Ô CANADA, TERRE DE REPENTANCE

Publié: 4 octobre 2021 dans Uncategorized
L’agent des terres de la couronne Georges « Biznoute » Du Berger derrière sa maison de Chicoutimi en 1860, en compagnie de l’abbé Bernier, une partie de sa famille et des voyageurs. Photo J.E. Livernois.

Le Canada est-il devenu un pays de mensonges et de querelles à un point tel qu’on y consacrera une journée à la vérité et à la réconciliation ? Ce sera désormais le 30 septembre, à partir de cette année et avec bien sûr un congé assorti à cette journée commémorative.

Ce sera l’occasion de rendre hommage aux enfants disparus et aux survivants des pensionnats autochtones , leurs familles et leurs communautés. Elle coïncide aussi avec celle du chandail orange (au Canada anglais seulement) où l’on encourage le port de chandails portant l’inscription « EVERY CHILD MATTERS ».

Au milieu du 19ième siècle, vivait à La Malbaie un de mes ancêtres, Georges Du Berger. Il était arpenteur géomètre. À chaque année, il parcourait pendant plusieurs mois le territoire de la côte nord du Saint Laurent pour en relever les détails topographiques et y établir des bornes géodésiques afin de pouvoir dresser des cartes permettant le développement et l’ouverture du territoire à la colonisation. Il était coureur des bois mais aussi … de jupons. Comme on dit au Québec, il n’était pas fait en bois.

Mal lui en prit, un certain printemps, il ramena avec lui une ravissante sauvagesse de Bersimis. Le curé de La Malbaie lui fit alors comprendre que c’était une sérieuse entorse aux bonnes mœurs vu qu’il avait déjà une épouse et de nombreux enfants. Ce serait un très mauvais exemple pour les paroissiens. La mort dans l’âme, il donna un peu d’argent à sa petite sauvagesse et la retourna dans sa tribu à Bersimis.

On n’en resta pas là. Quelques années plus tard, le 28 juin 1849, les sauvages montèrent à La Malbaie pour y faire la traite des fourrures. Ils virent alors une enfant, la petite Aurore, fille de Georges Du Berger, née le 1er avril 1847 qui s’amusait avec un petit bateau au bord  de la rivière. Ils enlevèrent alors l’enfant et l’amenèrent avec eux à Bersimis. Les parents d’Aurore trouvèrent le petit bateau et le bonnet de la petite qui flottaient. Les recherches demeurèrent vaines et on pensa qu’elle s’était noyée;  la famille eut un grand chagrin.

Quelques années plus tard, le gouvernement offrit un poste d’agent des terres de la couronne à Georges Du Berger à Chicoutimi. Il construisit sa maison là où se trouve maintenant l’archevêché de Chicoutimi, près de la cathédrale. Les années passèrent et un beau jour, les sauvages remontèrent le Saguenay et campèrent sur le rocher Saint Vallier, non loin de la maison de Georges. Ils présentèrent à Georges la petite Aurore qui était devenue une belle jeune fille et on lui demanda de la reconnaître comme sa fille. Elle avait les yeux bleus et les cheveux roux, caractères très rares chez les sauvages et elle ressemblait beaucoup à Laure, une autre fille de Georges. Il refusa de la reconnaître. Aurore retourna donc avec les Montagnais à Bersimis. Elle se maria deux fois et eut deux enfants avec son premier mari, qui moururent en bas âge.  Quand elle devint veuve de son deuxième mari,  elle vécut aux Escoumins, avant d’aller rejoindre les nièces et neveux de son premier mari à Tadoussac.

La voyant un jour très malade, le curé Michaud de Tadoussac la fit transporter à l’hôpital de Chicoutimi. Son éducation religieuse par les Oblats de Bersimis lui avait permis d’apprendre le français en plus de la langue montagnaise et c’est ainsi qu’elle put raconter son étrange histoire d’enfant volée aux religieuses qui la soignaient. Veuve et sans enfants, Aurore mourut le 19 août 1932 et fut inhumée dans le cimetière de la cathédrale, à côté de sa mère Priscille Blackburn qui reposait là depuis 65 ans. La mère et la fille se retrouvèrent ainsi dans la mort, à défaut d’avoir pu le faire de leur vivant.

