Par Reynald Du Berger,

Je demande pardon à toutes les femmes occidentales, pour ce billet en retard d’une journée, moi qui voulais souligner la Journée internationale de la Femme. Le foulard islamique est celui que les femmes musulmanes portent afin de cacher leur chevelure. Le niqab est ce voile intégral, qui est en réalité un masque qui sert à cacher le visage. La récente saga de cette niqab dans nos lieux publics rouvre encore une fois la plaie jamais guérie de la tolérance au Québec.

On n’y applique que des compresses, sans jamais oser administrer le vrai remède. La commission Bouchard-Taylor a soulevé à peine le voile – si on me permet ce jeu de mots-  sur un malaise qui devient de plus en plus aigu. En France on a cru régler le problème du foulard islamique en l’interdisant dans les écoles, mais pour justifier une telle mesure, il a fallu l’accompagner d’une autre,  lâche celle-là,  qui consiste à interdire tout symbole religieux ostentatoire dans les cours de récréation.

On place donc toutes les religions sur un même pied, en considérant  que tout symbole religieux trop évident, quel qu’il soit,  est offensant pour la communauté. L’État décide alors de ce qui doit être offensant pour l’ensemble des citoyens. Une préposée aux symboles religieux patrouille la cour de récréation de chaque école, munie d’une règle afin de s’assurer que la croix dorée au cou de certaines élèves, ne dépasse pas la taille au delà de laquelle la communauté sera offensée. On a enregistré plus de 700 plaintes concernant le voile dans la seule année qui a suivi la loi sur le voile en France et seulement deux concernant des croix.

On aboutit donc ainsi à une société totalement laïque certes mais aussi totalement hypocrite et lâche, où la religion de la majorité n’a sa place que dans les lieux de culte et à la maison. Cette société n’a pas le courage d’assumer ses propres racines à la fois gréco-latines et judéo-chrétiennes, et est prête à les renier afin de se débarrasser de symboles  gênants et offensants pour toute société occidentale moderne, symboles qu’elle n’a pas le courage de dénoncer. Au nom de cette lâche laïcité, on n’ose plus laisser les crucifix accrochés dans les classes ou dans les chambres de malades dans nos hôpitaux.

Je demande alors à ceux que ces crucifix offensent de m’expliquer en quoi ils sont heurtés. Y voient-ils un plébiscite en faveur de l’Inquisition, des croisades, un rappel douloureux de la « grande noirceur »? En quoi le « Esprit-saint éclairez-nous » du maire Jean Tremblay choque-t-il  certains conseillers? Par contre je vois dans le foulard islamique arboré dans mon pays, un affront à la femme occidentale. Le foulard islamique n’est pas un simple symbole religieux. Il découle d’une religion certes, mais il est un double message; la femme musulmane qui le porte dit à l’homme :

1- je suis soumise à  l’homme

2- tu es un homme qui n’es ni mon époux ni mon proche parent, et je dois donc couvrir mes cheveux qui sont un attribut sexuel secondaire afin de ne pas exciter ta concupiscence.

C’est ça le foulard islamique, rien que ça… mais tout ça!  J’ai visité à maintes reprises des pays musulmans comme l’Égypte, le Yémen, la Libye et l’Iran et  je respecte ce double message exprimé dans ces pays sans y adhérer. Je le refuse totalement chez-moi.  Je tolèrerai une femme musulmane dans un lieu public avec un foulard islamique sur sa tête, jusqu’à ce qu’elle veuille entrer en communication visuellement et verbalement avec moi, en quel cas,  elle devra le retirer.  Elle devra aussi le retirer si elle veut entrer chez-moi. Je lui expliquerai poliment en quoi ce qu’elle porte sur sa tête me heurte. Si elle refuse, il n’y aura aucun échange. Ça n’est pas à l’État de décider de ce qui m’offense, et je n’ai pas besoin d’une loi pour ça. J’assume totalement ma culture et en suis suffisamment fier, car j’ai l’impression d’avoir contribué à la façonner,  pour reconnaître les gestes, les attitudes, les comportements, les messages qui me sont envoyés par des gens issus de d’autres traditions qui entrent en conflit avec les valeurs découlant de ma culture, de ma tradition. C’est ainsi que j’ai déjà rabroué un étudiant algérien qui se lavait les pieds (ablutions avant la prière) dans le lavabo voisin du mien à l’université. Par contre j’ai été témoin de cette même scène  d’ablutions  dans des restaurants au Yémen et en Libye et je n’ai pas été offensé, j’ai juste été amusé. Ils étaient chez-eux, dans leur pays avec leur culture et leurs valeurs, qu’ils avaient le droit d’exprimer… chez-eux!

