UNE AUTRE LETTRE OUVERTE À L’OMBUDSMAN DE RADIO-CANADA

Publié: 26 septembre 2021 dans Uncategorized

Monsieur Pierre Champoux, Ombudsman,

Société Radio-Canada

Bonjour M. l’Ombudsman,

Eh oui !…. c’est encore moi… et toujours au même sujet !…

Dans son édition du 24 septembre de « la UNE ICI Québec » la Société Radio-Canada (SRC) publiait un reportage sur les jeunes en grève « pour le climat » (sic).

J’ai alors soumis le commentaire suivant qui a été refusé par le modérateur.

Ces jeunes et la plupart de leurs enseignants sont incapables de définir le climat, l’effet de serre, ignorent que la vapeur d’eau est de loin le gaz à effet de serre le plus abondant. Dans son dernier rapport, le GIEC affirme que pour 1 000 gigatonnes (Gt) de CO2 ajoutées dans l’atmosphère, la température de la basse atmosphère augmente en moyenne (selon la sensibilité climatique choisie entre 0,27C et 0,63 C) de 0,45 degrés C. Ce rapport AR6 du GIEC rapporte que l’homme a émis 36 Gt de CO2 en 2019 dont 44% (16 Gt) sont restées au moins momentanément dans l’atmosphère. 0,45 x 16 / 1 000 = 0,007 degrés C. En 2019, la température globale a donc augmenté de 0,007 degrés C. Si l’on extrapole pour les 10 prochaines années, et « si la tendance se maintient » , en 2029 il fera 0,07degrés C de plus. Et c’est pour cela qu’on crée de la climato-anxiété chez nos enfants en leur parlant d’urgence climatique ?

Ce commentaire est pourtant tout à fait pertinent au sujet de ce reportage «les jeunes en grève pour le climat ». Il n’incite pas à la haine, et n’est pas non plus une fake news puisqu’il utilise les chiffres « officiels » du  GIEC, cet organisme de l’ONU que la SCR évoque – ou invoque- régulièrement pour justifier la plupart de ses alarmes climatiques sonnées périodiquement  dans ses émissions scientifiques et ses bulletins de nouvelles.

Je vous ai déjà adressé d’autres plaintes sur le même sujet dont une récente qui faisait état de ces nombreux scientifiques climato-réalistes – dont j’ai nommé certains- de grande réputation avec à leur crédit des centaines de publications scientifiques, et que la SRC évitait pourtant de solliciter. Je réitère donc mon reproche à l’adresse de la SRC de cacher à ses auditeurs et téléspectateurs, une partie importante de l’information scientifique à partir de laquelle ils pourraient se forger une opinion éclairée sur la question des changements climatiques, et surtout sur l’importance qu’ils doivent y accorder.

Je vous demande donc monsieur l’Ombudsman, de porter ma critique à l’attention du modérateur du site concerné et de porter aussi auprès des responsables des nouvelles et des magazines scientifiques de la SRC mon souhait d’une plus grande ouverture, d’un meilleur équilibre des faits et opinions scientifiques présentés, sur la question des changements climatiques.

Cordialement,

Reynald Du Berger, ing. , Fellow d’Ingénieurs Canada,

Membre du comité scientifique de l’Association des climato-réalistes,

Ambassadeur de CLINTEL pour le Canada français.

commentaires
  1. Michel Bellemare dit :

    Salut mon cher Reynald,

    Juste le jour choisi pour ses grandes manifs étudiantes «pour le climat», nous indique le sérieux qu’il faut leur accorder! Pas le mercredi, ou mieux encore un samedi ou un dimanche, non… on s’épanche sur le climat un vendredi, pour avoir une belle fin de semaine de trois jours!

    Les prédicateurs verts de Radio-Canada n’attirent jamais l’attention sur ce fait, Reynald.

    Michel

  2. François Riverin dit :

    Bravo M. Du Berger pour votre ténacité et pour l’effort que vous consacrez à faire prévaloir le bon sens.

  3. Georges Schell dit :

    Bravo Reynald ! Il ne nous reste plus qu’à faire la même chose dans nos pays respectifs. Et, ce, sans relâche. Ici (en France), je me suis joint à de multiples actions judiciaires concernant nos autorités « sanitaires ».

  4. Marcel Metcalfe dit :

    Les médias refusent la vérité, car celle-ci n’est pas monnayable, il en va de même en ce qui concerne tous ceux qui tirent profit de cette peur collective, qui souvent possèdent ces médias, ou les achètent à coup de publicité, et qui par la suite répand ces faussetés. Le mal est inséré dans nos institutions actuellement et il sera impossible à déloger.

  5. rtremblay dit :

    il faudrait préciser de quelle page du rapport AR6 vous tirez l’information que vous citez car il me semble que votre énoncé sous-estime nettement la tendance d’augmentation du TMAG qui se situe à environ 0,15 C/décennie et ce depuis 1960. Voir les trois graphiques ci-joint qui expliquent très bien la tendance.

    https://tamino.wordpress.com/2021/08/28/3-graphs/

    Dans ce contexte je ne vois pas en quoi vous mériteriez des félicitations pour votre dernier post.
    De plus il semble que vous éjectez de votre analyse les événements météorologiques des derniers mois au Canada (entre autres les records de températures dans l’ouest Canadien… ).

    • Monsieur Patate dit :

      Bonjour M. Tremblay,

      Il y a longtemps que j’ai lancé la serviette et abandonné l’idée de convaincre quelconque climato-biaisé sur ce blogue.

      Cependant, je m’en voudrais de ne pas faire suite à votre publication pour mettre en lumière la stupide et ridicule règle de trois utilisée ici.

      En effet, en supposant que les valeurs mentionnées ci-dessus sont exactes (je n’ai pas vérifié mais je n’ai pas raison d’en douter), l’auteur ne calcule que l’impact du CO2 émis en 2019 sur l’augmentation de la température durant cette même année. Par conséquent, il ignore ainsi :
      – Le CO2 émis dans l’atmosphère en 2018 qui n’a pas toujours pas été absorbé par la terre ou les océans et qui se trouve toujours dans l’atmosphère en 2019 et qui contribue à l’augmentation de la température en 2019.
      – Le CO2 émis dans l’atmosphère en 2017 qui n’a toujours pas été absorbé par la terre ou les océans et qui se trouve toujours dans l’atmosphère en 2019 et qui contribue à l’augmentation de la température en 2019.
      – Le CO2 émis dans l’atmosphère en 2016 qui n’a toujours pas été absorbé par la terre ou les océans et qui se trouve toujours dans l’atmosphère en 2019 et qui contribue à l’augmentation de la température en 2019.
      – Etc.

      Bref, je pourrais continuer et remonter ainsi jusqu’au début de l’ère industrielle, mais vous comprenez le principe…

      Notez qu’on sait que la concentration du CO2 augmente dans l’atmosphère d’une année à l’autre, à l’aide de mesures fiables, et que, par conséquent, l’augmentation de la température lors d’une année donnée ne résulte pas seulement du CO2 émis durant ladite année, mais de celui émis et qui est resté dans l’atmosphère au cours des années précédentes.

      J’entends déjà les objections de certains : ce CO2 provient des océans qui se réchauffent ! Eh bien non car le pH des océans diminue. Mauvaise réponse.

      Bref… cette simpliste règle de trois découle-t-elle d’une stratégie propagandiste, de mauvaise foi, d’incompétence ou d’ignorance crasse ? Je vous laisse en juger par vous-même.

