BONNES « VACANCES DE LA CONSTRUCTION »!

Publié: 14 juillet 2022 dans Uncategorized

On sait tous que les Québécois ont décrété que les déménagements au Québec, doivent se faire à la Fête du Canada, afin de faire un doigt d’honneur aux Canadiens. Les Québécois ont un instinct grégaire reconnu (ceux du troupeau qui ignorent ce qu’est « grégaire » allez sur google).

Il existe aussi un autre comportement singulier et bizarre chez ce peuple, appelé « les vacances de la construction ». Des individus du troupeau québécois les plus forts (physiquement) obéissent alors à une deuxième pulsion, qui les pousse à abandonner le troupeau pendant deux semaines à la fin de juillet. C’est une sorte de transhumance (e.g. google) dite « vacances de la construction ». Ce troupeau encombre alors les routes avec de longues processions de camping cars, telles des chenilles fuyant le chaleur. Des images droniques et même satellitaires, commencent à nous révéler l’ampleur du phénomène. Aux premiers gels de l’hiver, la plupart des individus abandonnent encore le troupeau pour entrer dans une longue période de léthargie -appelée « chômage »- , une sorte d’hibernation, durant laquelle la nourriture leur est fournie par les individus du troupeau les plus vaillants qui continuent à butiner et à travailler à longueur d’année.

Les généticiens, éthologues et anthropologues se penchent sur le problème. Nul doute que ce phénomène insolite fera l’objet d’un reportage dans un « magazine » scientifique de Radio-Canada.

Si MM Legault et Trudeau souhaitent bon ramadan aux musulmans, permettez que je souhaite bonnes « vacances de la construction » à toutes ces chenilles processionnaires (e.g. google).

commentaires
  1. Yves Deroubaix dit :

    Toujours aussi plaisant à lire. Merci Reynald Bonnes vacances Amicalement Yves Deroubaix

    • Serge Bilodeau dit :

      Du la part de Trudeau digne fils de son père il ne souhaitera pas des bonnes vacances au Québécois car il nous méprise ; Les Québécois.

      • Paul Itik dit :

        Mais alors, le saltimbanque va pouvoir vous offrir ses excuses “sincères”, les larmes au rimel sur ses joues et déguisé en Aurore – l’enfant martyre transgenre.

        Les excuses larmoyantes et les accoutrements – les grandes spécialités de ce personnage sans envergure.

  2. Marcel Metcalfe dit :

    C’est le modèle québécois, soit celui d’être médiocre, pour ne pas dire pourri, dans tout ce que gère le gouvernement.

  3. Paul A. Klimaté dit :

    Professeur,

    Pensez-vous que vos images satellitaires vont révéler cette année une Bolt rutilante chargée à bloc, conduite par l’agronome Tremblay en tournée d’inventoriage de fosses à purin admissibles à sa campagne de biométhanisation ? Son fin nez lui permettra d’identifier pendant la canicule les meilleures candidates aux juteuses subventions gouvernementales.

    Bien que très fatigué par son combat contre les obtus opposés à la lutte aux changements climatiques, pendant que les intellectuels musclés de la construction se reposent, votre invité de marque fait sa part pour faire rouler “l’économie circulaire” du futur.

    En même temps, avec son anémomètre de poche, le vaillant pétrophobe pourra identifier les fermes québécoises les plus propices à l’implantation d’une belle éolienne pacifiante (elle aussi subventionnée) en parfait arrimage avec la production circulaire abondante de la Bull’s shit pour la fosse à purin.

    • Reynald Du Berger dit :

      Paul. comme non vacciné, vous avez moins ce chances d’être incommodé par les relents de purin de veaux vaches cochons de notre agronome méthanisateur, car vous risquez de perdre l’odorat. La Nature fait bien ce qu’elle fait !

      • Paul A. Vakciner dit :

        Si je me fie aux semeurs de peur médicale, avec l’Omicron omniprésent, je devrais être maintenant membre à part entière du troupeau immunisé (“herd immunity”) par contact avec ses congénères.

        Cela ferait de moi un contributeur accrédité de la fosse à purin alimentée par bétail.

        Ça me fait chaud au cœur que de pouvoir contribuer 13 m 26 cm chaque jour, en équivalent de biométhane, à la courageuse tournée de notre agronome. Malheureusement, je suis frugal et je digère mes calories presque complètement.

        Vous avez raison : par l’immunisation progressive et durable de la collectivité, la Nature fait bien les chose. Naturellement et sans séquelles.

  4. rtremblay dit :

    C’est moins drôle et original comme post que la première fois. De plus le congé de construction ne débute que le 24 juillet cette année.

    Mais bon c’est vrai que les québécois ont souvent un comportement de troupeau. Est-ce que le même phénomène se produit dans d’autres pays pour d’autres périodes de l’année ? je pense que OUI

    • Paul E. Tron dit :

      Le Pétrophobe Méthaniste interroge : « .. comportement de troupeau. Est-ce que le même phénomène se produit dans d’autres pays ».

      Parfois oui.

      Aux Indes il y a la « Fête de la vache sacrée » et tout le monde participe.

      Lors de votre prochaine tournée de fermes bovines, vous devriez essayer la recette de Galettes B.S., populaire dans l’Uttar Pradesh :

      “ Preparation of Cow dung patties “

      Excellentes pour l’entretien de votre biotope, mais comme toute bonne chose : à consommer avec modération.

    • lucbmenard dit :

      Historique des « Vacances de la construction » (sommaire)

      Traditionnellement, les vacances de la construction se déroulent au cours des deux dernières semaines civiles complètes du mois de juillet (sinon, c’est la dernière de Juillet et 1ère d’Août).
      En 1971, les patrons et les syndicats se sont entendus pour que tous les chantiers arrêtent leurs activités en même temps. Cela permet aux fournisseurs et aux travailleurs d’autres industries
      liées à la construction de prendre, eux aussi, congé. Une loi de 1970 a fait en sorte que de 1971 à 1992, la date officielle des « vacances de la construction » était déterminée par décret, mais depuis 1993, cette date est déterminée lors de la négociation des conventions collectives de l’industrie de la construction du Québec.

      La Commission de la construction du Québec (CCQ) est chargée de faire respecter la Loi sur les relations de travail, la formation professionnelle et la gestion de la main-d’œuvre dans l’industrie de la construction (Loi R-20), qui encadre l’industrie de la construction au Québec

      Dates en 2022 (selon la CCQ : https://www.ccq.org/fr-CA/Nouvelles/2022/vacances-ete-2022)

      Du dimanche 24 juillet, à 0 h 01, au samedi 6 août, à minuit. Ce sont environ 80 % des travailleurs et des employeurs de l’industrie qui en profiteront. Plus de 181 000 salariés et un peu plus de 26 500 employeurs. Montants versés en vacances de la construction : plus de 553 M$ versés aux travailleurs. Pendant cette période, la grande majorité des chantiers seront fermés. Des règles particulières sont toutefois prévues et des ententes peuvent être conclues entre employeurs et salariés pour certains chantiers.

      Industrie touristique

      Un argument évoqué par un représentant syndical dans un sondage réalisé en 2020, soit durant
      la pandémie, à l’effet que verser trop tôt les chèques de vacances pourrait impacter négativement cette période névralgique dans l’industrie touristique qui doit être protégée pour faire partie de la relance de toutes les régions du Québec. Cette industrie est grande génératrice d’emplois au Québec. L’industrie touristique profite directement de cette période de forte affluence locale étant donné la durée très limitée de la saison estivale.