Peut-être ais-je donc moi aussi dans mes veines, quelques gouttes de ce précieux sang amérindien, lequel si on réussit à l’identifier et à en évaluer le pourcentage, me permettrait de réclamer un statut de victime et me donnerait ainsi accès à plein de nouveaux droits et privilèges qui sont refusés au simple et malheureux blanc de deuxième nation que je suis. Je plaisante bien sûr,  car jamais je n’oserais réclamer des privilèges sans les avoir mérités par mes efforts.

Alors pourquoi un statut particulier avec droits et privilèges assortis,  serait reconnu à une communauté, sur la simple base que certains de leurs ancêtres il y des milliers de lunes sont arrivés en terre canadienne en passant par le Détroit de Behring bien avant les miens arrivés au 18ième siècle de la vielle province française du Poitou en passant par la simple ville de Détroit ?

La plupart des pays comptent des descendants des premiers habitants qui s’y sont établis. Ainsi en Égypte, les Coptes, descendants des pharaons, évangélisés par Saint Marc vers les années 40, envahis par les Arabes plusieurs siècles plus tard, et représentant environ 10% de la population, ne réclament aucun statut de première nation avec des privilèges. Un des privilèges que leurs conquérants arabes leur consent est d’en enfermer parfois quelques centaines dans leurs églises et d’y mettre le feu. Les Aztèques, Toltèques, Zapotèques, Mixtèques, Mayas et Incas d’Amérique ne réclament pas de statut particulier. Contrairement à nos Premières nations canadiennes, ils se sont largement métissés avec leurs conquérants espagnols.

Un étudiant amérindien de l’école de pilotage du CEGEP de Chicoutimi m’a déjà reproché comme géologue de soutirer des richesses minérales de son sous-sol tout en polluant son territoire. Je lui répondis que je formais depuis plus de 30 ans des ingénieurs et des géologues qui mettaient en valeur le territoire qu’il prétendait être le sien, en y découvrant et exploitant du cuivre, du fer, de l’uranium, de l’or… En 30 ans de carrière aucun étudiant amérindien ne s’était inscrit aux programmes de formation dont j’étais le responsable. Bref, ils sont toujours à la caisse pour nous réclamer un part du gâteau auquel ils n’ont jamais contribué, mais rarement présents pour mettre eux même en valeur ce territoire qu’ils prétendent leur appartenir.

Winston Churchill parlait de « blood, sweat and tears ». Il semble que notre Premier ministre canadien n’ait retenu que les larmes comme solution. La solution n’est pas dans les larmes de la repentance. Nos gens des Premières nations doivent sortir de leurs réserves, s’intégrer et s’assimiler à la grande famille canadienne. Ce qui ne veut pas dire qu’ils doivent abandonner leur culture, langue et traditions.

La clé est dans l’éducation. À ce titre, on doit souligner et saluer la récente initiative conjointe de partenariat entre la Fondation de l’Université du Québec à Chicoutimi, Rio Tinto et les Premières nations afin créer une chaire de recherche de 1,5$ millions consacrée à l’autochtonisation (sic) des études supérieures.

On peut rêver que dans quelques générations, nos autochtones dont les lointains ancêtres étaient des sauvages, seront des citoyens ordinaires comme nous, sans statut particulier et qu’ils seront autant que nous et à nos côtés en égaux partenaires, les développeurs de ce magnifique pays que nous aurons alors en commun.

commentaires
  1. Roy André dit :

    Bon texte. Ça me donne l’idée d’aller réclamer des bouts de terre en Normandie.

  2. rexterras dit :

    Tant qu’il y aura ces réserves qui les délivrent, entre autres, du besoin de gagner leur vie, comment voulez-vous que ces personnes s’émancipent?

  3. François Riverin dit :

    Il faut rendre aux Autochtones ce qui revient aux Autochtones: il sont champions pour soutirer sympathie… et les dollars. J’ai consulté des documents officiels: les compensations pour les élèves survivants qui sont passés dans les pensionnats totalisent 5,9 milliards pour quelque 100 000 cas, soit en moyenne 21 000 pour les enfants qui y sont passés sans sévices, et plus de 110 000 $ en moyenne pour ceux qui ont prouvé des sévices. Justin vient de leur accorder 300 millions pour déterrer les enfants morts des pensionnats et, probablement, amener des compensations aux parents. Récemment la Commission des droits de la personne a jugé qu’il y avait eu discrimination envers les enfants dans les services sociaux: 40 000 $ par enfants pour au moins 50000 enfants, bien que le recours collectif portait sur 163 000 enfants. Des milliards. C’est pourquoi, bien qu’en reconnaissant leurs malheurs, je me suis libéré depuis longtemps de mon sentiment de culpabilité.

