Fusions, toponymes et codes postaux

Publié: 28 octobre 2011 dans Uncategorized

Quand on a procédé massivement, pour ne pas dire sauvagement, aux fusions des villes au Québec, il a fallu trouver des noms aux nouveaux essaims de municipalités ainsi créés. La fusion de Chicoutimi, avec Jonquière, La Baie, Laterrière et Shipshaw a donné « Saguenay ». Un beau nom, un nom « rassembleur » comme clamaient les supporters du néonyme « Ville de Saguenay ». Quand on l’analyse du point de vue toponymique, il ne tient cependant pas debout.

Saguenay est le nom d’une rivière. La logique et l’hydrogéographie suggèrent donc que Saguenay soit aussi le nom de la région que cette dernière baigne. Nous avons donc les régions du haut et bas Saguenay. En France, on a les haute et basse Seine, la Loire atlantique, le haut Rhin, la haute Garonne etc…. Jamais il ne serait venu à l’esprit de nos cousins de baptiser une ville Loire, Garonne, Rhin, Marne ou Seine. Même chose au Québec : il y a la Mauricie (rivière St Maurice) mais pas de ville St Maurice, il y a la rivière des Outaouais, une région de l’Outaouais, mais pas de ville Outaouais. Une exception : « Ville St Laurent » . Il devait bien y avoir une raison à cette lubie, … mais la fusion l’a réduite au rang de simple arrondissement.

On a tenu un référendum à Saguenay sur le nom de la nouvelle ville et ce dernier nom l’a remporté. Une erreur toponymique se perpétuera donc dans l’histoire. Mais où placez-vous le centre-ville de Saguenay sur une carte géographique? À Chicoutimi comme le place le bulletin météo du Téléjournal de Radio-Canada? Ou à Shipshaw ou à Laterrière?

Cette erreur toponymique est cependant largement compensée par un choix intelligent de la part des élus de cette nouvelle ville : on a choisi de conserver l’intégrité des adresses postales. Pour Poste Canada, personne n’habite à Saguenay, mais tous demeurent toujours à leur ancienne adresse, même rue, suivie du nom de l’arrondissement et du code postal. On a donc évité le lourd et surtout dispendieux exercice qui a consisté à Québec à éliminer les noms des arrondissements des nouvelles adresses, rebaptiser des centaines de rues, changer des centaines de milliers de codes postaux. Rien de cela à Saguenay! Je me demande souvent si les gens de cette région ne seraient pas doués d’intelligence et de jugement bien au-dessus de celles du reste du Québec. Et pendant que les citoyens de Saguenay voyaient leurs taxes municipales gelées et même abaissées pendant bon nombre d’années suivant la fusion, ceux de Québec ont vu les leurs sans cesse augmenter… et c’est pas fini!  leur joujou n’est pas encore construit!

Ma propriété est située à Boischatel,  petite municipalité coquette, fière et autonome, donc non fusionnée à Québec et à laquelle je paie mes taxes municipales. Ma boîte postale, jusqu’à laquelle je dois marcher pour chercher mon courrier, est cependant à Québec, autrefois Beauport. Mon adresse postale est donc à Québec, et non pas à Beauport ni à Boischatel. Je reçois souvent du courrier sur lequel l’adresse a été raturée par la poste avec une note tamponnée qui m’enjoint d’aviser mon correspondant de mon adresse correcte… rien de ça au… et à Saguenay! L’art de faire compliqué en payant des dizaines de millions $ quand on aurait pu « faire simple » comme on dit à Saguenay sans que cela ne coûte un sou. Ils sont fous ces Québécois! Ils trouveront sûrement un nom superbe pour leur nouvel amphithéâtre… avec la facture assortie au nom.

commentaires
  1. […] Fusions, toponymes et codes postaux « Le blogue de Reynald Du Berger. DiasporaFacebooke-mail Tags: Le blogue de Reynald Du Berger function dshare() { var url = window.location.href; var title = document.title; window.open('http://iliketoast.net/dshare.html?url='+encodeURIComponent(url)+'&title='+encodeURIComponent(title),'dshare','location=no,links=no,scrollbars=no,toolbar=no,width=620,height=400'); return false; } Akova blog | Benoit Bourdeau – Quelque chose à dire | Bicycles Falardeau | Blogue de Midi Jazz | Blogue de Nicole Simard | Blogue du Festival d'été de Québec | Burp | Choux de Siam | CHYZ – Blogue des émissions | CKRL | Culturils | Dominic Bellavance | FEQ | Francis Desharnais | Francis Vachon photographe | Gilbert Lavoie | L'art quotidien | La marge | La Musicographe | La vie en BD | LCB | Le blogue de l'Aérospatial | Le Blogue de Limoilou | Le blogue de Michel Hébert | Le blogue de Nicolas Houle | Le blogue à Steph | Le carnet de Sophie Imbeault | Le mot du Cinephiliaque | Les Quatre Saisons | Libellule et ses spatules | Librairie Vaugeois | livingthelivelife | Mario tout de go | Ovologic | Patwhite.com | Pour la suite… images et mots | Quebecspot Média | Québec t'aime | Québec Urbain | Sciences dessus dessous | Steve Deschênes | suggestions quotidiennes | Summer au pays des caribous | Synchro Blogue – Sandra Bellefoy | Voix de faits Blogue de combat | […]

  2. […] et maux de la politique Naître ou ne pas naître… ou poursuivre après | Sciences dessus dessous Fusions, toponymes et codes postaux « Le blogue de Reynald Du Berger Julie Marie, photographe : […]

  3. Isabelle Robillard dit :

    Très bon sujet qu’on aborde trop peu dans les médias. Cet effroyable gâchis toponymique qu’a engendré les fusions…Tant mieux si les gens du Saguenay ont préservé leurs adresses postales. C’est toujours ça de gagné. Sauf que…peut-être suis-je ignorante de certaines choses mais je n’ai jamais compris pourquoi les villes fusionnées devaient obligatoirement faire disparaître leurs noms au profit d’une seule gagnante. Un beau nid à chicanes, comme seul le PQ a le secret de faire… N’aurait-on pas pu s’entendre pour avoir une administration commune tout en préservant la toponymie de chacun des lieux? …On se croirait dans le roman de 1984 avec le novlangue. Simplifier la toponymie c’est un appauvrissement de notre histoire, de notre langue, de notre identité…

    Quel but poursuivait donc le PQ à vouloir faire disparaître le nom de nos villages?

    Pour un parti politique qui se targue de vouloir préserver notre identité nationale, c’est vraiment une insulte au peuple québécois d’avoir ainsi détruit une partie de notre histoire en procédant ainsi. Quel honte de se promener dans les Laurentides et de ne plus savoir si nous sommes au village original de Mont-Tremblant, de Saint-Jovite ou du village préfabriqué d’Intra-West . Ou encore sur la grosse montagne du coin. Toute un passé s’étendant sur près de 400 km carrés est ainsi gommé pour ne faire place qu’à un seul nom: Mont-Tremblant. On remarquera aussi que bien des noms toponymiques ont été effacés sur le principe du « cachez ce saint, que je ne saurais voir », une autre obsession de nos soi-disants progressistes éclairés.

    Vraiment, le PQ ne mérite que d’être fusionné à Québec Solidaire et de voir son nom relégué entre parenthèse.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s