LA PARAPSYCHOLOGIE, TERRITOIRE SCIENTIFIQUE

Publié: 17 août 2019 dans Uncategorized

giphy

C’était vers la fin des années 1970 à l’Université du Québec à Chicoutimi. Un groupe de professeurs du Département des  sciences religieuses avait invité un guérisseur de Trois-Rivières à une expérience qui visait à tester ses pouvoirs.

Dans le laboratoire, on installa deux plateaux tournants sur chacun desquels on distribua une centaine de petits pots de terre contenant une semence. Les deux plateaux étaient surplombés du même éclairage fluorescent. On se procura un certain nombre  de bouteilles d’eau distillée et déminéralisée. On demanda au guérisseur de « magnétiser » la moitié des  bouteilles d’eau. Chaque soir, un technicien arrosait les semis d’un des plateaux avec l’eau magnétisée et les semis du plateau témoin avec l’eau non magnétisée.

Au bout d’un mois, on mesura le taux de croissance et on constata que les plants arrosés avec l’eau magnétisée ne présentaient pas un niveau de croissance statistiquement supérieur à celui du groupe témoin. À titre de géophysicien, on m’invita, avec un collègue physicien, à commenter les résultats.

J’ai alors demandé où l’on s’était procuré les bouteilles d’eau. On me dit qu’elles provenaient de l’hôpital de Chicoutimi lequel les avait achetées d’un laboratoire en Californie. J’ai demandé ensuite si l’on avait vidé les bouteilles dans un contenant afin de mélanger l’eau pour ensuite les remplir à nouveau  avec de l’eau ainsi « homogénéisée », avant de procéder à la « magnétisation ».

Malheureusement, on avait négligé de prendre cette précaution, ce qui invalidait automatiquement l’expérience, car on n’avait aucune garantie que toutes les bouteilles contenaient de l’eau identique. Dans une expérience de chimie, de géologie ou de botanique, une telle précaution n’aurait pas été nécessaire, mais dans le domaine du paranormal, on doit écarter toute cause naturelle avant de pouvoir évoquer le surnaturel.

Quelques années plus tard, Louis Bélanger, parapsychologue québécois bien connu, vint au Saguenay présenter une conférence sur son sujet de thèse de doctorat, lequel il venait de compléter à Fribourg (Freiburg) en Allemagne. Il avait étudié le célèbre poltergeist de Rosenheim et commençait ses recherches au Québec. Il savait qu’en tant que géophysicien, je disposais d’instruments gravimétriques, électriques, magnétiques, électromagnétiques et sismiques qui pouvaient mesurer des effets physiques extrêmement ténus, mais je n’ai jamais eu le temps de mettre mon expertise à sa disposition. Et si je l’avais fait, j’aurais risqué de mettre en péril ma crédibilité de scientifique devant des collègues sceptiques face à tout phénomène qu’ils ne peuvent expliquer avec leurs connaissances scientifiques.

L’an dernier, on m’invita à échanger avec Christian Page dans le cadre de sa chronique hebdomadaire à CHOI radio-X.  En plus d’une excellente maîtrise de sa discipline, Christian possède des dons de pédagogue exceptionnels. Il m’a donné le goût de poursuivre ma démarche et d’explorer par moi même ce domaine considéré tabou chez les scientifiques traditionnels. C’est comme ça que j’ai découvert la Parapsychological Association. Je m’y suis inscrit comme membre associé et j’ai pu ainsi assister à leur assemblée annuelle qui s’est tenue à Paris en juillet.

Je ne fus pas surpris quand j’ai vu les qualités des présentateurs, presque tous détenteurs de PhD et associés à des Instituts de recherche et universités de plusieurs pays des cinq continents. Beaucoup du contenu des présentations m’a échappé n’étant pas familier avec le domaine ni avec sa nomenclature. Les présentations se sont étalées sur trois jours.