  4. Jules Desbiens dit :

    Très intéressant!

    Envoyé de mon iPad

  5. Bilodeau Serge dit :

    Excellant texte

  6. Yves Millette dit :

    Ce qui m’intéresse de cet exposé; en 1860 quelles étaient les exigences pour se voir reconnaître le titre d’arpenteur géomètre.

    • Reynald Du Berger dit :

      Yves Millette Je l’ignore mais j’ai copie d’une lettre dans laquelle Peter MacCloud – fondateur de Chicoutimi- s’engage à aller demeurer chez Georges Du Berger à La Malbaie pour y apprendre le métier de clerc arpenteur.

  7. Paul dit :

    Avec nos élites et la classe gouvernante « wokéisés », on s’achemine vers les dédommagements monétaires substantiels par l’homme blanc dominateur de tous les opprimés / dépossédés de par le monde : de noirs aux USA, d’autochtones au Canada, en Australie et de pays en développement at large (dont la Chine) par les pays industrialisés d’Occident.
    Il faut expier le privilège blanc.

    Le prof n’est pas très futé : « Peut-être ais-je donc moi aussi dans mes veines, quelques gouttes de ce précieux sang amérindien, lequel si on réussit à l’identifier et à en évaluer le pourcentage, me permettrait de réclamer un statut de victime et me donnerait ainsi accès à plein de nouveaux droits et privilèges qui sont refusés au simple et malheureux blanc de deuxième nation que je suis. Je plaisante bien sûr, car jamais je n’oserais réclamer des privilèges sans les avoir mérités par mes efforts. ».

    D’autres, ne se sont pas gênés :
    “Elizabeth Warren criticized, again, over bogus claims of Cherokee heritage”
    https://www.bostonherald.com/2020/02/26/elizabeth-warren-criticized-again-over-bogus-claims-of-cherokee-heritage/

    Cette candidate socialiste à la présidence américaine avait frauduleusement obtenu le poste de professeur à Harvard, grâce à son prétendu sang indien.

    • Reynald Du Berger dit :

      Paul…Je n’ai pas à me repentir pour ce que je n’ai pas commis contre aucune « première nation » – Mon clash hier matin avec la nouvelle animatrice à CKAJ au Saguenay – à 32 :46

      [audio src="https://ckaj.org/audio/audio/OK/REVEILLEZ-VOUS...AVEC%20DOM%20ET%20PAT%20-%20DEUXIEME%20HEURE%20(7H00)%20-%2005102021.mp3" /]

      • lucbmenard dit :

        …je pense comme vous, pas de remords :

        1) pour les erreurs des autres :
        a) religieux;
        b) politiques (loi sur les Indiens : apartheid,
        ségrégation, racisme systémique fédéral).

        2) ma couleur de peau blanche
        3) ma langue
        4) mon sexe
        5) mon âge
        6) etc… (parce que je pense que :
        a) que c’est impossible que le CO2 soit
        responsable des changements climatiques;
        b)que l’effet de serre dont on parle n’existe que dans la tête des gens…qui y croient…
        c) que j’aime Greta Thunberg, moins ses « followers » et sa cause. Il faut lui pardonner, elle est presqu’encore une ado (espérons qu’elle va mâturer, contrairement à certains que je connais ici…sur certaines questions…)
        d) etc…

      • Paul dit :

        Professeur,

        Madame Mélanie Boucher connait la technique d’entrevue par persiflage.
        Quand on manque d’arguments structurés et appuyés sur quelque chose, quand on manque de finesse intellectuelle, alors on utilise la technique de relance triviale, destinée à pomper l’adversaire.
        Gare à la tapette à moustiques de cette personne clairement imbue d’elle même, qui semble être là pour se mettre en évidence, pas pour échanger avec le chroniquer invité.

