Ça va cailler!

Publié: 13 novembre 2011 dans Uncategorized

Quand il fait très froid en France, on dit souvent « ça caille! ». Or, « si la tendance se maintient » et à l’opposé des prédictions du Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (GIEC) -IPCC en anglais- , ce Vatican de l’ONU en matière d’évolution climatique, ça va cailler au moins pour les deux ou trois prochaines décennies.

Les prédictions de réchauffement climatique alarmistes du GIEC,  sur lesquelles reposent les attitudes toutes aussi alarmistes de certains scientifiques et de la plupart des gouvernements,  ne sont en réalité fondées que sur des modèles générés par des ordinateurs,  dont la plupart prédisent une élévation de la température pour les années à venir. Ces modèles supposent que l’on sait tout des mouvements de l’atmosphère et de l’eau des océans, que l’on comprend tout des multiples paramètres qui influencent le climat. Rien de plus faux. Les sciences du climat, appelées « la climatologie »,  sont d’une complexité déconcertante. Aucun « climatologue » ne peut prétendre maîtriser toutes ces sciences et les connaissances qui en découlent, pas plus qu’évaluer correctement les incertitudes inhérentes à ces modèles déterministes. Pourtant le GIEC affirme dans son dernier rapport que le réchauffement global d’origine anthropique est certain à 90% – et non pas à 85% ou 97%. Pourtant, plus de 80% de toute l’activité volcanique terrestre est sous la mer. Les volcans sont de formidables réservoirs et donc émetteurs de CO2. Personne n’a encore dressé d’inventaire et donc encore moins de bilan de toute cette activité volcanique, génératrice de quantités colossales de gaz à effet de serre (GES). Plus la pression est élevée, et plus la température est basse, deux conditions dominantes sur les fonds océaniques, plus l’eau peut contenir de CO2 en solution. Le GIEC ignore totalement l’activité volcanique dans ses modèles d’évolution climatique. Compte tenu de la complexité des sciences climatiques et du grand nombre d’inconnues, les prévisions du GIEC sont extrêmement hasardeuses. Ce sont sur elles que reposent pourtant les mesures aussi sévères qu’irréalistes de réduction des émissions de GES imposées injustement à différents pays , ainsi que ces futiles bourses et marchés de carbone.

Il existe pourtant une alternative à ces méthodes déterministes du GIEC. Elle est empirique et consiste à observer les variations climatiques du passé en tentant d’y repérer une certaine périodicité contrôlée par des paramètres comme la circulation océanique ou l’activité solaire par exemple. Il s’agit donc d’observer et d’extrapoler, plutôt que de projeter comme le fait le GIEC avec ses modèles,  en ne focalisant que sur  l’activité humaine comme indicateur, donc comme cause potentielle,  d’un toujours hypothétique réchauffement climatique global et catastrophique.

Un article récent intitulé « Evidences for a quasi 60-year North Atlantic Oscillation since 1700 and its meaning for global climate change » publié dans la revue peer reviewed Theoritical and Applied Climatology par Adriano Mazzarella et Nicola Scafetta, constitue un bel exemple de cette approche empirique. L’article est disponible ici. Voici le résumé.

The North Atlantic Oscillation (NAO) obtained

using instrumental and documentary proxy predictors from

Eurasia is found to be characterized by a quasi 60-year

dominant oscillation since 1650. This pattern emerges

clearly once the NAO record is time integrated to stress

its comparison with the temperature record. The integrated

NAO (INAO) is found to well correlate with the length of

the day (since 1650) and the global surface sea temperature

record HadSST2 and HadSST3 (since 1850). These

findings suggest that INAO can be used as a good

proxy for global climate change, and that a ~60-year

cycle exists in the global climate since at least 1700. Finally,

the INAO ~60-year oscillation well correlates with the ~60-

year oscillations found in the historical European aurora

record since 1700, which suggests that this ~60-year dominant

climatic cycle has a solar–astronomical origin.

Les auteurs utilisent en les comparant, donc en les superposant, la longueur du jour (LOD)-reliée à la vitesse de rotation de la Terre- et l’oscillation nord-atlantique (NAO), la LOD et la température de surface des océans, la NAO,  la LOD et la température de surface des océans et enfin les aurores boréales et la NAO. Ils remontent ainsi aussi loin que possible dans le temps et mettent finalement en relief ce cycle climatique d’environ 60 ans -donc de demi-période de 30 ans- qui serait d’origine solaire.

