantes pour vous.
    Pourquoi refuser d’en débattre sur votre blogue. La science n’est pas un combat de boxe…
    On vous pose des questions sur votre blogue, c’est la moindre des choses que d’y répondre et de citer vos sources.
    Sinon, fermer votre blogue comme vous l’avez déjà fait une fois et arrêter de nous baratiner avec vos arguments sans fondements scientifiques.
    Il ne faut pas mélanger science et opinions…

    • Reynald Du Berger dit :

      … » Et je dois en conclure que M.Duberger n’est pas apte à défendre ses arguments climato-septiques. «  » » et selon vous je ne suis « pas fort »…

      Vous avez la conclusion rapide … je vous propose une tribune pas mal plus large que ce blogue et vous la refusez?

      il me semble avoir répondu à vos questions. avez-vous d’autres questions?

  24. luc lacerte dit :

    Bonjour à vous encore une fois,

    Tout ça est très stimulant et intéressant. Par contre, comme je dispose d’un temps limité et que probablement vous aussi, je peux comprendre que certaines justifications peuvent peut-être mal se traduire sur un blog (des liens internet aurait été appréciés mais je peux comprendre). Toutefois, je vous serais très reconnaissant si vous pouviez me dire sur quoi se base l’affirmation, (tel que déjà demandé). Je suis certain que vous trouverez ma demande légitime compte tenu du fait que j’ai trouvé une affirmation difficile à concilier avec la votre sur le site de la Amercican Meteorological Society (http://www.ametsoc.org/policy/2007climatechange.html)

    “Peut-être serez-vous intéressé d’apprendre que 90% des météorologues américains ne croient pas au réchauffement anthropique.”

    Je vous remercie à l’avance

  25. François Laflamme dit :

    Bonjour M. Du Berger,

    Vous invitez les intervenants de ce blogue à poser des questions (2 fois sur cette page), mais lorsqu’on vous en pose, vous répondez peu… J’ai deux questions qui sont restées en suspend.

    Premièrement, par rapport à l’année 2011, que vous savez froide, les données que vous m’avez montré (sur les sites que vous avez suggéré), montrent qu’elle a été plus chaude que les années de références utilisées. Je croyais que c’était un critère pertinent (que de comparer la température à la moyenne des années de références) mais vous devez en utiliser un autre puisque vous arrivez à une conclusion différente. Quel critère utilisez-vous?

    Deuxièmement, par rapport à la période des mesures, vous semblez tenir à une période d’environ 30 années pour établir une tendance (dans ce blog : « Regardez ces données, et continuez si vous voulez à croire à un réchauffement global depuis 1998. Donnez-moi encore 10 à 15 ans de ce régime de stagnation ou de baisse… » ou à l’émission de M. Dumont : «  pendant les quinzes dernières années là, y’a plus de réchauffement climatique. […] À mon avis, il va falloir 10 à 15 ans de plus de données climatiques pour qu’on puisse conclure … » ). Pourquoi une période de 30 ans, quelles sont les raisons qui justifient ce choix (pourquoi pas 20 ou 40 ans)? Et surtout, pourquoi utiliser les données connues des 15 dernières années seulement, et supposer que les 15 prochaines vous donneront raison, plutôt que d’utiliser les données des 30 dernières années?

    Merci de bien vouloir m’éclairer sur les méthodes à utiliser en climatologie puisque, n’étant pas un spécialiste, je dois actuellement m’en remettre à des méthodes qui ne donnent pas les mêmes résultats que vous.

    • Reynald Du Berger dit :

      Je croyais vous avoir envoyé suffisamment d’information qui démontrent clairement que 2011 a été froide à l’échelle globale et chaude en France. Libre à vous d’y lire ce que vous voulez et d’exiger 40 50 ans ou 100 ans pour calibrer cette année. Me permettez-vous à mon tour de vous poser deux questions?
      1- croyez-vous que l’homme soit responsable d’un réchauffement climatique global contemporain significatif?
      2- si oui, sur quoi basez-vous votre affirmation?

      • François Laflamme dit :

        Pour répondre à votre question, je n’en sais rien. Et je voulais justement pouvoir répondre à la question « Y a-t-il un réchauffement? » auparavant puisqu’il est futile de chercher une cause au réchauffement s’il n’y a pas de réchauffement.

        Corrigez-moi si je me trompe, mais vous semblez mettre en doute le réchauffement climatique et votre argument principal semble être que l’année 2011 a été froide à l’échelle mondiale.

        Pourtant les sites auxquels vous faites référence (penseeunique.fr ou woodfortrees) me laissent perplexe puisqu’il y est mentionné que 2011 a été, 0,36°C plus chaude selon Hadcrut3, 0,41°C plus chaude selon NOAA et WMO et 0,45°C plus chaude selon la NASA, que leurs années de référence (à l’échelle mondiale, je ne m’intéresse pas à la France dans ce contexte).

        Vous dites que ces informations démontrent clairement que 2011 a été froide à l’échelle globale. Je ne comprends pas la démonstration. Je n’exige pas 40, 50 ni 100ans, je veux simplement que vous m’expliquiez comment doit-on interpréter ces résultats pour arriver à la conclusion que 2011 a été froide.