        Les gardiens de la rectitude politique à SortonslesPoubelles.com ont salué sa venue : (R. Duberger) « .. est invité pour cracher son mépris pour la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation et sur le sort des enfants autochtones disparus ou assassinés.
        Sauf que cette fois quelqu’un était la pour lui poser des questions difficiles. Une certaine Mélanie Boucher. »

        Quelles questions difficiles ?

        On pourrait regarder deux exemples de la prestation de madame Boucher.

        Vers 37:50 : À propos d’enfants autochtones enterrés sur les terrains appartenant aux pensionnats opérés par le clergé.
        M.B. : « .. Mais pour ce dossier là là, les enfants qui ont été, on sait pas comment, tués. On sait pas, on sait pas ce qui s’est passé. Hein, y’a aucune historique, juste dans ce cas là, je n’embarque pas du tout. Dans ce cas là, pour la mémoire de ces enfants là là, monsieur Du Berger, j’embarque pas du tout. »

        Je ne connais pas le fin mot de cette histoire, mais je soumets qu’il faut d’abord considérer le contexte des temps passés, au lieu de sauter aux conclusions (autant par madame Boucher que par les gardiens de la rectitude politique) d’assassinats en masse par un clergé criminalisé.
        On a trouvé des corps d’enfants ensevelis ailleurs que dans un cimetière, alors forcément, il fallait qu’il y ait mort violente qu’on voulait cacher.

        Ici, comme ailleurs dans l’Occident, jadis, pendant des siècles, l’accès au cimetière de l’Église était étroitement contrôlé et réservé aux dépouilles de catholiques BAPTISÉS, (.. et n’ayant pas commis de crimes capitaux, ni le suicide ..).
        Les enfants indiens hébergés au pensionnat n’étaient pas forcément baptisés.
        Alors, au cours des années, les enfants morts de choléra, de typhus, de variole, de tuberculose, de grippe espagnole, lors d’épidémies passées ou d’autres causes naturelles, qu’est qu’il fallait faire quand on ne pouvait pas entreprendre le transport de dépouilles vers les réserves lointaines ?
        On ne devait pas enterrer des païens à côté des chrétiens, alors …

        Même les enfants de catholiques pratiquants, morts à la naissance, avant le baptême, n’étaient pas enterrés près de leur famille. On leur réservait une place dans un coin du cimetière, près de la clôture.

        Chacun de ces cas d’enfants indiens, morts loin de leurs, est infiniment triste, mais de là à imposer une repentance bruyante pour un supposé méfait collectif qui n’en était peut-être pas un ?
        Une autre tentative d’imposition par la gauche déchainée de la signalisation obligatoire de la vertu.

        Vers 39:36 : À propos de la déchéance de la France, de la délinquance et le désordre dans les cités, occupées par les immigrants venus du Maghreb.
        M.B. : « Avez-vous une ‘étsude’ qui, qui prouve, avez-vous une étude, avez-vous une étude qui prouve ça là ? »
        R.D.B. : (qui plaide l’évidence, connue de tous) : « Oh pas besoin d’étude. Regardez … »
        M.B. : « Alors on n’a pas besoin d’étude, on dit ça, comme ça … »

        Manifestement, la ‘journalisse’ ne connait rien de rien à ce qui se passe en France, mais elle avait fait ses devoirs sur le Blog du prof et avait voulu le contrer au moyen d’argument passe-partout, d’études commito-lecturées. Sans l’aval desquelles, la réalité n’existerait pas.
        Un peu comme Rejean Tremblay qui prétend que les observations de la fonte graduelle et généralisée de glaciers sud-européens, avant 1850, ne serait pas factuelle, même quand elle était constatée par tout le monde.

        J’ajouterai ceci : moi aussi je désapprouve, avec force, les excuses de Macron à l’Algérie arabisante. Ce bavard s’achète ainsi le vote de musulmans français. Il va peut-être leur offrir des réparations avec l’argent qu’il n’a pas.

        D’abord, en 1830, la France n’a pas conquis une Algérie souveraine, mais une régence ottomane, qui tolérait la piraterie et la traite d’esclaves européens.
        La conquête initiale de la Côte des Barbaresques était fortement motivée par l’assurance de la sécurité de déplacements dans la Méditerranée et l’interdiction de razzias qui pouvaient faire des centaines de victimes à la fois dans les villages côtiers.