Les immigrants sont des invités qu’on accueille chez-nous avec bienveillance. Ils ont souvent quitté un pays dans lequel les mœurs sont barbares et s’expriment sauvagement par des gestes ou symboles brutaux comme l’excision, d’autres plus subtils comme le voile islamique.

Quand on est chez-nous, on n’a pas à tout tolérer. Un comportement, un geste, une parole, un symbole nous blesse? Il faut avoir le courage de le dire à celui qui l’exprime, poliment mais fermement.  

L’archange Gabriel aurait dicté  ceci à Mohamed (Mahomet en français) au septième siècle de notre ère: 
« Les hommes ont autorité sur les femmes, en raison des faveurs qu’Allah accorde à ceux-là sur celles-ci, et aussi à cause des dépenses qu’ils font de leurs biens. Les femmes vertueuses sont obéissantes (à leurs maris), et protègent ce qui doit être protégé, pendant l’absence de leurs époux, avec la protection d’Allah. Et quant à celles dont vous craignez la désobéissance, exhortez-les, éloignez-vous d’elles dans leurs lits et frappez-les. Si elles arrivent à vous obéir, alors ne cherchez plus de voie contre elles, car Allah est certes, Haut et Grand ! »Sourate Les femmes, Verset 34

Cette sourate  figure encore intégralement dans l’édition de 2010 du Coran, que vous trouverez dans le tiroir de la table de chevet de toutes les chambres de tous les bons hôtels d’Iran, de Libye et du Yémen. Et en Iran, dans le même tiroir,  vous trouverez la pierre, l’écharpe et le tapis nécessaires à la prière. Une flèche au plafond vous indique la direction de la Mecque, donc dans quelle direction il faut dérouler le tapis. Il n’y a pas de Bible des Gideons.

 

commentaires
  1. lutopium dit :

    « Que les femmes se taisent pendant les assemblées; il ne leur est pas permis d’y parler, elle doivent obtempérer comme le veut la loi. Si elles souhaitent une explication sur quelque point particulier, qu’elles interrogent leur mari chez elles, car il n’est pas convenable à une femme de parler dans une assemblée. » – Nouveau Testament, 1ère épître aux Corinthiens / 14:34-35

    « Femmes, soyez soumises à vos maris, comme au Seigneur; car le mari est le chef de la femme, comme Christ est le chef de l’église, qui est son corps, et dont il est le Sauveur. Or, de même que l’Eglise est soumise à Christ, les femmes aussi doivent l’être à leurs maris en toutes choses. » – Nouveau Testament, Epître aux Ephésiens / 5:22-24

    En voulez-vous d’autres comme ça?

    http://atheisme.free.fr/Citations/Femme_nouveau_testament.htm

  2. Renee Houde dit :

    Bon texte Reynald, par contre je reclame une loi le plutôt possible car certains islamistes sont effrontés, offensifs et sont vraiment entêtés pour se doter de tout les droits et ne veulent rien savoir de nos sensibilités.

  3. Pierre-Olivier Bastien-Dionne dit :

    @ Lutopium

    Le Coran est un texte écrit par Mohammad, le prophète central de l’Islam. Les épîtres ont été écris par les premiers fidèles Chrétiens, donc la comparaison est plutôt boiteuse. On pourrait fouiller aussi dans l’Ancien Testament pour trouver les punitions infligées aux femmes coupables d’adultère. Pour faire une comparaison correcte, il faut comparer la vie de Jésus, qui contrairement à Mahommad considérait la femme comme son égal. La tolérance et l’ouverture dont il faisait preuve envers les femmes, particulièrement Marie-Madelaine avait sidéré ses disciples.