      Bien à vous,

      Monsieur Patate

      • Paul Septique dit :

        Bonjour Maître Guillaume,

        Résumons la situation climatière par une analogie probante à ma portée :
        Un éléphant, dans le magasin de porcelaine, grossit, car les visiteurs du commerce lui apportent des bananes.
        En grossissant, l’éléphant brise de plus en plus de bols à riz.
        Ainsi, les pourvoyeurs de bananes ne pourront bientôt plus manger leur riz et ils vont crever de faim.

        Vous affirmez : Δ1[CO2]↑ + Δ2[CO2]↑ + Δ3[CO2]↑ + … + Δ171[CO2]↑ => Δ1T↑ + Δ2T↑ + Δ3T↑ + … + Δ171T↑

        Mais, que faites-vous de deux cent cinquante (250) ΔnT↑ qui ont précédé le Δ1T↑, au début de l’ère industrielle (autour de 1850) ?
        Où sont les Δn[CO2]↑ causales (résultats d’activités humaines), correspondant aux augmentations successives de la température, débutées au creux du Petit Âge Glaciaire vers 1600 et accumulées (selont votre recette) avant 1850 ?

        En postulant « par conséquent, l’augmentation de la température lors d’une année donnée ne résulte pas seulement du CO2 émis durant ladite année, mais de celui émis et qui est resté dans l’atmosphère au cours des années précédentes. », il faut être en mesure de prouver le lien entre le péché de nourrir l’éléphant et son effet, sur toute l’étendue d’observation de l’effet.
        En l’an 1600, on patinait sur la Tamise et il y avait des glaciers permanents dans le montagnes autour de la Méditerranée, y compris dans l’Atlas africain.

        Vous seriez gentil de nous informer comment établit-on le pH global des océans, dans les profondeurs, les fjords, partout.

        Je suis content de constater que votre vaccination, car vous êtes bien vacciné, n’a pas astrazénéqué vos neurones, ni mis en veilleuse votre vigilance climatiste.

        Salutations parmentières,

        Paul Septique
        Climato-baisé
        (comme nous tous)

      • rtremblay dit :

        M. Patate (en passant, je ne trouve pas que vous êtes dans un champ de pomme de terre, mais plutôt que votre explication est simple comme (steak, blé d’Inde, patate 🙂 ).

        Votre post démontre que les lecteurs ici présent n’ont pas fait de cours de math différentiel et intégral de niveau cégep. La sommation par le calcul d’intégral permet de prédire un phénomène quelconque qui perdure dans le temps ou dans l’espace. Au lieu d’y répondre il reste bouche bée ou il divague dans tous les sens.

        le calcul intégral pourrait également permettre d’estimer le temps que ça prend pour remplir une CRUCHE de forme diverse juste en sachant le nombre de goutte qui entre à chaque seconde !
        La forme des contenants est ici assez impressionnante !

        Malheureusement pour nous il y a aussi des contenants qui ont des fuites ou pour lesquels le bouchon d’entré est bien fermé ce qui les empêchent d’inclure toutes nouvelles connaissances…..

      • Reynald Du Berger dit :

        rtremblay… les cruches que vous remplissez… avec des fuites… y a-t-il des jours où ça s’évapore comme dans la table de multiplication de Jacques Bodoin ? – allez à 7:35 sur cet extrait …. vous verrez alors que c’est comme le CO2 dont le temps de résidence dans l’atmosphère est limité. https://www.youtube.com/watch?v=ws9YWSsPdO8

      • Paul dit :

        Cher Guillaume,

        Votre perspicacité scientifigue manque douloureusement à ce blogue.

        Alors (*) : « Lâche pas la patate, mon nèg’ ! Lâche pas la patate. »

        En espérant vos interventions climato-allumées plus fréquentes.

        Paul S. Eptick

        N.B. (*) : Help me ! Peut on encore chanter cette chanson, que j’aime bien, de nos jours ? Ils ont ‘scrapé’ « Autant en emporte le vent » pour bien moins que ça.

        “Lache Pas La Patate (The Potato Song) · Jimmy C. Newman”

      • Erik Beausejour dit :

        Aurions-nous un taux de régénération du CO2 de par le mouvement brownien?

        Est-ce que cela existe?

  6. rexterras dit :

    M. Patate. Comme la plupart des journalistes, vous faites la part belle aux admirateurs de la proto-religion réchauffiste. On se demande évidemment pourquoi? En tant que scientifique, je suis toujours surpris de voir des gens sérieux cautionner des dogmes aussi peu démontrés ou soutenus par des faits, sans démontrer aucun esprit critique.

    Il n’existe aucune preuve ou démonstration scientifique de l’effet des gaz dits « à effet de serre », dont la vapeur d’eau représente l’essentiel et du CO2 (dont le poids est marginal dans l’ensemble), sur un éventuel réchauffement de la planète (qui n’est d’ailleurs pas mieux démontré au plan scientifique et fort contesté). Quelques modélisations basées pour la plupart sur des données au mieux tronquées (et aux pire truquées), commanditées par les écoreligieux (et soutenues par des états … comme le Québec appuyé sur l’hydo-électricité ou l’Europe appuyée sur le nucléaire … qui produisent moins de CO2) mènent à des théories non démontrées, des conclusions fausses et des scénarios catastrophistes (forcément médiatiques). Et une stratégie à peine cachée de l’ONU de redistribution de la richesse sur la base de crédits carboniques.

    Pourtant plusieurs éléments contredisent ces théories fumeuses et vous pouvez trouver une abondante et sérieuse littérature avec une peu de recherche. Il m’apparaît dangereux et délérère de promouvoir le gaspillage de centaines de milliards de dollars pour poursuivre des chimères. En dilapidant ces sommes non-négligeables à lutter contre des problèmes imaginaires et sans espoir de résultats tangibles (et encore moins de preuve de la plausibilité de tels résultats), on privera la population de soins de santé, d’éducation, de nutrition, de services de toutes sortes et aussi de lutte contre la vraie pollution, afin de favoriser quelques entreprises privilégiées qui auront connu un véritable succès de marketing dans un monde de plus en plus crédule et de moins en moins informé.

    Dommage et risqué.

  7. rtremblay dit :

    M. Paul Septique ça sent mauvais votre argumentaire !
    Donné très peu fiable, cueillette de cerise, science molle : c’est le niveau de votre dernière intervention.

    Simple question : qu’elle était le niveau de CO2 atm. en 1600 ?

    après avoir répondu, comprenez vous pourquoi votre argumentaire est boueux ?

    de plus comment se fait-il que M Rex ne comprends pas que des villes moins ‘diésel’, moins charbon ou moins essence serait des villes moins bruyantes, moins sales avec une meilleure qualité d’air et avec une population en meilleur santé ?

    • Paul S. Eptick dit :

      Monsieur Rejean Intégral,

      cc. : Mr. Guillaume Différentiel

      Données très peu fiables ? Pourquoi ?
      Parce que les annales, les registres publics, les observations de tous les contemporains, n’ont pas pu être revus, corrigés et récurés par les ajusteurs accrédités du GIEC ?

      La science molle ? Pourquoi ?
      Parce qu’elle est à la portée de tous, sans le recours imposé à l’interprétation par des journalistes activistes climato-hystériques ?

      Cueillette de cerises ? Au contraire.
      Au lieu de considérer seulement la période s’étendant de 1850 à 2021, je l’avais prolongée jusqu’à 1600 (le creux du Petit âge glaciaire) et on pourrait le faire, jusqu’à 950 (le début de l’Optimum climatique médiéval) ou jusqu’à l’Optimum climatique romain, 1000 ans plus tôt.