        Les Algériens, vont-ils s’excuser aux familles de dizaines, même centaines, de milliers de Français, d’Italiens et d’autres ressortissants de pays méditerranéens, ainsi que de l’Atlantique (marins anglais, pêcheurs, etc..), qui ont été faits esclaves, vendus au marché, abouti dans les harems en tant que concubines forcées ou des eunuques de service, travailleurs-forcés dans les champs, ou retournés contre la rançon quand ils avaient de la chance ?

        Dans les faits, après le départ de la France, l’Algérie fut réoccupée par les Arabes. Le peuple autochtone là bas, ce sont les berbères dont les racines au pays remontent à 7000 ans.
        Avant l’invasion musulmane, l’Algérie était occupée par la Rome et il y a là bas des ruines magnifiques et très étendues pour le prouver. Le Saint Augustin est né, avait vécu et est mort en Algérie.

        Pourquoi, la ‘victimite’ vertueuse est toujours à sens unique, pointant vers le mâle dominateur blanc, responsable de tous les malheurs du monde ?

        En prévision d’autres empoignades avec la dame Boucher munie de sa tapette, le Moustique Reynald ferait bien d’aller se muscler un peu dans un gym, car avec elle l’intellectualisme n’aurait pas d’emprise.
        Visiblement, la culture et ses producteurs, natifs de sa région, ça n’impressionne pas madame Là là.

      • Paul dit :

        Quand le prof avait affirmé que le culte du LGBTQisme était une dérive intellectuelle du même ordre que la repentance obligatoire imposée par Justin Trudeau, l’animatrice, madame Boucher, avait persiflé pour signifier son désaccord.

        Voici, justement le lien, tel qu’exprimé par le Saltimbanque en chef du Canada, lui-même, pendant une allocution de réconciliation :
        “ My Inaugural Appearance on Tucker Carlson Tonight (THE SAAD TRUTH_ 1312) “

        Selon l’animateur Tucker Carlsson : « Trudeau is way crazier than any of the people that were banned from Twitter .. ».

        En effet, le Grand pleureur, qui voulait célébrer la différence LGBTQiste pendant tout l’été dernier, est maintenant rendu à « 2SLGBTQQIA++ people ». De quoi attraper une hernie mentale.
        Rien n’est plus à l’épreuve de cette caricature ambulante.
        (Que mes concitoyens ont réélu !!!)

        L’objet de cette capsule, le livre « THE PARASITIC MIND – How Infectious Ideas Are Killing Common Sense », présenté par son auteur le professeur Gad Saad, se penche sur la surenchère de signalement de la vertu, que nous impose la gauche. En fait, il s’agit d’une perversion de la vraie vertu.

        L’auteur exhorte la majorité silencieuse à combattre en union cette infection pour éviter « the slow train ride to HELL ».

        Exactement ce que le prof fait avec le présent billet et par la prestation du Moustique radiophonique.

        GO REYNALD GO !

  8. Paul Sansrepentir dit :

    Monsieur Luc n’a pas de remords et il ne semble pas vouloir offrir des excuses (https://duberger.me/2021/10/04/o-canada-terre-de-repentance/#comment-293997). Et c’est très bien ainsi.

    Le professeur Infinitus Benevolent dit ne pas avoir à se repentir. Il ne semble pas avoir des remords, non plus.

    Est ce que les remords doivent accompagner la repentance ? Il faut demander au curé les règles du jeu.

    L’Église a beaucoup trituré ce concept, aussi en tant que l’outil de soumission d’individu au pouvoir temporel et séculier. La Gauche idéologique d’aujourd’hui n’invente rien.
    Auparavant, en Chine communiste sous Mao (et ça revient), les Gardes Rouges imposaient des exercices d’autocritique publique pour rappeler à l’ordre les déviants ou caler les dirigeants tombés en disgrâce. La même chose chez les Soviets.
    Il y avait des séances monstres de ce cirque pour faire peur au peuple, mais il y avait aussi des sessions d’autocritique obligatoire, conscrites aux cellules du Parti, pour rappeler aux membres leur vulnérabilité et pour modérer leurs ambitions.

    Aujourd’hui, chez nous, la Pleureuse Compulsive, qui vient de nous imposer la repentance vertueuse, a-t-elle des remords ? Des vrais (« non-fakés »), qui précédent et justifient l’acte de repentance et la contrition.

