C’est pas moi… c’est lui !

Publié: 1 septembre 2011 dans Uncategorized

Madame Michaëlle Jean, qui a été Gouverneur général du Canada,  fait la manchette aujourd’hui. Les médias féroces n’ont pas du tout l’intention de la laisser jouir paisiblement et aussi facilement d’une retraite que je vous laisserai juger méritée ou non. On entend bien lui faire subir le même sort, sinon le même procès, qu’on a infligé à notre Lieutenant gouverneur, madame Thibault, notre « pauvre vieille» québécoise, – rappelez-vous, c’est ainsi qu’elle s’était elle-même qualifiée devant la commission de l’Assemblée nationale.-  Comment ose-t-on citer à comparaître une pauvre vielle ayant occupé une fonction aussi honorable, et en fauteuil roulant par dessus le marché?

Dans certains pays, que les citoyens soient simples travailleurs ou dirigeants politiques, ils sont tous imputables de tous les actes qu’ils posent ou « commettent » et des décisions qu’ils prennent dans l’exercice de leurs fonctions et même au-delà. Il semble que cette règle ne soit pas canadienne ni québécoise. Que madame Jean ait abusé ou non de ses privilèges, elle en répondra, mais à la condition qu’on veuille bien d’abord l’interroger sur ce sujet. – Au fait, quelqu’un sait-il ce qu’est devenue madame Thibault? L’a-t-on reconnue coupable, et si oui, de quoi? a-t-elle payé ou « purgé » sa dette? –

Nos gouvernements, par le biais de leurs politiques et de leurs fonctionnaires, prennent à chaque jour des décisions qui ont des conséquences qu’ils veulent toutes bienfaisantes sur nos vies. Elles ne le sont malheureusement pas toutes. Certaines ont des issues bénignes, d’autres malignes. On n’a qu’à considérer la saga des écolobus de Québec. Qui est le fonctionnaire municipal qui a arrêté son choix sur ce modèle italien? Qui est son supérieur qui a approuvé ce choix et passé la commande? Peut-on rendre publics les noms de ces personnes et les citer à comparaître pour s’expliquer publiquement? Les citoyens payeurs de taxes seront-ils alors autorisés à poser des questions? Je soulève ici la question de l’imputabilité.

Dans le désastre assumé en toute quiétude et à frais colossaux de l’ Ilot des Voyageurs de l’UQAM, quels sont ceux qui ont pris les décisions qui ont mené à cette catastrophe? Peut-on les voir et entendre s’expliquer au bulletin de nouvelles télévisé?

Je propose qu’au moment de leur assermentation ou de la signature de leur contrat, tous les politiques et tous les fonctionnaires du niveau municipal jusqu’au fédéral, signent un engagement d’imputabilité. Jamais , au grand jamais je n’oserais parler d’un procès annuel à la Nuremberg de nos fonctionnaires qui devraient répondre de leurs actes et décisions devant le peuple, comme ont dû le faire les criminels nazis, ça serait faire le jeu des climatoalarmistes qui qualifient de « négationnistes » les climatosceptiques comme moi. Peut-on quand-même , dans une société qui se dit démocratique, organiser annuellement, un mini-Nuremberg (sans connotation historique) où seraient cités à comparaître ceux de nos dirigeants et fonctionnaires qui ont commis des fautes? Il y a le « vérificateur »…une fois la « vérification » faite, peut on avoir un « inquisiteur »?

Nos gouvernements endossent les décisions des dirigeants politiques autant que celles de leurs fonctionnaires. Mais ce faisant, ils absorbent avec nos impôts, les conséquences parfois catastrophiques de leur incompétence ou de leurs abus. Je me pose parfois la question de l’imputabilité en Grèce.

commentaires
  1. JE crois que la cause de Mme Thibault n’est pas terminée. Elle a été remise à plus tard. A quand? Je le sais pas. Il me semble que les comptes de dépenses et les frais de déplacements de qui que ce soit, doivent être approuvés avant d’être payés. Les services comptables servent à ça, entre autres, Ce qui voudrait dire que quelqu’un d’autre est aussi imputable que Mme Thibault et Mme Jean. ET puis il y a toujours des directives écrites sur les frais de déplacements, les repas avec invités etc…et un montant alloué. Alors quelqu’un a pas fait sa job ou a fermé les yeux. Mais je voudrais bien voir les comptes de dépenses de tous les grands de ce monde, qui voyagent en première classe à nos frais (dans notre pays en tout cas). Que celui qui est sans péché lui jette la première pierre.