  26. Reynald Du Berger dit :

    …et votre argument principal semble être que l’année 2011 a été froide à l’échelle mondiale…

    c’est même pas un argument, c’est une simple constatation incontestable, comme celle de la stagnation depuis 1998. Avez-vous une explication pour cette stagnation? . Pourquoi ne dirigez-vous pas vos interrogations à M. Duran qui vous dira lui aussi que 2011 a été froide… probablement selon moi et selon lui à cause d’une La nina dont j’ai été témoin des effets en Australie. et la même année 2011 j’ai marché sur le glacier FOX en Nouvelle Zélande qui AVANCE de 1m à 1,5 m pas par année… mais par JOUR, Envoyez-ça à Charles Tisseyre.

    Je vous ai posé deux questions fondamentales sur le sujet de ce débat. Vous me répondez « je n’en sais rien ». . Pouvez-vous les poser à des gens en qui vous pensez pouvoir faire confiance sur cette question scientifique et me rapporter leur réponse?

    • Pierre Laberge dit :

      Belle façon de noyer le poisson M. Duberger. Vous refilez vos questions à d’autres et vous en posez de nouvelles pour faire diversion. Les questions de M. Laflamme et M.Lacerte sont pourtant claires. Je vous les pose de nouveau à titre personnel:

      1. Vous avez affirmé ceci:
      “Peut-être serez-vous intéressé d’apprendre que 90% des météorologues américains ne croient pas au réchauffement anthropique.”
      Et M. Lacerte vous demande d’expliquer pourquoi alors la Amercican Meteorological Society contredit votre point sur son site ?

      2. M. Laflamme demande:
      « Pourtant les sites auxquels vous faites référence (penseeunique.fr ou woodfortrees) me laissent perplexe puisqu’il y est mentionné que 2011 a été, 0,36°C plus chaude selon Hadcrut3, 0,41°C plus chaude selon NOAA et WMO et 0,45°C plus chaude selon la NASA, que leurs années de référence »
      Il fait référence à des sites que vous lui avez proposés et ces derniers infirment votre assertion a savoir que “l’année 2011 a été une année anormalement froide à l’échelle globale ».
      Comment expliquer vous cela ? Avez-vous une autre source qui confirme votre allégation ?

      Nous avons ici des questions légitimes et ces gens sont en droit d’avoir des réponses.
      Sinon, vous êtes malhonnête intellectuellement et il ne vous reste plus qu’à fermer boutique…

  27. Reynald Du Berger dit :

    M. Laberge:

    Il s’agit d’une question que le GIEC en votre nom a déclarée close, résolue, et il me semble avec laquelle vous êtes d’accord: . i.e. l’homme est responsable d’une calamité qui doit être stoppée sinon on court à la catastrophe… d’accord? svp pas de « je n’en sais rien »

    • Pierre Laberge dit :

      Vous n’êtes peut-être pas un très bon scientifique M. Duberger… mais vous êtes par contre un excellent polémiste.
      Et votre réponse à mes questions m’éclaire grandement sur votre position très « politique » dans ce débat. On est alors plus dans le domaine de la croyance.

      Mais si c’était au moins du scientisme, on se rapprocherait de la morale, au moins.
      C’est le biologiste Félix le Dantec qui donna un sens au mot « scientisme » dans un article paru en 1911 dans la Grande Revue. Il y disait «…Je crois à l’avenir de la Science : je crois que la Science et la Science seule résoudra toutes les questions qui ont un sens ; je crois qu’elle pénétrera jusqu’aux arcanes de notre vie sentimentale et qu’elle m’expliquera même l’origine et la structure du mysticisme héréditaire anti-scientifique qui cohabite chez moi avec le scientisme le plus absolu. Mais je suis convaincu aussi que les hommes se posent bien des questions qui ne signifient rien. Ces questions, la Science montrera leur absurdité en n’y répondant pas, ce qui prouvera qu’elles ne comportent pas de réponse…»
      http://agora.qc.ca/dossiers/Scientisme

      Il reste d’après moi encore à la Science à démontrer que la question des changements climatiques antropique n’en est pas une.
      Et vous non plus, M Duberger, n’avez visiblement pas cette réponse. Mais il reste qu’il y a un presque consensus de la part des scientifiques concernés par le climat.
      Pour être honnête avec vous, j’ai fait une recherche rapide sur la question de l’année 2011, et je n’ai trouvé qu’un site qui disait qu’il y avait une légère diminution (0.18 C), celui de la NASA. Mais ils expliquent ce bref « rafraîchissement » dans l’histoire (depuis 1888) comme étant un sursaut du climat assez normal mais qu’il s’inscrivait dans une hausse historique constante du climat de la planète. De beaux graphiques et une vidéo qui plairont sans doute à M. Duberger. Mais il faut aussi lire le texte. J’aimerais bien avoir vos commentaires la-dessus:
      http://ecologie.blog.lemonde.fr/2012/01/26/la-nasa-illustre-le-rechauffement-climatique-de-1880-a-2011-%E2%80%8E/

      La science n’est pas un spectacle M. Duberger. Elle se base sur des faits, formule des hypothèses pour éventuellement déboucher sur des réponses.

      Je vais vous demandez (comme à vos étudiants lorsque vous étiez leur maître) de faire un petit devoir d’information (objective et non biaisée par votre idéologie). Google est un outil merveilleux mais il faut faire un certain tri dans cette mer de sources.
      Bonne chance!