    Il ne faut pas oublier que durant tout le Moyen-Âge autant les hommes que les femmes devaient de couvrir la tête à l’extérieur, pour garder une pudeur devant l’oeil de Dieu. Jusqu’à récemment, les religieuses se couvraient les cheveux en tout temps.

    Finalement, on a évolué, on s’est distancé de cette époque où les femmes n’avaient pas les mêmes droits que les femmes. Jamais je n’accepterai qu’on renverse la tendance pour quelque raison que ce soit, encore moins la religion. Au lieu d’aller dans leur direction, régresser, on devrait plutôt les faire venir dans notre direction. Je crois que Éric Duhaime a une expérience et des exemples de pays Musulmans où ils veulent se débarasser de leurs imams machistes, misogynes, et malheureusement ils viennent toujours en occident pour imposer leurs valeurs rétrogrades.

    Je ne vois pas comment, sauf en se responsabilisant comme société de refuser ce signe de soumission qu’est le voile, on peut empêcher un retour à une persécution des femmes. On voit encore l’hypocrisie des prétendus groupes féministes, qui ont davantage à coeur de persécuter les hommes que de s’attaquer à l’Islam radical qui traite la femme comme des objets que l’on doit cacher, de peur de le perdre.

    Les lois ne règlent jamais les problèmes, un changement de la société peut le faire. Éveiller les consciences aussi. Une loi sur le voile serait en conflit avec la liberté d’expression, et conserver nos libertés, c’est notre but. Cependant, le voile est le premier pas sur une route qui mène à une transformation profonde de notre société, transformation qui n’est souhaitable sous aucun aspect.

  4. @M. Du Berger: Par curiosité, votre opinion sur le port du niqab dans les lieux où se dispensent les services publics: écoles, hôpitaux, SAAQ? Et sur la transformation des lieux publics (hall d’université, par exemple) en lieu de prière?

  5. Sébas dit :

    Wow !

    Je trouve cette analyse vraiment bonne.

    Il ne faut JAMAIS laisser l’État… légiférer dans le domaine de nos vêtements (aussi sexistes/rétrogrades,etc soient-ils).

    Par contre, nous devons/pouvons laissez libres (et même encourager), tous les organismes/compagnies privées à ne pas tolérer ces vêtements pour des raisons de « politiques privées », de sécurité, etc.

    Dernière chose (*vraiment pas politiquement correct):

    Il faut changer nos politiques d’immigration.
    Et diminuer l’immigration. Nous accueillons beaucoup trop d’immigrants pour notre capacité d’accueil.

    Voir:
    « Parlons « FRIC », de politique et d’immigration »
    http://www.quebec-politique.com/index/viewtopic.php?f=130&t=14243

    Je sais, c’est un tabou… mais c’est la réalité.

  6. Sébas dit :

    @ Lutopium:

    Vous oubliez plusieurs choses incroyables lorsque vous citez la Bible (hors contexte);

    -La culture de cette époque était très différente de la nôtre et donc, le sens des mots aussi. Les mots « soumission », « aimer », « chef », « être au service de », etc, n’ont pas le même sens qu’aujourd’hui.

    -Vous « oubliez » tout le texte autour de l’Epître aux Ephésiens / 5:22-24:

    1) « Soyez soumis les uns aux autres dans le crainte du Christ. » (5:21)

    2) « Maris, aimez vos femmes, comme le Christ a aimé l’Eglise et s’est livré lui-même pour elle » (5:25)

    3) « C’est ainsi que les maris doivent aimer leurs femmes, comme leurs propres corps. Celui qui aime sa femme s’aime lui-même. » (5:28)

    etc

    ***

    Et même en tant que Catholique, ceci me choque autant que vous:

    « Que les femmes se taisent pendant les assemblées; il ne leur est pas permis d’y parler, elle doivent obtempérer comme le veut la loi. »
    (1ère épître aux Corinthiens / 14:34-35″)

    Il n’y a AUCUNE « loi » Divine (i.e. de Jésus), qui prescrit ça… à part chez les pharisiens…

    J’aimerais que tous ceux qui ne savent pas de quoi ils parlent, se taisent (femmes OU hommes) et que tous ceux qui aiment méditer, parlent (homme OU femme).