J’ai été étonné par la rigueur de la démarche scientifique démontrée par la majorité des chercheurs. Les états de conscience altérée recèlent encore pas mal de mystères pour moi, tout comme les phénomènes de télépathie et de télékinésie. J’ai été entre autres impressionné par la présentation de Jean Staune de l’Université de Paris « TOWARDS A NON NEURONAL CONCEPTION OF CONCIOUSNESS ». Les secrets du « pouvoir caché » de Franz Mesmer nous ont été dévoilés et un Mexicain dont je n’ai pas saisi les équations ondulatoires de Schrödinger,  nous montra comment on a réussi à téléporter des particules subatomiques. Je fus aussi étonné d’apprendre que lors d’événements catastrophiques qui touchent ou affectent des centaines de milliers ou millions de personnes, les machines à générer des nombres au hasard, ne génèrent plus de nombres au hasard…

Bref, trois journées exceptionnelles au cours desquelles j’ai commencé à me familiariser avec ce domaine tabou et pu échanger avec certains des piliers de cette science mystérieuse, car c’est bien de science dont il s’agit.

En guise de conclusion, mon collègue physicien qui m’accompagnait à cette évaluation de l’expérience du guérisseur, étant affligé d’un sérieux mal de gorge, demanda au thaumaturge de lui imposer les mains autour du cou. Trois jours plus tard, il avait toujours mal à la gorge. Il faut croire que notre guérisseur ne possédait pas les pouvoirs des rois de France, qui pratiquaient régulièrement chez leurs sujets, le toucher des écrouelles accompagné des paroles « Le Roy te touche, Dieu te guérit ! ».

Publicités
commentaires
  1. rtremblay dit :

    une simple revue de littérature préalable à cette recherche aurait démontrer que le type d’eau n’est pas un facteur différentiel de productivité agricole. mais quand les connaissances agronomiques se situent au niveau de l’homme des cavernes 🙂 … on y voit que du feu !!

    Juste des images au microscope aurait pue ou non démontrées une différence entre l’eau standard et l’eau « magnétisé »

    • Reynald Du Berger dit :

      Les connaissances agronomiques ne doivent pas abstraire des connaissances du français. Vous auriez dû écrire « aurait démontré….. et on n’y voit que… »

    • Paul S. dit :

      R. Tremblay, un agronome, selon le prof, partage son savoir : “Juste des images au microscope aurait pue ou non ..”.

      Moi, qui croyait qu’un microscope nous renseignait par l’intermédiaire du sens de la vue, maintenant je saurai qu’il s’agit du sens d’odorat.

      Doit-on renifler le recto ou le verso de photos prises au microscope ?

  2. Isabelle Farand dit :

    ​J’ai trempé dans le domaine occulte paranormal.
    Ce n’est pas sans conséquences.
    Quand on ouvre la porte a ce domaine surnaturel, Notre vie change radicalement .

    Je vous dit mon expérience, je me creusais de plus en plus. j’ai dû avoir des prières de libérations par un prêtre.

    Isabelle

    ________________________________

    • Reynald Du Berger dit :

      @ Isabelle… J’attire votre attention sur une des présentations à cette conférence (allez voir les résumés sur le lien dans mon texte, cliquez sur « présentations » en rouge) WHAT’S IN A NAME ? A LOT ACTUALLY. Vous parlez de « porte »… comme les charlatans du paranormal de la télé parlent de « portes sur l’au-delà » sans savoir de quoi ils parlent ou sans même savoir si cela existe… comme l’expression « je vous envoie des vibrations »… beaucoup de gens croient avoir été victimes d’entités démoniaques… cela dit, il est possible que des gens développent des symptômes psychologiques suite à leurs tentatives d’ouvrir ce qu’ils appellent des « portes » et qu’elles aient besoin de thérapies pour s’en remettre, ce qui est peut-être votre cas.

comment éliminer un abonné indésirable ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s