      Grégarisme

      La grégarisation est la tendance des individus de nombreuses espèces animales à se regrouper en sociétés plus ou moins structurées. L’être humain n’y échappe pas. Au Québec, c’est
      une histoire* d’entente entre syndicats et entrepreneurs dans la construction (patrons).

      Dans d’autres provinces canadiennes, notamment en Ontario et au Manitoba, les travailleurs de la construction prennent leurs vacances comme dans n’importe quel secteur d’activité économique ou industriel de la société, i.e., quand ils peuvent (quand c’est possible selon ententes avec les patrons qui les autorisent à partir en vacances, une question de droit de gestion et possibilités reliées aux lois du marché), mais ils ont droit à au moins deux semaines consécutives une fois par année (et selon leur ancienneté comme dans tout bon syndicat).

      -Greg, Local 101 (pour les deux prochaines)

      *Le Décret de 1971 (https://www.affairesdegars.com/page/article/4156065476/mais-pourquoi-donc-les-vacances-de-la-construction.html)

  5. Érik Beauséjour dit :

    Cessez vos plaisanteries grivoises concernant les « gars de construction » …
    Sachez que ce système fonctionnait rondement jusqu’à l’explosion de la demande…
    C’était une ligue professionnelle, maintenant les hommes se négocient des salaires à la hauteur de leurs professionnalisme…
    La rumeur veut qu’un tel est eu 7$ de l’heure de plus les autres, ils sont alors tous en tabernacles, alors le patron met beaucoup de temps et d’argents pour rétablir l’équilibre…

    Ils font 43.35$ de l’heure pour un compagnon…

    • Reynald Du Berger dit :

      Érik Beauséjour .. Cessez vos plaisanteries grivoises concernant les « gars de construction » …
      en quoi comparer des camping cars de « gars de construction » à des chenilles processionnaires fuyant la chaleur est grivois ?
      Vous ne valez que ce qu’un client est prêt à payer pour vos services, pas plus , pas moins.
      Si comme moi j’ai parfois été au cours de ma carrière, LE gars unique au bon endroit, au bon moment possédant LA bonne technologie recherchée par le client pour résoudre son problème de façon la plus économique et rapide, et que vous êtes LE SEUL…vous pouvez devenir riche. Sinon regardez autour de vous ceux qui peuvent faire mieux que vous et à meilleur marché. Offre vs demande !

      • Paul Itik dit :

        Clairement dépassé, le prof récidive : « Vous ne valez que ce qu’un client est prêt à payer pour vos services, pas plus , pas moins. … Offre vs demande ! ».

        C’est quoi ce capitalisme passé de date ?

        Le grand agronome l’a bien dit : le prof reste figé au stade du « .. principe de l’économie linéaire et non de l’économie circulaire. ».

        La richesse on n’a pas à la créer, en économie “circulaire” du futur il faut la redistribuer, avant de la gaspiller.

        Nos syndicats et le Modèle Québécois s’y emploient, avec succès, depuis plusieurs décennies.

        Paul Itik
        pour R. Tremblay, futuriste

      • Erik Beausejour dit :

        Je trouvais ces plaisanteries grivoises, car ces chères caravaning ou chenilles processionnaires n’utiliseraient pas ce genre d’analogie pour décrire la situation d’un intellectuel, elles utiliseraient la puissance de l’intonation sonore à son maximale sur un ton voix vindicateur et elles vous balanceraient des tonnes métriques de Marde, ce qui n’est pas très insultant pour quelqu’un de lettré, mais pour quelqu’un qui ne l’est pas, MAIS QUEL MERDIER D’UNE AMPLEUR DÉMESURÉ!!!

        Tant mieux si vous avez réinventé la roue, mais dans le domaine de la toiture ça prend de grand investissement pour démarrer en affaire (sauf la toiture de bardeaux), car la machinerie est dispendieuse et les immobilisations aussi…

        J’ai d’aileurs changé d’entreprise il y a huit ans, parce que mon ancien boss croyait qu’on pourrait acheter de la machinerie en travaillant à l’ancienne, alors que la machinerie se paye de son propre rendement, bref j’aurais eu les articulations finis et c’était trop décourageant d’arracher 4 peau de couverture à la hache et à la pelle à Montréal…
        Un de mes anciens collègues m’a dit qu’il les a faient finir leur quart de travail à 4h00 am donc pas de répit avant l’autre journée de travail…
        Par chance, il ne travaille pas lorsqu’il pleut, si ça ne serait pas de ça, je ferais un autre métier, car la vie ne se limite pas au travail…

  6. Luc Poulin dit :

    Bonjour M. Duberger, il se passe beaucoup de chose avec le climat c’est temps-ci, j’aimerais bien avoir votre opinion la dessus, est-ce encore des trucs anecdotiques!? Le soleil? ou autre ou bien le CO2 généré par l’homme. Fait un bout que vous n’avez pas écris sur le sujet merci

    • Reynald Du Berger dit :

      Luc Poulin. ce serait trop long au clavier, écrivez-moi un email et on parlera au téléphone. rduberge@uqac.ca

      • Paul Clim Atenkriz dit :

        En passant Rejean, le dérèglement climatique du milieu des années ‘30 aux USA (et ailleurs aussi) n’était pas seulement consigné dans les journaux de l’époque.

        La chaleur et la sécheresse ambiantes servent de toile de fond dans le chef-d’oeuvre de John Steinbeck : “Les raisins de la colère”.

        Pas de complotisme là dedans, ni de supposée exagération de Tony Heller, on ressent seulement la misère noire et le désespoir sans-fond de pauvres gens terrassés par un vrai épisode de variation défavorable du climat dans l’Ouest américain (On peut parler d’un événement quasi-climatique, plutôt que d’événement météorologique, car la sécheresse était de très longue durée).

        Il ne s’agit pas d’élucubrations spéculatives de politiciens gras-durs comme Alexandria Ocasio-Cortez, John Kerry ou Al Gore, qui se porteront bien quoi qu’il arrive au climat.

        Pour ressentir à quoi ça ressemble la Crise climatique (à 310 ppm de CO2 dans l’atmosphère) à la hauteur de l’homme (de femmes, d’enfants et d’animaux de ferme aussi), je vous invite à écouter la lecture du livre de Steinbeck, tout en préparant votre dissertation promise au prof :

        “The Grapes of Wrath Chapter 1 Audiobook”

    • Paul A. Klimaté dit :

      Monsieur Poulin,

      Il ne faut pas croire en tout (plutôt, en rien) ce que rapportent les articles au langage superlatif de journalistes qui ne valident plus rien aujourd’hui : “des records de température”, “du jamais vu en cent ans”, etc..

      L’ingénieur Tony Heller fait efficacement ce travail de vérification / validation journalistique depuis des années.
      Il le fait si bien que YouTube escamote systématiquement les petits bijoux de “reality check” qu’il produit, car dans le monde d’aujourd’hui, il faut respecter la ligne éditoriale officielle :
      « La fin du monde serait inévitable, si les autorités ne mettaient pas au pas les industries et les citoyens irresponsables. ».

      Je crois qu’on peut retrouver l’intégralité de contributions de Tony Heller sur Rumble.

      En voici une sur YouTube qui remet les pendules à l’heure au moyen d’articles archivés de la presse – il y avait par le passé de nombreux épisodes de canicule et ils ont été plus intenses qu’aujourd’hui, ainsi que des événements météo dits extrêmes, avant que le CO2 dans l’atmosphère ait atteint le niveau d’aujourd’hui :

      “A Device For Making The Crazy Crazier”

      Le milieu des années ‘30 était considérablement plus chaud (avec une teneur de CO2 de 310 ppm), que ne l’est la météo aujourd’hui (418 ppm de CO2 dans l’atmosphère).
      Quoiqu’en disent Greta Thunberg et Al Gore.

