CENSURE CLIMATO-ALARMISTE

Publié: 25 juin 2019 dans Uncategorized

PhotoBRittaud

On se souviendra qu’il y a quatre ans, un professeur du Cegep de Trois-Rivières m’avait invité à présenter un conférence sur les changements climatiques devant les étudiants. Le directeur du Cegep s’y est opposé fermement, prétextant que mon message contredisait les enseignements dispensés dans son institution.

Deux étudiants en génie de l’Université du Québec à Trois-Rivières s’en sont mêlés et insisté pour me recevoir dans le studio de leur radio étudiante et finalement, le professeur qui m’avait invité a passé outre à la consigne de la direction et organisé la conférence dans un hôtel, donc à l’extérieur du Cegep.

Mon collègue et ami Benoît Rittaud, président de notre Association des climato-réalistes  subit le même opprobe puisque la conférence qu’il devait présenter mardi à Tours a été annulée. 

Peut-être nous faudra-t-il tenir nos conférences à la manière des premiers chrétiens, dans des catacombes. Et on nous jettera ensuite en pâture aux lions ou pire…à Greta.

commentaires
  1. Agirard dit :

    Incroyable ! L’Inquisition est de retour !

  2. jipebe29 dit :

    L’écologisme est une idéologie totalitaire qui veut contrôler les citoyens, veut leur imposer manu militari un style de vie conforme à la doctrine, et les obliger à suivre les restrictions drastiques prônées par cette idéologie de décroissance mortifère.

    • Paul S. dit :

      Absolument !

      La gauche, sous tous ses camouflages, y compris la tunique verte, n’a jamais permis la controverse, ni le débat, sauf dans les assemblées partisanes et chahutantes (lorsque l’adversaire prend la parole).

      Les onusistes, supporters de l’Agenda 21 n’aiment pas la controverse non plus.
      Le gouvernement mondial et le moyen tordu pour y parvenir (“la lutte aux changements climatiques”), doit éviter le questionnement à tout prix, donc : “ the science is settled” et les opposants doivent être muselés, car porteurs de “faux” arguments.

    • Paul S. dit :

      Une réflexion de l’intellectuel canadien Jordan B. Peterson ( “Agenda Insight: Against Environmentalist Self-loathing“ ) sur la haine ouverte que la gauche environnementaliste voue à l’humanité :

      Et le professeur n’a même pas parlé de “dénatalisme” vert, ce nouveau geste écologiste pour sauver la planète (en terminant par préemption l’existence d’un émetteur potentiel de 60 T / an équivalentes de CO2).

  3. Reynald Du Berger dit :

    à rtremblay et guillaume… merci pour voir lu cet article . Je vois que vous l’avez lu car vous êtes les deux seuls climato-crédules à fréquenter ce blog et à défaut de ne pouvoir m’accorder moins cinq (-5) étoiles, vous cliquez sur une étoile .. c’est cette étoile qui trahit votre passage. Alors quand je vois que j’ai 4,5 étoiles, je sais que vous avez lu le billet. C’est le seul indice qui me prouve que vous lisez mes billets et soyez-en remerciés.

    • Paul S. dit :

      Le prof se réjouit : “.. quand je vois que j’ai 4,5 étoiles, je sais que vous avez lu le billet.”

      Est-ce que cette assiduité va valoir à Guillaume un autocollant de récompense additionnel ?
      Et Rejean, ne mériterait-il pas aussi un petit encouragement ?

      Mais je trouve préoccupant le fait que ce blog soit climato-répulsif pour les cré-dulles.

      Un peu plus et nous serrons enfermés dans une chambre à échos climato-jovialiste, selon la définition de Mtre Guillaume.

  4. Jean Pierre dit :

    La « science des climats » c’est un peu comme le bon Dieu on lui fait dire bien des choses !