    Il faut méditer tout le contenu du Nouveau Testament… pour le comprendre. Les chrétiens dogmatiques/intégristes, font exactement ce que les athées font: ils lisent/appliquent certains extraits mot à mot.

    « It’s a no,no »…

  7. Reynald Du Berger dit :

    @Joanne,
    si un article vestimentaire ou ornement porté par quelqu’un au nom de son appartenance à une religion ou une secte entre en conflit avec des règles de sécurité faisant partie d’un code légal ( par exemple un turban à la place d’un casque de sécurité) ou si cela entre en conflit avec des coutumes, des pratiques et traditions bien enracinées (comme par exemple le devoir de présenter son visage avec tous les sentiments qu’il peut révéler et exprimer quand on fait une déclaration en public ou devant un officier de justice) la loi et les coutumes du pays d’accueil ont préséance. Autrement dit, pour moi c’est tolérance zéro pour le niqab dans l’espace public. Cela dit, il revient à l’individu ou à l’officier de justice, au commis de magasin confronté au « problème » de décider. J’ai été sollicité par une femme au foulard islamique quand j’étais président de la Société de St Vincent de Paul à Chicoutimi. J’ai refilé le dossier à un collègue moins sensible que moi, et surtout moins informé que moi sur la signification réelle de ce foulard islamique. J’avais certes un devoir de réserve, mais aussi j’ai des principes auxquels je ne dérogerai sous aucun prétexte.
    @Pierre Olivier
    Le Nouveau Testament n’est que message d’amour, de tolérance et de compassion. Quant à l’Ancien, il contient en effet des récits violents, mais aucun message ou incitation à la violence contrairement au Coran.

  8. Sébas dit :

    @ Reynald Du Berger qui écrit:

    « Quant à l’Ancien, il contient en effet des récits violents, mais aucun message ou incitation à la violence contrairement au Coran. »

    Vraiment pas certain de ça. Même que si je me souviens bien (j’ai lu la Bible plusieurs fois, mais j’en oublie beaucoup, je ne retiens que la Sagesse), il y a plusieurs endroits qui incitent à la violence…

    Mais une chance que Jésus est -justement- venu changer ça… sinon je ne serais pas un chrétien.
    😉

  9. Reynald Du Berger dit :

    @lutopium
    je veux bien écouter ces épitres de jadis dont je ne peux contrôler l’authenticité.. mais avez-vous des exemples d’actes récents posés par des chrétiens qui endossent les textes de ces épitres que vous citez en 2010 et dont les actes de « martyrs » auraient détruit des vies humaines au nom des principes que vous croyez évoqués dans ces épitres? Par contre il y en a d’autres, beaucoup d’autres, que leur livre sacré aura inspirés et qui auront, après que leur ceinture aura explosé, faisant 30 morts dans un super-marché de Jérusalem, accédé au paradis avec les 32 jeunes vierges qui les combleront d’un plaisir que Mohamed n’ose même pas qualifier d’éternellement sexuel… mais qu’il leur a promis.. relisez le Coran édition 2010 et réalisez que pas mal de chrétiens se font sauter sexuellement et avec raison tandis que ces pauvres musulmans intégristes se font sauter spirituellement avec leur ceinture d’explosifs dans le simple et seul espoir de se refaire sauter ensuite au paradis par 32 vierges. Misère…

  10. lutopium dit :

    @Reynald: j’ai fait comme vous, j’ai cité un vieux texte religieux. Je crois qu’il faut faire très attention lorsqu’on parle des religions fondamentalistes, qu’elles soient chrétiennes ou musulmanes. Des enragés, il y en a des deux côtés. Évidemment, le phénomène de l’islamisme fondamentaliste, relativement récent, est présentement hors contrôle et il faut dénoncer tous ses dérapages. Et je trouve dommage que les musulmans modérés soient si silencieux…

    Personnellement, contrairement à la vague actuelle, le phénomène du port du voile ne m’énerve pas du tout. Et je trouve que le débat sur l’identité et la laicité est en train de déraper, créant même une forte dissension au sein de la société québécoise. Après tout, combien de femmes portent le niqab au Québec? Une vingtaine?