    Pas des remords que l’on exprime quand on s’est fait prendre à esquiver la repentance publique vertueuse, dont on est l’auteur :
    « Trudeau says he regrets travelling to Tofino, B.C., on 1st National Day for Truth and Reconciliation »
    https://www.msn.com/en-ca/news/canada/trudeau-says-he-regrets-travelling-to-tofino-b-c-on-1st-national-day-for-truth-and-reconciliation/ar-AAPcwX9?ocid=msedgntp

    QUEL FAUX CUL !

    • lucbmenard dit :

      Bonjour M. Paul,

      Je suis d’accord en grande partie avec votre analyse des faits du passé (de la vraie science politique pas de la petite politique partisane…). Il serait intéressant que votre texte soit publié dans un journal pour éclairer les gens… vos arguments sont limpides et exaltants, principalement sur ce point:

       » À propos d’enfants autochtones enterrés sur les terrains appartenant aux pensionnats opérés par le clergé. »

      Vous dites aussi:  »Je ne connais pas le fin mot de cette histoire, mais je soumets qu’il faut d’abord considérer le contexte des temps passés, au lieu de sauter aux conclusions (la conclusion à laquelle l’on veut que qu’on saute semble être aujourd’hui : les religieux sont tous des salauds, des pédos, des obsédés sexuels, des agresseurs… mettons en… alors que c’est évidemment faux. Seulement l’Homme (surtout l’homme…) étant ce qu’il est … et sa libido… faut savoir gérer… et l’Église n’a JAMAIS su…).

      Autre points: les enfants non baptisés qui ne doivent pas dormir pour l’éternité côte-à-côte avec les élus de Dieu… cela me semble aussi PARFAITEMENT crédible… ainsi que les maladies, l’hygiène déficient, etc. dans les villages éloignés, les réserves indiennes…

      Comme si à l’agenda était inscrit la destruction des religions: catholique et autres pour enfin mieux servir la destinée et paver la voie et de la future BONNE NOUVELLE et l’ÉVANGÉLISATION étatique à la communiste (la voix du PARTI EST DIEU). LE XIISME en Chine comme le MAOĨSME de l’époque…

      Excellent texte, BRAVO…

      -Longue vie à vous (vous vous rapprocher là là de plus en plus de l’infini bienveillance également… sauf pour les moins bons mots envers notre Professeur…)

      Merci,

  9. Stéphane dit :

    Bon point Paul sur l’Algérie. L’historien Bernard Lugan a posté divers billets sur l’Algérie ainsi que d’autres pays africains. https://bernard-lugan.com et il a pondu un billet récent sur l’Algérie.
    http://bernardlugan.blogspot.com/2021/10/17-octobre-1961-un-massacre-imaginaire.html

  10. lucbmenard dit :

    Dikt för Greta

    Chère mademoiselle,

    Ce vendredi, au lieu d’aller manifester, j’ai pensé : pourquoi ne pas l’inviter à faire une balade. Pour ce soir, ce sera avec un poème. Il s’intitule : pour ne pas t’oublier, car comme vous, je préfère une atmosphère viable pour nos lendemains… Cependant, une grande ouverture d’esprit sera requise de votre part…

    Ce n’est pas à bord d’un catamaran dans lequel vous voyagerez…mais dans ce quatre par quatre marrant (4×4) avec un moteur V-16. Il est comme un cerf-volant, c’est-à-dire, qu’il s’élève doucement dans les airs avec le temps. C’est charmant, mais dépendant du vent…

    Il a fallu écrire soixante-quatre vers (64) pour nous sortir de ce discours catastrophiste. J’ai composé ces seize quatrains (16) pas tant pour séduire, mais pour tenter d’instruire et se sortir de ce pétrin. J’avais le goût de vous amener ailleurs, plus loin. Vous transportez au-delà des explications usuelles (virales). Vous rapprochez de la vraie histoire de la vie sur terre. Une version méconnue de la réalité. Je désir la partager avec vous…Bonne expédition !