Le « réchauffement » contemporain du vingtième siècle a débuté entre 1970 et 1975. Depuis plus de dix ans, les températures se sont stabilisées ou ont même diminué. Si ce cycle de 60 ans est bien réel, nous devrions donc nous attendre à une baisse, ou du moins à une stagnation de la température globale pour les prochaines décennies… habillez-vous chaudement!

commentaires
  1. pierre chagnon dit :

    Y a t-il un de nos bons médias de gauche qui vont rapporté ca , j’en doute. heureusement on a quelques scientifiques comme vous qui nous rapporte les faits , nos idéologues de gauche sont tellement prévisibles

  2. La science – ou plutôt les sciences- du climat commencent à triompher de l’obscurantisme idéologique.

  3. […] Ça va cailler! « Le blogue de Reynald Du Berger. DiasporaFacebooke-mail Tags: Le blogue de Reynald Du Berger function dshare() { var url = window.location.href; var title = document.title; window.open('http://iliketoast.net/dshare.html?url='+encodeURIComponent(url)+'&title='+encodeURIComponent(title),'dshare','location=no,links=no,scrollbars=no,toolbar=no,width=620,height=400'); return false; } Akova blog | Bicycles Falardeau | Blogue de Midi Jazz | Blogue de Nicole Simard | Blogue du Festival d'été de Québec | Burp | Choux de Siam | CHYZ – Blogue des émissions | CKRL | Culturils | FEQ | Francis Desharnais | Francis Vachon photographe | Gilbert Lavoie | Julie Marie photographe | L'art quotidien | La marge | La Musicographe | La vie en BD | LCB | Le blogue de l'Aérospatial | Le Blogue de Limoilou | Le blogue de Michel Hébert | Le blogue de Nicolas Houle | Le blogue à Steph | Le carnet de Sophie Imbeault | Le mot du Cinephiliaque | Les Quatre Saisons | Libellule et ses spatules | Librairie Vaugeois | livingthelivelife | Mario tout de go | Ovologic | Patwhite.com | podcast | Pour la suite… images et mots | Quebecspot Média | Québec t'aime | Québec Urbain | Sciences dessus dessous | Steve Deschênes | suggestions quotidiennes | Summer au pays des caribous | Synchro Blogue – Sandra Bellefoy | Voix de faits Blogue de combat | […]

  4. Le climatologue-géographe Marcel Leroux était un fin observateur, et il privilégiait l’empirisme par rapport à la nouvelle religion de la modélisation numérique. Il disait que l’on ne peut faire de la numérisation que si l’on dispose d’un modèle solide, en cohérence avec les données d’observation. Il a donc élaboré le modèle AMP (Anticyclones Mobiles Polaires). Je lui laisse la parole dans ce document de l’Académie des Sciences, dont la première partie souligne toutes les lacunes et incohérences du GIEC :
    http://www.biokurs.de/treibhaus/180CO2/Echanges-meridiens-Chang-clim.pdf
    Bonne lecture

    Addendum : pour en savoir plus (pour les courageux), voir son ouvrage « Dynamic Analysis Of Weather And Climate », chez Praxis. C’est assez cher : environ 120€.

  5. Quelques données d’observation et expérimentation qui mettent à mal les modèles numériques du GIEC.
    1° T est stable depuis 13 ans (mesures satellitaires UAH et RSS
    2° Depuis 2003, les mesures des 3300 sondes océaniques ARGO montrent un léger refroidissement des océans.
    3° Les niveaux océaniques tendent à se stabiliser.
    4° Le flux IR quittant la Terre est très supérieur aux prévisions des modèles numériques du GIEC.
    5° Aucun point chaud n’a été détecté en zone tropicale
    6° Les test du projet CLOUD montrent que le modèle de formation de nuages bas du GIEC est faux, et que les flux de rayons cosmiques, qui sont fonction du vent solaire, donc de l’activité solaire, ont un rôle important pour la formation de ces nuages bas.
    7° La pente de montée de T de 1910 à 1940, à taux de CO2 quasiment stable, est identique à celle de la période 1980-1998 (seule période de covariation nette CO2-T, ce qui est trop court pour en déduire une relation de causalité CO2–>T)

    Et tout cela sans compter tout ce que le GIEC ne sait pas modéliser: les divers types de nuages en 3D, les turbulences non linéaires associées, la vapeur d’eau et le cycle de l’eau, les grands courants océaniques, les échanges dynamiques d’air et d’énergie, les divers types d’aérosols (certains ont une action refroidissante, d’autres une action réchauffante), la pluviométrie, le relief, la cryosphère, les rayons cosmiques en l’ennuagement…

    Enfin, le concept de forçage radiatif, inventé par le GIEC, viole la seconde loi de la thermodynamique. En conséquence, toutes les prévisions des modèles numériques du GIEC n’ont aucune crédibilité. Sachons reconnaître avec humilité que le climat est encore une vaste « terra incognita », et qu’il est vain de fantasmer sur des prévisions apocalyptiques qui restent du domaine de la chimère….

    • Merci pour ces excellents commentaires monsieur Bardinet. Je devine que vous êtes un scientifique et probablement sceptique comme Courtillot.

      • Je suis ingénieur de formation, ancien Directeur d’Usine et jeune retraité. Ayant du temps disponible, j’ai passé plusieurs centaines d’heures à me documenter et à travailler sur le sujet.
        Ma conclusion : les travaux du GIEC ne sont pas crédibles, à cause des hypothèses de départ. En effet, ce travaux ont été orientés dès le départ sur le réchauffement climatique anthropique. Bravo l’ONU et l’UNEP : il donne LA solution avant que les travaux n’aient commencé, et donc tout découle de cette carabistouille initiale. Sans compter des procédures bureaucratiques, avec mélange de politique et de science (cf la procédure d’élaboration du Résumé pour les Décideurs, et les relations troubles entre l’équipe dirigeante du GIEC et les organisations écologistes radicales (WWF, Greenpeace, ….).