      En suivant la logique pétrophobiste de M. Réjean, entre l’an 950 et 1250 (l’Optimum climatique médiéval), les forgerons (y avait-il d’autres activités artisanales / pré-industrielles aussi « énergivores » ? (*)) devaient brûler du charbon en quantités “industrielles” et ils ont dégagé énormément de CO2. Ce gaz honni s’est différentiellement accumulé dans l’atmosphère selon la recette durable de M. Guillaume.

      Cela avait causé un Réchauffement Climatique Anthropique considérable, augmenté les récoltes et permis la construction de cathédrales, ainsi que l’occupation de Groenland par les Vikings.

      Éventuellement, les jeunes de l’époque se sont mis en skolstrejk permanent et les forgerons ont été contraints à diminuer la production de fers à joual.
      Alors, la température a plongé, les Vikings ont fui la Terre Verte, les glaciers bénis ont progressé partout, y compris dans les montagnes autour de la Méditerranée et le patinage sur le fleuve est devenu la mode à Londres.

      Vers 1600, des forgerons impénitents irresponsables ont recommencé à brûler le charbon et on avait ouvert des forges plus importantes.
      Vers 1750 (cent ans avant le début de l’Ère industrielle) les glaciers permanents en Europe et en Afrique du Nord ont déjà reculé et cette tendance s’est accentuée par la suite.

      Tout cela, des faits vérifiables et, étant donné leur grand nombre, non-normalisables / escamotables par les climato-révisionnistes à la solde du GIEC.

      Pourquoi nier l’évidence ?
      Le climat change et avait toujours changé, sans l’intervention de l’homme.
      Même, le taux de changement à la hausse et à la baisse, pouvait être aussi rapide que maintenant. L’étude au moyen de « proxies » avec les erreurs inhérentes ne permet pas de démontrer le contraire.

      Si vous voulez vraiment inclure le CO2 dans la discussion, alors l’évidence s’impose d’elle même :
      ΔT↑ –> Δ[CO2]↑ . Pas le contraire !
      Donc, pas d’effet de serre en tant que le « driver » climatique, seulement un phénomène physique contributif.

      Cela se vérifie par la lecture de mesures ou par le Calcul différentiel et intégral en mettant T = f1(t) et [CO2] = f2(t), ensuite en dérivant par rapport au temps et en constatant qu’en tout temps les points d’inflexion de la courbe de température T, ont précédé dans le temps ceux de la courbe de la concentration atmosphérique en gaz carbonique [CO2].
      D’où : ΔT↑ –> Δ[CO2]↑ et ΔT↓ –> Δ[CO2]↓ .

      Quand la Science parle, il faut l’écouter !

      Lâchez pas la pétaque,
      Paul S. Eptick

      (*) : Il ne faut pas oublier les charbonniers qui carbonisaient du bois en faisant de la boucane. De quoi précipiter le RCA médiéval.

      • rtremblay dit :

        Plusieurs faussetés :

        « Données très peu fiables ? Pourquoi ?
        Parce que les annales, les registres publics, les observations de tous les contemporains, n’ont pas pu être revus, corrigés et récurés par les ajusteurs accrédités du GIEC ? »

        Des observations aléatoires par quelques personnes (historien ou autres) pour des périodes de temps non définies, interprétés par des climato-septiques, aucun processus scientifiques pour l’analyse de ces informations.

        « La science molle ? Pourquoi ?
        Parce qu’elle est à la portée de tous, sans le recours imposé à l’interprétation par des journalistes activistes climato-hystériques ? »

        Si vous mettez tous le monde dans le même bateau c’est vous qui faites de la science molle, très molle !

        « Cueillette de cerises ? Au contraire.
        Au lieu de considérer seulement la période s’étendant de 1850 à 2021, je l’avais prolongée jusqu’à 1600 (le creux du Petit âge glaciaire) et on pourrait le faire, jusqu’à 950 (le début de l’Optimum climatique médiéval) ou jusqu’à l’Optimum climatique romain, 1000 ans plus tôt. »

        oui effectivement cueillette de cerise car vous prenez seulement des données locales pour interpréter des mesures qui devraient être global.

        « En suivant la logique pétrophobiste de M. Réjean, entre l’an 950 et 1250 (l’Optimum climatique médiéval), les forgerons (y avait-il d’autres activités artisanales / pré-industrielles aussi « énergivores » ? (*)) devaient brûler du charbon en quantités “industrielles” et ils ont dégagé énormément de CO2. Ce gaz honni s’est différentiellement accumulé dans l’atmosphère selon la recette durable de M. Guillaume. »

        comme vous n’avez pas répondu à ma question de la teneur en CO2 de l’atmosphère en 1600, je vous indique que vous ne pouvez pas comparer l’effet des émissions avant l’ère industrielle et aujourd’hui puisque que le taux de CO2 a été relativement stable avant 1850 depuis plusieurs centaines d’années auparavant alors que depuis 1850 à aujourd’hui c’est passé de 280 à plus de 400 ppm. au moyen âge les émissions étaient équilibrés avec la prise en charge naturelle alors qu’aujourd’hui ce n’est plus le cas !

        « Cela avait causé un Réchauffement Climatique Anthropique considérable, augmenté les récoltes et permis la construction de cathédrales, ainsi que l’occupation de Groenland par les Vikings. »

        Autres interprétations biaisées… une histoire répétée sans analyse sérieuse

        « Éventuellement, les jeunes de l’époque se sont mis en skolstrejk permanent et les forgerons ont été contraints à diminuer la production de fers à joual.
        Alors, la température a plongé, les Vikings ont fui la Terre Verte, les glaciers bénis ont progressé partout, y compris dans les montagnes autour de la Méditerranée et le patinage sur le fleuve est devenu la mode à Londres.
        Vers 1600, des forgerons impénitents irresponsables ont recommencé à brûler le charbon et on avait ouvert des forges plus importantes.
        Vers 1750 (cent ans avant le début de l’Ère industrielle) les glaciers permanents en Europe et en Afrique du Nord ont déjà reculé et cette tendance s’est accentuée par la suite. »

        Ça prouve quoi cette cueillette de cerise ?

        « (*) : Il ne faut pas oublier les charbonniers qui carbonisaient du bois en faisant de la boucane. De quoi précipiter le RCA médiéval. »

        Toujours aussi vide comme commentaire , marginal , très marginal. Est-ce que vous bâtissez une théorie sur la base des charbonniers ??? ben voyons soyez sérieux !!!

  8. Paul Q. Craintlepire dit :

    Dr. Greta me procure la comparaison calmante : quand je regarde ses yeux, elle me rassure.
    Je ne suis pas aussi déséquilibré que cette personne très influente pour notre avenir collectif.
    Nous voilà, à un pas de l’abîme que ces bibittes ont laborieusement creusé pour nous.

    Que penser de son argumentaire concis et précis, résumé en trois mots : « bla-bla-bla » ?

    “ Greta Thunberg takes aim at climate platitudes: ‘All we hear is blah blah blah’ “

    Je ne savais pas que les dropouts avaient leur sommet climatique « Pre-COP26 » : « Youth4Climate summit ».

    Le skolstrejk n’est pas assez dans ce cirque de propagande ridicule !

  9. rtremblay dit :

    https://duberger.me/2021/09/26/une-autre-lettre-ouverte-a-lombudsman-de-radio-canada/#comment-290091

    Mais qu’il est ennuyant avec une voix désagréable cet « humoriste » d’une autre époque ! presqu’autant que la chèvre favorite de Paul S…..

    Par ailleurs, ne vous méprenez pas je comprends très bien que la nature (les plantes, les arbres, mais aussi les microorganismes du sols et des océans) peuvent absorber temporairement le CO2.

    Mais le déséquilibre causé par un surplus d’émission de CO2 fait en sorte que la concentration dans l’atmosphère est en augmentation… + 3 ppm /an.