      C’est facilement vérifiable sur http://www.newspapers.com .
      Je l’avais fait et je sais que Tony Heller ne ment pas et n’invente rien.

      • Reynald Du Berger dit :

        « du jamais vu en cent ans”, etc.. »… avant 1979, on n’a AUCUNE estimation valable de la TMAG !!!! AUCUNE !!!

      • Paul A. Klimaté dit :

        En effet, professeur.
        Même aujourd’hui, pour mesurer la température du globe malade au centième du °K, les climato-urgentologistes le font par la méthode du doigt mouillé exposé au vent :

        C’est pertinent car la température humide (“wet bulb temperature”) tient compte aussi de l’humidité ambiante et donc de l’énergie d’évaporation absolument colossale en suspension dans l’atmosphère. Celle-ci est beaucoup plus importante que l’énergie utilisée au ping-pong radiatif entre les molécules du CO2 dans l’air ambiant.

        On mesure en °K, plutôt que °C, car ça fait plus précis et plus savant.
        De toute façon on triture les lectures abondamment avant de les communiquer au malade.

        De nombreux climato-urgentologistes se trompent d’orifice quand ils remouillent leur doigt.

      • Reynald Du Berger dit :

        Paul… on nous rebat les oreilles avec le facteur vent et le facteur humidex. Il y a pire, le facteur alarmex ( du jamais vu ! un record de gna gna gna  » Il y a le facteur facteur: celui où y fait tellement frette ou chaud, que la facteur ne vous livre pas le courrier.

      • rtremblay dit :

        OUF tout le monde s’est aperçu que Tony Heller ce n’était pas sérieux….Votre réflexion ressemble à la théorie du complot…. Mais bon svp rester dans le commentaire objectif

      • Paul A. Klimaté dit :

        Rejean,

        Qui “tout le monde” s’estime dérangé par Tony Heller, qui met tout-simplement le nez des climato-ahuris dans leur caca ? YouTube ?

        Ignorez-vous la censure exercée par les médias sociaux quand le narratif officiel s’estime menacé ?

        Surtout par la “réalité vraie” consignée dans les archives de journaux que tout le monde peut consulter.
        Soyez sérieux vous-même et prouvez que les articles rassemblés par M. Heller sont faux ou hors contexte.

        Pensez-vous que les journalistes d’il y a cent ans, complotaient en écrivant leurs articles pour faire mal paraître les fadas du climat de votre espèce ?

  7. rexterras dit :

    À voir, les deux parties: Réchauffement climatique : mythe et réalité https://www.youtube.com/watch?v=JKsa5xv_ru0

  8. rtremblay dit :

    Questionnement pour orienter mon futur écrit sur le ECS :

    https://duberger.me/2022/07/14/bonnes-vacances-de-la-construction%EF%BF%BC/#comment-425567

    RD écrit : « Avant 1979, on n’a AUCUNE estimation valable de la TMAG !!!! AUCUNE !!! »

    Est-ce que vous affirmez que la température à la surface de la terre ne se mesure qu’uniquement par satellite ? et uniquement par l’équipe de UAH ? et par quelle version de UAH (c’est maintenant rendu à UAH 6.0 si je ne me trompe pas). Donc selon vous c’est peut-être encore plus récent la possibilité de mesurer TMAG ??? et RSS dans ce cas ?

    Moi je pense que le TMAG est mesurable (et très bien estimable ) depuis au moins 1900 notamment par les travaux de l’équipe Berkerley Earth ainsi que Cowtan & Way. C’est aussi valable et même plus valable que n’importe laquelle des proxies.

    Juste me répondre oui ou non à mes questions c’est vraiment important de connaître le contexte de la discussion en cours.

    • Reynald Du Berger dit :

      rtremblay Surface de la Terre = 70% océans et mers . Avant 1979 pour océans et mers, exemple de mesure : bateau va de Southampton à Shangaï TOUJOURS MÊME ROUTE, jamais de zig zag, donc pas de bon échantillonnage. De temps en temps capitaine si pas trop saoul, lance seau a la mer, jette thermomètre dedans ( échantillon de surface seulement) et consigne T à + ou – 2 ou 3 degrés dans son livre de bord. Bullshit !… Aucune mesure valable !… Pour les USA et probablement Canada aussi, 75% des stations météo sont en environnements non fiables, non convenables (asphalte, briques, murs… aéroports) Donc 75% données météo NON VALABLES. On n’a donc aucune idée des TMAG avant 1979. Je vous rappelle que vous devez répondre à mes questions… votre conseiller est-il en vacances ?

      • Paul Probonobo, Esq. dit :

        Non professeur, je suis là.
        Mais mon futur client m’a boudé quand il m’a croisé au Canadian Tire de Rosemère.
        Le challenge le rend trépidant et la nouvelle prescription de psychotropes l’a complètement débalancé.

      • rtremblay en réflexion dit :

        RD À la lecture de votre dernier écrit, il me semble que vous rejetez tout en bloc à propos de la mesure de la température continentale alors qu’en réalité ces mesures me semblent être d’une plus grande précision que celles d’autres proxies tels que des carottes de glaces (Vodstock ou autres). Si c’est le cas ça limite le débat et les échanges d’idées.

        La précision des mesures de températures continentales ont du être débattue sur d’autres que celles des blogueurs qui aiment semer la controverse ??

        Ceci me fait hésitez à me lancer dans la rédaction d’un texte complet sur le sujet.

        Ce qui me fait hésitez encore plus c’est que vos acolytes LBM et Paul présente leurs propres éléments sans se faire rabrouer (en suivant votre raisonnement Aucune température valide avant 1979 et même encore….et c’est à dire…:

        Les affirmations de Paul qui nous lancent bettement que les températures du désert américains était plus élevées dans les années 30 qu’aujourd’hui (prélevés comment ?? par des cowboys assoiffés d’alcool fort ??? pour passer le temps). Combien de thermomètres ?

        La théorie de l’Ozone déplétion que je demande à LM de nous expliquer et pour lesquels il préfère se lancer dans une réplique floue basée sur l’émotion.

    • Paul Probonobo, Esq. dit :

      Cher monsieur Tremblay,

      Aidez-moi à bien appréhender le concept de la TMAG. Surtout sa pertinence.

      Vous dites : « Moi je pense que le TMAG est mesurable (et très bien estimable ) .. ».

      Vous savez bien que la température est une variable locale qui reflète l’agitation moléculaire d’un système discret ouvert ou fermé.
      Il ne s’agit pas d’un absolu.

      La Terre n’est pas un système homogène discret dont on pourrait mesurer la température directement. Alors on l’estime. Qui dit estimer, dit biaiser.
      Un septique s’esclafferait tout de suite : “voilà un biais biaisé”.

      S’agit-il d’une intégrale directe et triviale T = ∫ T'(s) ds, où toutes les surfaces élémentaires du globe terrestre auraient la même valeur et la température locale mesurée et ajustée serait la fonction directe de la surface ?

      D’abord, contrairement au « globe terrestre de table », la surface réelle n’a pas la forme sphérique régulière (d’apparence “plate”), mais elle est ondulée, irrégulière, avec des faces, des monticules, des monts et des vallées, des steppes, partout sur la terre ferme. Les surfaces océaniques sont déformées (bombées ou déprimées) par les forces gravitationnelles en variation perpétuelle.

      Du point de vue géométrique, une surface élémentaire englobant le Kilimandjaro, n’a pas la même valeur que celle qui inclut la steppe de Russie. Déployées et applaties, les faces d’une montagne représentent une surface bien plus grande quand elles sont additionnées.

