LETTRE OUVERTE À UN DÉPUTÉ

Publié: 31 janvier 2019 dans Uncategorized

lamontagne

Il est coutume d’examiner le bilan d’un gouvernement après ses premiers 100 jours au pouvoir. On peut alors manifester son mécontentement en enfilant un gilet jaune, mais aussi en écrivant à son député, lequel est le représentant du citoyen auprès du gouvernement. C’est ce qu’à fait mon frère Jean, lequel est comme moi, un ingénieur retraité,… et contribuable. Il m’a permis de rendre sa lettre publique et je souscris totalement à ses commentaires. Comme lui, j’avais fondé certains espoirs en ce nouveau gouvernement – mais pour lequel je n’ai cependant pas voté contrairement à lui- Je partage les déceptions de mon frère que je vous livre sur ce blog. J’encourage les citoyens à poser le même geste. C’est cela la vraie démocratie. 

LETTRE À MON DÉPUTÉ

 

M. André LAMONTAGNE

Député de Johnson

Coalition avenir Québec

Ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation

Ministre responsable de la région du Centre-du-Québec

 

Bonjour M Lamontagne

 

A l’occasion des 100 premiers jours au pouvoir de votre gouvernement, j’en profite pour vous faire part de mes préoccupations en tant qu’ électeur du comté de Johnson qui a voté pour la CAQ aux dernières élections. Cependant, à voir comment les choses se déroulent,  je ne suis pas certain d’avoir fait le bon choix.

 

Je n’ai jamais eu aussi honte d’être québécois que lorsque mon Premier Ministre a accusé l’Alberta de produire du pétrole “sale” alors que nous allons encaisser un juteux chèque de 13,1 $ milliards de péréquation. Quel affront à l’Alberta qui finance une grosse partie de ce transfert et quelle honte pour nous québécois, résidents de la plus grande province pauvre du pays ! Pire encore, M Legault a, du bout des lèvres, admis que son choix du mot “sale” était un peu fort mais il ne s’est pas récusé pour autant, démontrant ainsi son profond mépris pour le ROC (Rest of Canada).

 

Restons dans le pétrole. M Legault a dit qu’il n’y avait pas “d’acceptabilité sociale” pour les pipelines au Québec, ce qui est absolument FAUX. Demandez à n’importe lequel québécois s’il préfère que le pétrole qu’il consomme lui soit acheminé par oléoduc ou par train. Personne ne veut d’un autre Lac-Mégantic. J’appuie donc sans réserve tout projet d’oléoduc (surtout celui d’ Énergie-Est s’il devait renaître) ainsi que tout autre projet similaire tel le gazoduc proposé récemment avec terminal gazier a Saguenay. Je demande donc a mon gouvernement de faire fi des groupes de pression anti-pétrole et d’encourager le transport sécuritaire de pétrole et du gaz.

 

Changements climatiques:

 

Je m’intéresse aux changements climatiques depuis plusieurs années déjà; je lis bon nombre d’articles et de publications sur ce sujet. Ayant une formation scientifique, j’ai naturellement l’esprit critique. Mon analyse a ce jour me porte à croire que l’urgence climatique n’est qu’une vaste fumisterie. Depuis 1979 (dates des premières données satellitaires fiables) le réchauffement global n’affiche qu’un maigre ¼ C sur 40 ans. Cependant, 40% de tout le CO2 émis sur la Terre, l’a été au cours des 20 dernières années, et on constate que la température stagne ou augmente à peine au cours de ces mêmes 20 ans. Cherchez l’erreur.  Ou est donc la sensibilité au carbone et l’urgence climatique?

 

Contrairement à la croyance populaire, il n’y a ni consensus ni preuve scientifique à savoir que l’homme est le principal vecteur du réchauffement. Les quelques 150 modèles du GIEC (Groupe intergouvernemental sur l’évolution du climat) sur lesquels sont basées ces prévisions alarmistes, ont tous surestimé le réchauffement et finissent toujours par être ajustés à la baisse à mesure qu’on accumule les données réelles sur le réchauffement. Quiconque a lu les rapports du GIEC, constate qu’ils sont truffés d’expressions telles que “most likely, very likely, highly probable, almost certain etc…” Finalement, on est certain de rien mais on continue de faire des prédictions basées sur des modèles qui n’ont jamais passé le test de validité.