      A+
      Pierre
      P.S. J’attends avec impatience votre texte…

  28. G. H. Larouche dit :

    M. Laberge a des questions qui à mon avis sont parfaitement légitimes. Peux-tu y répondre?

    “Peut-être serez-vous intéressé d’apprendre que 90% des météorologues américains ne croient pas au réchauffement anthropique.”

    Peux-tu nous éclairer là dessus?

  29. Reynald Du Berger dit :

    Voici « mon texte » :

    permettez que j’utilise le vocabulaire québécois

    la « chicane » a commencé quand le GIEC a proclamé sans preuve que l’homme était responsable d’un réchauffement climatique et qu’il fallait prendre des mesures pour le contrer et que eux, les gens du GIEC étaient , grâce aux « pouvoirs qui me sont conférés par l’ONU » seuls aptes à faire des recommandations à toutes les nations du monde pour réduire leurs émissions de GES, lesquelles, nous avons déclaré, sont responsables de ce réchauffement , lequel si non atténué, fera courir la Planète à la catastrophe. Endossez-vous cet énoncé?

    Je veux bien répondre à des questions mais il me faut d’abord savoir si vous acceptez l’hypothèse du GIEc comme vraie (elle l’est à 90% selon leur dernier rapport) et ensuite, je veux savoir les chiffres, les graphiques, – analogues à ceux que je vous présente sur ce blogue- sur lesquels vous fondez vos affirmations. Je ne veux pas de modèles, je veux des observations crédibles des chiffrres qui démontrent ce que vous prétendez- je ne sais pas encore ce que vous prétendez- La balle est toujours dans le camp de celui qui veut imposer à l’autre des mesures qui l’affectent. Renvoyez donc moi la balle mais assuerz-vous qu’ellle repose sur des observation , des faits, et non sur des modèles.

  30. Reynald Du Berger dit :

    Gilles, un dernier rappel, voici le verbatim exact de la mission du GIEC:

    Le GIEC a pour mission d’évaluer, sans parti pris et de façon méthodique, claire et objective, les informations d’ordre scientifique, technique et socio-économique qui nous sont nécessaires pour mieux comprendre les fondements scientifiques des risques liés au changement climatique d’origine humaine, cerner plus précisément les conséquences possibles de ce changement et envisager d’éventuelles stratégies d’adaptation et d’atténuation. Il n’a pas pour mandat d’entreprendre des travaux de recherche ni de suivre l’évolution des variables climatologiques ou d’autres paramètres pertinents. Ses évaluations sont principalement fondées sur les publications scientifiques et techniques dont la valeur scientifique est largement reconnue.

    ^ » pour mieux comprendre les fondements scientifiques des risques liés au changement climatique d’origine humaine, »…

    avant même d’avoir commencé son enquête, ses études auprès de ses spécialistes du climat sélectionnés, le GIEC proclamait que l’humain était responsable de changements climatiques et qu’il fallait en évaluer les conséquences,

    90% des météorologues américains qui ne croient pas au RGA est basé sur un sondage que j’ai lu dans la presse américaine et oui, j’avoue que c’est pas très scientifique. Mais je répète mes deux questions fondamentales à ceux qui croient au réchauffement anthropique, et je n’ai encore aucune réponse à aucune de ces questions. . Ensuite on amorcera une discussion. C,est à celui qui accuse de fournir matière à accusation, avec chiffres, graphiques et faits.

    • Pierre Laberge dit :

      Avez-vous consulter ce site que je vous ai indiqué plus haut: ?
      http://ecologie.blog.lemonde.fr/2012/01/26/la-nasa-illustre-le-rechauffement-climatique-de-1880-a-2011-%E2%80%8E/

      Le Monde est peut-être trop à gauche pour vous ? Pourtant les sources sont de la NASA!
      Quand arrêterez-vous de vous défiler ainsi derrière des sondages ?
      Rigueur, rigueur, c’est la clef de voûte de la science… Ne l’oubliez pas!

      P.S.: Les accusations sont réciproques dans ce cas de figure…

      • Pierre Laberge dit :

        Merci M.Larouche d’avoir répondu à la place de M.Duberger qui ne fait pas ses devoirs comme d’habitude. Mais je le comprends de ne pas nous avoir répondu car il tentait encore de nous mystifier avec des affirmations non véridiques
        Alors qu’il disait en subtance:
        “Peut-être serez-vous intéressé d’apprendre que 90% des météorologues américains ne croient pas au réchauffement anthropique.”

        Il semble que la vérité soit bien différente concernant les résultats de ce sondage à l’AMS:
        « According to American Meteorological Society (AMS) data, 89% of AMS meteorologists believe global warming is happening… among those meteorologists who believe global warming is happening, only a modest majority (59%) believe humans are the primary cause… »

        Je ne sais pas où M.Duberger a pris son « 90% qui NE croient PAS au réchauffement anthropique » alors que c’est presque le contraire: 59% CROIENT au réchauffement anthropique.

        Est-ce de l’ignorance ou de la malhonnêté intellectuelle ?
        Des explications sont requises de votre part M.Duberger….

      • Reynald Du Berger dit :

        M. Laberge,

        me permettez-vous de vous ramener à votre devoir le plus fondamental sur cette question, qui consiste à répondre à mes deux questions? ensuite je suis prêt à discuter avec vous. Réponses s.v.p. On attend….et les « J’en sais rien  » sont interdits!🙂 et même si vous n’en saviez rien, l’insistance avec laquelle vous me sommez d’étaler mes preuves montre que vous deveuz bien avoir une vague idée sur la question… non?