      La température est la manifestation de l’énergie thermique du système et elle est induite par l’insolation de ses surfaces exposées (Ceci en négligeant, peut-être un peu trop vite, le flux de chaleur interne du globe).
      Alors, ne faudrait-il pas aussi inclure l’angle de la normale à la surface, par rapport à l’angle d’incidence des rayons du soleil (souvenons-nous de facettes aléatoirement disposées à l’intérieur d’un secteur intégrable), ainsi qu’une fonction de temps laquelle refléterait la rotation, ce qui affecte le dit angle ?

      L’altitude aussi est un facteur et le gradient de température n’est pas le même partout sur le globe.

      La TMAG ainsi assemblée, ne serait-elle pas un cliché momentané, lequel évolue dans le temps ?
      La TMAG prise (plutôt assemblée à 15h00 ne serait pas la même que la TMAG de 18h00.
      En plus de l’intégrale dans l’espace (surfaces élémentaires ds) il faut produire une intégrale dans le temps pour en arriver à une TMAG du jour, du mois et de l’année.

      Enfin et surtout, ne faudrait-il pas aussi inclure un facteur composite (de type humidex ou indice de chaleur, mais en plus pertinent) pour tenir compte de la vapeur d’eau en suspension dans l’air (et à quelle altitude pour prendre en charge l’énergie potentielle), car en parlant de la température, on parle de l’énergie et celle reliée au cycle de l’eau est prédominante.

      Rejean, si je dois vous aider avec votre dissertation et vous mettre à l’abri de septiques malveillants, il faut absolument que nous synchronisions nos pifomètres scientifiques.

      Nous ne pouvons pas sous-estimer le prof (ci-devant le juge et la partie), ni le porteur de sa bonbonne de trioxygène, toujours prêt à vous assommer par un excès d’encyclopédisme.

      • rtremblay dit :

        à PPE

        je suis bien d’accord que les paramètres que vous énoncez peuvent faire varier l’estimé du TMAG.

        Je pourrais entrer dans cette discussion hautement technique, mais je crois que ça me détourne du sujet principal. Je pense aussi que les différentes équipes de chercheurs habiletés à faire ce travail, le font de manière rigoureuse (il y en a au moins cinq groupes indépendants qui ont faits ce travail de reconstruction) puisqu’ils arrivent tous au même résultat consensuels.

        Vous dites :
        « à l’abri de septiques malveillants » : et malodorants 🙂 qu’on sens venir longtemps d’avance.

        le second pouce en haut c’est moi pour le bon questionnement.
        Mais Tony H. ne semble pas avoir compris le point principal d’une reconstruction adéquate (donnés brutes vs donnés qui tient compte de la répartition régionale). En mathématique il n’y a pas uniquement la moyenne arithmétique. Souvent il faut corriger les donnés (calculer d’autres types de moyennes) pour avoir une meilleure idée de la réalité. Je pense que c’est pour cette raison (désinformation) qu’il a été coupé de Youtube.

      • Paul Itik dit :

        À propos de Tony Heller, vous avancez Rejean : « Je pense que c’est pour cette raison (désinformation) qu’il a été coupé de Youtube. ».

        Pourquoi ne pas privilégier l’utilisation de la section commentaires (“Comments”) présente sur chaque page “YouTube” et laisser les spectateurs se faire une opinion ?

        La désinformation a le dos large.

        Les rapports sur les malversations de Hunter Biden ont été taxées de désinformation russe pendant la campagne électorale aux USA en 2020 pour assurer l’élection de son père.
        Aujourd’hui on admet que Hunter était sous enquête en ce temps et les accusations au criminel sont possibles avec l’étoile pâlissante de son papa et complice.

        Chez nous, le spectre de désinformation servira à Trudo dans ses efforts d’instauration d’une censure omni tentaculaire de l’information sur le Net.

        Je ne savais pas qu’on pouvait donner un pouce en haut, après un pouce en bas. Souffrez-vous d’un dédoublement de personnalité ?
        En plus d’autres psychoses et névroses ?

  9. Paul O. Grobonsens dit :

    Bonjour Rejean,

    Le “pollice verso” en bas de https://duberger.me/2022/07/14/bonnes-vacances-de-la-construction%ef%bf%bc/#comment-425478 , c’est bien de vous, n’est ce pas ?
    Un regrettable automatisme.

    Je vous encourage à consulter le site http://www.newspapers.com, chaque fois qu’on vous dit qu’un tel ou tel épisode météorologique est un record ou un événement jamais vu auparavant. Ça fonctionne comme Google et ça ouvrirait vos yeux à la réalité du climat.

    Voyez-vous, quand un articles archivé d’il y a cent ans fut écrit, le journaliste rapportait les observations que ses lecteurs pouvaient constater et vérifier. Donc, il ne pouvait pas se permettre de perdre la face. Des observations passées, souvent quantifiées, donc admissibles à la comparaison avec les observations d’aujourd’hui.

    Contrairement aux climatologues modernes que vous admirez avec ferveur de l’innocent, les anciens journalistes, comme monsieur Du Berger senior, n’alimentaient pas une thèse à conclusion prédéterminée.
    Tout simplement, ils rapportaient la nouvelle. Sans la fâcheuse manie moderne d’éclipser les faits rapportés par des commentaires intempestifs.

    La “réalité vraie” telle que constatée versus la “réalité revue et corrigée” par la science interprétative. Ensuite simulée par la modélisation informatique ajustable, laquelle devient absolue car elle reproduit la réalité admise par la science – la réalité virtuelle de modèles informatiques du climat.

    Moi, je ferais plutôt confiance à la réalité vraie.
    Pas vous Rejean ?

    N.B. : On ne parle pas ici de la TMAG, ce concept virtuel, que l’on peut triturer à souhait. Je remets en cause seulement le superlatif journalistique mis au service de la propagande verte. La même qui impose la direction à la trituration scientifique de la TMAG.

  10. Paul Clim Atenkriz dit :

    En marge à l’intervention https://duberger.me/2022/07/14/bonnes-vacances-de-la-construction%ef%bf%bc/#comment-426562 de R. Tremblay.

    Pour Rejean il faut que la réalité constatée par tout le monde soit d’abord ointée par la science qui triture les données selon la thèse du jour à promouvoir : « Les affirmations de Paul qui nous lancent bettement que les températures du désert américains était plus élevées dans les années 30 qu’aujourd’hui (prélevés comment ?? par des cowboys assoiffés d’alcool fort ??? pour passer le temps). Combien de thermomètres ? ».

    “The Washington Post”, d’obédience démocrate, donc qui pousse le narratif réchauffiste, ne renie pas le passé :
    “Why the 1930s Dust Bowl made the Plains hotter than this week’s heat wave – The Washington Post “
    https://www.washingtonpost.com/climate-environment/2022/07/22/climate-change-dustbowl-heat/

    Voici les températures officielles atteintes au temps béni de la teneur atmosphérique en CO2 de 310 ppm :
    «
    Oklahoma: Altus, Okla., hit 120 degrees on Aug. 12, 1936.

    Kansas: Alton, Kan., hit 121 degrees on July 24, 1936.

    Nebraska: Minden, Neb., spiked to 118 degrees on July 24, 1936.

    South Dakota: Fort Pierre, S.D., made it to 120 degrees on July 15, 2006.

    North Dakota: Steele, N.D., jumped to 121 degrees on July 6, 1936.

    Minnesota: Beardsley, Minn., got to 115 degrees on July 29, 1917.

    Wisconsin: Wisconsin Dells, Wis., logged a 114 degree reading on July 13, 1936.

    Iowa: Keokuk, Iowa, climbed to 118 degrees on July 20, 1934.