 

Les phénomènes naturels qui influencent réellement le climat sont encore très mal connus – surtout au niveau du soleil et des océans. Par conséquent, les scientifiques concepteurs des modèles du GIEC préfèrent en amenuiser l’influence – pour ne pas dire les ignorer totalement – pour ne mettre en lumière que l’effet des gaz à effet de serre. Autrement dit, on ramène le changement climatique à la seule variable de la concentration des gaz à effet de serre dans l’atmosphère. C’est comme si l’on se servait du CO2 comme d’un gradateur pour ajuster l’éclairage d’une pièce ou d’un thermostat qu’il s’agirait de régler pour controler la température du globe.

 

Le climat terrestre est beaucoup trop complexe pour qu’on puisse le modéliser adéquatement même avec les plus puissants ordinateurs actuels. Si c’était si évident, pourquoi nous faut-il 150 modèles plutôt qu’un seul ? Le seul consensus scientifique qui existe actuellement est qu’on reconnaît qu’il y a effectivement un réchauffement si léger et anodin soit-il. Personne n’a de preuve scientifique irréfutable que l’homme en est le principal responsable.

 

En résumé, grâce au GIEC, il s’est créé une vaste “industrie” planétaire des changements climatiques. Bon nombre de groupes de pression, activistes, écologistes, politiciens, scientistes, chercheurs, artistes, journalistes etc. y ont trouvé leur compte. Une nouvelle mine d’or s’ouvre à eux pour aller chercher budget, subventions et reconnaissance. Cette “industrie” est maintenant trop bien rodée et implantée pour qu’on fasse marche arrière. Il y avait plus de 15,000 délégués à la dernière COP 24 en Pologne; cela fait bien du monde “préoccupé par la cause”. S’il fallait qu’on découvre que la planète n’est plus aussi “en péril” qu’on le croit et que l’homme n’a à peu près pas d’influence sur le climat, ce serait la catastrophe pour bon nombre de ces gens qui devraient se trouver un nouvel emploi, une nouvelle “cause”, un nouveau “mandat”!

 

Lorsque la ferveur réchauffiste tiédit, le GIEC s’assure de souffler sur les braises afin de raviver la flamme et ainsi maintenir son “industrie” toujours bien vivante. Les grands médias qui jouissent d’une crédibilité sans pareille dans la population, (je parle ici surtout de Radio-Canada, de TVA, La Presse) sont néanmoins toujours avides de sensationnalisme. Ils s’empressent de relayer savamment toute nouvelle étude annonciatrice de cataclysmes climatiques. La science a complètement été évacuée du débat pour faire place à l’idéologie – pour ne pas dire à la “religion climatique”. A entendre le message véhiculé par les médias, on accuse les changements climatiques d’être responsable du moindre soubresaut de la météo, de la moindre canicule, de la moindre inondation, du moindre ouragan. Le public en général n’ayant à peu près pas de formation scientifique, s’abreuve auprès de ces médias fortement biaisés adeptes de la “pensée unique” Je vous fais remarquer que les scientifiques – peu importe de quel côté ils penchent – sont beaucoup plus nuancés dans leurs propos et reconnaissent qu’il ne faut mélanger météo locale et climat global. Les plus grands supporteurs de la catastrophe annoncée – ceux qui crient le plus fort – sont ceux qui n’y connaissent rien en science !

 

Je pourrais vous entretenir encore et encore sur la dérive climatique mais je vais m’arrêter là. Mon propos peut se résumer ainsi: arrêtons de dépenser l’argent de nos taxes pour LUTTER contre les changements climatiques; dépensons-le plutôt pour s’y ADAPTER.

 

De quoi je m’attends de mon gouvernement Caquiste ? D’abord qu’il abolisse immédiatement la taxe sur le carbone. Prouvez-moi que cette taxe de 0.04 $ /L d’essence fait réduire la consommation d’essence. Le Québec est un des états les plus “verts” de la planète grâce à son hydroélectricité. Compte tenu que nos émissions de CO2 sont insignifiantes face aux géants comme la Chine, les Etats-Unis, la Russie et l’Inde, nous n’avons aucun besoin d’en réduire les émissions.