        Kenavo

  6. Raymonde Hamel dit :

    Le refroidissement climatique est en route:
    De plus en plus de signes et de scientifiques se penchent sur ce qu’il est désormais convenu d’appeler le «refroidissement global», ou «Global cooling». A l’inverse du réchauffement climatique, il est ici question de la régression des températures. Les signes concrets sont déjà visibles puisque ces dernières années montrent une baisse des températures. Entre 2005 et 2010 nous aurions perdu presque un demi degré. Les annales météo signalent que les hivers de ces 2-3 dernières années sont parmi les plus froids connus depuis le début des relevés systématiques. Cela concerne l’Europe, l’Asie et l’Amérique du Nord. Il semble que l’hiver de l’hémisphère sud soit également très froid cette année. La banquise qui perdait de plus en plus de glaces en été, s’est entièrement reconstituée l’hiver dernier. En plus de ces constatations météorologiques, deux autres facteurs laissent penser que l’on va vers un rafraîchissement global – certains scientifiques parlent même de nouveau mini-âge glaciaire.-

  7. Le cycle solaire 25 risque d’être un des plus faible depuis des siècles. La dernière fois que ça a été aussi faible, ça a donné le petit ère glaciaire….

    http://science.nasa.gov/science-news/science-at-nasa/2006/10may_longrange/

    Ça doit être encore la faute de l’humain…🙂

  8. Bonjour Reynald. Je viens justement de jeter aux poubelles un article de la Presse Canadienne qui faisait état d’une augmentation des évènements climatiques extrêmes selon les sbires du GIEC. Je refuse de publier ce genre de bêtises dans mon journal. Ton article vient justement déboulonner cette propagande honteuse

    Puis-je le republier?

  9. Je vous recommande deux sites:
    http://www.pensee-unique.fr/ (site français, très technique)
    http://www.rechauffementmediatique.org/wordpress/ (site canadien, plus généralistes, mais très bon et très objectif.

    Bonne journée, cousins canadiens

    Kenavo (au revoir en breton)

  10. @Philippe David
    A l’approche de Durban, il importe de crier haut et fort pour nous culpabiliser et nous faire peur avec tous ces cataclysmes qui vont nous tomber sur la tête. Or, dans ses premiers rapports, le GIEC affirmait que la baisse d’écart de T entre les pôles et les Tropiques allait diminuer le nombre et l’intensité des tempêtes. Ils ont fait un beau virage à 180°. Curieux, non ? Un jour c’est blanc, le lendemain c’est noir, sans aucune justification ?
    En fait, les températures des deux pôles ayant diminué (alors qu’elles avaient augmenté dans les années 1950), les anticyclones mobiles polaires sont plus fréquents et plus intenses (plus de 1030 hPa), ce qui génère des dépressions plus fortes. Voyez ce document du climatologue français Marcel Leroux :
    http://www.biokurs.de/treibhaus/180CO2/Echanges-meridiens-Chang-clim.pdf
    Kenavo

  11. Réjean dit :

    Que penser de l’étude qui vient d’être publiée dans la revue Nature et qui conclu que la fonte des glaces en Artique s’est accélérée depuis 50 ans. Il s’agit d’une étude EMPIRIQUE et qui remonte 1500 ans en arrière. Est-ce correct d’avancer que l’activité humaine rejette annuellement dans l’atmosphère 40 milliards de tonnes de CO2 ? Est-ce raisonnable de penser que ces rejets n’ont aucun effet sur le climat ? Une question un peu plus personnelle. Est-ce que vous laisseriez tourner le moteur de votre automobile pendant des heures inutilement ? Et si disons, qu’un millier d’automobilistes « indignés » faisaient de même pour contester « la fraude et le mensonge des réchauffistes », est-ce que ça serait raisonnable et sans aucun effet sur l’environnement ? Car puisque l’activité humaine n’y est pour rien, en quoi cette action pourrait avoir des effets dommageables. Pourquoi ce sont les pays qui produisent du pétrôle qui contestent le réchauffement climatique ? Est-ce un pur hasard ? Pourquoi le déni de l’effet de l’activité humaine sur le climat est-il en grande majorité propagé par la droite ? Est-ce que la droite a une pensée foncièrement plus raisonnable et objective que la gauche ? Ça me semble insensé.

    À vous lire on croirait que l’on ne vit pas sur la même planète. Mais il faut avouer : je ne suis qu’un stupide gauchiste, mes interrogations n’ont donc aucun sens. Désolé, j’aurais dû y penser avant.

    • Reynald Du Berger dit :

      Que penser de l’étude qui vient d’être publiée dans la revue Nature et qui conclu que la fonte des glaces en Artique s’est accélérée depuis 50 ans. Il s’agit d’une étude EMPIRIQUE et qui remonte 1500 ans en arrière.