    Et, si vous voulez mon avis, celui d’un athée, je serais en faveur de toute interdiction de signe religieux ostentatoire pour les employés de la fonction publique qui entrent en contact direct avec les citoyens. Et oui, j’enlèverais les crucifix de nos établissements publics qui n’ont pas grand chose à voir avec notre patrimoine historique à l’exception de la peur des rouges… Comme le mur de Berlin est tombé…

  11. Sébas dit :

    @ lutopium dit :

    « Et, si vous voulez mon avis, celui d’un athée, je serais en faveur de toute interdiction de signe religieux »

    Alors, êtes-vous aussi pour l’interdiction de tous les cours étatiques idéologiques (comme ECR, etc) ?

    Ou même mieux, pour que les gens puissent cesser de pays leur portion d’impôts consacrés aux écoles publiques, garderies publiques, etc, qui enseignent -par exemple- la « non-discrimination sexiste » à des poupons !?

  12. Reynald Du Berger dit :

    @ lutopium,
    j’en conviens, nous avons cité tous les deux de « vieux » textes religieux, le problème il est le suivant: voyez-vous mon cher lutopium, il y a belle lurette que les québécois s’en fouent de ces textes et surtout ne s’en inspirent et ne s’en réclament pas pour menacer nos avions et nos stations de metro à Barcelone, Londre ou Paris. Que font les musulmans avec leur Coran?

  13. Sébas dit :

    @ Reynald Du Berger et Lutopium:

    Les religions fondamentalistes chrétiennes, ne puisent jamais dans le Nouveau Testament, leur folies violentes (sionistes ou autre)… elles puisent ces « folies » dans l’Ancien…

  14. lutopium dit :

    @Reynald, vous avez entièrement raison, les Saintes Écritures ne sont plus vraiment populaires au Québec. Et il y a un nombre important de musulmans qui ne se réfèrent jamais au Coran. Faut pas jeter tous les musulmans dans le même panier.

    Un autre phénomène extrêmement important du côté de l’islamisme fondamentaliste est le rejet du mode de vie occidental. Suite aux enseignements du philosophe Sayyid Qutb et à la naissance du mouvement des frères musulmans, un nombre important de musulmans ont tissé des liens entre leur religion et leur dégout de notre mode de vie moderne. Toute l’essence d’Al Qaida est derrière ce phénomène où la religion, la philosophie et la politique s’entremêlent,,,

    Mais ça dérape solide…

  15. lutopium dit :

    @Sébas: non, je n’ai aucun problème avec l’idée derrière le cours ECR. C’est l’aspect historique du cours que je trouve intéressant. Je ne vois aucune idéologie dans ce concept mais je peux comprendre que vous le percevez comme tel. Même en étant athée, c’est un sujet qui m’a toujours intéressé. On ne peut pas parler d’histoire sans aborder la religion…

  16. Sébas dit :

    @ lutopium:

    Le cours ecr n’est pas neutre, pas plus qu’il est « laic ». Pire encore, il enseigne le relativisme !

    L’histoire des religions s’enseigne, mais pas à des enfants. Et pour comprendre les différentes religions, ils faut des notions de base.

    Donc il manque 3 choses pour que ce cours soit neutre et approprié.

    Et pour les CPE et l’enseignement de la doctrine socioconstructivisme et victimaire ? Rien à dire ?
    Et si vous ne me croyez pas, j’ai des documents pour le prouver.

    Donc, à ma question, c’est non? Vous voulez que l’État continue de ne pas être neutre, parce que ce sont vos valeurs qui y sont enseignées ?

    Alors, ne vous étonnez pas si de plus en plus d’individus veulent voir la Formule Rand abolie, le pouvoir des syndicats publics, réduit à leur strict minimum (comme en Suède); la permanence dans le secteur public abolie; le parti Québec So-so-so-daire dénoncé pour ce qu’il est: un parti néo-marxiste et syndicaliste.