  31. Reynald Du Berger dit :

    je répète mes deux questions … et j’attends vos deux réponses monsieur Laberge… ensuite je suis ouvert à toutes vos autres questions, mais il vous faut d’abord répondre à mes deux questions..

    1- croyez-vous que l’homme soit responsable d’un réchauffement climatique global contemporain significatif?
    2- si oui, sur quoi basez-vous votre affirmation?

  32. G. H. Larouche dit :

    J’ai bien aimé le lien à l’article de la NASA que M. Laberge a fourni ci-dessus.
    Je pense que les données y sont rapportées avec justesse, contrairement à la crosse du bâton de hockey, que l’IPCC nous avait sorti en 2001.

    http://www.skepticalscience.com/broken-hockey-stick.htm

    Quant aux commentaires certains sont justes.
    Cependant pour ce qui est de certaines affirmations ou opinions, elles gagneraient à être étayées.

    J’ai celles-ci comme exemple :

    « Si les scientifiques ne s’attendent pas à une hausse constante des températures, année après année, en raison de la variabilité naturelle du climat, ils tablent cependant sur une augmentation continue de la température au fil des décennies. « La tendance est à la poursuite de l’augmentation des températures. La Terre absorbe plus d’énergie qu’elle n’en émet », assure James Hansen, qui prédit de nouveaux records dans les deux ou trois ans à venir, du fait d’une activité solaire à la hausse et du phénomène El Niño. »

    Les scientifiques tablent dans le sens de miser?

     » Or, de nombreux scientifiques s’accordent pour dire que 350 parties par million est le taux maximal acceptable de CO2 qui peut être envoyé dans l’atmosphère. »

    Nombreux? 5 contre 1, 3 contre 1, 100 contre 1. Souvent le 1 gagne, c’est l’essence même des paris.

    Je pense que les preneurs au livre « bookmakers » vont bientôt finir par s’intéresser à la climatologie, qui n’a actuellement de science que son nom et ses prétentions.

    • Reynald Du Berger dit :

      Sondage;

      1- croyez-vous que l’homme soit responsable d’un réchauffement climatique global contemporain significatif?
      2- si oui, sur quoi basez-vous votre affirmation?- ou votre croyance-🙂

      je somme ceux qui répondent OUI de fournir leurs arguments, car ceux qui répondent NON n’endossent aucunement les positions du GIEC qui somment toutes les nations du monde de réduire leurs émissions de GES, ce qui a des conséquences sociales et économiques graves. Autrement dit, les OUI ont le fardeau de la preuve puisque c’est à cause d’eux que des gens comme Charest nous imposent leur stupide taxe de carbone… alors… personne dans la salle pour répondre à ces deux question?

  33. G.H. Larouche dit :

    Q1 : Non, je ne crois pas que la présence de l’homme sur la terre soit responsable d’un réchauffement global significatif, mesurable actuellement.

    Q2 : Je fonde mes opinions sur la base de mes nombreuses lectures sur le sujet.

    Je ne base jamais mes opinions sur celles des autres, leurs réputations, leurs statuts, leurs titres, leurs religions, etc… Bien qu’évidemment à priori, j’aurai tendance à croire plus un qu’un autre.

    Une des questions fondamentales que je me pose toujours d’emblée, est à savoir si la personne peut avoir des intérêts pécuniaires à soutenir une thèse plutôt qu’une autre. Si c’est le cas je vais être beaucoup plus suspicieux.

    Si ce que vous dites tiens la route pour moi au moment ou vous me le dite, alors j’adhère à priori jusqu’à preuve du contraire. N’est-ce pas là la quintessence de toute démarche scientifique sérieuse.

    Mais pour que toute démarche scientifique puisse suivre son cours, il faut évidemment que les propositions faites soient réfutables. Toutes ne le sont pas .

    Par exemple : « Dieu existe. », n’est pas une proposition réfutable et n’est donc pas une proposition scientifique. Personne ne peut prouver que Dieu existe, mais personne ne peut prouver le contraire.

    • Reynald Du Berger dit :

      Bonjour Gilles,

      mais quand une partie de l’humanité emmerde l’autre partie en l’accusant d’émettre des….bla bla bla qui dérangent la Planète, bref je réclame la réponse à mes deux questions que j’ai posées aux réchauffistes.. allo? … allo? … ya des réchauffistes qui veulent répondre? ..vous voulez que je répète les questions?

  34. Pierre Laberge dit :

    Au moins 3 personnes dont moi, vous ont posé des questions légitimes et vous vous obstinez à nous répondre par vos propres questions qui n’ont rien à voir avec celles que nous posons.
    On vous a fournis des liens très pertinents (NSA, Forbes, etc) tandis que vous nous référez à des blogues sans crédibilité.
    J’ai pris le temps de vous apportez des arguments très logiques sur ces questions et vous refusez toujours de citer vos sources où même d’y répondre de vos propres arguments.
    Vous êtes fourbe et fallacieux en omettant vos sources ou en ne citant que ce qui est en faveur de votre argumentation.
    Maintenant que je connais votre « modus operandi », je quitte cette discussion stérile, idéologique avant d’être scientifique. Je n’ai plus de temps à perdre avec un charlatan de votre espèce.
    Je trouve par contre vos opinions très dommageables pour les étudiants de CEGEP qui accepte encore d’entendre vos inepties. J’espère qu’ils auront la fibre scientifique assez forte pour vous démasquer comme moi je l’ai fait.
    Adieu M.Duberger et puisse la magnanimité du peuple vous venir en aide.

