LA « MARCHE POUR LE CLIMAT »

Publié: 10 novembre 2018 dans Uncategorized

image

Il y a ce samedi à Montréal une « marche pour le climat ». Si des gens marchent pour une chose qu’ils appellent « le climat » , se pourrait-il qu’il existe des gens qui soient contre ce climat ? Et qui seraient aussi contre les couchers de soleil? Je suis un scientifique et si j’étais dans cette marche j’aurais des questions de nature scientifique à poser à ces manifestants qui prétendent vouloir protéger une chose laquelle je ne suis pas certain qu’ils connaissent et comprennent. Et protéger ce climat contre quoi? Ou contre qui?

La Terre n’a pas de climat. On ne peut donc pas parler du climat de la Planète. Le climat est une notion régionale et non globale. On peut en donner une définition simple en disant comme mon collègue géophysicien Vincent Courtillot, que c’est la moyenne sur une trentaine d’années du temps qu’il fait dans une région. Et ce temps qu’il fait, c’est non seulement la température, mais aussi le degré d’humidité, les vents, les précipitations, les événements météorologiques normaux ou « extrêmes » comme nous ânonnent les alarmistes.

Vous seriez probablement surpris des réponses à mon vox pop à ces manifestants si je leur posais les questions suivantes :

1- Vous manifestez pour « le climat »… c’est quoi « le climat » ?

2- Prétendez-vous qu’il est menacé? Et si oui, par quoi ou par qui et comment ?

3- Quelles sont les observations scientifiques sur lesquelles vous basez vos craintes ?

4- Comment expliquez-vous le fait que la température moyenne annuelle globale stagne ou augmente à peine depuis les 20 dernières années, en dépit du fait qu’on a émis plus de 40% de toutes nos émissions de CO2 durant ces mêmes 20 années?

5- Qu’appelez-vous « effet de serre »?

6- Quel est selon vous le « gaz à effet de serre » les plus important ?

7- La sensibilité climatique, ça vous dit quelque chose ?

Je pourrais en allonger encore pas mal et confondre la majorité de ces manifestants qui ont une grande charge émotive pour l’environnement et pensent que leur planète est en danger, mais sont incapables d’énoncer le moindre argument scientifique sur lequel ils pourraient asseoir leurs craintes (à part celui du pseudo-consensus qu’on leur serine dans les médias) …et c’est très triste. Comment des gens peuvent-ils sortir dans la rue pour manifester sur un sujet essentiellement scientifique dont ils connaissent presque rien et dont ils prétendent que leur survie et celle de leur planète dépend ?

Publicités
commentaires
  1. Alain Girard dit :

    Pour eux, pas besoin de se poser des questions, c’est indiscutable car tous les scientifiques l’affirment…😁

    Je me souviens, en troisième année, j’avais demandé au prof qu’elle preuve il y avait de l’existence de Dieu. Il m’avait dit que la preuve était l’univers qu’il avait créé…et j’ai eu droit à une rencontre avec le Père Normand, un bon Capucin qui m’a grondé et menacé des flammes éternelles si je doutais de l’existence de Dieu. Il me conseilla de prier pour sauver mon âme…un accident est vite arrivé, alors mieux vaut être prêt 😁

    La nouvelle religion est l’environnement. Crois et ferme ta yeule…

    • Reynald Du Berger dit :

      Il ne faut pas mélanger Dieu et les questions scientifiques. La science n’est pas incompatible avec la foi. J’ai des amis scientifiques chevronnés qui sont des croyants. La quintessence même de la foi consiste à croire en Dieu sans avoir la preuve « scientifique » de son existence. La foi n’est pas rationnelle et je suis très à l’aise avec cela. Il existe des choses, des concepts, des vérités qui échappent à notre raisonnement scientifique , du moins dans ce que NOUS appelons la science. Un peu de modestie ferait grand bien à ceux qui se disent athées… car l’athée dit « je sais et j’AFFIRME qu’il n’y a pas de Dieu ni de vie après la mort. – Faut être gonflé pour affirmer cela ! Le croyant , lui, affirme sa foi. L’agnostique, plus modeste dit simplement « je ne sais pas « ….

  2. Paul dit :

    Marche = démonstration

    Il y en a pour exprimer l’exaspération : les démonstrations contre le tzar ou celles conduisant à la chute de la monarchie en France.

    Il y des “marches” d’intimidation du pouvoir : l’action de nos “carrés rouges” incompris.

    Il y a des “marches de provocation” invitant la répression pour susciter la révolte.

    Il y a des “marches de ralliement” : c’est le cas de la “marche pour le climat”.
    Il s’agit ici de faire PRESSION sur le(s) gouvernement(s) par le nombre de participants, car il faut agir (dépenser) massivement et le faire tout de suite.

    Avec ces marches de pression “populaire” : les activistes gagnent et la majorité silencieuse perd.

    • Erik Beauséjour dit :

      On cré a ça a cause de la météo extrême et il nous reste 2 ans donc faut agir.

      • Paul dit :

        Donc la météo extrême, dont nous sommes responsables (nous = les hommes blancs hétérosexuels, ou aussi d’autres membres innocents du genre humain ?), nous donnerait deux ans de sursis ?
        Ça sort d’où ?
        La concentration du CO2 atmosphérique dépassait dans le passé lointain largement (par un degré de magnitude ou plus) les maigres 400 ppm d’aujourd’hui.

      • Erik Beauséjour dit :

        C’est ce qu’on me dit.

      • Georges PN dit :

        Il est désespérant de constater qu’on puisse se contenter d’un « c’est ce qu’on me dit »…

      • Paul dit :

        Hmm, vraiment seulement 2 ans, qu’ils nous accordent ces braves verts ..

        Le management fait appel à diverses technique, dont la manipulation (que l’on ne désigne jamais ainsi).
        Lors d’un séminaire, le formateur insistait que s’il passait tout droit, il fallait l’avertir à 14h42.
        J’avais demandé, pourquoi la précision à la minute près, car l’intervention prévue semblait banale.
        La réponse : en situant avec précision un événement dans le temps, on rehausse son importance.

        Voilà pourquoi on vous accorde la survie d’exactement de 2 ans, M. Erik. Ainsi la punition pour nos excès n’est plus abstraite, elle devient concrète.

        Vous avez sûrement compris de vous même que l’action verte n’a de science que l’apparence. Elle repose en entier sur la manipulation et la démagogie.

        Deux ans ?
        Faites donc la tache d’huile de votre empreinte écologique.
        Après nous, le déluge !
        Voilà la seule réponse logique à une exhortation ridicule.

  3. Georges PN dit :

    Nous avons eu la même marche, il y a 3 semaines, en France. Des amis y ont participé et je leur demandais s’ils n’étaient pas gênés d’être allés, avec leurs enfants, passer les vacances d’été en Indonésie, depuis Bordeaux, avec tout le dégagement de CO2 que cela implique. Apparemment, cela ne leur posait pas de problème métaphysique…

  4. Paul dit :

    Le prof se questionne : “.. se pourrait-il qu’il existe des gens qui soient contre ce climat ? ..”

    Ensuite il postule que le climat est l’amalgame de clichés météorologiques instantanés dans un lieu donné : “.. ce temps qu’il fait, c’est non seulement la température, mais aussi le degré d’humidité, les vents, ..”

    Alors, il s’en suit, que l’on peut être contre le climat en pissant contre le vent.

    Aussi longtemps que les climato-alarmistes contrôlent l’agenda et que la rectitude politique toute-puissante impose la pensée unique, c’est exactement ce que l’on est réduit à faire avec les conséquences que l’on sait.

    En d’autres mots, si le prof était de la marche et il tentait de relancer le débat d’idées, tout supérieur scientifiquement parlant qu’il soit, au mieux il se ferait traiter de demeuratus, ou lyncher pour apaiser la Gaïa et ses supporters.

  5. rtremblay dit :

    Vous auriez du y aller à cette marche si vous ne comprenez pas les raisons qui poussent les gens à prendre un samedi après midi de leur temps pour sortir !

    Vous devriez poser des questions au gens ordinaires qui y étaient, des vrais questions pas des questions techniques que les gens ne comprennent pas.

    Vous auriez pu aussi poser des questions scientifiques à des scientifiques présents à cette manifestation, car il y en avait plusieurs aussi. Quand il y a 50 000 personnes et plus qui sortent ainsi ça vaut la peine de s’informer avant de présumer des opinions comme vous le faites.

