LUEURS DE DÉSIR

Publié: 16 décembre 2021 dans Uncategorized

C’est cet article publié aujourd’hui dans le quotidien Science de l’AAAS qui m’inspire ce billet. Des chercheurs auraient enfin élucidé la raison des émissions lumineuses clignotantes des lucioles, appelées communément au Québec de l’anglicisme « mouches à feu ».

Incrédule, je suis retourné dans mes manuels scolaires d’écoles primaire et secondaire et j’y ai découvert que nos valeureux Jésuites évangélisateurs de la colonie de Nouvelle France, avaient eux-mêmes précédé ces chercheurs et découvert une façon ingénieuse d’exploiter cette propriété.

La colonie était pauvre. Les églises étaient plutôt de rustiques cabanes en rondins de bois (on dit « en bois rond » au Québec). On avait malheureusement oublié d’apporter du vieux continent, les abeilles laborieuses et nécessaires à la fabrication des cierges et surtout de l’indispensable lampe du sanctuaire qui témoigne de la présence continuelle de Dieu dans Sa maison. Le père Jean de Brébeuf*  avait remarqué ces mouches qui volaient la nuit autour de la mission en émettant des signaux lumineux.

Avec le père Gabriel Lalemant*  il en captura une bonne centaine qu’ils amenèrent dans leur cabane afin de les étudier de plus prés. Jean de Brébeuf remarqua que 1- seuls les mâles émettaient ces étranges signaux lumineux et 2- la présence d’une femelle était nécessaire pour que le mâle s’allume. Une idée lumineuse surgit alors dans son cerveau de brave et néanmoins brillant missionnaire.

Pourquoi ne pas utiliser ces insectes comme lampes ? Il suffisait d’enfermer un nombre suffisamment élevé de mâles avec une femelle dans un bocal de verre teinté de rouge et on obtenait ainsi une belle et pratique lampe du sanctuaire.

Le père Lalemant développa aussi un modèle de lampe de chevet qu’on pouvait aussi allumer et éteindre à volonté. Il suffisait de descendre une femelle attachée au bout d’un fil dans le bocal de verre pour allumer et de retirer la femelle pour éteindre.

Aucun de mes manuels scolaires d’histoire n’indique cependant comment les Jésuites distinguaient les lucioles mâles des femelles. Mais peut-être ont-ils inventé alors l’expression « enculage de mouches » Malheureusement, l’invention ne dépassa pas le stade de prototype.

S’étant absenté pendant plus de trois jours afin de porter la bonne parole à ces rustres et primitifs habitants qu’on avait à l’époque encore le droit d’appeler sauvages, le futur Saint Jean de Brébeuf  fut à son retour , frappé d’une amère déception. Près de la moitié des mâles de sa lampe de chevet ayant été privés de femelle pendant tout ce temps étaient devenus homosexuels et quelques uns étaient même trans… la lampe s’allumait et s’éteignait de façon aléatoire et désordonnée.

Aujourd’hui on dirait que l’bordel était pogné dans l’bocal. L’invention des Jésuites n’était plus bonne que pour la casse.

*Les pères de Brébeuf et Lalemant sont parmi les missionnaires Jésuites canadiens qui ont subi les premiers traitements mécaniques et thermiques des Iroquois à l’aide de couteaux, hachettes et de tisons ardents. Le Premier ministre Trudeau pense à instaurer une journée de la repentance dans toutes les réserves indiennes canadiennes à la mémoire de ces courageux missionnaires.

commentaires
  1. Paul dit :

    Justn’t Smart prévoit 40 milliards $ pour dédommager les sauvages, mis en appétit par sa nouvelle journée de repentance. Qu’il avait lui-même omis d’observer.

    Combien de $ prévoit-il pour compenser la peine des descendants de missionnaires martyrisés ?

  2. lucbmenard dit :

    Est-ce vrai que M. Trudeau veut instaurer ce genre de journée? Si oui, c’est une bonne idée!
    Quelle pourrait être la journée (date) du souvenir ?

    *Les sauvages… un terme péjoratif. Il appartient au passé… ils préfèrent qu’on les nomme par le nom de leur communauté, nation ou peuple.

    Au Québec

    Anishinabeg (Algonquins)
    Atikamekw Nehirowisiwok (Attikameks)
    Eeyou et Eenou (Cris)
    Hurons-Wendats
    Innus
    Inuits
    Kanien’kehá:ka (Mohawks)
    Mi’gmaq
    Naskapis
    W8banakiak (Abénaquis)
    Wolastoqiyik (Malécites)

    -ᐊᓂᒃᑲ ᕼᐊᓘᖅᐸᒃᑲ

    • Reynald Du Berger dit :

      lucbmenard la paranoïa du politiquement correct et pire, celle du woke… interdit le mot nègre (mot en n selon UQAC et Radio-Canada et Le Devoir) tout comme le sauvage (mot en s selon les mêmes ultra-gauchistes hypocrites wokistes) Moi je les utilise… mon ancêtre arpenteur Georges Du Berger campait en forêt en 1840 avec des sauvages et non des indiens et encore moins avec des Premières nations. Foutez-nous la paix avec vos euphémismes. Grand-mère parlait de l’été des sauvages et non des indiens ! Et il n’y a pas d’innuits … il n’y a que des Esquimaux ! voyez donc ceci… https://duberger.me/2017/11/18/bonbons-caramels-inuits-chocolat/

    • Paul Simonac dit :

      M. Luc Bémol, en manque de dose salvatrice : « “je me souviens” plus du tout ».
      Y compris de ses commentaires, qui ont laissé monsieur Jacques pantois.

      Pourtant le Bienveillant Immense avait précisé dans son billet (https://duberger.me/2021/10/04/o-canada-terre-de-repentance/) cette date : « Ce sera désormais le 30 septembre .. ».

      La bienpensance, c’est bien, mais le bémoliste, se souvient-il du nom de la tribu de sauvages qui ont caramélisé son ancêtre, le presbytre monial Théofasse Ménard ?

  3. Reynald Du Berger dit :

    Paul Simonac…. Théofasse Ménard ne peut prétendre au titre de martyr caramélisé à moins qu’il ait été diabétique. On reconnait un diabétique au bûcher à la délicieuse odeur de caramel qu’il dégage lors de sa crémation a vif. Le pape François vient d’ajouter l’odeur de caramel à celle de sainteté comme critère de béatification et canonisation pour les martyrs diabétiques.

  4. lucbmenard dit :

    Bonjour,

    Rigueur, rigueur, rigueur M. Paul, ces saints catholiques sont liturgiquement commémorés le 19 octobre par l’Église catholique, ou le 26 septembre au Canada. Le 30 Septembre est la date réservée aux Autochtones ou Premières nations (incluant les Inuits).