  35. G. H. Larouche dit :

    Reynald, je pense que ce cours est fini, il est temps de brosser le tableau et fermer les lumières, et tant pis s’ils échouent l’examen.

    • Reynald Du Berger dit :

      Bonjour Gilles,

      Tu es un de mes élèves dont je garde un bon souvenir, et il est significatif que ce soit toi qui baisse le rideau sur cet échange qui virait au vinaigre. C’est dommage que ça finisse ainsi par les insultes de monsieur Laberge. Je le regrette autant que toi. Nous sommes tous perdants, comme ces étudiants et enseignants de cegep. Dommage…

      Il Y a une lumière au bout du tunnel.. je viens de recevoir une invitation d’un cegep en Mauricie.

      take care buddy!

      ton vieux prof Dudu.

  36. luc lacerte dit :

    Bonjour à vous,

    J’ai voulu tenter de comprendre votre position et de voir la base de vos arguments. Il faut bien comprendre qu’il ne s’agit pas d’une position qui est basée sur les valeurs. C’est une question de sciences. En sciences il y a jamais de certitudes, en creusant nous arrivons presque toujours avec des nuances, des subtilités que la théorie/modèle expliquent mal ou n’expliquent pas. Cela est en soi une force en sciences car c’est ce qui permet de la faire avancer. L’objectivité est aussi une partie importante en sciences. L’objectivité parfaite n’existe pas mais on peut tenter tendre vers elle.

    Vous avez une position qui est contraire à celle de la très grande majorité des associations scientifiques, ce qui n’est pas en soi une mauvaise chose si votre position tient compte de tous les faits, qu’elle se veut le plus objective possible et qu’en bout de ligne vous interprétez ces faits d’une façon plutôt qu’une autre.

    http://en.wikipedia.org/wiki/Scientific_opinion_on_climate_change
    http://en.wikipedia.org/wiki/List_of_scientists_opposing_the_mainstream_scientific_assessment_of_global_warming

    http://www.pnas.org/content/early/2010/06/04/1003187107.full.pdf+html
    http://tigger.uic.edu/~pdoran/012009_Doran_final.pdf
    http://www.sciencemag.org/content/306/5702/1686.full.pdf

    Lorsque vous vous exprimez, je reconnais plus un discours de type engagé/politique avec des faits oui mais des omissions importantes et/ou des nuances importantes absentes. Vous faites des affirmations que vous avez du mal à soutenir. Vous semblez ne voir aucun problème à citer le Meteorological Office of England à la télévision (un argument central, que vous dites 40 secondes après le début d’une entrevuel) alors que l’on peut trouver facilement le communiqué de presse du 29 janvier en quelques secondes qui soutient le contraire. J’ai même écrit au MET pour avoir la publication originale et l’abstract ne dit vraiment pas ce que vous supportez.

    On vous lit, on vous regarde à la télévision, on vous écoute le tout avec l’esprit ouver. Vous-même vous choisissez de vous exposer en allant à la télévision, en écrivant le blog et étant très actifs sur la promotion de vos idées sur le sujet. Vous utilisez votre titre de scientifique pour vous donner de la crédibilité, mais en même temps vous dites qu’il ne s’agit que de votre opinion. Par contre vous semblez ne pas manquer d’assurance pour insinuer que plusieurs des meilleurs scientifiques dans le domaine réunis au GIEC dériveraient vers l’idéologie:

    « Un scientifique présente quelques uns des écueils auxquels se heurtent les modèles de circulation globale (GCM) sur lesquels le GIEC base largement ses recommandations. Quelle est la part de l’homme dans le réchauffement climatique contemporain? La science a -t-elle dérivé vers le politique ou voire l’idéologie? Il est temps de ramener la question du réchauffement climatique sur son terrain essentiel qui est celui de la science. »

    Cette introduction de la présentation est à mon sens non scientifique. Et non je ne vous expliquerai pas pourquoi. N’importe qui qui a publié dans une revue scientifique sait très bien qu’un tel abstract ne serait jamais accepté.

    Je vis dans un pays où les émissions de GES ont augmentées de l’ordre de 30% depuis 1990. Où à plusieurs reprises les académies des sciences du monde entier ont pris position pour dire qu’il y avait assez de connaissances pour prendre des actions concrètes pour limiter nos émissions:

    http://www.nationalacademies.org/includes/G8+5energy-climate09.pdf

    Vos positions peuvent nuire à vos descendants, à nos descendants. Vous avez totalement le droit de les exposer, mais je pense que vous avez le devoir de le faire avec la plus grande rigueur et objectivité qui soient.

    Vous faites des grosses affirmations, des grosses insinuation, des grosses omissions, peu de nuances, il faut vous attendre à ce que les gens demandent de bien argumenter votre position. L’ouverture fait avancer la sciences mais il faut pouvoir soutenir avec rigueur ce que l’on avance. Lorsque vos interlocuteurs, qui ne font qu’écouter, qui ne se proposent pas pour aller donner des conférences dans nos écoles, qui ne vont pas à la télévision pour semer le doute dans l’esprit des gens, vous demandent de soutenir ce que vous avancez on sent un malaise. Vous vous défilez, vous demander de débattre, vous inversez le rôle du fardeau de la preuve, comme si tout était de la rhétorique, comme si nous faisions de la politique plutôt que de la science.