 

Énergies vertes

 

Des panneaux solaires recouverts de neige et exposés à si peu d’ensoleillement durant la saison froide, sont tout à fait inutiles dans l’environnement du Québec. Quant à l’énergie éolienne, elle est trop coûteuse et surtout inutile face à nos surplus d’hydroélectricité. Faute de pouvoir exporter son surplus de production, Hydro-Québec doit évacuer de l’eau de ses barrages. BRAVO a la CAQ qui a mis un terme au projet Libéral de créer un nouveau parc éolien au profit des autochtones sur la Côte-Nord. Je m’attends aussi à ce que mon gouvernement non seulement ne crée plus de nouveaux parcs éoliens mais cesse d’agrandir ceux déjà en place.

 

Electrification des transports

 

Je suis POUR l’électrification du transport en commun, du camionnage et de la livraison en général – non pas pour réduire les gaz à effet de serre mais pour diminuer la pollution et le smog causés par le diésel. En ce qui concerne la voiture 100% électrique, la technologie actuelle n’est pas suffisamment avancée pour faire face aux conditions climatiques rigoureuses du Québec. La déconfiture de Téo Taxi le prouve éloquemment. Seule la voiture hybride peut traverser l’hiver québécois et parcourir nos grandes distances sans problèmes. Son autonomie électrique n’étant que de 40 à 50 km dans les meilleures conditions estivales, son propriétaire n’aura finalement épargné que 4 à 5 litres d’essence avant de devoir la rebrancher. Il ne faut pas oublier que toute voiture 100% électrique ou hybride coûte beaucoup plus cher à fabriquer en matériaux et en énergie. De plus, bien que ceci ne soit rarement mentionné, son propriétaire devra sacrifier de l’espace d’habitacle pour loger les batteries sous le plancher et dans le coffre.

 

Tout comme celui ou celle qui tient à payer plus cher pour manger bio (même si aucune étude sérieuse n’en a démontré les avantages pour la santé et l’environnement) laissons le libre choix à celui ou celle qui veut payer une surprime pour rouler en voiture électrique. Par conséquent, je demande a mon gouvernement d’abolir immédiatement toute subvention à l’acheteur d’une voiture électrique.

 

Environnement:

 

Encore ici, la science a été évacuée du débat au profit de l’idéologie. La “religion verte” s’est vite répandue et est maintenant fortement implantée dans les moeurs. Plus personne ne se questionne sur le bien-fondé de telle ou telle décision. Du haut de leur chaire, les grands-prêtres écolos prêchent la bonne parole que le peuple bien endoctriné et docile gobe sans broncher. Il faut être “ vert ” à tout prix, à n’importe quel prix. Le moindre écart de conduite envoie les ouailles dans la rue avec pancartes et autobus financés par le lobby des énergies vertes. Les bonzes de l’environnement s’assurent ainsi que tout le monde, mais surtout le gouvernement, soit maintenu coûte que coûte dans le droit chemin.

 

Pour moi, il y a des enjeux bien plus importants que la rainette faux-grillon, la couleuvre brune et le suceur cuivré ( maintenant renommé “chevalier cuivré ” !). Je m’attends de mon gouvernement qu’il mette la priorité sur les enjeux environnementaux suivants:

 

  • La gestion des déchets et des matières résiduelles (recyclage)

  • La protection des sources d’eau potable et des nappes phréatiques

  • La réduction du plastique et du sur-emballage

  • La protection des berges contre l’érosion

  • La saine gestion des zones inondables

 

Je suis CONTRE la consigne sur les bouteilles de vin. Je reconnais que la récupération du verre cause un problème aux municipalités, mais j’y vois plutôt une façon de générer de juteuses cotisations syndicales provenant des nouveaux employés que la SAQ devra embaucher – sans compter l’augmentation des prix qui s’en suivra. Le verre même enfoui, n’est pas un polluant mais plutôt du vulgaire sable fusionné.

 

Registre des armes d’épaule

 

Je suis CONTRE ce registre coûteux et inutile qui ne sert qu’à donner bonne conscience aux élus et à faire taire le lobby anti-armes. D’ailleurs, il n’y a pas d’acceptabilité sociale pour un tel registre; la preuve c’est que nous avons dépassé la date limite légale pour enregistrer ses armes, et on constate que seulement 25% des armes visées auraient été enregistrées.