    Quand 160 000 personnes et plus (de tout horizon) signent « le pacte de la transition » il me semble que le message est on ne peut plus claire.

    Qu’est-ce que ça peut bien vous faire à vous qu’une bonne partie veuillent un environnement de meilleur qualité ?

    Quand je vois les climato-septiques se cacher derrières des artistes qui osent sortir pour ne pas agir, je me demande qu’elles sont leurs agendas ? Est-ce qu’ils ont des pipelines à protéger ?

    • Reynald Du Berger dit :

      « des vrais questions pas des questions techniques « ………….. j’adore !! …. autrement dit vous me reprochez de tester les connaissances scientifiques (techniques) sur le climat de ces marcheurs sur la science derrière la raison pour laquelle ils marchent ! …..eh oh ! je vous rappelle qu’ils prétendent marcher POUR une chose qu’ils appellent LE CLIMAT !!! ça vous dit qq chose le climat ? et vous M. Tremblay, pouvez-vous répondre à ces questions « techniques » comme vous dites… …spontanément… comme je pose aux gens de cette marche… sans aide de google ?

      je n’ai aucun intérêt contrairement à ces artistes qui doivent se créer une image de « sauveurs de planète » .. . toute personne avec intérêt$$$$$ comme des chercheur$$$ politiques$$$$ ou média$$$$ n’a aucune crédibilté, car dès que vous avez un intérêt à ce discours alarmiste, vous n’avez aucune crédibilité. Et non.. je ne reçois aucun $ d’aucune pétrolière,, pas plus que mes amis Friends of Science de Calgary.

    • Paul dit :

      “.. si vous ne comprenez pas les raisons qui poussent les gens à prendre un samedi après midi de leur temps pour sortir ! ”

      Je me suis hasardé ci-haut : c’était bien une marche de pression populaire pour inciter les pouvoirs publics à agir ?
      J’avais dit aussi, lorsque des intérêts particuliers et des activistes atteignent leurs buts, la majorité silencieuse perd.

      “Quand 160 000 personnes et plus (de tout horizon) signent « le pacte de la transition » il me semble que le message est on ne peut plus claire.”

      Plus prosaïquement, je m’attendrais à rencontrer 159163 d’hypocrites qui se donnent la bonne conscience, car pour la très grande majorité de nos concitoyens, parler d’un problème remplace le devoir de comportement responsable.

      “ Qu’est-ce que ça peut bien vous faire à vous qu’une bonne partie veuillent un environnement de meilleur qualité ? ”

      Moi aussi j’en veux un – un environnement de meilleure qualité et cela inclut aussi l’aspect visuel de la nature sauvage, sans ajouts artificiels, dangereux pour la faune forestière.
      À BAS LES VIRE-VENTS MONSTRUEUX ET INUTILES !
      Je ne veux pas sentir les effluves de pot dans l’air, lorsque je promène ma chèvre urbaine dans un parc.

      “Quand je vois les climato-septiques se cacher derrières des artistes qui osent sortir pour ne pas agir, ..”

      Cette tournure de phrase accusative présume la lâcheté des uns laissant les tartistes mener leur lutte à leur place.
      Ces gens n’ont jamais épousé les vues balancées de ceux qui ne se précipitent pas aux conclusions concernant le climat et qui tentent de bien comprendre les tenants et les aboutissants.
      Les tartistes québécois, en tant que groupe de pression populaire, n’ont jamais démontré beaucoup de jugeote et de jugement je ne parlerai même pas.

      • rtremblay dit :

        entre éolienne et pipeline subventionné, je choisis les pales !!!!!!

      • Reynald Du Berger dit :

        Allo les écocondriaques ! éoliennes = catastrophe économie, sociale et environnementale. Une horreur à démolir au plus vite! On en a pour des années à payer ! etr cela à cause de gens comme vous qui les ont réclamées. Et NON Friends of Science , n’est PAS à la solde de pétroliêres. Lâchez la go-gauche Google et informez-vous.

      • Paul dit :

        M. Tremblay fait son choix : “entre éolienne et pipeline subventionné, je choisis les pales !!!!!!”

        Dommage que les vrais habitants de forêts et de plaines n’ont pas de voix au chapitre : http://www.lefigaro.fr/sciences/2014/10/03/01008-20141003ARTFIG00432-les-eoliennes-tueuses-de-chauves-souris.phpM.

        Vos vire-vents massacrent les oiseaux et les chauve-souris en grand nombre et vous dites que vos marcheurs pour le climat : “.. veuillent un environnement de meilleur qualité ..”.

        À bien y penser : moins de chauve-souris => plus de moustiques => plus de virus + plus de zika + d’autres pathologies propagées par les moustiques => genre humain affaibli + plus de mortalité = un environnement de meilleur qualité.

        Ils sont forts et rusés ces verts : utiliser les vire-vents pour réduire la population des occidentaux en surplus, tel que voulu par les hautes instances vertes.

  6. James C. dit :

    Champagne est un dangereux personnage. Avec sa violence verbale genre  » hors de l’église point de salut », il embrigade la majorité d’ignorants chez le bon peuple qu’il manipule sans vergogne. Hitler faisait la même chose. Sommes-nous en présence d’un mouvement genre  »nazi » de lavage de cerveaux? Le camarade Champagne semble être dominé par une haine féroce qu’il dirige vers ceux qui ne pensent pas comme lui. Je me trompe? Il ose déclarer, le camarade Champagne, qu’il s’y connait plus en la matière que les experts et le gouvernement. Il se prend pour le sauveur de la planète. Tout ça à cause d’un article parût la semaine dernière, sur le fait que de nombreuses espèces d’animaux seraient en mode extinction. Tout ça à cause de ce présumé réchauffement. Sa violence verbale va probablement engendrer des mouvements de soulèvements populaires qui embraseront la planète québécoise. Elle a bien autres choses à faire, la planète québécoise. C’est tellement payant de travailler pour le Cirque du soleil, qu’il se sent en mission parce que monsieur est libre de moyens monétaires. Quand un gauchiste fait de l’argent, souvent il devient arrogant. Il existe des médicaments pour soulager ce genre de comportement

    La gauche extrême est violente, dans sa nature, comme la droite extrême aussi. Attachez vos ceinture, ça va brasser. La société est vraiment divisée. L’ignorance commence à se manifester. Les idées centristes sont rendues très à droite, selon le raisonnement de ce personnage.Je recommanderais au premier ministre Legault de se méfier du camarade Champagne.

    Excusez ma montée de lait. Oups!!! ça fait sexiste et misogyne. Pardon, pardon!!!

    • Jacques L dit :

      Un nouveau gourou vient d’apparaître au Québec en la personne de M. Champagne ! Un personnage sans doute fort en gueule mais fondamentalement ignorant malgré ses prétentions. Il affirme qu’il est temps de laisser parler la science climatique (donc le Giec en fait) mais il ignore de toute évidence comment fonctionne le Giec et quelle est la mission de cet organisme. Le Giec est l’antithèse même de la science, c’est essentiellement un outil de propagande qui se cache derrière un paravent ‘scientifique’. Il ne faut jamais perdre de vue que le propagande se nourrit de l’ignorance…

      Le réchauffement global anthropogénique n’est rien d’autre qu’une nouvelle religion particulièrement intolérante qui a contaminé la planète . Pas convaincu? Allez sur Google et tapez : Climate Reality Project
      Le grand Gourou de cette secte planétaire n’est nul autre que Al Gore, personnage très actif sur la bourse du carbone de Chicago soit dit en passant …

      • Paul dit :

        Merci pour la référence “Climate Reality Project”.

        Je ne connaissais pas cette arnaque. Une de plus, qui nous veut du bien en s’assurant du sien.

        Bien que : “The Climate Reality Project is a nonprofit organization funded by like-minded supporters who believe that there is hope in unity, and that together we can build a safe, sustainable future.”

        On ne crache pas sur l’argent : “Support producing vital content changing how people think about the climate crisis”

        – Donate $50 : Become a Citizen Producer!

        – Donate $100 : Get a Green Ring Pin like the one worn by Al Gore.

        – Donate $240 : IMDb “Special Thanks” Credit.

        – Donate $1,500 : Ultimate Supporter Award

        Je me demande combien contribue le boss Al Gore dont la fortune verte est faite depuis longtemps.