    Je pense souhaite sincèrement que le plus grand nombre de professeurs d’école liront ce blogue avant de vous laisser parler à nos jeunes.

    Le réchauffement climatique d’origine humaine n’est pas une certitude, il y aurait tant à apprendre à nos jeunes sur le rôle du doute dans le fonctionnement de la science, mais je pense que votre manque de rigueur et d’objectivité nuit à la science et à la collectivité.

    Il faut une certaine confiance en soi pour offrir des conférences sur un sujet sur lequel une personne n’a jamais écrit d’articles scientifiques (révisés par les pairs), Il faut une grande confiance en soi pour discuter d’un sujet sur lequel notre expertise n’est pas reconnue. Il faut je ne sais pas quoi pour offrir de donner des conférence pour contredire ce que la très grande majorité des gens du domaine considère comme étant l’hypothèse la plus probable. Et il faut je ne sais quoi encore pour s’offusquer lorsqu’après ça on demande de soutenir sa position de façon objective, complète et rigoureuse. Difficile à comprendre, pour moi qui est un scientifique, de de la part d’une personne qui se présente comme étant scientifique.

    J’ai été ouvert, j’ai écouté, je suis désolé pour vous d’arriver à cette conclusion.

    • Reynald Du Berger dit :

      M. Lacerte, où avez-vous vu que je prétendais avoir des qualités de scientifique du climat? permettez-moi d’insister: je vous ai posé deux questions fondamentales sur le « problème » climatique.Suite à vos deux réponses, je vous promets d’entamer avec vous une discussion du sujet avec politesse et respect, contrairement à M Laberge qui m’a rabroué cavalièrement. La balle est, et a toujours été , dans le camp des climato-alarmistes.. Renvoyez-la moi mais avec honnêteté. J’attends vos deux réponses, ensuite je vous exposetrai mes arguments qui sont fondés, non pas sur des modèles mais sur des faits , des observations rigoureusement controlés.

      • Filou dit :

        Plusieurs ici me semblent des scientifiques. Je travaille aussi en science, mais ma tasse à moi, c’est davantage l’acquisition de données, et je ne me sens pas assez d’intérêt pour la climatologie pour étudier en profondeur le sujet (comme quoi le thème n’est controversé que si l’on y a des intérêts).

        Néanmoins, malgré mon manque évident de pratique à argumenter et tirer mes propres conclusions de points aussi précis que les résultats des données climatologiques recueillies par l’humain depuis quelques siècles, il me semble qu’une démarche scientifique peut s’accomoder d’un thème de recherche impliquant l’analyse du facteur humain sur le climat. Il se peut qu’une analyse poussée décrète que ce facteur est à peu près nul, ou tout au moins négligeable. C’est votre opinion sur le sujet, et je la respecte.

        Absence de preuve constatée ne veut cependant pas dire absence de preuve détectable, et dans ce cas précis, que le fin mot de l’histoire soit d’un côté ou de l’autre, il implique des quantités phénoménales de recherches, de mesures, d’analyse et d’idées. C’est pourquoi j’ai tendance à me méfier de solutions en paquets mignons recouverts d’une petite boucle, ce qui s’apparente assez fort à ce que vous proposez. Bien sûr, vous offrez de discuter avec ceux qui donneront les deux réponses que vous exigez. Je suis incapable de vous les fournir. Est-ce donc à dire que vous préférez que je prenne votre mot pour la vraie vérité véritable? Et l’autre réchauffiste qui me demandera des réponses pour les deux questions réciproques aux vôtres? Qu’en ferai-je donc??? Je serai bien incapable d’y répondre, à elles aussi. Devrai-je donc prendre son mot à lui aussi pour la vraie vérité véritable?

        Ne pouvant me satisfaire ni d’un côté ni de l’autre, je me déclarerai donc officiellement tiers-exclu.

        Et plutôt que de continuer à payer la taxe québécoise sur le carbone, laquelle m’emmerde autant qu’elle vous emmerde, je me prépare à quitter le Québec, après un retour qui n’aura dans mon cas duré qu’un an…

      • Reynald Du Berger dit :

        .. »ma tasse à moi, c’est davantage l’acquisition de données »….

        Voici un exemple d’acquisition de données sur lequel j’aimerais votre avis:

        imaginez les données de température dont on dispose pour le 19ième et une grande partie du 20ième siècles, données nécessaires pour calibrer les modèles du GIEC. 70% de la surface terrestre c’est la mer et on n’a que les très limitées et étroites routes de bateaux… le capitaine jetait de temps à autre un seau de bois ou de toile à la mer, le remontait et y plaçait un thermomètre, consignant ensuite la température , le bateau s’arrêtait dans qq ports pour ravitaillement, ses soutes contenaient quelques bonne bouteilles et si le capitaine s’appelait Morgan…

        ça n’est qu’un exemple, je peux vous en fournir bien d’autres.

        … »à me méfier de solutions en paquets mignons recouverts d’une petite boucle, ce qui s’apparente assez fort à ce que vous proposez »… lisez mon dernier billet sur les pendules… ça ressemble à paquet mignon bien ficelé? pour ce paquet voyez plutôt le dernier rapport du GIEC.