      Pouvez-vous me fournir la référence?

      Est-ce correct d’avancer que l’activité humaine rejette annuellement dans l’atmosphère 40 milliards de tonnes de CO2 ?

      Je ne suis pas sûr de la quantité, mais quelle proportion demeure dans l’atmosphère comparée à celle absorbée par les océans?

      Est-ce raisonnable de penser que ces rejets n’ont aucun effet sur le climat ?

      Oui c’est raisonnable car l’effet est non significatif.

      Une question un peu plus personnelle. Est-ce que vous laisseriez tourner le moteur de votre automobile pendant des heures inutilement ?

      Jamais! au prix actuel de l’essence c’est insensé!

      Et si disons, qu’un millier d’automobilistes « indignés » faisaient de même pour contester « la fraude et le mensonge des réchauffistes », est-ce que ça serait raisonnable et sans aucun effet sur l’environnement ?

      Je parle d’un effet insignifiant, je ne dis pas « aucun effet ». Le CO2 n’est pas un gaz polluant, c’est de l’engrais. Mais il y a des gaz autres que le CO2 issus de la combustion de l’essence qui eux sont polluants. L’automobile est la principale cause du smog de nos grandes villes.

      Car puisque l’activité humaine n’y est pour rien, en quoi cette action pourrait avoir des effets dommageables. Pourquoi ce sont les pays qui produisent du pétrôle qui contestent le réchauffement climatique ?

      Le seul pays à ma connaissance qui a clairement et courageusement déclaré son climato-scepticisme, est la République tchèque par la voix de son président Vaclav Klauss, ancien président de la Communauté européenne.

      Pourquoi le déni de l’effet de l’activité humaine sur le climat est-il en grande majorité propagé par la droite ?

      On ne parle pas de déni mais de scepticisme.

      Est-ce que la droite a une pensée foncièrement plus raisonnable et objective que la gauche ? Ça me semble insensé.

      Oui en général. Elle est moins basée sur les émotions et donc plus rationnelle.

      À vous lire on croirait que l’on ne vit pas sur la même planète.

      Vous vivez dans un monde utopique, je vis sur une planète concrète avec ses beautés et ses défauts.

      Mais il faut avouer : je ne suis qu’un stupide gauchiste, mes interrogations n’ont donc aucun sens. Désolé, j’aurais dû y penser avant.

      Pas du tout! Le gauchisme n’a rien à voir avec la culture ou l’intelligence. Un de mes meilleurs amis est un gauchiste avoué, séparatiste, altermondialiste, anti-américain primaire – il se décrit lui-même ainsi- et j’aimerais posséder seulement la moitié de sa culture…

      • Réjean dit :

        Sur l’étude publiée dans la revue Nature : http://fr-ca.actualites.yahoo.com/changements-climatiques-arctique-la-pire-fonte-des-glaces-042808181.html

        Vous dites que la droite  » est moins basée sur les émotions et donc plus rationnelle » Complètement absurde. Il y a de quoi rire à gorge déployée. Une orientation politique, qu’elle soit de gauche ou de droite, n’est jamais rationnelle et TOUJOURS ET SANS EXCEPTION basée sur les émotions. En effet, sans cela il n’y aurait plus ni droite ni gauche et on aurait déjà démontré scientifiquement qu’il faut voter Conservateur, que Harper est un grand philosophe et que tous les grands penseurs de gauche – et il y en a plusieurs (Adam Smith, Karl Marx, Keynes, etc, etc.), pourraient être considérés comme des imbéciles comparées aux fous-furieux du Tea Party ou du mouvement RLQ.

        Vous dites : « je vis sur une planète concrète avec ses beautés et ses défauts » Elle est bien bonne. Les humains l’ont transformée en dépotoir dégoutant. Et les idéologues fanatiques de la droite avec leur message dangereux de déni du réel seront jugés sévèrement par ce qui restera des générations futures. Alors je leur conseillerai d’aller se cacher dans un trou de mine pour qu’on ne puisse plus jamais entendre parler d’eux.

    • B. Vallée dit :

      « Est-ce correct d’avancer que l’activité humaine rejette annuellement dans l’atmosphère 40 milliards de tonnes de CO2 ? »

      Oui, sans doute. On consomme du pétrole comme jamais. Et tout particulièrement en Chine et en Inde… Vous pouvez toujours aller dire aux Indiens et aux Chinois qu’ils ont tort.