    Je ne connais pas personnellement Théo, mais j’ai connu une phase de l’Histoire en lisant une lettre datée du 26 Juillet 1663 qui pourrait évoquer chez moi une certaine tendresse pour un ancêtre du nom de René (1605-1661). Il me semble qu’il fut moins impliqué dans la vie mondaine à l’époque, notamment dans les conflits (guerres). Il semble avoir connu un meilleur sort, du moins, moins douloureux à la fin, voire même une reconnaissance, quant placé aux nombres de leurs manitous par les Sioux*

    Bonne cinquième vague à vous,

    -d’un jeune martyr canadien en herbe (canonisation prochaine en conséquence des nombreuses étiquettes faciles reçues et à recevoir d’un certain Paul S. (S. pour Stefanik (?)

    *les confrères du père Ménard font grand éloge de son intelligence et de son jugement, ajoutant qu’il avait un talent spécial pour gagner la confiance des Amérindiens.

    Réf. ici:

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Martyrs_canadiens
    http://www.tradition-quebec.ca/p/liens.html
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Sainte-Marie-au-pays-des-Hurons
    http://www.biographi.ca/fr/bio.php?id_nbr=482

  5. Toto dit :

    Quelqu’un se demande-t-il pourquoi les mecs tiennent les haches a l’envers ?
    Le peintre devait pas être un manuel c’est ça ?

  6. lucbmenard dit :

    La confiance en soi

    Du courage, il en aura fallu une dose impressionnante à ceux et celles qui ont héroïquement su affronter et prendre soin de nous pendant ces années de pandémie. Notamment, je pense au personnel hospitalier et des CHSLD. Je félicite ceux et celles qui se sont faits vaccinés. J’encourage tout le monde à continuer de le faire, car il n’y en aura pas de facile comme le dit l’expression.

    Que l’année 2022 soit une année non sans peur, parce que cela n’existe pas, mais qui resterait gravée dans nos mémoires comme celle où ensemble nous aurions eu le courage, qui n’est pas de ne pas avoir peur, d’affronter et triompher de nos peurs (se dire : même si j’ai peur, j’y vais quand même).

    Dans un autre contexte, l’exemple du commandant Robert Piché est on ne peut plus éloquent : celui-là même qui a dû affronter une mort à peu près certaine et décidé de réaliser ce qui lui semblait a priori impossible, c’est-à-dire, s’attaquer au pilotage d’un avion sans moteur, au-dessus de l’Atlantique la nuit (les Açores), pour enfin compléter sa tâche extrêmement difficile (relatant dans le documentaire : « je vais me battre jusqu’à bout cela malgré ma peur), soit poser l’avion sur la piste, sauvant ainsi sa peau et celle de ses 306 passagers.

    Ce qui se dégage de cette histoire, c’est l’espoir, la force et la volonté d’agir plutôt que de rester paralysé par la peur, et le sang-froid dont cet homme a dû faire preuve pour ramener tout ce monde sain et sauf, au terme d’un atterrissage brutal en des circonstances terrorisantes.

    Pour ceux qui n’ont pas vu le documentaire 19 minutes : l’exploit Piché; ici :

    https://www.qub.ca/tvaplus/tva/19-minutes-l-exploit-piche/saison-0/19-minutes-l-exploit-piche-1054180014

    Comme 2022 est sur le point de débuter, une autre année déterminante, je vous souhaite, M. Duberger, ainsi qu’à vos bloggeurs, une année en santé, le plaisir de revivre normalement, se déplacer librement et continuer notre expérience humaine en toute quiétude.

    • Paul dit :

      Monsieur Luc,

      Un pilote est entraîné à mettre en oeuvre des procédures pour faire face à l’imprévu. Quand il n’y a pas de procédures, il improvise.
      Il y avait aussi le précédent du Boeing 767 d’Air Canada que le commandant Robert Piché devait connaitre, sans aucun doute.

      Pour illustrer la propension humaine d’agir face au danger imminent, plutôt que de rester figé, même quand il n’y a aucun espoir de sauver sa vie, je vous propose le film / roman remarquable ‘L’Armée des ombres’.

      Le chef SS du peloton d’exécution à Lyon propose aux résistants français condamnés, de courir dans un étroit couloir d’un champ de tir, avec seule la promesse de recommencer le lendemain, s’ils réussissaient d’atteindre le fond du couloir.
      Devant deux mitrailleuses à cadence de tir élevée, capables de complètement saturer l’espace de balles, les condamnés n’ont aucune chance. Pourtant, l’instinct de survie les faits tous courir.
      Même le pragmatique chef, joué par Lino Ventura, qui sera sauvé par l’intervention (bombes fumigènes) de sa cellule de résistance.

      “ L’Armée des ombres (1969) – Nous allons vous laisser une chance “

      Tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir.

      Quand il sera repris et condamné, à la fin de l’oeuvre, le chef ne courra plus. La lassitude peut prendre le dessus sur les instincts.

      • Reynald Du Berger dit :

        Paul… ce héros est un fait un incompétent qui n’a pas
        su gérer cette fuite d’essence afin d’éviter la panne totale et qui a
        risqué la vie de centaines d’individus à cause de son manque de connaissance.

        Cet homme n’est donc pas un héros mais un pilote mal formé qui devrait
        retourner au plus vite aux commandes d’avions de brousse, et encore. Son
        expérience comme pilote trafiquant de drogue lui a servi mais lui a, en
        même temps, fortement nui à lui, à son équipage et aux passagers qui
        l’ont probablement applaudi à l’atterissage…

      • Paul dit :

        Professeur,

        Je connais assez bien l’histoire du vol Air Transat 236.

        Non seulement le commandant Piché n’a pas géré la fuite, il a délibérément pompé son kérosène dans l’air, parce qu’il ne faisait pas confiance à l’entretien d’instruments de bord par la compagnie gérée à l’époque par notre Père de la Nation.
        La fuite, elle même, était le résultat direct d’un support improvisé (“raboudiné”) d’une conduite flexible d’alimentation en carburant du moteur d’avion, remplacée par les hommes d’entretien de Lego.
        Dans l’entretien d’avions et de leurs engins, on ne déroge pas d’un iota de procédures prescrites par l’avionneur. La durite mal immobilisée vibrait trop en frottant et une fuite importante en a résulté rapidement.

        On avait rapporté à l’époque un désaccord entre le copilote (absent du “documentaire” de P. Larocque) et le commandant de bord, qui s’entêtait à blâmer les instruments, non-fiables selon lui et aggraver la situation en pompant le carburant vers la “poche trouée”, au lieu de couper l’alimentation du moteur avec la fuite.

        La réflexion à tête baissée du commandant avant d’entrer en action de sauvetage, était probablement son épiphanie : j’ai fait une boulette – comment m’en sortir au dessus de l’Atlantique ?

        Bien que je crois que monsieur Piché n’aurait pas agi différemment, s’il était tout seul dans l’avion, sauver ses passagers après les avoir mis en danger de mort, était la moindre chose à faire.

        Je ne serai pas aussi dur que vous avec M. Robert Piché, qui est quand-même un pilote exceptionnel, mais j’ai pris bonne note du manque de rigueur journalistique de M. Paul Larocque.
        Il n’allait pas déboulonner notre héros national, il se démenait à l’élever davantage sur son piédestal.

