TOUT LE MONDE GAGNE

Publié: 27 mai 2013 dans Uncategorized

a-trophy

Je devais avoir 4 ou 5 ans quand mon père m’amenait parfois le dimanche, visiter une de ses tantes, religieuse et infirmière, paralysée suite à un AVC et alitée à l’hôpital Saint-Michel-Archange. On l’avait hospitalisée à « l’Asile » comme on disait alors, car elle y avait passé sa vie d’infirmière, dévouée au service des « fous ». À chacune de ces visites, l’odeur du formol et le chant monotone des « fous » me donnaient la chair de poule. Ce Quebec Lunatic Asylum est devenu finalement l’Institut universitaire en santé mentale de Québec, après les stades de l’Hôpital Saint-Michel-Archange et du Centre hospitalier Robert Giffard.

Plus récemment, une amie hongroise habitant à Budapest, brièvement hospitalisée à Chicoutimi, a reçu sans trop comprendre, une facture du « Complexe hospitalier de la Sagamie » qui avait abouti à ce nom bizarre après avoir été plus simplement appelé l’Hôpital de Chicoutimi et l’Hôtel-Dieu Saint-Vallier – car construit sur le rocher Saint-Vallier-. Il n’y a pas que les hôpitaux, même les zoos ne sont pas épargnés car le zoo de Saint-Félicien s’appelle maintenant « Zoo sauvage de St Félicien » après que l’on réalisât que le « Centre de Conservation de la Biodiversité Boréale » n’attirerait pas beaucoup de touristes. On se demande alors comment les Californiens attirent autant de visiteurs à leur banal San Diego Zoo. Si les « fous » sont devenus aujourd’hui des handicapés intellectuels et les sourds des mal entendants, que sont alors les cons? Des mal comprenants? Tous ces euphémismes reflètent l’hypocrisie de notre société moderne qui appelle maintenant un chat un chien. C’est la confusion totale.

On apprend aujourd’hui à l’école qu’il ne faut pas juger et surtout ne pas coller d’étiquettes. Sur quelle base choisira-t-on alors ses amis? Le mépris est interdit, ce qui élimine automatiquement ce qui lui est diamétralement opposé, l’admiration, et décourage le développement du jugement et de l’esprit critique. L’école interdit la discrimination, tous sont égaux et on ne coiffe désormais plus le bonnet d’âne. Il n’y a plus de notes. On nivelle par le bas et on se dirige aussi vers le bas. La classe devra s’ajuster au plus cancre, qui sera l’étalon à partir duquel l’enseignement sera calibré. Comment alors s’étonner que tant de parents versent vers le privé?

Notre langage reflète la société égalitaire et socialiste vers laquelle nous avons glissé. Les brillants doivent être ramenés à la raison du plus faible afin de ne pas heurter les cancres. En 2013, Lafontaine en ferait un fable « Le Cancre et le Génie » se terminant par « la raison du plus faible est toujours la meilleure ».

André Arthur peignait bien le tableau avec son petit Guillaume dont l’équipe de baseball avait perdu le match par sa faute, par sa paresse, sa négligence, mais que ses parents récompensaient quand-même par « pas grave Guillaume! Viens! on va aller chez Mc Do! » . Bourré ainsi depuis la maternelle de messages contradictoires, peut-on s’étonner que Guillaume se suicide face à la première difficulté sérieuse que sa vie d’adulte le force à affronter? L’effort soutenu et la réussite qui en découle ne font désormais plus partie des valeurs promues à l’école. Il n’y a désormais plus de perdants. Il n’y a plus de distribution des prix. Tout le monde gagne!

Référence :

les cours Éthique et Culture religieuse et Le Monde contemporain du Ministère des sports et loisirs du Québec.

commentaires
  1. pierre chagnon dit :

    Merci, encore pour cet excellent texte, j’aime ca en ti-péché

  2. Michel Bellemare dit :

    Et que fait-on quand on ne veut pas utiliser la langue de bois, et nier la réalité? On vous poursuit en utilisant la sacro-sainte «Charte des droits et libertés».

    Selon le spécialiste en droit, Jean-Sébastien Sauvé, exiger des transsexuels une opération chirurgicale, avant d’officialiser leur changement de sexe dans l’état civil; serait contraire à la «Charte des droits et libertés de la personne». Et que fait-on du droit d’appeler un chat… «un chat», qui heurte si profondément nos adeptes de la rectitude politique et de la langue de bois?

    Les mots «homme» et «femme» font référence aux organes sexuels des individus, et dans notre société égalitaire, n’apportent pas de privilèges particuliers. Il y a aussi une désignation pour ceux qui veulent vivre leur vie, avec un sexe autre que celui de leur naissance… mais sans passer par le bistouri: les transgenres. Peut-on simplement respecter le sens des mots, sans invoquer à tort et à travers la «Charte des droits»?

    http://www.journaldequebec.com/2013/05/26/la-charte-des-droits–pas-respectee-

  3. jean pierre gagnon dit :

    Monsieur

    Excellent texte…

    Bonne journée

    J-P Gagnon

  4. André Genois dit :

    Selon moi, ce court texte résume extrêmement bien la descente sur laquelle la société québécoise s’est engagée depuis une bonne vingtaine d’années. Votre texte, M. Du Berger, est effarant de vérité et c’est bien triste.

  5. Fred dit :

    Une phrase célèbre dit : il faut toujours simplifier (au maximum), s’en devenir simpliste. Je crois que c’est l’ultime but, particulièrement dans les communications, l’enseignement…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s