 

Valéry Fabrikant (Concordia), Henry Bain (Pauline Marois), Kimveer Gill (Dawson) et Alexandre Bissonnette (Mosquée de Québec) ont tous commis leurs crimes avec des armes dûment enregistrées. Sauf Valery Fabrikant, tous avaient réussi leur cours de maniement d’armes et étaient détenteurs d’un permis d’acquisition et de possession. Fabrikant s’était vu refusé le dit permis (troubles mentaux ?) Il ordonna à son épouse de devenir membre d’un club de tir, d’obtenir tous les permis requis, de se procurer ensuite une arme de poing avec laquelle il a tué quatre collègues. En ce qui concerne Marc Lépine (Poly) il n’y avait ni obligation de suivre un cours de maniement d’armes, de se procurer un permis ou d’enregistrer une arme de ce type en 1989.

 

Si le but du registre est d’éviter meurtres et suicides par armes à feu, il faut agir au niveau du permis d’acquisition et de possession. Les autorités doivent avoir accès au dossier psychiatrique du demandeur avant de lui accorder le dit permis. Le demandeur sans dossier psychiatrique, devrait être soumis à un test psychométrique afin de s’assurer qu’il ne présente pas de risque pour lui-même ou pour autrui. Bien que le risque zéro n’existe pas; je crois cependant que c’est au niveau du permis qu’on doit mettre les argents et les efforts.

 

Un registre partiel est totalement inutile pour les policiers qui ont besoin de le consulter. Utiliseriez-vous un bottin téléphonique qui ne contiendrait que 25% des numéros de téléphone ? La loi actuelle est inapplicable car on ne connait ni le nombre d’armes assujetties au registre ni les coordonnées de leurs propriétaires. A moins de perquisitionner chaque domicile, il sera impossible de savoir qui a enregistré telle ou telle arme. Par conséquent, on ne connaîtra  jamais avec certitude, le moment ou le registre sera utilisable ainsi que son degré de fiabilité. Je m’attends à ce que mon gouvernement laisse tomber la poussière et abolisse le registre durant son mandat.

 

Immigration

 

L’immigration non seulement aide à combler les besoins en main d’oeuvre mais surtout enrichit une société. Je ne sais pas s’il faut accueillir 30,000, 40,000 ou 50,000 immigrants; deux choses me préoccupent. Premièrement, le retard accumulé par Immigration-Québec dans le traitement des dossiers de ceux qu’on a choisi d’accueillir et deuxièmement, l’afflux de demandeurs d’asile, dont la plupart seront retournés dans leur pays d’origine après avoir épuisé tous les recours. Je demande a mon gouvernement de régler au plus vite le traitement des dossiers d’immigration – ceux qu’on a choisi – et de continuer de presser Ottawa pour qu’il resserre les contrôles afin d’endiguer le flot de faux réfugiés.

 

Port des signes religieux

 

En général je suis POUR la recommandation de Bouchard-Taylor d’interdire le port de signes religieux pour les personnes en autorité. Je suis CONTRE la position de la CAQ qui veut étendre l’interdiction aux enseignants. La liberté de religion a cependant ses limites. Au même titre que la polygamie est interdite au Canada, je suis CONTRE le visage couvert dans l’espace public. Je suis POUR l’intégration des immigrants et CONTRE le multiculturalisme à la Trudeau. Bien qu’on doive vivre avec la Charte des droits et libertés dans sa forme actuelle, le gouvernement de par ses actions doit décourager le port des signes religieux dans l’espace public en général lequel selon moi, constitue une barrière à l’intégration.

 

Prestataires de l’aide sociale aptes au travail

 

Les données de novembre 2018 indiquent que 110,000 prestataires de l’aide sociale sont sans contraintes à l’emploi. Compte tenu de la pénurie de main d’oeuvre qui sévit actuellement, on est en droit de poser la question: pourquoi ne pas ‘inciter’ ces prestataires à occuper les postes vacants pour lesquels ils ou elles seraient qualifiés? On a essayé d’inciter ces gens à intégrer le marché du travail dans le passé, surtout en réduisant leurs prestations. Ma recommandation va dans le sens contraire. Je préconise plutôt qu’on bonifie l’allocation mensuelle – peut-être même jusqu’à la doubler. En contrepartie je préconise qu’on supprime tout avantage social dont ils bénéficient actuellement: médicaments gratuits, frais dentaires, oculaires et auditifs gratuits, culottes d’incontinence, ambulance, etc etc etc. Autrement dit on devrait ramener ces gens au même niveau de protection qui est l’apanage de la grande majorité des travailleurs québécois n’ayant aucune assurance médicale privée.  A mon avis, ces avantages sociaux particuliers sont le plus grand frein à leur intégration au marché du travail.