        La flatterie éhontée par les politiciens (Trudeau et Légault) m’indispose encore plus.
        Surtout Lego qui se félicitait d’avoir ’embauché’ Robert Piché, sans se rappeler qu’il avait aussi ’embauché’ les techniciens d’entretien qui ont causé la fuite et aussi justifié la méfiance fatidique du pilote envers les instruments de la merveille technologique qu’il pilotait.

        Aujourd’hui, M. Robert Piché est devenu un conférencier – motivateur.

        Je me joins à votre protégé pour vous souhaiter, cher professeur, une Bonne Année sereine, bien à l’abri de Ti-Clins omicronants.

    • Paul dit :

      Considérons le “Airmanship” à la place de la bravoure bienfaisante proactive, telle que perçue par messieurs Larocque et Ménard.

      Le prof (ainsi que M. André Arthur, un VRAI journaliste, dés 2001) ont invalidé la thèse proposée par TVA d’un pilote Piché, en armure étincèlent, qui vainc sa peur pour sauver ses passagers.

      Néanmoins, le vol plané de 19 minutes de l’Airbus A330 était quand même un exploit remarquable de notre héros national, mais il y avait un précédent équivalent, avec des similitudes multiples.

      Tout d’abord, les gros porteurs modernes sont en mesure de tenter un atterrissage / amerrissage d’urgence en cas de panne totale de la motorisation. Dans une telle éventualité, une petite turbine actionnée par l’air et la translation rapide de l’avion (‘RAT’ – “Ram Air Turbine”), est automatiquement déployée sous le fuselage arrière de l’aéronef pour fournir l’énergie nécessaire aux fonctions essentielles, tel l’actionnement / positionnement de surfaces de contrôle de vol.
      (La pressurisation n’est pas jugée essentielle, alors le prof-globetrotteur et érudit, notre expert en ouatères aériens, pourrait nous informer comment opérer la chasse d’eau dans un avion de ligne dépressurisé, en long vol plané. Les sphincters, sont mis à l’épreuve par la dépressurisation et par la peur, alors les ouatères doivent être en grande demande).

      Le précédent, appelé le “Planeur de Gimli” (‘Gimli Glider’) était le vol AC143 entre Montréal et Edmonton en 1983, peu de temps après la mise en service des Boeings 767, qu’Air Canada était en train de prendre en main.
      La panne sèche est survenue en survolant l’Ouest d’Ontario, pendant que l’avion, déjà en descente (à 35,000’), tentait de se rendre à Winnipeg avec un moteur arrêté.
      Deux hasards ont joué en faveur de passagers : le pilote du B767 pratiquait comme loisir le pilotage de planeurs et le copilote, ancien membre de la RCAF, connaissait bien la région, dont la base aérienne fermée à Gimli, Manitoba.

      Comme le A330 d’Air Transat, le B767 est arrivé trop haut et à vitesse trop élevée à la piste d’atterrissage. Tandis que le commandant Piché avait réussi le tour serré de 360° + des zig-zags de freinage, le commandant Pearson (Air Canada) avait mis son B767 en position tournée afin d’exposer le profil latéral au flux d’air non-parallèle et ainsi perdre de l’altitude en freinant aérodynamiquement. Une manœuvre commune en pilotage de planeurs, mais pas de gros porteurs. Malheureusement, en réduisant l’influx au RAT, les commandes de surfaces sont devenues trop difficiles à manœuvrer et le train d’atterrissage du B767 fut déployé par gravité, sans blocage du train avant.
      Commandant Piché s’était félicité d’avoir procédé au déploiement, au bon moment, de son train d’atterrissage par pression hydraulique – je pensais que le déploiement par la gravité (mesure de dernier recours) était possible aussi chez le concurrent de Boeing.

      Air Transat avait atterri avec plus de vitesse verticale en freinant à fond après un grand rebond. Air Canada 143 fut freiné surtout par le frottement au sol du dôme avant, suite à l’effondrement du train d’atterrissage avant.

      Tandis que R. Piché n’avait pas d’autre choix que de se diriger vers la base militaire aux Açores, c’est la connaissance du terrain par le copilote Maurice Quintal qui a mené le vol AC143 à sa destination, au lieu de percuter une colline boisée.
      Le commandant Piché pouvait compter sur le guidage par une tour de contrôle opérationnelle sur place, mais le commandant Pearson n’avait que le copilote Quintal pour le guider.
      La piste aux Açores était bien entretenue et opérationnelle, tandis que celle de Gibli était abandonnée et transformée en piste de course avec des badauds, cyclistes et des voitures sur la ‘runway’.

      La performance en vol plané était équivalente : une descente de 39,000’, en 19 minutes pour AT et de 35,000’ en 17 minutes pour AC. La distance horizontale était fonction de vents prévalents.

      Les deux vols ont été mis en danger par les procédures d’entretien questionnables pratiquées par Air Transat et par Air Canada, ainsi que par les erreurs d’entretien bien identifiées : mécanique pour Air Transat et d’instrumentation pour AC.

      Le commandant Piché avait “dumpé” le carburant, tandis que le commandant Pearson avait mal calculé la conversion entre litres / la densité / la masse (lb confondues avec kg) et ainsi ses réservoirs ont été remplis seulement à 45 % de la masse de carburant prescrite pour la distance à couvrir.
      Les deux pilotes fautifs ont eu de la chance et ont pu se racheter.

      C’était tout à fait différent pour C. Sullenberger, le pilote de US Airways dont les moteurs ont été endommagés par une volée d’oies, aspirée pendant l’ascension après le décollage de l’aéroport La Guardia, à 2,800’ d’altitude, au dessus de NewYork. Sans aucune erreur de sa part.
      Sans temps pour consulter le manuel de procédures, ni réfléchir, le pilote avait tourné et amerri sur la rivière Hudson, sans permettre aux nacelles sous les ailes de faire basculer l’avion sur son dos (ce que craignait le commandant Piché en cas de “ditching” dans l’Atlantique).

      Mr. ‘Sully’, s’était fait brasser par les investigateurs qui prétendaient qu’il avait d’autres options, plus en accord avec les procédures usuelles – voler à puissance réduite, vers une piste, au risque de percuter les résidences, plutôt que de pratiquer le vol plané. Il fut blanchi, car ses moteurs étaient vraiment hors d’usage.

      Un an avant l’exploit de Gimli, un Boeing 747 de la British Airways fut contraint au vol plané par l’étouffement de ses 4 moteurs par cendres volcaniques en haute altitude au dessus d’Océan indien.

      En somme : le commandant Piché n’est pas seul à avoir sauvé ses passagers par vol plané et « rester paralysé par la peur » n’est pas un comportement normal, ni pour les pilotes, ni pour le commun de mortels. L’instinct de survie n’est pas en soi une qualité de caractère à admirer, c’est une fonction triviale qui nous tient en vie.

