Les pendules climatiques

Publié: 23 mars 2012 dans Uncategorized

Quand j’enseignais le cours de Physique du Globe à l’Université du Québec à Chicoutimi et que j’arrivais au dernier chapitre de mon cours qui traitait du champ géomagnétique – qui a son origine surtout à l’intérieur du noyau liquide de la Terre – j’utilisais l’analogie des pendules pour illustrer le phénomène.

Bien qu’on s’accorde sur un mécanisme de dynamo, l’origine du champ géomagnétique est d’une complexité déconcertante et son explication relève d’une partie des mathématiques appliquées qui s’appelle la magnétohydrodynamique : c’est la science qui traite de l’interaction des champs magnétiques avec les fluides conducteurs en mouvement. C’est ce qui se passe dans les cuves d’aluminium en fusion des alumineries et aussi dans le noyau terrestre. Des fluides conducteurs (fer, nickel, silicium et autres éléments) animés de mouvements de convection , combinés à la rotation différentielle du noyau terrestre, donnent naissance à des champs magnétiques poloïdaux et toroïdaux qui interfèrent – tantôt de façon constructive, tantôt de façon destructive- les uns avec les autres pour donner un champ géomagnétique dipolaire qui oscille en s’inversant en apparence aléatoirement.

Notre géoclimat fonctionne selon moi de façon analogue. Quand je visite les élèves du secondaire pour propager le doute dans leurs esprits pas encore complètement endoctrinés sur la cause qu’on leur enseigne comme étant principalement anthropique du changement climatique, je leur demande d’imaginer une corde phosphorescente attachée entre les deux murs opposés de la classe. On laisse un arc dans la corde, et on y suspend quelques pendules de longueurs et masses variées. La période du pendule sera d’autant plus longue que le pendule sera long et que sa masse sera importante; son importance comme moteur de la corde phosphorescente sera alors plus grande.  Certains pendules seront longs et lourds représentant par exemple le soleil, d’autres courts et légers représentant les émissions humaines de GES. Entre les deux, nous avons des pendules moyens comme le ENSO, La Nina, les oscillations océaniques, les volcans sous-marins etc… On met les pendules en mouvement et on ferme la lumière. Notre corde climatique phosphorescente oscillera, d’abord rapidement, puis plus lentement, elle s’arrêtera momentanément, recommencera à osciller, vite, lentement, ça repart, ça accélère, ça ralentit, ça s’arrête et vlan! c’est reparti!.. etc… notre corde phosphorescente , notre corde climatique  sera en apparence animée de mouvements qui nous apparaissent aléatoires, chaotiques, mais si on voyait les différents pendules, donc les différents moteurs du climat, interagir les uns avec les autres en s’aidant ou se nuisant mutuellement, la lumière jaillirait et on cesserait peut-être d’accuser le minuscule pendule humain à gauche, et on verrait resplendir le gros et long pendule solaire à droite. Que le doute s’installe et qu’ensuite…. avec le temps mais surtout la science et non l’idéologie, que la lumière s’allume et… enfin, soit!

commentaires
  1. Evolynn dit :

    Mon fils est atteint du syndrôme autistique d’asperger. Du haut de ces huit ans, et de son monde si fermé aux autres, il est convaincu que l’on peut prévenir les plus grandes catastrophes naturelles en utilisant l’énergie magnétique du pendule.
    Je sais me servir d’un pendule, pour beaucoup de domaine mais j’avoue que sa façon de pensée, de résonner et d’interpréter le pendule, me laisse en admiration devant ce qu’il est capable de savoir de la nature, alors que moi qui utilise un pendule depuis vingt ans maitenant, je n’avais jamais pensée à l’utiliser comme lien de communication entre nous et la nature.
    Il espére qu’un jour, il pourra expliquer aux plus grands nombres, qu’avec un malheureux pendule on peut prévenir d’éruption volcanique ou autre et que cela sera prit plus au sérieux que maintenant.
    Demain, j’aurais donc le plaisir de lui montrer votre article, qu’il comprendra, bien mieux que moi.
    Evolynn

  2. […] Les pendules climatiques « Le blogue de Reynald Du Berger Imprimere-mailPartagerFacebookRedditDiggStumbleUponDiaspora […]

  3. […] Notre géoclimat fonctionne selon moi de façon analogue. Quand je visite les élèves du secondaire pour propager le doute dans leurs esprits pas encore complètement endoctrinés sur la cause qu’on leur enseigne comme étant principalement anthropique du changement climatique, je leur demande d’imaginer une corde phosphorescente attachée entre les deux murs opposés de la classe. On laisse un arc dans la corde, et on y suspend quelques pendules de longueurs et masses variées. Les pendules climatiques « Le blogue de Reynald Du Berger […]

  4. […] temps et qui s’inverse apparemment aléatoirement. Quel rapport avec le climat me direz-vous? Il existe pourtant des ressemblances. On ne peut prédire les scénarios des prochaines inversions géomagnétiques, pas plus que […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s