        … la balle est toujours restée dans le camp des réchauffistes, incapables de répondre à mes deux questions . Et quand on m’impose ce climat de peur et de culpabilité avec taxes de carbone assorties etc… j’ai le droit D’EXIGER des réponses à ces deux questions. Eux n’ont aucun droit d’exiger des réponses de ma part. ls ont le fardeau de la preuve. Dans quelques années, j’espère on prouvera cette arnaque et on démasquera les coupables, autant scientifiques que politiques et on les fera payer.

        Pendant plus de 50 ans le « consenssus » géoscientifique a nié la tectonique des plaques…. jusqu’à ce que la vérité resplendisse. Mais aucun de ces géoscientifiques n’avait fait suer la planète avec une taxe géologique et des mesures socio-économiques du genre de celles imposées par le GIEC. Quand on découvrira la vérité, je souhaite un Nuremberg où le GIEC devra répondre de ses actes. Une dernière question: approuvez-vous l’attitude ce ces deux cegeps à mon égard?

  37. G. H. Larouche dit :

    M. Lacerte, je ne pense pas me tromper en pensant que vous êtes honnête et doté d’un esprit scientifique, et partant sceptique.

    Poursuivez vos recherches et questionnements, il n’y a que cela de vrai. Et peut-être qu’un jour défendrons-nous les mêmes thèses.

    Un conseil, méfiez-vous des journaux, ils véhiculent la plupart du temps des nouvelles sensationnalistes qui ont peu de rapport avec la réalité.

    Dans ma spécialité, la mécanique des sols, je n’ai jamais lu dans un journal un article qui reflétait la réalité autrement qu’à travers un lorgnette sensationnaliste. C’est inévitable, du fait que les journaux doivent être intéressants ou à défaut aguichants.

    Un des bon bouquins que j’ai lu sur la question, s’intitule : « Heaven and earth : Global warming, the missing science. » Je vous le recommande. Il s’agit d’une brique ou d’une bible, c’est selon.

    En ce qui me concerne, ça m’a convaincu à tout le moins, qu’il pouvait y avoir bien d’autres explications avant le CO2 pour expliquer les changements climatiques. Notamment la plus évidente de toute, notre soleil sur lequel nous ne connaissons à peu près rien. Et que l’IPCC n’a pas daigné examiner à fond l’influence possible.

    Je pourrais déblatérer des pages sur la question. Normalement, ce serait à eux de prouver leur thèse, comme il va de soit pour toute nouvelle thèse scientifique. Cependant dans ce cas-ci, c’est le politique qui a passé une commande aux scientifiques de prouver que l’activité humaine avait une influence sur le climat de la terre.

    Dans quel but? Je vous laisse le soin de vous faire une idée. J’ai mes idées là-dessus.

    Une chose est certaine,

    Et sans surprise, les souteneurs du réchauffement causé par l’homme, se sont tout de suite trouver un consensus politique qui a fait pleuvoir des dollars de recherche, dollars qui ont fini par intimider la gente scientifique. C’est arrivé par le passé, et c’est arrivé encore cette fois-ci.

    Mais bon, tout ce que j’espère, quant à moi, c’est que la vérité triomphe. Encore que parfois je me demande pourquoi cela me tiens tant à coeur.

    D’autres fois, il m’arrive de mépriser le comportement de certaines personnes, qui à mon sens le font exprès pour ne pas vouloir comprendre.

    Mais rassurez-vous, M. Lacerte vous n’avez pas été de ceux-là, jusqu’à maintenant.

    Bonne chance…

  38. G. H. Larouche dit :

    M. Larouche,

    Vous n’auriez jamais dû dire tout cela.

  39. jipebe29 dit :

    @Caroline Hébert
    Depuis que notre planète s’est refroidie, le climat a toujours changé et il changera toujours.

    Je vous recommande de lire ces 2 petites synthèses (dans la seconde, vous trouverez les liens sur les sources), et vous verrez que la crédibilité du GIEC tend vers zéro, et que le dogme du réchauffement climatique anthropique ne repose que sur de sable….

    http://www.rechauffementmediatique.org/wordpress/2010/12/08/problematique-climatique-par-jean-pierre-bardinet/

    http://www.rechauffementmediatique.org/wordpress/2012/01/12/pourquoi-le-giec-n%e2%80%99est-pas-credible/#more-6171

    Bonne lecture.

    Cordialement, depuis la « vieille France »

  40. jipebe29 dit :

    @Caroline Hébert
    Depuis que la croûte terrestre s’est refroidie, le climat a toujours changé, et il changera dans le futur. Mais comment croire aux modèles numériques du GIEC et à son objectivité?
    Je vous recommande de lire ces 2 petites synthèses sur le sujet (dans la seconde, vous trouverez les liens vers les sources).

    http://www.rechauffementmediatique.org/wordpress/2010/12/08/problematique-climatique-par-jean-pierre-bardinet/

    http://www.rechauffementmediatique.org/wordpress/2012/01/12/pourquoi-le-giec-n%e2%80%99est-pas-credible/#more-6171

    Bonne lecture

    Cordialement (depuis la Vieille France)

  41. jipebe29 dit :

    @Luc Lacerte
    « Dans le communiqué 935 on peut y lire:
    “De plus, les 13 années les plus chaudes font toutes partie des 15 dernières années écoulées depuis 1997.
    Est-ce que l’organisation météorologique mondiale nous cache des choses? Est-ce seulement que c’est chaud mais que ça n’augmente pas? Est-ce que 15 années c’est suffisant?  »

    Cette désinformation systématique n’est pas acceptable. En effet, depuis 1999, la température moyenne globale est stable et a même un peu diminué. Donc, comme il y a un plateau de T depuis 1999, toute année de cette période est plus « chaude » que toutes celles depuis 1850 (de +0,7°C, ce qui est assez faible).