      • Reynald Du Berger dit :

        Paul  » le commandant Piché n’est pas seul à avoir sauvé ses passagers … »
        et il n’est pas non plus le seul à avoir mis en danger des vies humaines à cause de son incompétence. Tenter de se rattraper ensuite par un vol plané ne fait pas de lui un héros, il demeure toujours un incompétent…. qui « donne des conférences » comme l’autre incompétent Roméo Dallaire dont la même incompétence a cette fois-ci coûté la vie à des soldats Belges au Rwanda.

      • Paul dit :

        Absolument !

        Ce général Dallaire, n’est pas seulement un incompétent (comme son supérieur onuso-canadien, le général Maurice Baril), mais aussi un lâche qui avait toléré sans y mettre fin par la force, que dix paras belges sous ses ordres soient affreusement torturés et mutilés par les sauvages africains, pendant qu’il visitait les lieux.
        Quand les Français ont constaté l’ineptie totale de casques bleus commandés par Roméo Dallaire, un petit détachement mobile français a restauré l’ordre au Rwanda sans aucune peine.

        À son retour au Canada, le gouvernement avait considéré de nommer ce lâche, chef d’état major.
        Ils se sont ravisés quand ils ont appris que la Justice belge voulait interroger notre héros national.

        Comme vous dites : la ligne peut être très mince entre nos héros et nos zéros.

        Oui, on nous propose des conférenciers – motivateurs : à l’incompétence, admirée de tous.

      • PierreL. dit :

        À propos de ce général, si vous regardez cette vidéo de B.Lugan sur le Rwanda, vers 10 minutes , il parle de ce « personnage » qu’est le général. Qu’il s’en soit sorti sans cour martiale est difficile à comprendre.
        Lien: https://www.youtube.com/watch?v=WvKkTFvEjaM

        De plus Lugan en parle dans un de ses livres. Dire qu’ìl est considéré comme un héros par nos bons médias. Curieux que personne ne parle de fake news.

      • Reynald Du Berger dit :

        PierreL. J’ai des amis belges qui m’ont dit que si jamais ce général entrait en Belgique, il serait immédiatement mis sous arrêt. La cour martiale et la prison lui pendent au bout du nez.

  7. lucbmenard dit :

    Et si on revenait un peu à nos petites lumières clignotantes…

    Le titre de l’article est intitulé : Les lucioles adultes ont commencé à briller pour le sexe, PAS pour éviter les prédateurs. L’étude révélait que ces éclairs ont évolué bien avant l’existence des oiseaux et des chauves-souris (ses prédateurs éventuels).

    Pourquoi dévier d’un sujet scientifique intéressant sur une question politique discutable : les guerres épiques entre Amérindiens, Français et Anglais ?

    Celui qui a écrit ce texte est journaliste scientifique. Il dit raconter l’histoire de découverte et d’innovations pour aider les gens à trouver un but dans le sens du monde.
    J’ai soulevé la question il n’y a pas si longtemps, soit l’importance des caractères génétiques reliés à la reproduction (les attraits sexuels) versus ceux de la survie. Cet exemple montre aussi que la force peut servir à autre chose qu’à détruire, à unir donc, et pour la procréation ?

    Le darwinisme et la sélection sexuelle

    Darwin découvrit que la sélection naturelle n’expliquait pas tout : à côté de la lutte pour la survie, les espèces déployaient des caractères secondaires dans la compétition pour la reproduction. La sélection sexuelle a l’avantage d’expliquer pourquoi certains attributs ou comportements représentent des handicaps au regard de la survie ; elle éclaire aussi l’origine du dimorphisme sexuel.

    Plusieurs animaux possèdent des caractères encombrants qui nuisent à leur survie (queue du paon, bois des cerfs, orignaux, etc.). La sélection sexuelle explique que ces caractères demeurent parce qu’ils sont indispensables à la reproduction de leur porteur. Ce sont ces caractères qui permettront au porteur de vaincre les autres mâles ou d’impressionner les femelles.

    En serait-il de même pour les lucioles?

    Il existerait plusieurs espèces de coléoptères qui possèderaient la caractéristique de la luminescence¹, avantageuse dit-on pour la reproduction. Autant de signaux marquant sa présence, sa vulnérabilité la nuit, ne sont-ils pas aussi être un désavantage ou danger évident pour sa survie ?

    Une femelle d’une autre espèce réussira même avec ce procédé de ‘’femme fatale’’, qu’elle parade pour attirer les mâles à s’en servir pour les tuer et se nourrir. Un moyen comme un autre d’obtenir les éléments nutritifs indispensables à sa survie et l’aider à se reproduire.

    Tout ça existe dans la nature, mais la disparition des lucioles observée depuis un certain nombre d’années s’explique aussi par la pollution, dont celle lumineuse des villes, et également peut-être par cette admirable réponse à la fois poétique et réaliste de l’auteur Québécois d’un film du même nom :
    « Un journaliste de Québec m’a dit: “Je ne suis pas sûr d’être à ton film, parce que, si Paul McCartney fait un truc, on va devoir aller le couvrir”, évoque Sébastien Pilote. Alors j’ai dit: “Tu vois, c’est ça La disparition des lucioles.” Il y a une lumière très forte, très puissante et omniprésente autour d’un discours dominant qui nous empêche de voir les petites lueurs, la beauté des choses. Pour les voir, ça prend de l’obscurité et du silence. Il y a beaucoup de bruit en ce moment… »

    ¹Les lucioles aiment l’obscurité. Les lumières extérieures éclipsent la bioluminescence des lucioles. Cette caractéristique leur est surtout nécessaire pour trouver un partenaire en période de reproduction.

    -Luc

    • Paul dit :

      Mtre Luc,

      Êtes vous sûr que votre mentor Immensément Bienveillant, voulait vraiment traiter de la bioluminescence, sans parler de son harnachement dans le contexte historique canadien ?

      Comme d’habitude, vous avez approfondi l’aspect encyclopédique de la question. Mais dans quel but précis ?

      Par analogie, pourrait-on conclure que le caractère fortement luminescent des spécimens LGBTQI va s’imposer en tant que trait dominant dans la reproduction de générations futures de notre espèce ?

      En tout cas, on prépare déjà les enfants de 3 à 8 ans en conséquence :

  8. lucbmenard dit :

    J’aime les insectes lumineux.

    Il y a un autre film québécois sur les lucioles : La déesse des mouches à feu (inspiré du roman de Geneviève Pettersen, 2014. Le Quartanier). Une vie de jeunesse et d’émotions fortes par une
    fille du Saguenay.

    Je n’ai pas beaucoup aimé (drogue, sexe et rock and roll). Je ne pense pas que vous aimiez non plus.

    Bonne année,

    • Reynald Du Berger dit :

      lucbmenard. Je note les mises en garde des séries et films sur Netflix…  » drugs , smoking , language … some light sex…  » Mais depuis qu’on a introduit des transmachins seules en couples dans certaines séries, faudrait mettre à jour ces mises en garde et préciser la nature et le degré de disons cette transphilie forcée par le wokisme et le LGBTQisme.