      « Est-ce raisonnable de penser que ces rejets n’ont aucun effet sur le climat ? »

      Je ne sais pas. Mais est-il plus raisonnable de penser que les humains auraient POLITIQUEMENT le pouvoir d’inverser une tendance climatique que l’on dit si lourde, même s’ils y ont en partie contribué ? Si je vous suis jusqu’au bout, il n’aurait pas falllu entrer dans la révolution industrielle, car c’était mal de brûler du charbon, puis du pétrole. L’embêtant, c’est que les vilains carburants « fossiles », consommés depuis plus d’un siècle, ont tout de même servi à accélérer formidablement le développement techno-scientifique, ce qui a permis, entre autres détails, de doubler notre espérance de vie… Je ne suis pas sûr de vouloir revenir en 1750, même si la vie était tellement plus « naturellle » dans ce temps-là… Quand on sera en mesure de chauffer EFFICACEMENT une maison avec des panneaux solaires ou des éoliennes, sous nos froides latitudes, on y viendra. Mais en attendant, les turbines de LG2 font bien le travail…

  12. Voici ce qu’écrivait le physicien Wood (dont l’expérience avait montré que les échanges de chaleur dans une serre se font très majoritairement pas convection) : « Il en résulte qu’il est nécessaire d’être précautionneux quant au piégeage du rayonnement (IR) en concluant que la température de la Terre est affectée par l’atmosphère. Les rayons solaires traversent l’atmosphère, réchauffent le sol qui, à son tour, réchauffe l’atmosphère par contact et courants de convection. La chaleur ainsi reçue est stockée dans l’atmosphère et y reste à cause du très faible pouvoir radiatif des gaz. Il me semble très douteux que l’atmosphère puisse se réchauffer notablement en absorbant les radiations émises par le sol, même dans les situations les plus favorables. »

    Je me demande toujours pourquoi le GIEC n’a pas pris en considération les travaux de Wood et n’a considéré que le modèle d’Arrhénius, qui est faux. A moins que ce modèle ne soit bien pratique pour tenter de prouver ce qui a été décidé au départ dans les statuts du GIEC, à savoir travailler sur le Réchauffement Climatique Anthropique : c’est curieux de fournir LA solution avant que les travaux n’aient commencé.

  13. Pourquoi le GIEC n’est pas crédible
    A) Aspects structuraux
    1° La solution est imposée
    Dans ses statuts, rédigés par l’UNEP (United Nations Environment Program), il est demandé au GIEC de travailler sur le « Réchauffement Climatique Anthropique » (RCA). Donc, avant même que le GIEC n’ait commencé ses travaux, on lui impose LA SOLUTION : il y a réchauffement (ce qui est vrai, mais il est minime : +0,7°C en 150 ans, non linéaire et une seule fois en phase avec le CO2, sur 1980-1998) ET il est anthropique. Donc, mécaniquement, les dirigeants du GIEC vont tout faire pour justifer cette solution, et ils n’ont pas hésité à utiliser de la science fausse, comme, par exemple, le modèle d’effet de serre d’Arrhénius, qui avait été réfuté par les physiciens de son époque, et que le GIEC a fort opportunément sorti de son chapeau.
    2° La bureaucratie règne en maître et la science est dévoyée
    Une fois que le rapport scientifique est rédigé (compilation de nombre de publications judicieusement sélectionnées), le résumé pour les décideurs (SPM) est préparé entre les dirigeants du GIEC et les représentants des gouvernements. Il est négocié mot par mot, à la virgule près, selon les bonnes habitudes du Grand Machin Onusien. De ce fait, le SPM gomme toutes les nuances, toutes les interrogations, tous les aveux de méconnaissance que l’on peut trouver dans le rapport scientifique. Puis, il est publié et présenté en grande pompe aux Etats, aux institutions internationales, et aux médias du monde entier pour qu’ils relayent la bonne Parole « GIECquienne » aux peuples de toute la planète. Après ce faste clinquant et fort onéreux, les scientifiques sont priés de mettre le rapport scientifique en conformité avec le SPM, qui a force de Loi Divine, et leur rapport ainsi trafiqué amendé est publié environ 6 mois après le SPM. Jamais la science n’avait été ainsi dévoyée (sauf avec le lyssenkisme, cousin proche du dogme du RCA) et jamais son éthique la plus élémentaire n’avait été ainsi foulée aux pieds.

    B) Réfutation par la Nature des prévisions cataclysmiques du GIEC et de l’ONU
    En 2002, l’ONU annonçait 10 millions de réfugiés climatiques pour les prochaines années. On les attend toujours…
    Le GIEC annonçait une montée continue de T, avec l’augmentation du taux de CO2 : on attend toujours, car T est stable depuis 1999.
    L’Arctique devait se réduire comme peau de chagrin : il est toujours là et sa glace se reconstitue en hiver (certes, il a perdu de l’étendue de mer de glace à la fin de l’été depuis 2007)
    L’Antarctique devait se réchauffer : il ne le fait pas, et même se refroidit quelque peu.
    Les océans devaient monter à plus de 3mm/an (certains, comme Al Gore, annonçaient même, sans sourciller, +6 m en 2100) : ils sont en phase de stabilisation.
    Les océans devaient gagner beaucoup de chaleur : ils n’en gagnent pas (publication de Spencer et Braswell), et le GIEC recherche avec acharnement où est cette sacrée chaleur perdue, mais refuse étrangement de remettre en cause ses modèles numériques…
    Le flux IR quittant la haute atmosphère devait suivre les prévisions des modèles numériques : une publication de Spencer, qui a analysé les données satellites sur plusieurs années montre que le flux réel est bien inférieur aux prévisions.
    Les points chauds des Tropiques devaient être LA preuve de la pertinence de l’effet de serre du CO2 : les nombreuses mesures satellitaires et par ballon n’en ont pas trouvé.
    Dans ses premiers rapports, le GIEC affirmait que la baisse d’écart de T entre les pôles et les Tropiques allait diminuer le nombre et l’intensité des tempêtes. Ils ont fait un beau virage à 180°. Curieux, non ? Un jour c’est blanc, le lendemain c’est noir, sans aucune justification ?
    En fait, les températures des deux pôles ayant diminué (alors qu’elles avaient augmenté dans les années 1950), les anticyclones mobiles polaires sont plus fréquents et plus intenses (plus de 1030 hPa), ce qui génère des dépressions plus fortes.