  10. Martin Guevremont dit :

    Je sais pas si un croyant de réchauffement est capable d’expliquer ceci dans cet article?? Bonne chance…..

    https://www.seattletimes.com/nation-world/south-pole-posts-most-severe-cold-season-on-record-an-anomaly-in-a-warming-world/

    • Paul dit :

      À propos de l’article, monsieur R. Tremblay dirait probablement ceci (voir son intervention un peu plus haut) : « Des observations aléatoires par quelques personnes (historien ou autres) pour des périodes de temps non définies, interprétés par des climato-septiques, aucun processus scientifiques pour l’analyse de ces informations. ».

      Pour ses semblables, la Science a parlé et les observations contraires au dogme officiel ne sont pas admissibles.

      Selon le script qu’ils retransmettent : l’Antarctique ne subit aujourd’hui qu’un soubresaut météorologique.

      Ensuite, si l’été indien avait le malheur (ou le bonheur, c’est selon) de s’allonger de quelques jours, ou être plus chaud que d’habitude, ce serait la preuve du réchauffement climatique causé par l’homme.

      • rtremblay dit :

        Réchauffement global est tout à fait compatible avec changement climatique fluctuant de manière temporaire et local.

        La cueillette de cerise se fait pour chacune des quatre saisons de l’année des climato-sceptiques.

        Sachant que l’antarctique est immense et que le nombre de station météo est plutôt réduite il faut se garder une petite gêne avant d’affirmer que tel observation va à contresens de l’observation générale.

      • Paul dit :

        Bonjour monsieur Rejean,

        Dans ce cas ci vous avez raison sur le principe.

        Avec un système global à inertie élevée, les tendances climatiques devraient être considérées sur une base de quelques dizaines d’années, pas d’une année, ni d’un rapport de GIEC à un autre (5 à 7 ans), ou d’un feu de brousse australien à une inondation en France.

        Mais comment concilier la nécessité d’imposer le sentiment de panique relié à une supposée Urgence climatique et le recul nécessaire à un travail scientifique d’observation (pas de simulation sur ordinateur) bien fait ?

        Je vous souhaite une Action de Grâce pacifiante.
        Paul

        N.B. : Quand on parle d’inertie élevée, il ne s’agit pas seulement de l’atmosphère et de la masse d’eau terrestres, mais aussi d’irradiance solaire et de variations de l’héliosphère.
        Les fluctuations solaires ont leur signature sur les changements climatiques avant le début de l’Ère industrielle et aussi pendant :

        Ref. : “ Evidence-Based Climate Science – Data Opposing CO2 Emissions as the Primary Source of Global Warming “
        ‘Chapter 14 – Cause of Global Climate Changes: Correlation of Global Temperature, Sunspots, Solar Irradiance, Cosmic Rays, and Radiocarbon and Berylium Production Rates’

  11. Paul dit :

    Monsieur Guillaume pratique la défense préemptive (https://duberger.me/2021/09/26/une-autre-lettre-ouverte-a-lombudsman-de-radio-canada/#comment-289447) :
    « J’entends déjà les objections de certains : ce CO2 provient des océans qui se réchauffent ! Eh bien non car le pH des océans diminue. Mauvaise réponse. »

    Et le corollaire de cette acidification devrait être la disparition du corail qui aurait de la difficulté à se trouver du carbonate de calcium.

    Eh bien, la Grande barrière de corail se porte bien aujourd’hui, malgré les fluctuations du passé :
    « Great Barrier Reef’s record coral cover isn’t the story scientists ‘want to talk about’ »

  12. rtremblay dit :

    https://www.nobelprize.org/prizes/physics/2021/press-release/

    Parlant de publications sérieuses revues par les paires.

    Trois chercheurs qui ont consacré leurs carrières à mieux comprendre la science du climat.
    L’académie des sciences de Suède attribue ce prix…
    Commentaire : ce n’est certainement pas un scientifique de clintel sous ces apparat de rigueur qui pourrait recevoir ce type de prix.

    Bravo à la science !

    • lucbmenard dit :

      …la SCIENCE, c’est aussi cela :

      https://www.einpresswire.com/article/534591367/noaa-declares-2020-the-second-hottest-year-on-record-a-very-close-second

      … il y a d’AUTRES EXPLICATIONS SCIENTIFIQUES à lire sur le sujet…

      par exemple: The photochemistry of gas molecules in Earth’s atmosphere determines the structure of the atmosphere

      ici: https://www.youtube.com/watch?v=WIlr0lGVv-g

      … on apprend que l’effet de serre (le vrai) est l’AFFAIRE des différentes couches atmosphériques (stratosphère, ionosphère) dont le réchauffement se fait par en haut (soleil) que par en dessous, sinon les corps noirs à la surface (le CO2 avec absorption de seulement 16% d’IR n’a pas l’énergie pour dissocier les molécules… et relâcher de la chaleur comme le font les rayons UVB (p.ex.par la formation de l’ozone de haute et basse altitude).

      https://ozonedepletiontheory.info/ozone-depletion/

      La théorie de la destruction de la couche d’ozone par les CFC et les volcans une théorie capable d’expliquer à cout, moyen et long terme les changements climatiques passés, présents et à futurs sur la TERRE.

      Voir l’explication ici: (observé les remontées de températures selon la hauteur de l’atmosphère)

      • rtremblay dit :

        J’aimerais bien avoir plus d’argument solide de votre part M. Luc.

        Mais pour ma part cette théorie est basée un premier fait non fiable et faux.

        le fameux plateau de l’évolution du TMAG de 98 à 2013.

        C’est démontré clairement une évolution constante du TMAG depuis 1960 à aujourd’hui…. marche d’escalier ou pas.

        Je suis ouvert à poursuivre ma réflexion si vous amenez des arguments intéressants et appuyés de publications sérieuses… pas juste des sites internet.

      • Paul R. Éaliste dit :

        M. Tremblay apporte un « argument solide » de son cru :
        « le fameux plateau de l’évolution du TMAG de 98 à 2013.
        C’est démontré clairement une évolution constante du TMAG depuis 1960 à aujourd’hui…. marche d’escalier ou pas. ».

        Pourtant les mesures par ballons – sondes et le modèle russe INM-CM4, disent autrement (ref. Dr. John Christy, ci-après) :

        Je parie que le déni du plateau par le pétrophobe est basé sur la chaleur cachée temporairement dans les océans et sur le tripotage de mesures produites par les bouées dérivantes Argos, trop précises pour les climato-activistes à la NOAA.

        Entre 1998 et 2013 des émissions massives du CO2 se sont ajoutées aux émissions passées (en pourcentage du total), mais la corrélation de TMAG avec le CO2 atmosphérique était en pause syndicale bien méritée.

        L’argument de Dr. Peter L. Ward, rapporté par M. Ménard, est basé sur des principes physiques tangibles au même titre que les arguments réchauffistes de scientifiques – suppôts du GIEC.

        Le tout est de déterminer le poids relatif de chacun de ces principes dans l’influence sur le climat. Celui, retenu par le GIEC pour supporter son action politique, est loin de faire le poids.

    • Paul S. Ceptick dit :

      Monsieur Tremblay se fait sibyllin : « Parlant de publications sérieuses revues par les paires. ».

      Veut-il être inclusif en soulignant que les dames « chercheures » siègent aux comités de lecture avec d’autres pairs masculins et les individus de provenance LGBTQ, même ceux du nouvel arrivage 2SLGBTQQIA++ ?

      Que les épouses des pairs se prononcent au même titre que leurs maris ?

      Ou tout simplement, veut-il nous apprendre qu’il faut avoir une sérieuse paire de cou*lles, pour affirmer le RCA, sans aucune preuve tangible, seulement sur la foi de la modélisation numérique ?