      • Paul dit :

        Voyons donc professeur,

        On met en garde contre les comportements non-avalisés par les bienpensants.

        Les pires sont les mises en garde concernant le contexte de comportements acceptables dans le passé. Comme l’utilisation de certains termes proscrits aujourd’hui. Le mot ‘nègres’ (peu importe qu’il soit blanc ou d’Amérique) par exemple.

        Le ‘wokisme’ et le ‘LGBTQisme’ sont des comportements pleinement avalisés, même souhaitables, alors aucunement sujets aux mises en garde. Plutôt aux invitations à bien regarder, comprendre et épouser.

  9. James C. dit :

    Pour revenir au général Dallaire, il recevait ses ordre du général Baril. En juin 1992, Maurice Baril est nommé conseiller militaire au Département des opérations du maintien de la paix au Q.G. de l’ONU où, en 1993, il atteint le grade de major général. Donc ledit général Baril est le grand responsable de cette merde, en haut de la chaine de commandement. C’est lui qui était en poste à l’ONU lors du génocide de 1994. Le général Dallaire n’avait ni les armes ni la capacité d’agir efficacement. Et il n’était pas tout seul en poste. Tout le monde a été laissé à lui-même, les mains presque vides.

    Pourtant comme récompense, le général Dallaire est honni et le général Baril a été nommé commandant en chef des forces armées canadiennes. Dans biographie il n’est nullement question de sa part énorme de responsabilité. L’ONU est comme un genre de coquille vide sans ressources. C’est plein de grosses promesse inutiles. Pensez simplement à la farce qui a pour nom Conseil de sécurité. Cinq pays, les USA, la France, la Grande Bretagne, la Russie et la Chine ont droit de véto selon sa guise et son idéologie. Une grosse grosse farce.

  10. Paul dit :

    Att. : M. Luc B. Ménard, ozonologue en chef

    Bonne nouvelle pour vous : le trou d’ozone antarctique ‘21 s’est refermé.

    “ Ozone layer hole that was once larger than Antarctica has finally closed “
    https://www.msn.com/en-ca/weather/topstories/ozone-layer-hole-that-was-once-larger-than-antarctica-has-finally-closed/ar-AAShWCQ?ocid=msedgntp#image=2

    (L’animation montrant l’évolution du trou d’ozone en 2021 est vraiment impressionnante.)

    Maintenant le corollaire : se pourrait-il que les chercheurs belges en Antarctique, ainsi privés de rayons UV protecteurs, seront maintenant complètement livrés à l’Omicron, sans cette mesure défensive ?

    Et qu’ils devraient alors recourir, subito-presto, au couvre-feu arrudo-legolien ?

    • lucbmenard dit :

      …ne vous réjouissez pas trop vite…tant qu’il y aura des teneurs élevées de CFC dans l’atmosphère (produits des années 1950-1990, un polluant persistant près d’une centaine d’années dans l’environnement), il y aura encore des épisodes où vous le reverrez réapparaître le trou. Rappelez vous en 2020.
      Il se développe pendant notre été boréal jusqu’au atteindre son maximum aux mois de Sept.-Oct. C’est à ce moment que la température de l’air en altitude atteint un minimum (-80 C et plus,). Les conditions météo stables observées en 2021.
      En 2019, le trou s’était aussi réduit considérablement. Il s’était presque refermé. Malgré cela, rappelez-vous en 2020, il était réapparu avec une taille gigantesque presque un record malgré des conditions météo stables semblables à celle de 2021.
      Selon les connaissances actuelles, ce n’est pas avant 2060 et plus que les CFC et leur pouvoir de destruction ( une molécule de brome ou de chlore peut en détruire 100 000 d’O3) disparaîtraient et pourraient permettre d’observer de manière continue, ie, année après année, le trou refermé.
      D’ici là, il faudra continuer de patienter et s’accommoder de la variation de température qui découle de ce manque à gagner (attention : je n’affirme pas ici que ce facteur seul est responsable expliqué tout, ie, il y a aussi du volcanisme 🌋 sur la terre et il y a des explosions de manière constante et partout.

  11. Paul T. Klinn dit :

    Monsieur Normand,

    En août dernier, avant de vous réfugier dans votre VR ou de vous exiler en Floride, vous avez demandé : « Quand les adeptes du passeport vaccinal constateront, dès cet automne, que ça n’atteint pas l’objectif, quelle sera la prochaine obsession ? ».

    – Comme toujours en politique, quand on échoue aussi lamentablement dans une mission critique, il faut désigner un coupable et les médias s’en sont chargés, autant ici qu’aux USA et ailleurs : c’est le mécréant non-vacciné qui tue ses concitoyens, épuise le personnel hospitalier et cause l’effondrement du système de Santé au complet.

    Vous avez, en même temps, bien compris les motivations des autorités en parlant d’intimidation, ancrée dans l’idéologie : « Puisque les doubles vaccinés attrapent et transmettent le Virus, il n’y a AUCUNE LOGIQUE SCIENTIFIQUE au passeport vaccinal ! Les faits démontrent que ce n’est qu’une discrimination IDÉOLOGIQUE ! ».

    – Bien que je crois qu’en homme bien informé vous le connaissez déjà, je vous soumets un discours bien ciblé sur ce sujet ( ‘Idéologie’ ) par Dr Robert Malone, qui avait découvert en 1987 la méthode d’encapsulation de l’ARN dans une substance lipidique, un élément important de la technologie de thérapies géniques à l’ARNm.

    Voici ce court discours sur “Mass Formation Psychosis”, suivi de clarifications au cours d’une entrevue :
    “ Robert Malone joins Dan Wootton to discuss ‘mass psychosis’ “

    – Le coup a porté (50 millions de visionnements) parce que les gens ont facilement reconnu la manœuvre triviale médiatique en cours.

    – Dr Malone met en contexte ses propos : au cours de l’histoire on a vu souvent la cristallisation par la peur de l’emphase médiatique, ce qui a ouvert la porte aux ‘sauveurs’ qui se sont accordés des pouvoirs extraordinaires pour régler TOUS les problèmes.

    – Chez nous, la chiasse induite par le médias a éteint la raison de nombreux concitoyens qui exigent la punition des insoumis non-vaccinés (comme ce fut le cas de l’autre ‘autre’ – le ‘juif dangereux’ d’Hitler) et le despote Lego livre la marchandise pour ‘sauver SON peuple’.

    – Une fois réhydratés et les électrolytes rétablis, il faut espérer que les Québécois reviennent rapidement à la raison et en même temps se repositionnent par rapport aux médias de masse qui les manipulent et les désinforment à temps plein et depuis longtemps.