    J’ajoute qu’il y a depuis hier un ClimateGate Saison II Voyez sur le site canadien : http://www.rechauffementmediatique.org/wordpress/

    Kenavo

  14. Reynald Du Berger dit :

    @Réjean

    Radio-Canada| vous appelez ça une référence dans une revue avec comité de lecture? Où est la rigueur scientifique?

    J’entends « émotions » au sens péjoratif, l’émotivité typiquement féminine . La gauche est plutôt féminine formée surtout de femmes et d’homme féminisés. Exemple: à la marche de 50 000 personnes pour appuyer Jef Fillion et la liberté de parole, on voyait surtout des hommes et jeunes ,La droite ca ne pleure pas, ca marche, ca se retrousse les manches et ca créée de la méchante richesse de laquelle la gauche est jalouse comme une femme .L’émotion devant une planète « menaçée » devant des tis-canards huileux à la BP , c’est du pleurnichage de femmes et d’hommes féminisés.. la peur, la grosse pe-peur du changement climatique apocalyptique, c’est féminin tout ça et c’est pas pour moi. L’émotion et le pleurnichage avec les indignés à gauche, le rationnel, la force, le travail et la richesse qui en résulte à droite!

    • Réjean dit :

      Votre attitude était à prévoir. La premier réflèxe des idéologues (car à vous lire il n’y a pas de doute à mes yeux : c’est ce que vous êtes) lorsqu’on leur présente des études qui contredisent leurs affirmations est de dire « Je rejète cette étude du revers de la main ». Alors donc la revue Nature n’est pas une publication digne de confiance ? Pas fort comme argument. Les chercheurs de cette étude : Alain Bourque, climatologue chez Ouranos; Anne de Vernal, chercheuse de l’UQAM; Christian Zdanowicz, de la Commission géologique du Canada; ces gens sont des gauchistes efféminés, des tapettes, des pleurnichards. On reconnaît bien là le comportement habituel des droitistes : insultes, mépris, préjugés, arrogance et suffisance. Bof ! on pourrait en rajouter.

      Appuyer Jeff Fillion pour défendre la liberté de parole ?!? Vous voulez dire la liberté d’insulter, de nuire à la réputation des personnes, de répandre des préjugés néfastes, d’encourager la violence. Les 50 000 colonisés qui ont manifesté pour avoir le droit d’être un salaud en onde, quelle honte ! Pas surprenant que les femmes n’y étaient pas. Pourquoi iraient-elles défendre un misogyne qui passait sont temps d’antenne à les insulter. Et vous dites que la droite est rationnelle ? Pour être un peu plus précis vous devriez écrire : la force, le travail et la richesse au service du capital et la cagnote dans les paradis fiscaux. Là on serait plus près de la vérité.

      En lisant votre commentaire je ne vois rien de rationnelle et tout en émotion (rage, ressentiment, haine : des comportements d’esclaves. Des esclaves qui défendent leurs maîtres contre eux-même.

      Les hommes ne sont bon qu’à s’entretuer. Les femmes sont, contrairement à ce que vous dites, beaucoup plus raisonnables, pondérées que les gros-macho-débile-insignifiants qui ne pensent qu’à faire la guerre, à dominer, à lapider les femmes, les violer et les battre.

      Woman is the nigger of the world. Woman is the slave of the slaves. If you don’t believe me, take a look at the one you’re with. War is over if you want it : sans les femmes, mission impossible. Les hommes sont bien trop cons. C’est la raison pour laquelle la droite est stupide et « insane », si j’adopte votre hypothèse ridicule d’une droite macho et d’une gauche sensible et intelligente.

      John Lennon était peut-être un homme féminisé, mais ô combien plus inspirant que Jeff Fillion.

      • B. Vallée dit :

        « Les hommes ne sont bon qu’à s’entretuer. » Oh, boy ! Joyeux raccourcis pour résumer l’histoire de l’humanité…

    • Réjean dit :

      Juste une petite information à propos de John Lennon. A la question « Qui a tué les Beatles ?  » John a répondu : le capitalisme.

      • B. Vallée dit :

        Toujours le même prêchi-prêcha !

      • B. Vallée dit :

        Bon. On se calme, d’accord ?

      • Reynald Du Berger dit :

        et John.. il était gauchiste ou droitiste? selon vous..