        Allons Al, un p’ti $100 ! À peine de quoi climatiser ta modeste masure pendant 24 heures ..

        NOTE : La maison de Gore consomme en électricité de 21 à 34 fois la moyenne américaine déjà élevée, dépendant du jour et malgré ses 33 panneaux solaires.

        Le pape vert a-t-il marché pour le climat ? À reculons, en avançant vers l’arrière ?

      • Reynald Du Berger dit :

        Merci pour la référence “Climate Reality Project”.

        Je ne connaissais pas cette arnaque. Une de plus, qui nous veut du bien en s’assurant du $$$$$$ien. !………… Et les climato-crédules m’ont pas encore « allumé  » !

  7. Éric dit :

    Nous avons affaires à une expérience collective délirante causée très certainement par des substances étrangères ou par une perte de contact avec la réalité qui de toute évidence peut conduire à des comportements mégalomaniaques, de paranoïa et d’abus de pouvoir comme dans le cas de chose. Ha! ha! Ho! Hihihi!

  8. Normand dit :

    LES scientifiques sont unanimes il parait…
    Quand une étude sur l’évolution du Climat est publiée, ça ne peut être que la VÉRITÉ !!!
    Douter ou poser des questions vous vaut l’excommunication sur le Champ (étiquette Climato-Sceptique)…

    Est-ce que le DOGME est plus fort que l’absurdité de deux contraires ???

    ÉTUDE A:
    Au Québec : DISPARITION presque totale de la neige pour 2050

    La fondation David Suzuki a publié une étude en mars 2009, intitulée « On Thin Ice » faisant état que les sports d’hiver étaient menacés au Canada et plus particulièrement au Québec. On y précisait entre autre que les canons à neige ne suffiront pas à compenser la DIMINUTION dramatique des précipitations de neige. On y précise aussi que vers 2050, la neige ne sera plus qu’un souvenir.

    https://davidsuzuki.org/wp-content/uploads/2009/03/on-thin-ice-winter-sports-climate-change.pdf

    ÉTUDE B:
    Au Québec : AUGMENTATION des précipitations de neige pour 2050

    En mars 2018, une nouvelle étude de l’université de Winnipeg « Le projet Atlas », qui s’est donné comme mission de sensibiliser la population aux conséquences des changements climatiques, nous prévient que le réchauffement aura comme conséquence D’AUGMENTER les précipitations de neige pour le Québec d’ici 2050. On y mentionne qu’à Québec, on devrait passer de 273 cm de neige en 2005 à 335 cm en 2050.

    http://www.journaldequebec.com/2018/04/06/le-quebec-recevra-plus-de-neige-en-2050

    • Paul dit :

      La contradiction, même absurde, n’a aucune importance.

      Le pauvre quidam, à qui sont adressées ces “études”, subit la surcharge informationnelle (en plus de ses tâches et soucis ordinaires) : son cerveau est bombardé de partout et le pauvre ne sait plus quoi penser.
      Mais il aimerait que cela cesse et on lui offre la solution toute prête que l’ON VEUT QU’IL EXIGE DE SES GOUVERNEMENTS : Agissez au plus sacrant pour stopper les dérèglements climatiques et que tout rentre dans l’ordre.

      Clairement, les propagandistes verts, dont l’affluent Dr. Suzuki, comptent sur l’usure par “the programmed information overload”.

      NOTE : dans un navrant reportage de Radio Canada sur la Bourse Scol’ERE, avant la COP21, un petit garçon avait confié à l’agitatrice professionnelle de l’ONG Forêt d’Arden qui, avec l’institutrice irresponsable, faisait peur aux enfants, qu’il avait peur de ne plus pouvoir jouer au hockey.

      Ces gens fonctionnent par des mots d’ordre et rien ne les gêne. M. Luc Herrandez fait partie de ces agents peurologistes du patin.

      • Normand dit :

        Bonjour Paul,

        Vous parlez de « Programmed Information Overload »… et je crois qu’à l’époque que l’on vit, l’impact de ce phénomène est déterminant !

        L’autre jour, une coulée de boue a fait une douzaine de morts en europe et les articles de journaux référaient à l’accentuation des phénomènes extrêmes… comme toujours.
        Bien des lecteurs qui commentaient l’article allaient aussi en ce sens.

        12 morts… météo catastrophique, phénomène extrême, crise climatique, etc… !

        Pas un mot sur des coulées de boues qui ont fait :
        – En décembre 1920, 100,000 morts à Ningxia en Chine…
        – En mai 1919, 5000 morts en Indonésie…
        – En décembre 1941, 5000 morts à Ancash au Pérou…
        – En août 1933, 3000 morts à Sichuan en Chine…
        – En juillet 1949, 4000 morts au Tajikstan…
        On ne parle ici que d’exemples de la première moitié du 20e siècle !

        Mais, bien entendu, personne n’a filmé ces événements avec son téléphone… pas d’images signifie que ce ce sont des NON-ÉVÉNEMENTS selon l’inconscient collectif de la plupart des citoyens du 21e siècle qui carburent au virtuel et à l’image… avec l’assurance absolue que TOUT CE QUE L’ON VOIT MAINTENANT EST DU JAMAIS VU !

      • Paul dit :

        Pas Herrandez, plutôt Ferrandez, ce politicien favorable à la circulation automobile sur le Plateau, que les marchands aiment tant.

      • Paul dit :

        M. Normand,

        Le président Hollande et la brillantissime dame Corinne Lepage (l’initiatrice du Registre des climato sceptiques) ont affirmé que les changements climatiques causés par l’homme étaient aussi responsables pour les événements sismiques.
        Je ne partage pas cette opinion. Nous ne pesons pas bien lourd par rapport aux moyens dont dispose Vulcain. Prions qu’il n’aie plus jamais recours aux coulées basaltiques massives, comme celle de Sibérie.

        À l’exception du débordement d’embâcles morainiques et de la rupture des digues dans la région d’Ancash en 1941, les autres exemples cités de mortalité massive ont été causés par des tremblements de terre et des volcans.
        Mais, vous avez raison d’évoquer le manque de mise en contexte historique ou situationnel par les praticiens de la peurologie climatique moderne.
        Il est difficile de pratiquer en même temps la propagande et la rigueur scientifique.

        Comme vous le dites, de nombreux glissements de terre catastrophiques causés par la météo sont survenus au cours de l’histoire. Le grand déluge serait factuel avec le rééquilibrage du niveau des eaux entre les bassins méditerranéen et de la Mer morte.
        Bien avant cela, des coulées de boue ont embaumé des mammouths et des dinosaures par milliers.

        Ce ne sont pas seulement les Miss Météo qui se croient obligées de briser des records à chacune de leurs apparitions, mais nous tous aimons croire que nous vivons quelque chose d’extraordinaire de temps en temps. Comme si nous avions du mérite à constater les exploits de la Nature.

        Remarquez, je n’aurais pas détesté d’assister, il y a 7,500 ans, à Bosphore, aux premiers débordements et des coulées de boue sans doute spectaculaires, suivies de chutes d’eau inédites.
        Bien entendu, seulement si je voyageais dans le temps et savais où me mettre sur la terre ferme.
        Si j’étais un contemporain de Noé, je serais mort de trouille et je maudirais les autorités d’avoir tardé à agir pour sauver ma planète ..

  9. rtremblay dit :

    je demande des excuses à propos de :

    Paul dit :
    14 novembre 2018 à 8:59

    qui m’accuse de vouloir son élimination.

    Je m’interroge sur la qualité du contrôle des propos émis sur ce blog.

    En plus votre raisonnement ne tient pas ! les chauve-souris et les insectes ne sont actives que de mai à septembre (5 mois sur 12)…

    • Paul dit :

      À mon tour de protester.
      En vertu de quel jugement, je devrais faire automatiquement partie du surplus de cheptel à éliminer.
      Y a-t-il déjà un Tribunal vert de Corinne Lepage en opération ?

      Content de voir que malgré sa condition débilitante de pétrophobe de niveau III, M. Tremblay possède un fin sens d’humour.

      Sommes-nous d’accord pour arrêter les vire-vents québécois de mai à septembre pour protéger les chauve-souris ?
      Après tout, nous nous fendons déjà en deux pour la couleuvre brune, dont l’utilité directe à la santé publique n’est pas démontrée.