 

Cette mesure aurait aussi un grand avantage collatéral. Étant donné qu’Ottawa fournit systématiquement aux demandeurs d’asile les mêmes avantages pécuniaires et sociaux que ceux accordés aux prestataires d’aide sociale de chaque province, le fait d’éliminer ces privilèges nous ferait épargner des millions de dollars en aide à des gens qui non seulement n’ont jamais payé de taxes ici mais dont la majorité sera retournée dans leur pays d’origine éventuellement. De plus, ceci enverrait un message clair aux passeurs et à la communauté internationale que le Canada n’est plus aussi généreux qu’il l’a déjàa été envers les demandeurs d’asile. Je rêve en couleurs bien entendu !

 

Gestion de l’offre en agriculture

 

Je suis CONTRE le protectionnisme en général et POUR l’ouverture des marchés agricoles à l’importation. Je crois que le maintien du système de gestion de l’offre en agriculture dans sa forme actuelle est un frein à l’innovation et à l’amélioration des processus. Le consommateur en est le grand perdant. Je m’attends de mon gouvernement qu’il remette en question la gestion de l’offre ainsi que le monopole de l’UPA en agriculture. La saine concurrence est toujours bénéfique et stimulante.

 

Réforme du mode de scrutin

 

Je suis CONTRE la réforme du mode de scrutin actuel. C’est la conclusion à laquelle je suis arrivé après avoir pris connaissance de l’avis d’experts en la matière. En effet, la plupart des pays ayant adopté des modes de scrutin dits “proportionnels” se sont retrouvés avec des coaltions ingouvernabnles. Il leur faut déclencher élection par dessus élection tellement les renversements sont fréquents. Bien qu’imparfait, notre système a l’avantage de donner généralement une majorité claire ou la gouvernance est assurée pour une période de temps suffisante pour faire progresser le Canada et le Québec. Je ne vous apprend rien en vous disant que Justin Trudeau l’avait promis et l’a abandonné lorsqu’ élu. Je m’attends que la CAQ en fasse de même.

 

Autres sujets

 

Je suis POUR l’appropriation culturelle. Un artiste est un créateur qui peut et doit s’inspirer non seulement de sa propre culture mais aussi de celle des autres pour créer des oeuvres inédites selon sa vision et ses valeurs. En aucun temps doit-on le censurer, le limiter à sa propre culture.

 

Je suis CONTRE la parité hommes-femmes dans les C.A., cabinets, ministères ou organismes de toutes sortes. Pourquoi pas 60% de femmes ? La compétence doit prévaloir en tout temps.

 

Je suis CONTRE l’introduction du concept de non-genré” sur les documents officiels. Toute personne a la possibilité de changer de sexe si elle ne se sent pas à l’aise dans le corps dans lequel elle est née. Cependant, on ne doit pas compliquer davantage l’appareil gouvernemental en introduisant une nouvelle désignation du sexe par “Autre” Il faut mettre un frein à la tendance de vouloir satisfaire la fantaisie de certains qui refusent d’être catalogués dans l’un ou l’autre des deux seuls sexes présents dans la nature. Je demande a mon gouvernement d’inscrire dans la Charte des Droits et Libertés que toute personne doit désigner son sexe comme Homme ou Femme.

 

Conclusion

 

Je constate que le Québec commence à être profondément divisé entre son élite Montréalaise et le reste de la province. C’est un phénomène qui se répand actuellement à travers le monde. On l’a constaté au Sud de la frontière ou sont opposés les côtes Est et Ouest élitistes et le centre du pays plus terre à terre et conservateur. En France présentement les gilets jaunes sont au coeur de cette division entre Paris et la Province; même chose pour le Brexit ou l’Angleterre a choisi de ne plus se laisser imposer les “valeurs communes” de l’Europe.

 

Beaucoup de pays d’Europe ont élu des gouvernements de droite récemment et il y une montée de l’extrême droite dans beaucoup d’autres  Angela Merkel est devenue minoritaire en Allemagne pour avoir favorisé un apport démesuré de réfugiés. Ces gouvernements ont été élus car leurs prédécesseurs n’ont écouté que leurs élites en négligeant les besoins de leur “majorité silencieuse”.