    In fact, 23 states and the District of Columbia are still holding onto their records set back in the 1930s.
    »

    En lisant l’article, l’agronome notera le lien fait entre la non-présence de l’eau que le sol trop cultivé ne pouvait plus retenir (il ne s’agissait pas d’un désert américain, mais de plaines auparavant fertiles) et les températures.
    En mentionnant seulement la chaleur spécifique (environ 1 cal / g pour chaque °C d’élévation de la température), l’article omet le facteur le plus important, l’énergie latente de vaporisation de l’eau (environ 540 cal / g).
    En effet, c’est le cycle d’eau qui contrôle la température ambiante, pas le CO2.

    Les températures dans le Dust Bowl des années ‘30 ont été trop élevées, la canicule avait duré trop longtemps, trop de gens et d’animaux ont péri, pour que la science militante puisse escamoter ou suffisamment triturer les faits.

    On pourrait concéder que les activités humaines, soient les pratiques agricoles trop intenses, ont contribué au problème (les sols peu absorbants n’avaient pas d’eau à retenir, car il ne pleuvait pas), mais ce n’était assurément pas l’effet de serre dû au CO2.

    Aussi, il faisait très chaud ailleurs que dans les zones rurales de l’Ouest américain.

    Sur ce sujet, l’article avait tenté de faire du “damage control” en alléguant qu’il ne faisait chaud que dans le Dust Bowl, mais la figure “A plot of temperature anomalies during 1936. (Andrew Desser)” montre autre chose : il faisait plus chaud que la normale dans les pays où l’on était équipé pour mesurer la température systématiquement.
    Évidemment, pour des raisons évoquées par le prof, les océans ont été laissés de côté, bien qu’il faisait chaud en Australie et au Groenland.

    Incontestablement il faisait chaud sur la Terre en 1936 et le CO2 (à 310 ppm) n’en était pas la cause.

    • lucbmenard dit :

      C’est vrai que c’était chaud aux É.-U. en 36. D’où l’expression s’habiller sur son 36.

      Bel effort Maître Rudolph P.G. Va-t-il consentir à vous verser votre cachet ?

      Ç’aurait pris un Donald pour refroidir l’atmosphère!

      https://th.bing.com/th/id/OIP.YTIcPT_3XVgdJsyjud-SvwAAAA?pid=ImgDet&rs=1

      -Une personne des Îels d’la Madeleine

      • Reynald Du Berger dit :

        lucbmenard… sur son 36 est une erreur québécoise… il faut dire 31 .. de trentain… une étoffe précieuse…. 30 fils au mm ou cm… trentain et trente et un…. il s’est mis sur son 31 et non 36.

        trentain , nom masculin
        Sens 1
        Couture
        Sorte de tissu très luxueux.
        Sens 2
        Religion
        Série de messes prononcées à la mémoire d’un défunt pendant trente jours.

      • Paul dit :

        Une bien Belle Créature cher Bémol.

        Madame votre grand-maman ?

        Ça explique le “beau bonhomme” sur votre portrait vaccinal.

  11. lucbmenard dit :

    https://duberger.me/2022/05/09/hommage-au-roi-arthur%ef%bf%bc/#comment-426544

    Il semble que le débat se soit transporté ici. Voici deux références qui expliquent de manière concise l’effet de serre (sic) et les gaz à effet de serre (sic).

    EXEMPLE DE RAISONNEMENT FAUX (https://www.encyclopedie-environnement.org/climat/temperature-moyenne-terre-rechauffement-climatique/)

    1.3. Exemple 1 : impact des gaz à effet de serre sur la température moyenne de la Terre

    Un premier exemple est la différence de température moyenne que l’on peut estimer par le calcul du bilan d’énergie de la Terre due à la présence dans l’atmosphère de gaz à effet de serre d’origine naturelle. Ces gaz ont la propriété d’absorber le rayonnement infrarouge émis à la surface de la Terre puis de le réémettre pour partie vers cette surface et ainsi la réchauffer davantage (Figure 1).
    Il s’agit en particulier de la vapeur d’eau, du dioxyde de carbone (CO2) et du méthane (CH4) pour ne citer que les principaux. Leur contribution à la température moyenne de la planète est de l’ordre de 33°C d’effet réchauffant, amenant cette température d’environ -18°C à +15°C.

    Il faut noter que ce calcul n’a de sens que « toutes choses égales par ailleurs », car si la température de la Terre se refroidissait d’une trentaine de degrés, un changement de la couverture de glace à sa surface entraînerait un refroidissement additionnel dû à l’augmentation de la réflexion du rayonnement solaire (effet de rétroaction glace-albédo).

    EXEMPLE DE RAISONNEMENT VRAI (https://laphysiqueduclimat.fr/wp-content/uploads/2020/11/Physique-du-climat_F.pdf)

    14. Conclusion : un copié/collé du livre de Jacques-Marie Moranne

    – L’Effet de Serre par rayonnement du bas vers le haut, puis rétro-rayonnement du haut vers le bas n’existe pas, que ce soit dans une serre conventionnelle (qui fonctionne par blocage de la convection), ou dans l’atmosphère.
    – Les -18°C d’une Terre sans « gaz à effet de serre » sont un mythe : une Terre sans atmosphère aurait une température moyenne beaucoup plus basse (probablement de l’ordre de -50 à -60°C) : la moyenne sur la Lune est de -80°C.
    – C’est le Gradient Thermique Gravitationnel, lié au poids de l’atmosphère (et non à sa composition chimique), qui, du fait d’une augmentation de 6,5°C/km à partir de la Tropopause, explique que la température à la surface de la Terre atteigne 15°C en moyenne.
    – C’est l’évaporation qui est le principal régulateur de la température en surface (océanique à 71%) (7%, soit plus de 6,5 W/m2 par °C d’écart).
    – Si la concentration en CO2 venait à doubler, il en résulterait une augmentation de température en surface de moins de 0,5°C : on est très loin des prévisions alarmistes allant jusqu’à 5°C et plus. – La vapeur d’eau a un effet régulateur (feed-back négatif) et non pas amplificateur.
    – Si la température s’est élevée de 1°C en un siècle, il faut en rechercher les causes ailleurs que dans la concentration de CO2. – Le climat subit des cycles ; la méconnaissance de ces cycles fausse toutes les conclusions qu’on peut tirer des observations.
    – Le climat est chaotique, et il est impossible de tirer des conclusions localisées (augmentation ou diminution de la pluviométrie à tel endroit, par exemple) (sauf peut-être à faire intervenir des techniques d’intelligence artificielle (http://knowledgeminer.eu/) ?).
    – … Et d’une façon générale, les observations sont encore insuffisantes pour en tirer une théorie du réchauffement climatique indiscutable qui justifie le réchauffement actuellement constaté.

    Une page suffit pour expliquer.

    -Le Road Runner, Bip Bip,

    • rtremblay dit :

      à RD : que pensez vous à propos des deux théories exposées par LBM ?

      Car si vous êtes du même avis que LBM et Gervais ça veut dire pour moi que vous allez pouvoir sortir n’importe quel lapin de votre chapeau (comme de dire que le CO2 n’est pas un GES).

      Je suis encore à évaluer mes efforts à mettre pour fournir des réponses intéressantes à vos questions, mais s’il faut que j’ai à argumenter sur des points tels que : les mesures ont s’en fout !
      je crois dans ce contexte que c’est une discussion futile.

      • Reynald Du Berger dit :

        rtremblay….. nul doute que vos réponses seront intéressantes…. mais seront elles pertinentes ? eh oui.. pour le Dust bowl des années 30.. les mesures ne sont pas nécessaires , les images et reportages de ces milliers d’hectares secs et brûlés de chaleur, rendent les mesures par thermomètres inutiles… une image vaut mille mots et mille mesures.