      Mais que faire avec les vire-vents plus au sud, avec l’hibernation de chauve-souris là bas plus courte, ou remplacée par la torpeur qui n’exclut pas l’alimentation occasionnelle ?

      Pourquoi ne pas équiper chaque vire-vent d’un radar relié au frein et ainsi protéger aussi les hiboux et les buses à queue rousse ?
      Ajoutons aussi des détecteurs de mouvement (reliés au frein du rotor) dans un rayon de 2 km autour de chaque vire-vent pour protéger les quadrupèdes contre les infrasons et les marcheurs contre la glace catapultée.

      • Jacques L dit :

        L’énergie éolienne est un non sens environnemental et économique.
        A toutes ces personnes qui ont marché pour le climat récemment, je dis ceci: si vous croyez que le CO2 est dangereux pour le climat, alors vous devriez sortir dans la rue pour protester à chaque fois qu’on érige un moulin à vent (appelé éolienne) pour la simple raison que la fabrication et l’installation d’une seule de ces monstrueuses machines nécessite l’émission d’une énorme quantité de CO2 (au moins 250t de CO2).

        Et à tous les anti énergies fossiles qui souhaitent leur remplacement par les énergies renouvelables et qui ne se rendent pas compte de l’absurdité de leur position, je dis ceci: si on élimine les énergies fossiles, on élimine aussi toutes forme d’énergie renouvelable…et on retourne tout simplement à l’âge de pierre !

      • Paul dit :

        Monsieur Jacques,

        Avec votre maigre 250 t de CO2 / vire-vent installé, vous allez les faire rire vos marcheurs pour le climat.
        (t = tonnes courtes ?)

        Selon leur nouvelle doctrine (https://duberger.me/2018/10/09/ces-enfants-tueurs-de-planete/), chaque bébé évité vaut 60 T de CO2 / an !
        (T = tonnes métriques)

        En retardant la naissance d’un indésirable par moins de 5 ans, on justifierait l’installation de votre éolienne.

        En évitant le bébé complètement (par taxation peut-être ?), sur une vie projetée de 80 ans, on pourrait se permettre un petit parc de 20 éoliennes, sans même trop forcer sur la comptabilité créative.

        Ce ne sont pas des farces, même la grande intellectuelle québécoise, Mme Josée Blanchet, prend ce mot d’ordre à cœur : https://ici.radio-canada.ca/premiere/emissions/gravel-le-matin/segments/chronique/91725/josee-blanchette-adaptation-decroissance-anthropocene-environnement-changements-climatiques?fbclid=IwAR2sQ_tbNX8_pWdadyC6FXEJs4pOZr_UAYmQbprZ0te_RWHA4ZO1MO8DBso
        Pas étonnant avec un mari directement affilié au GIEC.

        Vous dites : “.. et on retourne tout simplement à l’âge de pierre !”.
        Cela importe peu pour les déjantés comme la Blanchet. L’homme est de trop sur la planète et moins il y en aurait, mieux ce serait pour la Gaia.
        La décroissance industrielle amènerait obligatoirement la décroissance économique, suivie de peu par la décroissance démographique, surtout et préférablement dans l’Occident.
        Avec nos habitudes de confort, nous sommes les moins aptes à nous acclimater à la misère.

      • Paul dit :

        Pas “Blanchet”, la dame s’appelle Josée Blanchette.
        Après avoir massacré l’épellation du nom Ferrandez, un autre manque de rigueur de ma part.
        Mes excuses.

        Tiens, M. Jacques serait maintenant dans la mire d’un rectificateur de la moralité verte.

      • rtremblay dit :

        Paul :

        Vous êtes plate et ironique. Vous pensez qu’en mettant plein de mot un à la suite de l’autre que c’est intéressant ce que vous dites. Mais non aucun intérêt de poursuivre cette discussion. Le monde a besoin d’action pour limiter les changements climatiques pas de vos platitudes. Votre discours n’est pas scientifique et encore moins appuyé par la science. C’est d’une autre sorte de radar que le prof a besoin…..

      • Reynald Du Berger dit :

        « Le monde a besoin d’action pour limiter les changements climatiques . »….. Vous prétendez votre discours appuyé pas « LA » science ? C’est quoi « LA » science ? quelles sont ces actions et démontrez-nous avec données, observations, preuves à l’appui que
        1- la TMAG sera de 3C à 5C plus élevée en 2100 si on ne pose pas ces « actions ». – en réalité ce ne sera même pas 0,5C de plus si la tendance se maintient.
        2- comment la réduction des émissions de CO2 va influencer TMAG (mécanisme et chiffres à l’appui) Autrement dit montrez-nous par exemple de combien de degrés C fera-t-on baisser la « catastrophe » si le Canada réduit ses émissions de 50 % … équations, paramètres et chiffres à l’appui.

      • Paul dit :

        Celui qui pratique le discours scientifique (quand il parvient à formuler ses idées de manière intelligible), m’informe : “.. Votre discours n’est pas scientifique et encore moins appuyé par la science. ..”.

        Mais de quelle science veut-on parler, lorsque la prémisse même du supposé discours scientifique alarmiste est fausse !

        Dans les faits, autant à court terme que sur des périodes millénaires, ce n’est pas l’augmentation de la concentration du gaz carbonique dans l’atmosphère qui entraîne l’augmentation de la température, mais plutôt la variation de la température qui fait soit monter (quand T↑), ou baisser (quand T↓), la quantité du CO2 atmosphérique localement.

        On peut le constater dans chaque hémisphère en observant les variations (pentes de courbes) et les points d’inflexion dans le temps : ΔT↑ => Δ[CO2]↑ et ΔT↓ => Δ[CO2]↓. PAS LE CONTRAIRE !
        La courbe de CO2, SUIT FIDÈLEMENT la courbe de la température avec un décalage de quelques mois.
        Le gaz carbonique ajouté à l’atmosphère par les activités humaines s’additionne et se fait absorber par divers mécanismes continuellement, mais la variation principale provient d’échanges entre l’atmosphère et les océans (qui sont les vrais “puits” de CO2, IMMENSES et bidirectionnels).

        Le quidam en moi ne se tromperait probablement pas en disant : Le réchauffement climatique anthropique est nul et non advenu !

        En homme de rigueur j’attendrai le prochain événement volcanique important, lequel prendrait clairement et INCONTESTABLEMENT le contrôle de la température globale, pour le dire avec d’autres. Seulement, après avoir dûment constaté, sur des variations plus accentuées que celles entrainées par les saisons, qu’encore et toujours : ΔT↑ => Δ[CO2]↑ et ΔT↓ => Δ[CO2]↓.
        En science il faut plusieurs vérifications, même si toutes les observations actuelles pointent dans la même direction.

        Les marcheurs pour le climat, vont-ils alors nier la réalité ou vont-ils soutenir que dans leur monde à eux l’effet peut précéder la cause ?

        Voici ce que le professeur en psychologie clinique Jordan Peterson, un penseur canadien très en vue, pense de l’appel à l’action pour contrer les changements climatiques :

        Un autre, qui sait se servir de son G.B.S., plutôt que de faire parler ses émotions.
        Il n’appelle pas à l’internement psychiatrique de nos marcheurs égarés, car la science officielle ne l’avait pas informé que :
        ΔT↑ => Δ[CO2]↑ et ΔT↓ => Δ[CO2]↓. PAS LE CONTRAIRE !

        C’est ça : “the inconvenient truth” que l’on ne veut pas ébruiter, car on craint, avec raison, le gros bon sens populaire.

  10. Jacques L dit :

    250t CO2 par éolienne…il s’agit bien de tonne courte, soit 2 000 lbs alors qu’une tonne métrique fait 1 000 kg soit à peu près 2 2000 lbs
    Il y a près de 2 000 éoliennes au Québec, ce qui fait que le bilan carbone total pour ce parc éolien est d’environ 500 000 t CO2

    Les émissions anthropiques de gaz à effet de serre (causées par l’activité humaine) sont d’environ 82 000 000 t (82 Mt) au Québec (donnée de 2015), ce qui fait environ 10t équivalent CO2 par habitant.
    Alors j’ai une certaine difficulté à comprendre comment un nouveau-né peut provoquer des émissions de 60T CO2 par année au Québec. Cette donnée m’apparaît très exagérée c’est le moins qu’on puisse dire. J’aimerais bien savoir comment ce résultat a été obtenu.