    – Cette demande de censure par des docteurs, concernant le discours de Dr Malone, qui n’a, en soi, rien à faire avec la désinformation médicale, illustre justement l’objet même du discours – quand on tente de mettre en place un régime totalitaire, toujours pour des raisons louables, il faut combattre et faire taire l’ennemi (c’est ça, la ‘cancel culture’ omniprésente) :
    “ Doctors demand Spotify change policy on COVID-19 misinformation after controversial Joe Rogan episode “
    https://www.msn.com/en-ca/news/canada/doctors-demand-spotify-change-policy-on-covid-19-misinformation-after-controversial-joe-rogan-episode/ar-AASKUjR?ocid=msedgntp

    Je vous souhaite Normand, une Bonne Année et les gyms grands ouverts, aux ingénieurs musclés de votre entourage,
    Paul T. Klinn

    NOTE : Dr Malone n’a pas élaboré, seulement fait allusion à cette possibilité (que j’avais entrevue ailleurs aussi) : les vaccinés pourraient être plus vulnérables à l’Omicron que les non-vaccinés et le calcul de risques / bénéfices de la vaccination n’est pas pour le moment définitif, faute de données fiables.

    (Mon commentaire : une Science au service de l’idéologie n’est pas assez objective pour produire et interpréter des données dépourvues de biais. Plus spécifiquement, on ne se préoccupe pas activement d’effets adverses pour ne pas compromettre les campagnes de vaccination en cours.)

    • Reynald Du Berger dit :

      Paul Ti-Klein Nacht Musik….« Quand les adeptes du passeport vaccinal constateront, dès cet automne, que ça n’atteint pas l’objectif, quelle sera la prochaine obsession ? ».
      Cela atteint les objectifs puisque des millions de tis-clins ici comme en France sous-scolarisés, ÉGOÏSTES « mon gym mon bar karaoke tabarnak » se sont précipités vers les centres de vaccination. Et c’est pas fini… Macron a une envie folle d’emmerder ces incultes scientifiques sans empathie ni altruisme, et en colère contre lui. C’est une manoeuvre électorale qui va lui rapporter. Et Legault prétend avoir les nôtres à l’usure en leur refusant bientôt l’accès aux grandes surfaces. Je pense qu’il faudrait aussi leur asséner un bon coup de science, mais le récepteur est bloqué et le Q.I. confondu avec le QR.

      • Paul T. Klinn dit :

        Cher Professeur,

        Les Français ne souffrent pas de diarrhée collective à plein temps, n’en déplaise aux médias et c’est Zemmour qui occupera Élysée.

        Par contre, c’est un fait, en France comme au Québec, l’électoralisme totalitariste est maintenant fièrement pratiqué en plein jour. Merci d’avoir illustré avec ces exemples bien clairs les propos de Dr Malone que j’avais rapportés.
        Le kovidet et le klimatet font faire des cabrioles à l’humanisme durement acquis au Siècle des Lumières.

        Mais, je suis impardonnable.
        Je n’ai pas encore émis mes souhaits de bonne année à notre Bienveillant Immense.

        Je vous souhaite donc, de refaire en 2022 le plein d’électrolytes, après que tous les ti-clins furent castrés par la vaccination ou autrement oblitérés au Legoland altruiste.
        Paul T. Klinn

      • Reynald Du Berger dit :

        Paul Ti-Klein Nacht Musik…. Vous ne m’avez toujours pas exprimé les fondements scientifiques de votre peur des vaccins ARN pourtant administrés à des milliards d’humains sans problèmes à part de très rares parties par billion d’effet secondaires.

      • Paul T. Klein dit :

        Herr professor Fuchs,

        Vous avez démontré, plus haut sur cette page, votre capacité d’identifier, sans l’ombre d’un doute, l’incompétence des pilotes d’avion et des généraux au béret bleu.

        Assurément, vous êtes aussi en mesure de débusquer les incompétents qui pratiquent votre profession. Parce qu’ils existent, dans la vôtre et toutes les autres.

        Ceux-là, ils vont dire n’importe quoi quand on le leur demande ou quand ça leur fait gagner des points. Leur avis ne vaut rien.

        Même des personnes compétentes peuvent mentir en associant des faits sans rapport, en mettant dans le même sac les pommes et les oranges, comme l’avait fait Mme Christine Rouzioux, professeure émérite de virologie (Faculté de médecine Necker, membre de l’Académie de médecine et de pharmacie), qui avait dit que nous devons faire confiance à la vaccination de masse car celle-ci a fait ses preuves depuis des décennies.

        À qui se fier, quand on ne possède pas la science infuse, ni celle acquise par paiement de 31 $/an ?

        On peut se faire une idée en identifiant des mensonges / omissions / prudences suspectes, pratiqués par les autorités. Ensuite on évalue les interventions connexes et on en teste la validité. J’appelle ça le test de crédibilité. On la gagne ou on la perd. C’est le bien le plus précieux pour un professionnel. Du moins, ça l’était de mon temps.

        Pour un Reynard rusé comme vous, il est aisé d’interpréter les réactions physiologiques du patron de CDC américain, Mme Rochelle Walensky, quand elle prétend ne pas savoir, quand elle évite les sujets épineux et quand elle utilise la langue de bois. En un mot, quand elle se fait ‘visqueuse’.

        “ ‘What Percent Of CDC Employees Are Vaccinated?’: Cassidy Grills Walensky At Senate Hearing “

        Deux sujets épineux pour Mrs Walensky : l’immunité naturelle et le refus des employés de CDC de se faire vacciner, sinon leur manque de confiance en protection vaccinale.

        – Senateur Cassidy : « If we don’t know that natural immunity confers protection against future infection, it’s because we decided not to look … Why haven’t we done research showing that natural immunity infers protection against recurrent infection ? ».

        Avec le budget annuel de US$ 15.4 milliards, le CDC n’a procédé qu’à une revue de 96 études faites par d’autres sur ce sujet.
        Quand on ne veut pas savoir, on ne cherche pas.
        Avec des moyens démesurés et la mission qui va avec, ne faire que de la lecture à la Arruda, ça relève d’idéologie : vacciner tout le monde, à tout prix et éviter de reconnaitre l’immunité naturelle comme alternative valable.

        Ceci est plus grave qu’il n’y parait, car une étude récente démontre une immunité croisée très conséquente (car elle inclut des protéines enveloppant l’ARN viral, pas seulement le spécule) acquise par l’exposition aux coronavirus responsables pour influenza (pas l’infection au coronavirus SARS-Cov-2).
        Avec ça, je suis peut-être déjà adéquatement immunisé contre la Covid-19. En plus de mon api-vaccination de l’été dernier.

        – Senateur Cassidy : « What Percent Of CDC Employees Are Vaccinated ? »

        Très improbable que le directeur Walensky ne connaisse pas la réponse quand l’ordre exécutif vient du président et tous les médias ne parlent que de ça. Son langage corporel la trahit.

        Moi, en quidam perspicace, je me questionne : qu’est ce que les spécialistes, employés de CDC, qui évitent la vaccination savent, que j’ignore ?

