LA TRANSHUMANCE DU 1ER JUILLET

Publié: 30 juin 2019 dans Uncategorized

troupeau moutons merinos

La transhumance, du latin trans (de l’autre côté) et humus (la terre, le pays), est la migration périodique d’une part du bétail (bovidés, cervidés, équidés et ovins) de la plaine vers la montagne ou de la montagne vers la plaine, d’autre part des abeilles d’une région florale à une autre, et ce en fonction des conditions climatiques et donc de la saison. Malgré leur faible Q.I., les moutons évitent de transhumer quand il pleut.

Il existe aussi une transhumance humaine et elle a lieu le 1er juillet de chaque année, peu importe la météo. Elle est culturelle et n’existe qu’au Québec. Elle répond à un instinct grégaire qui contrôle tous les individus du troupeau, qui les porte à n’adopter que des comportements sociaux uniformes et synchrones, souvent opposés à ceux des autres espèces des territoires voisins, lesquels ont tendance à adopter des comportements très variés, asynchrones,  et individuels plutôt que collectifs.

Des individus du troupeau québécois les plus forts (physiquement mais pas nécessairement intellectuellement) obéissent aussi à une deuxième transhumance annuelle qui les pousse à abandonner le troupeau pendant deux semaines à la fin de juillet. C’est la transhumance dite de « la construction ». Ce troupeau  encombre alors les routes avec de longues processions de camping cars, telles des chenilles fuyant le chaleur. Aux premiers gels de l’hiver, la plupart des individus abandonnent encore le troupeau pour entrer dans une longue période de léthargie -appelée chômage- , une sorte d’hibernation, durant laquelle la nourriture leur est fournie par les individus du troupeau les plus vaillants qui continuent à butiner et à travailler à longueur d’année.

Les généticiens, éthologues et anthropologues se penchent sur le problème. Nul doute que ce phénomène insolite fera l’objet d’un reportage dans un « magazine » scientifique de Radio-Canada.

commentaires
  1. Agirard dit :

    Et le BS sera attribué aux changements climatiques. Fais trop chaud pour travailler !

  2. Paul S. dit :

    Le prof constate : “Il existe aussi une transhumance humaine et elle a lieu le 1er juillet de chaque année, peu importe la météo. Elle est culturelle et n’existe qu’au Québec.”

    Tout troupeau a besoin de son Berger pour arriver au bon champ sans se disperser.

    Quand les vrais pasteurs se font rares, on se contente d’un Du Berger pour tenir les loups loin du troupeau.

  3. Paul S. dit :

    On dirait que le Berger reprend du service : https://radiox.com/contenu/reynald-du-berger-prouve-que-les-m%C3%A9dias-d%C3%B4miens-sont-des-usines-%C3%A0-fake-news

    La Greta québécoise présentée par monsieur Maurais au berger parle le bouche-molle et elle n’est pas capable de former des phrases cohérentes. Mais elle représente la bonne cause de notre gauche caviar.

    Tout comme la vraie Greta, dite le Mauvais-Œil, cette demeurée ridicule rêve de parasiter la société à vie, à travers des organismes subventionnés et éventuellement en tant que politicienne.

    Dans le même ordre d’idée, le super-parasite Stievent Guilbeault vient de s’attacher à la tétine libérale : https://www.lapresse.ca/actualites/politique/201907/10/01-5233489-steven-guilbeault-officiellement-candidat-liberal.php
    Non seulement l’avons nous payé au moyen de subventions directes et indirectes depuis des décennies, mais nous lui payerons éventuellement aussi son fond de retraite doré de député.

    La verdure nourrit des troupeaux transhumants du bon berger et la verdoyance engraisse des ordures.
    Béni soit le CO2 !

    • Guillaume dit :

      Eh bien oui ! Le prof Belzé Buth (dixit D. Maurais) nous offre une bonne dose d’humour dans Maurais-Live ! Ça fait toujours du bien de rire un peu ! Et ça sera maintenant sur une base hebdomadaire, j’ai déjà hâte au prochain chapitre !

      Tout d’abord, même si le sort des ours polaires n’est certainement pas l’enjeu le plus important des changements climatiques, il faut mentionner que Susan Crockford, experte auto-proclamée des ours polaires (!) n’a publié aucun article scientifique à ce sujet, a été financée par le Heartland Institute et qu’elle a « zéro crédibilité » sur le sujet, selon les vrais experts en la matière, dont le Canadien Ian Stirling.

      https://thenarwhal.ca/polar-bears-chosen-bizarre-symbol-deny-climate-change-scientists-say/

      Ensuite, la NOAA confirme que juillet 2019 est le mois le plus chaud jamais enregistré.

      https://www.noaa.gov/news/july-2019-was-hottest-month-on-record-for-planet

      Le professeur essaie de nous endormir avec ses histoires de capitaines de navire trop souls pour remonter une chaudière d’eau convenablement… Or, la NASA a récemment publié une étude qui confirme que les mesures de températures des récentes décennies sont précises à 0.05 dg C, et à 0,15 deg C si on remonte à 1880, démontrant, hors de tout doute raisonnable que la température moyenne a augmenté de façon significative depuis 1880.

      https://www.nasa.gov/feature/goddard/2019/gistemp-warming-trends-greater-than-data-uncertain/

      Au passage, jusqu’à nouvel ordre, aucun phénomène naturel ne peut expliquer cette augmentation. Seul l’augmentation du CO2 émis par l’homme le peut.

      FAKE NEWS !!!

      Guillaume

      • Reynald Du Berger dit :

        j’ai déjà hâte au prochain chapitre ! »……… ce sera demain et je rendrai hommage à celle que vous admirez et qui raconte exactement ce que vous racontez… Greta !