    Note: à défaut de s’abstenir de procréer, je suggérerais à toutes ces personnes terrifiées par le réchauffement anthropique de faire euthanasier tous leurs animaux domestiques pour ainsi diminuer quelque peu leur empreinte carbone…Ce serait probablement plus efficace que de composter les déchets de table !

    • Paul dit :

      M. Jacques concède : “.. je suggérerais à toutes ces personnes terrifiées par le réchauffement anthropique de faire euthanasier tous leurs animaux domestiques ..”

      Les activistes verts n’attendent que cela, des suggestions et des concessions. Moi, je tiens à ma chèvre urbaine. Me priver de mon fromage bio, pour faire plaisir à ce Champagne ?

      Par ailleurs, lorsque la population de chats fut décimée au Moyen âge, la peste s’est propagée grâce à la prolifération de rongeurs et l’humanité avait payé le gros prix.
      Déjà que Tremblay n’a pas de gêne à faire déchiqueter par ses vire-vents inutiles les chauve-souris protectrices de la santé publique …

      Oui, le chiffre de 60 T de CO2 / an (mentionné textuellement ici : https://www.youtube.com/watch?v=s6xVUJnwV3I) paraît ahurissant, mais beaucoup d’affirmations de la mouvance verte sont absurdes. Elles sont pourtant acceptées par les comités de pairs (quand elles vont dans le “bon” sens).

      Les chercheurs suédois qui ont pondu l’étude en question se sont livrés à une gymnastique intellectuelle contorsionniste. Si je le comprends bien, ils ont créé des enfants virtuels à impact décroissant exponentiellement, en incluant toutes (?) les générations futures de consommateurs effrénés à ne pas naître.

      Ont-ils oublié qu’un individu post-moderne ne se reproduit pas nécessairement ? Ont-ils comptabilisé les LGBTQI à la mode, en nombre toujours croissant ?

      Comment ont-ils traité les actions anti-consommation de vrais écolos ?
      Hier, j’ai resurfacé, une fois de plus, les semelles de mes vieilles pantoufles, j’ai réparé le tensiomètre de ma mère au lieu de le jeter, le mois dernier j’ai remplacé moi-même les lignes de frein de ma voiture de troisième âge, au lieu de l’envoyer à la casse.
      La semaine dernière, en prévision de la neige, j’avais installés des pneus plus mordants (jetés par un atelier, qui les a remplacés pour un client par un modèle plus “tendance”) sur ma bicyclette, dont je me sers pour presque tous mes déplacements dans un rayon de 40 km.
      Longtemps avant l’hystérie verte, pendant des années, chaque fois que mes activités du jour le permettaient, je laissais ma voiture de fonction au stationnement, pour me rendre au travail et revenir (55 km).
      En un mot, il existe des gens qui agissent au lieu de claironner leur vertu : plus que 99.9 % de signataires du Pacte de Transition et certainement plus que les 500 tartistes et personnalités en vue recrutés par M. Champagne pour séduire les quidams.

      Cet article explique la démarche de chercheurs suédois un peu plus que le panel français : https://www.theguardian.com/environment/2017/jul/12/want-to-fight-climate-change-have-fewer-children
      Le chiffre précisé ici est de 58.6 T de CO2 / an pour chaque naissance évitée.

      Il s’agit clairement d’un exercice de surenchère. Montrer le poids néfaste et ÉCRASANT de chaque être humain par rapport à la voiture, dont la monstruosité n’est plus à démontrer.

      Comme d’habitude, pas de science avec ces gens, seulement de la propagande et de la démagogie, directes, ou indirectes.
      Une autre étude inutile de qualité douteuse, comme celles produites par notre Ouranos.

      En vous confrontant avec le ridicule 60 T de CO2 / an, j’ai fait de l’ironie face à la bêtise verte, mais vous avez bien monté votre “reality check” en calculant, en apparence, correctement l’empreinte carbonique totale d’un bébé québécois moyen.
      Dommage que l’intolérance verte nous astreint à ce type d’exercice réducteur.

      Je préfère de loin l’adage : VIVRE ET LAISSER VIVRE.

  11. rtremblay dit :

    Je la connais par coeur votre cassette que vous répétez inlassablement R. Duberger !

    à quoi sert telle votre cassette et surtout à qui sert telle cette cassette ?

    Pourquoi je devrais débourser pour votre pipeline ?

    démontrez nous comment l’utilisation des combustibles fossiles va améliorer la qualité de l’air et va favoriser une meilleure répartition de la richesse ?

    Démontrez moi que ma cassette (le développement de technologie verte) va faire en sorte de réduire notre activité économique! tels que proposé par l’économiste Paul Romer qui a reçu le prix nobel d’économie cette année.

    https://en.wikipedia.org/wiki/Paul_Romer

    • Reynald Du Berger dit :

      puis-je vous rappeler que votre retard scientifique n’a d’égal que votre retard technologique ? où voyez-vous des « cassettes » en 2018 ? si vous trouvez un magasin qui en vend (excluant les antiquaires) prévenez-moi… votre climato-crédulité conséquence d’une inculture scientifique et technologique
      démontrée, n’étonne donc plus personne sur ce blog 🙂

      • rtremblay dit :

        bravo M techno!. vous m’impressionnez…..juste un peu 🙂

        mais je suis certain que je pourrais vous en montrez dans le domaine de la techno, surtout du côté des ordinateurs, de la programmation.

        quand vous faites des présentations utilisez vous encore des acétates !

        commentaires ; vous faites des belles phrases ….mais elles sont vides de sens. alors vos attaques ne m’atteignent pas !

    • Paul dit :

      L’activiste interpelle le prof : “.. démontrez nous comment l’utilisation des combustibles fossiles va améliorer la qualité de l’air et va favoriser une meilleure répartition de la richesse ?”

      Ouf ! Le communiste solidaire annonce ses couleurs.

      En plus simpliste, il reprend l’intention du discours de Mme Karen Christiana Figueres Olsen (Executive Secretary of the UN Framework Convention on Climate Change), le cerveau derrière la COP21 de Paris en 2015. Les politiciens présents, le percutant Barhack Hussein Obama en tête, n’étaient que des figurants.

      En préparation de la grande messe, Mme Figueres avait dit ceci : “This is the first time in the history of mankind that we are setting ourselves the task of intentionally, within a defined period of time to change the economic development model that has been reigning for at least 150 years, since the industrial revolution. That will not happen overnight and it will not happen at a single conference on climate change, be it COP 15, 21, 40 – you choose the number. It just does not occur like that. It is a process, because of the depth of the transformation.”

      En comprenant qu’il s’agit d’une longue mise en boîte (de sapin) communiste pour détruire la démocratie capitaliste occidentale, comment peut-on encore prendre au sérieux la prétendue urgence d’agir découlant d’études scientifiques du climat dont les conclusions sont prédéfinies ?

      L’ingénieur agroalimentaire fait l’étalage de sa culture techno-économique : “Démontrez moi que ma cassette (le développement de technologie verte) va faire en sorte de réduire notre activité économique! ..”

      Toute activité économique inutile et improductive détourne les capitaux et en prive d’autres activités structurantes. Par exemple, remplacer des centrales nucléaires opérationnelles par des vire-vents capricieux et le photovoltaïque fermé la nuit, boiteux de l’automne au printemps et efficace seulement à 10% quand enfin le soleil plombe dessus. Du pur gaspillage, nonobstant le Prix Nobel de votre économiste préféré.

      De nombreux développements de technologies vertes ne sont rentables que grâce au gaspillage de fonds publics.

      • rtremblay dit :

        en quoi ma question concerne t’elle le communisme ou les politiques de QS. En général le larbin en admiration devant les riches oligogarches ne s’interroge pas de l’impact de ces applaudissements bêtes sur ces concitoyens de toutes nationalités. L’énergie éolienne a ce net avantage sur l’industrie pétrolière c’est qu’elle crée de la richesse locale. Le cash sort pas mal moins du pays selon cette approche de fabrication des éoliennes ici même, de leur opération par des spécialistes qui travaille et résides près des installations…..l’économiste Romer a bien compris et étudié ce modèle de développement économique.