        Pour une chose, ils ont l’accès direct aux données ‘VAERS’ de la pharmacovigilance américaine. Ils savent que les effets adverses ne se comptent pas en fractions de milliards. Très, très loin de là et ils sont familiers avec la détermination par calcul statistique du multiplicateur ‘URF’ (‘under reporting factor’) qu’il faut appliquer pour tenir compte de cas graves non-rapportés.

        Une étude américaine a déterminé le niveau d’instruction de personnes vaccino-exigeantes : comme Greta Thunberg, les vaccino-supputatifs possèdent un PhD.
        Très flatteuse, la compagnie de gens bardés de diplômes, pour un simple quidam.

        Les agronomes qui grimpent dans les poteaux pour téléphoner, comme Mr. Kimball, se font injecter, sans poser des questions inutiles.

        N.B. : Il parait que les rendements laitiers augmentent quand les vaches écoutent la ‘Kleine Nachtmusik’. Est-ce que vous l’écoutez, quand vos protégés Bémol & Tremblay se bousculent à la mamelle et réclament leur tétée ?

      • Reynald Du Berger dit :

        Paul T Klein… Vous ne nous avez pas encore produit une seule étude démontrant le faible rapport avantages/inconvénients du ARN messager qui justifierait votre phobie. Nous avons M. Tremblay et moi tout fait pour tenter de vous rassurer. SCIENCE de AAAS… 31$/an ! c’est moins cher qu’une consultation chez un psy et beaucoup plus efficace! « On ne craint que ce que l’on ne comprend pas » – Marie Curie.

      • Reynald Du Berger dit :

        Paul…. un autre petit coup de pouce:Les dernières données américaines indiquent 11 cas de myocardites post-vaccinales bénignes (à résolution rapide et sans complication) sur près de 8 millions de doses pédiatriques administrées. https://www.dreuz.info/2022/01/myocardite-due-au-vaccin-covid-chez-les-enfants-11-cas-sur-8-millions-258062.html?utm_source=mailpoet&utm_medium=email&utm_campaign=voici-les-newsletter-total-derniers-articles-de-dreuz-info_11

      • Paul T. Klein dit :

        Le Bienveillant Immense m’interpelle : « Vous ne nous avez pas encore produit une seule étude démontrant le faible rapport avantages/inconvénients du ARN messager qui justifierait votre phobie. ».

        Tel que statué auparavant, je crois que ce ‘rapport avantages/inconvénients’ est un calcul spécifique à chacun.

        Le Seigneur est généreux avec le croulant que je suis en train de devenir.
        À l’Institut de Gériatrie de Montréal, on évalue la viabilité de nouvelles admissions en faisant le décompte du nombre de médicaments prescrits que le patient doit prendre tous les jours.

        Pour moi, aujourd’hui : c’est zéro.

        D’où mon faible ‘rapport avantages/inconvénients’ personnel, déterminé au terme d’une autoévaluation de mes ‘comorbidités’.
        Je fais de l’auto-médecine, car je ne pense pas qu’un ermite vaccino-supputatif, non-vacciné, soit de nos jours admis au bureau de son médecin de famille, pour tant soit peu que j’en ai un encore.
        De toute façon, même si je le demandais, on ne produirait pas pour moi le tout-important, bilan quantifié de la condition de mon système immunitaire, ni la vérification de présence des marqueurs d’une infection passée au Coronavirus de Wuhan.

        Peut-être, je pourrais avoir droit à une petite réduction de la surtaxe à Lego.
        Avec un diagnostic en “self-service” et la dernière visite de toubib en 2019, je ne coûte pas cher au système débordé que l’ami Rejean veut protéger à tout prix, y compris celui de mon droit de ne pas me faire “mengeliser”.

  12. rtremblay dit :

    Sa peur est de deux sources :
    – perte de contrôle de sa vie et de sa santé s’il accepte des suggestions gouvernementales
    – perdre la face vis à vis tous les lecteurs de ce blogue qui n’ont pas le même avis que lui. Comment accepter de dire qu’il s’est trompé ? comment faire pour avouer qu’il s’est trompé après avoir tant écrit et rechercher d’informations qui allait contre la vaccination. comment une peur peut-elle être rationnelle et scientifique ?

    • Paul R. Mitt dit :

      Herr Doktor Sigmund Tremblay,

      Bravo !

      Vous m’avez percé à jour et comme récompense, ce soir vous serez le premier admis à la tétine du pédagogue.
      Bémol attendra son tour, en autant que vous partagiez, car le prof est déshydraté après 50 jours d’horreur imposée par des nuées de ti-clins omicroneux.

      Vous me prescrivez quel remède ?

      NOTE : Vraiment – des suggestions gouvernementales ?
      Quand on veut vous rançonner et empêcher d’acheter des provisions / produits d’entretien, la litière pour chats et la chèvre urbaine, etc…, on ne parle pas de suggestions (surtout quand on sait qu’un ermite ne propage pas le virus plus qu’un vacciné), on parle de diktat despotique.

      • rtremblay dit :

        Je vous reviens avec le détail de ma recommandation…. 🙂

        Mais pour l’instant et le futur vous pouvez toujours commander en ligne à toutes les épiceries, quincaillerie et autre amazon de ce monde. Avec et sans code QR. Je n’ai pas entendu parler que les dépanneurs seraient visés par ces restrictions. Donc on est loin de la restriction bolchévique.

        À mon avis et selon ce que j’ai observé les quelques fois ou je me suis présenté dans une grande surface (Tel Walmart, Costco, etc..) des croisements interpersonnelles qui à mon avis trop denses. Donc l’imposition du code QR dans ces lieux faits pour moi du sens en terme de gestion du risque.

      • Reynald Du Berger dit :

        Les non-vaccinés ne semblent pas réaliser que nous les vaccinés (90%) sommes les plus emmerdés , devant montrer notre pass vaccinal à chaque magasin, spectacle, etc… Je n approuve pas le langage de Macron mais je partage son opinion.

      • Paul T. Klein dit :

        Le prof déplore l’inconvénient que l’on lui impose : « .. nous les vaccinés (90%) sommes les plus emmerdés , devant montrer notre pass vaccinal à chaque magasin, spectacle, etc… ».

        Ce document permettra bientôt le tri entre le bon vacciné (celui qui s’abonnera aux doses de rappel trimestrielles, mensuelles – éventuellement un cathéter permanent au vaccin ARNm) et le vacciné qui débarque du tapis roulant vaccinal pour rejoindre les parias.

        Étant donnée la fugacité de vaccins géniques, de nombreux vaccinés ne le sont plus, strictement parlant.
        Mais ils sont des bons citoyens et le magnanime Lego en tiendra compte.

  13. Paul T. Klein dit :

    Le prof / Marie Curie : « On ne craint que ce que l’on ne comprend pas ».