      Sans minimiser le travail des nouveau lauréats Nobel en Physique, récompensés “for groundbreaking contributions to our understanding of complex physical systems”, de preférence à d’autres scientifiques qui ont fait avancer la Physique, on pourrait citer le général De Gaule : « Des chercheurs qui cherchent, on en trouve. Mais des chercheurs qui trouvent, on en cherche. ».

  13. Paul S. Ceptick dit :

    Le fin praticien de la rigueur en toute chose claironne : « ce n’est certainement pas un scientifique de clintel sous ces apparat de rigueur qui pourrait recevoir ce type de prix. ».

    D’abord, s’il y avait un type, il y aurait d’autres prix du même ordre. Prix du Gala Artis ? Prix de l’Ordre du Mérite agricole ? Prix Greta Thunberg en Art hystérique ?
    Je croyais Nobel unique, donc convoité.

    Mais inégal dans le temps et sujet aux penchants de ses comités de sélection pour le signalement de la vertu et l’exercice d’influence politique.

    Le président Trump a directement négocié, par l’entremise de son gendre (pas du “Department of State”, truffé d’incompétents d’obédience obamiste (re. fiasco d’Afghanistan)), les Accords d’Abraham entre plusieurs pays musulmans qui finançaient et entretenaient le terrorisme islamiste et l’État d’Israël. Ces anciens adversaires collaborent maintenant activement dans plusieurs domaines d’intérêt commun. Ces accords ont une portée tangible sur la paix au Moyen Orient.
    Les USA n’ont pas entrepris aucun nouveau conflit armé sous l’Administration Trump et ont réduit considérablement leur participation à ceux en cours.
    Aucune chance que l’on pense à Trump, le pacifiste, avec le Prix Nobel de la Paix.

    Que l’on avait pourtant octroyé à Obama pour des beaux discours creux en 2009. Ce pire président US de l’histoire (maintenant remplacé à ce titre par son dauphin Biden) avait ensuite mis la Lybie à feu et sang et amené la montée du sanguinaire État Islamique au Moyen Orient.

    Le Prix Nobel de la Paix 2007 fut octroyé à GIEC et Al Gore pour encourager les divagations climatiques. Les prédictions pessimistes de ces comiques ne se sont pas réalisées.

    En prévision de la COP26, que l’on voudrait décisive dans la chimérique croisade contre le Climat et tout ce qu’il représente (le progrès et la domination de l’Occident), le comité Nobel a décidé de faire sa part en donnant une saveur climatique au Prix Nobel de la Physique.

    Dans les faits, on récompense la contribution de trois scientifiques à la production de l’outil principal de la Science climatique : la modélisation informatique.

    Laquelle ne va pas si bien, quand on considère sa performance réelle :

    Peu importe la performance, quand on parvient à faire passer les simulations farfelues pour la réalité et dans cela les influenceurs climato-hystériques sont passés maîtres.

    Le pétrophobe s’est exclamé : « Bravo à la science ! » (par simulation virtuelle dans son cas).

    Évoluera-t-il un jour pour dire : « Bravo à la science fondée sur les preuves ! » (“Evidence based Science”) ?

  14. rtremblay dit :

    Vos références sur ce graphique ?? la définition de l’échelle de l’axe des Y ? qu’elle est le paramètre évalué ? qu’elle est la méthode pour arriver à ce résultats ?

    Mon petit doigt me dit que la source est douteuse , très douteuse ! peu être même créer un « impaire »

    Mêler des histoires de Trump avec la science : totalement indigeste !

    Vous devriez essayer de lire et de comprendre les avancés que les trois nobelisés nous ont apportés !

    Ce Paul répète toujours la même rime comme son chanteur préféré Normand L’a.

    • Paul Clim Atorealist dit :

      Bonjour maître Tremblay,

      La constatation documentée de la très VASTE divergence entre les prédictions de l’anomalie de température tropicale par les modèles numériques climato-alarmistes et la réalité (observations par les ballons-sondes), est l’oeuvre du professeur John Christy.
      Ce dernier est hautement qualifié pour parler de ce sujet : « Dr John R Christy is the Distinguished Professor of Atmospheric Science and Director of the Earth System Science Center at the University of Alabama in Huntsville. ».
      (À noter : seulement le modèle INM-CM4 de l’Institut Russe de mathématiques appliquées à l’informatique s’approche de la tendance observée, soit la pente médiane de l’anomalie par rapport au temps.)

      Voici un aperçu condensé de la présentation du professeur au « Irish Climate Science Forum » :
      “ New presentation by John Christy: models for AR6 still fail to reproduce trends in tropical troposphere ”
      https://clintel.org/new-presentation-by-john-christy-models-for-ar6-still-fail-to-reproduce-trends-in-tropical-troposphere/

      La prestation complète du professeur Christy vaut la peine d’être vue :
      “ Dr John Christy: Testing Climate Claims – Update 2021 “

      Tout est basé sur les faits / observations et très bien expliqué, y compris la conclusion en rouge sur le graphique (concernant le forçage climatique postulé dans les modèles climatiques) : « The HYPOTHESIS FAILED (Rejected) ».

      Je ne vous suggère pas de couper le petit doigt qui s’est trompé sur toute la ligne (pas d’impair ici), mais seulement d’ouvrir vos yeux.
      Ce sont les modèles informatiques que l’on utilise comme la preuve absolue du RCA et, comme le démontre John Christy, on ne peut pas leur faire confiance.

      D. Trump n’a été invoqué que pour illustrer le biais politique chez Nobel.
      De même que le GIEC, B. Obama et A. Gore, qui sont encore plus éloignés de la Science que ne l’est celui qui indispose tant votre système digestif.

      Les comités Nobel, autant en ce qui concerne les sciences que la Paix, ne sont pas objectifs. Leurs choix reflètent leurs préférences.

      Le pétrophobe m’interpelle : « Vous devriez essayer de lire et de comprendre les avancés que les trois nobelisés nous ont apportés ! ».

      S’agit-il d’avances (de quoi ?) d’avancées ou d’avancements ? Pas la même chose.
      Quand on essaye de s’adresser à la raison, on utilise des termes précis.

      Quels travaux spécifiques, couvrant les méthodes numériques, développées par les trois nobelisés, faudrait-il lire et comprendre ?
      Aussi, sait-on quels « fudge factors » (multiplicateurs qui ajustent un mécanisme climatique, par rapport à un autre) sont associés aux sous-routines dérivées de leurs travaux et incluses dans les programmes de prédictions climatiques ?
      Les bases descriptives de systèmes complexes peuvent être cohérentes, mais leur application sans valeur.
      Car en informatique, toujours : “garbage in ==> garbage out”.

      Quand le Grand Norman nous berce de sa voix douce et chevrotante, il le fait dans le but de stimuler notre sens d’harmonie et réveiller nos souvenirs de pasteurs ébahis devant l’opulence d’un pré verdoyant.

      “ Do du do du de le – Normand l’amour “

      Mais pour comprendre cela il faut pouvoir apprécier la beauté de Nelligan, plutôt que les cabrioles statistiques de Tamino.

      Bonne journée cogitative,
      Paul Clim Atorealist

      • rtremblay dit :

        Et pourtant le collègue de J. Christy de UAH Roy Spencer redit à chaque mois sur son site internet :

        « The linear warming trend since January, 1979 is +0.14 C/decade (+0.12 C/decade over the global-averaged oceans, and +0.18 C/decade over global-averaged land). »

        https://www.drroyspencer.com

        et avant 1979 il n’a pas de donnée.

        mais les donnés terrestres (Berkerley Earth) montrent bien une progression constante depuis 1960 du TMAG.