  12. rtremblay dit :

    Je n’ai pas été vérifié le reste des éléments que vous rapportez mais je ne peux laisser passé ce que vous rapportez : « le lien fait entre la non-présence de l’eau que le sol trop cultivé ne pouvait plus retenir »

    Non mais qu’ossez ça ….

    En vous lisant on dirait que vous étiez présent durant ces périodes ?? moi je me garderais une petite gêne sur la précision des mesures à cette époque surtout que votre maître à penser (RD) affirme que présentement les mesures sont plus ou moins précises.. imaginez à cette époque c’est un mirage désertique…

    • Reynald Du Berger dit :

      rtremblay…. « une petite gêne sur la précision des mesures à cette époque »…. On s en fout des mesures ! voyez les photos et reportages de l’époque… combien d ‘hectares de récoltes brulées par la sécheresse et les hautes T combien de jours ? et combien de ppm de CO2 ? …. Le dust bowl ça vous parle ? !!! allez encore à votre google et sans l’aide de personne. Entrez D U S T B O W L….et dites-nous ce que vous lisez. Et svp lâchez le « des records !!! du jamais vu !!! »

      • Paul O. Grobonsens dit :

        Absolument professeur.

        C’est renversant avec ce Pétrophobe : ses œillères étampées “mesures scientifiques seulement” qui le dispensent de constater la réalité palpable pour les autres observateurs de la nature.

        Autant pour le Dust Bowl que pour le verdissement du Groenland et l’expansion de vignobles partout en Europe pendant l’Optimum climatique médiéval, ainsi que la présence de glaciers partout autour de la Méditerranée pendant et à la sortie du Petit Âge Glaciaire. Ces glaciers qui ont reculé avant 1750 pendant le réchauffement naturel, quand le CO2 était à 280 ppm avant l’ère industrielle.

        La foutue Science climatique de pacotille donne à cet énergumène l’excuse de rejeter d’un revers de main l’observation quotidienne de millions d’individus doués de raison et de bon sens.
        Quand-même, la glace se forme et disparait (mis à part la sublimation marginale) autour de 0°C jusqu’au nouvel ordre (du GIEC), il me semble.

        James Bond avait : “the licence to kill”.

        Rejean Tremblay “owns the licence to be dumb”.
        Bien plus que Hank Kimball, je crains.

      • Paul E. Tron dit :

        ERRATUM – car je suis toujours intéressé par le contrat juteux du banni en sursis :
        « Rejean Tremblay “owns the licence to PLAY dumb”. ». Nuance importante.

        Une fois débarrassé de ses œillères, le Pétrophobe sera tout à fait fréquentable, bien qu’il ne deviendra jamais un climato septique.
        Son nez est trop fin pour cela.

    • Paul Clim Atenkriz dit :

      Rejean,

      Vous m’étonnerez toujours.

      Dans votre cours d’agronomie, que je présume vous avez complété (ce qui ne fut pas le cas manifestement de votre tentative ratée en génie agroalimentaire), ne vous a-t-on pas parlé de l’importance d’éléments organiques dans le sol pour de nombreuses raisons, dont la capacité d’absorber l’eau ???

      Votre compère Guillaume, pourtant pas un agronome, était au courant de l’aridification quand, il ya quelques années, nous avons échangé sur le sujet du “Dust Bowl”.

      Oui c’était un facteur pour expliquer l’humidité manquante dans l’atmosphère, mais l’inversion climatique (à défaut de nommer ça autrement), avait fait qu’il n’a pas plu pendant des agrégats de plusieurs mois là bas entre 1930 et 1936. Donc il n’y avait pas d’eau à retenir.

      Le manque de culture scientifique et tout court vous rattrape manifestement.

      N.B. :
      Par la méthanisation du lisier, que vous avez déclarée propice à l’amélioration de vertus fertilisantes des résidus du procédé, ne réduit-on pas l’effet éponge de ce produit devenu inorganique ?
      Le lisier cru, au naturel, qui éviterait votre digestion, n’est-il pas mieux adapté aux besoins de la fertilisation organique, appelée bio par certains ?

      • rtremblay dit :

        à Paul, Il vous manque plusieurs notions d’agronomies (en ingénierie je le pense également) et vous ne cessez de m’attaquer. Si vous voulez poursuivre la discussion il va falloir changer de ton car j’ai l’impression que vous me faites perdre mon temps. Vous pouvez bien être api vacciné et me mentionner que je manque de culture scientifique….Wow !!

      • Paul Sigmund Freund, M&D dit :

        Cher Rejean,

        Nous les psys, devons parfois secouer (même électrochoquer) nos patients pour les mettre sur le chemin de la guérison.

        Si mon traitement est trop intense, je vous présente mes excuses.

        Mais admettez : vous êtes tout un cas.

        NOTE : Éventuellement, je crois bientôt, vous verrez que j’avais raison de me méfier de vaccins mal ficelés et de les remplacer par une panoplie de solutions bio, que la Mère Nature met à notre disposition.
        Ma capacité en béton de résister à la Covid, dépasse sûrement celle de cohortes de quadri-vaccinés québécois dont vous faites probablement partie.
        Évidemment, l’état invasif vous accorde le passeport vaccinal et les privilèges qui vont avec.

  13. Paul Enkris dit :

    Monsieur Tremblay,

    Parlons un peu d’agronomie – votre domaine.

    Que pensez-vous de cette action mise en avant par le Gouvernement Trudeau ?

    “ Canada Is Waging A Climate-Crazed War On Farmers (thefederalist.com) “
    https://thefederalist.com/2022/07/25/canada-joins-the-netherlands-in-declaring-climate-crazed-war-on-farmers/

    Un fermier utilise la dose correcte de fertilisants, pas plus, pas moins, car ça lui coûte de l’argent et la rentabilité d’une exploitation agricole est précaire. Un agronome l’aide à déterminer cette dose pour atteindre le rendement optimal de sa culture.
    Maintenant, Trudo veut réduire cette dose de 30 %, par caprice, sans tenir compte de la réalité agricole.

    Peut-on se permettre de réduire les rendements agricoles quand il faut nourrir une population mondiale de 7.75 milliards ?

    Surtout dans le contexte d’une rupture d’approvisionnement en céréales en provenance de l’Ukraine et de la Russie. Ainsi que de fertilisants produits là bas.

    Qui va-t-on désigner en candidats à la famine ?
    Ne paie-t-on pas déjà assez pour notre commande à l’épicerie ?

    Votre opinion ?

    • Paul Q. Craintlepir dit :

      Cher Rejean,

      En tant que spécialiste en questions agroalimentaires, votre opinion est précieuse : êtes vous d’accord avec les décisions de Trudo de réduire drastiquement l’utilisation de fertilisants azotés, aussi d’imposer les tarifs douaniers sur ces derniers en provenance de la Russie ?

      “ Canada : Justin Trudeau s’attaque aux engrais pour lutter contre le « changement climatique » (dreuz.info) “
      https://www.dreuz.info/2022/07/canada-justin-trudeau-sattaque-aux-engrais-pour-lutter-contre-le-changement-climatique-269773.html

      Pour protéger la Gaïa, doit-on affamer le monde ?

      À moins que vous nous confirmiez que le verdissement accru de la planète, grâce au CO2 croissant, compense maintenant le manque à produire agricole ?