    « Quant à la banquise arctique, elle a présenté en 2011 la deuxième plus faible étendue et le plus faible volume jamais observés.”
    Voilà une belle absurdité: comment une température globale qui est stable depuis 1999 pourrait-elle avoir une action significative sur la banquise arctique? Si la fonte estivale a été plus intense en 2007, 2008, 2010 et 2011, les causes ne peuvent en être que des phénomènes locaux. Notons que les reconstitutions hivernales ont été, pour toutes ces années (sauf 2010) relativement importantes, jusqu’à environ 14 millions de km2.

    Et pourquoi ne jamais parler de la mer de glace australe, qui fond moins que pour les années 80-90 et qui a gagné plus de 1,5 millions de km2 au cours des hivers 2008 et 2010 ? Parce que cela fait désordre et n’entre pas dans la ligne du Parti ?

    L’OMM cite La Nina pour essayer d’expliquer des périodes plus froides, mais elle se garde bien de citer El NIno, qui crée des périodes plus chaudes. Elle a une argumentation qui a deux poids deux mesures: elle cite ce qui l’arrange et masque ce qui la gêne. . . D’autant qu’elle sait très bien que les effets d’El Nino et de la Nina s’équilibrent sur environ un an. . . Mais il lui faut bien défendre le dogme du RCA et le GIEC, dont elle fut à l’origine avec l’ONU et le PNUE…. Et pourquoi ne jamais dire qu’il y a eu nombre de périodes plus chaudes que de nos jours : l’Optimum Médiéval, L’Episode Romain, l’Holocène, et nombre de périodes bien plus chaudes lors des cycles de Milankovitch? Parce que cela ferait désordre et remettrait en cause le dogme du Réchauffement Climatique Anthropique? Quand donc arrêtera-t-on de nous mentir sans vergogne, comme le fait l’OMM ?
    Cordialement

  42. jipebe29 dit :

    @Luc Lacerte
    Le GIEC présente de graves dysfonctionnements, comme l’a montré l’audit de l’IAC (Inter Academy Council). Par exemple, 30% des sources sont de la littérature grise (donc douteuses). Et 24 chapitres sur 48 se sont basés sur trop de sources douteuses pour être crédibles.

    Si vous voulez en savoir plus, lisez l’ouvrage de Donna Laframboise, qui a fait un audit très sévère du fonctionnement du GIEC : « The Delinquent Teenager Who Was Mistaken For The World’s Top Climate Expert », que vous pouvez acheter en PDF pour quelques dollars sur :

    https://www.aplusdownload.com/cgi-bin/apluspro/scripts/apluspro.cgi?action=4&item_number=iap0001&iap0001_qty=1&cd=iocmvjwgc

    Cordialement

  43. jipebe29 dit :

    @Pierre Laberge et @tous
    Concernant le rôle supposé du CO2 et le renversement de la preuve, je vous invite à lire ceci.

    Voici un texte plein de sagesse du physicien et enseignant-chercheur à Polytechnique, Serge Galam, sur le renversement de la preuve.
    « Il est plutôt surprenant que celui qui affirme détenir « la » vérité voit ses paroles prises pour argent comptant quand celui qui réclame une preuve de cette affirmation non démontrée scientifiquement doit, pour être écouté, apporter la preuve que la vérité défendue sans preuve est fausse. Les techniques, la méthodologie, toute notre approche expérimentale et nos constructions théoriques ont été inventées pour prouver l’existence de ce qui existe. En revanche, il est impossible de prouver l’inexistence de ce qui n’existe pas… La preuve ne peut porter que sur quelque chose d’existant. Dans le débat sur le climat, j’insiste sur le fait que je parle bien d’absence de preuve, et non de doute, à propos de la responsabilité humaine en matière de réchauffement. De même, à propos de la question de savoir si nous sommes dans une phase longue de réchauffement ou de refroidissement. Le doute implique une croyance. Or en termes scientifiques soit j’ai la preuve, soit je ne l’ai pas. Il n’y a pas de place pour la subjectivité dans la validité d’un résultat scientifique. Il est urgent de savoir dire : « scientifiquement, on ne sait pas ». Aujourd’hui je ne dis pas que je doute de la responsabilité humaine, je dis qu’il n’y a pas de preuve de cette responsabilité. C’est un fait, pas une opinion ».

    C’est donc bien au GIEC d’apporter les preuves de ce qu’il avance, d’autant que l’absence de point chaud en zone tropicale (signature forte du rôle supposé du CO2) joue en sa défaveur.

  44. […] Refuser qu’un scientifique viennent faire une conférence pour ne pas contredire des profs qui donnent des cours qui font la promotion du réchauffisme? https://duberger.wordpress.com/2012/03/15/lettre-ouverte-a-deux-cegeps/ […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s