    C’est ça (et d’autres corporatismes), qui sont en train de « tuer » le Québec. Et un immense ressac se prépare. Vous ne le sentez pas ?

  17. lutopium dit :

    @Sébas: si on ne peut pas enseigner l’histoire des religions aux enfants, peut-on leur enseigner une doctrine religieuse?

    Certes, le cours ECR, dans sa formule actuelle n’est pas parfait. Mais je crois personnellement qu’avec un peu de maturité et avec des enseignants intéressés et bien formés, que ce cours peut être réellement enrichissant. Mes deux enfants assistent à ces cours et leur intérêt est palpable. Elles sont curieuses, elles sont intéressées par ce qui se passe autour d’elles et ailleurs sur la planète. C’est en reconnaissant les différences que l’on peut mieux apprécier sa propre culture et son héritage historique.

    Chez nous, il n’y a aucun enseignement religieux dogmatique (croyances). Mais nous n’hésitons jamais à discuter de la religion catholique sous un aspect historique. Pour vous donner un exemple, à chaque congé de Pâques, nous en profitons pour visionner un film biblique. Et je peux vous assurer que c’est le côté historique du film qui plaît aux enfants. Pas le côté spirituel ou mystérieux…

    Je m’en tiendrai à ce sujet pour le moment, si vous le voulez bien…😉

  18. Reynald Du Berger dit :

    Ce cours ECR ne doit pas être enseigné au primaire. Les jeunes de cet age n’ont pas les connaissances ni le jugement nécessaires pour aborder les religions d’un point de vue historique et encore moins comparatif. J’ai la désagréable impression que ce cours a été pondu par des fonctionnaires du MELS, la plupart enseignants à la carrière ratée et frustrés par ce qu’ils appellent la grande noirceur et le rôle démesuré qu’ils attribuent à l’Église. C’est leur revanche. Au secondaire, il est plus important d’enseigner l’Histoire des civilisations plutôt que seulement l’histoire des religions. Une autre impression désagréable: comme la majorité des enseignants sont de gauche (c’est du moins ce que je sens quand je visite des écoles) , j’ai peur que ce cours leur serve à assouvir leur vengeance en passant des messages politiques ou doctrinaires aux jeunes, qui n’en ont rien a foutre. L’école a d’abord pour mission de transférer du savoir, des connaissances à nos enfants, pas des doctrines ou des politiques.

  19. lutopium dit :

    @Reynald, je suis d’accord pour dire que ce cours devrait être réservé pour les étudiants du secondaire.

  20. Sébas dit :

    « @Sébas: si on ne peut pas enseigner l’histoire des religions aux enfants, peut-on leur enseigner une doctrine religieuse? »

    Voici ma position:

    Si l’École « publique » est payée par tous (de façon obligatoire/forcée), et surtout si l’État prétend être « neutre » (comme si -par définition- l’État-Providence pouvait être « neutre »! -mais passons), et « laic », alors tous enseignements idéologiques (y compris les doctrines religieuses « traditionnelles » ou relativistes à la « sauce religieuse » -comme le cours ecr), devraient être interdits.

    La solution (pour que jamais personne soit forcé d’apprendre/payer ce qu’il ne veut pas apprendre/payer);

    —» Laisser les individus/parents libres de décider de l’utilisation de leurs revenus, surtout dans le domaine de l’instruction/éducation, de la famille et de la santé.

  21. waried dit :

    « Personnellement, contrairement à la vague actuelle, le phénomène du port du voile ne m’énerve pas du tout. Et je trouve que le débat sur l’identité et la laicité est en train de déraper, créant même une forte dissension au sein de la société québécoise. »

    C’est rare, mais je suis d’accord avec vous lutopium. Peut-être qu’on se concentre sur ce faux problème pour éviter de s’occuper des vraies affaires… Comme notre système de santé et d’éducation? Je ne sais pas…

  22. […] Ce billet est une suite logique à celui que je vous ai proposé sur le niqab. […]

  23. […] sur le même sujet, voir aussi ce billet et celui-ci Évaluez ceci :Share this:FacebookTwitterPrintStumbleUponEmailDiggRedditJ'aime […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s