    Pour lire le poème, ici:

    • lucbmenard dit :

      …j’ai oublié de vous dire que c’est un VUA (un véhicule utilitaire artistique).
      Vous viendrez, j’espère…

  11. lucbmenard dit :

    Dans la chronique : on est pour ou on ne l’est pas…

    …il faut également se repentir au Canada de notre très grande faute de respirer, pauvre être humain sommes nous…

    Les six grandes banques canadiennes ont annoncé vendredi qu’elles rejoindraient l’alliance bancaire Net Zéro (NZBA), appuyée par l’ancien gouverneur de la Banque du Canada, Mark Carney.

    https://www.msn.com/fr-ca/finances/affaires/les-grandes-banques-canadiennes-se-joignent-%c3%a0-l-alliance-net-z%c3%a9ro-des-nations-unies/ar-AAPzAPM

    Mais jusqu’où ira la pureté (sic) avec ce carbone ? On va tous en pâtir les amis… arrêter…

    Vive le plastique,
    Vive le pétrole,

    n.b. à qui profite ce discours vous pensez ?

  12. lucbmenard dit :

    Agissez,

    Ça veut dire quoi?

    Prenons notre adorée Reine du Canada, p. exemple… Pour elle, ça semble signifier changer de robe, une couleur différente, un chapeau (pas le style…), juste la couleur… pas une révolution quand même…

    Agir dans le non agir

    Tous les grands Sages de l’Histoire nous ont proposer le non agir (sauf le Pape…). Loin d’être
    un grand sage, je vous propose cette formule pour le climat. SVP, n’agissez pas… Commencez aujourd’hui à faire l’expérience de l’Être, du Soi (le grand si possible, le petit, on connaît …). Le silence profond. La non activité. L’Être intérieur. Le calme. L’Équilibre. Le repos. La non dualité. La plénitude éternelle. Alléluia…

    Le problème, en vérité je vous le dis (croyez le ou non), c’est l’ozone…

    Oui, l’ozone ou l’Ö (en Suédois) zone… Pas les trous dans les nuages… ni le trou entre les pensées… ni le vide (c’est une autre histoire…).
    Focalisez sur l’ozone. C’est la solution. Pratique. Y’a rien à faire. Même si ça l’air paresseux… (et non vertueux…). C’est mieux comme ça… aussi pour les dollars (un trou à venir de plusieurs $$$). On a fait ce qu’il faut pour réduire le trou (Protocole de Montréal, en 89). Faut attendre. C’est tout. Faite juste pas de pollution (ne pas laisser virer son auto pour rien, surveiller les déplacements inutiles… etc… le gaspillage, vous savez tout ça… vous le faites déjà… en ville (les grandes et trop grandes), c’est un gros problème l’ozone. Elle se forme d’avantage dans l’hémisphère Nord où il y a de plus grandes concentrations humaines, industrielles, autos… Les rayons UVB, qui passent plus qu’avant depuis les années 60-90, font que cette ozone de basse altitude se forme facilement. Il y a libération d’énergie et de chaleur, d’où le petit réchauffement supplémentaire… (rien à voir avec le CO2 sinon qu’en produisant plus, il y a plus d’absorption et liens défaits de toutes ces molécules oxydées (NO2, CO2, SO4, etc.) et conséquemment, un gain en chaleur…

    La ballade des gens heureux

    Aujourd’hui, faite juste une petite ballade. Lisez un poème, de la musique, allez marcher (Défis Pierre Lavoie au Québec), à l’église, voir un ami, voir vos parents dans un RPA, CHSLD, chez-eux, faite du bénévolat (au lieu d’aller mettre les poubelles sur le bord du chemin à 6h où je suis obligé de marcher pour jeter mon sac; ou jouer au golf 7-10 fois par semaine, à partir de l’ouverture, à 7h…). C’est ça qui arrive quand on prend sa retraite à 30, 47, 52 ou 62 ans (65 on peut commencer à y penser, mais aussi à faire autre chose de productif pour avancer…aider les autres au lieu de chialer tout le temps…)

    Donc, un belle journée d’automne, sans problème (just enjoy)

    Bon dimanche,

  13. rexterras dit :

    Super intéressant Luc, mais quelle folie alors que santé-éducation-hébergement croulent de tous les côtés et que les besoins augmentent. J’ai bien aimé votre « …il faut également se repentir au Canada de notre très grande faute de respirer… » MAIS il aurait fallu dire EXPIRER, l’action qui produit tant de CO2 et FLATULER qui fait mourir la Terre grâce au méthane.