  5. Jacques dit :

    Vient de paraître dans la Presse:

    https://www.lapresse.ca/debats/opinions/201906/29/01-5232129-livre-des-tetes-bien-faites-repondre-au-discours-climatosceptique.php

    Curieusement, l’article n’est pas signé. Il s’agit d’un extrait d’un livre récent et qui tente d’expliquer cette déviance de l’esprit qui caractérise les ‘climatosceptiques’.

    Le texte est vaseux et n’explique rien du tout.

    Le paragraphe suivant mérite qu’on s’y attarde:

    ‘Lorsque le réchauffement climatique est devenu une question scientifique importante, que les chercheurs ont commencé à alerter sur les risques à venir et l’urgence de la situation, des groupes d’intérêt ont commencé à échafauder des stratégies pour éviter que des politiques de lutte contre les gaz à effet de serre ne soient mises en place. Des experts de l’histoire contemporaine ont mis au jour un travail de sape du consensus scientifique naissant, visant à jeter le doute sur les modèles utilisés en climatologie, sur l’intégrité des scientifiques les plus connus. Ces groupes d’intérêt ont directement agi sur les pouvoirs politiques pour les convaincre que les effets potentiels du réchauffement climatique étaient largement surévalués. Cette stratégie a assez bien fonctionné, tant auprès des décideurs politiques que des médias de masse. Pendant de nombreuses années, la radio et la télévision ont donné à voir une image trompeuse des recherches sur le réchauffement, présentant le domaine comme largement controversé alors que le consensus avait déjà mûri.’

    Les rapports du Giec sont la ‘bible climatique’ et pour la population, l’équation est simple: Giec = Science

    L’auteur Nicolas Gauvrit aurait eu intérêt à se pencher sur cette équation, mais de toute évidence, il n’en a rien fait et il se contente des clichés biens connus au sujet du Giec:

    ‘les rapports du Giec sont la synthèse des publications (peer review) produites par des centaines de scientifiques (climatologues, météorologues, physiciens, modélisateurs, etc) au sommet de leur profession’

    Par conséquent, émettre des réserves sur ces rapports équivaut à nier la science. Fin de la discussion !

    Mais est-ce que le Giec est bien ce qu’il prétend qu’il est ?

    Une journaliste d’investigation canadienne, Donna Laframboise, a eu la vilaine idée d’examiner les choses de près concernant le rapport du Giec de 2007. Et devinez: elle a découvert de très vilaines choses qu’elle a exposées en détail dans son livre publié en 2011, après deux années de recherches:

    The Delinquent Teenager
    who was mistaken for the world’s top climate expert

    Pour les intéressés, vous pouvez vous procurer ce livre (pdf) pour l’équivalent d’un trio Big Mac ici: http://ivyavenue.com/

    Entre autres choses disgracieuses, l’auteur démontre comment le Giec a été sérieusement infiltré par des groupes activistes, en particulier le WWF. A défaut de citer un extrait du livre (droits d’auteur oblige), voici un blog qui décrit cette situation:

    https://nofrakkingconsensus.com/2011/09/23/how-the-wwf-infiltrated-the-ipcc-%E2%80%93-part-1/
    https://nofrakkingconsensus.com/2011/09/26/how-the-wwf-infiltrated-the-ipcc-part-2/

    La sélection des auteurs par le Giec est un autre sujet traité en détail: les scientifiques au sommet de leur profession , eh bien c’est une grosse farce. Quand ce ne sont pas des activistes climatiques, ce sont bien souvent des individus sans aucune compétence particulière pour le sujet traité (la soit disant propagation de la malaria suite aux changements climatiques par exemple) ou encore de jeunes étudiants gradués sans aucune expérience scientifique sérieuse.

    Par exemple, le météorologue William Gray a été ignoré par le Giec en dépit de ses 50 années d’expérience en météorologie et en étude des ouragans saisonniers. La raison: il ne croyait pas que le réchauffement climatique puisse causer des ouragans plus intenses !