 

J’ai peur lorsque j’entends mon Premier Ministre parler d’acceptabilité sociale. Pour moi l’acceptabilité sociale n’est que le message véhiculé par une minorité tapageuse très présente dans les médias et dans l’espace public. Je m’attends de mon gouvernement qu’il ait le courage de prendre parfois des décisions jugées “impopulaires” pour le bien-être de tous. Je fais partie de cette majorité silencieuse; je n’ai qu’un vote pour exprimer mes choix de société et mes valeurs. Je compte bien le donner à celui ou celle qui formera un gouvernement ouvert et sensible à mes aspirations, orienté vers la création de richesse et imperméable aux récriminations insensées.

 

Jean Du Berger

Drummondville

30 janvier 2019

 

commentaires
  1. BENOIT MARTINEAU dit :

    Il faudrait aussi ajouter que les éoliennes tuent des millions d’oiseaux puisqu’elles sont installées dans les couloirs de grands vents, les mêmes couloirs utilisés par les oiseaux lors de leurs migrations.

  2. pierreb1 dit :

    Il écrit bien le frérot. Est-ce parce qu’il est à bonne école ?

  3. Alain Girard dit :

    Excellent, comment ne pas être d’accord… en vivant dans la Greenitude…

  4. Michel Dion dit :

    Question : Frérot Du Berger parle «d’élites tappageuses». Mais ce dernier, avec sa lettre revendicatrice, ne s’inclut-il pas lui-même dans ces «d’élites tappageuses»..? On jase là…

    • Reynald Du Berger dit :

      Je vais le laisser répondre , mais le mot « élite » est en général employé, à tort selon moi, pour désigner les politiques , les médias et les intellos, tous de gauche bien sûr qui prétendent imposer leur pensée unique, la rectitude politique aux « reste »… i.e. à ce qu’ils appellent avec mépris les gens comme moi, la plèbe , le peuple, bref les ignares , mineurs, fermiers aux mains caleuses, mais créateurs de richesse, qui ont osé élire comme président de la plus grande nation, un rustre qui ne sait pas distinguer un Picasso d’un Renoir. Le mot élite pour désigner ces snobinards donneurs de leçons est très mal choisi. Aux USA, ils infestent la Californie et New York. Quelqu’un a un mot pour désigner ces ….. ?

      • Michel Dion dit :

        Effectivement, «l’élites revanchardes» ou «tappageuses» s’inscrit beaucoup plus, de façon populaire, à ces plaignards de la gauche régressive. Mais le terme ÉLITE désigne aussi la crème, celui qui se démarque dans un domaine donné. Exemple : Groupe minoritaire de personnes ayant, dans une société, une place éminente due à certaines qualités valorisées socialement. Élite intellectuelle, le poids social des élites, etc. Bref, une parenthèse ouverte quasi inutilement (par moi).

        Bien à vous, messieurs.

        PS: Ne pas oublier que Legault, en campagne électorale, a eu la parole facile. Maintenant, les bottines doivent suivre les babines. Nous verrons bien…

      • Paul dit :

        Le prof voit juste : une “élite” auto-proclamée dont l’attribut différentiateur n’est pas basé sur la qualité ou la profondeur de la pensée, mais sur l’imposition de limites absolues, définies par la rectitude politique, au débat public.
        Juge et partie, cette “élite” gauchiste définit la rectitude politique, l’applique et exécute les contrevenants, le tout sans droit d’appel.

        Aux USA, la CNN met constamment en relief le fait que le vote du Parti démocrate provient de “college educated population”, donc il s’agirait d’un vote de qualité, réfléchi et sérieux.

        La candidate Hilary Clinton a bien exprimé le mépris de son “élite” envers les gens ordinaires en traitant les supporters de D. Trump de “basket of deplorables”.

        Voici, une réflexion par un vieux routier de la politique, sur le détournement des volontés du peuple par “les élites” contrôlant le pouvoir politique, aux USA et ailleurs dans les démocraties occidentales, ainsi que sur le danger que cela pose : https://buchanan.org/blog/when-democracy-fails-to-deliver-135759

        La citation d’introduction : « “Those who make peaceful revolution impossible … make violent revolution inevitable,” said John F. Kennedy. »

    • Jean Du Berger dit :

      Je ne suis qu’un simple citoyen qui exprime son opinion à son député – Je ne revendique rien; je fais des suggestions et des recommandations. L’élite tapageuse pour moi est constituée de ceux qui accaparent constamment les médias, martèlent leurs revendications et s’assurent de monopoliser la place publique avec leur discours a sens unique.