        Comme activité économique improductive comment l’industrie pétrolière se classe t’elle quand on considère que ça prend de l’énergie pour construire les installations de forage, et d’extraction, ensuite de transport du brut, ensuite de la transformation en sous-produit raffiné, ensuite du transport vers les stations de distribution. Par après l’essence est entreposé dans les réservoirs des automobiles. là on pourrait penser que son utilisation va être efficace, mais non pas encore car le moteur à combustion (il porte bien son nom) n’est pas très efficace à transformé l’énergie en déplacement du véhicule. et son entretien à ce véhicule à essence comment qualifié son efficacité.

        Conclusion : ne venez pas me faire la leçon sur les éoliennes avant d’avoir répondu à mes questionnements !

        et les capitaux du pétrole comme vous dites ils sont détournés dans quel poche ? et en plus on subventionne cette activité économique… beau gaspillage de fond public !

      • Reynald Du Berger dit :

        Vous dites « Conclusion : ne venez pas me faire la leçon sur les éoliennes avant d’avoir répondu à mes questionnements ! »… et vous ? on vous a posé une bonne douzaine de questions de nature 100% SCIENTIFIQUE et vous n’avez répondu à aucune ! Répondez (mais avec preuves, calculs, équations etc à l’appui) ensuite on abordera les questions non scientifiques comme celles que vous nous posez sur les éoliennes et la politique et l,économie énergétique… La science d’abord ! – en passant , consultez les bilans et rapports annuels de Friends of Science -qui sont publics- plutot que de vous fier à des fake news de torchons de gauche et vous verrez que cette organisation n’est pas à la solde des pétrolières.

    • Reynald Du Berger dit :

      rteamblay , mes questions sont 100% scientifiques et je vous demande d y répondre et ensuite PROMIS je répondrai à vos demandes de « prouvez-moi » d’ordre essentiellement politico-économique. Pour l instant , restons en science et répondez à ma demande de preuves scientifiques.

  12. Normand dit :

    Plaçons nous un instant dans la peau de ceux qui ont participé à cette marche et qui insistent sur l’URGENCE de réduire notre empreinte sur l’environnement. On sait que, pour ce qui est des actions à apporter, l’ennemi numéro 1 est la voiture.

    Il y a quelques années, le ministère de l’Environnement du Québec et L’Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA) ont piloté la campagne «Faites de l’air!» visant à inciter les québécois à se débarasser de leurs vieux « Bazous » trop polluants.

    Dans cette campagne supervisée par des environnementalistes convaincus, on affirmait que « Les voitures construites en 1997 produisent en moyenne 20 fois plus d’émissions polluantes que les modèles de 2009-2010 »…

    Si cette affirmation est vraie, ça signifierait donc que les voitures récentes polluent 20 fois moins et des progrès incroyables auraient été réalisés depuis le protocole de Kyoto !

    Pour la source, voir l’article suivant :
    https://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-quebecoise/201104/18/01-4391204-recyclage-de-vieilles-voitures-quebec-redemarre-le-programme.php

    Soit cette affirmation est fausse et on a fait une campagne mensongère ayant pour effet d’envoyer des véhicules prématurément à la casse, soit c’est vrai et on pousse sous le tapis les progrès majeurs pour ne pas nuire au discours de fin du monde et de culpabilisation.

    Comment la population pourrait-elle se soumettre docilement à la taxe carbone dans le contexte où de tels progrès auraient été réalisés ?

  13. rtremblay dit :

    Paul votre argument manque de poids lag CO2 vs temp…. vous devriez lire plus sur le sujet avant d’avancer plus vos certitudes. Le temp en question (glace Vostok) est local alors que le CO2 pourrait être considéré plus comme une mesure globale. La précision aussi de ce proxies est à questionner pour avancer un lag précis. votre argument se démonte comme un château de carte !

    • Guillaume dit :

      rtremblay, ne vous fatiguez pas trop avec Paul sur ce point, c’est peine perdue.

      Mais bon, pourquoi ne pas lui suggérer un peu de lecture, tant qu’à y être.

      http://www.atm.damtp.cam.ac.uk/mcintyre/shakun-co2-temp-lag-nat12.pdf

      Here we construct a record of global surface temperature from 80 proxy records and show that
      temperature is correlated with and generally lags CO2 during the last (that is, the most recent) deglaciation.

      […] Nevertheless, the overall correlation and phasing of global temperature and CO2 are consistent with CO2 being an important driver of global warming during the deglaciation, with the centennial-scale lag of temperature behind CO2 being consistent with the thermal inertia of the climate system owing to ocean heat uptake and ice melting.

      Guillaume

      • Paul dit :

        Monsieur Guillaume,

        Merci pour la suggestion de lecture.
        Je lirai l’article avec un esprit ouvert.

        Je vous signale toutefois que dernièrement, j’ai parlé de la dépendance de la concentration du CO2 sur la température, surtout sur une base annuelle.
        L’explosion de Pinatubo constitue un événement de portée globale et à cette occasion on avait constaté clairement ce fait.

        J’avais élaboré là dessus un peu ici : https://duberger.me/2018/10/28/ca-suffit-enough-is-enough/#comment-66138
        Plus loin (https://duberger.me/2018/10/28/ca-suffit-enough-is-enough/#comment-66283), j’avais posé à monsieur Tremblay cette question : “Quelle est votre opinion sur l’arrimage de [CO2] à la TMAG dans les mois et les années post-Pinatubo ?”
        Il a préféré ignorer la question (qui tue peut-être ?) et se cantonner dans le passé lointain, car non-vérifiable avec certitude.

        Permettez moi, monsieur Guillaume, de vous poser la même question : “Quelle est votre opinion sur l’arrimage de [CO2] à la TMAG dans les mois et les années post-Pinatubo ?”

        Vous savez, mes affirmations, formulées comme des fortes probabilités (pour que l’on me renvoie à la face des contre-arguments valables, que je ne parviendrais pas à débusquer par moi-même) sont tempérées dans mon esprit par le manque d’insistance de scientifiques climato-réalistes sur l’arrimage du CO2 à la température.

        Ou bien leurs études sur ce sujet n’ont pas été suffisamment approfondies, ou bien ils ne savent pas comment persuader l’opinion publique : avoir un message simple, facile à comprendre par tous et répété souvent.
        Par exemple, le professeur François Gervais mentionne en passant cet arrimage surprenant pour les quidams en tant qu’une contradiction entre d’autres, au lieu d’en faire le message central : L’effet ne peut pas précéder la cause.

        Pensez-vous que les auteurs de Denial101x vont invoquer la fausse dichotomie aussi pour les années après Pinatubo, quand la température avait commencé à remonter après la retombée au sol des aérosols ?

        Pour ma part, c’est justement la transposition de cette présumée fausse dichotomie sur le court terme qui m’a fait rejeter cette construction intellectuelle du groupe de John Cook.
        L’emballement de la température conséquent auquel on s’attendrait (T↑ => [CO2]↑ => T↑), n’est pas constatable sur les graphes (la pente de [CO2] ressemble de près à la pente de la TMAG, qui la précède dans le temps).

        Guillaume, j’espère que votre famille et vous, vous-vous portez bien et je réitère mes excuses pour mon impair récent à votre égard.

        Sincèrement,
        Paul

    • Jacques L dit :

      rtremblay a écrit:

       » L’énergie éolienne a ce net avantage sur l’industrie pétrolière c’est qu’elle crée de la richesse locale. Le cash sort pas mal moins du pays selon cette approche de fabrication des éoliennes ici même, de leur opération par des spécialistes qui travaille et résides près des installations…..l’économiste Romer a bien compris et étudié ce modèle de développement économique. »

      Essayons d’y voir un peu plus clair.

      De nombreux économistes et pas des moindres sont partisans du développement de l’industrie du vent: par exemple Paul Krugman prix Nobel d’économie 2008 et chroniqueur au New York Times, un fervent adorateur du dieu éole. Krugman est même un fanatique anti énergie fossile, ce qui prouve qu’un prix Nobel d’économie ne veut pas dire grand chose.
      Voir sa fameuse chronique ici: https://www.nytimes.com/2018/04/16/opinion/trump-energy-environment.html
      Je ne prendrai pas le temps de commenter ce pamphlet, car Robert Bryce l’a brillamment fait ici: https://www.manhattan-institute.org/html/paul-krugmans-all-renewable-delusion-11202.html
      Robert Bryce apporte des faits et des données, contrairement à Krugman qui se contente d’affirmations et de jugements qui ne sont pas corroborés par des faits.