    Bref, le livre de Donna Laframboise compte 92 p. et trace un portrait du Giec infiniment plus réaliste que ce qui est publié dans les médias officiels (main stream médias).

    Alors, quand je lis la dernière déclaration de ce vieux débris à moitié sénile d’Antonio Gutteres sur l’urgence climatique, je me demande comment quelqu’un de normalement constitué peut accorder une quelqonque attention à ces délires:

    https://www.lapresse.ca/actualites/environnement/201906/30/01-5232206-lonu-appelle-a-une-action-urgente-pour-eviter-une-catastrophe-climatique.php

    Petit rappel: l’urgenge climatique ne date pas d’hier:

    https://wattsupwiththat.com/2019/06/30/30-year-anniversary-of-the-un-1989-10-years-to-save-the-world-climate-warning/

    Pour terminer, je vous fais part d’une idée qui m’est venue au sujet de cette vedette climatique Greta Thunberg concernant son projet de se rendre bientôt à New-York pour un sommet convoqué par le vieux débris le 23 sept prochain afin de semoncer les Etats qui ne se conforment pas aux accords de Paris. Le problème est que la petite Greta refuse catégoriquement de prendre l’avion pour se rendre à cette rencontre cruciale pour l’avenir de l’humanité. Alors j’ai imaginé une solution simple et efficace pour elle:

    Solliciter des commenditaires comme le richissime WWF pour construire un vaisseau de type ‘galère romaine’ et ensuite solliciter des rameurs volontaires choisis parmi ces milliers d’étudiants grévistes du climat qui rameront volontiers jusqu’en Amérique en scandant leurs slogans débiles sur l’urgence climatique.
    Alors Geta pourra se rendre à New-York sans produire de CO2…Et voilà, il suffisait d’y penser.

    • Paul S. dit :

      Mtre Jacques pense vert : “.. construire un vaisseau de type ‘galère romaine’ et ensuite solliciter des rameurs volontaires choisis parmi ces milliers d’étudiants grévistes du climat qui rameront volontiers jusqu’en Amérique en scandant leurs slogans débiles sur l’urgence climatique.
      Alors Geta pourra se rendre à New-York sans produire de CO2…”

      MAS (“missing at sea”) dans l’Atlantique nord, ces vaillants Argonautes Grétins seront pleurés par l’humanité entière, mais leur sacrifice ne sera pas inutile …

      NOTE : la WWF ?
      S’agit-il de la World Wrestling Federation de Vince McMahon ?

    • Paul S. dit :

      La Greta vient de partir pour l’Amérique sur un voilier de course : https://www.cbc.ca/news/world/greta-thunberg-sailing-trip-climate-1.5246332

      Vous étiez donc proche Jacques, mais il n’y aura pas de rameurs-chanteurs galériens sur le voilier vert fait pour la course, pas pour les croisières.

      Alors, tout ce beau monde va devoir ch*er par dessus le bastingage (ce genre de smörgåsbord, est-il bon pour l’environnement ?), car “no toilet or shower” sur le modeste esquif choisi par Svante Thunberg pour le débarquement dans le Trumpland.

      Le Great white, sera-t-il au rendez-vous quand le dargif de Svante dépassera le parapet ?

      Les ouragans, “de plus en plus fréquents et de plus en plus violents”, vont-ils fréquenter l’Atlantique Nord, quand c’est le temps ?

      Vous-vous posez sans doute ces questions légitimes Jacques et vous êtes sûrement inquiet pour l’enfant prodige, son papa à la queue de cheval et le reporter-cameraman qui les accompagne.

      À défaut de la tempête du siècle, peut-être juste une vague scélérate (“rogue wave”) quelconque sur le parcours du voilier ?

      Après sa campagne aux USA, il paraît que la Greta se propose de venir au Canada, juste avant les élections.
      Il y aura de la compétition entre les candidats pour se mériter la bénédiction de la drop-out suédoise.

comment éliminer un abonné indésirable ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s