    Comme complément, Geof Molson impose les wokisme aux matches des Canadiens: « Bon. Le CH et Geoff Molson au premier chef continue de s’enfoncer dans la wokerie. L’organisation est tombée sur la tête. https://www.lapresse.ca/sports/hockey/2021-10-16/canadien-de-montreal/un-texte-de-reconnaissance-territoriale-lu-avant-chaque-match-au-centre-bell.php« .

    De leur première invocation repentante (prière?), j’ai commenté: « Et quel ramassis de conneries que ce virage woke de Molson. Il devrait donc s’excuser de l’existence des Canadiens Français en général et de Maurice Richard et Jean Béliveau en particulier … Non, mais quel monde de fou!

    J’ai manqué m’étouffer quand j’ai lu “… en particularité la Nation Mohawk, pour leur hospitalité …” Il a sans doute oublié que les Mohawks massacraient joyeusement les Hurons, les Montagnais et les Canadiens Français pour le compte de l’Angleterre. Vont-ils produire un torchon semblable à chaque match? Et infliger cette parodie de faux-respect à leur clientèle? »

    On se prépare un bel avenir …

    • lucbmenard dit :

      Bonjour M. ou Mme Tigre,

      Je vous remercie de me remercier… Je pense aussi qu’on veut nous couper l’inspiration dans plusieurs domaines… mais c’est une autre histoire.

      Je mettrais un B- Mol national sur l’idée Woki des Molson-Mohawk… que pensez-vous du Centre Mo.

      Cette abréviation anglaise comporte plusieurs définition plus ou moins drôles dans le :

      https://www.merriam-webster.com/dictionary/mo

      dont voici quelques unes:

      molybdenum
      MO noun, often not capitalized
      \ ˈem-ˈō \
      Definition of MO (Entry 4 of 6)
      : MODUS OPERANDI
      MO abbreviation (3)
      Definition of MO (Entry 5 of 6)
      1mail order
      2medical officer
      3Missouri
      4money order
      -mo noun suffix
      Definition of -mo (Entry 6 of 6)
      —after numerals or their names to indicate the number of leaves made by folding a sheet of paper
      sixteenmo
      16mo
      Examples of mo in a Sentence
      Noun
      two thieves with very different MOs
      First Known Use of mo
      Noun

      1940, in the meaning defined above

      History and Etymology for mo
      Noun suffix

      duodecimo (douzième)

      Mon préféré: Moment…

      Bonne journée,

      • Jacques dit :

        Peut-on connaître l’objet de ce message SVP.? Je comprends, M. Ménard, que votre maîtrise de la langue Française est limitée, mais vous devriez faire certains efforts pour y remédier, demander de l’aide par exemple ou vous abstenir de poster ces messages délirants et sans le moindre intérêt.

  14. rexterras dit :

    « @Luc. Bonjour M. ou Mme Tigre » … c’est M.

  15. Paul dit :

    Au pays du repentir wokeiste, les descendants de deux peuples fondateurs du Canada (tels que définis jusqu’à tout récemment) vont devoir expier leur privilège blanc :

    “ Ontario teachers’ union changes rules so that non-white votes count more than white votes “
    https://thepostmillennial.com/ontario-teachers-union-changes-rules-so-that-non-white-votes-count-more-than-white-votes/
    Depuis plusieurs années Trudeau & Cie ont commencé à escamoter la célébration du Noël Chrétien.
    Bientôt on rendra l’observation du Ramadan par tous obligatoire et le bacon sera interdit.

  16. Paul dit :

    Le prof, en véritable immensément bienveillant praticien de la probité, n’a pas requis de privilège dû au sang de sauvage qui coulerait dans ses veines.
    (Et si dans l’avenir, les autochtones obtenait en priorité les doses vaccinales salvatrices tant convoitées ?)

    Voici la Pocahontas (a.k.a. Elizabeth Warren) canadienne : « Canada’s Indigenous health expert Carrie Bourassa … She’s Sitting Bullshit. ».

    “ Canada’s indigenous health expert Carrie Bourassa loses job when ancestry claims prove false “
    https://nypost.com/2021/11/27/canadian-indigenous-health-expert-carrie-bourassa-fired-for-faking-heritage/

    “ Indigenous or pretender? Some colleagues say leading health scientist is faking Indigenous ancestry “

comment éliminer un abonné indésirable ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s