      Revenons à nos moulins à vent et examinons d’un peu plus près les affirmations de M. Tremblay. Je m’en tiendrai surtout au développement de l’énergie éolienne chez-nous. La seule chose qu’on fabrique au Québec, ce sont les mâts en acier (Marmen) et les pales du rotor (usines gaspésiennes surtout). Il y a effectivement un certain nombre d’emplois ainsi créés, mais ça reste assez modeste; il ne faut pas oublier de plus que ce sont des emplois essentiellement subventionnés qui disparaîtront instantanément si l’état décidait de couper ou réduire les dites subventions.
      La partie vraiment technologique des éoliennes, à savoir le contenu de la nacelle, est fabriqué à l’étranger, au Danemark et en Allemagne pour une grand part.
      De plus une bonne partie des parcs éoliens appartient à des entreprises étrangères. Donc pour les retombées locales, il n’y a pas de quoi pavoiser. L’entretien des parcs éoliens crée aussi un certain nombre d’emplois, mais là encore c’est assez modeste.

      Il y a près de 2 000 éoliennes au Québec et elles coûtent aux contribuables autour de 1 000 000 000 $ par année en subventions.De plus ces monstrueuses machines n’apportent absolument rien au réseau d’HQ ni à la population. En fait, ces éoliennes parasitent notre réseau en produisant une certaine quantité d’électricité qui se substitue de façon totalement aléatoire à une partie de la puissance fournie par nos barrages.

      L’industrie éolienne n’a ainsi aucun avantage sur l’industrie des combustibles fossiles, laquelle assure l’énergie globale dont dépend toutes les activités économiques (transport, industries diverses, etc). Les combustibles fossiles représentent au moins 80% de l’énergie globale utilisée sur la Planète et il en sera très probablement encore ainsi au milieu du siècle, qu’on le veuille ou non. Malgré les sommes colossales investies, les énergies renouvelables (essentiellement l’éolien et le solaire) représentes à peine plus de 1% de l’énergie globale consommée sur la planète.

      L’industrie éolienne n’est rien d’autre qu’une industrie parasite qui détruit des emplois (1), qui rend les réseaux électriques plus instables et qui ruine la qualité de vie des riverains de ces fermes éoliennes. Cette industrie destructrice a réussi à s’imposer par la corruption et par le mensonge: toutes les prétentions de l’industrie éolienne sont fausses sans exception et si jamais vous lisez un mot de vrai dans leurs présentations, c’est qu’il s’agit d’une erreur de typographie !

      Je suggère d’écouter en exposé très instructif de Robert Bryce (environ 45 min) concernant l’énergie éolienne entre autres, un discours basé sur des faits et des données objectives: https://stopthesethings.com/2014/09/12/robert-bryce-want-to-live-in-stone-age-poverty-then-tie-your-future-to-wind-power/

      Pour conclure une pensée à ne jamais oublier dans les débats: quiconque refuse de regarder les faits est condamné à dire n’importe quoi.

      (1) Partout où l’éolien est implanté à assez grand échelle, on constate une augmentation importante des tarifs d’électricité, ce qui est le moyen le plus efficace pour détruire des emplois.

      Un exemple près de chez-nous: l’Ontario où l’implantation de plus de 2 000 éoliennes dans la région des Grands Lacs combinée à la fermeture de plusieurs centrales au charbon a provoquée un augmentation de 70% des tarifs d’électricité entre 2008 et 2016. Les tarifs d’électricité en Ontario sont les plus élevés au pays.

      Un autre exemple vraiment magistral: l’Australie du Sud qui a les tarifs les plus élevés au monde suite à l’implantation massive des énergies renouvelables (vent et soleil) et à l’abandon progressif du charbon ( voir le site https://stopthesethings.com/ ) Et sans parler de la débâcle phénoménale de la transition énergétique (Energiewende) en Allemagne …

      • Paul dit :

        Monsieur Jacques,

        Excellente contribution, autant par le contenu que la forme.
        Des arguments clairs, portés par une écriture de grade conforme aux normes de publication dans les revues professionnelles.

        Au contenu québécois, j’ajouterais le béton armé, avec les émissions des GES afférentes à la production du ciment et la main d’oeuvre d’installation, les abatteurs d’arbres (sains, retirés au “puits” de carbone québécois), les bulldozers de défrichage, ainsi que la location de la machinerie d’érection.
        Le diesel pour faire marcher tout ça pourrait avoir été produit à Saint Romuald.
        Je crois que les laveurs de chiures des mouches, qui restaurent l’efficacité aérodynamique des pales, viennent d’ici aussi.

        J’imagine que ce seront les ouvriers québécois qui, au terme de vie du vire-vent, viendront le démanteler et dynamiter le socle, probablement en facturant le contribuable, si l’exploitant devait disparaitre.

        Êtes-vous certain que Marmen n’achète pas de l’acier chinois pour ses structures ? D’accord pour sa main-d’oeuvre trifluvienne, mais le métal en feuille et les profilés d’acier seraient de provenance extérieure (je crois qu’Arcellor Mittal produit au Québec seulement de l’acier semi-fini).
        À l’œil, dans la construction en série des mâts, les matériaux devraient compter pour 60 % du coût, alors en incluant le profit, le contenu québécois chez Marmen serait d’environ 70 %.

        D’où et de quoi (pétrole ?) proviennent les résines utilisées pour produire les pales en fibre de verre ? Et la fibre de verre ?

        Vous avez bien fait de mentionner la main-mise étrangère sur cette industrie. Non seulement, la plupart de propriétaires de parcs d’éoliennes sont étrangers, mais les bailleurs des fonds le sont aussi.

        Les revues spécialisées en conception de ce genre de machines parlent d’endurance beaucoup plus faible que prévue des trains de transmission. Alors, des déboursés vers l’étranger pour acheter des pièces de rechange à prévoir. La Siemens va être contente.

        Tremblay et son Nobel de service sont totalement dans les patates quant à l’impact positif sur l’économie locale de l’implantation des vire-vents.
        C’est tout le contraire : une pompe de refoulement d’argent québécois vers l’extérieur de la province.

        Merci pour l’information approfondie,
        Paul S.

      • Normand dit :

        Pour ceux que ça peut intéresser, l’Émission « Envoyé spécial » à TV5 (un peu équivalent français de notre émission « Enquête ») a diffusé récemment un reportage étoffé dont le titre était : « Éoliennes, le vent de la révolte »

        Extrait : Partout en France, un vent de révolte s’élève contre les éoliennes… Nuisibles, décevantes, scandales financiers, corruption, etc…

        https://tv5.ca/Envoye-special?e=croq9uvglci53

      • Paul dit :

        La douce France – “.. Partout en France, un vent de révolte s’élève ..”

        Les visiteurs français de ce blog pourraient nous éclairer.

        Les “gilets jaunes” révoltés, sont-ils des lucides qui protestent seulement contre les taxes qui les étranglent ou des inconscients qui ont réclamé auparavant de leur gouvernement l’action immédiate contre les changements climatiques ?

        Veulent-ils le beurre et l’argent du beurre ?

  14. Jacques L dit :

    Merci M.Paul pour ces précisions sur mon article du 20 nov. J’ai déjà soumis quelques courts textes à la Presse et au Devoir, mais sans succès: il y a une censure implacable et seules les opinions qui vont dans les sens du discours dominant ont droit de cité. Sont également publiés les textes de lecteurs atteints à un stade plus ou moins avancé de délire apocalyptique et qui nous ennuient avec leurs angoisses climatiques.

    Si jamais quelqu’un peut me trouver un texte quelconque dans les médias ‘officiels’ qui met en doute les thèses du GIEC ou qui critique les énergies ‘renouvelables’, j’en serais reconnaissant, car je n’ai rien trouvé à date.