    Alors, faites un effort pour comprendre les ti-clins. J’en suis un et nous sommes d’un commerce agréable, quand on ne nous oblige pas de sacrer.
    Les maths forts, ce n’est pas tout – le poulât éstpissé entre amis dégoulinants de sueur après la musculation au gym, ça augmente le mental.

    En tant que géologue vous pourriez vous procurer un sac rempli de ‘pechblende’ et vous asseoir dessus pendant que vous cogitez et faites le plein de Science à 31 $/an.

    Les ‘rayons uraniques’ à faible dose pourraient avoir un effet anxiolytique, adoucir les mœurs et ainsi déplacer le sens d’altruisme dans la direction d’autrui, en le désarrimant de soi.

  14. Paul dit :

    Bonsoir Rejean,

    J’ai pris bonne note depuis quelques temps de votre ton modéré envers les vaccino-récalcitrants, que vous blâmez quand-même pour tout, l’opportunité oblige. Mais vous n’êtes pas hargneux, ni aveuglé par la colère, car vous n’avez pas peur de ce qui sera bientôt un autre virus parmi ses cousins grippaux qui nous visitent périodiquement.

    Contrairement aux nombreux Québécois, déshydratés par le relâchement de leur sphincter covido-paniqué, vous n’êtes pas tombé victime de l’hystérie collective et vous ne portez pas les ‘Depends’ fleurdelisés.

    Vous le savez, nous vivons enfin le prélude à la société de demain, bien calibrée par les autorités pour réussir au kombat contre la Crise climatique.

    Vous gloussez d’aise au spectacle de nos concitoyens paniqués qui sont prêts à sauter dans la Caniapiscau, si le Caribou en chef, Lego le leur ordonnait.

    Bientôt, vous allez pouvoir décider qui et quand aura droit à l’excursion trimestrielle au volant de la Bolt communautaire, qui aura droit au logement dans un HLM communal et dans quel quartier. Vous allouerez des kWh en fonction des points de bon mérite. Il vous reviendra de distribuer les carnets de coupons alimentaires. Une Grosse Molle au prof tous les mois.
    Vous déciderez qui aura droit d’avoir la descendance et à la ration de sardines au riz du dimanche, pour faire changement au spaghetti à la carbonara aux lombrics printaniers.

    Une fois de plus, Greta a vu juste : « Tame the Kovidet, then beat the Klimatet ! »

    NOTE : Les “croisements interpersonnelles”, vous pratiquez ça comment dans un Wal-Mart ? Les rejetons issus de ces copulations “trop denses”, vont-ils automatiquement devenir ‘Associés Wal-Mart’ ? Auront-ils droit à un escompte sur présentation de leur code QR ?

    • rtremblay dit :

      à Paul,

      J’ai pensé que vous étiez intéressé à avoir une reconnaissance de votre problème et amorcer des modifications dans vos réflexions et actions, mais je m’aperçois qu’il n’en n’est rien.

      Vous semblez toujours retenir les options les plus complexes orientés sur le statu quo.

      Je m’abstiendrai donc de vous conseiller quoi que ce soit… Dans ce cadre vous me faites perdre mon temps.

  15. Paul T. Klein dit :

    Professeur,

    Pour sauver la planète, j’ai inventé un avion à auto-propulsion par passagers qui pédalent en cadence.
    En absence du péché carbonique : plus, des baobabs à planter au terme de vos voyages.

    Ma promotion de ce nouveau moyen de locomotion anticipe les objections : « les avions transportent des passagers depuis les années 1920 et tout le monde sait que prendre un avion est plus sécuritaire que de conduire une voiture. ».

    Pour vous professeur, en première classe, le fauteuil-lit de pacha est exempt de pédalier. Sous la lune au dessus de l’Atlantique nocturnal, une douce brise, produite par les pédaleurs en économie, parfumée à l’encens ‘Royal Hojari’, accompagne votre ‘Porto Tawny de 30 ans’ et la ‘Nachtmusik’ de Mozart.
    Un rêve : pas de sifflement de turbines pour déformer Mozart, ni des vibrations, seulement le doux staccato de dérailleurs quand le pilote sollicite par haut-parleur, le changement de régime.

    Allez-vous emprunter le ‘paulaéroneuf’ (renommé ‘avion’) pour vos prochains pèlerinages annuels à Notre Dame de Paris ?
    Bien entendu, aux ouatères de la ‘Classe Signature’ il n’y a pas de pédalier, non-plus.

    Dans la même veine – « Pandémie de COVID-19 – Québec dévoile une nouvelle campagne sur la vaccination des enfants de 5 à 11 ans » :

    “ La vaccination est-elle efficace ? “

    Le ‘Ministère du Conseil exécutif’ précise sur son site : « En collaboration avec M. Martin Carli, cette nouvelle campagne mise sur une approche plus informative ayant pour objectif de vulgariser l’information pertinente pour les parents et de répondre à leurs principaux questionnements. Elle sera diffusée à la télévision, à la radio, sur le Web et publiée dans les médias écrits. »

    Le clown à sarreau Carli nous apprend que la poliomyélite, le tétanos, la rubéole et l’hépatite B ont « pratiquement disparu chez les jeunes, car ils ont été vaccinés en bas âge. ».

    WTF ? Qu’est ce que les thérapies géniques expérimentales ont en commun avec les vaccins classiques qui ont fait leurs preuves après des décennies d’utilisation ? L’aiguille ?

    Sûrement pas la rigueur de tests cliniques (re.: Scandale chez Pfizeur), ni l’épreuve du temps, nécessaire pour débusquer les effets à long terme.
    (On parle déjà de macro-statistiques indiquant un taux de mortalité accru, de causes naturelles, chez les vaccinés dans tous les groupes d’âge. C’est à suivre, avant de conclure.)

    Martin Carli, PhD, matricule 130162 de l’Union des Artistes, commandité par le ‘Ministère du Conseil exécutif’ (organe de propagande directement affilié à Lego), manipule effrontément les parents et un jour il pourrait être poursuivi en Justice pour cela, ainsi que Lego et la smala d’incompétents qui l’entoure.

    Pour avoir fait la même chose en France, l’académicienne Christine Rouzioux, devrait être radiée et mise à la retraite anticipée.

    Foi de Quidam : vous seriez bien plus en sécurité dans le prototype du ‘paulaéroneuf’, qu’en vous conformant aux conseils de ces charlatans.

  16. Paul dit :

    Professeur,

    Dr. Raoult recommande la vaccination contre le pneumocoque : efficace, prouvée et protective pendant 10 ans.

    Possiblement, les pneumonies seront dorénavant plus létales que la future Covid-19, évoluée naturellement vers plus de transmissibilité, mais moins de virulence.

    Un rendez-vous vaccinal à envisager, peut-être ?
    En espérant que le système immunitaire soit toujours compétent après l’ingérence génique expérimentale.

    L’égo punira peut-être aussi les croulants qui défient le monocoque : ils risquent de prendre la place, réservée aux urgences pour les pfizeurisés / modernisés avec comorbidités, infectés à la covid.

comment éliminer un abonné indésirable ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s