  5. Marcel Metcalfe dit :

    Je souscrit à 200% à tout ce que votre brillant frère a écrit, bravo à celui-ci. Il me donne aussi l’exemple, je vais écrire à mon député, j’ai déjà écrit à monsieur Legault en ce qui concerne les changements climatiques, n’ayant pas la formation nécessaire pour l’informer, je lui ai recommandé de lire le livre de François Gervais que j’ai trouvé excellent.

  6. Normand dit :

    Je suis aussi favorable au pipeline qui permetterait d’acheminer le pétrole de façon plus sécuritaire que par train ou de le faire venir par bateau d’outre-atlantique.

    Cependant, je me pose une question…

    Quand on regarde le tracé du projet de pipeline d’Énergie Est, on peut constater qu’il n’y a qu’au Québec que le tracé traverse les zones les plus fortement peuplées.

    https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Oléoduc_Énergie_Est#/media/Fichier%3AEnergy_east_map.svg

    On sait qu’une forte opposition viendra de la région de Montréal. Denis Coderre avait dit clairement jamais… et Valérie Plante sera encore plus intraitable.

    Si on appuie un projet, il faut créer les conditions pour que le projet ait le maximum de chance d’être viable.

    Est-ce que vous savez s’il y a une objection technique à ce que le tracé soit déplacé un peu plus au nord ? Exemple : couper via l’Abitibi et aboutir à l’est de Québec ?

    • jean duberger dit :

      Je ne suis pas expert en matiere de pipeline – je reconnais cependant qu’on doit analyser le projet pour le rendre le plus acceptable possible. Un tracé hors des grands centres ne serait pas nécessairement plus avantageux sur le plan environnemental mais certainnement tres couteux. En cas de rupture, il se pourrait qu’il soit plus difficille d’intervenir loin des grands centres. De plus même si le traçé passe pres des grands centres, c’est encore préférable a un train qui traverse les centre-villes. Je fais confiance au BAPE et autres experts qui verront à en assurer l’acceptabilité

  7. Normand dit :

    D’ailleurs, je serais curieux de voir Franôis Legault tester son affirmation d’acceptabilité sociale via un référendum…
    … conditionnellement à ce que les partisans ANTI et PRO pipeline puissent débattre à armes égales dans les médias, avec civisme, afin de donner l’heure juste concernant les enjeux à considérer.

  8. Benoit Maranda dit :

    Sans être 100% d’accord sur tous les points soulevés par Jean, l’ensemble de ses propos me rejoint. Je ne peux que le féliciter pour cette initiative citoyenne. Quiconque se tenant relativement informé sur notre société, ne peut en arriver qu’aux mêmes constats. J’en suis. Cette lettre pourraient être envoyée à chacun(e) de nos députés. Elle pourrait même, à mon avis, être signée par plusieurs autres citoyens-électeurs. Je serais très heureux d’être l’un de ceux-là. Il est temps que monsieur et madame tout-le-monde de la majorité silencieuse fassent contrepoids aux idées véhiculées par « l’élite »ou « les biens pensants » via les médias complaisants. Une lettre comme celle-ci à son député est, à mon sens, un moyen civilisé de le faire auquel je souscris. Il ne faut pas attendre que les exemples que nous donne l’Europe se concrétisent chez-vous. Bravo encore une fois à Jean Du Berger pour son action et d’avoir accepté qu’elle soit partagée par Raynald.

    • Paul dit :

      RE : “.. contrepoids aux idées véhiculées par « l’élite »ou « les biens pensants » via les médias complaisants. ..”

      Les médias sont loin d’être seulement “complaisants”.

      Ils sont partie prenante (même principale) de la formulation des interdits établis par la rectitude politique.

      Les politiciens sont, plus souvent qu’autrement, enclavés par ces limites à la pensée libre.

      En particulier, ceux qui sont incapables de soutenir un débat d’idées.
      Observez notre premier ministre. Assiégé par les médias et l’opposition, il n’a aucune chance.

  9. Marcel Lapointe dit :

    Moi non plus je n’ai pas voté pour la CAQ, mais je me joint entièrement à l’opinion de votre frère qui reflète presqu’entièrement ma pensée, car moi, je suis pour l’interdiction des signes religieux dans les écoles. Nous avons sortis nos religieux des écoles, qui soit dit en passant étaient d’excellents professeurs, pourquoi les laisser rentrer à nouveau.

comment éliminer un abonné indésirable ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s