    Il est probable que l’acier pour les mâts soit importé et je ne sais pas si Marmen effectue le roulage des plaques d’acier pour en faire des cylindres prêts à être soudés.
    De toute façon fabriquer des machines aussi inutiles que coûteuses sous le seul prétexte de créer de l’emploi en région m’apparaît un mauvais choix. Ce qui m’ìnquiète, c’est la puissance du lobby éolien qui sait très bien faire taire toute critique et qui ne se prive pas de mentir et de vendre sa camelote sous de fausses représentations.
    https://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=16&ved=2ahUKEwjRx9_an-neAhWnmOAKHUtdDzU4ChAWMAV6BAgIEAI&url=http%3A%2F%2Ftransitionenergetique.gouv.qc.ca%2Ffileadmin%2Fmedias%2Fpdf%2Fconsultation%2Fmemoires%2FCreneau-excellence-eolien-08dec2017-corrige.pdf&usg=AOvVaw3QsQl1bO5B0JC1EhpcZ-S4

    Je vous laisse le soin de juger des prétentions de ce créneau-excellence-éolien. Affirmer par exemple qu’on peut remplacer une centrale thermique (gaz ou charbon) par l’éolien et le solaire relève de la pensée magique: il suffit d’imaginer que lorsque le soleil n’est pas présent, alors le vent se lève et lorsque le vent tombe, c’est le soleil qui prend la relève…

    Et ne parlons pas du stockage de l’électricité à grande échelle: c’est actuellement impossible, du moins pas de façon économiquement viable et les perspectives d’avenir ne sont pas trop reluisantes. Il y a bien Elon Musk qui s’est bombé le torse avec sa méga batterie Tesla de 100 MW et de 150M$ (australiens ou américains je ne sais pas) pour régler le problème d’approvisionnement en Australie du Sud, problème causé justement par la décision irresponsable de remplacer des centrales thermiques par des moulins à vent et des panneaux solaires. Mais Elon Musk s’est bien gardé de mentionner qu’une fois chargée, sa batterie peut approvisionner l’Australie de Sud pendant 4 longues minutes…ce qui donne quand même le temps à la population de chercher ses allumettes et ses chandelles !

    Il semble bien que la seule solution pour régler les énormes problèmes du réseau électrique de l’Australie Méridionale, c’est de se départir définitivement de l’éolien et du solaire (simplement en éliminant toute subvention) et de revenir aux centrales au charbon et au gaz, combustibles présents en grande quantité en Australie. A ce sujet il y a une blague qui circule en Australie du Sud: qu’utilisaient les Australiens avant le bois pour se chauffer et les chandelles pour s’éclairer? Réponse: l’électricité…

  15. rtremblay dit :

    Une perle de clarté de Paul !

    je le cite :

    « c’est justement la transposition de cette présumée fausse dichotomie sur le court terme qui m’a fait rejeter cette construction intellectuelle  »

    autant d’opinion et si peu de science !!

  16. Paul dit :

    La Marche pour le Climat de nos gras durs, versus les démonstrations des Gilets jaunes français exaspérés.

    Monsieur Georges PN (https://duberger.me/2018/10/28/ca-suffit-enough-is-enough/#comment-65424) avait partagé avec nous :
    “.. nous en France, c’est au présent qu’on voit les taxes sur le carburant augmenter (grande manif le 17 novembre). C’est aussi au futur, puisque les augmentations (colossales) sont déjà programmées pour les années à venir. Sous prétexte de climat, on nous bouffe la laine sur le dos.”

    Ce matin, autant les média anglophones que francophones, préfèrent de ne pas faire le lien entre le “ras de bol” français général et la fiscalité écologique sur les carburants, le gaz et l’huile de chauffage (3 milliards d’euros additionnels pour l’an prochain, puisés dans les poches vides du peuple).

    Nos media parlaient bien du prix du diesel, comme cause directe des manifestations, mais pas de la “transition écologique”, si chère à la gauche internationale.
    Le plus près de la cause sous-jacente, était la mention par J-F Bélanger à Radio Canada d’attente de la France de l’annonce mardi prochain par le président d’ajustements fiscaux à la politique de la lutte aux changements climatiques.

    Qu’est ce qui est pire, des “fake news”, faciles à reconnaitre ou des nouvelles tronquées, doublées de commentaires sans rapport, pour ne pas susciter la réflexion des canadiens, contraire à la ligne éditoriale gauchiste de la Société d’état ?
    Surtout, ne rien dire qui pourrait compromettre cette “Urgence d’agir pour sauver la Planète”, laquelle forcément porte un coût écrasant, dont personne ne veut parler, ici, comme en France.

    Souvenons nous de l’engagement filoutique du duo Macron – Trudeau de supprimer les “fake news” par la censure.

    En se référant à Pyramide des besoins de Maslow, il est facile de situer la Marche pour le Climat organisée par la gauche caviar tartistique du Plateau Mont-Royal, par rapport aux démonstrations spontanées des gens happés par le tordeur vert de l’État français.

    Ce Macron, qui fait des leçons de morale aux autres, ferait bien de s’occuper enfin d’affaires de son pays : moins de lutte aux chimères et l’abandon du mondialisme dicté par la haute finance dont il est issu. Ramener des emplois et créer la richesse dans son pays.

    Écouter Trump qui lui a conseillé : “Make the France Great again” !

  17. Paul dit :

    M. Tremblay lance un défi (https://duberger.me/2018/11/10/la-marche-pour-le-climat/#comment-66465) :
    “Démontrez moi que ma cassette (le développement de technologie verte) va faire en sorte de réduire notre activité économique! tels que proposé par l’économiste Paul Romer qui a reçu le prix nobel d’économie cette année.”

    Voici un exemple d’échec parmi des milliers, car on carbure aux subventions dans le développement d’énergies vertes, pas nécessairement à la compétence. (https://dailycaller.com/2011/09/01/bankrupt-solar-company-with-fed-backing-has-cozy-ties-to-obama-admin/) : Solyndra reçoit un demi milliard US$ de leur ami Obama et fait la banqueroute deux ans plus tard.

    D’un côté M. Romer chante les vertus de l’innovation interne au niveau macroéconomique, ce que font depuis toujours au niveau d’entreprises, tous les PDG compétents. Donc, rien de neuf.
    De l’autre, pour motiver l’innovation verte, il prêche la taxation carbone RÉGRESSIVE.
    Ajoutez y des subventions juteuses, à la discrétion de p‘tis amis et vous pataugez dans la misère du Modèle québécois dirigiste.

    Voilà en capsule : “ Paul Romer, Professor at the NYU Stern School of Business, on the other hand, laid the foundation of the “endogenous growth theory”. He demonstrated how “the accumulation of ideas sustains long-term economic growth” and how economic developments and regulations govern the “willingness” of firms to innovate.”

    Tout cela a déjà failli lamentablement dans les économies socialistes du Bloc de l’Est.
    Si la surabondance de “regulations” avait un effet positif, le Québec serait l’Économie #1 de l’Amérique du Nord.

    Par ailleurs, le premier choc pétrolier passé, au début d’années ‘80, les promoteurs et les producteurs de solutions technologiques en énergies alternatives ont disparu en même temps que les subventions et les utilisateurs de dites technologies subventionnées ont fermé les portes.

    Le seul bénéfice durable de parades énergétiques de l’époque, car “market driven” : l’accès à l’énergie fossile de la Mer du Nord et son exploitation massive. Cela a permis de contrer le cartel OPEC.

    Rejean, je ne connaissais pas votre engouement pour l’économie, à l’exception de votre penchant gauchiste naïf, appuyé sur un comportement psychotique face à tout d’ordre pétrolier.

    Je me permets de vous suggérer les pensées de Milton Friedman (condensées en citations), celui-là un vrai Nobel de l’économie, d’une époque révolue : https://www.goodreads.com/author/quotes/5001.Milton_Friedman
    Note : LES PRÉCEPTES DE M. FRIEDMAN ONT PASSÉ AVEC SUCCÈS L’ÉPREUVE DU TEMPS !

    La deuxième citation s’applique parfaitement au Prix Nobel décerné à M. Romer : “One of the great mistakes is to judge policies and programs by their intentions rather than their results.”

    La quatrième serait opposée aux principes de Romer : “.. When government– in pursuit of good intentions tries to rearrange the economy, legislate morality, or help special interests, the cost come in inefficiency, lack of motivation, and loss of freedom. Government should be a referee, not an active player.”

    Ainsi que la neuvième (et il y en a d’autres) : “I am in favor of cutting taxes under any circumstances and for any excuse, for any reason, whenever it’s possible.”

    Réjean, il y a un autre bienfait personnel pour vous à lire les pensées de Milton Friedman.
    En comprenant bien les préceptes qu’il avance, vous comprendrez l’abîme qui guette le Québec sous une gouverne éventuelle de vos amis, les communistes Solidaires.

comment éliminer un abonné indésirable ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s