  2. […] C’est pas moi… c’est lui! « Le blogue de Reynald Du Berger. Tags: Le blogue de Reynald Du Berger Akova blog | Bicycles Falardeau | Blogue de Midi Jazz | Blogue de Nicole Simard | Blogue du Festival d'été de Québec | Burp | Choux de Siam | CKRL | Culturils | Dominic Bellavance | FEQ | Francis Vachon photographe | Gilbert Lavoie | L'art quotidien | La marge | La Musicographe | La récréative | LCB | Le blog de Phlppgrrd alias Philippe Girard | Le Blogue de Limoilou | Le blogue de Michel Hébert | Le blogue de Nicolas Houle | Le blogue de Reynald Du Berger | Le blogue à Steph | Le carnet de Sophie Imbeault | Le mot du Cinephiliaque | Les Quatre Saisons | Libellule et ses spatules | Librairie Vaugeois | livingthelivelife | Lévis urbain | Mario tout de go | michelmonette.net | Patwhite.com | podcast | Pour la suite… images et mots | Quebecspot Média | Québec t'aime | Québec Urbain | Sciences dessus dessous | suggestions quotidiennes | Summer au pays des caribous | Synchro Blogue – Sandra Bellefoy | Voix de faits Blogue de combat | Vol de mots | […]

  3. Mme Jean, ex-gouverneur général du Canada (53 ans)
    Extrait d’un journal du jeudi 1er septembre 2011 :
    LA PRESSE nous apprend que Michaëlle Jean utilisait les avions du gouvernement pour aller en vacances à l’étranger. Que dire de plus, sinon qu’il s’agit, là encore d’un public désabusé, qui estime que les politiciens « s’en mettent plein les poches » Les premiers ministres des provinces prennent des vols commerciaux lorsqu’ils vont à l’étranger. Je ne crois pas que le niveau de risque du gouverneur-général soit à ce point élevé qu’il faille l’envoyer en vacances aux frais des contribuables. Mme Jean, qui a donné une image de compassion en se penchant sur le sort des sinistrés d’Haïti donne dans ce cas une toute autre image. Et ce n’est pas la bonne.!

    Mon opinion : méritée ou pas, elle jouira d’une retraite confortable avec l’argent des contribuables. Elle aura les mêmes avantages et privilèges, si non encore plus que Mme Thibault vu son ex-titre de « gouverneur général » Du côté des pensions de retraite, le poste budgétaire est privilégié d’une hausse de 26% malgré le déficit du gouvernement fédéral. Mme Jean, qui a quitté ses fonctions, touchera le plein montant de sa pension, $130,000.00 soit l’équivalent de son salaire lorsqu’elle était en poste.

    Quelles surprises nous attendent lorsque Mme Jean prendra sa retraite? Dira-t-elle « Ce n’est pas moi » et parlant plus bas elle rajoutera : « c’est lui! » (le gouvernement canadien qui me fait cadeau d’une retraite dorée…)

    Mme Thibault versus l’imputabilité au pays : les vérificateurs généraux du Québec et du Canada ont enquêté, mais la vérité est que madame n’a jamais eu de compte à rendre à personne. En effet, bien peu de mesures de surveillance sont en place pour s’assurer que les allocations aux lieutenants-gouverneurs soient bien dépensées. Mme Thibault menait un train de vie somptueux toujours avec l’argent des contribuables, même dans le cadre de ses fonctions.

    Les bureaucrates fédéraux remarquent souvent que des relevés de transaction de cartes de crédits ne portent pas de signature. Qu’à cela ne tienne : ils remboursent tout de même ces dépenses. Pendant que Québec donnait à Mme Thibault une somme de 4 800$ par mois pour ses frais de logement et d’hébergement, elle recevait de l’argent d’Ottawa pour ces mêmes dépenses!

    Et pour couronner le tout, les fonctionnaires fédéraux ont parfois tenté, sans succès, d’obtenir plus de détails sur certaines réclamations mais les assistants de madame Thibault auraient refusé de divulguer ces renseignements, prétextant qu’ils étaient de nature « personnelle ».

    Qu’est devenue Mme Thibault :
    Le procès au criminel n’est pas le seul recours juridique auquel elle fait face. Fin 2010, Québec intente contre elle une poursuite au civil. On lui réclame 92 000$ dont 7 000$ en frais pour des leçons de ski. Québec réclame aussi 21 000$ au principal responsable de sa sécurité. Le gouvernement du Canada a déjà indiqué qu’il avait l’intention de réclamer, lui aussi, les sommes versées injustement.
    Début 2011, lors de l’enquête préliminaire au Palais de justice de Québec, six chefs d’accusation pèsent contre elle pour abus de confiance et deux autres pour falsification à plusieurs reprises, de documents. Cette enquête sert à examiner si la preuve justifie un procès portant sur ces six accusations criminelles.
    Le juge a accepté une ordonnance de non- publication afin de ne pas contaminer un futur jury…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s