        Démontrez moi que la théorie de J. Christy n’est pas biaisée par le choix de la période 98 à 2013 !

        Svp concentrez vous sur ce seul point.

        De mon côté je vais écouter la présentation que vous avez transmise, mais je doute fort qu’elle soit une théorie acceptée par les pairs.

  15. rtremblay dit :

    critique de la présentation de J. Christy.

    1) Une bonne partie de ces commentaires sont de nature politique. Pendant ce temps là il n’explique pas son point de vue scientifique.

    2) Le principe de mélanger « toute les couleurs pour nous révéler que ça donne du brun » ne prouve absolument pas son point de vue à propos de la modélisation qui ne fonctionnerait pas. il y a des vieux modèles, d’autres plus récents. Certains sont plus rudimentaires, d’autres plus élaborés. Ces travaux ont été revues par d’autres chercheurs dans le domaine de la modélisation. La science de la modélisation est en évolution et constante amélioration. Il y a une littérature scientifique à consulter avant d’élaborer d’avantage sur ce sujet… faites vos recherches avant de tirer des roches.

    3) La plupart des figures qu’il présente sont brouillonnes, avec des libellés d’axe des Y pas claire. Le standard dans une présentation claire c’est de présenter une figure par page… pas 3-4 comme il fait souvent. Ça fait en sorte que c’est incompréhensible. à 3 ou 4 reprises il n’est même plus certain des période (axe des x) qu’il fait référence….. mais « Any way » (croyez moi !!!)….. on passe à un autre sujet.

    4) Comme scientifique il s’abaisse à commenter des titres de journaux judicieusement choisie (cherry picking) ce qui rend sa présentation beaucoup moins crédible. Ça sent le biais d’interprétation à plein nez. On pourrait facilement pensez qu’il est à la solde de l’industrie du charbon ???

    5) Il s’associe avec R. Mckitrick …..un économiste… pas très crédible

    6) 6 versions des relevés de température UAH existent. Est-ce qu’on devrait conclure qu’aucune ne fonctionne si on suit son raisonnement ??

    7) Les données de UAH ne vont pas dans le même sens que les analyses que 6 autres groupes indépendants. devrait-on se fier à ces analyses dans ce contexte ?

    8) Je prétends que vous adhérez à ces opinions car celles-ci vont exactement dans votre ligne de pensée. Ça vous fait plaisir puisqu’il fait appel à vos émotions Paul. Pour ma part l’écoute de cette présentation m’indique plutôt de me méfier d’avantage de ces propos.

    En résumé la principale lacune de cet auteur : c’est d’utiliser le biais d’autorités…

    • Reynald Du Berger dit :

      rtremblay avec vos  » sont de nature politique…des titres de journaux judicieusement choisie ….qu’il est à la solde de l’industrie du charbon ? etc…  » Vous attaquez le messager en non le message. Revenons au fondamental : Vous affirmez l’existence d’un RCA significatif et même que l’action humaine EST le principal facteur. On vous demande de PROUVER votre affirmation. Si vous ne le pouvez pas, avouez-le honnêtement , ne tentez pas d’éluder ou de contourner ma question. IL est évident que vous ne pouvez pas car on a démarré la mesure des températures au point le plus froid des 10 derniers milliers d’années.

    • Reynald Du Berger dit :

      rtremblay… ne le prenez pas mal, c’est pour votre bien …. « faites vos recherches avant de tirer des roches. » deux fautes… deux petits coups de règle sur les doigts… on tire un traîneau, une voiture, on LANCE un objet… et la roche est un matériau comme le béton ou l’asphalte et non un objet .. on LANCE un CAILLOU et non pas une roche .

      • Rtremblay dit :

        Donnez des coups de règle sur les doigts n’est plus accepté.

        Votre directrice Mme La Rousse a inscrite cette note négative à votre dossier d’enseignant.

        De plus, comme linguiste, elle a vérifié si l’expression ‘tirer des roches’ était d’usage ?
        Elle me confirme que les deux mots ‘tirer’ et ‘roche’ sont utilisés correctement. L’expression ‘tirer des roches’ est aussi bien utilisée.

        https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/tirer/78185

        https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/roche/69670

        Mme Larousse inscrira également cette note négative à votre dossier : « Utilisation abusive de son autorité d’enseignant au détriment de l’analyse de la qualité de l’information présentée. »

        Note : Ce n’est pas le sens ‘géologique’ du mot ‘roche’, mais plutôt le sens commun de l’expression qui est utile dans ce contexte.

        Est-ce que je vous apprends l’expression québécoise ‘Tireux de roche’ et son origine d’une activité saguenéens débuté à Chicoutimi-Nord ? Issue d’une jalousie ou de la testostérone trop importante ?

        https://fr.wiktionary.org/wiki/tireux_de_roches

        « Parlant de me faire tirer des pierres, j’adore raconter le récit des Tireux de roches de Chicoutimi-Nord aux gens de l’extérieur. L’histoire dit qu’à l’époque de la construction du pont de Sainte-Anne, les jeunes hommes du secteur nord voulaient repousser les charmeurs de la rive sud, qui venaient courtiser les demoiselles de leur côté du Saguenay ! Du sommet des falaises surplombant la rivière, ils lançaient des roches aux indésirables prétendants. Comme quoi, même la culture locale se révèle parfois farfelue ! »

        Finalement c’est l’expression « L’arroseur arrosé » qui s’applique dans cet échange.

    • Reynald Du Berger dit :

      rtremblay. J’affirme qu’il n’existe aucune preuve d’un réchauffement climatique principalement anthropique et mets au défi tous les « chercheurs » de OURANO$$$$ ou d’université$$$$ qui contestent mon affirmation, d’en débattre avec moi publiquement et encore mieux, à Radio-Canada.

      • rtremblay dit :

        pouvez me dire quand, l’année de publication, du vidéo Youtube que vous m’avez référé ? pourquoi au fait l’avez vous retiré ?

      • Reynald Du Berger dit :

        rtremblay… . c est de cette année… je l ai enlevé car il me créait des problèmes d’accès à youtube premium

  16. lucbmenard dit :

    …je suis d’accord… il n’y a pas URGENCE… NI URGENCE CLIMATIQUE…

  17. Jacques dit :

    J’ajouterais: …ni urgence SANITAIRE. Le monde n’a pas plus besoin de politiques zéro carbone que de vaccins !

    • Reynald Du Berger dit :

      Jacques…. Climat et covid , deux sujets scientifiques qui n’ont rien à voir l’un avec l’autre. Ne tombez pas dans l’amalgame de mes tis-clins de CHOI Radio-X. Faites de la science et non de la politique et de l’émotion. On n’a pas idée du nombre de tis-clins majoritairement peu instruits et DE DROITE , auditeurs de CHOI Radio-X qui m’écoutaient et me félicitaient dans mes chroniques sur le réchauffement climatique au cours des dernières années. Ce que j’ignorais, c’est qu’ils se foutent totalement de la SCIENCE que j’expose , ils ne l’écoutent même pas, pourvu que j’arrive à la seule conclusion POLITIQUE qui leur plait  » le gouvarnement nous ment sur le climat, nous crosse et veut nous contrôler avec ses taxes de carbone, ses mensonges sur l’effet de serre gna gna gna « … Ces loustics n’ont rien à faire de la science. Ils ne s’y intéressent pas. En matière de COVID, avec ce que je sais de la science du covid surtout de mes lectures de revues médicales scientifiques à comités de lecture, je conclue que le gouvernement a raison et gère adéquatement la crise sanitaire ! Ça les met en colère « Du Berger est pu d’not bord ! C’tun traitre ! » et ils m’insultent ! NON! je ne mange pas le pain de CHOI radio-X sur la covid. Je laisse aux autres chroniqueurs et collaborateurs le léchage de bottes que je soupçonne parfois de mauvaise foi, et que les animateurs réclament afin de satisfaire cette partie importante de l’auditoire ignorant et mal informé. J’ai donc décidé de ne plus parler à CHOI Radio-X depuis plusieurs mois. J’ai deux chroniques hebdomadaires à des stations de radios moins populaires, mais qui acceptent que le climato-sceptique ne soit pas le covido-sceptique qu’on aurait souhaité à CHOI Radio-X.