        « des récentes décennies sont précises à 0.05 dg C, et à 0,15 deg C si on remonte à 1880… » …….montrez-nous comment les capitaines Morgan et Haddock mesuraient les températures avec cette précision…

        « aucun phénomène naturel ne peut expliquer cette augmentation »…….. demandez à un gosse de 5 ans « qu’est-ce qui te réchauffe ? le soleil ou le 4×4 de papa ?  » je vous suggère de googler les mots expérience CLOUD Genève… CNRS…

      • Paul S. dit :

        En demandant “…….montrez-nous comment les capitaines Morgan et Haddock mesuraient les températures avec cette précision…”, le prof doute du jugement de celui qui a pris pour de l’argent comptant l’affirmation d’activistes qui pullulent à la NASA.

        Primo : Des instruments de mesure de température, plus précis que les colonnes de mercure, ont bien été inventés vers le milieu du dix-neuvième siècle.

        Deuxio : Les capitaines pouvaient, à cette époque, recueillir les échantillons d’eau le long de leur parcours maritime et ensuite entreposer les chaudières à la cale. À l’allée, comme au retour.

        Tertio : Au terme du voyage, le capitaine Morgan faisait porter ses seaux au Royal Observatory à Greenwich et le capitaine Haddock expédiait les siens au Bureau international des poids et mesures à Sèvres. Là bas ils étaient parfaitement équipés pour mesurer la température des échantillons avec la précision stipulée par la NASA.

        CQFD

      • Paul dit :

        Monsieur Guillaume,

        En disant “Au passage, jusqu’à nouvel ordre, aucun phénomène naturel ne peut expliquer cette augmentation. Seul l’augmentation du CO2 émis par l’homme le peut.”, vous vous auto rassurez.

        Vous devez aussi continuer à croire que nécessairement l’augmentation de la température suit l’augmentation de la concentration du gaz carbonique dans l’atmosphère.

        Est-ce toujours sur la foi de l’étude de Jeremy Shakun ?
        Cette dernière n’est qu’une vaste spéculation (modélisation des variations de la circulation des courants atmosphériques et marins au passé lointain), basée sur des données trop dispersées, peu nombreuses (pour être extrapolées au globe entier et sur plusieurs millénaires), mal ancrées dans le temps, approximatives et même contradictoires.
        Avec l’erreur cumulative, l’étude prouve n’importe quoi et son contraire.

        La seule chose que l’étude de Shakun illustre très bien, c’est qu’un comité de lecture n’est pas un gage de qualité du travail fait par les auteurs ni de la plausibilité des conclusions, seulement de la conformité à un courant de pensée.

        Êtes vous certain que la NOAA avait bien vérifié, avant de faire leur affirmation attendue et prévisible, que leur “dataset” ne contenait pas la “dichotomie” impossible, soit ΔT↑ –> Δ[CO2]↑ ?

        Quant aux nounours polaires, les avis divergent, et selon les régions, la qualité d’estimés de leur population varie énormément.
        Se pourrait-il qu’ils mangent tous à leur faim sur une banquise de taille réduite en autant que les phoques restent nombreux, dodus et succulents ?

        Sereinement,
        Paul

      • Reynald Du Berger dit :

        @Guillaume et rtremblay : Ne cherchez plus… il n’y a AUCUNE corrélation entre émissions humaines de CO2 et TMAG…. Par contre on vient de présenter à votre grande idole Greta qui arrive à N.Y. ce graphique des tarifs postaux américains vs TMAG… du coup elle a décidé de faire un sit in devant le premier bureau de poste américain avec une pancarte réclamant l’abolition des tarifs postaux !https://antidismal.blogspot.com/2009/05/real-cause-of-global-warming.html

  4. Paul dit :

    Le prof continue à éduquer les masses : https://radiox.com/contenu/du-berger-%C3%A0-la-d%C3%A9fense-de-maxime-bernier-la-rectitude-politique-m%C3%A8ne-le-monde

    Et il le fait très bien, dans une kyrielle de matières.
    Le professeur Du Berger devrait être inscrit sur la liste d’intervenants réguliers et obligatoires dans les écoles québécoises, autant en Éthique et culture religieuse, qu’en sciences de toutes les sortes.

    J’ai aimé en particulier son explication de l’effet de (ou di ?) Caprio-lisse.

    J’aurai une question pratico-pratique sur ce sujet :

    – Pendant le voyage inoubliable de Plymouth à New York de la divine Greta Thunberg, son père était le préposé aux bécosses (sur un petit bateau tout le monde participe).
    – De l’explication savante du prof je retiens que, lorsque Svante retirait le bouchon du fond de la cuvette profonde pour nourrir les baleines, la fange fécale accumulée se mettait en mouvement giratoire sous l’Effet de Caprio-lisse.
    – Est-ce que le taux de changement de la vitesse angulaire était plus élevé au départ à Plymouth (50.3755° N, 4.1427° W) ou à l’arrivée à New York (40.7128° N, 74.0060° W) ?
    – Si Greta poursuivait son voyage vers Chili en voilier, directement sur l’équateur, le tourbillon fécal ferait quoi ?
    – La même question au large de Santiago de Chile.
    – Enfin, où faudrait il être sur le globe pour que le tourbillon déborde et que Svante reçoit dans la face ce qu’il mérite ?

    Je conçois que le problème est fort complexe, alors le prof ne devrait pas se gêner pour obtenir de l’aide :
    – De notre scientifique résident, en raison du niveau “postdoc” de la mécanique des fluides en jeu.
    – De notre ingénieur agro-alimentaire, en raison de la composition du mélange boueux en question.

comment éliminer un abonné indésirable ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s