CENSURE

Publié: 26 mai 2017 dans Uncategorized

Benedicte_caricature_Mahomet.jpg

À la Contre COP22 de décembre dernier à Paris où j’étais conférencier invité, une journaliste de Libération interviewait mon collègue Benoît Rittaud, le président de notre Association des climato-réalistes. Elle lui dit à la fin de l’entrevue « il ne faudra pas vous étonner que vos propos ne soient pas intégralement rapportés, … je suis liée par la politique éditoriale de mon journal ».

Il y a deux ans, Yannick Villedieu, l’animateur du « magazine » scientifique de Radio-Canada « Les années lumière » déclarait, à la veille de la vaste mais pas très rigoureuse foire scientifique annuelle appelée le « Congrès de l’ACFAS » à l’Université du Québec à Rimouski, « le réchauffement climatique anthropique ne fait plus aucun doute, et l’équipe des Années lumière a donc décidé de ne plus donner la parole aux climato-sceptiques, point final! ». Mais l’a t-elle jamais accordée? Radio-Canada me permet donc de parler régulièrement de tremblements de terre, mais ne veut rien entendre de mes opinions sur le climat.

L’éditeur principal du journal The (Le) Prince Arthur Herald, Simon Leduc*, m’apprend ce matin que son équipe éditoriale refuse de publier mon dernier billet, qu’on trouve « trop agressif ». J’ai donc décidé de mettre fin à ma collaboration à ce journal. C’est un droit fondamental de tout média de censurer les articles qui lui sont proposés. Je ne peux donc reprocher cette attitude aux éditeurs. J’aurais cependant souhaité discuter avec ceux qui ont trouvé mes propos « agressifs » et ont décidé de ne pas les publier. Je n’ai pourtant incité ni à la haine ni à la violence . J’ai critiqué certes une doctrine que je trouve belliqueuse et archaïque, mais je n’en veux pas à ceux qui la pratiquent à différents degrés. Au contraire, j’ai de la compassion pour eux, qui en sont les premières victimes, et la quintessence de mon message les encourage à réformer leur doctrine.

Le principe fondamental de la liberté d’expression, tel qu’il existe dans la charte des droits et libertés de la plupart des pays modernes, occidentaux et civilisés, doit permettre à quiconque de critiquer toute doctrine, qu’elle soit religieuse, idéologique ou politique. Je regrette que les éditeurs du Prince Arthur Herald ne le comprennent pas ainsi. J’avais pourtant cru que ce jeune journal avait été formé « by a group of students at McGill University in January 2011, who felt ostracized by the political perspectives represented on the McGill campus. ». C’est donc à mon tour de me sentir ostracisé…par ces ostracisés…

* L’éditeur principal, Simon Leduc ne partage pas l’opinion de son équipe et me dit qu’il publiera désormais mes billets sur sa page facebook. Merci Simon ! Le propriétaire du Prince Arthur Herald , Laurent L. Proulx m’a mis en demeure de retirer le logo de son journal que j’avais mis en entête de mon billet, sous peine de poursuites par l’entremise de son avocat maître Carl Olivier Rouleau. C’est fait ! 

Publicités
commentaires
  1. Reynald Du Berger dit :

    J’imagine comment ont dû se sentir en 1940, tous ces bons Allemands qui ont osé appeler doctrine de tarés, celle du nazisme d’Adolf Hitler qui appelait à l’extermination de tous les Juifs, moi qui viens de me faire reprocher par le journal The Prince Arthur Herald d’appeler aussi doctrine de tarés, celle qui appelle en 2017, à l’extermination de tous les non-musulmans.

    sourate 9 v5 : « lorsque les mois sacrés seront expirés, tuez les infidèles partout où vous les trouverez. (…) »

  2. Gilles Bernier dit :

    La religion verte du 21 ieme est tout à fait identique à la religion catholique du millieu du siècle dernier, tout ce que je souhaite est qu’elle prenne la même tangente et qu’elle finisse dans les bas fonds de la crédibilité moderne!

  3. pierre Chagnon dit :

    Les machines a corriger le discours sur la planète , sont impitoyables , relisez 1984 de G. Orwell la thought police implacable, in livre de fiction tellement réaliste, dans le vacuum a idées socialistes dans lequel nous vivons, ca fait peur, , quant a Rad-Can les 348 qui les regardent sont unanimement convertis , ca doit être crissement plate de savoir que tous ceux qui t’écoutent sont des moutons qui t’écoutent et ne remettent en question aucunes de tes opinions, la lente descente vers le collectivisme a toutes les sauces , dans le discours , l’habillement, en education , en comportement, le futur ,: des robots vivant sous un dome, welcome to 1984.

  4. Robert dit :

    Les Canadiens (et principalement les Québécois), ont exactement la même attitude que tant de Français et d’Anglais avaient devant Hitler en 1938…Dans le déni total de la réalité!

  5. jlwallach dit :

    Le texte suivant est copie d’une lettre que je viens d’envoyer au journal universitaire, The Prince Arthur Herald. Supposez-vous que le journal va le publier?

    C’est fort intéressant qu’il y a un article dans votre journal qui se plaigne de la possibilité de limiter, sinon bloquer, la liberté d’expression verbale au Canada. L’article en anglais, intitulé “Canada is giving up on free speech” par Katerina Gang, fait référence à la loi M103, dont un extrait précis de cet article déclare “While it is too late to stop M103 from passing, it is important to remember the fight for free speech will continue as the motion attempts to fulfill its promises.” Bravo! Je suis d’accord avec son argument, surtout dans le domaine pertinent, mais le problème fondamental persiste dans d’autres domaines aussi.

    La discussion entourant le réchauffement de la planète est un des meilleurs exemples. Malgré la déclaration qu’il n’y a aucune question, autrement dit “the science is settled”, ceux et celles qui l’en répètent et qui l’en croient ne sont pas les vrais scientifiques. Néanmoins une discussion respectueuse entre les antagonists devrait être encouragée, non étouffé. Mais en réalité le deuxième choix est en fonction et, il me semble, prend de l’ampleur. Les personnes, nommés les climato-sceptiques, mais qui sont en réalité les climato-réalistes et qui questionnent l’idéologie d’Al Gore et David Suzuki sont censurés. Le PAH est fort coupable! Un de vos anciens chroniqueurs, Prof Reynald Du Berger, était une des victimes de ce comportement honteux. Il a très bien fait d’avoir cessé son travail avec vous, parce qu’il garde et il retient son honnêteté, honneur et dignité.

    Lesquelles raisons pourriez-vous utiliser afin d’agir de cette manière injustifiable et despicable? Êtes-vous le suprême expert au sein des climatologues mondiaux que vous soyez en mesure de savoir que dame nature ne peut jouer aucun rôle dans le changement du climat? Pourquoi la censure? La liberté d’expression demeure toujours dans la mentalité des personnes de la gauche, mais seulement si l’opinion du point en question est acceptable dans leur esprit (étroit)

    Joe Wallach

    • Guillaume dit :

      Bonjour,

      Le Prince Arthur Herald a refusé de publier un billet de M. Du Berger au sujet de l’islam, car ils le trouvaient qu’ils trouvaient « trop agressif ». Ça n’a aucun lien avec l’opinion de M. Du Berger au sujet des changements climatiques. Donc je présume que non, le PAH ne publiera votre lettre.

      Guillaume

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s