  18. lucbmenard dit :

    … la terre tourne autour du soleil qui tourne au tour d’un centre galactique en 200 millions d’années.

    La galaxie de la voie lactée possède des bras spiralés ou se concentrent des milliards d’étoiles… un environnement plus chaud semble-t-il que les vides interstellaires intercalés entre ces bras…

    C’est donc dire que dans son voyage la terre rencontre des environnements plus ou moins chaud…

    Il y a deux cents millions d’années une remontée importante de la température a eu lieu avant que ne se produise il y a 65 millions d’années un déclin quasi continuel jusqu’à 500 000 ans environs. Puis, les quatre périodes de glaciations se terminant il y a plus ou moins 10 000 ans avec une remontée encore spectaculaire…

    Pensez-vous que la terre dans ce périple puisse à la fois se réchauffer et se refroidir?

    Ça me semble presqu’une évidence… Non!

  19. Paul dit :

    Bon matin Mtre Luc,

    En effet, notre système solaire n’est pas figé dans un bras de la galaxie et peut migrer vers un autre en fonction d’interactions gravitationnelles.
    Les molécules de gaz, présentes dans l’espace, probablement aussi. Elles sont très espacées, que ce soit dans un amas d’étoiles ou dans l’espace entre les bras en spirale.

    La température de ce milieu se situe autour de 3 ˚K. Même avec la mesure la plus basse connue (1.1 ˚K), la variation du flux d’énergie de rayonnement, proportionnel à (T1**4 – T2**4), serait trop négligeable pour affecter la TMAG du kamarade Tremblay. Encore moins que son effet de serre chéri.

    La variable significative, lors du périple cosmique serait l’influx de particules présentes dans le rayonnement cosmique et leur effet subséquent sur l’ensemencement de nuages, donc sur la réflectivité de l’atmosphère et le gain net.
    C’est une variable aléatoire qui dépend d’événements cosmiques lointains (même hors de la Voie Lactée), mais la probabilité de rencontrer un faisceau de rayons cosmiques pourrait être plus élevé dans un amas d’étoiles, mais pas nécessairement.

    J’avais lu qu’il y aurait un effet probabiliste concernant le rayonnement cosmique, fonction de la position de notre système solaire par rapport au plan galactique.
    Notre position fluctue : parfois nous sommes dans le plan, parfois au dessus, parfois au dessous.

    Il faut se rappeler que les rayons cosmiques sont éjectés aux deux pôles d’une super-nova et que ces particules, voyageant à vitesse très élevée, forment un faisceau de plus en plus divergeant (à cause de collisions avec le gaz interstellaire et intergalactique). Et ça peut venir de toutes les directions, d’où l’importance de l’effet bouclier offert par les systèmes solaires avoisinants.

    Quand ça passe, la quantité qui nous arrive dessus dépend de l’intensité fluctuante de l’héliosphère. D’où l’importance de cycles solaires que les suppôts scientifiques du GIEC négligent complètement.

  20. lucbmenard dit :

    ATTENTION : pour climato-septiques de l’impact des CFC, des VOLCANS, de la RÉDUCTION DE LA COUCHE D’OZONE et DU LÉGER RÉCHAUFFEMENT observé sur ces trois décennies, soit entre 1970 à 1998…

    ET SPÉCIALEMENT SEPTIQUE DE LA MARCHE : https://duberger.me/2021/09/26/une-autre-lettre-ouverte-a-lombudsman-de-radio-canada/#comment-300568

    AVEC RÉFÉRENCES SCIENTIFIQUES, ICI :

    https://agupubs.onlinelibrary.wiley.com/doi/epdf/10.1029/97JD02402

    La théorie de l’appauvrissement de la couche d’ozone du réchauffement climatique (ozonedepletiontheory.info)

    *note : l’important est de comprendre la  »petite » marche après 1998, mais aussi celles avant…(un indice, regardez du côté des volcans, sinon c’aurait été une LONGUE pente abrupte…mais je vous aide là…)

    -ENFIN, POUR CITER UN GRAND DU SPORT AU QUÉBEC : QUE L’ON AIME OU NON LA MARCHE,ÇA FAIT DU BIEN POUR LE CORPS ET L’ESPRIT (EN RÉF. AU DÉFIS PIERRE LAVOIE 2021…)

    • rtremblay dit :

      M. Ménard, J’ai bien indiqué l’évolution du TMAG sous la forme de marche d’escalier. Je suis un adepte de la marche … bon pour la santé mentale et physique.

      Mais petit indice le TMAG continue d’augmenter après 2013….

      Berkerley Earth a bien démontré que les volcans n’avait pas lien important pouvant expliquer l’évolution du TMAG…

      • Reynald Du Berger dit :

        rtremblay. on n’a ni inventaires et encore moins bilans pour les milliers d appareils volcaniques sur terre et continents… Personne ne peut démontrer ce que vous affirmez.

      • lucbmenard dit :

        …la réponse très courte… je n’ai pas beaucoup de temps pour élaborer maintenant… oui… mais pour d’autres raisons reliées au volcanisme cette fois (avant, c’était relié aux CFC, la réduction de la couche d’ozone et la formation d’ozone de basse altitude due à la pollution, les liens chimiques des molécules oxydées que les fréquences UVB peuvent défaire et produire de la chaleur, car ils sont 48x plus puissant que les IR et le CO2 qui en plus n’en captent que 16% donc incapable de photodissocier quoique ce soit… )… je l’ai dit… les volcans ont le double pouvoir, ce n’est pas un paradoxe, il y a des explications scientifiques… les volcans explosifs crachent des gigatonnes de matériaux faisant en sorte de couvrir et refroidir donc, effet négatif marqué sur la TMAG pendant quelques années (le Dr L. Ward mentionne en moyenne 3 ans…) puis, d’autres éléments chimiques en contact avec la couche d’ozone, p. ex., en l’amincissant, fera en sorte que les rayons UVB vont pénétrer davantage… les volcans effusifs quant à eux ont uniquement un effet réchauffant (TMAG ++), les explosifs, les deux effets (d’abord refroidissant, à cause des sulfures ou SO4 et de l’écran solaire qu’ils produisent, puis réchauffant dû aux chlore et brome, la destruction de l’ozone, et le refroidissement conséquent de la basse stratosphère… au profit du réchauffement sous-jacent… (ne pas oublier l’ozone de basse troposphère liée aux polluants et molécules oxydées, NO2, NOx, CO2, COv, etc…).

        Cette figure explique bien comment le volcanisme réduit la couche d’ozone…

        (voir la réf. scientifique du précédent post…)

      • rtremblay dit :

        à R. Duberger.

        les émissions en CO2 des Volcans vs les émissions anthropogéniques.

        https://www.climate.gov/news-features/climate-qa/which-emits-more-carbon-dioxide-volcanoes-or-human-activities

        http://ossfoundation.us/projects/environment/global-warming/myths/volcanoes-emit-more-co2-than-mankind

        https://phys.org/news/2019-10-humanity-emissions-times-greater-volcanoes.html

        https://skepticalscience.com/volcanoes-and-global-warming-intermediate.htm

        https://www.usgs.gov/natural-hazards/volcano-hazards/volcanoes-can-affect-climate

        Quelques sources d’informations qui sont crédibles, je le crois.