  14. Paul Probonobo, Esq. dit :

    Cher Rejean,

    Pour me faire pardonner, voici du « jamais vu » rapporté par votre mentor Mr. Tamino :

    “Extra-Ordinary Heat Wave”
    https://tamino.wordpress.com/2022/07/23/extra-ordinary-heat-wave/

    Au fait, allons-nous pouvoir compter sur sa contribution savante à notre dissertation ?

    Sa devise le clame avec justesse, de concert avec le Grand Al Gore : « KIDS’ LIVES MATTER so let’s stop climate change ».

  15. lucbmenard dit :

    Ma journée d’hier (p’tite vie)

    D’abord, ce 1er commentaire :

    https://duberger.me/2022/07/14/bonnes-vacances-de-la-construction%ef%bf%bc/#comment-427029

    Je voulais dire sur son 36-24-36… (non, je me suis réellement trompé)

    Ensuite, je me suis presque noyé dans les commentaires de M. Paul (j’ai lancé un appel au secours et contacté la Société de sauvetage du Québec, sont porte-parole Raynald Hawkins).

    Heureusement, aujourd’hui, je ne fais pas partie des statistiques. Ouf.

    J’ai retenu ce point de Paul (expert palpeur) qui parlait de la sensibilité ou quelque chose comme ça pour dire que la variation est si fine qu’on ne peut la mesurer et qu’elle ne serait que perceptible (j’image en parlant au niveau des sens).

    Pour finir mon histoire (journée d’hier)

    J’étais assis dans le salon. Je parlais à ma femme dans la cuisine. Elle était près du poêle éteint. J’ai pensé à ce rayonnement de M. Tremblay (Guillaume). Tout corps émet du rayonnement électromagnétique. Ne ressentant rien de la chaleur du poêle à cette distance, je me suis rapproché.

    Voulez-vous savoir ce que j’ai ressenti en m’approchant de ma femme… beaucoup de chaleur, mais rien qui provenait du poêle. Je ne comprends plus rien… J’ai peut-être la couenne trop dure.

    Ça m’empêchera pas d’aller au bord de l’eau aujourd’hui. Fait trop beau!

    -Bonne journée à vous (et à M. Paul),

    p.s. je compatis (un peu) avec vous M. Tremblay…

    • Paul A.T. Tendri dit :

      Cher monsieur Ménard,

      Ainsi, vous l’appelez la “couenne”.
      Quand vous la qualifiez de « trop dure », Rejean fulmine dans son coin : « ça manque de précision scientifique mesurable ! ».
      Êtes vous prêt à passer chez un urologiste pour confirmer les données à soumettre au Pétrophobe ?

      Par contraste, pour attester de la condition non flaccide, le prof procéderait par estimation approximative en autant que vous disiez : « ma couenne devient trop raide quand j’enlace ma femme collée sur notre beau poêle Bélanger. »
      L’érudit sait qu’avant de raidir une “Grosse molle” doit obligatoirement d’abord devenir dure. Son GBS le dispense de la pédanterie pétrophobiste.
      Comme pour le “Dust Bowl” de notoriété universelle, il ne requiert pas les détails inutiles pour constater l’évidence.

      Je vous félicite de maintenir la flamme conjugale en étant au diapason avec votre poêle Bélanger – nul besoin de posséder une Bolt d’Amour pour être heureux.

      Hommages à votre épouse,
      Paul

  16. lucbmenard dit :

    Suite au commentaire, ici : https://duberger.me/2022/05/09/hommage-au-roi-arthur%ef%bf%bc/#comment-426544

    Une histoire intéressante d’El Nino en 1936,

    Storms from El Nino Unearth a 1936 “Sin Ship” Crash along the California Coast

    Il se passait des choses pas très Catholique (jeu, casino flottant, prostitution, alcool) sur ce bateau
    et il a coulé…

    J’le savais.

    -Al G. (prédicateur sombre)

  17. lucbmenard dit :

    Pour être sur la même page…

    Qu’est-ce que l’oscillation australe El Niño (ENSO)?

    L’oscillation australe El Niño (ENSO) est un modèle climatique récurrent impliquant des changements dans la température des eaux du centre et de l’est de l’océan Pacifique tropical. Sur des périodes allant d’environ trois à sept ans, les eaux de surface d’une grande partie de l’océan Pacifique tropical se réchauffent ou se refroidissent de 1 °C à 3 °C, par rapport à la normale.

    Ce modèle oscillant de réchauffement et de refroidissement, appelé cycle ENSO, affecte directement la distribution des précipitations dans les tropiques et peut avoir une forte influence sur les conditions météorologiques aux États-Unis et dans d’autres parties du monde. El Niño et La Niña sont les phases extrêmes du cycle ENSO; entre ces deux phases se trouve une troisième phase appelée ENSO-neutre.

    El Niño (condition extrême)

    El Niño: Un réchauffement de la surface de l’océan, ou des températures de surface de la mer (TSM) supérieures à la moyenne, dans le centre et l’est de l’océan Pacifique tropical. Au-dessus de l’Indonésie, les précipitations ont tendance à diminuer tandis que les précipitations augmentent au-dessus du centre et de l’est de l’océan Pacifique tropical. Les vents de surface à basse altitude, qui soufflent normalement d’est en ouest le long de l’équateur (« vents d’est »), s’affaiblissent ou, dans certains cas, commencent à souffler dans l’autre direction (d’ouest en est ou « vents d’ouest »). En général, plus les anomalies de température de l’océan sont chaudes, plus el Niño est fort (et vice-versa).

    La Niña (condition extrême)

    La Niña: Un refroidissement de la surface de l’océan, ou des températures inférieures à la moyenne de la surface de la mer (TSM), dans le centre et l’est de l’océan Pacifique tropical. Au-dessus de l’Indonésie, les précipitations ont tendance à augmenter tandis que les précipitations diminuent sur le centre et l’est de l’océan Pacifique tropical. Les vents d’est normaux le long de l’équateur deviennent encore plus forts. En général, plus les anomalies de température de l’océan sont froides, plus la Niña est forte (et vice-versa).

    Neutre (condition normale)

    Ni El Niño ni La Niña. Souvent, les (TSM) tropicales du Pacifique sont généralement proches de la moyenne. Cependant, il y a des cas où l’océan peut ressembler à un État El Niño ou La Niña, mais l’atmosphère ne joue pas le long (ou vice versa).

    Connaître la localisation des centres de pression, variables d’année en année, est capitale parce c’est ce qui détermine ces conditions particulières dans l’océan Pacifique. Nous sommes sous l’influence d’une forte La Nina en 2022.

    Voici un 1ier graphique qui montre l’influence du phénomène ENSO selon les années El Nino, La Nina.

    Ce second graphique montre l’influence ENSO (sinuosités) et le volcanisme (période 1950-2017).

    Le graphique ci-haut montre le détail ou poids relatif de ces variables au travers de la constante décennale (0,14C/10ans). L’inclinaison de la pente (tendance) informe peu dans le contexte d’analyse ponctuelle (sinuosités) p/r à l’interprétation sur une période de référence plus longue. Les méthodes quantitatives d’écart-type, de variance et coefficient de corrélation permettent d’obtenir ces données par calcul. J’y reviendrai.

    Pour le moment, disons que durant la période (1970-2000), nous avons connu d’un point de vue climatique (période de 30 ans) un réchauffement accéléré par rapport à la période précédente. Nous ne connaîtrons la suite qu’en 2030. Il semble y avoir un ralentissement après 2016 (année de fort El Nino). Bien que qu’il semble pratiquement certain (99,7% de probabilité) que 2022 fasse un top 10 de années les plus chaudes, la forme de la courbe verte montre plutôt une tendance baissière et la fin d’un cycle.

    https://pbs.twimg.com/media/FYRt0sHWAAUNWA5?format=jpg&name=medium

  18. rtremblay dit :

    Paul avez vous compris ? :

    https://duberger.me/2022/07/14/bonnes-vacances-de-la-construction%EF%BF%BC/#comment-427061

    pour les années 30 RD tranche : « on s’en fout des mesures »

    d’autant plus que vous référez à des records de T de près de 50 C !!!