        – et BTW « bye the way » comme disent les ados tarés et attardés sur msn ainsi que les animateurs tout aussi incultes:

        mon correcteur automatique de wodpress pas plus que celui de microsoft ne souligne gauchiste mais il souligne droitiste. … avez-vous une explication?

    • io ioval dit :

      Bonjour,
      je découvre aujourd’hui ce blog, il m’intéresse car toute voix qui s’élève en mettant en doute la sacro-sainte parole du Giec vaut qu’on s’y intéresse. Pour ma part, j’adhérerais à la thèse du réchauffement anthropique le jour où les preuves scientifiques seront tangibles. Jusque là je n’y crois pas un instant sans pour autant m’interdire de changer d’avis, je ne suis pas scientifique et je ne peux que lire ce qui m’est accessible pour m’informer et forger mon opinion.
      En attendant et depuis mes 14 ans (il y a bien longtemps..) je m’efforce de limiter les polluants dans mon environnement immédiat, peut-être naïvement j’ai toujours crû que pour améliorer les choses il fallait s’améliorer soi-même. Je ne cherche pas à donner de leçon et j’essaie juste d’avancer droit sans faire mal à personne. Lire sur ce blog les propos anti-féministes primaires de Mr Du Berger m’ont profondément décontenancée, je suis une femme et je ne savais pas que j’étais pleurnicheuse, jamais je n’ai eu besoin d’avoir peur du croquemitaine climatique pour comprendre qu’il valait mieux prendre son vélo que ça voiture dans la mesure du possible, je ne prétendrai jamais tenter de sauver la planète (qui en a vu d’autres..) mais que ce n’est pas une raison pour tout saloper autour de moi tant que cette même planète me portera. Cependant les propos terriblement outranciers et injustes sur les femmes et les « hommes féminisés » (on croit rêver) tenus par Mr Du Berger me semblent irrationnels et guidés par les émotions qu’il condamne. Il ne font qu’apporter de l’eau au moulin de tous les acharnés de la thèse du réchauffement climatique qui voient en tous les climato-sceptiques, dont je suis, des extrémistes/révisionnistes. Quel dommage de se décridibiliser ainsi. Je ne reviendrai plus sur ce blog fermé aux femmes puisque je m’y sens insultée. Il doit bien y avoir quelque part sur le net ou ailleurs des personnes informées et bienveillantes pour satisfaire ma curiosité sur le sujet climatique. Pour l’heure, je retourne surveiller mon palmier qui pousse gentiment dans mon jardin girondin et je me réjouis des petites variations climatiques qui m’ont permis de passer un mois de novembre en T-Shirt sur le bassin d’Arcachon. Et si quand bien même nos hivers devenaient plus rigoureux et bien ma foi, je ressortirai mon bonnet et mes moufles.

      • Reynald Du Berger dit :

        Bonjour Madame Ioval
        Une femme critique les travers masculins sans être trucidée, tandis que dès qu’un homme ose pointer des travers typiquement féminins on l’accuse d’antiféminisme et d’insulter les femmes. Sous ce dernier aspect, l’homme et la femme ne sont donc pas égaux. Nous vivons dans une société matriarcale. Je visite souvent les écoles québécoises et déplore que nos garçons y baignent plus souvent dans l’oestrogène que dans la testostérone. Ils manquent de modèles masculins. Prétendre qu’il y a des qualités et des défauts propres à chaque sexe ne fait pas de moi un monstre. La peur d’une souris qui traverse la cuisine – comme celle d’une apocalypse climatique- est plus répandue chez la femme que chez l’homme. Le leadership est davantage une qualité masculine. Qui est choqué quand on dit de quelqu’un qui a du courage et de la détermination « il ou elle a des couilles »? . Car il y a des femmes qui en ont, comme Mme Tatcher par exemple. L’homme est en général maladroit en maternage, on ne doit pas lui confier de bébés. La femme policier est mal équipée pour régler une bagarre dans un bar. Dire cela ferait de moi un monstre? Si mes propos que vous avez jugés offensants vous empêchent de continuer à fréquenter ce blogue , je le déplore, mais ça n’était pas mon intention.

      • Bonjour,

        Je vous recommande deux sites sceptiques:

        http://www.pensee-unique.fr/ (France, scientifique)

        http://www.rechauffementmediatique.org/wordpress/ (canada, site généraliste mais fort intéressant)

        Kenavo

        Jean-Pierre

  15. @Reynald Du Berger
    L’émotivité me semble être partagée quelle que soit la couleur politique ou le sexe.Nous avons toutes et tous des émotions, dans notre vie professionnelle comme dans notre vie privée. Toutefois, il importe de contrôler ses émotions face à des discours qui ont pour but de les susciter, afin de faire passer leurs messages, et de réfléchir sereinement pour déceler les objectifs recherchés. Car pour manipuler les citoyens, faire appel à leurs émotions est chose courante dans le cadre du climat : il faut sauver la planète (c’est du reste idiot, car la planète se porte très bien), il faut nous repentir de nos péchés, car les cataclysmes qui vont advenir par notre faute seront terribles, et il est urgent de réagir…Discours usé jusqu’à la corde, mais qui fonctionne auprès des personnes qui n’ont pas étudié le problème climatique ou qui subissent le lavage de cerveau que nous font en permanence les carbocentristes.