        Si cette information n’est pas crédible, il faut que le surplus qui s’en vas dans l’atmosphère provienne de quelque part ?

        Pour que le CO2 provienne de source sous-marine il faut l’entendre (c’est votre spécialité d’écouter vos sismographes)…. il faut nous montrer ces informations… ça prends plusieurs Pinatubo pour penser que ça se pourrait que les sources souterraines seraient significatives (plus que 1-2 % vs les émissions anthropogéniques).

        Me semble qu’on verrait un effet en surface des océans s’il y avait des sources importantes de CO2 submarines ? Ça aurait un effet plus important qu’un pet de soeur sucré 🙂 ??

      • Reynald Du Berger dit :

        rtremblay… j’affirme qu’on n’a pas d’inventaires ni de bilans fiables en CO2 et H2O des appareils volcaniques (terre et océans) .. alors désolé pour vos pénibles et laborieux googlages « volcans.. climat… bla bla bla  » je vous imagine la langue pendue au-dessus de votre clavier pour me sortir des articles que je soupçonne que vous n’avez même pas lus, encore moins compris.. et que je ne lirai pas non plus… à moins que vous me produisiez un tel inventaire et aussi BILANS de chacun de ces appareils…. Le BILAN varie énormément pour un seul volcan… j’ai vu celui de White Island quand je suis allé en N.Z et ai discuté avec plusisurs volcanologues… j’ai visité une demi-douzaine de volcans et je suis ingénieur géologue, et géophysicien… Combien de volcans avez-vous visités et étudiés ?

      • rtremblay dit :

        Berkerley Earth a démontré que les années Pinatubo, St-Helens, etc de gros volcans en activité n’avait pas d’influence significative sur l’évolution du TMAG.

      • Reynald Du Berger dit :

        rtremblay… Faux pour Pinatubo…. voyez les données. TMAG a baissé de façon significative.

      • lucbmenard dit :

        …Harvard et l’UQAC ont dit… ça ne veut rien dire… citer des études et références précises sur le sujets…je vais les soumettre au Dr P.L. Ward qui s’y connaît en volcans…on verra bien sa réponse… (…tout ça est déjà expliqué sur ces sites, ses études, son livre, ses conférences, etc …).

        …ces études, ci-haut, ne parlent pas une minute du CO2…
        …le problème, c’est l’ozone… sa réduction… et l’entrée des UVB, pénètrent quelques dizaine de mètres dans les océans (surtout arctique) et réchauffe l’eau…
        …aussi la couverture chauffante est moins « réchauffante… » , voir la variation au cours de la même époque…

        …SVP, oubliez le CO2, ça n’explique RIEN… consultez d’autres ouvrages scientifique s crédibles et expliquant les VRAIS CAUSES du très très léger réchauffement entre 1970-1998…

        …ce n’est pas un gaz à effet de serre…du moins extrêmement très très peu puissant…

      • Reynald Du Berger dit :

        lucbmenard…. quel est ce charabia ? quel est votre message ?

    • lucbmenard dit :

      M. Duberger,

      Je disais à M. Tremblay que même s’il dit Berkley a démontré… Berkley si … Berkley ça …on ne sait pas à qui ou quoi (quelle étude) il se réfère… Je veux qu’il cite et cible une ou des études précises et les références pour qu’on sache à quoi il se réfère pour supporter ses arguments… s’il en a…il est tellement focalisé seulement sur ce CO2 innocent qu’il ne voit pas autre chose…comme quelqu’un qui portrait des œillères…

      Il me demandait de fournir des arguments solides…ce que j’ai fait… je lui demande de faire la même chose…avec son supposé gaz à effet de serre…

      Pour faire un jeu de mots… c’est au deux hypothèses qu’il doit porter attention…pas seulement à celle du CO2… même si celle que je défend semble beaucoup plus plausible…

      J’espère que ça répond…

      • lucbmenard dit :

        … désolé de vous placer dans l’embarras Professeur Duberger…

        …quand quelqu’un se sert d’attaques personnelles, réputation, crédibilité, etc. pour en arriver à ses fins, je décroche…

        … cette hypothèse des changements climatiques, effet de serre et gaz à effet de serre est LOIN d’être démontrée, n’en déplaise… (il n’y a pas de preuves que l’effet de serre telle que décrite et le CO2 en tant que molécules absorbant es d’IR venant de la terre réchauffée par les puissants rayons UVB ne puisse la réchauffer d’en haut… c’est un non sens, une impossibilité physique (démontrée)… une vraie passoire, malgré l’augmentation depuis l’ère industrielle, qui ne capte qu’un infime pourcentage (16%) n’a aucun effet autant dire sur les autres molécules d’air qui l’entoure…

        …vos preuves sont faites, il me semble, avec TOUT votre « back ground » : votre contribution, ce que vous avez apporté aux individus et à la société…

      • lucbmenard dit :

        …avec Steven Guilbeault nommé à l’environnement…le gouvernement Trudeau qui avait déjà le doigt dans l’oeil (changements climatiques et cie.) risque fort de se l’enfoncer jusqu’à coude …

        …mais donnons la chance au coureur…

        …qui n’a jamais changé d’avis…

        Patrick Moore, p.ex. , en tant qu’ex président de GP, s’est très bien exprimé à ce sujet…

  21. rtremblay dit :

    https://duberger.me/2021/09/26/une-autre-lettre-ouverte-a-lombudsman-de-radio-canada/#comment-302301

    en réponse :

    1) Faire le choix des mots clefs et la recherche ça n’a pas été très longs …. 30 sec à 1 minutes.

    2) Les cinq premières références sortie par google m’ont semblé fiable : quelques minutes pour m’assurer que les sources fiables (auteurs ou organismes reconnus).

    3) Lire chacun des cinq sites : environ 10-15 minutes. J’ai vérifié que la conclusion et le titre était cohérent. Que les énoncés et les informations étaient claires.

    4) Écrire mon post et mettre les références : 5 minutes.

    Si vous croyez gagner de la crédibilité en jouant sur votre réputation mais en ne lisant pas les points que j’amène et qui sont supportés par des organismes ou des auteurs qui ont été étudié la question : c’est votre choix ! Mais je ne crois pas que USGS sont des nulles sur cette question des volcans….

    Pour ma part, en ce qui concerne votre réponse, j’y vois de la paresse ou encore un soupçon de mauvaise foi.
    Preuve : mon envoie à 6:09, votre réponse à 6:19 ça en dit long sur votre effort à fournir une réponse adéquate.

    • Reynald Du Berger dit :

      rtremblay… ce sont à mes pairs , les géophysiciens comme moi , et non à vous ou aux auditeurs de mes chroniques , que revient le droit de juger de ma crédibilité sur un domaine 100% scientifique et constituant une partie de la géophysique qu’est l’étude de l’atmosphère. Je vous ai posé la question fondamentale qui consiste à vous demander de prouver votre affirmation d’un RCA prépondérant , et vous avez toujours éludé la question , comme un mauvais élève à l’oral. Une de mes chroniques s’appelle le moustique qui pique – je passe au travers du moustiquaire et bourdonne à l’oreille du dormeur.- Je suis aussi pitbull car je ne lâche pas le morceau aussi longtemps que je sens de la mauvaise foi exprimée par des tentatives d’éluder mes questions. Convenez que je pose davantage de questions que d’affirmations.

comment éliminer un abonné indésirable ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s