    Ça serait pratique que vous vous entendiez dans votre camp sur des trucs de base !

  19. lucbmenard dit :

    Quelques ressources documentaires  »autres » pour chercheurs en  »climatologie »

    https://www.science-climat-energie.be/auteurs-2/

    ET cette vidéo qui sème le doute quand à la vérité  »officielle » : pente haussière vs baissière en rapport avec le  »réchauffement » aux É.-U. (selon le réseau USHCN responsable de fournir les données de température aux É.-U.)

    : How to fabricate temperature data ( : Comment fabriquer des données de température)

    On mentionne le Dust Bowl des années 1930 et les « Dirty Thirties ».

    Pour  »mieux » faire coïncider la pente positive avec la courbe d’augmentation du CO2 au cours de la même période et  »mieux » ancrer cette idée de corrélation et cause du réchauffement?

    -Bravo

    • Paul Probonobo, Esq. dit :

      Merci monsieur Ménard,

      La présentation factuelle (car vérifiable), que vous partagez avec nous, confirme l’assertion de mon client M. Rejean Tremblay, à savoir que la concentration du gaz carbonique dans l’atmosphère fait augmenter la température globale.
      Même si certains septiques prétendent le contraire : “la hausse de la température ambiante précède l’augmentation du nombre de molécules de CO2 dans l’atmosphère”.
      Donc, vous confirmez : Δ­­­­[CO2]↑ ===> Δ­­­­T↑

      On mesure d’ABORD à Mauna Loa, la concentration du gaz carbonique dans l’air ambiant, toujours à la hausse.

      ENSUITE, on TRIPATOUILLE les lectures consignées dans les stations météorologiques : À LA BAISSE, les lectures dans le passé proche et lointain et À LA HAUSSE, les lectures du présent.
      Afin de pouvoir statuer la tendance lourde : Δ­­­­T↑

      Pour ne pas interrompre la chaîne de lectures probantes, ON DÉTERMINE PAR L’INTUITION SCIENTIFIQUE PRÉEMPTIVE les augmentations (TOUJOURS À LA HAUSSE) dans 42 % de stations météo du passé, FERMÉES depuis des années.
      On ADDITIONNE les lectures virtuelles aux lectures tripatouillées.

      C’est ça la virtualisation de la “réalité à l’aboutissement vertueux prédéterminé” : bientôt on remplacera le vote aux urnes par la détermination préemptive de l’intention de vote des électeurs.
      Comme dans l’URSS.

      N’en déplaise à votre mentor Du Berger : la Science désuète, basée sur le faits (“EVIDENCE BASED SCIENCE”) est maintenant remplacée par la “Science à conclusions vertueuses assurées”.

      « FOLLOW THE SCIENCE ! » – nous enjoint Dre Greta Thunberg.

      • Reynald Du Berger dit :

        Paul Probono bobo… votre client rtremblay va déprimer quand il apprendra que 96% des mesures de T sur les USA continentales ne sont pas valides. Et je note que vous retournez contre lui sa manie de cueillir des cerises. On attend toujours ses réponses à mes questions.
        https://climaterealism.com/2022/07/study-96-of-u-s-climate-data-is-corrupted/

      • Paul Probonobo, Esq. dit :

        Professeur,

        Quel est votre but quand vous suggérez que je retournerai « sa manie de cueillir des cerises » contre mon client ? Voudriez-vous le retourner contre son conseil juridique ?

        M. Tremblay, agronome de son état, n’est pas seulement préoccupé par la culture de petits fruits (et par tout ce fumier à méthaniser), son horizon mental est en permanence bouché par la Planète qui hurle : « AU SECOURS » !

        En tant qu’exégète de directives de l’Académie française, me reprochez-vous un manque de précision dans la terminologie ?

        Réserveriez-vous le terme “tripatouillage de lectures de température” aux ajustements / manipulations à posteriori, des années, même des décennies, après leur archivage ?
        En revanche, privilégieriez-vous l’expression “on triture les mesures”, quand il s’agit d’ajustements acrobatiques à la hausse de mesures récentes ?

        Rajouter les 42 % de mesures fictives de températures “telles qu’elles auraient été si elles étaient factuelles”, cela relève-t-il du triturage ou du tripatouillage ?

        Quand 97 % de scientifiques donnent raison à mon client, pourquoi devrait-il déprimer suite à votre affirmation que « 96% des mesures de T sur les USA continentales ne sont pas valides » ?

        Vous devriez enfin comprendre que la Science Nouvelle s’inspire de la politique.

        Joseph Vissarionovitch Stalin : « Ce qui compte ce n’est pas le vote, c’est comment on compte les votes. ».

        N’importe quel apparatchik de la Science Nouvelle vous apprendra : « La mesure actuelle de la température de l’air ambiant n’est qu’un point de départ, c’est sa forme revue et corrigée selon la directive évolutive qui importe pour la science. ».

  20. rtremblay en réflexion dit :

    Il est nécessaire, utile et pertinent de calculer à partir des données brutes une valeur moyenne pondérée ou tout autre valeur statistique. La méthode de pondération est faite selon différents calculs adaptés à chaque domaine scientifique. La science procède ainsi et les autres déblatèrent à l’infini… blablabla….

    L’avocat pronobo-nono ajoute en plus une couche d’interprétation politique ce qui lui permet toujours de conclure ce qu’il pensait AU DÉPART. Il nous démontre ainsi qu’il n’a aucune méthode et analyse scientifique pour supporter ces affirmations.

    Par ailleurs RD nous serre ce matin de la sauce WUWT issue d’un spécialiste des cerises et de leurs cueillettes « aléatoires ». A. Watt va toujours conclure une seule unique chose et cela nous démontre qu’il fait plus un travail de lobbyiste que de scientifique. à force de nous lancer des énormités (96 % des données de température sont erronés … ben voyons donc !!) on finit par se méfier de ces affirmations….

    Note : c’est vrai que je ne sens pas l’urgence de répondre à vos questions RD puisque je doute qu’elles seront évaluées adéquatement. à suivre

    • Reynald Du Berger dit :

      À rtremblay qui a réfléchi … plutôt que de crier « ben voyons donc !! » lisez le rapport et répliquez . 96%!!! et c’est pas vos cerises …

    • Paul Probonobo, Esq. dit :

      Le très estimé Réjean Tremblay,

      Tout juriste qui se respecte sait que : “finis justificat modo” – la fin justifie les moyens.

      Non seulement les moyennes pondérées, il nous faut, pour notre belle cause, les moyennes prépondérantes, durables et circulaires. On les garde longtemps quand elles sont bonnes et on les recycle en meilleures quand elles perdent leur pertinence après quelques décennies de loyaux services.
      On appelle ça l’archivage dynamique à rétroaction pondérante.

      Et que ceci soit clair au prof septico-négationniste : les 42 % de lectures de température non factuelle (ou virtuelle), aux stations météo fermées, sont elles aussi utilisées « pour calculer à partir des données brutes une valeur moyenne pondérée ou tout autre valeur statistique ».
      Exactement, comme c’est le cas de lectures de température réelles à valeur prédéterminée aux stations toujours en service.

      La science climatique est juchée sur des bases solides.

      Apices juris non sunt jura,
      Mtre Paul Probonobo, Esq.

comment éliminer un abonné indésirable ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s