    Quant à Radio Canada, ils défendent becs et ongles le paradigme du Réchauffement Climatique Anthropique, malgré les commentaires pertinents de nombre d’internautes.

    Kenavo

  16. B. Vallée dit :

    À propos d’événements climatiques « extrêmes », ça me rappelle quelque chose. Il y a quelques semaines, le site Internet de Météomédia (autre relais de la propagande réchauffiiste) attribuait les récentes inondations en Thaïlande aux « changements climatiques ». Une dizaine de jours plus tard, Météomédia avait complètement changé de discours, en attribuant ces mêmes inondations… à la Nina, un phénomène naturel… Bizarre.

  17. Réjean dit :

    J’ai remarqué ce mot : droitiste, au cours d’une lecture. Je l’utilise par qu’il faut bien un mot pour les fanatiques de la droite. Ceux-ci utilisent le mot gauchiste à tout bout de champ pour dénigrer la gauche. Je crois que pour eux gauchiste = extrême gauche. Mais j’imagine qu’ils l’utilisent pour insulter, et alors il signifie probablement une personne un peu débile, ignare, incapable de nuance, bref un fanatique de la gauche qui n’a aucune pensée libre, qui ne fait que répéter des dogmes insensés. Alors puisqu’existe ce type de personne aussi bien à droite qu’à gauche, je me suis dit : ils veulent insulter alors moi aussi j’insulte, donc j’utilise ce mot à cette fin. S’ils ont le droit, j’ai le droit moi aussi. C’est enfantin, mais quand on s’adresse à des enfants, il faut bien se mettre à leur niveau. Ha ! ha !

    Il y a aussi le mot « think tank » que l’on utilise et j’haiiiis ce mot. Encore une expression de colonisé. C’est en lisant les confessions de Jean-Jacques Rousseau que j’ai remarqué l’expression « magasin d’idées ». Je crois que c’est une belle expression et c’est celle que j’utilise maintenant.

    • B. Vallée dit :

      Devinez quel individu pétri de « tolérance » et de « respect » a dit à la radio la phrase suivante :
      « Est-ce qu’on vit à Québec parce qu’on est moron, ou on est moron parce qu’on vit à Québec ? »

  18. B. Vallée dit :

    à Réjean

    « Et les idéologues fanatiques de la droite avec leur message dangereux de déni du réel seront jugés sévèrement par ce qui restera des générations futures. »

    Wow ! Et voilà le chantage aux « générations futures », l’arme d’intimidation morale si chère aux écolos. Voyez-vous, l’idée purement fantasmatique d’être jugé « sévèrement » par les « générations futures » ne me dérange pas tellement, parce que je vais être mort…

    À mon humble avis, cependant, les « générations futures » vont surtout être occupées à torcher, soigner et nourrir des légions de petits vieux. Après leur avoir payé des pensions pendant des décennies…

  19. Réjean dit :

    De l’utopie.

    Une dernier petit commentaire. Vous semblez considérer l’utopie comme un truc d’illumininé (la gauche est une gang d’idéalistes, selon la droite; on sait tous cela). Je crois que l’heure est aux « utopies maîtrisées ». Je cite une boutade de Mark Twain : « Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait ».

    • Reynald Du Berger dit :

      L’utopie existe vraiment, je l’ai rencontrée,Elle est ce monde imaginaire que la gauche aime bien se créer à l’occasion, .

      Cette utopie est aussi une Terre qui ne serait peuplée que de fées – donc toutes des femmes – qui ont donc en horreur la guerre, les luttes de pouvoir, la puissance , toutes des horreurs masculines- … elles ne rêvent que d’amour… de compassion…de partage…

      le problème est que les fées de ce monde réel qui rêvent de ce monde virtuel, consomment du pétrole, polluent et ne font même pas une heure de bénévolat par semaine.

      Alors les fées, vous repasserez!

      • Réjean dit :

        Que pourrait bien faire d’une utopie une pensée politique (la droite) qui demande sinon un retour au temps de l’âge d’or où les entreprises pouvaient faire travailler un ouvrier jusqu’à ce que mort s’en suive sans contrainte, du moins le statu quo. Les utopies sont utiles pour l’humananité de l’avenir et non pour des vieux croulants de la droite réactionnaire, les traditionnalistes, les contre-révolutionnaires, ceux donc qui profitent d’une vision arriérée du monde actuel. Pense-t-on vraiment que c’est avec le gouverment réformiste d’Ottawa que l’on puisse espérer changer le monde ! D’ailleurs ils ne veulent pas le changement, l’état actuel du monde est bien trop profitable pour eux. Pourquoi changeraient-ils ce qui les rend riches et puissants. Voulez-vous bien me le dire ?

  20. […] en négativisme climatique, Reynald Du Berger y va plus simplement encore: le climat est trop complexe pour qu’on puisse effectuer quelque […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s